Rapport de revue techniqu pport de revue technique indépendante ...

  • Published on
    05-Jan-2017

  • View
    218

  • Download
    4

Transcript

  • Rapport de revue technique ind

    Mali

    Version date: 27 Septembre 2010

    PPPProgramme national dinvestissementrogramme national dinvestissementrogramme national dinvestissementrogramme national dinvestissement

    dans le secteurdans le secteurdans le secteurdans le secteur

    Rapport de revue technique indpendante

    rogramme national dinvestissementrogramme national dinvestissementrogramme national dinvestissementrogramme national dinvestissement prioritaire prioritaire prioritaire prioritaire

    dans le secteurdans le secteurdans le secteurdans le secteur agricole (PNIagricole (PNIagricole (PNIagricole (PNIPPPP----SSSSA)A)A)A)

    MALI

    1

    pendante

    prioritaire prioritaire prioritaire prioritaire

    A)A)A)A)

  • 2

    Rsum Analytique : Principales conclusions du rapport de revue du PNIA du Mali

    Le Programme Dtaill pour le Dveloppement de lAgriculture en Afrique (PDDAA), en tant que

    programme de lUnion Africaine dans le cadre de son Nouveau Partenariat pour le

    Dveloppement de lAfrique (NEPAD), reprsente un programme ambitieux de relance de la

    croissance du secteur agricole pour servir de moteur a la transformation conomique et la

    ralisation de lobjectif du millnaire de rduction de pauvret (OMD1) a travers lAfrique. Le

    PDDAA cherche aider les gouvernements africains prparer des stratgies et plans

    dinvestissement de qualit, assurer des environnements de politiques sectorielles favorables

    la mise en uvre des plans, et traduire ces plans en programmes efficaces mme de stimuler

    la croissance et la rduction de la pauvret.

    Dans le cadre de lagenda du PDDAA, la Communaut Economique des Etats de lAfrique de

    lOuest (CEDEAO) a labor une Politique Agricole (ECOWAP), qui a servi de cadre pour la mise

    en uvre du PDDAA dans les tats membres mais galement au niveau rgional. ECOWAP a

    galement dfini les orientations qui ont guide le pacte rgional du PDDAA qui a t adopt par

    la Commission, les organisations professionnelles rgionales, et les partenaires au

    dveloppement. Dans le cadre de la mise en uvre du PDDAA, la Commission de la CEDEAO

    comme les tats membres, aprs avoir organise des tables rondes et signe des pactes dfinissant

    leurs objectifs stratgiques, actions prioritaires et modalits de partenariat, ont labor des

    programmes dinvestissement dtaills qui spcifient les activits et le besoin de financement

    permettant de raliser les objectifs du PDDAA aussi bien au niveau rgional que national.

    La revue technique post-compact est une tape critique dans la mise en uvre oprationnelle

    des pactes et des plans dinvestissement nationaux comme au niveau rgional. Ce prsent

    document rsume les conclusions de la revue du Programme National dInvestissement Agricole

    (PNIA) de la Rpublique du Mali. Le but de la revue est damliorer la qualit des PNIA afin

    dassurer que toutes les mesures ncessaires et possibles sont prises pour raliser les objectifs

    et les cibles tels que fixs dans le plan et dfinis dans lagenda ECOWAP/PDDAA. La revue

    devrait tre perue et aborde comme un exercice devant faciliter une mise en uvre russie de

    la stratgie retenue durant la table-ronde et traduite dans le pacte du PNIA.

    Le PNIA saligne correctement sur les buts, les objectifs et la vision du PDDAA. La revue

    technique indpendante flicite le Gouvernement de la Rpublique du Mali pour la prparation

    de ce plan du fait de son alignement sur le PDDAA. Ce Plan mrite dtre soutenu. Cependant, des

    recommandations pour amliorer la mise en uvre du Plan dInvestissement du Mali sont

    dcrites dans le prsent rapport de revue.

    Rsum des rsultats de la revue

    Le PNIA du Mali dresse un aperu global de lconomie, la structure et la performance du secteur

    agricole et fournit une feuille de route pour la ralisation de la vision pour le secteur agricole. Le

    PNIA est un plan stratgique couvrant la priode 2011-2015, qui fait ressortir les couts et les

    activits ncessaires pour latteinte de lobjectif de croissance annuel de 8,8% pour le PIB

    agricole dici 2015. La mise en uvre de ce programme va requrir un environnement favorable,

    des capacits, des services et des partenariats. Cette revue fournit des clairages et des

    recommandations qui peuvent contribuer la ralisation du programme.

    1. Alignement avec la vision, les principes et les lments de stratgie du PDDAA

    Le processus du PDDAA est utile dans la rorganisation des investissements et des programmes

    agricoles prvus pour mettre un pays sur la voie vers la ralisation d'une meilleure productivit

    agricole, d'un meilleur accs au march, d'une meilleure scurit alimentaire et des

    amliorations durables dans la gestion des ressources. Ces actions, mises en uvre avec la

  • 3

    participation de tous les acteurs cls, dont le secteur priv et la socit civile, le partenariat avec

    les agences gouvernementales, devraient aboutir une croissance gnrale de 6%, et la

    rduction de la pauvret. Une mesure cl du processus est l'accroissement de l'allocation

    budgtaire (10% au moins) consacre au secteur agricole comme convenu dans la Dclaration

    de Maputo.

    Se basant sur les engagements de compact PDDAA, le Gouvernement du Mali a labor un Plan

    national d'investissements prioritaires du secteur agricole (PINP-SA) qui impliqu les diffrents

    services du ministre de l'Agriculture, des Industries Animales et de la Pche, les autres

    ministres intervenant dans le secteur rural, mais aussi les principaux partenaires du secteur

    priv, les ONG et des organisations de la socit civile. Les partenaires au dveloppement du

    Mali ont jou un rle actif dans les discussions diffrents niveaux, aussi bien travers le

    groupe de donateurs du secteur agricole, quau sein du Comit national de mise en uvre charg

    de coordonner la mise en uvre multisectorielle du Plan dInvestissement.

    Par ailleurs, le secteur agricole constitue une haute priorit pour le Gouvernement du Mali, en

    tant que moteur de croissance. En effet, le Mali consacre plus de 10% de son budget au secteur

    agricole et il envisage datteindre un taux de croissance de 6% comme le recommande les

    objectifs du PDDAA.

    Le Mali a dcid de sorienter vers une approche sectorielle en prenant en compte les quatre

    piliers du PDDAA. La politique agricole travers la LOA prend en compte la dcentralisation des

    projets de dveloppement rural au regard des priorits et du financement des projets. La LOA

    prend en compte la rforme complte du secteur agricole dans son ensemble et, elle a

    commenc a tre mise en application par Dcret.

    Dans le Compact sign en octobre 2009, le Gouvernement malien s'est engag raliser la vision

    et la stratgie du PDDAA. Le PNIP-SA montre de faon dtaille, le mcanisme travers lequel le

    cadre du PDDAA sera mis en uvre, comme un programme cohrent du secteur agricole.Le

    plan d'investissement est aussi cohrent avec les engagements du compact et la stratgie

    agricole long terme du Mali indiqus dans les diffrents documents stratgiques.

    2. Cohrence avec les options de croissance long terme et de rduction de la pauvret

    Une mise en uvre effective du PNIP-SA devrait faire crotre le PIB total, le PIB agricole et le PIB

    non agricole respectivement de 7,2%, 8,8% et 5,8% en moyenne. Quoique ces taux soient levs,

    les projections lhorizon 2015 indiquent que leur ralisation ne permettrait pas au Mali

    datteindre la cible de lOMD de rduction de moiti de la pauvret en 2015. Pour cela, il faudrait

    que le secteur agricole croisse de 9,4% par an.

    Par contre, les taux de croissance attendus du PNIP-SA salignent bien sur la cible de croissance

    du PDDAA et sur les rsultats du scenario OMD1-2020 (Graphique 1), indiquant que si le plan

    dinvestissement propos est totalement financ et convenablement mis en uvre, il devrait

    permettre au Mali datteindre la cible de rduction de la pauvret entre 2018 et 2019. Il faut

    souligner que les taux de croissance correspondant aux objectifs dclars dans le PNIP-SA sont

    largement au-dessus des performances du Mali durant la priode pr-compact. Le taux de

    croissance du PIB total pendant cette priode a t de 5,4% tandis que les taux de croissance du

    PIB agricole et du PIB non agricole ont t respectivement de 5,5% et 5,4%. Le PNIP-SA appelle

    ainsi une acclration de la croissance tant au niveau global et au niveau du secteur agricole de

    lordre denviron 34% et 60% respectivement dans les 5 prochaines annes, ce qui implique une

    transformation des systmes de production agricoles du pays. Les choix dinvestissement faits

    dans le PNIP-SA consistant lintensification et la modernisation des systmes de production

    et de commercialisation paraissent donc assez judicieux.

  • 4

    3. Intgration des bonnes pratiques dans les activits du PNIA

    Accrotre de faon durable les superficies cultives et desservies par des systmes fiables de matrise de leau

    Parmi les principes qui guident la conception du plan, laccent est mis sur ladoption des

    approches qui amliorent la productivit tout en protgeant les ressources naturelles.

    Lamnagement des ressources naturelles et la prservation de la biodiversit font partie des

    sous composantes prvues dans les investissements. Le plan comporte une forte dimension

    renforcement des capacits, qui encourage le recours aux bonnes pratiques sur le plan

    environnemental et social.

    Les lments du plan axs sur la matrise de leau concernent essentiellement lamnagement

    des Bas-fonds, des plaines inondables, des mares, des primtres irrigus villageois, les

    primtres marachers, les Oueds et les Oasis. Le choix de la matrise de leau lchelle des bas

    fonds, ou des villages (petite irrigation, irrigation villageoise) se justifie par le fait que la

    majorit populations dmunies est tributaire de ces formes de matrise de leau. Les

    amnagements hydrauliques relatifs au programme riz du PNIP rentrent dans le cadre du

    programme gouvernemental damnagement hydro-agricole 2008 2012.

    En matire de politique foncire, le PNIP prvoit au titre de lamlioration de la scurit foncire

    des primtres amnags, llaboration de schmas et plans damnagement sur les terroirs

    concerns et ltablissement de cadastres. Les conclusions et recommandations des Etats

    gnraux sur le foncier et particulirement en zone rurale, seront galement mises en uvre.

    Dvelopper les marchs et les capacits commerciales

    Le Plan d'Investissement du Mali entend dvelopper de nouveaux produits leffet de saisir les

    opportunits des marchs mergents travers le respect des normes de qualit pour les

    exportations et le dveloppement des marchs nationaux et rgionaux. Il vise galement

    laccroissement des cultures vivrires traditionnelles pour satisfaire le march local. Un accent

    sera mis sur lamlioration de l'levage et de la pche pour profiter de la croissance attendue de

    la demande en protines animales. Le Plan dInvestissement prvoit galement le

    dveloppement de systmes d'information sur le march pour renforcer les capacits des

    producteurs, y compris les petits exploitants pour accder aux nouvelles opportunits.

    Le plan considre l'amlioration des infrastructures commerciales (routes, routes rurales) et la

    gestion de l'excdent de production (installations de stockage, transformation) comme un dfi

    majeur pour une meilleure connexion au march des produits animaux et vgtaux. Le plan

    espre appuyer le dveloppement des infrastructures, notamment de transport (routes et

    pistes), de transformation et de conservation (chambre frigorifique, appui la construction

    d'entrepts dans les zones de production) pour rduire les pertes post-rcoltes et faciliter la

    circulation des produits.

    Le plan adoptera une approche chane de valeur dans tous les programmes, en reconnaissant

    que l'amlioration de la productivit ncessite la transformation et l'accs aux marchs. La

    stratgie du Gouvernement met un accent particulier sur les activits de commercialisation, la

    rduction des pertes post - rcolte et la valeur ajoute. Cela impliquera une collaboration avec le

    secteur priv qui aura une plus grande influence dans le dveloppement des entreprises

    agricoles le long de leurs chanes de valeurs. La cration de valeur ajoute travers le

    conditionnement et la transformation est prvue pour les principales chanes de valeurs

    stratgiques.

