Ramón R. Abarca Fernández. Population urbaine: 70.1% 1. Population total: 27.1 millions Population rural: 29.9% Population de moins de 14 ans: 37.0% Espérance.

  • Published on
    03-Apr-2015

  • View
    103

  • Download
    0

Transcript

<ul><li> Page 1 </li> <li> Ramn R. Abarca Fernndez </li> <li> Page 2 </li> <li> Population urbaine: 70.1% 1. Population total: 27.1 millions Population rural: 29.9% Population de moins de 14 ans: 37.0% Esprance de vie: 63 ans </li> <li> Page 3 </li> <li> Ramn R. Abarca Fernndez 2. LES SOCITS DES ANDES Dans les socits des Andes, la rciprocit est le ressort le plus important de la circulation et de la production de biens. Le principe d'quivalence domine celui de l'offre et de la demande. Les marchs sont typiques cet gard, qui sont parfois diviss en plusieurs quartiers o se pratiquent dans l'un, troc et change montaire, dans l'autre, don et rciprocit, ce qu'illustre bien le fait qu'un marchand doit mme changer de costume lorsqu'il change de quartier, ici, vtu l'occidentale pour l'change, et l de son poncho traditionnel pour la rciprocit. Machupicchu </li> <li> Page 4 </li> <li> Ramn R. Abarca Fernndez 3. RICHESSE ET POUVERT Le Prou, synonyme de richesse, hritier de brillantes civilisations amrindiennes, joyau de l'Empire espagnol, disposant d'abondantes ressources minrales et nergtiques, baign par un ocan gnreux, dot d'un vaste espace allant du Pacifique aux marges amazoniennes, semble pourtant, l'aube du XXIe sicle, au fond du gouffre. Misre et violence se sont acharnes sur les hritiers des fils du Soleil. Les ingalits sociales et spatiales, aggraves par l'application d'une politique ultralibrale au dbut des annes 1990, menacent la cohsion sociale. </li> <li> Page 5 </li> <li> Ramn R. Abarca Fernndez 4. SOCIET CIVIL ET DROITS La ".socit civile " rfre des associations humaines volontaires et des rseaux d'organisations qui s'y tissent en rejoignant les organisations sociales et les formes de communication publique susceptibles de donner naissance une culture dmocratique et des consensus sur les actions pour rsoudre des problmes concrets. Les droits de la personne sont le fondement nominal de la vie dmocratique. L'tat doit les reconnatre en tant que tels. Ils ne sont pas " ngociables ", sous aucun prtexte. Mais, au Prou, ils sont ngociables, especialment les droits relatifs : a. la scurit physique, b. au bien-tre, c. la non-discrimination, d. la participation. </li> <li> Page 6 </li> <li> Ramn R. Abarca Fernndez Au Prou, il n'y a pas une culture des droits de la personne qui tient compte de la totalit de la vie des personnes. Les rapports de pouvoir prdominent dans l'ordre social, cela se reproduit dans l'ordre juridique et politique. On justifie aisment la violence, et l'on est moins sensible aux violations si elles frappent les personnes les plus dmunies et les plus discrimines. Les peuples autochtones sont marginaliss et le respect de leurs droits bafous. La violence terroriste, des annes 80, exerce contre la population par le gouvernement et des groupes arms dopposition a ouvert de profondes blessures. La culture de la coca destine au march mondial est aussi venue au perturber la vie sociale des communauts </li> <li> Page 7 </li> <li> Ramn R. Abarca Fernndez 5. PROTECTION DES DROITS? Au Prou, la protection des droits de la personne est troitement lie au processus de dmocratisation qui a subi quelques revers ces 15 dernires annes. L'tat, confront la tche ardue de prtendre relever l'conomie lgue par les rgimes antrieurs et de rsoudre le problme aigu du conflit arm, n'a pas respect les engagements importants que le Prou a pris face la communaut internationale en matire de droits de la personne. Il a instaur un modle politique autoritaire fond sur des rgles ad hoc, il s'est comport comme un gouvernement qui se cache derrire les formalits dmocratiques sans respecter les vritables rgles du fonctionnement dmocratique. </li> <li> Page 8 </li> <li> Ramn R. Abarca Fernndez 6. IDENTIT? L'identit de Prou semble tre: Fils d'Europe (conqurants) et d'Amrique (conquis). Tension entre tradition et modernit: a.Tradition: Prou est fils de contre-rforme face au rationalisme et scularisation en Europe, (religion, famille large, valeurs collectives (?), autoritarisme). b.Modernit: Annexe conomiquement lEurope du Nord et lAmrique du Nord (capitalisme, individualisme, rationalisme, tat de droit [?], dmocratie [?]