Rapport annuel 2013 - pdf

  • Published on
    05-Jan-2017

  • View
    220

  • Download
    0

Transcript

Rapport annuel 20132Sommairela fondation 1mESSaGE dU PRSidEnt 2RflEXion 3EBEn-HZER laUSannE 4Cit dU GEnVRiER 6HomE SalEm 8Caf BEn & ZEn aU ComPtoiR BRoYaRd 10 CERClE oUVERt, lE miRoiR dE laUtRE 12lEGS Et SUCCESSionS 14ComPtE dE PRofitS Et PERtES 15Bilan 16CHaRGES dEXPloitation 18PRodUitS dEXPloitation 19lES inStitUtionS 20adRESSES 212 1La FondationSituation au 31 mars 2014mEmBRES dU ConSEildidier amy, prsident, Bottensdaniel Grivel, vice-prsident, PerroyYves Rapin, vice-prsident, Pullyfranois Bonzon, Lonaymartine desbaillets-depardieu, PaudexChristian Emery, Echallensmarc Genoud, ClarensJean-Claude Huggler, PullyGilles lugrin, Chernexarmand Pedrazzini, EchandensGenevive Petitpierre, MorgesGisela Raeber, Le Mont-sur-LausanneCharles Weinmann, Echallensles prsidents des comits dinstitutionsles directeurs (avec voix consultative)Philippe ischi, secrtaire gnral (hors Conseil)Jose Esseiva, secrtariat (hors Conseil)oRGanES dE ContRlEfiduciaire fidinter Sa, Lausannelaurent dubuis, Jean-franois fivat,Stphane Roulet et Pierre-olivier Zingg,vrificateursElle avait trente et un ans et faisait preuve dune dtermination qui force le respect. Elle ne se laissait dcourager ni par le scepticisme de sa famille ni par le manque dargent. Ha-bite par une foi inbranlable, double dun grand courage et dune formidable indpen-dance, la jeune femme avait dvelopp un sens de pionnire vis--vis des besoins urgents lis la misre qui rgnait dans certains quartiers lausannois du XIXe sicle : traiter des mala-dies aigus, prvenir la contagion, faciliter la convalescence ou prodiguer les derniers soins avant la mort. Depuis sa plus tendre enfance dj et en dpit de sa presque ccit, elle lut-tait inlassablement pour soulager la souffrance dautrui.Au fil des dcennies, la petite unit des dbuts est devenue une fondation dont le nom na rien perdu de sa force, une fondation qui se veut toujours innovatrice et lcoute de ses rsidents, tout comme le pratiquait dj sa fondatrice. Aujourdhui, les trois institutions dEben-Hzer sont des points dancrage, des pierres symboliques qui balisent le chemin des personnes en dficience intellectuelle ou en perte dautonomie.Sous le nom Eben-Hzer (signifiant la pierre du secours), Sur Julie Hofmann a cr en 1899 une cellule familiale en faveur de celles et ceux quelle appelait les blesss de la vie. Comit dEben-Hzer... vers 1930!2Message du PrsidentEtre cratif, cest tre vivant, le pasteur Grivel le souligne dans son billet. le pouvoir de crer concerne chacun dentre nous dans nos actes les plus quotidiens. Et cest avant tout un tat desprit quil convient de cultiver! En 2013, Eben-Hzer, la crativit sest dcline ainsi sous de multiples aspects, de faon grandiose et specta-culaire lorsque lartiste Muma a illumin la Cit du Gen-vrier ou quand les visiteurs du Comptoir broyard ont dcouvert le stand Ben & Zen (voir pages 10 et 11). Mais elle se concrtise aussi dans nos gestes, dans notre travail et dans nos projets.Face au vieillissement de sa population rsidente et laccroissement du nombre de personnes souffrant de troubles psychiques associs, la Fondation Eben-Hzer est confronte, en matire daccompagnement, des dfis exigeant de nouvelles approches socio-ducatives. Afin de prparer lavenir, elle a lanc en 2013 un pro-gramme de recherche applique. Cette action fait suite logique aux projets Curriculum lintention des per-sonnes adolescentes et adultes avec un polyhandicap et Recherche bilan tiologique.Quatre projets ont t retenus, qui visent :1. prparer et sensibiliser les usagers et leur entourage au sens de la citoyennet en suscitant des opportunits dexpression individuelle et collective et en proposant une formation lautodtermination;2. dvelopper deux manuels relatifs aux outils dvaluation et de prise en charge des comptences socio-motion-nelles des adultes vivant avec une dficience intellectuelle ;3. tudier si le contact direct entre les animaux de compa- gnie et les personnes en situation de handicap et vieillissantes peut inciter la communication verbale et non verbale ;4. valuer, sur une priode de cinq ans, les effets de me-sures thrapeutiques combinant une approche psycho-logique, musicothrapeutique et des activits dart-th-rapie sur lagressivit et les attitudes conflictuelles des rsidents.Par cette action, la Fondation Eben-Hzer entend investir dans le dveloppement du savoir et du savoir-faire dans le cadre de sa mission daccompagnement des personnes vivant avec un handicap ou en perte dautonomie. Elle est par l une institution novatrice et dynamique, ouverte vers lextrieur.Les travaux immobiliers se sont poursuivis lan dernier et, aprs un chantier de plusieurs mois, le magnifique bassin thrapeutique de la Maison Julie Hofmann Lau-sanne a pu tre remis en service en automne. A la Cit du Genvrier, le Btiment F est en voie dune rnovation complte. LEMS Home Salem est galement occup par un projet dextension; une nouvelle construction est pr-vue ct du btiment existant.La remise du Prix Mdias 2013 a t organise en marge de la superbe performance de Muma la Cit du Gen-vrier (pages 12-13). Saisi de dix-neuf reportages, le jury a attribu cette anne le prix Marie Maurisse (Matin Dimanche) pour son article La course la rentabilit puise les travailleurs handicaps, un lever de voile sur le droit la critique des personnes en situation de handicap.LAssemble des amis dEben-Hzer 2013 a t tenue dans les locaux de la nouvelle unit daccueil alternatif, la route dOron Lausanne, destine une population de personnes en situation de handicap mental avec troubles associs. Les participants ont pu notamment entendre des exposs trs intressants sur cette prestation.Comme dhabitude, la mise au vert a eu lieu en novembre, Crt-Brard. Elle a t consacre la question de lthique dans nos actes quotidiens, avec en toile de fond la rvision de la charte. Un groupe de travail uvrant sous la conduite du professeur Alexander