  • 5

    Le PNIP prvoit d'apporter son soutien aux associations fminines impliques dans le processus

    de transformation, de commercialisation et d'exportation, en particulier pour le mas, travers

    la maintenance et le dveloppement des infrastructures facilitant l'accs au march. Il appuiera

    aussi les programmes de formation de tous les acteurs.

    Scurit alimentaire et nutritionnelle des couches vulnrables

    Le gouvernement malien a opt pour lutilisation de la croissance de lagriculture et du

    dveloppement comme moteur de la croissance conomique et du dveloppement. Lapproche

    du gouvernement est en concordance avec le plan de dveloppement agricole de la CEDEAO et

    du PDDAA qui sont relatifs aux objectifs du millnaire pour le dveloppement de LAfrique.

    Le tout premier objectif est llimination de lradication de la faim chronique et la rduction de

    la pauvret travers lamlioration de la scurit alimentaire. Aussi, pour le Mali, lapproche

    adopte dans le plan dinvestissement opte pour latteinte de la scurit alimentaire par

    laugmentation de la production agricole travers cinq programmes incluant six filires

    prioritaires savoir le mas, le mil-sorgho, le riz, le btail-viande, le lait, la pche et laquaculture.

    Le plan encourage la production locale des principales denres alimentaires et renforce ainsi la

    scurit alimentaire travers : i) laugmentation de la disponibilit et laccessibilit conomique

    la nourriture, par accroissement de la production tire par la productivit, la rduction des

    cots de commercialisation et la croissance des revenus des participants ces filires ;- ii)

    lamlioration de la nutrition de la population travers la production de nutriments cl et une

    meilleure ducation nutritionnelle.

    Le plan fait ressortir une relle volont daccroissement de la production. Ceci dmontre le souci

    du PNIASA datteindre le taux de six pour cent dapport du secteur agricole travers

    lintensification et la modernisation des systmes de production. Il renferme galement une

    logique dintervention par filire et fait ressortir les lments prendre en compte anne par

    anne. Il existe donc un cadre logique pour lexcution de chaque programme.

    Le plan prvoit galement le renforcement du dispositif national de prvention de gestion des

    crises. Aussi, au sein de chacun des 5 programmes, le VIH SIDA est pris en compte par des

    sances de sensibilisation.

    Recherche et diffusion des technologies agricoles

    Le cadre pour la productivit agricole en Afrique qui est le guide de mise en uvre du pilier 4

    donne des indications cls intgrer dans le plan dinvestissement agricole. Les grands thmes

    abords par le FAAP sont lautonomisation des paysans, la vulgarisation agricole, la recherche

    agricole, la formation et lenseignement suprieur dans le domaine agricole. Bien quil existe des

    normes indiques dans le FAAP, il nexiste pas de format standard pour intgrer les diffrents

    lments du FAAP, mais il est recommand dy incorporer tout ces lments pour une mise en

    uvre du Pilier 4. Les diffrentes activits mentionnes dans les diffrents sous programmes du

    plan sont conformes aux exigences du FAAP en ce qui concernent lautonomisation des paysans

    et la vulgarisation agricole. De manire gnrale le PNIP-SA souligne son alignement avec les

    exigences des Partenaires Techniques et Financiers.

    5. Ralisme oprationnel

    Le PNIP a prvu la mise en place et lutilisation dinstitutions Etatiques et non-Etatiques pour sa

    mise en uvre. Les ministres chargs du secteur agricoles, de lconomie, des finances, de

    lindustrie, de la profession agricole, les collectivits territoriales, la socit civile et le secteur

    priv auront des rles et des responsabilits dans la mise en uvre du PNIP-SA.

    Par ailleurs, il existe un comit interministriel pour coordonner les activits entre les diffrents

    ministres. Les Cadres de Dpenses Moyen Termes de chaque ministre dfinissent leur

  • 6

    budget tenant compte du PNIP-SA. Aussi, la coordination des ressources et le suivi se fera

    travers les organes de la LOA, tel que le Conseil Suprieur de lagriculture et le Gouvernement.

    Lorganisation institutionnelle dans le mise en uvre du PNIP prvoit des revues sectorielles

    conjointes annuelles. Les ministres chargs du secteur agricole, de lconomie, des finances, de

    lindustrie, de la profession agricole, des collectivits territoriales, la socit civile et le secteur

    priv auront des rles et des responsabilits dans la mise en uvre du PNIP-SA

    Le cots des investissement prvus dans le programme / filire riz devraient spcifier les cots

    lis aux amnagements compte tenu du fait que des acquis existent en matire de rduction des

    cots dtude et de ralisation des primtres irrigus, La mise en exergue des possibilits de

    rduction des cout unitaires de lhectare amnag pourrait encourager les investisseurs

    contribuer laccroissement des superficies irrigues

    Le PNIP-SA devrait coter 358, 85 milliards de dollars US. Actuellement, le secteur public s'est

    engag financer 20% du cot. Le plan espre que 15% du cot sera pris en charge par les

    bnficiaires des projets inclus dans les programmes. Mais il reste encore un dficit budgtaire

    de 65%.

    Le PNIP-SA indique que le Gouvernement et ses partenaires au dveloppement dvelopperont

    une synergie pour faciliter la participation du secteur priv la mise en uvre du plan.

    Le budget pour la mise en uvre du PNIP-SA qui vise un taux annuel de croissance agricole de

    8,8% pour la priode 2011-2015 est valu 358.85 milliards de Francs CFA, soit un budget

    annuel de 71,77 milliards de FCFA environ. Le budget du PNIP-SA est en rgression par rapport

    aux dpenses publiques agricoles enregistres en 2006 au Mali. Celles-ci slevaient 90.7

    milliards de FCFA. Aussi, le budget du PNIP-SA parat trs modeste compar aux projections des

    besoins de financement agricole long terme pour le scenario le plus proche du PNIP-SA en

    terme de croissance agricole, savoir le scenario SDDR (Schma Directeur de Dveloppement

    Rural) qui vise un taux de croissance agricole de 8.5%.

  • 7

    Rsum analytique..3

    1. Introduction .............................................................................................................1. Introduction .............................................................................................................1. Introduction .............................................................................................................1. Introduction ..................................................................................................................... ........ ........ ........ 8888

    2.2.2.2. Contexte de la revue..........................................................................Contexte de la revue..........................................................................Contexte de la revue..........................................................................Contexte de la revue........................................................................................................ 10.............................. 10.............................. 10.............................. 10

    3. Les composantes, la mthodologie, les critres et les outil3. Les composantes, la mthodologie, les critres et les outil3. Les composantes, la mthodologie, les critres et les outil3. Les composantes, la mthodologie, les critres et les outils de la revue .......................12s de la revue .......................12s de la revue .......................12s de la revue .......................12

    4. 4. 4. 4. Revue Revue Revue Revue CUA/NEPAD CUA/NEPAD CUA/NEPAD CUA/NEPAD dudududu plaplaplaplan dinvestissement du Malin dinvestissement du Malin dinvestissement du Malin dinvestissement du Mali............................................................ 14.................................... 14.................................... 14.................................... 14

    Composante 1: Alignement avec la vision, les principes et les lments de stratgieComposante 1: Alignement avec la vision, les principes et les lments de stratgieComposante 1: Alignement avec la vision, les principes et les lments de stratgieComposante 1: Alignement avec la vision, les principes et les lments de stratgie

    du PDDAAdu PDDAAdu PDDAAdu PDDAA...................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 14.............................. 14.............................. 14.............................. 14

    Composante 2: Cohrence avec les objectifs longComposante 2: Cohrence avec les objectifs longComposante 2: Cohrence avec les objectifs longComposante 2: Cohrence avec les objectifs long----terme de croissance et de rduction terme de croissance et de rduction terme de croissance et de rduction terme de croissance et de rduction

    de la pauvret. de la pauvret. de la pauvret. de la pauvret. ............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................16161616

    Composante 3: Viabilit technique des lments de programme. ............................Composante 3: Viabilit technique des lments de programme. ............................Composante 3: Viabilit technique des lments de programme. ............................Composante 3: Viabilit technique des lments de programme. .................................................. 1.. 1.. 1.. 18888

    Composante 4: Alignement avec les engagements du pays .......................................Composante 4: Alignement avec les engagements du pays .......................................Composante 4: Alignement avec les engagements du pays .......................................Composante 4: Alignement avec les engagements du pays ................................................................... 22228888

    Composante 5: Ralisme de lComposante 5: Ralisme de lComposante 5: Ralisme de lComposante 5: Ralisme de loprationnalisation ........................................................oprationnalisation ........................................................oprationnalisation ........................................................oprationnalisation ........................................................................ 22229999

    Conclusion et recommandations32Conclusion et recommandations32Conclusion et recommandations32Conclusion et recommandations32

    Annexe 1: GuAnnexe 1: GuAnnexe 1: GuAnnexe 1: Guide du PDDAA postide du PDDAA postide du PDDAA postide du PDDAA post----Compact Compact Compact Compact

    Annexe 2: 13 points CEDEAO de laAnnexe 2: 13 points CEDEAO de laAnnexe 2: 13 points CEDEAO de laAnnexe 2: 13 points CEDEAO de laprs prs prs prs Cotonou Cotonou Cotonou Cotonou

    Annexe 3: Modle dAnnexe 3: Modle dAnnexe 3: Modle dAnnexe 3: Modle de feuille de route poste feuille de route poste feuille de route poste feuille de route post----revrevrevrevue ue ue ue

  • 8

    1. Introduction

    Ce rapport renseigne sur les rsultats de la revue par la CUA / NEPAD du Plan National

    dInvestissement Agricole (PNIA) du Mali. Le programme dtaill pour le

    dveloppement de lagriculture africaine (PDDAA) a t adopt par les chefs dEtat

    africains lors du Sommet de Maputo tenu en 2003. Il tenait alors lieu de stratgie pour

    transformer lagriculture africaine et combattre de faon durable la pauvret et

    linscurit alimentaire. Le PDDAA annonce une re nouvelle dans le dveloppement

    international et est non seulement en train de transformer le secteur agricole largement

    nglig jusquici mais encore de crer des partenariats uniques et novateurs en matire

    de dveloppement.

    Le programme dtaill et inclusif a t tmoin de la mise en uvre sans prcdent de :

    (i) Formulation interministrielle de stratgies intersectorielles et de plans

    dinvestissement qui sont dirigs et appropri par les pays eux-mmes ;

    (ii) Limplication du secteur priv de la socit civile et des organisations de producteurs

    dans lidentification des priorits pour une croissance dont le moteur sera lagriculture ;

    (iii) De la mobilisation dune expertise technique de lensemble du continent pour

    ltablissement de cadres de politiques de guides et outils de mise en uvre qui

    fournissent une base sre et vont guider une planification base sur lexprience

    prouve ; et

    (iv) Le rassemblement des partenaires au dveloppement et des agences bilatrales

    dans le dialogue et la planification.

    Le PDDAA constitue maintenant un programme de transformation sociale ayant une trs

    grande influence sur la transformation de larchitecture de laide au dveloppement et

    de la planification du dveloppement. Le PDDAA offre de nombreuses opportunits de

    cration de valeur car il apporte un soutien la mise sur pied de plans dtaills

    dinvestissement agricole saccompagnant de systmes comparables de suivi volution,

    de revues indpendantes des aspects politiques, techniques et financiers des plans, de

    revues par les pairs et de renforcement de capacits.

