REPUBLIQUE DU TCHAD - afdb.org ?· fonds africain de developpement republique du tchad projet d’appui…

  • Published on
    14-Jun-2018

  • View
    213

  • Download
    1

Transcript

FONDS AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT REPUBLIQUE DU TCHAD PROJET DAPPUI A LAMELIORATION DU CLIMAT DES AFFAIRES ET A LA DIVERSIFICATION DE LECONOMIE TCHADIENNE (PACADET) OSGE/GECL Novembre 2013 TABLE DES MATIRES I Orientation stratgique et justification ............................................................................ 1 1.1. Liens du projet avec la stratgie et les objectifs pays ................................................. 1 1.2. Justification de lintervention de la Banque ................................................................ 2 1.3. Coordination de laide ................................................................................................. 4 II Description du projet .................................................................................................... 5 2.1. Composantes du projet ................................................................................................ 5 2.2. Solutions techniques retenues et solutions de substitution tudies ........................... 7 2.3. Type de projet.............................................................................................................. 7 2.4. Cot du projet et dispositifs de financement ............................................................... 7 2.5. Zone et bnficiaires viss par le projet ...................................................................... 9 2.6. Approche participative pour lidentification, la conception et la mise en uvre du projet............................................................................................................................ 9 2.7. Prise en considration de lexprience du Groupe de la Banque et des leons tires dans la conception du projet ........................................................................................ 9 2.8. Principaux indicateurs de performance ..................................................................... 10 III Faisabilit du projet ...................................................................................................... 11 3.1 Performance conomique et financire ..................................................................... 11 3.2 Impact environnemental, social et changement climatique ...................................... 11 3.3 Genre ......................................................................................................................... 12 3.4 Social ......................................................................................................................... 12 3.5 Rinstallation force .................................................................................................. 13 IV Excution ......................................................................................................................... 13 4.1. Dispositions en matire dexcution ......................................................................... 13 4.2. Suivi .......................................................................................................................... 15 4.3. Gouvernance.............................................................................................................. 15 4.4. Soutenabilit .............................................................................................................. 16 4.5. Gestion des risques .................................................................................................... 16 4.6. Dveloppement des connaissances............................................................................ 17 V Cadre Juridique .............................................................................................................. 17 5.1. Instrument lgal ......................................................................................................... 17 5.2. Conditions associes lintervention de la Banque .................................................. 17 5.3. Conformit avec les politiques de la Banque ............................................................ 18 VI RECOMMANDATION ................................................................................................ 18 LISTE DES TABLEAUX Tableau 1.3 : Principaux projets des PTFs dans les domaines du projet Tableau 2.1 : Composantes et activits du projet Tableau 2.2 : Solutions de substitution envisages et causes du rejet Tableau 2.3 : Cot estimatif du projet par composante Tableau 2.4 : Sources de financement (montants en millions dUC) Tableau 2.5 : Cot du projet par catgorie de dpense (montants en millions dUC) Tableau 2.6 : Calendrier des dpenses par composante (en millions d'UC) Tableau 2.7 : Enseignements tirs des projets dappui Institutionnel prcdents Tableau 4.1 : Etapes de suivi et boucle de rtroaction Tableau 4.2 : Risques potentiels et mesures dattnuation Annexe I. Indicateurs socio-conomiques comparatifs du pays Annexe II. Tableau du portefeuille de la BAD dans le pays (Juin 2013) Annexe III. Principaux projets connexes financs par la Banque et dautres partenaires au dveloppement du pays Annexe IV. Carte de la zone du projet i Equivalences montaires (Septembre 2013) Unit montaire : FRANC CFA (XAF) 1 UC = 747,75 CFA 1 UC = 1,18 EURO 1 UC = 1,50 USD Anne fiscale 1er janvier - 31 dcembre Sigles et abrviations AFD Agence franaise de dveloppement ANIE Agence nationale pour les investissements et les exportations AON Appel doffre national APE Accord de partenariat conomique ARMP Autorit de rgulation des marchs publics BAD Banque africaine de dveloppement BDEAC Banque de dveloppement des Etats de lAfrique Centrale BM Banque mondiale CCIAMA Chambre de commerce dindustrie, de lartisanat, des mines et de lagriculture CDE Centre de dveloppement de lentreprise CDMT Cadre de dpenses moyen terme CEDEF Convention sur llimination de toutes les formes de discriminations lgard des femmes CEEAC Communaut conomique des Etats de lAfrique Centrale CEMAC Communaut conomique et montaire de l'Afrique Centrale. CEP Cellule dexcution des projets CMA Centre de mdiation et darbitrage CSPR Cellule de coordination et de suivi des programmes de rformes CS Comit sectoriel DSEPP Direction du suivi et valuation des projets et programmes DUE Dlgation de lUnion europenne ENFJ Ecole nationale de formation judiciaire EPCV EU FAD Enqute permanente sur les conditions de vie des mnages Etats Unis Fonds africain de dveloppement FMI Fonds montaire international FODEP Forum de dialogue Etat et Secteur priv GAP Plan daction pour la gouvernance GS Groupes sectoriels GUF Guichet unique foncier GVT Gouvernement IDE Investissement direct tranger ML Monnaie locale MTC Magistrats des tribunaux de commerce ii OHADA Organisation pour lharmonisation du Droit des affaires en Afrique OMC Organisation mondiale du Commerce OPEV Dpartement de lvaluation des oprations de la Banque PACADET Projet dappui au climat des affaires et la diversification de lconomie PIB Produit intrieur brut PNUD Programme des nations unies pour le dveloppement PPTE Initiative pour les pays pauvres trs endetts PTF Partenaire technique et financier RAP Rapport dachvement du projet RAFC Responsable administratif financier et comptable RCCM Registre du commerce et du crdit mobilier RT Rpublique du Tchad SFI Socit financire internationale SMP Staff monitored program (Programme dassistance conomique du FMI) SO Sans objet TDFO Mission rsidente de la Banque au Tchad UC Unit de compte USD Dollars Etats-Unis iii Fiche de projet Fiche du client EMPRUNTEUR : Rpublique du Tchad ORGANE DEXECUTION : Cellule de Coordination du Suivi des Programmes de Reformes (CSPR) auprs de la Primature (PM)1 Plan de financement Source Montant (UC) Instrument FAD2 5,89 million Dont 1,92 million Don 3,97 million Prt COT TOTAL 5,89 million Importantes informations financires du FAD Monnaie du prt / don UC Type dintrts* SO Marge du taux dintrt* SO Commission dengagement* 0,50% Autres frais* 0,75% Echance 50 ans Diffr damortissement 10 ans TRF, VAN (scnario de base) SO TRE (scnario de base) SO *si applicable Dure principales tapes (attendues) Mission de prparation Avril, 2013 Mission dvaluation Aot, 2013 Equipe-Pays Octobre, 2013 Ngociations des accords de don et de prt Novembre, 2013 Prsentation au Conseil Dcembre, 2013 Entre en vigueur Janvier, 2014 Achvement Dcembre, 2017 Dernier dcaissement Dcembre, 2018 1 Cre par Dcret 482/PR/PM/2013 et rattache au Cabinet du Premier Ministre 2 Allocation pays (Prt 2,81, Don 0,86) ; Annulation (Prt 1,16, Don 0,59) iv Rsum du projet Apercu du projet Titre du projet : Projet dappui lamlioration du climat des affaires et la diversification de lconomie (PACADET) Primtre du projet : Territoire national Dure du projet : 48 mois Cot du projet: 5,89 Million UC Objectifs du projet Lobjectif du PACADET est de promouvoir le dveloppement du secteur priv et la diversification de lconomie en vue dasseoir au Tchad les bases dun dveloppement conomique inclusif. Ses objectifs oprationnels sont lamlioration du climat des affaires au travers de la mise en uvre de deux grandes composantes qui sont : (i) Lappui au dialogue public et priv et aux rformes du climat des investissements, (ii) lAppui lentreprenariat et la promotion de linvestissement. Evaluation des besoins Le rle du secteur priv et son importance pour lconomie tchadienne sont reflts dans le Programme National de Dveloppement du Tchad (PND) 2013-2015 qui porte la vision de dveloppement du pays. Le secteur priv reste trs peu dvelopp, il est caractris par une structure duale o quelques grandes entreprises, coexistent avec une myriade de petites entreprises du secteur informel. Les Trs petites entreprises (TPE)3 reprsentent 91 % du total des entreprises, les PME environ 3% et les grandes entreprises capitaux principalement trangers environ 6%. Les principaux dfis et contraintes relever pour favoriser moyen ou long terme le dveloppement du secteur priv se situe un triple niveau: (i) la faiblesse du cadre lgislatif, institutionnel et rglementaire, (ii) les difficults laccs au financement en particulier pour les PME et enfin, (iii) la faiblesse des structures de tutelle et dappui. Le gouvernement a adopt en 2012, en concertation avec le secteur priv et les Partenaires Techniques et Financiers, un chronogramme de mise en uvre des rformes du climat des affaires et de diversification conomique afin de rduire la dpendance du pays vis- -vis des ressources ptrolires. Bnficiaires cibls La zone du projet est NDjamena et le reste du pays. Les bnficiaires directs sont ladministration publique, le secteur priv, les entrepreneurs du pays et la population tchadienne dans lensemble. Les oprateurs conomiques tireront parti de lamlioration du climat des affaires pour acclrer le dveloppement de leurs entreprises, la population quant elle, tirera profit des meilleures