SANOFI ; Big Pharma

  • Published on
    28-Nov-2015

  • View
    220

  • Download
    1

DESCRIPTION

Sanofi est dans notre armoire pharmacie et au coeur de nos vies avec les vaccins, les mdicaments ...Multinationale de l'industrie pharmaceutique, Sanofi jouit d'une sant florissante et se voit classe parmi les premiers du CAC 40.Mais lorsque la firme pharmaceutique quitte la rubrique financire de la presse pour entrer dans les pages sociales, on entend un autre son de cloche : fermetures de sites, suppressions d'emplois, sacrifices de capacits de recherche et de production ...Qui dispose du remde? Ceux qui travaillent: quipes de recherche, dveloppeurs, producteurs, distributeurs, visiteurs mdicaux et commerciaux. Ils et elles ont lgitimit dcider, avec la socit, de la politique de sant et des orientations pour la production des mdicaments. Cet ouvrage met en lumire en quoi ces enjeux nous concernent tous, la fois parce qu'il s'agit de notre sant et parce qu'il s'agit d'une tentative de construction d'un autre regard sur ce que peut devenir la socit.Les auteurs nous invitent rflchir une alternative Big Pharma et Big Money: celle d'une appropriation par la socit de la chane de la sant. Le mdicament conu, produit et commercialis comme un bien public, un bien commun, et non comme une marchandise. Pas d'incantation, mais une exigence et une volont de rendre possible une telle alternative.Non, vraiment, tout n'a pas t essay.

Transcript

  • TABLE DES MATIRES

    PRFACE. TOUT N'A PAS T ESSAY 7

    INTRODUCTiON. LA SANT EN OTAGE 19

    1. LE MONDE DU MDICAMENT 25

    2. LE MDICAMENT MALADE DU PROFIT 41

    3 . LA MACHINERIE D E BIG PHARMA 63

    4. LE MDICAMENT, BIEN PUBLIC OU MARCHANDISE? Q!)l DCIDE? 85

    EN GUISE DE CONCLUSION 111

    TMOIGNAGES 119

    PAROLES DE JEUNES SALARIS ... 123

    PROPOS DE CHERCHEURS ... 127

    LA CONTESTATiON EN CHANSONS 125

    LA CONTESTATION EN IMAGES 139

  • PRFACE

    TOUT N'A PAS T E S SAY

    P I ERRE ZARKA

    Ce livre rsulte du croisement de deux dmarches. Depuis plusieurs annes des salaris de Sanofi emploient

    toute leur nergie dfendre leur travail , en outre ils vivent l'utilit sociale de ce travail et donc d'eux-mmes travers la ncessaire promotion du mdicament pour rpondre aux besoins de sant. En une phrase se dit la fois le rle et l'utilit sociale des travailleurs, le sens de leur entreprise et le fait que leur combat regarde toute la socit et le monde. En plusieurs annes de luttes, ils ont fait l 'exprience que rclamer ne suffisait pas, que proposer des solutions se heurtait frontalement aux intrts des actionnaires. Que faire d'autre qui n'ait pas t tent ?

    Paralllement, l 'Observatoire des mouvements de la socit (Omos) est une association de recherche qui regroupe sur une base anticapitaliste revendique, des chercheurs, des militants politiques, associatifS, syndicaux, certains sont salaris de Sanofi, pour tenter de contribuer l 'mergence d'une culture politique qui permette d'tre la hauteur des enjeux les plus actuels . Le sens de ce travail repose la fois sur le fait que nous considrons le savoir comme un puzzle, qu'il n'y a pas de pratique sociale qui ne produise de la connaissance, et de ce point de vue chercheurs de profession et militants (certains tant les deux la fois) sont tous considrs comme des chercheurs . La confrontation est alors le moteur de ce travail.

    Il tait donc assez logique que l'Ornas et ces salaris se rencontrent. De l'interrogation sur les points forts et les limites de l'exprience militante Sanofi est ne cette question : Si on ne peut gure faire davantage en temps et en

    ARG U M E N TS & MOUVE M E N TS 7

  • SAN O F ! : B I G P HARMA

    8

    nergie consacrs, qu'est-il possible de faire autrement et . ? nueux . . Toute l'actualit et de nombreux drames et scandales nous

    dmontrent qu'entre le mdicament, la sant, la nourriture, l 'accs l'nergie, la culture, et l'intrt des actionnaires, il y a une incompatibilit majeure. La volont de domination et de possession du capital s'tend jusqu'aux domaines de la recherche : une dcouverte devient une chasse garde pour ceux qui l'achtent, ce qui interdit un champ priphrique de la poursuite de la recherche. La premire partie de ce livre nous le dcrit minutieusement. Et cette description tmoigne en elle-mme de la capacit des salaris penser leur travail et ses enjeux.

    Au-del du combat pour le mdicament, regardons la multiplication des mouvements, des tentatives et expriences de type coopratif, modes de vie alternatif sur l'habitat . . . Tous viennent s'chouer plus ou moins vite sur un cadre intouch et souvent prsent comme intouchable : la macro-conomie appartiendrait ({naturellement aux dtenteurs de capitaux. Il y a alors deux approches fondamentalement opposes de la politique : l'une revient aux oprations qui permettent la conqute du pouvoir sur les autres, ({naturellement toujours en leur nom, l'autre caractrise des mouvements collectifs qui ne se limitent plus la protestation mais ont l'ambition de dfinir eux-mmes leurs ncessits et la matrise de la mise en uvre de la rponse.

    L'intrt d'affronter dlibrment l'obstacle en termes de systme dpasse les dimensions immdiatement conomiques et sociales . Les rapports sociaux qui dcoulent de la domination des actionnaires sont fausss et emprisonns par la mise en concurrence et plus largement par la marchandisation. Le fait que sa crativit et sa vie dpendent d'une autorit au-dessus de soi fausse les rapports entre soi et ses semblables, et les rapports de soi soi. La reproduction et le gonflement du capital sont un mouvement totalisant, englobant jusqu'au temps des individus . Les tensions au sein des

  • entreprises traduisent souvent des processus d'auto-exploitation, de renoncement soi, ce pourquoi on voulait exercer ce mtier.

    Il n'y a pas de rassemblement et de processus transformateurs sans conscience d'un antagonisme et sans pouvoir le situer. C'est ce sentiment qui manque aujourd'hui pour que l'addition des situations fasse une identit collective. D'o d'ailleurs des recherches d'identits parfois dangereuses qu'exploite l'extrme droite, ou un vide qui dbouche sur un mal-tre que l'on aurait tort de considrer comme secondaire. Afin de ne pas demeurer fragmentes et rduites l'impuissance, les colres ont besoin d'affronter la question de la proprit et du pouvoir qui lui est li, la cascade des comportements de dominations, de discriminations, de harclements et de machisme, qui caractrisent ce que l'on appelle pudiquement le management. Mais ces traits sont gnraliss l'ensemble de la socit, et l'incapacit de voir le monde dans sa cohrence, incapacit conscutive l 'chec des tentatives d'explications globales, est d'autant plus un obstacle qu'il rside dans le non-dit. Aborder la ncessit d'appropriation collective est un levier pour toute prtention poser en termes immdiats la question du pouvoir.