    Lapproche PDDAA gagne du terrain, crant une pression positive des pairs entre les

    gouvernements africains pour llaboration des stratgies de qualit et des plans

    dinvestissement, la cration dun environnement propice la mise en uvre des plans

    et la transformation de ces plans en programmes mme de stimuler la croissance et

    rduire la pauvret de faon efficace. Comme suite un processus ayant impliqu toutes

    les parties prenantes de la rgion, la Communaut Economique des Etats de lAfrique de

    lOuest (CEDEAO) a labor une politique agricole dnomme ECOWAP, pour la mise en

    uvre du PDDAA dans la sous rgion.

    LECOWAP a t adopte le 19 janvier 2005 Accra par les chefs dEtats et de

    gouvernement de la rgion. L'ECOWAP est base sur une vision prconisant la

    construction d une agriculture moderne et durable, fonde sur des exploitations

    familiales efficaces et performantes et sur le dveloppement des entreprises agricoles

    grce la participation du secteur priv. Elle vise garantir que l'agriculture soit non

    seulement productive et comptitive sur les marchs de la Communautaires et

  • 9

    internationaux, mais assure galement la scurit alimentaire et constitue une source de

    revenu dcent, pour ses oprateurs.

    Le programme rgional dinvestissement agricole (PRIA) de la CEDEAO et les

    programmes nationaux dinvestissement agricole (PNIA) mettent l'accent sur six

    domaines thmatiques qui combinent les trois domaines thmatiques de lECOWAP et

    les quatre piliers du PDDAA :

    (i) Lamlioration de la gestion de leau;

    (ii) Le dveloppement durable des exploitations agricoles;

    (iii) Une gestion amliore des autres ressources naturelles;

    (iv) Le dveloppement des filires agricoles et le renforcement du march;

    (v) La consolidation des institutions,

    (vi) la rduction de l'inscurit alimentaire.

    Les rsultats de ces plans ont t valids et les modalits de leur application sont

    contenues dans les pactes signs entre les partenaires techniques et financiers, les

    acteurs de la socit civile et les organisations socioprofessionnelles des agriculteurs,

    lors de confrences nationales sur le financement de l'agriculture.

    Ce rapport fournit des informations sur la revue de la CUA / NEPAD du Programme

    National dInvestissement Agricole du Mali. Le rapport porte essentiellement sur la

    cohrence avec les principes et cadres du PDDAA tels que dfinis dans des documents

    plus labors tels que les Guides du PDDAA et Cadres des Piliers. La revue salue les

    efforts du Gouvernement du Mali dans llaboration dun plan dtaill pour lutter contre

    la pauvret, la faim et rpondre aux besoins nutritionnels de ses populations dans le

    contexte du PDDAA.

    La prsente revue propose des domaines considrer pour le renforcement des PNIA

    afin quils contribuent plus efficacement la ralisation des objectifs du PDDAA et

    amliorent leur impact dans le pays. Les questions fondamentales qui ont t poses lors

    de la revue du plan figurent dans le Guide de mise en uvre du PDDAA, dans le Guide de

    revue post compact, et dans le Guide inter-piliers pour la mise en uvre du PDDAA lui-

    mme bas sur les documents plus dtaills intituls Cadres des piliers et les documents

    daccompagnement sur llevage, les pches et la foresterie.

    2. Contexte de la revue

    La CEDEAO et ses Etats membres ont jou un rle prpondrant dans la promotion du

    Programme dtaill pour le dveloppement de lagriculture africaine (PDDAA), une

    initiative du Nouveau partenariat pour le dveloppement de lAfrique (NEPAD) qui est

    un programme de lUnion africaine. Quatorze des quinze Etats membres et la

    Commission de la CEDEAO ont sign leurs compacts. En vertu de ces compacts les Etats

    membres sengagent faire un effort pour atteindre voire dpasser le seuil de 10% du

    budget national allou au dveloppement agricole, afin datteindre un taux de croissance

    annuelle de 6% dans le secteur agricole.

    Aprs la signature de leurs stratgies, les pays ont labor leurs plans d'investissement

    national dans le cadre du PDDAA. Les plans d'investissements sont alors soumis

  • 10

    l'examen technique men par la Commission de lUnion africaine, lagence de

    planification et de coordination du NEPAD (NPCA), les institutions piliers et la rgion.

    Cette revue technique post compact est une tape critique dans la mise en uvre

    oprationnelle des stratgies par pays et des plans d'investissement. L'objectif principal

    est d'valuer collectivement :

    (i) la probabilit pour les programmes d'investissement de raliser la croissance et les

    perspectives de rduction de la pauvret nonces dans les diffrents scnarios en

    fonction des stratgies choisies, raliss pour la table ronde et rsums dans les

    brochures des diffrentes tables rondes,

    (ii) l'utilisation dans la conception des programmes d'investissement ci-dessus des

    meilleures pratiques et d'autres conseils techniques identifis dans les documents

    cadres des piliers,

    (iii) le ralisme technique (alignement des ressources sur les rsultats) et l'adquation

    des arrangements institutionnels dvelopps dans les programmes,

    (iv) l'intgration des principes du PDDAA savoir une revue et un dialogue inclusifs, et

    (v) la cohrence avec les principes budgtaires et les engagements en matire d'aide au

    dveloppement convenus dans le Pacte,

    (vi) l'adquation des arrangements institutionnels pour une mise en uvre efficace et

    efficiente, y compris les outils de partage de l'information et des connaissances, le suivi

    valuation et l'valuation continue et l'apprentissage,

    (vii) la pertinence et la cohrence entre les politiques, les modalits d'excution et de

    mise en uvre et les domaines dinvestissement, les priorits ou les objectifs du

    programme 3,

    (viii) la pertinence et la faisabilit des indicateurs d'impact et l'amlioration du systme

    de la capacit et la rpartition des responsabilits,

    (ix) l'tendue et la qualit du dialogue, la revue des pairs et le systme de responsabilit

    mutuelle pouvant contribuer et relier le plan aux objectifs d'intgration rgionale.

    Le but de la rvision n'est pas de valider ou dvaluer les programmes d'investissement

    et d'autres lments de l'agenda post-compact. Il s'agit plutt de s'assurer que toutes les

    mesures possibles sont prises pour faire en sorte que les objectifs et les cibles fixs dans

    le plan et dfinis dans l'agenda du PDDAA soient atteints. La revue doit tre considre

    et aborde comme un exercice visant prparer le terrain pour la russite de la mise en

    uvre des plans approuvs la table ronde consacre et reflts dans le compact et le

    PNIA.

    Les rsultats de la revue devrait donc tre un ensemble de recommandations concrtes

    et ralisables pour :

    (i) la mobilisation immdiate de l'expertise requise, des comptences et des partenariats

    pour une mise en uvre immdiate sur le terrain;

    (ii) l'tablissement d'un mcanisme visant faciliter l'engagement des bailleurs de fonds

    dans le financement et donc de dgager les ressources ncessaires pour rpondre aux

    besoins de financement des plans dans un dlai raisonnable;

    (iii) la rationalisation du processus d'examen et d'valuation et les normes pour

    acclrer le traitement des dossiers par les donateurs individuels, et

    (iv) la mise en place de systmes de connaissance pour une revue inclusive, le suivi-

    valuation, la responsabilit mutuelle, l'valuation de lapprentissage et de limpact, y

  • 11

    compris les consultations en cours et le dialogue pour amliorer la mise en uvre ainsi

    que le dveloppement et la conception de nouveaux programmes.

    Une fois revus et ajusts, les plans d'investissement sont prsents la communaut

    internationale loccasion dune runion d'affaires convoque pour l'approbation et la

    mobilisation des ressources additionnelles pour combler les dficits de financement.

    Etant donn que le PDDAA est reconnu au plan continental comme la rfrence en

    matire de qualit dans la dfinition des plans dinvestissement, les partenaires au

    dveloppement traditionnels et mergeant, le secteur priv et les nouvelles structures

    de financement respectent les recommandations et les reconnaissances du PDDAA.

    Sous la direction des quipes de pays, les stratgies seront mises en uvre avec :

    (i) avec des documents dtaills de projet et dvaluation des cots,

    (ii) la cration ou le renforcement des systmes de suivi et d'valuation,

    (iii) le renforcement des capacits ncessaires la mise en uvre,

    (iv) un changement de politique afin d'assurer un environnement favorable,

    (v) la cration ou le renforcement des lments institutionnels ncessaires un

    environnement favorable,

    (vi) la mise en cohrence des rformes long terme lies d'autres stratgies du

    domaine agricole, de rduction de la pauvret, des approches sectorielles et des

    programmes sectoriels relevant.

    3. Les composantes, la mthodologie, les critres et les outils de la revue

    L'approche de base de la revue consiste valuer les actions proposes et les rsultats

    des programmes par rapport aux principes et aux objectifs du PDDAA et aux objectifs,

    pratiques et approches du pays tels que de dfinis et consentis dans le Pacte PDDAA

    sign par le pays en question. Les critres sont lvaluation de la cohrence ou de

    l'absence des programmes laide des indicateurs ci-dessus. Les principales

    composantes et les outils de la revue sont les suivants :

    (i) L'alignement sur les principes valeurs et objectifs du NEPAD-PDDAA: la mise en

    uvre du guide dexcution du PDDAA dfinissant la vision, les principes, les lments

    de stratgie de base, et les attentes en matire dimpact ;

    (ii) La cohrence et la compatibilit avec les objectifs et cibles long terme de croissance

    et de rduction de la pauvret indiqus dans les brochures de la table ronde et les

    documents d'information technique mesurant la productivit agricoles long terme, la

    croissance, la performance commerciale, et les rsultats lis la pauvret ;

    (iii) L'incorporation de meilleures pratiques techniques et questions relatives aux

    domaines prioritaires du PDDAA : Les documents relatifs aux cadres des piliers portant

    sur les questions stratgiques cls, les lments de base du programme, et les meilleures

    pratiques ;

    (iv) La qualit et la disponibilit oprationnelle de mise en uvre et l'alignement sur les

    engagements pris lors de la signature du Pacte: Le pacte du PDDAA prcisant les

    engagements aux plans politique, budgtaire de laide au dveloppement, de la revue et

    du dialogue ;

    (v) les programmes d'investissement dtaills montrant les intrants, les produits, les

    rsultats attendus et les arrangements institutionnels ;

  • 12

    (vi) Les lignes directrices de coordination des donateurs pour le soutien au PDDAA au

    niveau des pays, dcrivant les modalits de l'engagement entre les agences locales

    partenaires au dveloppement, les gouvernements et autres parties prenantes.

    La revue se droule suivant cinq axes plus larges, savoir :

    La Composante 1 se penche sur lalignement sur les principes et les lments de stratgie du PDDAA pour s'assurer que tous les lments de la vision, les principes et

    lments fondamentaux de la stratgie, tels que dfinis l'Annexe I du Guide Post

    Compact du PDDAA sont reflts dans les programmes du pays et, s'il y a des lacunes, les

    identifier afin d'assurer un alignement complet.

    Outil: Guide pour la mise en uvre du PDDAA

    La Composante 2 examine la cohrence du plan et de limpact potentiel sur la croissance long terme et les options de rduction de la pauvret. Cette section value si :

    (i) les objectifs de croissance globale qui sont noncs ou induits dans les plans, en

    gnral, et

    (ii) les changements dans les diffrents sous-secteurs et les objectifs connexes, en

    particulier, s'cartent de la performance sectorielle et des rsultats sous-jacents des

    scnarios stratgiques long terme en matire de rduction de la pauvret. Par exemple,

    chacun de ces scnarios est li aux changements ncessaires au niveau des taux de

    croissance du sous-secteur dans la performance commerciale, le niveau global des

    dpenses publiques, et les hypothses concernant l'efficacit des politiques du secteur.

    Cette composante prsente galement un profil comparatif de pays, sur la base dune

    douzaine dindicateurs PDDAA suivi par ReSAKSS pour tous les pays d'Afrique, pour

    montrer le statut actuel de chaque pays par rapport ses pairs, et ainsi identifier les

    lacunes combler.