offres tarifaires et dune situation de lemploi amlior du fait de lvolution favorable du contexte concurrentiel et de la production nationale. Rsultats et impact Les rsultats attendus de la mise en uvre du projet sont court terme : (i) une rduction du cot et des dlais de cration des entreprises, (ii) une rduction des dlais de dlivrance des titres fonciers ; (iii) une facilitation de laccs au financement grce la disponibilit du titre foncier comme instrument de garantie et lassistance procure par le centre de gestion agr dans la structuration des plans daffaires; (iv) une augmentation du nombre dentreprises cres par les femmes dans les filires porteuses ; (v) une rduction de la judiciarisation du contentieux des affaires avec la cration du centre darbitrage et du renforcement des capacits des tribunaux de commerce. A plus long terme, une attractivit accrue du pays, notamment en matire dInvestissements Directs Etrangers IDE permettant une croissance conomique plus inclusive. Valeur ajoute de la Banque Les avantages comparatifs de la Banque et sa valeur ajoute dans cette intervention rsultent de lexprience quelle a acquise, au fil des ans, dans la conception et la mise en uvre des projets de renforcement des capacits institutionnelles dans les Etats membres. En particulier en matire damlioration de climat des affaires, elle a financ des oprations similaires au Rwanda avec le Rwanda Development Board , au Burkina faso avec la maison de lentreprise du Burkina Faso, au Sngal avec lagence de Promotion des Investissements et des Exportations (APIX). Dveloppement des connaissances La mise en uvre de ce projet favorisera le renforcement des capacits techniques en matire de suivi et de mise en uvre des rformes interministrielles. En particulier, celles sur le climat des affaires seront renforces par lassistance technique et les diffrents guides mthodologiques qui seront labors. Ces pratiques seront diffuses au sein de ladministration au travers des documents produits et des sessions de formation, et lintrieur de la Banque, via TDFO travers les sminaires et les rapports dOPEV. 3 On distingue 4 catgories dentreprises au Tchad, les Trs petites entreprises (TPE) caractrise par un effectif de moins de 5 personnes, les Petites entreprises avec un effectif de 5 20 personnes (PTE), les moyennes entreprises avec un effectif de 20 100 personnes (ME) et enfin les grandes entreprises avec un effectif de plus de 100 personnes (Enqute du CNPT-2011) v Cadre logique ax sur les rsultats Pays et titre du projet : Projet d'Appui lAmlioration du Climat des Affaires et la Diversification de lEconomie Tchadienne (PACADET) But du projet : Promouvoir la croissance du secteur priv et la diversification de lconomie au travers de lamlioration du climat des affaires. CHANE DES RSULTATS INDICATEURS DE PERFORMANCE MOYENS DE VRIFICATION RISQUES/ MESURES DATTNUATION Indicateur (y compris les ISC) Situation de rfrence Cible IMPACT La dpendance de lconomie tchadienne au secteur ptrolier est significativement rduite [part du secteur priv non ptrolier dans le PIB] 8,7% en 2012 10% en 2017 Consultation du rapport du FMI au titre de lart.4 en 2015 EFFETSEffet I : le dveloppement du secteur priv est facilit grce aux rformes I.I. Nombre de jours ncessaires pour la cration dentreprises I.2 Nombre de litiges commerciaux rsolus par la mdiation I.3 Nombre de jours ncessaires pour la dlivrance dun titre foncier 10 jours minimum sont ncessaires la cration dentreprises Moins de 1% des litiges actuellement rsolus par la mdiation Six mois minimum sont ncessaires pour la dlivrance dun titre foncier I.I. cration dentreprises ramene de 10 3 jours en 2014 I.2. Au moins 5% des litiges commerciaux sont rsolus par la mdiation conformment la rglementation OHADA en 2015 I.3. les dlais de dlivrance des titres fonciers passent de six mois 1 mois en 2015 Rapport de lANIE et Statistiques de la Chambre de commerce Risque1 : Lenteur dans la prise de dcision pour la mise en uvre des rformes Attnuation : renforcement de la coordination interministrielle Effet II : Lentreprenariat et lappui aux filires sont renforcs Nombre des PME des filires porteuses4 cres lissue du projet (dont % par des femmes) 2 PME cre dans les filires porteuses et rpertorie dans les bases de lANIE 20 PME viables cres dans les filires porteuses en 2016 dont 25% au moins par des femmes Rapports de lANIE et de la Chambre de commerce PRODUITS COMPOSANTE I : APPUI AU DIALOGUE PUBLIC ET PRIVE ET AUX REFORMES DU CLIMAT DES INVESTISSEMENTS Risque2 : (ii) Sous estimation de lampleur et du niveau de difficult des rformes implmenter Mesures dattnuation : (i) renforcement de loprationnalisation du dialogue public et 1.1. Le cadre lgal et rglementaire pour la cration et la promotion des PME est revu et mis niveau 5 1.1.1 Nombre de textes rglementaires revus, mis niveau, promulgus et diffuss nationalement Textes rglementaires dsuets et tudes pas disponibles Textes rviss et promulgus sil y a lieu au plus tard en 2015 et diffus nationalement Journal officiel du Tchad (JO) 1.1.2. Nombre de textes accompagns de dcrets dapplication portant sur la promotion des investissements adopts6 Pas dinventaire exhaustif sur les textes rglementaires relatifs aux investissements Un recueil de textes est rendu disponible lANIE aux investisseurs potentiels et diffus nationalement Rapports de lANIE et bulletins Ministre du commerce 4 Filires reconnues forts potentiels de croissance retenues dans le Plan National de Dveloppement 5 Il sagit de (i) revoir et amliorer le cadre institutionnel, rglementaire et juridique relatif la cration dentreprises, afin de rduire le temps, les procdures et les cots ncessaires la cration (voir classement du Tchad pour la cration), (ii) rationaliser le rgime fiscal (parafiscalit) et doctroi des licences et rglementations connexes et (iii) appuyer la prparation des cadres stratgique et institutionnel et juridique ncessaires loptimisation des filires de production et la prparation des zones conomiques spciales 6 En particulier textes relatifs la facilitation de la cration dentreprises et le foncier vi 1.2. Le dialogue public et priv est oprationnel et un forum permanent parrain par la Primature est lgalis 1.2. Nombre de rencontres public et priv organises en 2014 et PV de runions tenues Le dialogue public et priv est sporadique et peu structur Le cadre de dialogue public et priv est formel, oprationnel et permanent, au moins trois PV de runions sont disponibles en 2014 et les annes suivantes Bulletins officiels de la chambre de commerce et du Ministre du Commerce priv, (ii) communication sur les rformes ; (iii) assistance technique la structure charge du suivi des rformes et au Ministre du commerce et de lindustrie (iiii) la cration par le gouvernement dune cellule de coordination du suivi des programmes de rformes auprs du Premier Ministre Risque3 : Instabilit politique Mesures dattnuation : La rlection en 2011 du prsident avec une confortable majorit et la paix retrouve avec le Soudan autorisent des prsomptions fortes de stabilit politique relatives Risque4 : Manque dimplication des acteurs Mesure dattnuation : Mise en place dun comit de pilotage et oprationnalisation de la plateforme de dialogue entre le secteur priv et le public 1.3. Les Tribunaux de commerce sont renforcs et les temps de traitement des dossiers rduit 1.3. PV de formation et de rception des quipements IT Le personnel des Tribunaux na pas reu de formation depuis 5 ans Le personnel est form et les quipements IT disponibles en 2015 pour les cinq Tribunaux de commerce Cursus de formation officielle de lENFJ 1.4 Le cadre de suivi des rformes lies aux indicateurs Doing business est formalis 1.4. PV de livraison du cadre mthodologique de suivi des rformes est disponible Inexistence dun cadre mthodologique de suivi des rformes Une mthodologie ainsi quun cadre de suivi des rformes sont disponibles en 2014 Compte-rendu du projet et rapport de lAT disponibles la CEP 1.5 La rforme du cadre lgislatif du cadastre et du foncier est effective7 1.5 Textes de lgislatifs et rglementaires et dcrets dapplication adopts en matire durbanisme, dhabitat, foncier et domanial et des dcrets dapplication Les textes sont dsuets Les textes de loi rgissant le foncier au Tchad sont ractualiss et disponibles en 2016 Bulletin des annonces lgales du Tchad et bulletin du Ministre du commerce et de lartisanat COMPOSANTE II : APPUI A LENTREPRENARIAT ET A LA PROMOTION DE LINVESTISSEMENT 2.1. LANIE est pleinement oprationnel et interconnect 2.1. PV de livraison du projet dinterconnexion de lANIE avec les administrations partenaires ANIE nest pas interconnect aux administrations partenaires Les dlais de cration des entreprises passent de 10 3 jours en 2015 Rapport de lANIE et Doing business 2.2. Les orientations court et moyen terme du Ministre du Commerce sont dfinies et accessibles 2.2 Une enveloppe budgtaire est inscrite au budget de 2014 pour le recrutement dun Consultant Le Ministre ne dispose pas dun Plan Stratgique et Oprationnel Un plan stratgique et oprationnel est disponible fin 2014 PV de livraison de du plan stratgique et oprationnel au Ministre 2.3. Un soutien spcifique la structuration des projets et lanalyse des marchs est propos 2.3. Listes des sminaires et actions de formation et dtudes cibles sur les filires porteuses mises en uvre (dont 20 % de femmes bnficiaires) Pas de sminaires spcifiques sur les filires porteuses Des sminaires sont effectus et disponibles sur les filires porteuses en 2014 (dont 25% de femmes bnficiaires) Rapports de lANIE et de la chambre de commerce 2.4. Laccs des PME aux marchs publics est soutenu et encadr par la loi 2.5. Part des marchs publics attribus aux PME nationales - de 3 % des marchs publics sont attribus aux PME nationales 10 % des marchs publics rservs aux PME, y compris sous-traitance et les consortiums en 2015 Rapports de lOCMP partir de 2015 ACTIVITS CLS COMPOSANTES RESSOURCES Composante I : Appui au dialogue public et priv et aux rformes du climat des investissements - Assistance technique, quipements et formations Composante II : Appui lentreprenariat et la promotion de linvestissement - Assistance technique, quipements et formations, Composante III : Gestion du projet - Assistance technique, manuels de procdures, quipements et formations Ressources : Composante I : 3,97 millions UC Composante II : 1,11 million UC Gestion du Projet : 0,50 million UC8 Total : 5,89 millions UC9 7 Il sagit de la rforme des textes lgislatifs et rglementaires en matire durbanisme, de lhabitat, foncire et domaniale et la relecture du projet de code foncier et domanial ainsi que les textes dapplication prendre 8 Ces dpenses couvriront galement ladministration du projet dappui la prparation linitiative PPTE 9 Ce total comprend les cots relatifs aux imprvus et alas vii Calendrier dexcution du projet A S O N D J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D0. Activits Prparatoires0.1. Evaluation du projet0.2. Prsentation au Conseil0.3. Entre en vigueur