Réponse de François Hollande à l'UNEF et l'UGICT

  • Published on
    22-Mar-2016

  • View
    220

  • Download
    3

DESCRIPTION

Rponse d'Eva Joly l'interpellation de l'UNEF et l'UGICT sur l'emploi et le travail des jeunes diplms

Transcript

<ul><li><p> Mme Marie-Jos KOTLICKI </p><p>Secrtaire gnrale de l 'UGICT-CGT 263 rue de Paris Case 408 - Montreuil cedex Sec.general@ugict.cgt.fr M. Emmanuel ZEMMOUR Prsident de l 'UNEF 112 bd de la Villette 75019 PARIS ezemmour@unef.fr Paris, le 18 avril 2012 </p><p> Madame la Secrtaire gnrale, Monsieur le Prsident, Jai bien reu votre srie dinterpellations sur l'emploi des jeunes et cest avec un grand plaisir que jy rponds. Alors que chaque gnration avait, jusqu' prsent, la perspective de connatre une vie meilleure que la prcdente, le mouvement sest aujourd'hui invers : les jeunes sattendent connatre un destin plus difficile que leurs parents. Les difficults qu'ils rencontrent pour tudier, se former, se soigner, se loger et travailler se sont accrues. La mobilit sociale sest elle-mme ralentie, pour ne pas dire inverse. Quand la Rpublique trahit sa promesse, ce ne sont pas les jeunes qui sont dfaillants, cest la Rpublique. C'est pourquoi jai choisi de mettre la jeunesse au cur de mon projet. Nous savons que les tudiants issus de milieux modestes travaillent de plus en plus pour financer leurs tudes ; et malheureusement, il existe une corrlation troite entre ce travail, qui s'allonge en termes de dure hebdomadaire, et l'chec. La condition tudiante ne cesse de se dgrader : la prcarit augmente et les ingalits s'accroissent. C'est pourquoi je lancerai, si je suis lu, un plan national pour la vie tudiante, en concertation avec le CNOUS. Une allocation d'tudes suprieures et de formation sous conditions de ressources, pilier essentiel d'un vritables parcours d'autonomie, sera cre. Elle permettra aux tudiants issus de milieux modestes de se consacrer pleinement leurs tudes. Mais mon premier combat pour la jeunesse sera celui de l'emploi. Le taux de chmage chez les 15-24 ans atteint prs de 25 %. Intrim, CDD et stages rptition sont devenus les passages obligs de leur insertion sur le march du travail. La prcarisation des jeunes doit cesser. Les stages seront strictement encadrs afin de leur redonner une vritable utilit pdagogique et mettre un terme au sous-emploi dguis quils sont trop souvent devenus. L'emploi ordinaire, le droit commun doit tre la norme pour les jeunes, avec toutefois un coup de pouce et un </p></li><li><p> 2 </p><p>accompagnement spcifique pour les jeunes les plus loigns de lemploi, travers la cration de 150 000 emplois davenir pour faciliter leur insertion, en priorit dans les quartiers populaires. La rgle doit tre l'accs au CDI. Cest la raison pour laquelle les jeunes actifs seront les premiers destinataires du "contrat de gnration". L'objectif de ce nouveau dispositif sera, dans une mme dmarche, de permettre l'embauche d'un jeune de moins de 30 ans en CDI et d'assurer le maintien en emploi d'un senior de plus de 55 ans jusqu' la retraite, en contrepartie d'allgements de cotisations. De mme, j'ouvrirai des pr-recrutements, en particulier pour ceux qui se destineront aux carrires de l'enseignement travers les Ecoles suprieures du Professorat et de l'Education que nous crerons dans le cadre des Universits. La lutte contre le chmage, en particulier des jeunes, passera galement par un renforcement responsable des moyens de Ple emploi. Le recentrage des efforts de loprateur sur laccompagnement et la personnalisation de celui-ci sont essentiels mais il faudra, conjointement avec les partenaires sociaux, rflchir dans une dmarche cohrente laccompagnement, lindemnisation et la formation des demandeurs demploi pour permettre chacun de choisir son emploi et de se donner toutes les chances dy accder. Chacun doit pouvoir trouver un emploi prenne et scuris qui lui garantisse une rmunration juste. Cette ambition se matrialisera par la cration effective dune Scurit sociale professionnelle, outil dun vritable droit la carrire garantissant chacun les moyens de progresser dans sa vie professionnelle et dans son niveau de qualification. Pour cela, les parcours professionnels doivent tre penss lchelle dune vie, incluant la garantie dune formation initiale de qualit, dune insertion professionnelle correspondant ses attentes, mais aussi de la possibilit dorganiser et de prenniser les droits la formation continue pour que les