    Outils: Brochures, documents techniques, documents relatifs au programme

    d'investissement

    La Composante 3 cherche tablir si le plan d'investissement comprend l'adoption des meilleures pratiques et l'inclusion d'lments de base du programme. L'objectif de cette

    valuation est de dterminer les points o une dfinition plus claire et une plus grande

    comprhension des enjeux stratgiques sont ncessaires et galement de voir si une

    meilleure intgration des bonnes pratiques peut contribuer amliorer la conception

    des plans et maximiser limpact de la croissance. Le Guide post-Compact PDDAA en ses

    Annexes II et IV prsente un ensemble de guides et d'outils spcifiques, prpars par les

    institutions piliers, qui fournissent des critres et des mthodes pas pas pour

    concevoir des plans de haute qualit.

    Outils: Documents cadre du pilier et guides et outils de mise en uvre des piliers et outils

    La Composante 4 met l'accent sur l'alignement sur les engagements relatifs au Pacte et son objectif est de s'accorder sur: (i) un plan d'action commun pour respecter les

    engagements en matire de politique de budget et dassistance (ii) identifier et

  • 13

    confirmer les modalits d'examen mutuel, y compris les forums de dialogue et les

    systmes de connaissances pour suivre et faire rapport sur ces engagements.

    Outils: Compact PDDAA, Brochure 5, et les lignes directrices des donateurs pour le soutien

    du PDDAA au niveau des pays.

    La Composante 5 se penche sur le ralisme oprationnel des programmes d'investissement et vise vrifier et confirmer la pertinence du contenu, du cot et des

    arrangements institutionnels, et, si ncessaire, identifier les amliorations apporter

    aux plans oprationnels et de la conception pour une mise en uvre russie. La tche de

    cette section est de vrifier lesquels des principaux lments figurant au tableau 1 du

    Guide Post Compact PDDAA sont consigns dans les plans d'investissement.

    Outils: programmes d'investissement dtaills

  • 14

    4. Revue du plan dinvestissement du Mali par la CUA/NEPAD

    Ce rapport prsente les rsultats de la revue du Plan National dInvestissement

    Prioritaire dans le secteur Agricole du Mali 2011-2015(PNIP-SA) par lUAC/NEPAD. Le

    document est dat du 19 Septembre 2010. Le PNIP-SA du Mali couvre cinq programmes

    et six filires savoir : i) Mas ; ii) mil/sorgho ; iii) Riz ; iv) Btail-viande/lait ; v) Pche et

    aquaculture ; vi) aspects transversaux.

    Composante 1 : Alignement avec la vision, les principes et les lments de

    stratgie du PDDAA C1.1 Compatibilit avec la vision, les principes et la stratgie du PDDAA

    Le processus du PDDAA est utile dans la rorganisation des investissements et des

    programmes agricoles prvus pour mettre un pays sur la voie vers la ralisation d'une

    meilleure productivit agricole, d'un meilleur accs au march, d'une meilleure scurit

    alimentaire et des amliorations durables dans la gestion des ressources. Ces actions,

    mises en uvre avec la participation de tous les acteurs cls, dont le secteur priv et la

    socit civile, le partenariat avec les agences gouvernementales, devraient aboutir une

    croissance gnrale de 6%, et la rduction de la pauvret. Une mesure cl du processus

    est l'accroissement de l'allocation budgtaire (10% au moins) consacre au secteur

    agricole comme convenu dans la Dclaration de Maputo.

    Se basant sur le engagements du compact PDDAA, le Gouvernement du Mali a labor un

    Plan national d'investissements prioritaires du secteur agricole (PINP-SA) qui impliqu

    les diffrents services du ministre de l'Agriculture, des Industries Animales et de la

    Pche, les autres ministres intervenant dans le secteur rural, mais aussi les principaux

    partenaires du secteur priv, les ONG et des organisations de la socit civile. Les

    partenaires au dveloppement du Mali ont jou un rle actif dans les discussions

    diffrents niveaux, aussi bien travers le groupe de donateurs du secteur agricole, quau

    sein du Comit national de mise en uvre charg de coordonner la mise en uvre

    multisectorielle du Plan dInvestissement.

    Par ailleurs, le secteur agricole constitue une haute priorit pour le Gouvernement du

    Mali, en tant que moteur de croissance. En effet, le Mali consacre plus de 10% de son

    budget au secteur agricole et il envisage datteindre un taux de croissance de 6% comme

    le recommande les objectifs du PDDAA.

    Cependant, le PNIP-SA n'affiche pas une stratgie claire de mise en uvre des

    diffrentes activits mentionnes dans le plan.

    Recommandations : a) Une stratgie claire de mise en uvre du plan prcisant les rles et responsabilits

    des diffrents acteurs de mise en uvre du plan simpose.

    C.1.2. Reforme du Programme

    Le Plan National dInvestissements Prioritaires du Secteur Agricole (PNIP-SA) est en

    accord avec les valeurs et la vision du PDDAA et vise la relance conomique du Mali en

  • 15

    se basant sur lagriculture pour accder la scurit alimentaire et la rduction de la

    pauvret. En effet, la Loi dOrientation Agricole (LOA), le Cadre Stratgique pour la

    Croissance et la Rduction de la Pauvret (CSCRP) et le Projet de Dveloppement

    Economique et Social (PDES) qui sont les trois documents de rfrences sur le secteur

    dveloppement rural sont en parfaite cohrence avec les orientations du

    PDDAA/ECOWAP.

    Dans cette optique, le Mali a dcid de sorienter vers une approche sectorielle en

    prenant en compte les quatre piliers du PDDAA. La politique agricole travers la LOA

    prend en compte la dcentralisation des projets de dveloppement rural au regard des

    priorits et du financement des projets. La LOA prend en compte la rforme complte du

    secteur agricole dans son ensemble et, elle a commenc a tre mise en application par

    Dcret. Il ny a donc pas de remarques particulires sur les reformes en cours. La

    recommandation qui en dcoule est donc de poursuivre lapplication de la LOA comme

    prvu jusqu son aboutissement en en intgrant les lois reformant dautres secteur

    comme le secteur priv, lindustrie, le transport

    C.1.3 Alignement avec les engagements compact

    Dans le Compact sign en octobre 2009, le Gouvernement malien s'est engag raliser

    la vision et la stratgie du PDDAA. Le PNIP-SA montre de faon dtaille, le mcanisme

    travers lequel le cadre du PDDAA sera mis en uvre, comme un programme cohrent

    du secteur agricole.Le plan d'investissement est aussi cohrent avec les engagements

    du compact et la stratgie agricole long terme du Mali indiqus dans les diffrents

    documents stratgiques.

    Recommandations : a) La mise en uvre de la stratgie du PNIP-SA devrait tre incluse pour donner une

    image globale.

    C1.4 Equilibre du Programme

    Le cot du PNIP-SA est estim 358,845 milliards FCFA, avec une enveloppe de 71,7

    milliards FCFA par an en moyenne. Le plan a t labor selon 5 programmes prenant en

    compte six (6) spculations qui permettront datteindre les objectifs du PDDAA. Les

    spculations ont t slectionnes en raison de leur potentiel dexpansion, le grand

    nombre de personnes concerns et leur importance pour la scurit alimentaire et la

    nutrition.

    Le plan dinvestissement du Mali sinscrit dans une perspective rgionale et est

    conforme aux objectifs du lECOWAP/CEDEAO. Un choix qui permettra au Mali

    dexploiter des avantages comparatifs de la sous rgion.

    C.1.5. Collaboration et coordination interministrielles

    La mise en uvre du plan, tel que structur, fait appel dautres ministres, autres que

    le ministre de lAgriculture. A cet effet, il est mis en place un comit interministriel

    charg de coordonner la mise en uvre du PNIP-SA et aussi de valider les documents

    produits par le groupe technique.

  • 16

    Cependant, la collaboration entre le comit interministriel et les autres parties

    prenantes nest pas explicitement clarifie, en particulier les rapports avec le secteur

    priv et les partenaires techniques et financiers .

    Recommandation :

    a) Le comit interministriel devrait coordonner la mise en uvre du PNIP-SA en

    parfaite collaboration avec lensemble des parties prenantes ;

    b) Les rapports entre le Comit interministriel et les acteurs et parties prenantes

    doivent tre prcises dans la stratgie de mise en uvre du PNIP-SA.

    C1.6 Consultation des acteurs

    Toutes les runions et concertations ont connu la participation de toutes les parties

    prenantes tels que le ministre de lAgriculture, les diffrents ministres concerns

    (pche, levage, conomie, finance, transport, industrie), les organisations paysannes,

    les organisations de la socit, le secteur priv et les partenaires techniques et

    financiers. Les PTF dirigs par USAID ont fortement contribu dans llaboration du

    Plan.

    Cependant, le plan ne dtaille les rles et les responsabilits dans la mise en uvre.

    Recommandations

    a) Les acteurs et parties prenantes doivent pleinement participer llaboration et la

    mise en uvre du plan. Pour ce faire les rles et responsabilits de chacun doivent tre

    clairement dfinis dans la stratgie de mise en uvre.

    C.1.7 Implication du secteur priv

    Limplication du secteur priv et sa mobilisation apparaissent clairement dans les

    objectifs clairs du PNIP-SA. Le secteur priv, la socit civile, les organisations

    paysannes et les associations ont t rgulirement consults en tant que partie

    prenante dans la formulation du plan dinvestissement du Mali, mais aussi tout au long

    du processus PDDAA. Par ailleurs, le secteur priv malien a toujours t prsent dans le

    secteur agricole. Il intervient dans la fourniture des intrants agricoles et aussi dans la

    mise disposition et la commercialisation des produits agricoles.

    Cependant, cette implication du secteur priv sest faite en grande partie de faon

    informelle, or linformel ne permet pas le dveloppement rural de manire efficace.

    Recommandations a) Le secteur priv doit participer effectivement la mise en uvre du PNIP-SA ;

    b) Il est ncessaire de favoriser la professionnalisation du secteur priv quil joue

    pleinement son rle, notamment dans les activits de vulgarisation et de

    commercialisation.

    C1.8 Mesures de coordination du GTD

    Le Groupe de travail des donateurs (DWG)au Mali, dirigs par l'USAID, a t activement

    impliqu dans le Processus du PDDAA, surtout dans l'laboration et la finalisation du

  • 17

    PNIP-SA. Il fait galement partie du Comit national charg de la mise en uvre du

    PNIP.

    C1.9 Etat de l'harmonisation des donateurs

    Les donateurs participent au processus du PDDAA depuis la phase pr-compact. Le PNIP

    comporte des programmes actuels qui sont en train d'tre financs par les partenaires

    au dveloppement. La Banque africaine de dveloppement a confirm son appui au

    programme rizicole.

    Component 2. Cohrence avec les options de croissance long terme et de rduction de la pauvret

    C2.1 Les rsultats du PNIP-SA compars aux objectifs de croissance long terme et

    de rduction de la pauvret

    Une mise en uvre effective du PNIP-SA devrait faire crotre le PIB total, le PIB agricole

    et le PIB non agricole respectivement de 7,2%, 8,8% et 5,8% en moyenne. Quoique ces

    taux soient levs, les projections lhorizon 2015 indiquent que leur ralisation ne

    permettrait pas au Mali datteindre la cible de lOMD de rduction de moiti de la

    pauvret en 2015. Pour cela, il faudrait que le secteur agricole croisse de 9,4% par an.