du don0.4. Slection quipe de gestion du projet0.5. Lancementdu projet0.6. Elaboration du manuel de procdures1. Acquisitions d'Equipements et Fournitures1.1 Equipements et matriels informatiques, bureautiques2. Services d'assistance technique2.1. Prparation des DAO et constituion des LR2.2. Lancement des DAO, Analyse et Attributions2.3. Prestations des consultants3. Formation3.1. Prparation des DAO et constituion des LR3.2. Lancement des DAO, Analyse et Attributions3.3. Prestations des consultants4. Dpenses de fonctionnement5. Suivi et valuation6. Runionsdu comit de pilotage7. Supervisions du projet et revue mi-parcours8. Clture des activits9. Audit annuel des comptes2013 2014 2015 2016 20171 RAPPORT ET RECOMMANDATION DE LA DIRECTION AU CONSEIL DADMINISTRATION CONCERNANT LE PROJET DAPPUI A LAMELIORATION DU CLIMAT DES AFFAIRES ET A LA DIVERSIFICATION DE LECONOMIE TCHADIENNE (PACADET) EN REPUBLIQUE DU TCHAD La prsente proposition soumise lapprobation du Conseil, porte sur loctroi dun prt de 3,97 millions dUC et dun don de 1,9210 millions dUC, sur les ressources du Fonds africain de dveloppement la Rpublique du Tchad, pour le financement du Projet dappui lamlioration du climat des affaires et la diversification de lconomie Tchadienne (PACADET). Il sagit dun projet dappui institutionnel destin appuyer la mise en uvre des rformes indispensables au dveloppement du secteur priv et renforcer les capacits du Ministre du commerce et de lindustrie qui joue un rle cl dans la mise en uvre des politiques du gouvernement en faveur du secteur priv. Le PACADET sera excut sur la priode 2014-2017. I ORIENTATION STRATEGIQUE ET JUSTIFICATION 1.1. Liens du projet avec la stratgie et les objectifs pays 1.1.1 Le Plan National de Dveloppement du Tchad (PND) 2013-2015 qui porte la vision du Tchad et prcise son agenda de dveloppement est le document de rfrence pour les partenaires techniques et financiers du Tchad. Il sarticule autour de huit rsultats stratgiques prioritaires dont le dveloppement du secteur priv11. Ces rsultats stratgiques prioritaires traduisent en effet, les activits sur lesquelles le gouvernement entend concentrer ses efforts dans les annes venir afin dacclrer la croissance et impulser un dveloppement durable. Pour les atteindre, quatre axes dorientations stratgiques ont t dfinies par le gouvernement : (i) dveloppement de loffre de production et des opportunits demplois dcents12, (ii) la mobilisation et la valorisation du capital et la lutte contre les ingalits, la pauvret et lexclusion sociale, (iii) la protection de lenvironnement et ladaptation aux changements climatiques et enfin (iv) lamlioration de la gouvernance. Les actions soutenues dans laxe (i) visent encourager linvestissement priv et amliorer la comptitivit de lconomie en fournissant les infrastructures de base. Celles dans laxe (iv) visent poursuivre les rformes permettant de rendre plus performante ladministration et mettre en place les textes qui assurent la transparence et la poursuite de lassainissement de la justice ainsi que le renforcement du dialogue social. 1.1.2 Le Document de Stratgie Pays (DSP) de la Banque, couvrant la priode 2010-2014, est en cohrence avec le PND. La stratgie dassistance de la Banque au Tchad sarticule autour des deux piliers suivants: (i) la promotion de la bonne gouvernance dans le secteur public; et (ii) le dveloppement des infrastructures de base. Le premier pilier est conforme l'axe I du PND. A travers ce pilier, la Banque appuie la mise en uvre des rformes visant lamlioration du climat des affaires afin de faciliter le dveloppement du secteur priv. Plus spcifiquement, lobjectif de la Banque, dans le cadre de ce pilier, vise rduire les principaux freins qui affectent lclosion du secteur priv au Tchad et que lon pourrait regrouper autour de deux contraintes majeures: (i) la faible attractivit du cadre dinvestissement, et (ii) la faiblesse des institutions charges de la promotion du secteur priv. 1.1.3 Le projet est conforme tant laxe I du PND, quaux orientations du Pilier I du DSP 2010-2014. Il sinscrit dans le cadre de la poursuite des rformes entames depuis 2003 par le pays, et qui se sont entre autres aspects concrtises par l'adoption en 2003 d'un Document de stratgie de rduction de la pauvret 10 5,89 Million UC (Prt 2,81, Don 0,86) et (Annulation (prt 1,16, Don 1 ,06)) 11 Voir schma de lagenda de dveloppement en page 1 des annexes techniques 12 Axe couvrant les initiatives relatives linvestissement priv 2 (DSRP). Ce dernier document a par ailleurs permis la mise en uvre de la premire stratgie nationale de rduction de la pauvret (SNRP I) sur la priode 2003-2006, la deuxime stratgie nationale de rduction de la pauvret (SNRP II) 2008-2011 et, plus rcemment, par la dfinition d'un nouveau Plan National de Dveloppement (PND) 2013-2015. Le PND garantit dans ses huit rsultats stratgiques prioritaires, la poursuite du dveloppement du secteur priv et pralablement, la leve des contraintes affectant le climat des affaires comme rappel prcdemment. Par ailleurs, le projet est aussi conforme aux orientations de la Stratgie de la Banque (2013-2022), aux orientations de la stratgie de dveloppement du secteur priv de la Banque 2013-2017 et ainsi quau cadre stratgique et plan daction II pour la gouvernance pour la priode 2014-201813, au travers de son pilier sur le secteur priv. En effet, par la rduction des contraintes affectant lenvironnement des affaires, le projet vise crer les conditions favorables la relance de la croissance conomique travers une augmentation significative de linvestissement et de la production privs source de cration demplois prennes et de prosprit. 1.2. Justification de lintervention de la Banque 1.2.1 Contexte politique, conomique et social : Aprs une dcennie marque par les conflits rcurrents, le Tchad sort progressivement de la fragilit et connait depuis 2010, une relative stabilit politique et scuritaire grce aux efforts du gouvernement et dun dialogue continue avec les pays voisins et la communaut internationale. Sur le plan conomique, aprs une reprise vigoureuse en 2010 (croissance moyenne du PIB de 9,4%14), la croissance a ralenti en 2011 (1,6%) en raison de la baisse de la production ptrolire et des effets de la scheresse sur le secteur agricole. Les perspectives conomiques pour 2013 et 2014 sont encourageantes, avec une croissance relle du PIB se situant respectivement autour de 2,7% et 11,1%. La croissance du PIB en 2014, serait soutenue par de nouveaux investissements dans le secteur ptrolier. Cependant, les recettes ptrolires qui en dcoulent devraient connaitre une dcrue relative en raison de la baisse des cours mondiaux. Lconomie tchadienne reste pourtant fortement dpendante du secteur ptrolier et gazier qui reprsentant 20% du PIB contre 12% pour le secteur agricole, 22% pour le commerce et le transport, et 1% pour le secteur manufacturier. Cette dpendance engendre une forte vulnrabilit aux chocs externes et des alas de la production ptrolire. Toutefois, limpact du secteur ptrolier sur lemploi et le reste de lconomie est limit, comme le montre la prvalence du taux de pauvret montaire qui slve 46,7%. 1.2.2 Le secteur priv15 na que peu soutenu la croissance ce jour comme lillustre le niveau des investissements privs (hors secteur ptrolier) qui ne reprsente que 8,7% du PIB en 2012 (contre 14 % en moyenne dans lAfrique Subsaharienne et 25 % en Asie). Selon le rapport doing business 2014 , le Tchad se classe au 189me rang / 189. Par ailleurs, le secteur priv tchadien, est caractris par une structure duale o quelques grandes entreprises, avec un actionnariat pour lessentiel tranger, coexistent avec une myriade de petites entreprises du secteur informel. Les Trs petites entreprises (TPE)16 reprsentent 91 % du total des entreprises, les PME elles reprsentant (3%) et les grandes entreprises capitaux trangers (6%). 1.2.3 Fort de ce constat, les autorits tchadiennes ambitionnent de diversifier lconomie et de faire du secteur priv la source essentielle de croissance et de cration demplois productifs. Pour atteindre cet objectif, le Tchad devrait pour cela, amliorer son climat des investissements et mieux exploiter les avantages comparatifs lis sa position gographique et ses richesses en ressources naturelles. Plusieurs dfis limitent significativement le dveloppement du secteur priv au Tchad et en particulier les PME. Ces 13 GAP 2014-2018 t en cours dapprobation 14 Sur la priode 2004-2012 selon le PND 2013-2015 15 Une description complte du secteur priv tchadien est disponible dans les Annexes techniques (A2) 16 On distingue 4 catgories dentreprises au Tchad, les Trs petites entreprises (TPE) caractrise par un effectif de moins de 5 personnes, les petites entreprises avec un effectif de 5 20 personnes, les moyennes entreprises avec un effectif de 20 100 personnes et enfin les grandes entreprises avec un effectif de plus de 100 personnes (Enqute du CNPT-2011) 3 principaux dfis ont t identifies dans le livre blanc du Patronat17, dans ltude sur les chanes de valeur porteuses de croissance18, et enfin dans le document stratgique pour la promotion des PME /PMI19; au nombre de ceux-ci, on note : (i) Linefficacit des structures dappui et de tutelle: ces structures existent mais sont peu efficaces, disperses et souffrent dun manque de moyens matriels et humains pour assurer la coordination de leurs interventions. Parmi celles-ci on peut citer, lAgence Nationale pour les Investissements et les Exportations (ANIE), qui est le guichet unique de cration dentreprises au Tchad et qui est cense faciliter le processus de cration dentreprises et en particulier celles relevant du secteur des filires porteuses20 , le Centre de Formalits des Entreprises (CFE), le Centre de Dveloppement des Entreprises (CDE), la Chambre de Commerce, dIndustrie, dAgriculture, des Mines et de lArtisanat (CCIAMA), le Patronat (CNPT), le Ministre du commerce et de lindustrie qui porte les politiques du gouvernement en matire dappui et dorganisation du secteur priv. Par ailleurs, le secteur priv souffre dun manque de cadre appropri de dialogue de haut niveau sur les priorits de rforme avec le secteur public, notamment sagissant des mesures prendre pour lever les contraintes empchant le dveloppement dun secteur priv robuste. En effet, la myriade dassociations professionnelles, de syndicats du secteur priv ou de groupes de rflexions sectoriels (Chambre de commerce, Association professionnelle des Banques, Union des syndicats du Tchad etc.) discutent en rang dispers avec le Gouvernement sur les priorits cls visant lamlioration du climat des affaires ; (ii) Le difficile accs au financement : en effet, laccs au crdit est particulirement difficile pour les PME. En raison du niveau des risques et de la frilosit des tablissements bancaires, lobtention des financements nest possible que sur nantissement ; le principal instrument exig pour ce faire par les Banques est un titre foncier. Cependant, la dtention dun titre foncier fiable par une PME suppose en amont