REPUBLIQUE DU REPUBLIC OF CAMEROON 42e_session_Comst · Cette délégation était conduite par M. Joseph…

  • Published on
    14-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Transcript

Conclusions et recommandations de la 42me session de la COMSTAT_NU 1 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix Travail Patrie --------------- REPUBLIC OF CAMEROONPeace Work Fatherland ------------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE -------------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ------------- ____________/INS/DG/DCR Yaound, le RELEVE DES CONCLUSIONS ET DES RECOMMANDATIONS DE LA 42E SESSION DE LA COMMISSION DES STATISTIQUES DES NATIONS UNIES NEW- YORK, 17-25 FEVRIER 2011. Le Cameroun a t lu membre de la Commission statistique des Nations Unies (UNSC) pour un mandat de 04 ans depuis lanne 2010. Ce mandat sexercice pour les pays de la sous rgion Afrique centrale et les grands lacs. Le Togo reprsente les pays de lAfrique de lOuest, le Maroc ceux du Maghreb et le Botswana ceux de lAfrique Australe. Dans le cadre de lexercice de ce mandat, une dlgation sest rendue New York pour participer, du 17 au 25 fvrier 2011, aux travaux de la 42me session de la Commission des statistiques des Nations Unies. Cette dlgation tait conduite par M. Joseph TEDOU, Directeur Gnral de lInstitut National de la Statistique (INS) quassistait M. Barnab OKOUDA, Chef de Dpartement de la Coordination et de la Recherche Statistique lINS. La dlgation a t chaleureusement accueillie et installe par les reprsentants du Chef de la Mission Permanente du Cameroun New York. Elle lui a accord les facilits requises pour participer aux travaux. 1. DEROULEMENT DES TRAVAUX Outre les sances plnires et les sessions thmatiques et sectorielles, les travaux de la Commission ont galement t marqus par des sessions restreintes de groupes des pays ayant en commun des objectifs ou des proccupations similaires. On notera ainsi la session spciale de la Commission statistique dAfrique (STATCOM-Africa) et la session des pays membres de lOrganisation de la Confrence Islamique (OCI) auxquelles la dlgation camerounaise a pris une part trs active. Au cours des travaux, les membres de la dlgation camerounaise ont eu prendre la parole, soit pour prsenter et soutenir la position du Gouvernement, soit pour soutenir les positions communes du groupe africain. Dautres interventions consistaient prsenter les expriences nationales pouvant servir comme cas de bonne pratique pour la communaut internationale. 1.1. Ouverture des travaux et Election du bureau(Disposition Protocolaires) Louverture officielle des travaux a eu lieu le mardi 22 fvrier 2011 et prside par M. M. Ali bin Mahboob Al-Raisi, du sultanat dOman qui a t lu la prsidence de la Commission, pour un mandat de 02 ans (2010 & 2011), assist de M. Paul CHEUNG, Directeur de la Division des Statistiques des Nations Unies (UNSD). Selon les usages protocolaires et diplomatiques, les trois (03) vice-prsidents et lensemble du bureau ont galement t reconduits. Conclusions et recommandations de la 42me session de la COMSTAT_NU 2 Selon les procdures de la Commission, les points inscrits lordre du jour sont de deux types : les points inscrits pour discussion sur lesquels les participants sont invits prendre des dcisions et les points inscrits pour information. 2. RESULTATS OBTENUS ET RESOLUTIONS PRISES 2.1. A propos de la Journe Mondiale de la Statistique La clbration de la premire Journe Mondiale de la Statistique, le 20 octobre 2010, a t unanimement reconnue comme ayant t , dune part, un succs dans tous les pays, et dautre part, une occasion formidable de faire le plaidoyer pour la statistique dans les diffrents Etats membres. Sur ce, la Commission a adopt le principe dune clbration priodique tous les 02 ou 05 ans pour marquer un temps darrt au niveau mondial et revisiter le rle et les enjeux de la statistique travers le monde. Toutefois, les rgions et les pays sont encourags continuer de clbrer au niveau national ou rgional, linstar de la Journe Africaine de la Statistique, le 18 novembre de chaque anne, pour la promotion des statistiques officielles. 