Réalisation Coulibaly Moussa et Mlle Meria Aimée 1 ONG ESPOIR POUR ENFANTS 01 BP 5038 ABIDJAN 01 TEL: (225) 23 46 41 36 - 08 914 194 - 07 071 453 FAX:

  • Published on
    03-Apr-2015

  • View
    103

  • Download
    0

Transcript

Page 1 Ralisation Coulibaly Moussa et Mlle Meria Aime 1 ONG ESPOIR POUR ENFANTS 01 BP 5038 ABIDJAN 01 TEL: (225) 23 46 41 36 - 08 914 194 - 07 071 453 FAX: (225) 23 46 43 39 ongespoir_ci@yahoo.frongespoir_ci@yahoo.fr LE PALUDISME La Convention relative aux droits de l'enfant est le trait relatif aux droits de l'homme le plus largement ratifi de l'histoire. Elle nonce un large ventail de dispositions qui englobent les droits et liberts civils, le milieu familial, la sant de base et le bien-tre, l'ducation, les loisirs et les activits culturelles, ainsi que des mesures spciales de protection.Convention relative aux droits de l'enfant Page 2 Ralisation Coulibaly Moussa et Mlle Meria Aime 2 QUEST CE QUE LE PALUDISME ? Le paludisme est sans doute l une des plus vieilles maladies de l homme, sinon la plus ancienne. Depuis la nuit des temps, homme et moustique se parasitent mutuellement. Alors que le moustique se reproduit grce au sang chaud de l homme sans souffrir des parasites qu il prend chez ce dernier, l homme a qui l anoph le femelle (moustique) r injecte les parasites transform s souffre et souvent meurt de cet change. Selon l UNICEF, le nombre de d c s des enfants de moins de 5 ans taient de 128.000 et celui des moins d un an tait de 117.000. Ce taux est d autant inqui tant que notre organisation ne saurait rester inactive. Nous luttons afin de fournir les populations d munies du mat riel sanitaire d'urgence comme les m dicaments essentiels et quipements de premi re n cessit , des moustiquaires Page 3 Ralisation Coulibaly Moussa et Mlle Meria Aime 3 QUEST CE QUE LE MOUSTIQUE ? Insecte piqueur aux formes grles des lieux humides, tous les moustiques font partie des dipt res n matoc res, famille des culicid s. L anoph le a les ailes tachet es (anoph le maculipennis) est, dans les r gions temp r es, le principal agent de transmission du paludisme, que d autres anoph les propagent galement dans les r gions chaudes : stegomya fasciata transmet la fi vre jaune et la dengue ; divers autres moustiques propagent la filariose. Les larves de ces insectes, qui se rencontrent depuis les r gions chaudes jusqu en Laponie, vivent d habitude dans les eaux stagnantes. Pour les d truire, on verse du p trole la surface des mares, on couvre l ouverture des r servoirs de toiles m talliques ou on les obture compl tement. On supprime toute collection d eau mme minime, capable d h berger des larves. Page 4 Ralisation Coulibaly Moussa et Mlle Meria Aime 4 Dans les pays o les tangs subsistent, il est bon d acclimater des poissons du genre Gambusia, consommateur de larves. On se pr serve des atteintes des insectes par les moustiquaires, en utilisant et en vaporisant certaine compositions insecticides, ou en induisant de graisse ou d essences particuli res les parties d couvertes de la peau. Plus de 2 millions d'enfants meurent de maladies qui auraient pu tre pr venues par la vaccination Page 5 Ralisation Coulibaly Moussa et Mlle Meria Aime 5 LE PALUDISME, UN DEFI A RELEVER Les informations que nous avons nous montrent que ce fl au est surtout r pandu dans les pays du tiers monde et indique combien le prix payer par les hommes est lev . Une telle maladie a n cessairement une incidence conomique importante, comme l indique le dossier. Il est par contre difficile d valuer le volume de production et donc de revenus perdu chaque ann e. Il faut noter que la lutte contre le paludisme commence avec les conqutes coloniales. L uvre coloniale tait menac e par cette maladie qui d cimait les rangs des conqu rants plus s rement que la r sistance arm e des indig nes. Pour maintenir la