que le pays dispose dun systme denregistrement dactif qui fonctionne convenablement afin de faciliter lacceptabilit de celui-ci par les tablissements bancaires. Au cas particulier du Tchad, la modernisation du cadastre et du foncier et en particulier du processus de dlivrance des titres fonciers est en cours. En consquence, les PME se financent essentiellement sur fonds propres et recourent rarement au crdit bancaire. Cette situation est dautant plus paradoxale que daprs le dernier rapport de la Banque de France sur ltat de la zone franc, les banques en Afrique centrale et au Tchad en particulier sont toutes en situation de surliquidit. Selon le dernier rapport doing business 2013 laccs au financement demeure lun des obstacles majeurs des PME tchadiennes, le pays a vu son classement se dgrader de la 97 me place en 2012 la 104 me place pour laccs au crdit. Les causes principales de cette insuffisance tiennent labsence dun systme garantie oprationnel et la fiabilit relative des titres fonciers ; (iii) la faiblesse du cadre lgislatif, rglementaire et institutionnel : cette dimension est matrialise par les difficults que les entreprises rencontrent dans lexercice de leurs activits ; sur le plan judiciaire, les difficults sont de plusieurs ordres, tenant aux relations des entreprises et des tablissements de crdit avec les pouvoirs publics et les clients quavec les employs. Les difficults les plus troublantes provoquent des contentieux qui finissent par des condamnations abusives non seulement pour la survie des entreprises mais galement pour le chmage caus par la perte de lemploi des employs. Elles constituent aussi un manque gagner pour lEtat, notamment en raison de la perte dimpts. Par ailleurs, le traitement des contentieux avec ladministration fiscale constitue galement une autre source de pril pour les entreprises en raison souvent dune judiciarisation excessive du contentieux commercial au Tchad du fait des insuffisances 17 Livre Blanc du Patronat Tchadien, dition 2012, page 25 18 Etude diagnostic sur les chaines de valeur porteuses de croissance et cratrice demplois au Tchad ralise en partenariat avec la Banque Mondiale 19 Etude ralise par ORCE en 2012 sur les PME 20 Les filires porteuses au sens du PND font rfrence aux activits lies la gomme arabique, la spiruline et le beurre de karit 4 humaines, matriels et organisationnels des tribunaux de commerce et de labsence dun centre darbitrage qui aurait lavantage doffrir un mode alternatif de rsolution des conflits commerciaux. Dautre part, la politique fiscale et commerciale au Tchad doit tre mise niveau en particulier par rapport la rglementation OHADA21 ; en consquence, celle-ci ne permet pas le dveloppement harmonieux des affaires ; trs souvent, les oprateurs conomiques se plaignent du climat dinscurit fiscale latent et dune pression fiscale leve entrainant une rduction de leur capacit dinvestissement. 1.2.4 La Banque intervient pour trois raisons principales: Premirement, le projet sinscrit dans une dmarche de rforme guide par une feuille de route22 pour lamlioration du climat des affaires. En effet, pour remdier aux problmes voqus prcdemment, le gouvernement a adopt en concertation avec le secteur priv et les Partenaires Techniques et Financiers (2012), un chronogramme de mise en uvre des rformes du climat des affaires et de la diversification conomique dont les objectifs spcifiques sont entre autres de : (a) faciliter la mise en uvre concrte du dialogue public/priv pour amliorer le climat des affaires, (b) simplifier et allger la fiscalit et la parafiscalit et lassortir dun systme davantage orient vers la croissance du secteur priv, (c) structurer le dispositif institutionnel dappui au dveloppement du secteur priv, (d) dvelopper des mcanismes dappui financier et non financier aux PME pour un meilleur accs au crdit et enfin, (e) promouvoir lentreprenariat. Deuximement, pour amliorer sa comprhension du contexte et en particulier celui relatif aux filires de production en vue de la diversification, le gouvernement en partenariat avec la Banque a entrepris et la Banque Mondiale23 a ralis une tude sur les chanes de valeur porteuses de croissance et cratrice demplois du secteur de lagro-industrie qui recommande des interventions dans les filires cls que sont la gomme arabique, la spiruline et llevage bovin en partenariat avec dautres PTFs. Troisimement, les principaux partenaires techniques et financiers prsents au Tchad ont mis en place un cadre de rflexion conjoint autour du chronogramme de mise en uvre des rformes. 1.3. Coordination de laide Au Tchad, un comit des partenaires techniques et financiers a t cr en avril 2011 dont la prsidence est assure par la BAD. Ce comit multibailleurs anime plusieurs groupes thmatiques24 dont celui en charge des questions relatives au secteur priv dont la prsidence est assure par la BDEAC et le secrtariat par l'AFD; des runions de coordination et d'harmonisation des interventions des partenaires sont tenues. En dehors de la Banque, les principaux PTFs intervenant dans le secteur au Tchad sont lUnion europenne25, travers son Programme Rgional dAppui au Commerce et lIntgration (PACIE) qui vise entre autre introduire la dmarche qualit dans les projets dinfrastructures et assurer la mise niveau du tissu industriel ; la Banque Mondiale quant elle, poursuit des tudes sur les contraintes affectant les systmes de march des filires porteuses et en particulier les aspects amont, en prparation dun projet dappui qui sera complmentaire celui de la Banque sur les aspects avals de la chaine de valeur des filires porteuses et plus particulirement sur la cration dentreprises dans les filires et la dmarche daccompagnement lexport. Le prsent Projet a t conu en coordination forte avec les autorits, le secteur priv et surtout les principaux PTF prsents au Tchad, ces consultations ont permis de sassurer de la complmentarit des activits du projet par rapport celles des partenaires. 21 Organisation pour lharmonisation du droit des affaires en Afrique 22 Charte pour lamlioration de lenvironnement des affaires adopte en 2010 et qui a donn lieu au chronogramme de mise en uvre des rformes 23 Etude diagnostic sur les chaines de valeur porteuses de croissance et cratrice demplois au Tchad 24 Le groupe thmatique secteur priv entreprend par ailleurs une cartographie de loffre des appuis financiers et non financiers pouvant tre proposs aux oprateurs du secteur priv au Tchad par les PTFs 25 LUE et la Coopration franaise ont appuy en particulier le programme de cration des Tribunaux de commerce et la BM le FODEP 5 Tableau 1.3 Principaux projets des PTFs dans les domaines du projet PTFs Projets / Etudes Domaines couverts Dlgation union europenne Assistance technique Programme Rgional d'appui au Commerce et l'Intgration conomique (PACIE)26 Services dappui-conseils aux entreprises Normalisations et infrastructures qualit, amlioration qualit des statistiques commerciales et agricoles, renforcement et mise niveau du tissu industriel Banque mondiale Etude sur les chanes de valeur Appui aux filires porteuses Analyse des contraintes affectant les systmes de march de certaines filires porteuses Assistance la structuration des filires lexport BAD Etude sur lenvironnement de linvestissement priv dans les pays de la CEEAC Etude sur les principales contraintes au dveloppement du secteur priv et la promotion des PME/PMI dans le cadre de la diversification de lconomie tchadienne Environnement de linvestissement du secteur priv Dfis et contraintes affectant les PME/PMI au Tchad BDEAC Appui la rhabilitation du march de SAHR Appui la filire bovine Modernisation des infrastructures de march en vue de dynamiser la commercialisation Assistance la construction des infrastructures de production PNUD Assistance technique dans le cadre de la mise en place du projet CIR Accompagnement commercial des oprateurs conomiques sur les marchs nationaux et internationaux AFD Appui la gomme arabique Appui la maison de la petite entreprise Structuration des aspects amont et aval de la filire Activits dappui oprationnel aux petites entreprises II DESCRIPTION DU PROJET 2.1. Composantes du projet 2.1.1 Lobjectif du PACADET vise favoriser le dveloppement du secteur priv pour une croissance conomique forte et inclusive. Ses objectifs oprationnels sont : (i) lAmlioration du Climat des Affaires au travers de lidentification et de la mise en uvre des rformes cls ncessaires et ; (ii) le Renforcement des Capacits Entrepreneuriales et dInvestissement. 2.1.2 Le projet sarticule autour de trois composantes, (I) lAppui au dialogue public et priv et aux rformes du climat dinvestissement, (II) lAppui lentreprenariat et la promotion de linvestissement ; une troisime composante (III) est ddie la Gestion et la coordination du projet. La complmentarit entre les deux premires composantes tient la ncessit pralable damliorer le climat dinvestissement pour faciliter la diversification de lconomie du pays au travers de lentreprenariat et de linvestissement. 26 Cot global 68 millions dEuros 6 Tableau 2.1 : Composantes et activits du projet Nom des composantes Cot (en millions dUC) Description des composantes Composante : APPUI AU DIALOGUE PUBLIC ET PRIVE ET AUX REFORMES DU CLIMAT DES INVESTISSEMENTS 3,97 MUC Sous composante I.1 : Oprationnalisation du dialogue public et priv et Assistance technique pour le suivi des indicateurs Doing business Dfinition et animation des groupes de travail sectoriels et thmatiques ; Dfinition dune stratgie damlioration du climat des affaires et coordination avec le secrtariat Doing business ; Dfinition du cadre de pilotage et de suivi des rformes et organisation et oprationnalisation du plan daction associ aux indicateurs Doing business en relation avec la cellule de coordination du suivi des programmes de rformes de la Primature; Sous composante I.2 : Elaboration et Adoption dun cadre lgislatif et rglementaire pour la promotion des PME Revue et rforme du cadre lgal, rglementaire et institutionnel pour la cration dentreprises Elaboration et signature des textes dapplication de la loi et vulgarisation de la nouvelle rglementation Sous composante I.3 : Assistance la rforme du cadastre et du foncier Mise jour du plan cadastral de la ville de Ndjamena et tablissement dun rseau godsique unique de rfrence et dotation en matriels techniques (SIF) ; Etude de faisabilit et mise en uvre dun guichet unique foncier (GUF); Rvision et renforcement du cadre lgislatif institutionnel et rglementaire et formation lvaluation immobilire27 ; Assistance la gestion du contentieux foncier Direction Gnrale des Affaires juridiques Sous composante I.4 : Appui aux Tribunaux de commerce Mise en conformit du droit commercial Tchadien avec les dispositifs issus de la rglementation OHADA et CEMAC et notamment celle relative larbitrage; Renforcement des capacits des auditeurs de lENFJ et des magistrats des Tribunaux de commerce28; Ralisation dune tude dopportunit et cration dun centre de Mdiation et dArbitrage (CMA) ; Assistance au Centre de Documentation juridique de LENFJ Informatisation du RCCM, Equipements IT des tribunaux de commerce et mise en rseaux Composante APPUI A LENTREPRENARIAT ET A LA PROMOTION DE LINVESTISSEMENT 1,11 MUC Sous composante 2.1 : Assistance au renforcement du cadre institutionnel dappui aux PME29 Revue du processus de cration dentreprises et oprationnalisation du guichet unique de cration dentreprises, lexport et linvestissement ; Etude de faisabilit en vue de la cration dune Maison de lentreprise Appui la cration des PME dans les filires porteuses30 Etude de faisabilit et mise en eouvre dun centre de gestion agr pilote la CCIAMA Sous composante 2.2 : Favoriser laccs au march pour les PME Facilitation de laccs des PME aux marchs publics via la formation la rponse aux appels doffres31, la facilitation de leur intgration dans les chaines de valeur des groupes multinationaux installs au Tchad au travers de la sous-traitance Organisation dune concertation entre les grands groupes et les PME Sous composante 2.3 : Equipements informatiques et Rseaux Interconnexion de lANIE32 avec les administrations partenaires, quipements informatiques des guichets uniques et mise en place dun data center Composante : GESTION ET COORDINATION DU PROJET 0,50 MUC Acquisition, Installation dun logiciel de comptabilit et formation et guide utilisateur et Elaboration dun manuel de procdures; Production des tats financiers intrimaires et annuels et lAudits annuels des comptes ; coordination ; Organisation des runions du comit de pilotage (deux runions par an) Cots de base 5,58 MUC Imprvus 0,31 MUC Cot total 5,89 MUC 27 Il sagit de la rforme des textes lgislatifs et rglementaires en matire durbanisme, de lhabitat, foncire et domaniale et la relecture du projet de code foncier et domanial ainsi que les textes dapplication prendre 28 (i) Formation la tenue du RCCM, (ii) aux outils informatiques appliqus au judiciaire linternet et (iii) Introduction de module de formations specialises dans le cursus de l'ENFJ pour les Magistrats et Greffiers 29 Problme rsoudre ici porte sur linadquation du dispositif actuel dappui aux PME au Tchad et qui doit sadapter aux nouvelles ralits du contexte de la mondialisation et de la participation du Tchad lOMC, la CEMAC, la CEEAC et lAPE Afrique centra le 30 Les filires porteuses du secteur de la gomme arabique, de la spiruline et de lagro-industrie 31 Small business act tchadien, cette activit entrainera la relecture du code des investissements et la mise niveau des PME tchadiennes afin quelles soient en mesure de rpondre aux appels doffre et de sinsrer dans les chaines de valeur des grands groupes nationaux ou des multinationales prsents au Tchad et renforcer ainsi leurs capacits commerciales et productives 32 Agence Nationale Pour les Investissements et les Exportations, guichet unique de cration des entreprises du tchad 7 2.2. Solutions techniques retenues et solutions de substitution tudies Lors de la prparation du projet, plusieurs options de mise en uvre ont t envisages, en particulier concernant lancrage du projet, le nombre de structures appuyer, le primtre et lampleur des investissements effectuer ainsi que celles relatives la prise en compte des contraintes inhrentes aux structures bnficiaires potentiellement retenues. Au cas particulier, il a fallu faire des arbitrages afin (i) dassurer une compatibilit entre les objectifs de dveloppement viss par le projet et lenveloppe financire ddie ; et (ii) prendre en compte pour des raisons de complmentarit, les interventions des autres PTF. La solution technique retenue dans le cadre du projet a t prsente aux paragraphes 2.1 et 2.1.2. Le PND du Tchad identifie clairement les principales contraintes affectant le dveloppement du secteur priv au Tchad et propose des orientations en terme de rformes mener pour y remdier. Par ailleurs, le livre blanc du Patronat33 procure galement des pistes de rformes. Force est cependant de constater que labsence de mobilisation nationale autour de leur mise en uvre, contribue entraver significativement la poursuite des rformes sur une base permanente. Ds lors, le renforcement des capacits apport par le projet savre incontournable pour accompagner le Gouvernement. 2.3 Type de projet Le PACADET est un projet dappui institutionnel financ sur les ressources FAD qui vise favoriser le dveloppement du secteur priv au Tchad pour une croissance conomique forte et inclusive, au travers de la rduction des contraintes qui affectent le climat des affaires et la diversification de lconomie. Le projet comprend aussi une forte dimension en renforcement des capacits notamment en ce qui concerne les services dappui aux PME et du Ministre du Commerce et de lindustrie. 2.4. Cot du projet et dispositifs de financement Le cot total du projet, est estim 5,89 millions dUC, dont 4,30 millions dUC en devises (73%) et 1,60 million dUC en monnaie locale (27%). Le FAD prendra en charge 100% du cot du projet, hors droits de douanes projet en conformit avec la Politique relative aux dpenses ligibles au financement du Groupe de la Banque (ADF/BD/WP/2007/72/Rev.2, paragraphe 4.2.2) qui permet au FAD de financer 100% du cot du projet sur la base des trois critres suivants : i) lengagement du pays mettre en uvre son programme de dveloppement, ii) le niveau du financement allou par le pays aux secteurs cibls par lassistance de la Banque et iii) la situation budgtaire et le niveau dendettement. cet gard, le Tchad satisfait les trois critres noncs dans la Politique sur les dpenses ligibles au financement du Groupe de la Banque. Ces cots comprennent une provision de 2% pour imprvus physiques et une provision pour hausse des prix de 3,5%. Le tableau dtaill des cots figure lannexe B2 des annexes techniques du prsent rapport. Ci-aprs des tableaux synthtiques relatifs la ventilation des cots du projet : 33 Edition 2012, publi par le Conseil National du Patronat Tchadien (CNPT) 8 Tableau 2.3 : Cot estimatif du projet par composante Composante Millions de FCFA Millions d'UC % Devises M.L. Total Devises M.L. Total I. Appui au Dialogue Public / Priv Et Amlioration du Climat des Affaires 2375,85 593,96 2969,81 3,18 0,79 3,97 67% II. Appui l'entreprenariat et l'investissement 666,58 166,65 833,23 0,89 0,22 1,11 19% III. Gestion du Projet 0,00 370,80 370,80 0,00 0,50 0,50 8% Total cot de base 3042,43 1131,41 4173,83 4,07 1,51 5,58 95% Imprvus pour alas physiques (2%) 60,85 22,63 83,48 0,08 0,03 0,11 Imprvus pour hausse de prix (3,5%) 108,65 40,41 149,06 0,15 0,06 0,20 Total cot projet 3211,93 1194,44 4406,37 4,30 1,60 5,89 Note : les taux de change utiliss sont indiqus en introduction du rapport (Page (i)) Tableau 2.4 : Sources de financement (montants en million dUC) Sources de Financement Millions d'UC % du total Devises M.L. Total GOUVERNEMENT 0,00 0,00 0,00 0% FAD - PRT 1,40 0,52 1,92 33% FAD -DON 2,90 1,08 3,97 67% Total cot projet 4,30 1,60 5,89 100% Tableau 2.5 : Cot du projet par catgories de dpenses (montants en millions dUC) Code CATEGORIES DE DEPENSES Millions de FCFA Millions d'UC % en dev. Don Prt Devises M.L. Total Devises M.L. Total 1. Biens 417,33 231,47 648,80 0,56 0,31 0,87 64% 0,00 0,87 2. Services de Consultants 2 625,10 656,27 3 281,37 3,51 0,88 4,39 80% 1,50 2,89 3. Fonctionnement 0,00 243,66 243,66 0,00 0,33 0,33 0,33 0,00 Total cot de base 3 042,43 1 131,41 4 173,83 4,07 1,51 5,58 73% 1,83 3,76 Imprvus pour alas physiques (2%) 60,85 22,63 83,48 0,08 0,03 0,11 0,04 0,08 Imprvus hausse de prix (3,5%) 108,66 40,41 149,06 0,15 0,05 0,20 0,07 0,13 Total cot projet 3 211,93 1 194,44 4 406,37 4,30 1,60 5,89 73% 1,92 3,97 Tableau 2.6 : Calendrier des dpenses par composante (montants en millions dUC) Composante 2014 2015 2016 2017 Total I. Appui au Dialogue Public / Priv Et Amlioration du Climat des Affaires 0,80 1,19 1,19 0,80 3,97 II. Appui l'entreprenariat et l'investissement 0,22 0,33 0,33 0,22 1,11 III. Gestion du Projet 0,10 0,15 0,15 0,10 0,50 Total cot de base 1,12 1,67 1,67 1,12 5,58 Alas physiques (2%) 0,02 0,03 0,03 0,02 0,11 Imprvus pour hausse de prix (3,6%) 0,04 0,07 0,07 0,04 0,20 Total cot de Projet 1,18 1,77 1,77 1,18 5,89 9 2.5. Zone et bnficiaires viss par le projet Le projet couvre le territoire national du Tchad dont la population totale est estime 11,5 millions dhabitants. Les bnficiaires directs du projet sont : (i) le secteur priv, en particulier les PME (ii) les structures administratives34 retenues dans le cadre du projet ; et (iii) la population tchadienne dans son ensemble dans la mesure ou le dveloppement de linvestissement et de la production privs se traduiront ncessairement par une comptition accrue entre les acteurs et bnfique pour les consommateurs, car celle-ci stimulera galement la production du fait de llvation du niveau de consommation et favorisera la rsorption du chmage. Par ailleurs, Le PACADET bnficiera lEtat tchadien du fait de laugmentation de la production et de la consommation qui seront sources de recettes fiscales additionnelles. Ces revenus additionnels pourraient utilement tre utiliss pour financer des projets susceptibles damliorer les indicateurs sociaux du Tchad, en particulier ceux favorisant lintgration du genre dans les politiques publiques et plus gnralement les programmes prioritaires du PND et rduire ainsi les ingalits entre les sexes. 2.6. Approche participative pour lidentification, la conception et la mise en uvre du projet Lors de la prparation du projet, des consultations ont eu lieu avec les diffrentes structures relevant aussi bien de ladministration publique (Ministre du commerce et de lIndustrie, de la justice, de lUrbanisme, de lhabitat, des Affaires Foncires et de Domaines), que du secteur priv (Chambre de commerce d'industrie, d'agriculture, des Mines et de lArtisanat et le Patronat) ; celles-ci se sont poursuivies durant le mois daot 2013 lors de la mission dvaluation. Ce processus a permis de dmontrer et de confirmer ladquation de lobjectif du projet aux attentes des diffrents bnficiaires. Cette collaboration dans la structuration du projet se poursuivra bien videmment en phase de mise en uvre travers la participation au comit de pilotage des diffrentes structures bnficiaires. Le secteur priv sera tout particulirement partie prenante certaines activits telles que: (i) la mise en uvre de la plateforme de dialogue public et priv, (ii) la formation lapproche mthodologique de pilotage et de suivi des rformes identifies ainsi que (iii) dans le cadre des formations destination des promoteurs de projets dans les filires porteuses. 2.7. Prise en considration de lexprience du Groupe de la Banque et des leons tires dans la conception du projet 2.7.1 Au 31 juillet 2013, le portefeuille des projets financs par la BAD au Tchad comprend 16 oprations pour un engagement total de 138,34 millions dUC (voir annexe II) et est rparti entre des projets dappui institutionnel vocation nationale et rgionale dune part et dinfrastructures dautre part. De faon spcifique, les oprations nationales, au nombre de douze35, reprsentent un volume de financement de 93,09 millions dUC avec un montant total dcaiss de 51,43 millions dUC, soit 55,25% des engagements. 