    Il ne s'agit donc pas d'ides qui seraient sans effet sur l'immdiat. Il y a toujours des logiques l 'uvre. Lorsqu'on croit mener ses luttes de manire pragmatique, c 'est qu'inconsciemment on est enferm dans les logiques de la pense dominante. D'o ce sentiment de tourner en rond et d'impuissance qui grandit en mme temps que la colre. Le pragmatisme n'est pas le contraire du dogmatisme. Les forces du capital ont, non pas un dogme, mais une logique : marchandiser , exploiter . . . Les retraites, l'emploi ou l'cole dpendent immdiatement de ces choix. Or, l' actualit est aussi faite de mouvements populaires qui secouent la plante. Mais pour l'instant, tant d'efforts et de tentatives ne parviennent pas empcher le capitalisme de faire sentir toute sa nuisance sur la plante. Ne nous le cachons pas,

    A RG U M E N TS & MOUVE M E NTS 9

  • SAN O F ! : B I G P HARMA

    10

    la protestation populaire connat une crise de l'efficacit : l 'usure des solutions dites ralistes . Nous ne manquons pas d'exemples pour y rflchir : les annes entre 1981 et 1984, puis de la gauche plurielle)), et maintenant la gestion des affaires par Franois Hollande et le Parti socialiste, alors que le capitalisme est jug inamendable par une majorit de Franais. En revanche une question taraude cette majorit : peut-on penser un autre systme que le capitalisme ?

    Lors d'un entretien tlvis, propos du devenir d' Arcelor Mittal, Arnaud Montebourg dclarait propos d'une demande de nationalisation que l'tat n'tait pas un bon gestionnaire. Mais qui parle de l'tat ? Disons-le d'emble, le bilan historique des nationalisations mrite de ne pas faire du mot un slogan. En France, elles laissent la trace d'un bilan qui, hormis les annes qui ont suivi la Libration, et la question du statut des salaris, laisse les usagers actuels dans l'indiffrence. Au fond, publiques ou prives, ces entreprises paraissent aux yeux des usagers ne diffrer pour l'essentiel que par le nom du propritaire. Quel citoyen se sent copropritaire de la SNCF ou d'EDF ? Jusque dans les annes 1960, ces entreprises apparaissaient comme jouant un rle moteur, et depuis que s'est-il pass ? Elles ont de plus en plus t gres comme des entreprises prives, animes par les mmes critres de rentabilit financire, ou devant assumer les dpenses que le secteur priv ne voulait pas couvrir. Le 20e sicle laisse dans le non-dit le bilan des nationalisations effectues . Cela se transmet comme une vidence dont il n'est plus ncessaire de discuter. Mais n'est-ce pas d une assimilation abusive des nationalisations une tatisation ? La dsillusion qui en a dcoul conduit un abandon htif des mots, et travers des mots de l'ide. L'appropriation collective, au sens o les individus ensemble sont propritaires des moyens d'dification de leur socit, n'a jamais t tente. Toutes les tentatives sont parties du principe que les individus concerns ne pouvaient qu'tre seulement les bnficiaires des transformations. Considrer les individus

  • ensemble comme capables de produire leur propre devenir commun est un fait innovant. S 'agit-il d'une utopie ou d'une ncessit qui frappe la porte d'aujourd'hui ? Toute activit est par dfinition une coopration. On ne travaille jamais seul. Mme les artisans sont interdpendants avec des fournisseurs .Alors a fortiori dans les domaines de la recherche et de l'industrie. Cet invitable ctoiement d'acteurs multiples que j ' appelle socialisation ne cesse de s'tendre, d'o le fait que le patronat pousse chaque unit de production s'identifier un service rendu une autre unit de production considre comme cliente. Cette interdpendance est alors retourne en guerre conomique par une conception capitaliste de l'conomie. Ce qui devrait tre coopration tendue est transform en rapports de concurrence avec les dgts collatraux que cela induit. L'enjeu est le suivant : l'activit humaine est-elle fonde sur l'objectif de la marchandisation ou sa finalit ne doit-elle pas tre de produire de la socit ? Et cela ne pousse-t-il pas dfinir quelles sont les caractristiques de la socit la plus adquate ?

    Il s 'agit de mettre en harmonie un largissement croissant du collectif de travail avec les besoins, les pratiques sociales les plus actuelles et la responsabilit des salaris de l'entreprise. Cela suppose de concevoir celle-ci comme tant le lieu de rencontre entre acteurs et usagers individuels ou collectifS. La nation ce n'est pas l'tat, c 'est le peuple rassembl. S'il n'y a ni production ni service sans coopration, sur quoi la faire ? La libration de l'esprit d'initiative. La ncessit d'avoir une vision de la place de son travail dans l'ensemble des besoins auquel il correspond, d'o la dmocratie et le fait que l'exercice du mtier ne se limite pas de la technicit . Les artisans et les agriculteurs sont individuellement considrs comme grant leurs biens et leurs dcisions, et les salaris ensemble n'en seraient pas jugs capables ? Lourde dprciation du statut de salari.

    A RG U M E N TS & MOUVE M E N TS 1 1

  • SAN O F I : B I G P HA RMA

    12

    UN AUTRE MODE DE DVELOPPEMENT ... videmment poser la question de l'appropriation col

    lective des leviers de l'conomie induit un autre mode de dveloppement. Dveloppement de quoi, au juste ? La notion exige d'tre explicite tant elle peut tre porteuse de sens multiples.

    La croissance tous azimuts ? Le mot croissance est charg d'ambiguts . Avoir la place de leader contre les autres ? Confondre la croissance en armements et en nourriture ? Le positivisme et le productivisme sont une idologie qui correspond la course l'accumulation du capital, prsente comme inhrente tout progrs mlant technologies et progrs social. Cette idologie, en assimilant le progrs social et celui de la technique, a t systmatiquement prgnante. De fait, cela a donn au mot croissance)) une universalit et une neutralit politique qu'il ne mritait pas d'avoir. De quoi pourrait-il s 'agir alors ? Dveloppement des marchandises ou dveloppement des personnalits ?

    Cornn1enons par nous interroger sur ce que l'on appelle richesse)).Actuellement on compte en monnaie toute activit humaine. Aujourd'hui, il est mme rare que les mdias ne finissent pas leur page cinma ou musique sans mesurer l'impact d'un film ou d'un disque ce qu'il rapporte financirement.Autant dire que tout ce qui n'est pas dans un certain conformisme est inexistant. Au-del de cette remarque, d'avoir longtemps rduit la richesse aux biens matriels, et aux seuls moments de travail passs dans l'entreprise pour les produire, a prt le flanc cette drive. Mais la richesse est-ce de la production de la finance ou de la production de socit ? Bien sr nous sommes dpendants de ce que nous apporte la socit et de ce que nous pouvons ou pas consommer. Mais nous ne sommes pas que des rceptacles d'objets de consommation. Nous sommes de l'activit, diversifie, et nous mlons ce que nous recevons et ce que nous apportons la socit. Cet change fait notre personnalit. Ce n'est pas une clause de style : il suffit de remarquer le mal de vivre

  • des chmeurs, mme indemniss, ou des salaris qui ont le sentiment que l'organisation du travail qu'on leur impose les empche d'exercer leur mtier correctement. Ils sont privs de leur rle social et certains sont mme conduits au suicide. Une autre conception de la richesse, qui valorise l'apport social de chacun travers son activit, change le sens du travail. Cela souligne la ncessit existentielle que l'organisation de la socit lve les obstacles qui entravent la matrise de son sort et la possibilit de se raliser dans des activits sociales. Or, la situation actuelle se caractrise par une organisation sociale bancale : alors que le caractre social de la production et des services s'affirme de plus en plus, que les pratiques ont de plus en plus de consquences sur l'espce humaine, l 'appropriation des richesses et de tous les pouvoirs sur la vie des individus et des socits est, elle, de plus en plus concentre entre les mains d'une frange de dominants . Si l'on regarde de prs toutes les luttes sociales sur la plante, au-del de leurs disparits et des spcificits des situations, c 'est ce point commun qu'elles se heurtent. Ces luttes ne font qu'exprimer que les socits ne peuvent plus fonctionner sur ce mode obsolte. Toute prtention une autre politique qui n'ose s 'affronter ce problme est voue l'chec.