2.2. Les statistiques sur le genre La Commission a reconnu la ncessit de dvelopper les statistiques sur le genre en gnral et de soutenir llaboration des manuels de rfrence et mthodologique pour la production et lutilisation des statistiques sur le genre. A cet effet, la Division des statistiques des Nations Unies, lUNFPA, la Banque mondiale et les Commissions conomique rgionales des Nations Unies devraient intensifier les programmes dappuis aux Etats pour une meilleure appropriation de lapproche genre et la production de statistiques de bonne qualit y relatives. A ce sujet, la dlgation camerounaise a tenu soutenir le renforcement du rle de la Division Statistique des Nations Unies pour assurer le leadership et dvelopper les indicateurs y relatifs. 2.3. Sur les Comptes Nationaux et le Programme de Comparaison Internationale Le manuel du nouveau Systme de Comptabilit Nationale SCN2008 a t publi en anglais et distribu tous les Etats. La traduction dans les autres langues est en cours et devrait tre finalise dans les meilleurs dlais. Dans ce cadre, il a particulirement t recommand au groupe dexperts sur la comptabilit nationale de veiller expliciter lintgration de la contribution du secteur informel pour une meilleure mesure du PIB. Dautres points comme la question de la distribution du revenu des mnages, la mesure de la Recherche Dveloppement (R&D), et la notion de du bien-tre selon les travaux de Stieglitz et autres initiatives internationales, devraient galement faire lobjet de notes bien prcises. Un site web spcial ddi sur la mise en uvre du SCN2008 pour faciliter les changes dexprience a t lanc. En ce qui concerne le PCI, la prparation technique du cycle 2011 sur le plan mthodologique est boucle. Les financements disponibles et allous respectivement seront parvenus aux Etats avant fin avril 2001 au plus tard. Le PCI est dsormais reconnu comme un programme majeur avec de implications diverses pour le pays en dveloppement en particulier. Il faut rappeler que la mise en uvre du PCI outre la Conclusions et recommandations de la 42me session de la COMSTAT_NU 3 production des indices pour le calcul des parits de pouvoir dachat (PPA), saccompagne dans ces pays, par un appui important sur les plans logistiques et mthodologiques pour lamlioration des statistiques des prix, des comptes nationaux et de la coordination et le suivi de la mise en uvre de la stratgie nationale de dveloppement de la statistique (SNDS) . Les travaux de terrain devraient dmarrer dans les prochains jours. Les premiers rsultats sont attendus fin 2013 et dbut 2014. En ce qui concerne lexploitation des rsultats du cycle 2005, la Commission sest flicite de la publication des parits de pouvoirs dachat (PPA) qui sont dsormais disponibles et utilisables par tous, pour tous les pays . La Commission encourage la Banque mondiale et le bureau excutif tre plus transparent dans le financement des activits de collecte dans les pays en dveloppement, et le renforcement des capacits nationales pour la russite de lopration. De faon spcifique Le Cameroun saligne sur la stratgie africaine de mise en uvre du SCN2008 qui a t labore avec lappui technique et financier de la BAD. Le passage du SCN93 au SCN2008 se fera progressivement dici 2014, suivant les capacits propres chaque pays. Il y a lieu de noter pour se rjouir, la contribution apporte par les experts de lINS dans le cadre du Groupe de travail mis en place pour la rgion Afrique dnomm AGNA1 , avec pour chef de file, la Banque Africaine de Dveloppement (BAD). 2.4. Les comptes conomiques de lenvironnement La Commission a not avec satisfaction lvolution du travail en cours pour la finalisation du volume 1 du manuel du SEEA (SCEE : systme de comptabilit conomique environnementale) qui devrait tre soumis la 43e session en 2013 pour adoption. Toutefois, la priorit pour des pays comme le Cameroun devrait se focaliser sur la disponibilit des donnes dabord, et la question des normes adopter pour entamer les travaux de cohrence et de synthse dans des cadres de comptabilit densemble. Do la ncessit de booster les statistiques sur lenvironnement, y compris celles sur les changements climatiques. 2.5. Les statistiques dnergie La Commission recommande aux Etats membres doptimiser lutilisation des statistiques des sources administratives. 