priodes de chmage permettent aussi de se former pour "rebondir" positivement. Les entreprises doivent tre financirement incites faire preuve d'une gestion responsable et quitable. C'est pourquoi les cotisations chmage seront augmentes pour celles qui abusent des contrats prcaires. Limpt sur les socits sera galement modul en fonction des bnfices rinvestis ou distribus afin de responsabiliser les entreprises. Je mettrai enfin en place un dispositif de notation sociale obligeant les entreprises de plus de 500 salaris faire certifier annuellement la gestion de leurs ressources humaines au regard de critres de qualit de lemploi et de conditions de travail. Je lutterai galement contre toutes les formes de prcarit qui peuvent exister dans le secteur public, car les employeurs publics doivent, plus encore que les autres, donner lexemple en matire de gestion de leurs ressources humaines. Comme vous le savez, un accord majoritaire avec les syndicats a t sign sur cette question importante de la prcarit. Les snateurs socialistes, dans le cadre de la nouvelle majorit au Snat, ont amend le projet de loi du gouvernement sur laccs lemploi titulaire dans la fonction publique pour le rendre plus juste et plus efficace. </p><p>/ </p></li><li><p> 3 </p><p>Je respecterai cet accord et je serai trs attentif sa mise en uvre effective, en ce qui concerne les titularisations toute comme les conditions demploi des personnels contractuels. Un certain nombre de situations nont pas t traites par cet accord : il sera ncessaire de les examiner dans la concertation. Je mettrai galement un terme la RGPP qui, par l'application automatique et absurde d'une rgle purement comptable, a brutalement boulevers les services de lEtat et dtrior la qualit des services rendus la population. Je souhaite mettre un terme cette dmarche technocratique, mais sans renoncer moderniser nos services publics. Je veux le faire avec les agents publics et non contre eux ; pour les usagers et non pour des raisons purement budgtaires. J'engagerai pour cela une dmarche de rnovation et de modernisation raisonne de nos services publics qui intgrera la question des comptences respectives des diffrentes administrations, quelles relvent de lEtat, de ses tablissements publics ou des collectivits locales. Je souhaite rformer en abordant les rformes par le seul prisme de la qualit du service rendu lusager, en conjuguant efficacit, lisibilit, proximit. Pour mener ces rformes, nous aurons besoin de lappui des fonctionnaires. Ils ont t malmens ces dernires annes ; je souhaite rtablir la confiance. Pour cela, je veux privilgier des relations de partenariat et de dialogue avec les syndicats de la fonction publique. Vous m'interrogez galement en matire de lutte contre les discriminations. L'galit est au cur de mon projet. La lutte contre les discriminations sera donc logiquement une de mes grandes proccupations. Il conviendra tout dabord de dvelopper des outils pour lutter contre les discriminations dans la fonction publique, car lEtat doit tre exemplaire. En ce sens, j'ouvrirai le droit d'ester en justice devant les juridictions administratives pour les associations de lutte contre les discriminations, afin de protger les agents plaignants. Mais la lutte contre les discriminations ne concerne pas uniquement le secteur public. Nous devrons mettre en place de nouveaux outils pour combattre les discriminations dans le secteur priv. Il est possible dinfluencer efficacement la politique des entreprises par lintermdiaire de la commande publique. Les organisations syndicales ont aussi un rle jouer au moment des discussions sur le bilan social qui devra mentionner les efforts faits pour lutter contre les discriminations. Enfin, que les entreprises rendent des comptes en matire de lutte contre les discriminations, voil une premire tape laquelle je ne peux que souscrire. Je ne peux achever ce courrier sans voquer avec vous la question de l'cole. C'est en premier lieu elle que revient la responsabilit - de l'enseignement primaire jusqu'au suprieur - de donner aux lves les capacits et les comptences qui leur permettront de devenir des citoyens libres et autonomes, de construire leur projet de vie et de trouver l'emploi auquel ils aspirent. C'est pourquoi elle constituera galement une priorit de mon action. Esprant avoir rpondu vos interrogations, je vous prie de croire, Madame, Monsieur, lassurance de ma parfaite considration. </p></li></ul>