Bergmann y a prsent ses rflexions, dbattues avec beaucoup din-trt. La nouvelle charte doit encore tre soumise au conseil de fondation. Au niveau des collaboratrices et des collaborateurs, le projet Sant, scurit et bien-tre au travail (SSBT), a vu la poursuite du vaste programme de formation mis en place en 2012 sur des sujets comme la qualit du som-meil, lergonomie, le burnout, ou encore la culture du feed-back. La fondation a galement honor la russite de ses douze apprentis de dernire anne en les runissant autour dun repas et les a rcompenss par un prix. La Fon-dation Eben-Hzer est heureuse davoir pu contribuer dune certaine faon ce succs. Elle flicite trs cha-leureusement ses apprentis et leur souhaite plein succs dans leurs futures activits. Des rflexions sont en cours pour soutenir et rcom-penser la formation et le perfectionnement en cours demploi.La collaboration avec lEtat reste importante et de qualit, que ce soit au niveau de laccompagnement des rsidents, de la rnovation des infrastructures et encore de la pour-suite de la rforme de la prquation financire (RPT).3Conseil et comits : Jacques Meyer a quitt le conseil, qui lui est reconnaissant de ses prcieux avis financiers. Nous ont rejoints Marc Genoud et Armand Pedrazzini. Pascal Nicollier, Eben-Hzer Lausanne, Hlne Chiot pour la Cit du Genvrier, Axel Lau et Ivana Stevic pour le Home Salem ont laiss leur place Yvette Caffaro et Christine Gabella (Eben-Hzer Lausanne) et Isabelle Steffen (Cit du Genvrier). Nos plus vifs remerciements aux sortants et une cordiale bienvenue aux entrants.Notre tour dhorizon ne serait pas complet si nous nadressions notre gratitude tous nos partenaires : col-laboratrices et collaborateurs, familles et curateurs des rsidents, amis dEben-Hzer, partenaires privs, asso-ciatifs et tatiques, donateurs, qui tous leur faon ont permis doffrir nos rsidents un cadre de vie agrable. didier amyPrsidentLausanne, juin 2014RFLEXIONEt Dieu cra...Le thme est rcurrent au point dtre devenu un marronnier, pour reprendre le jargon journalistique, soit un sujet rebattu et repris rgulirement. Il porte sur lopposition, relle ou suppose, entre la science et la foi, et se cristallise on serait tent dcrire se fossilise... sur lvolutionnisme et le crationnisme. Ce nest pas ici le lieu dessayer de mettre un point final un dbat qui a fait et qui fera encore couler des fleuves de salive et dencre. Rptons simplement que les deux rcits de la Cration que contient la Bible ne sont pas des reportages sur la naissance de lUnivers et affirment que le monde a t cr par Dieu, quelles quen aient t les modalits.Dieu ayant cr lhomme son image, comme le dit lEcriture, il est normal que sa crature, quil a charge de rgner sur la plante bleue et de la grer, soit elle aussi crative. Il suffit de survoler les millnaires pour constater que cette crativit sest donn libre cours dans tous les domaines, mme dans les plus nfastes, hlas ! La Fondation Eben-Hzer est fire de sa fonda-trice car Sur Julie Hofmann, inspire par sa foi, a d-ploy sa crativit au profit des laisss pour compte de son temps, en imaginant une institution dans laquelle les personnes en situation de handicap se sentent comme la maison et mme mieux, lpoque. Crative, elle la aussi t dans sa manire de lever des fonds, de donner son uvre une visibilit durable, lancrer dans une structure solide.La Fondation se rjouit de voir que, au sein de ses trois institutions, cet esprit de crativit persiste et prospre, lchelon des collaborateurs aussi bien que des rsidents. Comme quoi, en un temps o lesprance de vie humaine continue daugmenter, une cration plus que centenaire peut tmoigner dune belle vitalit !daniel GrivelPasteur, vice-prsident4Eben-Hzer LausanneNotre mission Tout dabord, nous souhaitons parler du cur de notre mtier, soit laccompagnement de nos rsidents. Il nest pas inutile de rappeler quil est de notre devoir de ga-rantir une bonne qualit de la prestation. Sans cesse, nous devons adapter nos services. Les besoins ont vo-lu. Nous connaissons une augmentation des actes de soins mdicotechniques dlgus. En ce qui concerne nos ateliers, nos rsidents vieillissants sorientent plutt dans des activits de dveloppement personnel. Il en rsulte des amnagements importants de notre orga-nisation.Ainsi, Eben-Hzer Lausanne est devant limprieuse n-cessit de faire voluer sa prestation. Linstitution doit dvelopper de nouvelles expertises, adapter son fonc-tionnement et sa logistique. Afin de trouver, ensemble, les nouvelles orientations qui seront celles dEben-Hzer Lausanne, cinq commissions de travail ont t cres. Celles-ci, rparties par typologie de prestations, planchent depuis quelques mois sur des propositions concrtes. Il sagit des commissions des prestations so-cio-ducatives, des prestations socio-professionnelles, des prestations de soins et dassistance, des prestations en cas de troubles associs et enfin des ressources et logistique. Elles sont composes de membres du person-nel et de personnes des mondes acadmique et associa-tif. En 2013, les membres de ces commissions se sont rencontrs, en sance plnire, trois reprises. Les rap-ports finaux seront rendus dans le courant du premier semestre 2014.Lanne a t ponctue par deux inspections cantonales de la Coordination interservices de visites en tablis-sements sanitaires et sociaux (CIVESS), la premire en avril et la seconde en octobre. Ces contrles, apprcis, nous fournissent de prcieux enseignements et nous per-mettent dapporter les correctifs ncessaires au maintien dune bonne qualit de la prestation.Ftes et manifestations Outre les nombreux vnements organiss au sein de linstitution, nous citerons en particulier le rendez-vous incontournable de lanne : le Grand Thtre, qui a pr-sent une adaptation libre dAlice au Pays des merveilles. Ce sont plus de quarante rsidents qui ont mont de toutes pices ce magnifique spectacle. Les deux repr-sentations, la grande salle dEpalinges, ont fait salle comble.LUnit daccueil alternatifCette unit a accueilli cette