    Par contre, les taux de croissance attendus du PNIP-SA salignent bien sur la cible de

    croissance du PDDAA et sur les rsultats du scenario OMD1-2020 (Graphique 1),

    indiquant que si le plan dinvestissement propos est totalement financ et

    convenablement mis en uvre, il devrait permettre au Mali datteindre la cible de

    rduction de la pauvret entre 2018 et 2019. Il faut souligner que les taux de croissance

    correspondant aux objectifs dclars dans le PNIP-SA sont largement au-dessus des

    performances du Mali durant la priode pr-compact. Le taux de croissance du PIB total

    pendant cette priode a t de 5,4% tandis que les taux de croissance du PIB agricole et

    du PIB non agricole ont t respectivement de 5,5% et 5,4%. Le PNIP-SA appelle ainsi

    une acclration de la croissance tant au niveau global et au niveau du secteur agricole

    de lordre denviron 34% et 60% respectivement dans les 5 prochaines annes, ce qui

    implique une transformation des systmes de production agricoles du pays. Les choix

    dinvestissement faits dans le PNIP-SA consistant lintensification et la modernisation

    des systmes de production et de commercialisation paraissent donc assez judicieux.

    Graphique 1: Objectifs du PNIP-SA et cibles de croissance sectorielle long terme (%)

  • 18

    C2.2 Croissances sous-sectorielles sous le PNIP-SA compars aux

    objectifs long terme

    Le PNIP-SA du Mali indique des objectifs de production atteindre lhorizon 2015

    pour des crales, la viande, le lait, la pche et laquaculture ainsi que leurs implications

    en termes dextension des superficies irrigues et damlioration des rendements.

    Comme pour le secteur agricole dans sa globalit, les taux de croissance attendus par

    sous-secteur sous le PNIP-SA sont galement suprieurs aux performances pr-compact

    du pays (Graphique 2). En particulier pour les cultures vivrires, le PNIP-SA implique

    une acclration de la croissance de lordre de 119% par rapport au rythme de la

    priode pr-compact.

    Graphique 2: Objectifs du PNIP-SA et cibles de croissance sous-sectorielle long terme (%)

    0.0

    1.0

    2.0

    3.0

    4.0

    5.0

    6.0

    7.0

    8.0

    9.0

    Economie Agriculture Autres secteurs

    Pr-compact

    SDDR

    PNIP-SA

    PDDAA

    OMD1-2020

    0

    2

    4

    6

    8

    10

    12

    Cultures vivrires Cultures

    d'exportation

    Elevage Forts Pches

    Pr-compact

    PNIP-SA

    PDDAA

    OMD1-2020

  • 19

    C2.3. Cots du PNIP-SA compars aux besoins de financement long terme

    Le besoin de financement total du PNIP-SA se chiffre environ 358,622 milliards de

    dollars dont 30,1% sont allous la filire riz, 23,6% aux filires btail viande et lait,

    20,7% la pche et aquaculture (Tableau 1). Comme indiqu dans le Graphique 3, le

    budget du PNIP-SA est largement plus faible que le financement requis long terme

    pour atteindre lOMD1 en 2020 ou pour raliser lobjectif de croissance minimale du

    PDDAA. Les besoins de financement pour les scenarios OMD1-2020, PDDAA et SDDR

    sont estims sur la base des rapports empiriques au Mali entre les dpenses publiques et

    la croissance agricole et conomique globale, dune part, et entre la croissance et la

    rduction de la pauvret, dautre part (voir Brochure 4). La faiblesse du budget du PNIP-

    SA pourrait rsulter du fait quil sagit dun programme dinvestissement prioritaire

    court terme relatif quelques filires agricoles stratgiques. En outre lvaluation des

    besoins de financement pour les scenarios OMD1-2020, PDDAA et SDDR prend en

    compte aussi les dpenses dinvestissement que de fonctionnement. Tableau 1: Composition du PNIP-SA du Mali

    Montant Part du budget

    Milliards de $US %

    Programme de la filire mais 45.379 12.7

    Programme de la filire mil /sorgho 25.616 7.1

    Programme de la filire riz 107.904 30.1

    Programme des filires btail viande et btail lait 84.763 23.6

    Programme des filires pche et aquaculture 73.960 20.6

    Programme d'activits transversales 21.000 5.9

    Total du PNIP-SA 358.622 100.0

    Graphique 3: Budgets du PNIP-SA, du PDDAA et de lOMD1 (milliards de $US)

    C2.4. Effets du PNIP-SA sur la Pauvret compars aux objectifs long terme

    Si les objectifs de croissance du PNIP-SA sont atteints, le taux de pauvret au Mali serait

    de 48% en 2015 contre la cible de 34,4% qui correspondrait lobjectif de pauvret

    358.6

    1068.7

    1525.7

    2653.2

    0

    500

    1,000

    1,500

    2,000

    2,500

    3,000

    PNIP-SA PDDAA OMD1-2020 SDDR

  • 20

    OMD1. Cependant si la tendance de croissance induite par le PNIP-SA est soutenue

    jusquen 2020, le taux de pauvret sera autour de 30,4%, soit en dessous de la cible (voir

    Graphique 4). Ainsi, le taux de pauvret qui rsulterait de la ralisation des taux de

    croissance du PNIP-SA lhorizon 2020 serait de 11,4% infrieur au niveau qui serait

    atteint sous le scenario OMD1-2020. Quant au taux de croissance agricole ralisable avec

    le PNIP-SA, il serait de 9,3% suprieur au taux attendu sous le scenario OMD1-2020. Il

    en rsulte que la formulation du PNIP-SA est base sur une bonne exploitation des

    sources de croissance et de rduction de la pauvret au Mali. Le tableau 4 prsente la

    diffrence de composition de la croissance dans les deux scenarios. Graphique 3: Taux de pauvret (%)

    Tableau 4: Composition de la croissance dans les scenarios PNIP-SA et OMD1-2020 (%)

    PNIP-SA OMD1-2020 Diffrence

    Agriculture 8.8 8.0 9.3

    Cultures vivrires 12.0 8.1 47.8

    Cultures d'exportation 6.1 7.9 -22.3

    Elevage 6.1 8.0 -23.1

    Forts 5.4 8.1 -33.8

    Pches 5.8 8.4 -30.6

    C2.5. Conclusions et Recommandations a) Les objectifs de croissance poursuivis dans le PNIP-SA ne permettraient pas au Mali

    de raliser la cible OMD de rduction de la pauvret en 2015. Par contre, si la

    tendance de croissance impulse par le PNIP-SA est soutenue au del des cinq

    prochaines annes, le Mali pourrait atteindre la cible de rduction la pauvret entre

    2018 et 2019. Toutefois, ces perspectives impliquent pour le Mali une

    transformation significative des systmes de production de manire amliorer

    sensiblement les productivits dans les diffrentes filires agricoles dont en

    particulier les crales.

    b) Il ny avait pas de donnes pour valuer les tendances post-compact de la pauvret et de la vulnrabilit. Il est important que des arrangements ncessaires soient faits

    pour rgulirement mettre jour la base denqute de mnages qui a t utilise

    pendant lanalyse pr-compact afin de faciliter le suivi des effets de pauvret et de

    redistribution des plans dinvestissement venir.

    20

    30

    40

    50

    60

    70

    80

    2006 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 2020

    BASE PNIP-SA PDDAA OMD1-2020

  • 21

    Composante 3 : Adoption des meilleures pratiques et inclusion dlments de

    programmes de base Viabilit technique des principaux programmes C3.1 Pilier 1 : Accrotre de faon durable les superficies cultives et desservies par des systmes fiables de matrise de leau

    C3.1.1 Gestion durable des terres

    Parmi les principes qui guident la conception du plan, laccent est mis sur ladoption des

    approches qui amliorent la productivit tout en protgeant les ressources naturelles.

    Lamnagement des ressources naturelles et la prservation de la biodiversit font

    partie des sous composantes prvues dans les investissements. Le plan comporte une

    forte dimension renforcement des capacits, qui encourage le recours aux bonnes

    pratiques sur le plan environnemental et social. Le PNIP-SA prvoit la consolidation des

    programmes existants et tente de prendre en compte les expriences en cours,

    notamment le programme de gestion durable des terres men par le Ministre de

    lenvironnement.

    Cependant, certaines activits tels les amnagements, la construction dabattoirs et

    tanneries peuvent avoir des impacts environnementaux et sociaux normes, quil

    convient de minimiser ;

    Recommandations a) Il faudra veiller une application stricte des activits dattnuation des impacts

    physiques et sociaux lis aux amnagements et infrastructures agricoles

    (rizicoles, petits barrages, puits pastoraux etc. ;

    b) La mise en place des abattoirs et tanneries doit faire lobjet dtude dimpacts environnemental approfondie ;

    c) Il faut prvoir des activits de renforcement de lenvironnement institutionnel

    C.3.1.2. Matrise de leau

    Les lments du plan axs sur la matrise de leau concernent essentiellement

    lamnagement des Bas-fonds, des plaines inondables, des mares, des primtres

    irrigus villageois, les primtres marachers, les Oueds et les Oasis. Le choix de la

    matrise de leau lchelle des bas fonds, ou des villages (petite irrigation, irrigation

    villageoise) se justifie par le fait que la majorit populations dmunies est tributaire de

    ces formes de matrise de leau. Ce sont les formes dirrigation qui sont les plus

    rpandues sur lensemble du territoire Malien.

    Les amnagements hydrauliques relatifs au programme riz du PNIP rentrent dans le

    cadre du programme gouvernemental damnagement hydro-agricole 2008 2012. Les

    sites dirrigation cibls ont dj fait lobjet didentification prliminaire dans le cadre du

    programme national dirrigation de proximit. Les investissements prvus couvrent une

    superficie de lordre de 27000 ha.

    Cependant, bien que l'hydraulique agricole soit signal parmi les dfis relever dans le

    plan, la grande irrigation qui devrait permettre une augmentation sensible des

    superficies irrigues ne fait pas partie des priorits du plan. Alors mme que la grande

  • 22

    irrigation constitue une des priorits au niveau national et se situe dans un cadre global

    dans lequel sintgre le PNIP-SA lui mme.

    Recommandations a) Le plan devrait indiquer plus clairement son articulation avec les programmes

    existants, dautant plus que ceux-ci sont en tat dexcution plus avanc en gnral.

    b) Pour minimiser les contraintes de cot lev des intrants en matire de dveloppement agricole, il faut utiliser les bonnes pratiques peu couteuses en

    matire dirrigation ;

    C3.1.3. Gouvernance et administration des terres

    En matire de politique foncire, le PNIP prvoit au titre de lamlioration de la scurit

    foncire des primtres amnags, llaboration de schmas et plans damnagement

    sur les terroirs concerns et ltablissement de cadastres. Les conclusions et

    recommandations des Etats gnraux sur le foncier et particulirement en zone rurale,

    seront galement mises en uvre. Aussi les commissions foncires seront

    oprationnelles progressivement sur lensemble du territoire. Dans le cadre de

    lamlioration de la gestion foncire, des tests sont en cours dans les rgions o vont se

    raliser les amnagements hydro agricoles prvus dans le cadre du PNIP SA. Ces

    tests ont pour but de scuriser la proprit foncire proprit foncire par une sorte de

    titre formel de faon encourager les investissements sur les terres.

    Cependant, ltablissement des cadastres et des commissions foncires risquent de

    prendre suffisamment de temps, compte tenu de leur caractre participatif et inclusif.

    Une bonne partie du temps de mise en uvre du projet risque de scouler avant la

    finalisation des processus dtablissements des cadastres et des commissions foncires.

    Le plan ne prvoit pas de mesures pour la promotion des reformes institutionnelles en

    matire de gouvernance et dadministration foncire. De mme, il manque des actions de

    renforcement des capacits des acteurs fonciers. Le plan ne propose pas de mesures de

    scurisation des exploitants face aux multinationales qui acquirent dimportantes

    surfaces de terres , et souvent au dtriment des collectivits sans leur consentement.

    Recommandations a) Prendre des dispositions idoines afin que la mise en place des cadastres et des

    commissions foncires ne retarde la mise en uvre du projet. Il

    b) Il serait utile de programmer des activits de renforcement des capacits institutionnelles et des acteurs fonciers ;

    c) Il faut prvoir la prise en place dun systme national dinformation foncire sur la base des activits ;

    d) Le PNIP SA devrait prvoir des actions spcifiques pour la prise en compte effective des acquis des tests de scurisation foncire en cours vue de la gnralisation de tels

    procds si les tests ont concluants.