...) Las Casas disait: "Un Espagnol mange en un jour plus qu'un Indien pendant un mois", et qu'il "semblait aux indiens que ces gens-l (les conquistadores) sont venus au monde rien que pour manger. (Historia de las Indias, Mexico 1951)() </li> <li> Page 9 </li> <li> Ramn R. Abarca Fernndez a)Tension permanente entre tradition endogne, syncrtique (nouvelle socit) et une modernit toujours exogne (importe) b)Une modernit impose par l'imitation de modles trangers et par les changes avec le Nord. Elle ne s'applique pas dans toutes ses consquences, entre autres, celles touchant la distribution de richesses et du pouvoir. c)Do hypocrisie: faire semblant d'tre d'accord avec la logique de la societ industrielle et les valeurs politiques modernes, les deux trangres d)Dilemme vers 1980-90: comment sadapter la modernit sans renoncer son identit, une identit fragile, parce quhtrogne. La modernit prouviene devra assumer pluralisme culturel et racial. Doit se rconcilier avec ses racines multiples. IDENTIT ET TENSIONS </li> <li> Page 10 </li> <li> Ramn R. Abarca Fernndez 7. PAUVRET ET DISCRIMINATION La pauvret et la discrimination historique l'endroit des ethnies, des cultures, des femmes et des personnes est dramatique; elle empche les espaces de transformation et de progrs La politique sociale de l'tat est fonde sur le recours du travail gratuit des secteurs organiss des femmes, qui collaborent aux campagnes de sant, d'ducation, d'alimentation et d'habitation. Trois symptmes importants rvlent la faiblesse des liens entre la socit civile et l'tat : a)La crise des partis politiques, b)L'incapacit de constituer des courants d'opinion d'opposition, et c)Le manque de mcanismes de surveillance des dcisions du pouvoir excutif </li> <li> Page 11 </li> <li> Ramn R. Abarca Fernndez a)La pauvret, lanalphabtisme, linsuffisance des infrastructures, les cots insignifiants de la main duvre, le peu de ressources naturelles b)Faible niveau de comptences humaines en gnral c)Insuffisance de lentretien du rseau de communication. Prsent au population prouvienne comme une societ discrimine. 7. PAUVRET ET DISCRIMINATION (2) </li> <li> Page 12 </li> <li> Ramn R. Abarca Fernndez Quatre approches ont domin le champ des tudes prouviennes sur la ralit actuelle. a) Pathologique: observer le Prou sous langle de ce qui ne fonctionne pas; identifier les maux; b) Modernisatrice: concevoir que Prou reproduit la trajectoire occidentale avec un retard; c) Culturaliste: considrer que les diffrences tiennent une culture diffrente; d) Dpendantiste: admettre la ralit dune domination, sans analyser les causes et effets. 8. PARADIGMES POUR ANALYSER LE PROU </li> <li> Page 13 </li> <li> Ramn R. Abarca Fernndez 9. EVOLUTION DE LA RESPONSABILIT CIVIL? Chaque individu, en vertu de sa qualit dtre humain, a le droit dtre trait avec dignit. (cpmcnet.columbia.edu/dept/sph/popfam) Mais, les enfants des rues au Prou, ils nont pas des possibilits de formation lmentaire, leurs chances dchapper la pauvret sont faibles. O est-il la responsabilit civil? </li> <li> Page 14 </li> <li> Ramn R. Abarca Fernndez Lexclusion social est un fait de lexistence des secteurs de la societ dans la quelle ils sont exclus de lexercice des se droits et de laccs aux services sociaux basiques. Cettes gents-l ils sont privs de laccs linformation et au connaissance, la justice ou aux services sociaux de la sant ou leducation. Ils se trouvent toujours exclus jusqua des indicateurs sociaux, et sa situation nest pas visible dans les pourcentages nattionals. </li> <li> Page 15 </li> <li> Ramn R. Abarca Fernndez Pucallpa Au Prou, il ny a pas un modele de la responsabilit. Un on discute sur la libert, la responsabilit Mais selulement avec des paroles, au Parlement. Le peuple, les gents ils sont contestataires. Ils paralysent son travail, ses activits et ils marchent par les rues et les places. Tout le monde fait la grve. Le peuple protestet par la miserable situation economique et social dans la quel habite. </li> <li> Page 16 </li> <li> Ramn R. Abarca Fernndez http://www.ucsm.edu.pe/rabarcaf </li> </ul>

Recommended

View more >