anne treize rsidents, qui viennent quotidiennement y passer la journe. Nous nous rjouissons de cette russite, qui rpond une relle demande des familles.InfrastructuresUn effort important a t consacr la rfection de notre piscine. Nous sommes fiers de cet outil thrapeutique et ludique, trs apprci de nos rsidents. Un grand merci aux diffrents donateurs qui en ont assum le financement.OrganisationLenvironnement social, politique et conomique que nous connaissons implique une adaptation indispensable de notre fonctionnement. Cela passe par quelques restructu-rations, y compris dans nos administrations.Un nouvel organigramme est en vigueur depuis sep-tembre 2012, il est fond sur les centres de comp-tences. En effet, pour rpondre aux dfis qui seront les ntres ces prochaines annes, notre intime conviction est de travailler sur ce modle et ainsi permettre nos collaboratrices et nos collaborateurs dvoluer dans un environnement contemporain, adapt leurs excellentes connaissances professionnelles. Outre la large palette de cours institutionnels que nous proposons linterne, Eben-Hzer Lausanne soutient activement les formations externes, tous secteurs confondus.Cette anne a t consacre la mise en route de cette nouvelle organisation. Quelques changements ont dj vu le jour, tels que le regroupement des ateliers de dvelop-pement personnel et la mise en place de synergies en vue dun alignement des pratiques de nos administrations.En dbut danne 2013, les rencontres avec la Dlga-tion du personnel et les membres de la Direction ont t reconduites. Nous nous sommes runis quatre reprises pour changer sur diffrents sujets.Comme chaque automne, nous avons eu le plaisir dor-ganiser notre traditionnelle soire destine aux parents et curateurs. Cette rencontre, consacre au nouveau droit de la protection de ladulte, a permis de donner aux familles et reprsentants lgaux de nos rsidents tous les renseignements utiles la gestion dune curatelle.Dans les grands projets en cours, nous citerons la cra-tion de dix nouvelles places daccueil. Nous avons t 5invits par le Canton analyser la possibilit daccueillir plus de rsidents. Nous avons opt pour un hbergement en appartements, permettant un espace daccueil en fonction des besoins internes de notre institution. LEtat de Vaud nous a dores et dj accord le budget 2014 ncessaire cette nouvelle exploitation.Lautomne a t particulirement charg... en motions... aussi. En effet, un matin doctobre, un tract syndical est arriv destination de lensemble de notre personnel. Pour y voir plus clair un audit externe a t requis. La fin de lanne fut donc anime! Cette dlicate priode na heureusement pas terni notre traditionnelle Fte de Nol. La journe, partage avec les familles, les rsidents et nos collaborateurs, a t magnifique.Nouvelle CCTAvec la neige de dbut dcembre est arrive la nou-velle Convention collective de travail du secteur social. Ce nouveau texte, qui abroge les CCT des thrapeutes, des ducateurs et des matres socio-professionnels est entr en vigueur au 1er janvier 2014. Il concerne lensemble des personnels actifs dans les tablissements socio-ducatifs du canton de Vaud.PartenairesNous avons plaisir relever ici les excellents contacts que nous entretenons avec nos partenaires. Nous pensons entre autres aux diffrents services cantonaux, aux asso-ciations, nos prestataires externes et aux familles et curateurs de nos rsidents. ConclusionEben-Hzer Lausanne est la fin dun cycle. Notre institu-tion, qui a travers trois sicles (1899-2013), est un virage de son histoire. Nous devons invitablement nous tourner vers lavenir, un avenir qui dpend de facteurs internes et extrieurs, dune certaine volution socitale et de bases lgales nouvelles (LAIH). Les changements crent de linsta-bilit, nous le savons. Ils sont invitables. Cest dans la sr-nit que nous poursuivrons luvre de Sur Julie Hofmann.Pour terminer, tous nos remerciements vont lensemble du personnel pour sa prcieuse collaboration tout au long de lanne. Chaque collaboratrice et chaque collaborateur amnent leur pierre ldifice. Merci pour votre indfec-tible engagement au service de nos rsidents !Pierre-louis ZuberDirecteurStatiStiQUES* 76 7702 38279 152208 463* * 294.5079 6551 96281 617210 502294.42JoURnES dE SJoURl Rsidents internesl Centre de jour (UAA)totalHEURES En atEliERSPoStES dE tRaVail (quivalent plein temps)(remplaants et stagiaires non compris)2013 2012* Transfert du Groupe Fornerod la Cit du Genvrier. * * Postes obtenus en plus pour la nouvelle convention des veilleurs.6Cit du GenvrierCrativit? Wikipedia nous explique que ce terme dcrit la capacit dun individu ou dun groupe imaginer ou construire et mettre en uvre un concept neuf, un objet nouveau ou dcouvrir une solution originale un pro-blme. A la Cit du Genvrier, ce ne sont pas moins de 360 collaborateurs qui, confronts des besoins et dfis petits et grands, imaginent, construisent et trouvent des solutions originales, tout au long de lanne, dans les registres les plus varis. Le contexte cantonal en 2013:invitation la crativit!Dans son Plan Stratgique Handicap 2011, le Canton donne le la aux institutions du domaine du handicap mental : il sagit daccompagner dans le respect des droits et aspirations de la personne en situation de han-dicap ainsi que la promotion de son autonomie, doffrir les prestations utiles dans toutes les rgions du canton et de dvelopper des alternatives.En parallle ces grands axes, la ncessit a merg de disposer de nouvelles places dans les institutions, pour r-pondre des besoins nouveaux, pas identifis jusqualors.Nous observons galement une complexification des besoins daccompagnement, du fait de laugmentation du nombre de personnes associant un handicap mental et une maladie psychiatrique, du plus grand nombre de per-sonnes prsentant des troubles du spectre de lautisme, et du fait du vieillissement, parfois bien particulier, des rsidents.2013: riche en projets, ralisation, vnements!Pour lensemble de linstitution, 2013 restera lanne du