    C3.2. Pilier 2

    Un des cinq principaux objectifs stratgiques du PNIP-SA est l'accroissement des

    revenus des producteurs par la cration de plus-values grce la transformation et

    lamlioration de la comptitivit pour un meilleur accs des produits au march. Le

  • 23

    pays adopte une approche chane de valeurs dans tous les programmes. Les activits

    seront menes par les entreprises, avec des perspectives de commercialisation et

    d'amlioration de la scurit alimentaire. L'valuation se base sur les principes du Cadre

    Stratgique du Pilier II pour lamlioration des Infrastructures Rurales et favoriser les

    conditions daccs au march travers les quatre domaines stratgiques dvelopps ci-

    dessous :

    C3.2.1. Domaine Stratgique A : Amliorer la comptitivit et saisir les opportunits sur les marchs local, rgional et international

    Le Plan d'Investissement du Mali entend dvelopper de nouveaux produits leffet de

    saisir les opportunits des marchs mergents travers le respect des normes de qualit

    pour les exportations et le dveloppement des marchs nationaux et rgionaux. Il vise

    galement laccroissement des cultures vivrires traditionnelles pour satisfaire le

    march local. Un accent sera mis sur lamlioration de l'levage et de la pche pour

    profiter de la croissance attendue de la demande en protines animales. Le Plan

    dInvestissement prvoit galement le dveloppement de systmes d'information sur le

    march pour renforcer les capacits des producteurs, y compris les petits exploitants

    pour accder aux nouvelles opportunits.

    Le plan reconnat que les investissements cls dans le commerce rgional permettront

    au Mali d'exploiter son avantage comparatif pour certains produits dans la rgion. Cette

    approche est conforme avec l'ECOWAP/PDDAA pour l'intgration rgionale.

    L'harmonisation des politiques rgionales, la certification et les normes les aideraient

    accder au march sous - rgional. En ciblant les cultures dexportions, une plus grande

    attention devrait tre accorde l'valuation du potentiel rel du march cibl et les

    besoins des marchs rgional et international. La facilitation de la libre circulation des

    biens et services travers les frontires doit se poursuivre afin de promouvoir le

    dveloppement du commerce rgional des produits agricoles.

    Recommandations a) Elaborer des stratgies de partenariat pour engager le secteur priv et aider les

    petits exploitants transformer leurs organisations en entits commerciales

    crdibles ;

    b) Poursuivre l'harmonisation et les activits de facilitation du commerce le long des corridors ;

    c) Harmoniser au niveau de la rgion la reconnaissance mutuelle des agences de certification et mettre en uvre les rgles harmonises sur les semences, les engrais

    et les pesticides dans le cadre de lUEMOA et de la CEDEAO ;

    d) Mettre en place une Cellule au sein du Ministre de lAgriculture charge des Ngociations Commerciales International, de lInformation et des tudes

    prospectives sur les tendances du march international.

    C3.2.2. Domaines Stratgique B : Investir dans les infrastructures commerciales et d'changes pour rduire le cot d'approvisionnement des marchs national, rgional et international

    Le plan considre l'amlioration des infrastructures commerciales (routes, routes

    rurales) et la gestion de l'excdent de production (installations de stockage,

  • 24

    transformation) comme un dfi majeur pour une meilleure connexion au march des

    produits animaux et vgtaux. Le plan espre appuyer le dveloppement des

    infrastructures, notamment de transport (routes et pistes), de transformation et de

    conservation (chambre frigorifique, appui la construction d'entrepts dans les zones

    de production) pour rduire les pertes post-rcoltes et faciliter la circulation des

    produits. Des investissements supplmentaires dans le dveloppement rural pour un

    meilleur accs l'nergie (lectrification des zones rurales), l'eau potable et les

    tlcommunications pourraient tre des pralables au dveloppement des entreprises

    de transformation en milieu rural, mais le PNIP n'indique pas clairement qui

    dveloppera les entrepts et fera les autres investissements infrastructurels mis en

    exergue dans le Plan dInvestissement. Le PNIP gagnerait prendre en compte le

    dveloppement des parcs agro-industriels, y compris les plateformes de

    conditionnement et de chargement, les installations de transformation lis aux

    entrepts.

    Recommandations a) Identifier les ples de croissance agricole au niveau rgional o les infrastructures

    commerciales et les installations de transformation seront concentres ;

    b) Faciliter le stockage des produits du secteur priv confection de reus

    d'entreposage.

    C3.2.3. Domaine Stratgique C : Dvelopper les chanes de valeurs et l'accs aux

    marchs financiers

    Le plan adoptera une approche chane de valeur dans tous les programmes, en

    reconnaissant que l'amlioration de la productivit ncessite la transformation et l'accs

    aux marchs. La stratgie du Gouvernement met un accent particulier sur les activits de

    commercialisation, la rduction des pertes post - rcolte et la valeur ajoute. Cela

    impliquera une collaboration avec le secteur priv qui aura une plus grande influence

    dans le dveloppement des entreprises agricoles le long de leurs chanes de valeurs. La

    cration de valeur ajoute travers le conditionnement et la transformation est prvue

    pour les principales chanes de valeurs stratgiques. Le pays entend dvelopper les

    services de base de support la production, notamment lamlioration de la fourniture /

    distribution des intrants et les services et institutions financiers en milieu rural.

    Cependant, le PNIP ne prend pas suffisamment en compte le dveloppement des

    prestations de services financiers (non seulement la fourniture de microcrdit, mais

    aussi l'assurance, le crdit aux nouvelles PME pour le capital et l'investissement) le long

    de la chane de valeur. Les attentes du secteur priv ne sont toujours pas claires. Dans le

    document actuel, il apparat que le secteur public prvoit toujours d'tre fortement

    prsent dans la fourniture directe des intrants, des services et dans la ralisation des

    infrastructures commerciales.

    Recommandations : a) Supprimer les obstacles rglementaires, techniques et financiers la cration et la

    croissance des entreprises

    b) Dvelopper les infrastructures commerciales et renforcer les comptences qui

    faciliteraient l'intgration des petits exploitants dans les chanes de valeurs dynamiques

    et plus importantes

  • 25

    c) Introduire des mcanismes novateurs pour la prestation des services financiers ;

    d) Dvelopper les PPP pour appuyer la fourniture des infrastructures commerciales

    stratgiques par le secteur priv lui-mme.

    C3.1.4. Domaine Stratgique D : Renforcement des capacits commerciales et

    techniques des organisations paysannes et des associations commerantes

    Le PNIP prvoit d'apporter son soutien aux associations fminines impliques dans le

    processus de transformation, de commercialisation et d'exportation, en particulier pour

    le mas, travers la maintenance et le dveloppement des infrastructures facilitant

    l'accs au march. Il appuiera aussi les programmes de formation de tous les acteurs.

    Par contre, il nintgre pas de stratgies de partenariat pour impliquer le secteur priv

    travers des PPP et pour appuyer les petits exploitants transformer leurs organisations

    en entits commerciales crdibles.

    Recommandations a) Mettre l'accent sur le dveloppement des associations et dvelopper un programme

    de formation en renforcement des capacits pour les OP/AC. Certaines activits

    comme la commercialisation et la distribution des intrants pourraient tre menes

    par les OP/AC et d'autres entreprises prives,

    b) Renforcer les capacits des OP/AC pour la mobilisation, le plaidoyer et le partenariat, c) Renforcer le rle des OP/AC dans la promotion de l'intgration des petits exploitants

    dans les chanes de valeurs agricoles.

    C3.3. Pilier 3 :

    Le gouvernement malien a opt pour lutilisation de la croissance de lagriculture et du

    dveloppement comme moteur de la croissance conomique et du dveloppement.

    Lapproche du gouvernement est en concordance avec le plan de dveloppement

    agricole de la CEDEAO et du PDDAA qui sont relatifs au objectifs du millnaire pour le

    dveloppement de LAfrique.

    Le tout premier objectif est llimination de lradication de la faim chronique et la

    rduction de la pauvret travers lamlioration de la scurit alimentaire. Aussi, pour

    le Mali, lapproche adopte dans le plan dinvestissement opte pour latteinte de la

    scurit alimentaire par laugmentation de la production agricole travers cinq

    programmes incluant six filires de production. Ce sont : le mas , le les mil-sorgho, le

    riz, le btail-viande, le lait , la pche et laquaculture.

    Ces productions se font dans les zones favorables leur production et tiennent compte

    de laugmentation des superficies (pour augmenter les rendements) et lintensification

    (engrais, semences) sur les anciennes exploitations pour un accroissement de la

    productivit.

    Chaque filire est choisie cause de son rle prpondrant dans lapport nutritionnelle ;

    cas de laquaculture pour lapport de protines animales. Les choix sont donc faits pour

    leur contribution majeure au renforcement de la souverainet alimentaire et

    nutritionnelle au Mali (cf. LOA).

  • 26

    Le plan encourage la production locale des principales denres alimentaires et renforce

    ainsi la scurit alimentaire travers : i) laugmentation de la disponibilit et

    laccessibilit conomique la nourriture, par accroissement de la production tire par

    la productivit, la rduction des cots de commercialisation et la croissance des revenus

    des participants ces filires ;- ii) lamlioration de la nutrition de la population

    travers la production de nutriments cl et une meilleure ducation nutritionnelle.

    Le document tient compte, de lapproche chane de valeur par: productivit,

    amlioration technologique, approvisionnement en intrant, transformation pour la

    consommation. Il tient galement compte du genre travers les filires lait et le poisson,

    qui sont des domaines dans lesquels le travail des femmes domine.

    Le plan fait ressortir une relle volont daccroissement de la production. Ceci dmontre

    le souci du PNIASA datteindre le taux de six pour cent dapport du secteur agricole

    travers lintensification et la modernisation des systmes de production.

    Il renferme galement une logique dintervention par filire et fait ressortir les lments

    prendre en compte anne par anne. Il existe donc un cadre logique pour lexcution

    de chaque programme.

    Le plan prvoit galement le renforcement du dispositif national de prvention de

    gestion des crises. Aussi, au sein de chacun des 5 programmes, le VIH SIDA est pris en

    compte par des sances de sensibilisation.

    Cependant, bien que le plan annonce bien les mesures sanitaires et phytosanitaires pour

    les produits de rente et dexportation, il naborde pas les mesures pour les produits

    vivriers. Aussi, la stratgie de mise en uvre de cette activit nest pas prcise. Par

    ailleurs, les liens entre le plan et les programmes extrieurs au PNIP-SA, ne sont

    prciss.

    Recommandations : a) Le plan doit prendre en compte le renforcement et ou la cration de laboratoires

    danalyse pour tester ltat nutritionnel des aliments ;

    b) Il faut mettre en place des filets sociaux et nutritionnels ; c) Amliorer les circuits de distribution des aliments et renforcer la chane de froid ; d) Faire le contrle sanitaire des aliments et de leau ; e) Contribuer la lutte contre les carences en nutriment et appuyez la cration et

    lquipement des centres de rhabilitation ;

    f) Il faut raisonner en terme de droit lalimentation et de la bonne gouvernance autour de la scurit alimentaire et nutritionnelle.

    C3.4. Pilier 4

    Le PNIP-SA a t labor pour atteindre la scurit alimentaire et rduire la pauvret au

    Mali. Il est structur en trois programmes dinvestissement prioritaires qui sont

    notamment : i) Promotion des filires cralires (mais, mil/sorgho, riz) ; ii) Promotion

    des filires lait/viande ; iii) Promotion des filires pches et aquaculture.

  • 27

    Ces trois programmes dinvestissement prioritaires sont dcomposs en cinq

    composantes qui sont : i) Renforcement des capacits ; ii) Investissement ; iii)

    Production comptitive ; iv) Formation/Recherche ; v) Scurit alimentaire.