    LES POUVOIRS, DE QYI? SUR QYOI?

    La question du pouvoir des intresss est d'autant plus importante qu'avec Sanofi il ne s'agit pas d'une PME, mais d'un gant de l'industrie pharmaceutique. Que devient la proprit lorsqu'elle est collective ? Interrogeons-nous sur comment la proprit collective peut ne pas tre synonyme de proprit anonyme, et comment les individus peuvent se sentir ensemble propritaires. On est propritaire si l'on a le pouvoir de dcider. Ce dernier aspect est fondamental. Il ne se limite pas de la possession. Il conditionne toute efficacit sociale dans la mesure o le moteur de toute motivation est pour chacun dans une tension vers ce que l'on voudrait tre.

    A RG U M E N TS & M O UV E M E N TS 13

  • SAN O F I : B I G P HA RMA

    1 4

    Idal jamais atteint mais vers lequel on tente toujours de se rapprocher. Cela nous renvoie au dsir, l'accomplissement de soi.

    Une telle vise suppose une autre dfinition de la dmocratie. L'lection toujours utile ne suffit pas la dfinir. La dmo-cratie , la loi du peuple, suppose le rgne de Monsieur et Madame tout le monde plutt que celui des experts . Cela n'ignore pas l'apport de ces derniers, mais comme documentant, jamais comme pouvoir dcisionnaire. Donc arracher le pouvoir qui ? Les capitalistes. Mais pas seulement. plusieurs reprises Marx voque le dprissement de l 'tat . Il considre qu'il n 'y a mancipation des individus que par leur libre association et celle-ci remet en cause tout pouvoir surplombant le commun des mortels, y compris celui de l 'tat. D 'autres philosophes comme Michel Foucault distinguent pouvoir de domination et pouvoir faire . C'est le pouvoir d'agir qu' il s 'agit d'inventer. Intgr au travail, il devient un facteur dcisif de socialisation. La socit civile a besoin d'tre identifiable aux commandes de tout pouvoir. Cela ne veut pas dire que tout le monde serait mobilis tous les jours sur chaque question. Il ne s'agit pas de rver un citoyen omni-comptent mais de penser aux divers citoyens s'appropriant la dfinition de leurs problmes et des solutions.

    NE PAS CONFONDRE PROCESSUS ET HOMOPATHIE

    Il ne s'agit pas de flatter l'ignorance, pour que la citoyennet s'accapare des prrogatives jusque-l rserves l'tat, cela suppose que les luttes incluent en elles la production de connaissance ncessaire. Dj des moments d'analyse des enjeux et d'laboration de solutions caractrisent la lutte des salaris de Sanofi. Ils dmontrent combien l'approche traditionnelle ne les voit que comme des mouvements dits sociaux, qui en fait seulement des moments de protestations, est une image toute faite, qui ne correspond pas la ralit. Ce livre, qui est une forme de participation au mouvement

  • des exploits en faveur de la production des mdicaments ncessaires et de la recherche qu'elle induit en est un tmoignage vivant. Cela dbouche sur une conception de l'autogestion qui ne se limite ni au local ni aux petites exploitations, mais englobe tous les niveaux ncessaires de socialisation y compris l'infiniment grand. Ce qui implique d'largir son horizon culturel l'espace que recouvre la production que l'on gre. Paradoxalement, la mondialisation est contradictoire avec un pouvoir concentr entre un nombre rduit de mains. Plus l'espace s'largit et plus nombreux sont celles et ceux qui sont tributaires des dcisions. De ce fait, l'implication des acteurs devrait tre indispensable la rgle commune. videmment on peut dire que, lorsqu'il s 'agit d'un gant de l'industrie qui s 'est enracin dans plusieurs pays, c 'est plus facile dire qu' faire. Mais tout commence ainsi : par faire grandir l'ide. Sanofi n'est pas un cas part : la course aux dividendes par les actionnaires pousse dans nombre d'endroits s 'interroger sur comment dgager l'conomie d'un systme parasite. La matrise collective des moyens de production et des grands services est de fait pose, reste en faire une question politique rassembleuse. Quant la mondialisation, celle-ci est aussi faite de salaris qui cherchent se rendre matres de leur sort. Rarement la plante aura t autant secoue par une telle aspiration se librer des tutelles. Que cette ide commence merger, qu'elle soit discute, mme controverse, et le monde du travail quitte sa place de victime pour devenir acteur de son devenir. Tout le rapport des forces s 'en trouvera chang.

    Ainsi la rponse aux besoins et l 'appropriation sociale ne sont pas des thmatiques abstraites, intemporelles, elles sont mobilisatrices, elles donnent chacun la possibilit de projeter ce qu'elles peuvent transformer tant du point de vue de ses besoins matriels que du point de vue de son devenir, de ses pratiques sociales. L'appropriation collective n'a donc pas qu'une fonction conomique, mais un rle politique, au sens o une collectivit - le peuple - se forme autour

    ARG U M E NTS & MOUVE M E N TS 1 5

  • SAN O F I : B I G P H ARMA

    1 6

    de nouveaux rapports entranant une nouvelle identit collective.

    Si, juste titre, on ne veut pas renouveler les expriences qui ont chou, nous avons besoin de rpondre cette question : qui doit tre le sujet de l'agir rvolutionnaire - car c'est bien de cela dont il s'agit - si ce ne sont les intresss eux-mmes ? (D'o le caractre invitablement inachev de la pense de cet ouvrage.) Quand, trs concrtement, le peuple ne matrise pas les pouvoirs, quelqu'un d'autre en profite.

    Il s'agit ici de la capacit s 'arracher du cadre mental et donc social et conomique de ce qui parat aujourd'hui indpassable et naturel. On n'effectuera pas les transformations ncessaires sans ruptures fortes . Cela suppose de chercher des solutions au-del de ce qui est trop vite considr comme vident et enferme le possible dans un carcan mental. Sans oser penser

  • Dolicrne. La Botie, 29 janvier 2013, Chilly-Mazarin, 9 juillet 2013 .

  • INTRODUCTION LA SANT EN OTAGE

    >, Dclaration de l'Organisation mondiale de la sant, 1946.

    Sanofi et les grands groupes mondiaux pharmaceutiques ont tous les mmes vises : l 'argent, la domination, la conqute du march, la comptitivit. Dans le monde, les activits du mdicament sont domines par Pfizer, J&J, Novartis, Merk and Co, Roche, Sanofi, GSK, Abbott, Astra Zeneca, Eli Lilly.

    Ces socits mnent une puissante offensive pour imposer une stratgie base sur une financiarisation sans limite. Elles contrlent elles seules la moiti d'un march mondial des mdicaments qui reprsentait 855 milliards d'euros en 2011. Leurs bnfices sont suprieurs ceux des Bigfive, les puissantes firmes amricaines du complexe militaro-industriel.

    Elles interviennent dans un domaine, la sant, bien commun essentiel pour chacun d'entre nous, pour nos vies. Elles ont toutes pour objectif la cration de profit au bnijice des actionnaires. Pourtant n'oublions pas que Sanofi a t lanc avec de l'argent public. Le groupe est en effet issu en 1973 de fonds publics dtourns au service du priv : cration d'une filiale sant du groupe Elf Aquitaine, socit publique privatise en 1994. Il a tendu son chan1p d'action par une politique de rachats et de fusions entranant des destructions : Synthlabo,Aventis issu de Rhne-Poulenc et Hoechst Marion Roussel. Les socits d'origine ont galement bnfici du soutien fmancier de l'tat.