pr sence des m tropolitains et pour favoriser l effort de production des mati res premi res par les indig nes, il fallait absolument contenir ce fl au. Page 6 Ralisation Coulibaly Moussa et Mlle Meria Aime 6 Ce qui tait vrai hier le demeure aujourd hui. Le d veloppement n est pas possible si le paludisme continue miner les paysans qui sont d une part, consommateurs. Le d veloppement exige une population saine. Les domaines social et conomique sont ainsi li s depuis longtemps. Le bien-tre des hommes dans les zones subtropicales du tiers monde d pend donc de l issue de la lutte engag e de longue date contre cette maladie. Justement, le dossier s attache montrer les difficult s de cette lutte dans laquelle les tats et la m decine restent impuissants tant plusieurs l ments essentiels restent incontrlables. Page 7 Ralisation Coulibaly Moussa et Mlle Meria Aime 7 Est-ce dire qu il faut baisser les bras ? Bien s r que non! Le dossier et les fiches techniques nous indiquent qu il est possible et n cessaire de changer de strat gie d une part et d autre part, que des mesures collectives et individuelles, port e des populations rurales, peuvent tre prises pour r duire consid rablement, d faut de supprimer radicalement, les m faits du paludisme. Page 8 Ralisation Coulibaly Moussa et Mlle Meria Aime 8 Notre objet contre le paludisme - Constituer une force de lutte contre cette maladie - Organiser des actions de sensibilisation, de pr vention et d assistance par des s ances de vaccinations, de dons de moustiquaires impr gn es, de m dicaments et de soins - Aider la formation, l ducation communautaire et l information par la cr ation de centres d animation afin d radiquer le paludisme en Cte d Ivoire et en Afrique. Page 9 Ralisation Coulibaly Moussa et Mlle Meria Aime 9 Notre motivation - Le paludisme est la principale cause de mortalit chez les enfants en Afrique subsaharienne. Selon l'UNICEF, en Cte d'Ivoire de 1996 2004 seulement 34% des enfants atteints de fi vre ont re u des m dicaments anti-paludiques, 14% seulement dormaient sous moustiquaires. Le nombre de d c s des enfants chaque ann e de cette maladie parasitaire transmise par le moustique est devenue tr s inqui tante. La Convention relative aux droits de l'enfant est le trait relatif aux droits de l'homme le plus largement ratifi de l'histoire. Elle nonce un large ventail de dispositions qui englobent les droits et libert s civils, le milieu familial, la sant de base et le bien-tre, l' ducation, les loisirs et les activit s culturelles, ainsi que des mesures sp ciales de protection.Convention relative aux droits de l'enfant Page 10 Ralisation Coulibaly Moussa et Mlle Meria Aime 10 - La plupart des gens n'ont pas les moyens de se payer des moustiquaires. Le paludisme demeure donc pour nous un grave probl me. Les enfants souffrent terriblement cause du manque de moustiques . La Cte d'Ivoire a longtemps t l un des pays les plus riches d'Afrique. Mais la crise socio politique qui a divis le pays depuis 2002 a consid rablement accru la souffrance des populations, particuli rement dans la moiti nord du pays. La plupart des familles n'ont pas les moyens d'acheter une moustiquaire impr gn e au prix d'environ 5,6418 Euros (3.500 FCFA). La plupart des gens n'ont pas les moyens de se payer des moustiquaires. Le paludisme demeure donc pour nous un grave probl me. Les enfants souffrent terriblement cause du manque de moustiquaires . Page 11 Ralisation Coulibaly Moussa et Mlle Meria Aime 11 - L ONG ESPOIR POUR ENFANTS A PREPARE U PROJET DE DISTRIBUTION DE MOUSTIQUAIRES IMPREGNEES DANS LE NORD DE LA COTE D IVOIRE LE COUT TOTAL DE L INVESTISSEMENT EST DE -19.185.000 FCFA soit 29290,07 Euros AVANT TOUT PARTENARIAT NOUS DEMANDONS UNE VISITE DE TRAVAIL DE DELEGUES POUR INSPECTION AFIN DE S ASSURER DE L AUTHENTICITE DU PROJET

Recommended

View more >