    Ainsi chaque composante contribue au dveloppement des filires prioritaires du PNIP-

    SA. Les composantes qui couvrent le Pilier 4 du PDDAA sont essentiellement le

    renforcement des capacits et la formation/recherche. Aussi, chaque sous composante

    prend en compte le Pilier 4, sauf les sous composantes de la composante 5.

    Le cadre pour la productivit agricole en Afrique qui est le guide de mise en uvre du

    pilier quatre donne des indications cls intgrer dans le plan dinvestissement agricole.

    Les grands thmes abords par le FAAP sont lautonomisation des paysans, la

    vulgarisation agricole, la recherche agricole, la formation et lenseignement suprieur

    dans le domaine agricole. Bien quil existe des normes indiques dans le FAAP, il nexiste

    pas de format standard pour intgrer les diffrents lments du FAAP, mais il est

    recommand dy incorporer tout ces lments pour une mise en uvre du Pilier 4.

    Les diffrentes activits mentionnes dans les diffrents sous programmes du plan sont

    conformes aux exigences du FAAP en ce qui concernent lautonomisation des paysans et

    la vulgarisation agricole. De manire gnrale le PNIP-SA souligne son alignement avec

    les exigences des Partenaires Techniques et Financiers. Le budget montre le partage du

    financement du plan entre lEtat et les bnficiaires.

    Cependant, le plan manque dinformations prcises concernant la formation dtudiants

    aux mtiers agricoles en tant que chercheurs et agents de vulgarisations. Bien que

    mentionn, le plan ne clarifie pas la mise en uvre des activits telles que lactualisation

    des programmes de formation par rapport aux nouveaux dfis tant dans le secteur

    publiques que dans le secteur priv au niveau national et international.

    Les activits lies la recherche ne sont galement pas spcifies en dtails malgr ltat

    avanc du systme de recherche agricole national Malien. Les activits axes sur le rle

    de lEtat dans le financement et la rgulation de la recherche et le rle du secteur priv,

    des ONG et des Organisations paysannes, napparaissent pas clairement.

    Recommandations

    a) Il faut prvoir la prise en compte des besoins du march de lemploi dans les secteurs public et priv pour renforcer la formation des techniciens, ingnieurs et chercheurs

    pour lefficacit de la recherche et de la vulgarisation, ainsi que lefficience du secteur

    priv dans la production, la vulgarisation, la commercialisation et lexportation.

    b) Il faut prvoir la prise en compte des priorits de recherche base sur la demande des acteurs du secteur agricole.

    Le sous programme Mas prend en compte les lments de lautonomisation des paysans en assurant la formation des organisations tout au long de la chane des valeurs

    avec un accent particulier sur lutilisation des medias pour lappui au systme

    dinformation. Laspect genre est galement pris en compte.

  • 28

    Cependant, on dnote encore une trs grande implication de lEtat pour ce qui est du

    renforcement des capacits des acteurs. Le niveau de participation des organisations

    paysannes, des ONG et du secteur priv nest pas spcifi.

    Recommandations :

    a) La clarification dans le plan du niveau dimplication des diffrents acteurs le long de la chane des valeurs en donnant plus dautonomie aux organisations paysannes et

    au secteur priv avec un rle rgulateur du secteur public dans le financement des

    prestations et des prestations de service dans la vulgarisation et le transfert de

    technologie.

    b) Le renforcement de lapproche participative dans la recherche pour adresser les problmes des acteurs de la chane de valeur du mais en terme de productivit,

    lamlioration des semences et la transformation pour apporter la plus-value tout en

    considrant la valeur nutritive des aliments.

    Le sous programme mil/sorgho prend en compte les mme activits de vulgarisation

    et de renforcement de capacits que le mas.

    Cependant, on dnote encore une trs grande implication de lEtat pour ce qui est du

    renforcement des capacits des acteurs. Le niveau de participation des organisations

    paysannes, des ONG et du secteur priv nest pas spcifi. Aussi, il ny a pas de

    clarification sur des activits de recherche et de formation dans ce sous programme.

    Recommandations a) La clarification du niveau dimplications des diffrents acteurs le long de la chane

    des valeurs donnant plus dautonomie aux organisations paysannes et au secteur

    priv avec un rle rgulateur du secteur public dans le financement et les prestations

    de service ;

    b) Le renforcement de lapproche participative dans la recherche pour adresser les problmes des acteurs de la chane de valeur du mais en terme de productivit,

    lamlioration des semences et de transformation tout en considrant la valeur

    nutritive des aliments et la disponibilit du produit sur le march ;

    c) Les activits de recherche et de formation doivent tre spcifies en prenant en compte les normes du FAAP qui sont le financement de la recherche, la participation

    du secteur priv et des organisations paysannes dans ltablissement de priorits

    dans la recherche, le traitement salarial des chercheurs, lapport de fond comptitif.

    Le sous programme riz, dans sa composante renforcement des capacits, adresse

    toutes les exigences du FAAP en ce qui concerne lautonomisation des paysans et la

    vulgarisation. Ce sous programme est trs important pour le Mali qui base sa

    politique de scurit alimentaire sur le riz. Ce sous programme couvre aussi des

    questions transversales telles que le paludisme et le SIDA qui sont un facteur limitant

    pour la main duvre productrice.

    Cependant, le PNIP ne dtaille le mode de financement des programmes de

    recherche et de vulgarisation sur le Systme de riziculture intensive. sera financ,

    par qui et quelle hauteur pour chaque acteur. Le PNIP ne spcifie pas qui est- ce qui

    fixera les priorits de recherche.

  • 29

    Recommandations

    a) Dfinir clairement les acteurs qui financeront les activits de recherche et de vulgarisation tout en gardant le rle rgulateur et financier principal de lEtat dans la

    recherche . Toutefois, une plus grande autonomie devrait tre donne aux

    organisations paysannes en termes de choix des priorits de recherche et de

    vulgarisation.

    Le Programme lait/viande dans sa composante renforcement des capacits est align avec les exigences du FAAP en saxant principalement sur le renforcement des capacits

    des OPA, des structures publiques et parapubliques et des collectivits territoriales. Le

    renforcement des capacits se fera tout au long de la chane des valeurs avec la

    formalisation et la professionnalisation des diffrentes associations de la filire incluant

    les associations fminines. La formation dagents de vulgarisation pourrait renforcer

    lefficacit de la dissmination des technologies.

    Cependant, le PNIP fait ressortir la faible diffusion et ladoption des acquis de la

    recherche dans lalimentation et lamlioration gntique, alors quil existe peu de

    recherche dans le plan sur laccs des produits animaux aux marchs et les circuits de

    commercialisation. Par ailleurs, il nexiste plus de programme de vulgarisation dans la

    filire

    Recommandations :

    a) Il faudrait impliquer les NARS du Mali dans la recherche oriente vers les productions animales c'est--dire lait/viande en dveloppant lapproche

    participative pour permettre une meilleure adoption des technologies .

    b) Il faudrait renforcer la vulgarisation avec la participation des associations dleveurs au niveau de laccs aux marchs comme le stipule le plan. Le financement de la

    vulgarisation devra progressivement tre financ par les bnficiaires et le secteur

    priv devra tre beaucoup plus impliqu dans la prestation de services de

    vulgarisation.

    Le programme pche et agriculture dans sa composante renforcement des capacits est align avec les exigences du FAAP en sadressant tous les acteurs de la

    filire en prenant en compte les systmes dinformations sur la pche, les activits de

    transformation, de conservation et de commercialisation. Aussi, la composante

    productivit et comptitivit prend en compte des lments du FAAP travers le

    dveloppement de nouvelles techniques pour la conservation et la professionnalisation

    des acteurs sur la chane des valeurs. La composante recherche et formation saccentue

    sur lvaluation des stocks, lalimentation de poissons. Les activits de formation

    sorientent aussi vers les questions transversales, tel le SIDA.

    Cependant, il nest pas prvu la formation dagents aux bonnes pratiques de contrle

    qualit le long de la chane des valeurs.

    Recommandations

    a) Les activits de recherche devraient tre guides par la demande des acteurs de la filire pche et aquaculture ;

    b) Les activits de vulgarisation devrait tre prises en charge par les associations

  • 30

    C3.5. Questions transversales

    C5.1. Pisciculture, pche et aquaculture, Elevage

    Le plan d'investissement pour le Mali a identifi six produits comme cultures

    prioritaires, dont le poisson et les produits animaux. La raison est que le dveloppement

    de ces produits est considr comme un moyen, entre autres, de rpondre la scurit

    alimentaire et nutritionnelle, le dveloppement des moyens d'existence, principalement

    pour les femmes, la cration d'emplois et ainsi la rduction de la pauvret dans la

    socit.

    Le dveloppement de la pisciculture ou de l'aquaculture, prend en compte l'valuation

    de l'habitat aquatique pour la pisciculture dans le pays.

    Cependant, il manque il n'y a pas de relle stratgie et /ou de plan pour le

    dveloppement de l'aquaculture. Ainsi, les questions telles que la disponibilit pendant

    toute l'anne d'alevins ou de "semence de poisson", nont pas t suffisamment

    analyses. Ces questions principales sont celles qui, pendant des dcennies, ont

    empch l'aquaculture africaine d'englober des entreprises agricoles comptitives.

    Recommandations : a) Il faut prvoir le dveloppement ou l'adoption des technologies post-rcolte pour

    rduire les pertes de poissons n'est pas prvue dans le plan

    b) Une stratgie de dveloppement de l'aquaculture pourrait tre intgre dans le plan c) Prvoir llaboration et la mise en uvre dun programme de gestion des mthodes

    traditionnelles de capture ;

    d) Il faudra veiller la disponibilit des "semences de poisson" dans le commerce. Aussi ce secteur doit tre dirig par le secteur priv, le public secteur n'assurant que la

    promotion et la facilitation.

    e) Il faut prvoir des activits favorisant lamlioration de la production de viande et de lait (pturages, laboratoires de contrles etc.)

    C5.2. Changements climatiques

    Dans la conception des infrastructures, le plan prvoit la mise en uvre de la stratgie

    nationale sur les changements climatiques et de son Plan dAction National

    dAttnuation des risques (PANA).

    Cependant, les actions mettre en uvre ne sont pas prcises.

    Recommandations

    a) Il faudra prciser les actions mettre en uvre dans le PANA, qui permettront dattnuer les effets des changements climatiques.

    C5.2. Suivi et Evaluation

    Le suivi valuation est dcrit et dtaill dans le plan dinvestissements avec des

    responsabilits trs claires pour le suivi. Le suivi environnemental est clairement

    affich. Les types de rapport produire sont galement dfinis. On note une production

  • 31

    dans les 3 dernires annes dun rapport annuel sur les tendances du secteur agricole et

    des conditions de vie des mnages par une quipe cordonne par la CPS/MDR, sous

    lgide du ReSAKSS

    Cependant, le plan ne renferme pas de cadre logique dintervention avec des indicateurs

    trs clairs.

    Recommandations : a) Etablir un tableau de bord des indicateurs trs clairs permettant de suivre les actions

    du plan, mais aussi limpact des ralisations ;

    b) Prvoir des indicateurs, qui puissent renseigner le processus du Mali pour tre intgr dans le suivi valuation des institutions piliers et au niveau continental ;

    c) Mise en place dun nud national SAKSS

    Composante 4 : Alignement avec les engagements du pays C4.1 Etablissement des priorits dans le plan d'investissement

    Le plan d'investissement a trois composantes prioritaires. La premire est constitue du

    groupe de crales (mas, mil/sorgho et riz), la deuxime comprend le lait/la viande et

    la troisime est compos de la pche et de l'aquaculture. Cette situation se justifie par le

    fait que depuis la hausse des prix des produits en 2008/2009, la disponibilit des

    crales est devenue une proccupation principales des populations et des gouvernants.