2.6. Les statistiques conomiques intgres et les indicateurs conomiques de court terme La publication prochaine du guide dlaboration des statistiques conomiques intgres et les indicateurs conomiques court terme, en cours de finalisation, devra permettre ceux des pays ou organisations qui prouvent encore des difficults dtre mieux outills pour aborder le sujet. Un portail web sera galement tenu disponible par la Division des statistiques des Nations unies pour le partage des bonnes pratiques et la diffusion des donnes par pays. La Commission a galement souhait de voir intgrer les indicateurs de gouvernance dans ce domaine. Lusage des SDMX2 a t fortement recommand. Par ailleurs, il fortement important 1 AGNA signifie African Group on National Account. 2 SDMX : statistical data and metadata exchange : protocole normalis dchanges de donnes statistiques devant obir un format tabli et adopt par les producteurs et utilisateurs. Conclusions et recommandations de la 42me session de la COMSTAT_NU 4 de restreindre le champ opratoire lespace national pour ces indicateurs de conjoncture pour une meilleure apprciation. 2.7. Lapplication des Principes fondamentaux de la statistique officielle Lensemble des pays participants a salu et reconnu limportance majeure de ces Principes et apprci lchange dexpriences entre les pays. Il a t recommand lintgration, au niveau national, de ces Principes dans la lgislation et la rglementation statistiques. La ncessit de rviser lesdits Principes na pas t approuve. Cependant, lactualisation du prambule pour prendre en compte les changements intervenus au niveau de lenvironnement international depuis 1994 a t approuve. A ce sujet, un groupe de travail a t constitu pour proposer les amendements qui seront examines lors de la session de la 45me session en 2014. Par ailleurs, la Commission a demand la Division des statistiques des Nations Unies dlaborer un guide pratique de mise en uvre des principes en intgrant les cas de bonnes pratiques en vigueur dans les INS ainsi que les autres producteurs et utilisateurs de statistiques. Il a galement t demand aux systmes statistiques nationaux de faire adopter lesdits Principes par les autorits politiques des Etats pour leur confrer plus de force dapplication. 2.8. Le renforcement des capacits statistiques En matire de renforcement des capacits statistique, il est recommand chaque pays de formuler un plan de formation sur la base des besoins pralablement identifis. La commission encourage les changes entre les pays pour soutenir les cette initiative. A ce sujet, il est important de relever que lexprience camerounaise est diversifie tant au niveau national, sous rgional, quinternational. Un rapport de circonstance est en cours dlaboration et sera publi aprs adoption loccasion de la prochaine session du Conseil National de la Statistique (CNS). 2.9. Rapport sur les indicateurs de dveloppement, les statistiques de dveloppement humain et le Rapport sur le Dveloppement Humain (RDH) Le Rapport prsent dnonce les pratiques et mthodes du PNUD en matire de dontologie statistique, et recommande plus de transparence et limplication des systmes statistiques nationaux la production et publication des indicateurs socio conomiques de dveloppement. La Commission a pris note et approuv le rapport prsent par le Brsil, le Maroc et lAfrique du sud sur les indicateurs publis par les Agences du Systme des Nations Unies et soutenu les conclusions assorties dans lensemble. Tout en reconnaissant limportance du RDH, la Commission a tenu exprimer ses profonds regrets et sa forte dsapprobation sur la manire avec laquelle le bureau du RDH procde depuis plusieurs annes pour la publication de lIndice de Dveloppement Humain (IDH), notamment en ce qui concerne (i) la qualit et la disponibilit des statistiques ncessaires, (ii) lutilisation des sources non officielles de donnes, et (iii) la ncessit de procder une consultation avec la communaut statistique nationale avant la publication du rapport 2010. Conclusions et recommandations de la 42me session de la COMSTAT_NU 5 Dautres rcriminations non moins importantes ont galement t souleves : Lomission de certains pays (Cuba en particulier et dautres), sans en rfrer aux services statistiques nationaux en prtextant largument dune absence de donnes, La violation des principes fondamentaux de la statistique officielle et la commission a exig que le PNUD puisse adopter lesdits principes , La forte discordance entre les donnes publies dans le RDH et les statistiques disponibles dans les Etats, Le non recours aux systmes statistiques nationaux une fois un retraitement ou des estimations faites au niveau central, afin