lancement de limplmentation des outils du PPH (Pro-cessus de Production du Handicap, modle utilis pour expliquer la notion de handicap). Ce modle servira de rfrence pour redfinir le processus daccompagnement des rsidents au sein du dispositif institutionnel.Mise en place dun systme de gestion des comptences, amlioration de laccueil des nouveaux collaborateurs et dun systme de mentorat, dploiement de multiples acti-vits destines promouvoir la sant et le bien-tre au travail (projet SAVA), analyse du fonctionnement de lad-ministration et dfinition de pistes damliorations, telles sont encore quelques-unes des activits marquantes de lanne, ayant mobilis en particulier collaboratrices et collaborateurs de ladministration.Sur un registre plus festif, citons encore lvnement du 6 septembre 2013, qui a vu lallumage de plus de 15 000 bougies sur le site de la Cit du Genvrier : ctait le projet Cercle ouvert, le miroir de lautre ralis avec lartiste Muma.La Cit du Genvrier est galement un partenaire du projet interinstitutionnel RAHMO (Rseau daccompa-gnement du handicap en milieu ordinaire). Il sadresse des personnes ne pouvant vivre seules chez soi sans aide, et pour qui la rponse institutionnelle classique nest pas non plus adquate.Accompagnement socio-ducatifDepuis le 1er janvier 2013, le Foyer Fornerod, sis lave-nue de Pra Vevey, rattach auparavant Eben-Hzer Lausanne, est intgr la Cit du Genvrier. Ce lieu de vie, tabli dans un quartier rsidentiel, accueille dix rsi-dents dont certains travaillent dans des ateliers de la Cit du Genvrier.Un groupe de travail a galement rflchi la situa-tion des Jardins, ensemble de lieux de vie situs au centre de Vevey et accueillant des personnes bnficiant dune bonne autonomie. En effet, le temps passant, il a t constat une volution divergente des besoins des rsidents : pour les uns, il sagit plutt de ralentir cer-taines activits et de pouvoir bnficier de plus de soins ; pour les autres, linverse, il sagit de dvelopper leurs comptences vers une autonomie encore plus grande. La conclusion a donc t de scinder le groupe en deux, la structure la plus dynamique sinstallant dans de nou-veaux appartements ds le dbut de 2014: ce seront les Apparts.Accompagnement socio-professionnelet autres activits de jourEn avril, un atelier de boulangerie a t inaugur sur le site principal de la Cit du Genvrier : quip selon les standards propres une boulangerie professionnelle, rpondant aux normes dhygine et de scurit du do-maine, pilot par un matre socio-professionnel, boulan-ger de mtier, cet atelier est un lieu de fabrication de magnifiques produits, pour le plus grand plaisir de ses clients et de ses ouvriers.La Vitrine est un nouvel atelier, cr pour rpondre aux besoins spcifiques de rsidents trop qualifis pour 7ne frquenter que les ADP (ateliers de dveloppement personnel), et manquant de certaines comptences pour travailler dans un atelier artisanal. La Vitrine, qui pr-pare des dcors destins notamment agrmenter les vitrines des boutiques que la Cit du Genvrier exploite Saint-Lgier et Vevey, comble le vide sparant ces deux types dateliers.Enfin, un centre de jour, baptis Au fil du temps, a ouvert ses portes en septembre. Sa mission est lac-compagnement de personnes vieillissantes, aspirant des activits ncessitant un rythme moins soutenu que celui de certains ateliers. Lobjectif est de leur offrir des activi-ts porteuses de sens et gnratrices de plaisir.Sant des rsidentsEn prolongement des nouvelles directives cantonales en la matire, les collaborateurs du Secteur Sant ont mis en place les procdures formalisant la dlgation de certains actes mdicaux. Le but premier de cette dmarche est de sassurer que chacun de ces gestes ait t enseign ad-quatement, et que les responsabilits soient clairement dfinies.2014: la dynamique ne flchit pas!Il est bien clair que ce foisonnement dides et de pro-jets ne sarrte pas avec le rveillon de fin danne. Il se perptue en 2014, et il est parier que la dynamique ne flchira pas je dirais que cest tant mieux! La route est ainsi trace, de nouveaux horizons soffrent chaque jour nous, ceci grce aux nombreux quipiers sur lesquels nous pouvons compter, quils soient rsi-dents, collaborateurs, familles ou partenaires. Anims de cette mme envie, de ces mmes aspirations, ils nous ont conforts, nous confortent et nous conforteront cer-tainement encore dans notre souci et notre dsir per-manent de remplir notre mission. Quils en soient tous sincrement remercis! Eric HaberkornDirecteurStatiStiQUES* 57 615173 79161 423229.9552 4669423556 710212.35JoURnES dE SJoURl Rsidents internesl Sjours temporairesl travailleurs externes centre de jourtotalPoStES dE tRaVail (quivalent plein temps)(remplaants et stagiaires non compris)2013 2012* Transfert du Groupe Fornerod la Cit du Genvrier.8Home SalemLa crativit, cest inventer, exprimenter, grandir, prendre des risques, briser les rgles, faire des erreurs et samuser. Mary Lou CookEtre cratif, cest tre vivant, tre anim, pourrions-nous affirmer dans le prolongement de la citation ci-dessus. Crativit nest pas forcment le premier mot que lon associerait lEMS et pourtantUn accompagnement cratifCest ce que nous demande notre philosophie de soins (selon la philosophie de lHumaindevenant de Rosema-rie Rizzo Parse) qui prend en compte linstant prsent, le changement de moment en moment. Le rsident tient les rnes et nous guide vers un accompagnement cousu main, un accompagnement sur mesure qui nous empche de plaquer des rponses standardises sur des besoins prdfinis, des solutions reproductibles lenvi pour le seul confort institutionnel.Cest une invitation constante lcoute du rsident dans ce quil exprime de ce qui est important pour lui aujourdhui.Pour les collaborateurs, en interdisciplinarit et dans le respect des rgles et procdures garantissant les bonnes pratiques, il sagit dinventer des modalits daccompa-gnement sans cesse renouveles. En 2013, notre partenaire Aquilance a soutenu les quipes dans leur pratique.Une nouvelle responsable