    ARG U M E N TS & MOUVE M E N TS 1 9

  • SAN O F I : B I G P HARMA

    20

    SANOFL No 1 DU MDICAMENT, C'EST Q!Jl?

    Sanofi, premier groupe national et europen du mdicament, premier groupe mondial pour les vaccins, dans le peloton de tte du CAC 40, pse sur l'conomie, l'industrie, les choix et les pouvoirs . . . Comme l'ensemble des entreprises, Sanofi se compose de ceux qui travaillent et ceux qui dcident.

    CEUX Q1Jl TRAVAILLENT

    Ils sont 110 000 dans le monde et 26 000 en France (28 000 avec les CDD) . En recherche, en dveloppement, en production, en distribution, en administration, ils sont bass dans environ une centaine de pays (Europe, Amrique,Asie, Afrique) . Dans le monde, quinze sites rassemblent les activits de recherche et de dveloppement, quatre-vingt-deux sites les activits de production industrielle pharmaceutique, treize sites les activits industrielles des vaccins .

    Dans l'Hexagone, les quipes professionnelles sont rassembles dans quarante-deux sites : six sites de recherche et dveloppement (R&D) , neuf sites de production de principes actifS, onze sites industriels dont trois de distribution, quatre sites pour les vaccins, auxquels il faut ajouter les sites de Genzyme (maladies rares) et Mrial (sant animale) . Ces

    Mdicaments et vaccins issus du travail des quipes de Sanofi

    Mdicaments Amorel,Amndron,Aprovel,Aspegyc,Aubagio, Biprofetd, Claforan, Coltramyl, Cortancyl, Corvasal, Decontracty Doliprane, Dectancyl, Diamox, Gardenal, Hparine Choay, Idarac, Imovane, Jevtana, Lantus, Lanzor, Lasilix, Lovenox, Maalox, Nivaquine, Oflocet, Orelox, Profetd, Plavix, Rulid, Rhinatiol, Rytlunodan, Solupred, Stilnox, Surgestone, Taxotre, Telfast, Urbanyl. .. Lt pilule du lendem:rin RU 486 en collaboration avec le professeur tienne Beaulieu (boycotte par les prol!fi' franais, tasutens, allemands, les vques italien,).

    Vaccins Antirabique, hpatite B, hpatite A, coqueluche, ttanos-diphtrie-polio, mtngite mningocoque, polio rype l,grippe H5Nl,grippe HlNl. .. C'.onhrTemJl1, janvier 2013

  • quipes d'ouvriers, cadres, techniciens, forment une chane qui assure l'efficacit d'activits complmentaires indispensables, allant de la recherche, la conception, la production, l'information, la distribution, la maintenance, jusqu'au patient. Ces femmes et ces hommes ont leur actif des annes de travail aboutissant des mdicaments utiles.

    CEUX Q!Jl DCIDENT

    Ce sont les actionnaires, l 'Oral et les banques mondiales pour 89,54%, les salaris psent pour 1,3%. Gographiquement, 16,3% du capital viennent de France. L'Oral et les banques sont tous atteints d'une svre addiction aux profits et aux pouvoirs . Ces actionnaires ont leur actif leur enrichissement personnel. En continu, ils engrangent des profits et en veulent toujours plus ! Ce sont eux qui dcident des objectifS et de la stratgie financire, de la captation financire des rsultats par quelques-uns.

    Sanofi, c'est plus de 8 milliards de profits chaque anne. 8 ,18 milliards d'euros en 2012 ; 3,6 milliards d'euros de dividendes verss aux actionnaires (2011-2012 : + 4,5 %) , soit un cumul approchant 25 milliards d'euros en neuf ans. Ainsi, le groupe l'Oral et Mme Bettencourt, une des premires fortunes mondiale, ont peru 323 millions de dividendes en 2012 verss par Sanofi . Aboutissement d'une recherche continue de profit maximum, qui s'accompagne de plans d'conomies et de restructurations depuis 2008.

    En juillet 2012, un nouveau plan d'conomie de 2 milliards d'euros a t annonc afin de porter la part des dividendes verss aux actionnaires de 40% 50% du rsultat net.

    Ces rsultats ont t acquis par des milliers de suppressions d'emplois, l'limination de sujets de recherche, et des cessions ou fermetures de sites :

    3 800 emplois directs ont t supprims en cinq ans, 1300 emplois en R&D, 1 000 emplois dans la production de principes actifS (avec deux sites en cours de fermeture)

    ARG U M E N TS & MOUVE M E N TS 2 1

  • SAN O F I : B I G P HARMA

    22

    et autant dans la VISite mdicale. Durant cette mme priode, plusieurs sites de R&D ont t ferms : Bagneux, Rueil, vry, Labge, ou cds (Porcheville) . Fin 2011, les sites de recherche et dveloppement de Milan, Budapest, Bridgewater ont t galement sacrifis. Plus de 2000 emplois directs sont nouveau menacs, en recherche et dans les vaccins, dans les activits d'appui et production. Aprs la fermeture programme en dcembre 2013 des centres de productions chimiques de Romainville (Seine-Saint-Denis) et l'arrt de la production pharmaceutique de Neuville-sur-Sane (Rhne) , le centre de recherche de Toulouse (Haute-Garonne) - dans les laboratoires duquel travaillent plis de 600 techniciens et cadres sur des molcules qui pourront devenir des mdicaments -, est menac, ainsi que l'ensemble des activits de recherche de Montpellier (Hrault) . Par ailleurs, la direction de Sanofi a dcid l'arrt de la production de plusieurs vaccins indispensables, tel celui de la rougeole, avec des consquences majeures pour la sant publique, et plusieurs centaines de postes supprims. C'est incontestable, Sanofi est responsable de la destruc

    tion d'un patrimoine scientifique, industriel et social important. Les actionnaires et les dirigeants n'ont pas la volont de rpondre aux besoins actuels et futurs des peuples en matire de mdicament, lment constitutif de la chane de sant.

  • Le dialogue social chez Sanofi, Chilly-Mazarin, 9 juillet 2013.

  • 1. LE MONDE DU MDICAMENT

    En 2010, le rapport sur la sant dans le monde prcisait : Une bonne sant est essentielle au bien-tre humain et au dveloppement conomique et social durable. )) Mais le droit la sant suppose de pouvoir accder en temps opportun des soins acceptables, abordables et de qualit approprie. Pourtant, chaque anne dans le monde, les dpenses de sant placent 150 millions de personnes environ dans une situation financire catastrophique, et en font passer 100 millions au-dessous du seuil de pauvret (voir OMS,

  • SAN O F I : B I G PHARMA

    26

    ngligeable, il est un lment de la chane. Le mdecin, en tant que professionnel prescripteur, en est un maillon essentiel, de mme que celle des personnels soignants de l'hpital.

    Depuis la nuit des temps, se soigner a t une procupation pour l'humanit. Au cours des sicles, les moyens utiliss pour maintenir et amliorer sa sant ont volu. En tout premier lieu, l 'homme a utilis ce dont il disposait, ce que lui offrait la nature. L'utilisation des vertus mdicinales des plantes s'est dveloppe. Ces techniques sont encore d'actualit dans le monde. Chaque continent, chaque rgion les utilise en fonction de ses connaissances, de son mode de vie, de sa culture. Les progrs scientifiques et techniques ont permis de passer de l'utilisation brute du produit naturel la dcoction ou l'empltre, puis l'extraction du principe actif, sa synthse pour arriver au mdicament tel que nous le connaissons aujourd'hui.