2.7.2 La Banque avait approuv en 2005 un Projet d'appui aux rformes en matire de gouvernance (PARG), celui-ci a effectivement cltur le 30 novembre 2010 et les principaux acquis et rsultats sont pris en compte dans ce projet. En effet, le PARG a permis damliorer significativement la gestion des finances publiques au Tchad, la conception du prsent projet a pris en considration les enseignements tirs de lexcution de celui-ci. Les principales leons portent sur la ncessit: (i) dun meilleur ciblage des 34 Ministres de la Justice, de lurbanisme, de lhabitat des Affaires Foncires et des Domaines, du Commerce et de lIndustrie 35 Y compris les oprations dappui institutionnel finances hauteur de 5,02 millions dUC par la Facilit en faveur des Etats fragiles (FEF). Ces projets affichent un taux de dcaissement de 27,76% et un ge moyen de 1,84 an. 10 structures bnficiaires, (ii) dune meilleure rpartition des formations sur la dure du projet et enfin, (iii) dune meilleure structuration des sessions de formation, en privilgiant par exemple les sessions plus courtes. La Banque a aussi financ entre 2004 et 2009, le projet dAppui la Gestion Economique (PAGE) dont la mise en uvre a permis de renforcer les capacits en gestion et projets de dveloppement. Deux principales leons bnfiques pour l peuvent tre retenues de la mise en uvre du PAGE : (i) corriger les problmes qui surgissent pendant lexcution, (ii) donner de nouvelles impulsions par lidentification dappuis additionnelles et leur insertion dans le calendrier dexcution. Ces apprciations ont permis de mettre en exergue limportance des missions de supervision et de montrer concrtement le bnfice que celles-ci peuvent apporter. Le projet PACADET a pris en compte dans sa formulation, les enseignements titrs des deux projets, cette circonstance, double aux oprations de renforcement des capacits prvues dans le cadre du projet, permettront damliorer la conception et lexcution du PACADET. 2.7.3 La conception du PACADET a pris en compte les leons tires de lexcution des projets antrieurs. Le tableau 2.7 ci-dessous, prsente les principaux enseignements tirs et indique comment ils ont t intgrs dans la prparation du projet actuel. Tableau 2.7 : Enseignements tirs des projets dappui Institutionnel prcdents Leons apprises Mesures prises pour les intgrer au projet Primtre du projet Ds la phase didentification, pour des raisons lies lefficacit et lenveloppe budgtaire, des changes ont port sur la limitation des structures bnficiaires, le souci de ces limitations sest poursuivi en phase dvaluation et a permis de limiter trois leur nombre Nombre dactivits Ds la mission didentification, la ncessit de prioriser les activits en raison du grand nombre de dfis relever sest crucialement pos ; nos changes avec les autorits nous ont permis de limiter le nombre de composantes 336 avec 7 sous-composantes Ancrage de la cellule dexcution du projet la Primature Lancrage de la CEP la Primature a t identifi ds la phase de prparation en accord avec les autorits pour faciliter la coordination des rformes quengendrera le projet, par ailleurs, la prparation du a concid avec la cration de la Cellule de coordination et de suivi des programmes de rformes nouvellement cr par le gouvernement Faiblesse de la coordination des interventions des bailleurs et des programmes de rformes du secteur La conception de lintervention a t lobjet dune troite collaboration avec les autres partenaires au dveloppement. Le point dancrage commun de tous les projets de mme type la Cellule de coordination et de suivi des programmes de rforme cr par le gouvernement et rattach la Primature et laquelle sera adoss le projet favorisera lharmonisation les diffrentes interventions 2.8. Principaux indicateurs de performance 2.8.1 Les principaux indicateurs de performance identifis et les rsultats attendus lachvement du projet sont ceux figurant dans le cadre logique ax sur les rsultats et dans lencadr I ci-dessous. A court et moyen terme, il est espr que le processus didentification de priorisation et de mise en eouvre des rformes soit entirement oprationnels et que les actions concrtes en rsulte tel que loprationnalisation de lANIE ou linformatisation du Registre du commerce (RCCM). A plus long terme, il est attendu une croissance de linvestissement prive favorisant la cration demplois, la rduction du chmage et un accroissement des recettes fiscales autorisant le financement des programmes sociaux au bnfice des groupes vulnrables. 36 Y compris celle relative la gestion de projet 11 Encadr 1 Principaux indicateurs de performance Indicateurs de produits Textes du cadre lgal des PME rviss et promulgus sil ya lieu au plus tard en 2015 Un recueil de textes est dornavant disponible en 2015 aux investisseurs potentiels Le cadre de dialogue public et priv est formel, oprationnel et permanent en 2014 Le personnel est form et les quipements disponibles en 2015 Un cadre et une mthodologie de suivi des rformes sont disponibles en 2014 Les textes lgislatifs rgissant le cadastre et le foncier sont ractualiss et disponibles en 2016 Les dlais de cration des entreprises passent de 10 3 jours en 2015 Un plan stratgique et oprationnel est disponible au Ministre du Commerce et de lindustrie au plus tard fin 2014 Des sminaires dappui sur les filires porteuses sont effectifs et au moins 25 % de femmes en sont bnficiaires Indicateurs deffet La cration dentreprise passe de 10 3 jours fin 2014 De 0 PME cre dans les filires porteuses 20 PME cres et viables dici fin 2016 dont 25 % au moins par des femmes Indicateurs dimpact Laugmentation de la part du secteur priv non- ptrolier dans le PIB passe de 8,7 % en 2012 10 % en 2017 2.8.2 Latteinte des rsultats au travers des indicateurs seffectuera au moyen des collectes qui seront effectues par les personnels recruts. La Cellule de suivi des programmes de rforme (CSPR) qui sera lorgane dexcution, sera appuye par une quipe de trois personnes dont un expert en suivi-valuation exclusivement ddie au projet et du bureau local de la Banque (TDFO). Lexpert en suivi-valuation assurera la production des rapports dactivit trimestriels et contribuera llaboration des rapports sur ltat dexcution et des rsultats du projet. La performance du PACADET sera apprcie sur la base des indicateurs de progrs dfinis au dmarrage du projet et qui seront obtenus pendant et la fin du projet. III FAISABILITE DU PROJET 3.1 Performance conomique et financire Le prsent projet ne gnre pas de revenus directs qui permettraient dtablir une rentabilit financire. Cependant, lapprciation de sa performance pourrait sappuyer sur les effets directs et indirects des ralisations quil engendre au niveau conomique et social, moyen et long terme. Au titre des avantages conomiques et financiers attendus, le projet permettra de crer les conditions ncessaires laugmentation de la contribution du secteur priv non-ptrolier au PIB. 3.2 Impact environnemental, social et changement climatique 3.2.1 Le projet na aucun effet ngatif direct sur lenvironnement, ses activits se limitant la formation, lassistance technique, aux tudes et lacquisition de moyens logistiques dont les quipements bureautiques et informatiques de taille rduite. Le projet a par ailleurs t class dans la catgorie 3 conformment aux Directives de la Banque. 12 3.2.2 Les activits du projet sont orientes vers le renforcement des capacits humaines et institutionnelles et nont pas dimpacts ngatifs sur le processus de changement climatique. 3.3 Genre Le Tchad a sign et ratifi les Conventions consacres la dfense des droits de lEnfant (CDE) et la Convention sur lElimination de toutes les formes de Discriminations lEgard des Femmes (CEDEF). Le pays a aussi pris des engagements au Sommet du Millnaire et raliser certains Objectifs du Millnaire pour le Dveloppement (OMD), dont lObjectif N3 visant promouvoir lgalit des sexes et lautonomisation des femmes. Lobjectif dclar du gouvernement est dassurer la promotion et lintgration du genre et la protection des groupes vulnrables dfavoriss37. Pour atteindre cet objectif, quatre axes stratgiques ont t retenus : (i) promotion de la femme et intgration du genre, (ii) protection et dveloppement du jeune enfant et de ladolescent, (iii) promotion et protection des personnes vulnrables et enfin (iv) cration dun cadre de protection sociale de la famille. Sur lensemble de ces stratgies, des projets sont en cours, traduisant la dtermination du gouvernement atteindre les objectifs quil sest fix sur le Genre et la protection des groupes vulnrables en gnral. On note cependant, la persistance des relations dingalit et le manque dquit ce qui constituent encore un frein au dveloppement durable du pays. Afin de rduire ces ingalits entre les sexes, les politiques publiques devraient accentuer la prise en compte transversale de lapproche genre pour esprer inverser la courbe et faire des progrs significatifs dans le domaine. Les options stratgiques dfinies prcdemment et mises en uvre par le gouvernement contribueront trs certainement faire avancer la cause au Tchad. Le projet contribuera renforcer lentreprenariat des femmes tchadiennes38 et influencera positivement les indicateurs de genre du Tchad. En effet, il est prvu quune vingtaine dentreprises soient cres dans les filires porteuses par les femmes et par ailleurs, le quart des oprateurs conomiques forms dans le cadre de la composante II devront ncessairement tre des femmes. 3.4 Social La croissance a t peu solidaire au Tchad ces dernires annes, du moins si on se rfre au rsultat de la troisime Enqute39 sur la Consommation et le Secteur informel au Tchad. En effet, daprs le rsultat de celle-ci, malgr la forte croissance enregistre en 201240, la pauvret a faiblement recul. Un peu moins de la moiti de la population Tchadienne (46,7%) vit dans un tat de pauvret montaire extrme, il va sans dire que les actions retenues dans le cadre de ce projet, du fait du ciblage des groupes vulnrables dans les activits retenues dans la composante II sur lentreprenariat et les rsultats escompts bnficieront aux couches les plus dfavoriss et en particulier aux jeunes sans emploi et aux femmes. 37 PND 2013-2015 page 93, de mme entre 2011 et 2015, le pourcentage de femmes nommes des postes de dcision est pass de 12 15 % 38En particulier par le biais de la composante II relative lappui lentreprenariat et linvestissement 39 Enqute ECOSIT 3 de 2011 40 De 1,6 % en 2011, elle est passe 7,2 % en 2012 et atteindrait selon les projections, 7,4% en 2013 et 11,5 % en 2014 13 3.5 Rinstallation force Le projet nentranera pas de dplacement de populations . IV EXECUTION 4.1. Dispositions en matire dexcution 4.1.1 Dispositions institutionnelles 4.1.1.1 En raison des forts besoins de coordination interministriels, lorgane dexcution du Projet sera la Cellule de Suivi des Programmes de Rforme (CSPR) la Primature. Un Coordonnateur du Projet, dsign par le Gouvernement, parmi les coordonnateurs adjoints du CSPR et des spcialistes en suivi valuation, en acquisitions et en gestion financire, recruts suivant un processus comptitif sur la base des Termes des rfrences approuvs par la Banque, formeront la cellule dexcution du Projet (CEP). 