la barredu service de lanimationAprs six mois de vacance en dbut danne, le poste de responsable du service de lanimation a t confi Lorenza Persico. Diplme de lEESP, Mme Persico a occup durant de nombreuses annes le poste de coor-dinatrice gnrale du Festival de la Cit Lausanne avant dentrer en EMS, prenant le poste de responsable de lanimation pour les EMS de la Fondation Asile des Aveugles. Elle se voit confier au Home Salem la conduite dune quipe enthousiaste, crative, comptente et enga-ge dont la mission est de servir la qualit de vie des rsidents en leur offrant des moments de plaisirs par-tags ou des moments daccompagnement individuel. Des ateliers tels que Emergence et partage amnent les participants inventer, prendre des risques, jouer avec les mots et se dcouvrir potes. Latelier de pein-ture apporte ceux qui osent en franchir la porte et saisir le pinceau la joie de rvler des talents dartiste. Bien dautres occasions sont encore offertes dappr-cier la musique, le chant, la danse, la relaxation et autres activits.Mme Persico nous garantit la pleine efficience de ce ser-vice par une excellente gestion dquipe, une parfaite collaboration avec ses collgues cadres et son ouverture linnovation.Du ct des centres daccueiltemporaire (CAT)La crativit, cest prendre des risques. La cration en 2010 dun accueil temporaire pour les personnes pr-sentant la maladie dAlzheimer et formes apparentes apportait une offre nouvelle dans la rgion. La Fondation a soutenu sans rserve ce projet en prenant sa charge lamnagement des locaux et le dficit de fonctionne-ment, acceptant ce risque qui allait permettre linnova-tion. En 2013, cet accueil temporaire a vu le nombre de ses bnficiaires crotre et ses prestations de soutien aux proches aidants se dvelopper sous la conduite de sa res-ponsable Mical Rappaz, qui a su tisser des collaborations de qualit au sein du rseau et au niveau cantonal.LUAT du Home Salem a embrass le statut de CAT en janvier, redfinissant cette occasion lensemble de son offre daccompagnement. Sa conduite a t confie Maryline Genton, jusqualors infirmire-cheffe adjointe dans une rorganisation interne. Mme Genton retrouve ainsi un mandat quelle avait apprci il y a quelques annes et auquel un changement de taux dactivit lavait fait renoncer.Cest dlibrment que le Home Salem a fait le choix de confier la responsabilit de ses accueils temporaires des infirmires. En effet, vritables instruments du sou-tien au maintien domicile, ces structures doivent tablir des liens forts avec les CMS et un partenariat reconnu avec les mdecins. La crativit jusque dans lassietteNous avons relat dans dautres colonnes laudit de notre processus de restauration et le coaching de lquipe de cuisine par lEcole htelire de Lausanne. Cette d-marche a soulign limportance de susciter lenvie, lapp-tit en ravissant les pupilles et les papilles et en variant les repas. Nous avons expriment plusieurs formules pour introduire une plus grande possibilit pour les rsidents de faire des choix. Une commission repas runissant 9sous la prsidence de la responsable de lanimation, des reprsentants des rsidents, les cuisiniers, des collabo-rateurs de la caftria et des soignants a t instaure, son rle tant de crer une mulation autour des repas et de susciter participation et innovation.Implantation dun nouveau dossier informatis du rsidentLe Home Salem a bnfici du soutien prcieux de la Fondation et de la Loterie romande pour lacquisition et la mise en uvre dun nouveau dossier informatis du rsident. Cest le SIEMS de la socit Tecost qui a t choisi pour ses performances et sa convivialit. Un tel changement nest pas anodin et il a ncessit ouverture et souplesse de la part des collaborateurs. A la cl, un meilleur recueil, un meilleur accs et un meilleur partage de linformation pour favoriser la pertinence et la coh-rence de laccompagnement.Lacquisition de comptencespour soutenir la qualitLa politique de formation adopte par le Home Salem favorise lvolution de ses collaborateurs par lacquisition de connaissances nouvelles au service des comptences indispensables leur engagement auprs des rsidents. Le comit a dcid en outre la cration dun poste dinfir-mire clinicienne afin de questionner et damliorer les pratiques. Linfirmire clinicienne, par ses comptences propres, sera une personne ressource pour les infir-mires responsables dunit.Au terme de cette revue, nos remerciements vont aux membres du Comit dinstitution qui nous soutiennent dans la recherche de la qualit des prestations offertes. Ils vont galement aux collaborateurs du Home Salem qui tous, quelque niveau quils soient, sengagent pour la qualit de vie des rsidents, des bnficiaires des accueils temporaires et des locataires.alexandre SalinaDirecteurStatiStiQUES21 9057024 06726 6746299.90 %83.5883.0521 727767402226 5166299.91 %83.5283.90JoURnES dE SJoURl longs sjoursl Courts sjoursl Accueil temporaire (CAT)totalnomBRE dE litStaUX doCCUPation GloBalGE moYEnPoStES dE tRaVail2013 201210Caf Ben & Zen au Comptoir broyardBen & Zen, est ce concept novateur destin faciliter le contact entre le grand public et les personnes en situation de handicap. nous avons eu limmense plaisir de le prsenter, pour la pre-mire fois, du 15 au 24 novembre 2013, lors du Comptoir broyard Payerne. Il sagit dune faade en trompe-lil reprsentant un caf, avec le stand pour terrasse. Le principe est simple. Les visiteurs viennent se restaurer, sans savoir quil sagit dun projet institutionnel. Un serveur valide prend sa commande et lui suggre de patienter en regardant un court reportage sur une tablette lectronique. Le film propos met le visiteur dans la peau dune personne souffrant dun handicap mental et lui fait vivre les diff-rentes ractions, commentaires ou attitudes particulires quelle rencontre au quotidien. Cest seulement la fin du film que la Fondation Eben-Hzer est cite et que le visiteur fait le lien avec le nom du caf Ben & Zen. A ce moment, il reoit sa commande, amene par une personne en situation de handicap. Cet enchanement permet une prise de conscience, puisque dans un premier temps notre visiteur est sensibilis au regard des autres et a la possibilit ensuite de vivre une interaction relle avec une personne en situation de handicap.Lvnement a t un grand succs. Nos rsidents ont t enchants de travailler sur ce stand. Le but, qui tait dtablir un vritable contact entre les personnes en situation de handicap et le grand public, a t atteint. Nous avons vcu plusieurs reprises des scnes trs chaleureuses et spontanes. Notre prsence lors de ce comptoir a t trs apprcie aussi bien des visiteurs, de nos voisins de stand que des organisateurs, pour lesquels notre participation a t considre comme un honneur. Restent les souvenirs les changes, les moments de stress, la satisfaction dtre utile, les regards changs, mais cette fois dgal gal, sans a priori ou compassion. 