    CENT ANS D'VOLUTION DES CONNAISSANCES, DES GRANDS DFIS, DES RESPONSABILITS ...

    En passant de la simple utilisation naturelle)) du principe actif son extraction, sa purification, le mdicament a volu et son efficacit s 'est amliore. Entre 1950 et 1990, il est certain que l'industrie pharmaceutique a mis sur le march des mdicaments qui ont chang nos vies : les antibiotiques, les anti-inflammatoires, les vaccins, les traitements contre le cancer, les maladies cardiaques ou le diabte. Les volutions des connaissances et des technologies permettent d' envisager trs srieusement la possibilit de disposer demain de mdicaments qui agissent de faon plus cible. Mais l'humanit est aussi confronte de nouveaux dfis. Les conditions de vie se dgradent et la pauvret grandit. La majorit de la population mondiale n'a pas un accs suffisant la sant, des maladies disparues rapparaissent. Le vieillissement et la pauprisation de la population posent de nouveaux problmes.

    Ces nouveaux dfis face la maladie ne peuvent bien videmment pas tre relevs par la seule dcouverte et

  • consommation de mdicaments, mme si ces derniers taient accessibles l'ensemble des populations. Chmage, prcarit, vie chre, bas salaires, conditions de vie et de travail dgrades, endettement des mnages, ducation insuffisante, pessimisme dans les possibilits d'amliorations, sont le lot quotidien de millions de personnes et ont un impact sur la sant. Que dire alors des populations qui souffrent de famine, meurent de malnutrition ou de manque de soins, en particulier dans les pays du Sud ! Dans le mme temps, il faut ajouter les maladies lies la dgradation de l'environnement et de l 'alimentation, aux conditions de l'levage industriel.

    Le principal responsable de ces dsastres est le systme conomique dont la finalit est d'accaparer des fins mercantiles, pour le profit d'une minorit d'individus, aussi bien les richesses naturelles que les richesses produites par l 'homme. Ce systme capitaliste fonctionne pour l'accumulation de l'argent, sans scrupule, en crant dtresse, misre ou mort. Ce systme considre le mdicament comme une marchandise, dont la production et la distribution doivent rpondre la logique du profit, et non celle d'un bien essentiel la vie.

    LE MDICAMENT N'EST PAS UNE MARCHANDISE

    Le mdicament n'est pas un simple produit . Il concerne la sant et, en France, la dcision d'utilisation et de consommation, contrairement tout autre produit, n'appartient pas au malade, mais est prise par un tiers, le mdecin qui est (ou tait jusqu' aujourd'hui) seul dcideur de son mode d'utilisation.

    En France, ds le dbut du 19e sicle, on vit apparatre dans les pharmacies des ateliers de fabrication de mdicaments, annonant dj la production en srie. Dans l'entredeux-guerres, les grands groupes pharmaceutiques se sont crs, dveloppant l'ide d'un travail utile de chacun, quelle que soit sa place dans la chane du mdicament. La noblesse

    A RG U M E N TS & MOUVEM E N TS 2 7

  • SAN O F I : B I G P H A RMA

    28

    de la tche o les efforts de chacun aboutissent la fabrication de mdicament, o le travail de chacun sert une grande cause, celle de la Sant publique et aide au prestige de la France, la fois sur le plan conomique et moral)), peut-on lire le 1er mai 1946 dans le journal d'entreprise Uclafilm des Usines chimiques des laboratoires franais (UCLAF) .

    Au sein de la Rsistance, des ides sociales ont lentement mri pour se retrouver dans le programme du Conseil national de la rsistance (CNR) qui se prononce pour un plan complet de Scurit sociale)). En 1945, la Scurit sociale s'impose comme une pice essentielle des rformes voulues par la nation. Le modle franais est une synthse originale et constitue une des ralisations les plus durables issues de la Libration. Assurant le principe du droit la sant pour chacun, lequel contribue selon ses moyens, elle pose en principe que personne ne peut en tre exclu, dans la mesure o le financement de la protection sociale est assur par la mutualisation d'une partie des richesses produites par le travail. La vise tait la prise en charge 100% des dpenses de sant.

    La cration de la Scurit sociale a jou un rle positif sur la conjoncture conomique et le niveau de vie. Rgulatet)r des ingalits devant l'accs aux soins, elle contribue au progrs de la sant de la population, ce qui produit des effets positifS sur la productivit du travail. Ds la cration de la Scurit sociale, le prix du mdicament et le montant de son remboursement ont reprsent un enjeu de socit. Au cours des dcennies suivantes, l 'industrie pharmaceutique a modifi ses orientations. Elle s 'est tourne vers la finance et l'lvation de la rentabilit, dont le taux est pass de 8% 9% dans les annes 1970 un objectif visant aujourd'hui les 30%. On s'est bien loign de la sant publique. Pour augmenter les profits et les dividendes des actionnaires, l'industrie pharmaceutique fait pression sur les pouvoirs publics, afin d'imposer ses prix de vente de mdicaments, dont l' efficacit ( service mdical rendu)), SMR) est parfois discutable,

  • voire inexistante, et qui de ce fait mme reprsentent un vritable pillage de la Scurit sociale.

    LES BESOINS SONT IMMENSES

    En matire de sant, les besoins crient, s'poumonent, en France et dans le monde. Mais le ralisme conomique)) les renvoie leur insolvabilit. Et la sant est livre aux trafics, la spculation, aux copies frelates. Pour la premire fois depuis 1975, on note en 2010 un recul des dpenses de sant. Elles ont diminu de 0,6% dans la plupart des pays de l'Union europenne. L'Organisme de coopration et de dveloppement conomiques (OCDE) , qui comprend trente-quatre pays, observe que chaque pays tudi a rduit ses dpenses de sant.

    Le Fonds des Nations unies pour l 'enfance (Unicefj a not dans son rapport sur la situation des enfants dans le monde en 2012 :

    Prs de huit millions d'enfants sont dcds en 2010 avant leur cinquime anniversaire, en grande partie des suites d'une pneumonie, de la diarrhe ou de complications lors de J'accouchement. Des tudes montrent que les enfants des implantations urbaines sauvages sont particulirement exposs ces dangers.>>

    La vaccination a eu des effets importants pour l' amlioration de la sant dans le monde durant les vingt dernires annes. Cependant, chaque anne, deux millions d'enfants dcdent de maladies qui auraient pu tre prvenues par des vaccins peu onreux. Les programmes de vaccination permettent, en outre, d'autres interventions tels que la distribution de complments nutritifS et les traitements contre les maladies vhicules par les moustiques. C'est l'addition de ces interventions qui est particulirement efficace. Les dcisions imposes par la Troka la Grce auraient eu pour consquence d'augmenter le taux de mortalit infantile de 40% (voir Fydanidou Elena, Les enfants, les premires victimes de la crise)), To Vima, 18 novembre 2011) .

    ARG U M E NTS & MOUVE M E N TS 29

  • SAN O F I : B I G P HARMA

    30

    En 2004, l'Organisation mondiale de la sant (OMS) publiait un rapport qui indique comment la recherche et l'innovation pharmaceutiques pourraient permettre de mieux rpondre aux besoins sanitaires, et ainsi mieux faire face aux maladies mergentes en Europe et dans le monde. Le constat est accablant. C'est actuellement la loi du march qui sert de moteur la recherche-dveloppement de l'industrie pharmaceutique, le principal mcanisme de fmancement tant le brevetage et la protection des prix. Ce rapport dresse une liste de mdicaments prioritaires en Europe en tenant compte du vieillissement de la population europenne, de la progression des maladies non transmissibles dans les pays en dveloppement, des maladies qui persistent malgr l'existence de traitements efficaces. Il cerne les insuffisances de la recherche et de l'innovation concernant ces mdicaments, recommande des mesures d'incitation et propose des solutions pour combler les lacunes.