    Il est indiqu que le lait et la viande sont les principaux produits commerciaux, alors que

    la pche et l'aquaculture sont considres principalement comme des activits qui

    peuvent contribuer augmenter la part de l'agriculture dans le PIB.

    Cependant, le niveau de priorit de la pche et de l'aquaculture dans le plan reste faible.

    Recommandations

    a) Le niveau de priorit de la pche et de laquaculture peut tre reconsidr compte tenu de leur importance en tant que source de protines animales chez la

    majorit de la population et aussi de leur contribution er au PIB agricole si le

    dficit financier dans les conditions d'investissement n'est pas disponible.

    C4.2 Liens avec les programmes/projets sectoriels existants

    Le plan d'investissement du Mali est cohrent avec le programme de dveloppement

    agricole de la CEDEAO ECOWAP, et avec le PDDAA. Il est compatible galement avec les

    Objectifs du millnaire pour le dveloppement. Le Plan d'investissement du Mali est

    salu pour avoir abord les activits qui assurent la scurit alimentaire et

    nutritionnelle et couvrent le genre. Il est cohrent avec la stratgie de dveloppement

    agricole pour la rduction de la pauvret et la croissance conomique.

    C4.3 Liens avec les plans rgionaux de dveloppement agricole

    Le plan d'investissement du Mali est cohrent avec le programme de dveloppement

    agricole de la CEDEAO (ECOWAP/PDDAA). Le principal point fort du plan pourrait tre

    son anticipation produire des excdents de produits alimentaires que le pays pourrait

  • 32

    faire pour amliorer sa propre balance commerciale tout en exportant des produits

    alimentaires dans la rgion.

    Cependant, le plan n'explique pas comment, il compte rgler le problme des barrires

    non tarifaires qui entravent le commerce rgional. Le Mali exporte dj du poisson vers

    certains pays de la CEDEAO, mais la qualit des produits pourrait ne pas rpondre aux

    normes internationales.

    Recommandations :

    a) Mettre en exergue comment le pays compte rgler le problme des obstacles au commerce rgional ;

    b) Le Mali devrait mettre laccent sur lamlioration de la qualit des produits en vue de pouvoir commercer au niveau international.

    C4.4 Identification des questions de politique et des mesures requises pour les rsoudre

    Les politiques publiques qui soutiennent le plan d'investissement du Mali incluent celles

    qui encouragent les mesures fiscales appropries et le commerce rgional, le

    dveloppement des marchs internes de produits agricoles et amliorent les modes de

    faire valoir et la scurit.

    Pour le moment, le Gouvernement na pas identifi de questions de politique qui

    pourraient avoir un impact ngatif sur son plan d'investissement aprs avoir rcemment

    align les projets et programmes sur l'approche sectorielle. Cependant, le Gouvernement

    peut continuer amliorer d'autres politiques en faveur de son plan d'investissement.

    Composante 5 : Ralisme oprationnel C5.1 Viabilit des dispositions de mise en uvre

    Le PNIP a prvu la mise en place et lutilisation dinstitutions Etatiques et non-Etatiques

    pour sa mise en uvre. Les ministres chargs du secteur agricoles, de lconomie, des

    finances, de lindustrie, de la profession agricole, les collectivits territoriales, la socit

    civile et le secteur priv auront des rles et des responsabilits dans la mise en uvre

    du PNIP-SA.

    Par ailleurs, il existe un comit interministriel pour coordonner les activits entre les

    diffrents ministres. Les Cadres de Dpenses Moyen Termes de chaque ministre

    dfinissent leur budget tenant compte du PNIP-SA. Aussi, la coordination des ressources

    et le suivi se fera travers les organes de la LOA, tel que le Conseil Suprieur de

    lagriculture et le Gouvernement.

    Cependant, il nest pas prcis comment ces diffrentes structures pourront

    communiquer et harmoniser leurs actions et procdures entre elles en vue de mettre en

    uvre les diffrents programmes.

  • 33

    Recommandations :

    a) Il y a un besoin de clarification sur le rle de chaque institution concerne et son niveau de collaboration avec les autres institutions concernes ;

    b) Le PNIP SA devrait donner des indications claires sur la gestion de la communication et lharmonisation des procdures entre les diffrentes

    institutions concernes. Cela permettra de faciliter le traitement administratif et

    financier des diffrents projets et programmes.

    c) Le PNIP-SA devrait prciser le rle et le niveau de dcision et dintervention de chaque institution participant sa mise en uvre. En effet, cela devrait permettre

    davoir une vision claire du rle et du niveau dintervention de chaque institution

    diffrents niveaux de lchelle de dcision et de communication, afin de ne pas

    avoir de problmes de duplication des rles et de blocage pendant la phase de

    mise en uvre.

    C5.2 Evaluation institutionnelle

    Lorganisation institutionnelle dans le mise en uvre du PNIP prvoit des revues

    sectorielles conjointes annuelles. Les ministres chargs du secteur agricole, de

    lconomie, des finances, de lindustrie, de la profession agricole, des collectivits

    territoriales, la socit civile et le secteur priv auront des rles et des responsabilits

    dans la mise en uvre du PNIP-SA

    Il est clairement identifi dans le document le renforcement de capacit dans les

    diffrents programmes en vue de mettre en uvre le PNIP. Nanmoins il nest pas

    indiqu dans le document le renforcement de capacit en ressources humaines pour la

    mise en uvre et la coordination au point de vue administratif et financier.

    Recommandations : a) Il y a un besoin de renforcement des capacits en matire de coordination et de suivi

    pour rendre le financement et ladministration plus efficients dans les mise en uvre

    des programmes du PNIP-SA. Ce qui permettra un traitement des dossiers plus

    efficients et une facilitation pour les procdures daudit au niveau des projets et

    programmes.

    C5.3 Plan de financement indicatif

    Le cots des investissement prvus dans le programme / filire riz devraient spcifier

    les cots lis aux amnagements compte tenu du fait que des acquis existent en matire

    de rduction des cots dtude et de ralisation des primtres irrigus, La mise en

    exergue des possibilits de rduction des cout unitaires de lhectare amnag pourrait

    encourager les investisseurs contribuer laccroissement des superficies irrigues

    Les cots des investissements (Par exemple 1000 ha damnagements hydro agricole,

    quipements et infrastructures agricoles dans la cadre de la composante mil- sorgho) ne

    semblent pas tre en harmonie avec les cots unitaires fournis en annexe sur les dtails

    budgtaires. En effet, de faon systmatique, le cot unitaire de lha amnag (mais,

    riziculture, de bas fonds, mil sorgho irrigus) est de 2000 000 de FCFA, alors quil existe

    des acquis dans la mise uvre des ralisations avec participation des usagers. La mise

    profit de lapproche participative dans la cration des amnagements hydro agricole ne

    se retrouve pas dans le dtail des budgets.

  • 34

    Recommandations :

    a) Clarifiez le lien ou larticulation du programme avec les autres projets et programmes

    en cours et ayant dj t raliss (valorisation pour ces derniers)

    b) Il serait trs profitable pour la mise en uvre du plan de profiter au maximum des

    expriences passes ou en cours sur la ralisation des amnagements hydro agricoles.

    Plusieurs ONG disposent dapproches ou de mthodologie de mise en uvre des

    amnagements hydro agricoles durables des cots raisonnables qui sont

    vritablement incitatifs.

    C5.4 Revue des dpenses publiques agricoles

    Le PNIP-SA devrait coter 358, 85 milliards de dollars US. Actuellement, le secteur

    public s'est engag financer 20% du cot. Le plan espre que 15% du cot sera pris en

    charge par les bnficiaires des projets inclus dans les programmes. Mais il reste encore

    un dficit budgtaire de 65%.

    Le PNIP-SA indique que le Gouvernement et ses partenaires au dveloppement

    dvelopperont une synergie pour faciliter la participation du secteur priv la mise en

    uvre du plan. Cependant, le plan n'explique pas comment ces synergies

    contribueraient combler le dficit financier.

    C5.5 Capacit de gestion des finances publiques

    Le budget pour la mise en uvre du PNIP-SA qui vise un taux annuel de croissance

    agricole de 8,8% pour la priode 2011-2015 est valu 358.85 milliards de Francs CFA,

    soit un budget annuel de 71,77 milliards de FCFA environ. Le budget du PNIP-SA est en

    rgression par rapport aux dpenses publiques agricoles enregistres en 2006 au Mali.

    Celles-ci slevaient 90.7 milliards de FCFA. Aussi, le budget du PNIP-SA parat trs

    modeste compar aux projections des besoins de financement agricole long terme

    pour le scenario le plus proche du PNIP-SA en terme de croissance agricole, savoir le

    scenario SDDR (Schma Directeur de Dveloppement Rural) qui vise un taux de

    croissance agricole de 8.5%.

    Pour la priode 2011-2015, ces projections, slvent 1 430 et 2 653 milliards de

    Francs CFA selon respectivement, lhypothse dune lasticit leve entre le

    financement de lagriculture et la croissance agricole et celle dune faible lasticit.

    Mme dans le cas de figure dune hypothse optimiste dune lasticit leve, le budget

    du PNIP-SA atteint peine le quart desdites projections.

    Si lon considre les niveaux actuels de financement agricole atteints au Mali ainsi que le

    taux de croissance du financement agricole sur la priode rcente, 18.4%, on a

    davantage de raisons de penser que les niveaux de financement requis pour lexcution

    du PNIP-SA sont sous estims.

    Recommandations : Compte tenu de linconstance apparente du niveau budget estim pour la ralisation du

    PNIP-SA, il est imprieux de reprendre lexercice dvaluation des cots requis pour la

    bonne mise en uvre du PNIA

  • 35

    Objectif de croissance agricole du PNIA

    Scnario de la modlisation le plus

    proche du PNIA

    Dpenses agricoles les plus rcentes documentes

    Croissance des dpenses agricoles

    Taux de croissance du budget agricole selon les rsultats de modlisation

    Ratio budget agricole/ budget total

    selon les rsultats de la modlisation

    Niveau de financement requis

    pour 2011-2015 selon les rsultats de la modlisation

    en milliards de FCFA

    Niveau de financement

    du PNIA pour 2011-

    2015 en milliards de

    FCFA

    scnario Taux annuel de croissance agricole

    Montant en milliards de fcfa

    Ratio dpenses agricoles/ dpenses totales

    anne Taux de croissance

    priode elasticite faible

    elasticite elevee

    elasticite faible

    elasticite elevee

    elasticite faible

    elasticite elevee

    8.80% SDDR 8.50% 90.7 9.70% 2006 18.40% 2000-2006

    10.30% 7.40% 66.90% 31.20% 2,653.20 1,429.80 358.85

    C5.6 Evaluation des risques

    Le PNIP-SA identifie les facteurs de risques et propose des actions de mitigation. En

    effet, le plan mentionne les changements climatiques comme facteur de risques et

    compte attnuer ce risque travers la mise en uvre de la stratgie sur les changements

    climatiques du Mali.

    Concernant le dveloppement des infrastructures, surtout par les producteurs, qui

    touche la production. Le plan compte assurer le renforcement des capacits des

    producteurs.

    De mme, le plan met laccent sur l'implication du secteur priv et des associations de

    producteurs dans la fourniture de certains services pour faciliter la mise en oeuvre.

    Cependant, les retards dans les remboursements des donateurs pourraient aussi

    retarder la mise en uvre. Le PI n'est pas clair sur les diffrents risques auxquels, il fait

    face dans la phase de mise en uvre.

    Recommandations : a) Mettre en place un mcanisme de responsabilit mutuelle ;

    b) Renforcer les capacits des HLFO/FBO/AC pour la mobilisation, le plaidoyer et le

    partenariat afin de fournir un feedback sur les initiatives politiques et rglementaires.

    c) Mettre en place un programme de renforcement institutionnel fiable

    d) Elaborer un mcanisme de prvention de la corruption