11Lobjectif commun de mener bien cette organisation a galement eu leffet thrapeutique souhait. Une manire trs intressante de responsabiliser nos rsidents et tra-vailleurs externes et de leur permettre dvoluer hors de nos murs. Celles et ceux qui ne connatraient pas encore ce film peuvent le visionner via notre site internet.Et la suite? Nous sommes persuads que nous avons l un formidable outil pour dmystifier le handicap auprs du grand public. Peut-tre aurons-nous loisir de le pr-senter dans les coles ou autres? Lavenir nous le dira. En tous les cas, nous sommes trs fiers de ce concept et nous rjouissons de poursuivre cette dmarche en allant la rencontre du plus grand nombre de personnes, de tous les ges.martine mercantonAssistante de directionEben-Hzer Lausanne12 Cercle ouver t , le miroir de l autre la Cit du Genvrier a vcu une soire particu-lire grce lartiste muma. des milliers de pe-tites bougies ont t installes sur le site de lins-titution, permettant de crer un lien particulier entre les rsidents, les collaborateurs et la popu-lation alentour.Muma est un artiste espagnol, n Barcelone, qui se veut tantt peintre, dessinateur ou sculpteur en fonction des projets qui laniment. Nanmoins, un seul dnomina-teur est commun toutes ses activits : il aime les gens par-dessus tout, il aime crer des liens. On le dit artiste de lphmre, amoureux de la posie, du silence et de la lumire, on le sait passionn. Ds lors, quand il nous a propos de raliser une uvre dans nos jardins, un cercle ouvert, tel un miroir de lautre, nous avons tout de suite t sduits et, en collaboration avec insiemeVaud (Association vaudoise de parents de personnes handicapes mentales), et avec le soutien de la Fondation Eben-Hzer, nous avons commenc rverLobjectif de ce projet tait la cration de plusieurs tableaux, diffrents endroits de linstitution, grce une multitude de photophores disposs en cercles, ouverts vers lautre, tels de formidables outils de communication et de partage.La notion de bonheur rve par Sur Julie se mue au fil des annes en un bonheur, certes, mais un bonheur, autrement, empruntant des chemins diffrents, dans un contexte visant une plus grande participation sociale et cherchant rendre chaque rsident acteur de son pro-jet de vie. Cest bien dans cet esprit que cette installation a t conue: apprendre, ensemble et quel que soit notre statut, ouvrir ou fermer le cercle en fonction de nos besoins, afin de nous permettre dallger le quotidien sans nous couper du monde. Cette manifestation savrait pour nous une occasion unique de faire cooprer les rsidents, les collaborateurs, les familles et les habitants de la commune de Saint-Lgier ; un lien allait se tisser, se renforcer, permettre chacun de sapproprier le territoire de linstitution dune faon diffrente. 13Cest ainsi que, dans laprs-midi du 6 septembre, lim-mense majorit des rsidents, et quelque 200 bnvoles constituaient sept cercles et disposaient 15 000 bougies environ sur tout le site de la Cit du Genvrier. Cha-cun ralisait exactement la tche quil stait vu confier, avec patience et mticulosit ; nul besoin de beaucoup de mots, de paroles : tout soprait dans le regard, lattitude, le souci que lautre ait sa place, tout simplement. Que dmotions, de sourires, denthousiasme et dner-gie afin que des sculptures jaillissent de ces milliers de petites bougies dposes, une aprs lautre, inlassable-ment... Les tmoignages recueillis par la suite convergent tous vers ce sentiment de plnitude, de calme, de sr-nit. Le projet prenait forme, petit petit, ce projet com-mun que tous avaient tant rv!Cest la tombe de la nuit que la magie sest opre, lorsque le jour cda sa place la pnombre, puis la nuit, lorsque ces milliers de petites mches devinrent autant de petites flammes. La nuit ntait pas toile, et de loin, lorage qui svissait dans les alentours laissait entrevoir dans le ciel des couleurs inattendues et friques qui parfois se refltaient sur les sculptures. Quant Muma, transform pour loccasion en chef dorchestre, il dam-bulait de cercle en cercle pour entourer les bnvoles convertis, eux, en de vritables compositeurs de parti-tions. Puis la place fut laisse aux visiteurs, venus nom-breux admirer ces uvres, simprgner de cette ambiance teinte dmotions si particulires.En toute fin de soire, cest finalement lorage qui, dabord sur la pointe des pieds puis de faon plus dmonstrative, dcida du moment o toutes ces petites flammes laisse-raient leur place aux souvenirs.Ce projet, rassembleur bien quphmre, a permis la Cit du Genvrier de briller de mille feux, lespace dune soire Il est incontestable que longtemps nous nous souviendrons de tous ces visages merveills, de Muma et de ses sculptures!anne BriguetAssistante de directionResponsable de la communicationCit du Genvrier14Legs et successionsmme Jeanne Billod 10 000 CHF par Me Pierre Noverraz mme franoise Suzanne Gyger 348 784 CHF par Me Jean-Daniel Rumpfmme irne louise maino 116 100 CHF par Me Pierre Bauer m. tibor majoros 16 366 CHF par Me Thierry Monitionmme louise mosimann 200 CHF par M. Jean-Pierre Rigoli, Fixeba SA m. Siegried trsch 63 578 CHF par Me Brigitte