    Sont recenses les maladies pour lesquelles il n'existe aucun traitement ou des traitements inadapts. Les menaces pour la sant publique, comme la rsistance aux antibactriens ou les pandmies de grippe, contre lesquelles les traitements et les moyens de prvention actuels seront vraisemblablement rapidement sans effet, rclament elles aussi des mesures immdiates. Il met en vidence les lacunes et les solutions possibles et rpertorie des maladies prioritaires.

  • Reste qu'on voit apparatre des besoins nouveaux. Comme par exemple :

    ceux lis la ncessit de nouveaux mdicaments face l 'mergence de souches pathognes rsistantes tous les anti-infectieux connus ; ceux lis au manque d 'alternative pour les patients allergiques telle ou telle famille d'antibiotiques. Ces besoins ne concernant qu'une minorit de la

    population solvable, les Big Pharma les ngligent. Faute de march suffisant, des besoins restent donc non satisfaits. C ' est en particulier le cas du vaste domaine dcisif des vaccins, insuffisamment pris en compte dans sa double dimension prventive et thrapeutique (entre autres le VIH-Sida et le VIH-Enfant) . Ainsi, il y a des pistes de travail explorer pour qui veut faire de la recherche, explique ric Solal (Cidecos) , lors de la confrence nationale du mdicament (Montreuil, novembre 2012) :

    Les maladies ncessitant de meilleures formes galniques : maladies cardiovasculaires (prvention secondaire) , diabte, hmorragie du post-partum, infection VIH/Sida chez l 'enfant, dpression chez les personnes ges et les adolescents. Les maladies ncessitant des travaux de recherche fondamentale et applique : Alzheimer, arthrose, cancer, accident vasculaire crbral. Les maladies ou domaines ngligs : tuberculose, paludisme et autres maladies infectieuses tropicales telles que la trypanosomiase, la leishmaniose et l'ulcre de Buruli (maladie chronique dbilitante de la peau et des tissus mous pouvant entraner des dformations et des incapacits permanentes) . Les maladies pour lesquelles une prvention efficace serait possible : bronchopneumopathies chroniques obstructives, y compris le sevrage tabagique, troubles lis la consommation d'alcool.

    ARG U M E N TS & MOUVE M E N TS 3 1

  • SAN O F I : B I G PHARMA

    32

    On peut ajouter : Les maladies pour lesquelles il existe dj des mdicaments, mais dont la mise disposition reste absolument ncessaire dans les pays pauvres et mergents. Les maladies nosocomiales, les maladies orphelines, les pandmies, pour lesquelles les recherches font dfaut. Les maladies rares ou population rduite, et plus gnralement celles touchant les populations insolvables . D 'un ct, la face cache des immenses besoins non

    satisfaits, de l'autre, l'clat sombre des scandales sanitaires rptition.

    SCANDALES SAN ITAIRES, AFFAIRES RPTLTLON ...

    L'anne 2011 a t marque par ce que l'on a appel le scandale du Mdiator. Comment en est-on arriv l ? Pourquoi ? Les mesures prises la hte par le gouvernement sont-elles en mesure d'empcher la reproduction d'une telle catastrophe ? Pour essayer de rpondre partiellement ces questions, il est ncessaire d'tudier le mode de fonctionnement de l'industrie pharmaceutique. Les mdicaments ne sont pas des produits de consommation comme les autres. lis produisent tous des effets secondaires, prsentent des incompatibilits entre eux, sont dconseills voire interdits dans certains cas (contre-indications) . Et le Mdiator n'est pas le seul scandale que connat l'industrie pharmaceutique.

    Cette affaire a contraint le gouvernement prendre dans l'urgence quelques mesures pour rpondre la pression de l'opinion. Ces dcisions sont-elles mme de changer le systme, ou encore une fois le lobby pharmaceutique a-til gagn la partie ? Comment peut-on croire que la simple rorganisation de l'Agence franaise de scurit sanitaire des produits de sant (AFSSAPS) et son changement de nom, la faisant devenir Agence nationale de scurit du mdicament (ANSM) , sans que son mode de fonctionnement ne change fondamentalement, soient suffisants ?

  • Les rflexions sur la nouvelle organisation se sont appuyes sur les rapports de l'Inspection gnrale des affaires sociales (IGFAS) , les travaux de parlementaires, les dbats des Assises du mdicament, ainsi que sur la consultation des personnels de l'organisme. Depuis la loi vote au Parlement fin 2011, la nouvelle agence a obligation de s'appuyer sur une organisation que l'on peut esprer plus adapte ses nouvelles missions et, plus largement, aux nouveaux enjeux de sant publique. Ainsi l'Agence devrait renforcer l 'indpendance de ses travaux et partager ses dcisions plus rapidement dans l'intrt des professionnels de sant et des patients. En particulier : amliorer la surveillance des produits de sant aprs leur arrive sur le march, partager l'information avec les professionnels et le public en ce qui concerne l 'ensemble des dcisions prises. Dans le mme temps, l'Agence amliorerait son expertise interne, en recrutant de nouveaux collaborateurs qui renforceraient les comptences scientifiques ncessaires la vocation de l'Agence.

    Peut-on considrer cette rorganisation du principal organisme de contrle comme garantissant son indpendance vis--vis des industriels ? D'autant que la plupart des parlementaires impliqus dans les missions post-Mdiator et travaillant notamment sur les problmatiques de conflits d'intrts appartiennent ou ont appartenu des clubs financs en partie par les laboratoires pharmaceutiques ? Suite ce scandale, trois missions parlementaires ou d'enqute ont t constitues avec pour objectif de formuler des propositions d'amlioration du systme d'valuation des mdicaments. Parmi les chantiers : s 'attaquer aux conflits d'intrts. Le prsident de la mission d'information sur le Mdiator l'Assemble nationale est galement prsident fondateur du club Hippocrate (financ par GSK). Des parlementaires y dbattent sur des problmatiques de sant publique. Parmi les sujets traits rcemment figurent l'inluctable augmentation des dpenses de sant , le positionnement des complmentaires sant dans l'assurance sant ,

    ARG U M E N TS & MOUVEM E N TS 33

  • SAN O F I : B I G P HARMA

    34

    ou encore les modles de rformes hospitalires. Comment peut-on croire que la simple dclaration d'intrts soit suffisante pour supprimer tout lien entre le cercle trs ferm d'experts-consultants et les grands groupes de l'industrie pharmaceutique ?

    Les experts >> de l'industrie pharmaceutique se trouvent lis peu ou prou aux industriels. Tous ou presque ont particip des tudes internes pour tous les grands laboratoires. Selon quels critres, ces experts peuvent-ils juger qu'un mdicament est la cause d' effet(s) indsirable(s) ? Cette question est au cur du scandale Mdiator, dont la mise sur le march avait t maintenue malgr de nombreux signaux d'alerte.

    L'industrie pharmaceutique fait pour une part raliser et financer ses tudes de pharmacovigilance par ArmePharmacovigilance (Association pour la recherche MEyhpdologique en pharmacovigilance) , base Bordeaux. Cre en 1989, elle a pour but de rechercher des mthodes plus efficaces en pharmacovigilance . Cette association serait finance pour moiti par l'universit et pour moiti par une douzaine de laboratoires pharmaceutiques, parmi lesquels Servi er. Aujourd'hui, l ' ANSM demande parfois des tudes de pharmacovigilance aux laboratoires. Mais qui est garant de l'indpendance de ces tudes ? Qui les finance ? Qui a accs aux donnes individuelles des malades et qui les analyse ?