4.1.1.2 Un Comit de Pilotage du Projet CPP sera charg de la supervision et du suivi de l'excution. A ce titre, il validera les budgets et les rapports dactivits tablis par la CEP (INS). Le CPP sera compos des reprsentants des diffrentes structures bnficiaires: (i) Ministre de la justice; (ii) Ministre de lurbanisme, des affaires foncires, de lhabitat et des domaines, (iii) Ministre du Commerce, (iv) Ministre de lconomie, du plan et de la coopration internationale, (v) Ministre des finances et du budget et, (vi) Secteur priv. Le CPP prendra les mesures quil jugera ncessaires pour assurer lexcution harmonieuse des diffrentes composantes du Projet et sera saisi de tout problme de comptence afin d'assurer une excution parfaitement coordonne du projet. Le secrtariat des runions du CPP sera assur par le Coordonnateur du Projet. 4.1.2 Dispositions en matire dacquisitions Toutes les acquisitions de biens et travaux par appel doffres international (AOI) et de services de consultants se feront conformment aux Rgles et procdures de la Banque pour lacquisition des biens et travaux, Edition mai 2008, rvise en juillet 2012 ou, selon les cas, aux Rgles et procdures de la Banque pour l'utilisation des consultants Edition mai 2008, rvise en juillet 2012, en utilisant les Dossiers-types d'appel d'offres de la Banque. Par ailleurs, et en application des dispositions de larticle 3.3 de ces Rgles et Procdures, les acquisitions de biens par appel doffres national (AON) se feront conformment la lgislation nationale sur les marchs publics (dcret n 503/PR/PM/SGG/2003), en utilisant les documents type dappel doffres de la Rpublique du Tchad, sous rserve des conditions nonces dans les accords de financement. Un plan de Passation de Marchs (PPM) sera labor par le pays et soumis la Banque qui sassurera de sa conformit avec le protocole de don ainsi quavec ses Rgles en la matire. Ce PPM sera labor pour couvrir une priode initiale de 18 mois et sera mis jour par le Donataire tous les ans ou selon que de besoin. Avant son utilisation, toute proposition de rvision du PPM sera approuve par la Banque. La Cellule dExcution du Projet (CEP), sera renforce par un spcialiste en passation des marchs qui assistera la CEP dans lacquisition des biens, travaux, services de consultants et formations tels que dcrits en dtail lannexe technique B7. 4.1.3 Dispositions relatives la gestion financire La Cellule de suivi des programmes de rforme (CSPR) sera renforce par une quipe entirement ddie au projet. La Direction des affaires administratives, financires et du matrielle (DAAFM) de la Primature, supervisera en relation avec lquipe du projet, la gestion financire du PACADET. La Banque a ralis lvaluation du systme de gestion financire en place la DAAFM au mois de septembre 2013 conformment la mthodologie de la Banque dicte par ORPF.0 en juin 2010 dans son kit sur la gestion financire des projets financs par la Banque africaine de dveloppement . Lobjectif de cette valuation 14 est de sassurer que les fonds mis la disposition du projet sont utiliss de manire efficace et efficiente dans les seuls buts pour lesquels ils ont t accords. A cet effet, il est important que lagence dexcution puisse disposer de moyens techniques et humains permettant de comptabiliser, de sauvegarder, dinformer et dauditer lusage des moyens financiers mis sa disposition. Des mesures dattnuation proposes41 devraient assurer que les dispositions de gestion financire en place pour le projet sont suffisantes pour fournir en temps opportun des informations exactes et fiables, et permettre la sauvegarde des actifs du projet et la ralisation de laudit des comptes dans les dlais convenus. Ces mesures consistent essentiellement au recrutement dun Comptable qualifi et ddi la gestion financire du projet, llaboration dun manuel de procdures administratives, comptables et financires, lacquisition de logiciel de comptabilit appropri et les ralisations des missions daudit interne et daudit externe men par des cabinets privs. Les dtails de lvaluation de la gestion financire sont fournis dans les annexes techniques. 4.1.4 Dispositions relatives aux dcaissements Les dcaissements se feront conformment aux dispositions du Manuel des dcaissements de la Banque. Le projet sera financ 100% par le FAD pour un montant de 5.89 millions dUC. Les dcaissements se feront selon le calendrier des dpenses du projet et la liste dtaille des biens et services. Les mthodes de dcaissement retenues sont : (i) la mthode de paiement direct pour le dcaissement du prt et, (ii) les mthodes du compte spcial et de paiement direct pour le dcaissement du Don. Le compte spcial ou fonds de roulement sera utilise pour les dpenses telles que le fonctionnement, les frais dateliers et les frais de missions sur le terrain, etc. Les fonds seront dcaisss par la Banque sous forme davance dans un compte spcial au nom du projet ouvert par la Primature dans une banque commerciale juge acceptable par la Banque. Une lettre de dcaissement dfinissant toutes les directives en matire de dcaissement sera revue et accepte par les deux parties durant les ngociations. 4.1.5 Dispositions en matire daudit Les tats financiers annuels et les rapports de suivi financier tablis par le PACADET ainsi que le systme de contrle interne seront audits annuellement par un cabinet d'audit fiable, comptent et indpendant qui sera recrut sur la base des termes de rfrences (TDR) et des critres satisfaisants pour la Banque. Laudit externe sera adapt aux risques spcifiques du projet. Chaque audit financier couvrira la priode dun exercice comptable se terminant au 31 dcembre conformment aux rgles en vigueur au Tchad. Toutefois, le premier audit pourra couvrir les 18 premiers mois du projet lorsque le premier dcaissement a eu lieu dans le second semestre de lanne du premier dcaissement. Ce mme principe est applicable au dernier audit du projet, si la date de clture se situe dans les six (6) premiers mois de lexercice en question. Les tats financiers audits de chaque exercice comptable seront soumis la Banque au plus tard six mois aprs la clture de lexercice auquel il se rapporte. Le rapport comportera (i) un rapport dopinion et (ii) une lettre de contrle interne. Conformment la nouvelle politique daccs linformation de la Banque, le projet devra divulguer les rapports d'audit (y compris les rapports d'audit avec rserves) dans le mois suivant la validation du rapport par la direction. Ces rapports devront faire lobjet dune publication officielle et tre placs sur un site internet officiel. 41 Se rfrer au tableau 4.2 en page 18 15 4.2. Suivi et valuation 4.2.1 Lexcution du projet est prvue sur 4 ans, de janvier 2014 dcembre 2017. La CEP rattache la Primature, dfinira les mcanismes de suivi-valuation de lexcution des activits du projet ainsi que leurs rsultats. Les capacits de la CEP seront renforces par un expert en suivi-valuation qui sera recrut sur la dure du projet pour mettre en place le dispositif et former les membres de la CEP. Lquipe de la CEP au sein du CSPR tablira selon le format exig par la Banque, des rapports trimestriels et annuels davancement axs sur le suivi des indicateurs du cadre logique du projet. 4.2.2 Le suivi du projet se fera par la Banque travers un dialogue suivi entre les autorits et la Banque, notamment par le biais du Bureau de la Banque au Tchad et loccasion des missions de supervisions semestrielles ou trimestrielles du projet en cas de besoin. Au terme de lexcution du Projet, un rapport dachvement sera labor par la Banque en collaboration avec le gouvernement. Le calendrier dexcution se rsume comme suit : Tableau 4.1 : Etapes de suivi et boucle de rtroaction Etapes Responsable Date /Priode Approbation du financement BAD/FAD Octobre 2013 Mise en place Equipe de gestion du projet GVT Novembre 2013 Entre en vigueur Prt /Dons BAD-FAD/GVT Janvier 2014 Prparation/Lancement A.O CEP/BAD Avril-Mai 2014 Attribution/Signature des contrats CEP Mai- Dcembre 2014 Dmarrage des services de consultants CEP Juin 2014 Revue mi-parcours BAD/CEP Juin 2016 Achvement physique du projet CEP Dcembre 2017 Mission dachvement BAD/CEP Dcembre 2018 4.3. Gouvernance 4.3.1 Le dernier rapport PEFA42 de 2009 sur le Tchad, indique que le cadre institutionnel de la gestion des finances publiques du pays est complet, et que les organes dautorisation et de contrle budgtaire externes43 (Assemble nationale, Ministre du Contrle Gnral dEtat et de la Moralisation) existent. Tout comme sont en place les organes dexcution et de contrle interne du budget. Le rapport note cependant la faiblesse des capacits nationales et de gouvernance qui pse sur ses performances. Cette circonstance obre le degr dalignement des bailleurs sur le systme national. Le systme fiduciaire connait cependant une volution positive significative en raison de lappui en cours de la Banque44 sur le systme national des marchs publics et dans loptique de la mise en place de lARMP. 4.3.2 Au cas particulier du projet, le risque de gouvernance associ porte sur le processus dacquisition des biens et services et la gestion financire des ressources. Ces risques seront attnus par lapplication rigoureuse des rgles de procdure dacquisition de la Banque et la mise en place du systme de gestion 42 Rapport PEFA 2009 est le plus rcent sur le Tchad page 17 43 Il convient de rajouter la liste des organes de contrle, la chambre des comptes qui vient dtre cre 44 Programme FEF dAppui aux finances publiques et la Planification qui coure jusquen Novembre 2014 16 financire qui sera prconis, ainsi que de la mise en uvre de toutes les recommandations souhaites par les dpartements fiduciaires de la Banque. En outre, lappui du Bureau national de la Banque au Tchad, ainsi que les audits financiers permettront de veiller lalignement entre les ressources engages, les prestations effectivement fournies et les rsultats attendus. Les sessions de formation qui seront mises en place par la Banque sur la gestion de projet, les acquisitions et la gestion financire au profit des membres de la CEP, contribueront rduire le risque li au dficit de gouvernance ; enfin, les instances dexcution du projet et notamment le personnel de la CEP et les membres du comit de pilotage contribueront renforcer le contexte de gouvernabilit du projet. 