Fahrni ChiusanoFaire un legs en faveur de la Fondation Eben-Hzer ou dune de ses trois institutions est un acte de solidarit et de gnrosit exprim au-del de sa propre existence.Nous sommes reconnaissants aux disparus qui ont dcid de nous soutenir tout en faisant fructifier une partie de leur patrimoine dans une action humanitaire essentielle.Le legs est stipul dans un testament qui peut tre olo-graphe (crit, dat, sign de sa propre main) ou rdig avec la collaboraton dun notaire.A ct des rserves lgales pour les parents proches, chacun a le droit de disposer dans son testament dune quotit en faveur des petits-enfants, damis proches ou dune fondation comme Eben-Hzer.En labsence dhritiers lgaux, si une personne renonce faire un testament, lensemble de ses biens revient sa dernire commune de rsidence.lassociation des notaires vaudois fournit des informations utiles la prparation dune succes-sion. 021 310 07 70 ou www.notaires.ch15Compte de profits et per tesPRodUitSRevenu net sur immeublesIndemnit SwisscomProduits des titres et des placementsCollectes, dons et legs reus par la FondationDons et legs reus par les institutionsDons reus pour rnovation piscineDon de la Loterie Romande pour rnovation piscineSubvention de la Fondation Julie Hofmann pour rnovation piscineProduits diversProduit net sur vente de titresPlus-value nette sur titres non ralissRedevance immobilire PIMEMS, Home SalemProduit dimmeubles, Home SalemRevenu net des fonds propres de la Fondation Julie Hofmann,selon accord avec le SPAStotal dES PRodUitS320 8006 00074 6841 698 37315 240115 000 1 1743 37491 37090 9395 00076 0202 497 947CHaRGESFrais de la FondationFrais promotion Image et charges associesFrais des collectesAttribution aux fonds dons et legs des institutionsMoins-value nette sur titres non ralissFrais de banques et sur titresAttribution du revenu net des fonds propres des Fondations Eben-Hzeret Julie Hofmann aux institutions, selon accord avec le SPAS: Eben-Hzer Julie HofmannAllocations daides aux rsidentsAllocations daides au personnelRentes aux non bnficiaires de la Caisse de pensionsRestitution partielle de la contribution de la Fondation Julie Hofmannpour travaux sur immeublesFrais de travaux spciauxParticipation aux quipements et frais, Eben-Hzer LausanneParticipation aux quipements et frais, Cit du GenvrierParticipation aux investissements, Home SalemReport dons reus pour rnovations piscineAmortissement rnovation local UAT, Btiment F, Cit du GenvrierAmortissement travaux rnovation piscineBtiment Julie Hofmann, EBHL (fonds propres)total dES CHaRGESEXCdEnt dE PRodUitS(en CHF)320 8006 000118 0571 041 57814 77082 530300 0001 481 2702 492117 72885 65280 00013 8733 664 750174 40258 10977 85715 24017 13660 55076 0204 2002 4002 89895 939317 74028 04288 85640 050115 00030 0001 204 4391 293 508185 21864 79481 02314 77079524 43158 23913 8737502 978165 652202 1887 85778 96368 19430 0001 863 8002 863 525801 2252012 201316BilandiSPoniBlECaissesLa PosteBanquesBanque, avoirs sous gestionRaliSaBlEDbiteursAvance de frais pour pensionnairesDucroireAutres dbiteursDbiteur Fondation Julie HofmannStocks (Home)Stocks (Ateliers)Actifs transitoiresimmoBiliSConstructions en coursImmeublesTravaux dentretien et de mise en conformitEquipements et vhiculesTitresDpts de garantieComPtES dE RGUlaRiSation daCtifSExcdent de charges de lexerciceExcdent net de charges des exercices coulstotal dE laCtif38 768380 9062 165 391757 7943 342 85911 814 69163 80314 442487 458251 767129 536810 29713 543 110779 27445 059 4891 871 0553 389 99475 78851 175 600771 094771 09468 832 66322 849700 7363 291 903748 4914 763 97911 534 67183 16810 8121 206 950229 491274 396139 6501 383 39414 840 908749 45343 803 041879 7821 851 3873 108 024114 27650 505 96337 623771 094808 71770 919 5672012 2013de la Fondation Eben-Hzer, consolid au 31 dcembre (aprs affectation du rsultat)aCtif(en CHF)17EXiGiBlECranciers-fournisseursCrancier Fondation Julie HofmannAutres cranciersComptes individuels des pensionnairesPensionnaires, avoirs sous gestionTaxe sur la valeur ajoute (TVA)Banques, comptes dexploitationEmprunt terme fixeSubventions pour rnovation piscineHypothquesPassifs transitoiresfondS diVERS Et PRoViSionSProvision pour variation de cours sur titresFonds de renouvellement mobilierFonds daides aux rsidentsFonds daides au personnelFonds recherche et dveloppementFonds soutien formation collaborateursFonds dgalisation des rsultatsFonds pour constructions et autres quipementsFonds dons et legsExcdent enveloppe vaudoise de chargesExcdent net de produits des ateliersComPtES dE RGUlaRiSation dE PaSSifSExcdent net de produit de lexerciceExcdent net de produits des exercices coulsfondS PRoPRESCapitalRserve spcialetotal dU PaSSif1 435 13487 659978 186158 777757 79417 3055 463 1803 000 000115 00039 046 993247 04051 307 068350 000156 317150 000150 000180 00090 000974 7544 137 4385 267 7301 606 36665 00513 127 6101 026 514371 4711 397 9851 200 0001 800 0003 000 00068 832 6631 231 0542 256 902204 812748 49123 4055 027 5073 442 04138 304 791637 59951 876 602350 000181 390150 000150 000300 00090 0001 113 0594 873 3935 227 2851 880 29985 67114 401 0971 641 8681 641 8681 200 0001 800 0003 000 00070 919 5672012 2013PaSSif(en CHF)SalaiRESEducateurs / AnimateursThrapeutesDirection et administrationEconomat et personnel de maisonPersonnel technique et maintenancePersonnel ateliers protgstotal SalaiRESCharges socialesAutres frais du personnelHonoraires pour prestation de tierstotal SalaiRESEt fRaiS dU PERSonnElaUtRES CHaRGESdEXPloitationBesoins mdicauxAlimentationEntretien mnageEntretien et rparation immeubles, mobilier, machines et vhiculesFrais dutilisation des installationsEau et nergieEcole et formationFrais de bureau et dadministrationOutillage et matriel pour ateliersAutres charges dexploitationtotal aUtRES CHaRGESdEXPloitationtotal CHaRGESdEXPloitation18Charges d exploitation(en CHF)15 273 7051 269 0622 265 7932 877 316531 4462 686 70924 904 0315 716 539365 9401 119 23332 105 743210 