    Il est impossible d'avoir une expertise indpendante de la part de chercheurs lis des intrts conomiques (laboratoires pharmaceutiques, entreprises agroalimentaires, industriels du tabac) . Seule une recherche publique largement finance par les pouvoirs publics peut garantir l'indpendance de l'expertise sur des questions vitales. Les pouvoirs publics, en rduisant de plus en plus leur soutien la recherche poussent les chercheurs dans les bras de l'industrie et mettent en danger la possibilit d'expertises rellement indpendantes.

  • Des moyens spcifiques sont indispensables si l'on veut respecter l'indpendance des experts , le suivi de la pharmacovigilance et l'accs aux donnes des patients.

    Comptitivit, fmanciarisation pousse au paroxysme, les affaires continuent . . . En dcembre 2002, le Conseil d'tat avait reconnu un lien entre l'aluminium utilis comme adjuvant dans un vaccin contre l'hpatite B et la survenue d'une myofascite macrophages chez un agent de la Ville de Paris . Mais, dans un rapport demand par la Direction gnrale de la sant (aot 2013) le Haut conseil de la sant publique (HCSP) juge que la toxicit de l'aluminium prsent dans la plupart des vaccins comme adjuvant n'est pas dmontre.

    Le Plavix, autre exemple d'une guerre engendre par la comptitivit : l'autorit de la concurrence, qui a sanctionn le groupe pharmaceutique Sanofi hauteur de 40,6 millions d'euros pour avoir dnigr les gnriques de Plavix, le quatrime mdican1ent le plus vendu au monde, indique dans un communiqu :

    Le groupe pharmaceutique a mis en place auprs des professionnels de la sant (mdecins et pharmaciens d'officine) une stratgie de dnigrement l'encontre des gnriques de Plavix aftn de limiter leur entre sur le march et de favoriser ses propres produits, le princeps Plavix (antithrombotique) , ainsi que son propre gnrique Clopidogrel-Winthrop.>>

    UNE RECHERCHE EN PANNE

    Des moyens en rduction : le budget de recherche et dveloppement (R&D) en 2013 est infrieur au montant global de 5 milliards d'euros consacr aux dividendes et au rachat d'actions suivi de leur destruction pour augmenter le bnfice net par action (BNPA) .

    Le besoin mdical, la haute valeur mdicale, sont le point de dpart de la recherche : belle dclaration de la direction de Sanofi au comit de groupe en juin 2013 ! Alors que dans le mme temps, on sait qu'on va limiter le nombre de progrmes de recherche pour prioriser les projets haute valeur ajoute. Trente-deux progrmes ont ainsi t

    A RG U M E N TS & M O UVE M E N TS 35

  • SAN O F ! : B I G P HA RMA

    36

    Vers une externalisation de sa recherche Le mode de fonctionnement de base doit tre de laisser travailler nos partenaires, plutt que d'effectuer par principe les recherches en interne, dclare Cris Viehbacher aux chos . Un scnario qui permettrait de confier des centres de recherche extrieurs ou des socits de biotechnologie le soin de dcouvrir de nouveaux traitements et Sanofi celui de les slectionner, de les dvelopper et enfin de les commercialiser >> , Les chos, 2 fvrier 2009.

    slectionns, contre cent quinze un an plus tt, pour constituer le portefeuille de recherche 2013.

    Dans leur livre, les professeurs Philippe Event et Bernard Debr affirment que 50% des mdicaments sont inutiles, 20% mal tolrs, et 5% dangereux. Regardons d'un peu plus prs ce qu'il en est des diffrents maillons de la chane. Sanofi, comme toutes les autres firmes pharmaceutiques, dlaisse les recherches dans de nombreux domaines considrs trop coteux et/ ou incertains par rapport l'exigence de rentabilit pour les actionnaires.

    Pourtant les besoins sont l. Les maladies infectieuses sont la deuxime cause de mor

    talit dans le monde. Il ne peut y avoir de mdecine moderne sans antibiotiques. Pas de chirurgie, pas de chimiothrapie, ou un quelconque traitement affaiblissant le systme immunitaire, sans antibiotiques. En Europe, on estime 25 000 par an le nombre de dcs rsultant d'infections rsistantes aux antibiotiques contractes l'hpital. En termes de cots, les enjeux sont importants : 2,5 millions journes d'hospitalisation supplmentaires, et 900 millions d'euros de surcots hospitaliers rsultent des infections rsistantes aux antibiotiques . Pour les Big Pharma, les antibiotiques cumulent les handicaps. Ils ne sont pas assez rmunrateurs. Les nouvelles molcules sont difficiles dcouvrir et les exigences rglementaires conues pour les autres mdicaments ne sont pas adaptes aux particularits des antibiotiques. Selon des travaux de la socit de conseil britannique Offi of Health

  • Economies (OHE) , la valeur nette conomique des antibiotiques est, par exemple, trois fois moins leve que celle des anticancreux, et plus de sept fois infrieure celle des mdicaments pour le systme nerveux central. De plus, les traitements antibiotiques sont donns pour une courte dure, et la plupart des produits aujourd'hui commercialiss sont des gnriques. En outre, quand un nouvel antibiotique arrive sur le march, on en restreint l'emploi pour retarder le plus possible l'apparition de rsistances (qui se dveloppent avec l'usage du produit) .

    Cyniquement les dirigeants de Sanofi dclarent mener une politique discipline d'acquisitions et de partenariats qui constituent et/ ou renforcent des plateformes de croissance long terme, cratrices de valeur pour les actionnaires . Et intgrer davantage les nouvelles perspectives commerciales et la cration de valeur (Document de rifrence Sano.fi 201 1 , p. 56 : Accrotre l'innovation en R&D ) .

    Dans le mme temps l'industrie pharmaceutique met en place certains traitements dits prventifS qui n'ont pas lieu d'tre. Dans le cas de traitement du cholestrol par les statines (utilises en cardiovasculaire avec effets sur le cholestrol) , on peut par exemple traiter de faon prventive beaucoup de gens bien portants pr-hypercholestrolmiques . Par ailleurs, l 'industrie pharmaceutique utilise les nouvelles technologies pour rendre des malades captifs : Sanofi utilise l'application dveloppe sur Iphone pour le suivi de la glycmie des diabtiques. Cette application calcule la dose d'insuline ncessaire. Ainsi Sanofi verrouille son march en mettant la disposition du patient un quipement spcifique.

    On est trs loin du possible l'heure o le champ des connaissances grandit, de nouveaux domaines de recherches se font jour. Les technologies ont volu, de nouvelles apparaissent. ct et en complment de la chimie, se dveloppe une biotechnologie innovante. Les nanosciences et les nanotechnologies sont galement l'ordre du jour. Elles

    A RG U M E N TS & MOUVE M E N TS 37

  • SAN O F I : B I G P HARMA

    38

    utilisent des disciplines telles que l'optique, la biologie, la mcanique, la chimie, ou encore la microtechnologie, tout en ouvrant de nouvelles possibilits pour ces disciplines . Les moyens mis en uvre pour aboutir ont volu. A l'inverse de la logique fmancire, ils appellent un dveloppement consquent de la recherche et des cooprations nationales, europennes et internationales .

  • Sanofric. La folie des grandeurs, Chilly-Mazarin, 9 juillet 2013.