4.4. Soutenabilit La volont du Gouvernement de mener bien les rformes travers la mise en place de la cellule de suivi des programmes de rformes, est le facteur dterminant de la durabilit. Le second facteur tient la qualit des actions de renforcement de capacit et en particulier des formations dont bnficiera le personnel des structures retenues. Laptitude capitaliser sur les connaissances apprises et les rutiliser, sagissant par exemple des outils informatiques et de la gestion et la planification des rformes de mme que laccompagnement au changement dans un environnement public et priv permettront aux personnels bnficiaires damliorer leur productivit au quotidien et facilitera la diffusion des meilleures pratiques au sein des institutions bnficiaires. Les rsultats du projet amlioreront significativement le climat des affaires et faciliteront le dveloppement du secteur priv source dinvestissement, de croissance et de cration demplois qualifis. 4.5. Gestion des risques Le tableau ci-aprs donne un rsum des risques rsiduels (autres que ceux lis la gouvernance et la soutenabilit) ainsi que les mesures dattnuation. Tableau 4.2 : Risques potentiels et mesures dattnuation Risques Niveau Mesures dattnuation Instabilit politique Modr Llection prsidentielle qui s'est tenue le lundi 25 avril 2011 a vu la rlection du Prsident Idriss Dby avec une confortable majorit de lordre de 88,26 % des voix, par ailleurs la paix retrouve avec le soudan ouvre la voie une priode stabilit relative. Lenteur dans la prise de dcision et sous estimation du niveau de difficult des rformes implmenter Modr La cration par le gouvernement dune cellule ddie la coordination et au suivi des programmes de rformes ainsi que la mise disposition dans le cadre du projet dune assistance technique aux rformes et dun programme de renforcement des capacits au Ministre du commerce et de lindustrie, permettront damliorer le niveau dinformation et de dcision du gouvernement ainsi que la pdagogie des rformes. Manque dimplication des acteurs Modr La mise en place dun comit de pilotage incluant tous les bnficiaires du projet et loprationnalisation de la plateforme de dialogue entre le secteur priv et le public favoriseront lappropriation et limplication des uns et des autres. Faible capacit de ladministration pour la ralisation des activits du projet et risque de gestion fiduciaire et de passations des marchs Modr Les activits de formations prvues par le projet et lappui lquipe de gestion du projet permettront de pallier ce risque. Le projet prvoit le recrutement de trois experts en gestion financire, en acquisitions et en suivi-valuation sur une base comptitive pour appuyer lquipe de gestion du projet. Le suivi de lexcution du projet sera renforc par les missions de supervisions priodiques des experts de la Banque qui fourniront en cas de besoin, lappui technique ncessaire pour lexcution temps de lopration. 17 Risque fiduciaire Elev Le recrutement dun expert en gestion financire, llaboration dun manuel des procdures qui dcrira un systme de contrle interne adquat, la mise en place dun systme de comptabilit et dinformation financire informatis et les missions de contrle interne de lEtat devraient assurer que les dispositions de gestion financire en place pour le projet sont suffisantes pour fournir en temps opportun des informations exactes et fiables, et permettre la sauvegarde des actifs du projet et la ralisation des audits externes des comptes dans les dlais convenus. Le projet sera supervis au moins deux fois par ans afin de sassurer que les mesures dattnuation des risques sont ralises et fonctionnent de manire satisfaisante. 4.6. Dveloppement des connaissances La mise en uvre de ce projet entranera le dveloppement de plusieurs types de connaissances relatives la pdagogie des rformes, en particulier en ce qui concerne lidentification, la programmation et la gestion de leur mise en uvre. Les meilleures pratiques retenues seront diffuses au sein de ladministration travers le relais des membres du comit de pilotage et des points focaux ainsi que des sessions de formation qui seront organises dans le cadre du projet. Des connaissances additionnelles seront galement capitalises et dissmines travers les rapports des diffrentes assistances techniques, les rapports dactivits et le reporting de lquipe de gestion du projet, les rapports de supervision et enfin partir du rapport dachvement du projet. V CADRE JURIDIQUE 5.1. Instrument lgal Pour le financement du projet sur les ressources du FAD dun montant nexcdant pas 5,89 million UC (3,97 millions UC en prt et 1,92 millions UC en don), un protocole daccord de don et un accord de prt seront signs entre le FAD et le gouvernement tchadien. 5.2. Conditions associes lintervention de la Banque Conditions de mise en vigueur 5.2.1 L'entre en vigueur de l'Accord de Prt est subordonne la ralisation par l'Emprunteur des dispositions de la section 12.01 des Conditions Gnrales. Le protocole daccord de don entrera en vigueur la date de sa signature par le Donataire et le Fonds. Conditions pralables au premier dcaissement 5.2.2 Outre lentre en vigueur, comme indique ci-dessus, le premier dcaissement des ressources du Prt et du Don sera subordonn la ralisation par lEmprunteur, la satisfaction du Fonds, des conditions ci-aprs : (i) Fournir au FAD la preuve de louverture au nom du Projet, auprs dune banque acceptable pour le FAD, dun compte spcial dans lequel seront verses les ressources du Don; la mthode de dcaissement pour le prt sera le paiement direct (ii) Fournir la preuve de la dsignation du coordonnateur. 18 5.3. Conformit avec les politiques de la Banque Ce projet est conforme toutes les politiques applicables de la Banque. VI RECOMMANDATION La direction recommande que le Conseil dadministration approuve la proposition de prt de 3,97 millions dUC, de don dun montant de 1,92 million dUC, soit un montant total de 5,89 millions la Rpublique du Tchad pour l'objet et selon les conditions nonces dans le prsent rapport. I Annexe I. Indicateurs socio-conomiques comparatifs du pays II Annexe II. Tableau du portefeuille de la BAD dans le pays (Aot 2013) # Projet Dates importantes Montant (UC) % dcaiss Age (an) Clture Approbat. Signature Vigueur Enggemnt Dcaiss PROJETS FAD 1 Projet de gestion et de valorisation des ressources naturelles PRT 4/17/2005 5/19/2005 2/16/2006 4,270,000 3,086,023.30 72.27 8.27 3/31/2014 Projet de gestion et de valorisation des ressources naturelles DON 4/17/2005 5/19/2005 5/19/2005 2,000,000 1,463,519.91 73.18 8.27 3/31/2014 2 Projet de gestion et de valorisation des ressources naturelles PRT supplmentaire 1/31/2011 04/04/2011 1/31/2011 9,570,000 0.00 0.00 2.50 12/31/2014 3 Projet d'appui aux infrastructures Rurales PRT 6/7/2011 11/14/2011 08/17/2012 5,200,000 180,959.67 3.48 2.15 12/31/2016 Projet d'appui aux infrastructures Rurales DON 6/7/2011 11/14/2011 11/14/2011 5,200,000 639,662.16 12.30 2.15 12/31/2016 4 Projet de dveloppement de la pche DON 11/09/2005 11/23/2005 11/23/2005 10,000,000 9224833.65 92.25 7.73 12/30/2013 5 Programme AEPA 8 Centres secondaires DON 7/11/2012 7/17/2012 7/17/2012 6,900,000 50,307.73 0.73 1.05 10/31/2017 Programme AEPA 8 Centres secondaires DON RWSSI 7/11/2012 7/17/2012 7/17/2012 3,461,400 102,090.50 3.91 1.05 10/31/2017 Programme AEPA 8 Centres secondaires PRT 7/11/2012 7/17/2012 10/4/2012 10,710,000 114,752.84 1.07 1.05 10/31/2017 6 Projet de bitumage de la route Koumra - Sahr, DON 6/26/2009 7/12/2010 7/12/2010 31,610,000 27790377.65 87.92 4.08 10/31/2015 APPUIS INSTITUTIONNELS FEF 7 Table ronde PNSA 11/29/2011 11/29/2011 11/29/2011 139,326 133,092.02 95.53 1.67 3/31/2014 8 Appui aux Statistiques 11/22/2011 11/22/2011 11/22/2011 1,000,000 506,776.48 50.68 1.69 12/31/2013 9 Recensement Gnral de l'Elevage 2/12/2010 587,245 236,827.00 40.33 3.47 12/31/2013 10 Renforcement de capacits dans le domaine finances publiques 11/1/2012 1/14/2013 1/14/2013 1,450,000 517130.2 35.79 0.75 10/31/2014 11 Renforcement des capacits dans le domaine des industries extractives et du ptrole (ITIE) 11/1/2012 1/14/2013 1/14/2013 1,350,000 0.00 0.00 0.75 10/31/2014 12 Projet d'appui la mise en uvre du PND 06/25/2013 - - 500,000 0.00 0.00 0.10 12/31/2014 OPERATIONS REGIONALES 13 Programme de Dveloppement durable du Bassin du Lac Tchad/ DON 12/19/2008 12/19/2008 12/19/2008 30,000,000 5939075.74 19.80 4.64 12/31/2015 14 Projet d'appui la filire coton / DON 2/8/2007 2/8/2007 2/8/2007 5,000,000 1949577.58 38.99 6.67 12/31/2013 15 Projet d'appui l'initiative du bassin du Lac Tchad (PAIBLT) / DON 10/26/2005 11/18/2005 11/18/2005 10,000,000 7387483.43 73.87 7.77 12/31/2013 16 Programme de Conservation de la Biodiversit en Afrique Centrale / DON 07/22/2013 - - 250,000 0.00 0.00 0.02 31/12/2017 TOTAL GENERAL 138,340,676 56,044,327 40.47 3.33 - PRT 29,750,000 1,898,829 6.38 - DON 108,590,676 54,145,498 49.80 III Annexe III. Principaux projets connexes financs par la Banque et dautres partenaires au dveloppement du pays Partenaire technique et financier Projet Activits Etat dexcution Union europenne Assistance technique Programme Rgional d'appui au Commerce et l'Intgration conomique (PACIE) Services dappui-conseils aux entreprises Normalisations et infrastructures qualit, amlioration qualit des statistiques commerciales et agricoles, renforcement et mise niveau du tissu industriel En cours En cours FMI Staff Monitored Program (SMP) Programme de stabilisation du cadre macro-conomique dans la perspective de latteinte du point dachvement linitiative PPTE En cours Banque mondiale Etude sur les chanes de valeur Appui aux filires porteuses Analyse des contraintes affectant les systmes de march de certaines filires porteuses Assistance la structuration des filires considres lexport En prparation PNUD Assistance technique dans le cadre de la mise en place du projet Cadre Intgr Renforc (CIR) Accompagnement commercial des oprateurs conomiques sur les marchs nationaux et internationaux En cours AFD Appui la gomme arabique Appui la maison de la petite entreprise Structuration des aspects amont et aval de la filire Activits dappui oprationnel aux petites entreprises En cours BAD Appui lITIE Appui aux finances publics et la planification Appui la prparation linitiative PPTE Etude sur lenvironnement de linvestissement priv dans les pays de la CEEAC Document stratgique sur la promotion des PME/PMI Transparence dans les Industries extractives Marchs publics, Instruments de planification Renforcement des capacits macroconomiques Environnement de linvestissement du secteur priv Dfis et contraintes affectant les PME /PMI au Tchad En cours En cours En attente de lancement Etude livre En cours BDEAC Appui la rhabilitation du march de SAHR Appui la filire bovine Modernisation des infrastructures de march en vue de dynamiser la commercialisation Assistance la construction des infrastructures de production (Abattoirs) Cltur En cours IV Annexe IV. Carte de la zone du projet Cette carte est fournie titre dillustration par le personnel de la Banque Africaine de Dveloppement et ne sert exclusivement qu lusage et linformation des lecteurs en relation avec le prsent rapport dvaluation. Les dnominations mentionnes ainsi que les frontires figurant sur cette carte nimpliquent aucun jugement concernant le statut lgal dun territoire ni aucune approbation ou acceptation de ses frontires de la part du Groupe de la BAD, de ses membres ou de son Conseil dadministration.

Recommended

View more >