de les valider. De faon globale, la Commission reconnat que le choix du thme et des indicateurs du RDH sont de la responsabilit du PNUD ; la question de la qualit de donnes et de leur pertinence incombe la Division des statistiques des Nations Unies et que cette dernire devrait tre consulte au nom de la communaut statistique internationale avant toute publication. En conclusion, la Commission a demand au PNUD : de fournir dans les 03 mois, un rapport sur les proccupations ci-dessus souleves et dautres encore, et le RDH se doit de les corriger dtablir un calendrier pralable dlaboration du RDH et de le soumettre aux services statistiques nationaux ou la structure en charge de la coordination des agences de production des statistiques nationales, de consulter les tats lavance avant toute rvision et publication des donnes statistiques requises pour le RDH. 2.10. Les rencontres bilatrales et multilatrales En marge des travaux de la session proprement dite, les membres de la dlgation camerounaise ont pris part dautres sance de travail, dont notamment : a) Le sminaire du Consortium PARIS21 Le Consortium PARIS21 a organis un sminaire sur le financement du dveloppement de la statistique. Plusieurs pays membres, des agences bilatrales et autres institutions internationales y ont pris part. Lobjectif principal de la rencontre tait de partager la rflexion et les expriences visant la scurisation des financements des activits statistiques dans un contexte de ressources limites. En effet, la crise financire qui a clat en 2008 a eu pour effet la contraction des ressources mobilisables allouer la statistiques, tandis que la demande en informations de bonne qualit et actualises na cess daugmenter. En conclusion, les participants se sont accords sur une exigence de transparence qui garantie la bonne utilisation des ressources de manire efficiente. Lexercice de reporting des financements en faveur de la statistiques pour lequel le Cameroun va servir de pays pilote (avec lEthiopie et le Malawi) a t reconnu de haute importance et recommand a tous les pays. Le principe de financement conjoint (basket-fund) pratiqu par le Cameroun tend a devenir le principe pour assurer cette transparence. Conclusions et recommandations de la 42me session de la COMSTAT_NU 6 Toutefois un effort reste exig des partenaires pour retracer fidlement tous les financements distance dans les pays et en sortie aux activits statistiques. Un alignement sur les priorits de la SNDS est galement prconis. b) La rencontre des pays membres de lOrganisation de la Confrence Islamique (OCI) En qualit de pays membre de lOCI, la dlgation camerounaise a galement pris part la session spciale organise par le SESRIC, dans le cadre de la 3me rencontre des responsables des Instituts nationaux des Statistiques (INS). Linformation majeure partager tait la mise en route de la Commission statistique de lOCI, qui tiendra sa premire session Istanbul/Turquie en Avril 2011.Lobjectif de la rencontre tait donc de discuter et de valider lagenda de cette session. Ce qui a t fait. Ce sera donc une session des prmices qui devra concevoir la feuille de route en se focalisant sur la problmatique du renforcement des capacits des SSN pour une amlioration des donnes sources. Le Cameroun qui participe dj cette initiative par une mise disposition des experts nationaux dans les domaines varis pour renforcer les capacits de certains pays membres devra prsenter une communication ce sujet. c) Le projet world censuses de IPUMS La dlgation camerounaise a par ailleurs tenu une sance de travail avec le Pr Robert Mc Caa de linstitut des tudes de population de luniversit du Minnesota (IPUMS), USA. Le Pr Mc Caa est le chef dun vaste projet mondial visant constituer une base fdrative centralise de tous les recensements des populations du monde depuis le dbut de lhistoire humaine. Lintrt tant dans la mise disposition de toutes les donnes ncessaires pour les tudes socio conomique, anthropologique, etc. A ce jour, plus de 70 pays ont souscrit et la base regroupe environ 80% de la population mondiale. Le professeur Mc Caa prvoit deffectuer une visite au Cameroun du 14 au 16 Avril 2011 pour rencontrer les officiels camerounais et la signature des accords de partenariat. Un sminaire de prsentation du projet est prvu tre organis cette occasion. La documentation y relative est disponible