5011 513 889386 937893 9011 455 621625 168298 387213 389187 963293 0426 078 79838 184 5419 810 4801 093 9971 440 7741 795 338518 8632 614 09617 273 5484 068 189340 5672 197 54123 879 84529 405950 687206 020476 1301 382 545640 462122 800150 54088 053209 5464 256 18828 136 033640 9452 675 322356 2051 239 803179 4835 091 7581 260 078117 7426 469 57818 695483 287192 470158 12146 624143 26741 62985 702180 2341 350 0297 819 60725 725 1305 038 3814 062 7725 912 4571 229 7925 300 80547 269 33711 044 806824 2493 316 77462 455 166258 6012 947 863785 4271 528 1522 884 7901 408 897462 816449 631276 016682 82211 685 01574 140 18115 305 9971 306 2102 161 4022 728 851496 2822 765 63124 764 3735 876 870394 1981 284 03032 319 471184 1181 437 893348 302884 6011 411 561609 300276 819190 227204 294343 7215 890 83638 210 30711 290 3971 205 2241 464 7251 762 971532 2552 771 99519 027 5674 573 375304 9942 017 79725 923 73340 5011 035 799239 247485 3321 286 964696 704145 616171 363119 761232 5804 453 86730 377 600698 2662 481 743360 6711 265 540241 1215 047 3411 230 241109 0806 386 66213 379509 663194 186157 101131 059156 37350 04891 017190 8161 493 6427 880 30427 294 6604 993 1773 986 7985 757 3621 269 6585 537 62648 839 28111 680 486808 2723 301 82764 629 866237 9982 983 355781 7351 527 0342 829 5841 462 377472 483452 607324 055767 11711 838 34576 468 2112012 2012 2012 2012EBEn-HZER laUSannE Cit dU GEnVRiER HomE SalEm total ConSolid2013 2013 2013 2013PRodUitS dEXPloitationContributions des pensionnairesRevenus de la fabricationProduits exceptionnelsAutres produits des pensionnairesRevenus locations et intrtsRevenus de la caftriaRevenus des prestationsau personnel et tiersProduits Fondations EH et JHAutres contributions formation HESAutres contributions SPAS(extra. budg.)total PRodUitSdEXPloitationtotal CHaRGESdEXPloitationdiffREnCE CHaRGES / PRodUitS dEXPloitationCoUVERtURE / UtiliSationCantons (y. c. ex-part OFAS)Perte / bnfice () sur enveloppeVD charges nettesTransfert fonds galisation rsultats19Produits d exploitation(en CHF)11 806 547181 71166 228144 9253 050196 17349 99834 080406 42212 889 13428 136 03315 246 89915 280 65433 7556 295 607155 48992 41877 9181 154 88315 2417 791 5567 819 60728 05128 05135 413 517761 665170 538300 41497 02177 9181 831 265136 45562 477406 42239 257 69274 140 18134 882 48935 116 592262 15428 05114 162 294549 19312 9421 023413 60136 12134 980714 00015 924 15438 210 30722 286 15322 584 990298 83710 313 400228 45078 480152 0242 998198 85228 09527 1891 100 30012 129 78830 377 60018 247 81218 261 73713 9256 349 567157 10297 22472 7401 335 0987 8968 019 6277 880 304139 323139 32330 825 261777 64391 422309 126101 24572 7401 947 55172 11262 1691 814 30036 073 56976 468 21140 394 64240 846 727312 762 139 3232012 2012 2012 2012EBEn-HZER laUSannE Cit dU GEnVRiER HomE SalEm total ConSolid2013 2013 2013 201317 311 363579 954104 3101 553480 20971 21628 39718 577 00238 184 54119 607 53919 835 938228 39920Les institutionsSituation au 31 mars 2014aUmnERiE dES inStitUtionSJean-michel Bresch, pasteur, Cit du Genvrier et Eben-Hzer LausanneErica Csfalvay, aumnire catholique, Eben-Hzer Lausannemarinette maillard, aumnire catholique, Cit du GenvrierHenri Barby, abb, et les reprsentants de larme du Salut, Eben-Hzer Lausanneassociation pour laumnerie dans les EmS de la rgion veveysannemarianne Gerber, Association pour laumnerie dans les EMS de la rgion veveysannemarc Horisberger, Home Salem, avec les pasteurs des paroisses de Blonay, Saint-Lgier-La Chisaz et Chailly-sur-Lausanne, ainsi que les prtres des paroisses de Notre-Dame Vevey et Saint-Nicolas-de-Fle LausanneLa Fondation est membre de laVoP et de laVdEmSEBEn-HZER laUSannEPierre-louis Zuber, directeurCit dU GEnVRiEREric Haberkorn, directeurHomE SalEmalexandre Salina, directeurmEmBRES dU Comit dinStitUtionmEmBRES dU Comit dinStitUtionmEmBRES dU Comit dinStitUtionYves depeursinge, prsident, ServionCatherine Roulet, vice-prsidente, Le Mont-sur-LausanneJanique Bernier, Eben-Hzer LausanneYvette Caffaro, Eben-Hzer LausanneSbastien Chaillet, Eben-Hzer LausannePauline Coti Bertrand, ApplesChristine Gabella, LausannePhilippe mattenberger, LausanneYves Scherer, prsident, Belmont-sur-Lausanneanne-Christine favre, vice-prsidente, BlonaySibylle Besson-meystre, Cit du GenvrierJean-marc Chapuisat, Cit du GenvrierJean-marc meier, Saint-Lgier-La ChisazChristophe Rapin, Lutryisabelle Steffen, EpalingesJean-daniel Rumpf, prsident, VeveyPatricia Gentil, vice-prsidente, Blonaylaurent Bader, Saint-Lgier-La ChisazBrigitte Chapuis, Home Salemantoinette de Gautard Rayroud, La Tour-de-PeilzRuth Geiser, Epessesthomas Giger, Saint-Lgier-La Chisazandr Panchaud, Bussigny-prs-LausanneChristiane Rossier delaloye, Lausannedanile Wolf Schobinger, Saint-Lgier-La Chisazle directeurSERViCE mdiCalCollge des mdecinsluc Schlaeppi, VullierensRen Stoll, Corseauxle directeurSERViCE mdiCalCollge des mdecinsolivia Hochuli, Home Salemanne-Sophie Piguet, Home Salemmarcel Vrachliotis, Veveyle directeurSERViCE mdiCaldr Eric Rochat, Saint-Lgier-La ChisazAdressesIMPRESSUM Conception et ralisation: Eben-Hzer Lausanne, Les Ateliers Photographies : Rainer Sohlbank et divers Impression: Paperforms, 1029 Villars-Sainte-Croix Conditionnement et envoi : Eben-Hzer Lausanne, Les Ateliers Date de publication: juin 2014Dons : versement CCP 10-2082-9EBEn-HZER laUSannECHEmin dE RoVRaZ 25CaSE PoStalE 1631000 laUSannE 12tl. 021 654 63 11faX 021 654 63 08info@eben-hezer.chwww.eben-hezer-lausanne.chCit dU GEnVRiERCHEmin dU GEnVRiER 21806 Saint-lGiERtl. 021 925 23 23faX 021 925 23 13cite-du-genevrier@eben-hezer.chwww.cite-du-genevrier.chHomE SalEmRoUtE dES dEUX-VillaGES 96CaSE PoStalE 701806 Saint-lGiERtl. 021 943 90 90faX 021 943 90 91home.salem@eben-hezer.chwww.home-salem.chC H E m i n d E R o V R a Z 2 5 - C P 1 6 3 - 1 0 0 0 l a U S a n n E 1 2 - t l . 0 2 1 6 5 4 6 3 1 1 f a X 0 2 1 6 5 4 6 3 0 8 - E - m a i l f o n d a t i o n @ e b e n - h e z e r . c h - w w w . e b e n - h e z e r . c h