lINS. Ladhsion nentraine aucun cot pour le pays. 2.11. Points pour information Plusieurs points ont t prsents titre dinformation portant sur des domaines varis. Une documentation disponibles y relative peut tre consulte lINS travail sur le site : http://unstats.un.org/unsd/default.htm 3. MISE EN UVRE ET INTERET DES RECOMMANDATIONS POUR LE CAMEROUN 3.1. Effectivit et efficacit de la coordination statistique Comme les annes prcdentes, lInstitut national de la Statistique (INS) sous lautorit du Ministre de lEconomie, de la Planification et de lAmnagement du Territoire (MINEPAT), devra organiser des rencontres relatives la mise en uvre des recommandations qui concernent le Cameroun. Les propositions issues de ces rencontres seront examines et valides par le Conseil National de la Statistique. Conclusions et recommandations de la 42me session de la COMSTAT_NU 7 A cet gard, lINS devra assurer le leadership et promouvoir les bonnes pratiques conformment sa mission. 3.2. Comptes conomiques et statistiques de lenvironnement Dans ce cadre, la position soutenue par le Cameroun est que la production des comptes conomiques de lenvironnement vise une meilleure gestion de lenvironnement pour un dveloppement durable. A cet effet les administrations sectorielles en charge des diffrents domaines de lenvironnement se doivent de veiller une production effective des donnes statistiques. Des appuis spcifiques en termes de renforcement des capacits sur le plan institutionnel, technique et logistique devront tre mobiliss pour amliorer les statistiques de base avant le passage aux comptes. Les initiatives entreprises par le Ministre de lEnvironnement et de la Protection de la Nature, en collaboration avec lINS et lappui de lUnion europenne, devront se dvelopper pour enfin crer un vritable systme dinformations statistiques environnementales. 3.3. Programme de Comparaison Internationale, cycle 2011 Le Cameroun, travers lINS, a particip au cycle 2005. Cette participation a permis de renforcer les capacits humaines dans le domaine de la comptabilit nationale, des prix et du calcul des parits de pouvoir dachat (PPA). Le Cameroun se devra de mieux sorganiser pour cette dition afin de tirer le meilleur parti de cette initiative internationale, consolider la qualit de ses productions statistiques et confirmer sa place de leader dans la sous rgion en la matire. 3.4. Rapport National sur les OMD er le dveloppement humain Les efforts de leadership engags par lINS pour la production et le contrle des donnes rentrant dans llaboration des rapports sur les Objectifs du Millnaire pour le Dveloppement (OMD) et le Rapport sur le Dveloppement Humain (RDH) doivent tre maintenus et renforcs. Les Agences du Systme des Nations Unies devront apporter leur assistance lINS et aux autres intervenants du SSN. 4. RESPONSABILITE DU MANDAT ET PREPARATION DES PROCHANIES SESSIONS DE LA COMMISSION Dans le but dassurer une meilleure contribution de la dlgation du Cameroun a la 43me session de la Commission, certaines activits devront tre menes. 4.1. Sminaire de restitution des conclusions de la 42me session LINS entend organiser dans les prochains jours un sminaire de restitution des conclusions de cette session avec lensemble de parties prenantes du SSN. Au del du partage dinformation, cette rencontre devra dboucher sur un plan de travail pour lensemble des acteurs, pour des actions urgentes mettre en uvre en cohrence avec la SNDS. 4.2. Rapport national de suivi/valuation Un rapport de mise en uvre devra tre prsent la prochaine session du CNS avant transmission la DSNU. Le suivi de la mise en uvre des recommandations de la Commission devra tre assur dans le cadre des sessions du Conseil National de la Statistique (CNS) et les rsultats devront tre Conclusions et recommandations de la 42me session de la COMSTAT_NU 8 reflts dans le rapport annuel sur ltat de mise en uvre de la stratgie nationale de dveloppement de la statistique (RNDS). 4.3. Echanges dexpriences Les changes avec les autres pays de la CEMAC, CEAC ou de lAfrique devront tre intensifis, notamment travers les sessions des runions statutaires (Comit Statistique de la CEMAC, Comit de Direction dAFRISTAT, STATCOM-Africa). Le Cameroun devra par ailleurs participer activement aux rencontres sous rgionales, rgionales et internationales sur les statistiques officielles./-

Recommended

View more >