  • 2. LE MD I CAMENT MALADE DU P ROFIT

    La recherche et le dveloppement (R&D) sont l'lment premier de la rponse apporter aux besoins des malades. Aujourd'hui, de nombreuses maladies n'ont pas de traitement appropri. Depuis les annes 2000, la R&D peine trouver de nouveaux mdicaments et il y a plusieurs raisons cela. La grande majorit des nouveaux mdicaments mis sur le march sont soit des amliorations mineures de produits existants, soit des oprations de marketing sans intrt pour le patient, soit des me too, c'est--dire des molcules trs voisines de celles qui existent dj et avec les mmes indications, n'apportant aucw1 bnfice supplmentaire pour le patient mais permettant au laboratoire de prendre lui aussi sa place sur un march contrl par d'autres >>, ric Sola!, confrence nationale du mdicament, novembre 2012 .

    LA RECHERCHE, UNE PRIORIT NON ASSUME

    En France, en 2010, sur trois cent quinze nouveaux mdicaments mis sur le march, trois cent un ont t jugs mineurs ou n'apportant aucune amlioration (I.: Humanit, novembre 2011) . Les grandes ftrmes, bien qu'elles bnficient de crdits impts recherches et des atouts de la recherche publique, dlaissent les recherches dans de nombreux domaines qu'elles considrent trop coteux et incertains. Elles cherchent ailleurs des relais de croissance pour alimenter leurs actionnaires, gnrant ainsi la baisse d' efficacit en R&D du fait de ses propres choix.

    Le choix des axes de R&D est essentiel pour rpondre aux besoins des patients, et pas seulement dans les pays riches. Pour le mdicament, la recherche se fait en plusieurs tapes. Recherche d'un principe actif, puis lorsque ce dernier est valid recherche galnique afm de dterminer la forme et le dosage sous lesquels il sera la disposition des

    ARG U M E N TS & M O UVE M E N T S 4 1

  • SAN O F I : B I G P H A RMA

    42

    patients (pour plus de prcision, voir Les diffrentes phases de la recherche dans le mdicament ) . Les actionnaires, dans leur immense majorit, n'ont pas investi d'argent dans les entreprises depuis des dcennies . Au contraire, ils ont largement pill celles-ci en prlevant des sommes considrables au dtriment de l'investissement, de l'emploi et des rsultats, le tout sur le dos de la Scurit sociale.

    Les diffrentes phases de la recherche dans le mdicament

    La R&D se dcompose en trois grandes priodes qui se recouvrent plus ou moins . La recherche exploratoire vise l'identification des cibles biologiques suivie d'une recherche des produits (molcules chimiques, anticorps . . . ) actifs sur ces cibles. Ces recherches font appel diffrentes technologies : chimie, biochimie, biotechnologie, informatique . . . La recherche prclinique : les essais en sont le passage oblig avant toute tape de test sur l'homme. Ce sont :

    La pharmacologie exprimentale : c 'est la premire preuve du concept . Des essais d'efficacit sont raliss sur des systmes molculaires inertes, sur des cellules et cultures, et enfin sur des modles animaux. La toxicologie : ces tudes valuent les risques d'effets secondaires des futurs mdicaments . La pharmacocintique et le mtabolisme du mdicament : ces tudes portent sur des proprits pharmaceutiques des molcules telles que l'absorption, le mtabolisme, la distribution, l'limination. Mais elles ont aussi pour but de prouver les proprits pharmacologiques .

    La recherche clinique puis la pharmacovigilance

    Au dbut des annes 1 990, une exigence est impose par les actionnaires . Passer rapidement l'exprimentation chez l'homme, afin de mettre sur le march la molcule le plus vite possible pour disposer de la dure la plus longue d'exclusivit de vente du principe actif. Si !es rsultats des tudes lors des premires phases sont positifs , le

  • mdicament entre en phase d'essais cliniques sur l 'homme.

    La recherche clinique : elle se dcompose en trois phases, en mme temps que se met en place la recherche galnique qui permettra de dterminer la forme d'administration.

    Phase 1 : tude de la tolrance et de l ' innocuit. Des quantits croissantes de la molcule sont administres des volontaires sains, ce qui permet d'valuer le profil de tolrance du produit et de son efficacit pharmacologique. Phase 2 : efficacit du produit sur de petites populations et recherche de la dose optimale. Ralise sur un petit nombre de patients hospitaliss, elle permet de dfinir une dose optimale, celle pour laquelle l 'effet thrapeutique est le meilleur pour le moins d'effets secondaires . Phase 3 : tudes pivots. Dans les conditions aussi proches que possible des conditions habituelles d'utilisation des traitements, l 'efficacit et la scurit sont tudies de faon comparative au traitement de rfrence ou un placbo. Cela est vrifi sur un grand nombre de malades .

    Prcautions d'emploi et risques d'interaction avec d'autres produits sont identifis. Les essais peuvent couvrir de plusieurs centaines plusieurs milliers de patients.

    Aujourd'hui, l'industrie pharmaceutique entend soustraiter de plus en plus ses recherches, externalisant ainsi les risques. Elle fait ainsi raliser les recherches :

    Par de petites structures comme les start-up et les biotechs. Les Big Pharma ne s'engagent que dans le dveloppement de molcules prometteuses et ne financent ces petits laboratoires qu'en fonction de retours juteux esprs court terme. Les start-up et les biotechs cherchent sduire les pouvoirs publics et les actionnaires. Dans le mme temps, les collectivits territoriales, sous couvert de crations d'emplois, alors que ces derniers ont t supprims dans les grandes entreprises, subventionnent gnreusement. Dans ce type d'entreprise, les salaris sans

    ARG U M E N TS & MOUVE M E N T S 4 3

  • SAN O F ! : B I G P HARMA

    44

    droits (car en petit nombre) sont trs souvent peu considrs, isols, la merci d'un patronat, parfois agressif et peu scrupuleux . Par la mainmise sur la recherche publique qu'elle entend piloter et orienter selon ses objectifS sous couvert de pseudo-coopration. Chacun sa place, chacun son rle. La recherche publique

    ne peut, ne doit pas tre mise de prs ou de loin sous la coupe des industriels, contrairement ce qui est fait par le biais de l'autonomie des universits. Le rle de la recherche universitaire, de la recherche publique est de produire et diffuser des connaissances :

    .

    Privatiser les connaissances, et notamment les connaissances thrapeutiques, par le brevetage soulve depuis quelques annes de virulents dbats. Les actionnaires et les dirigeants de l'industrie pharmaceutique dfendent le brevet qui leur garantit profits et pouvoirs . Le brevet est un moyen de guerre conomique, alors que la fmalit sanitaire devrait conduire dvelopper les cooprations entre chercheurs . Et

  • il est aussi un frein l'accs des pays pauvres aux soins . Pour rappel : trente-six industriels se sont unis pour empcher l'accs libre des populations pauvres aux antiviraux.

    Si autrefois l'industrie pharmaceutique obtenait des brevets pour de vritables inventions, Big Pharma, sous la pression de ses actionnaires, a depuis consacr son nergie crer de nouvelles pathologies et inventer des brevets. Au prix parfois de la sant des patients qu'elle est cense protger.

    La logique du march conduit l'industrie pharmaceutique dvelopper des mdicaments qui traitent plus qu'ils ne gurissent, tels ceux destins combattre l'hypertension, le cholestrol, et la majorit des maladies chroniques, dont les traitements doivent tre pris vie. De fait, un patient non guri reste un consommateur permanent, assurant des bnftces l'industrie, tandis que les produits qui gurissent le patient, tuent le march , German Velasquez (conseiller principal pour la sant et le dveloppement centre et sud Genve, Le Monde diplomatique, avril 2013) .

    Les brevets, d'une dure de vie minimum de vingt ans, assurent aux firmes des monopoles de production en leur garantissant des prix intressants, et ils interdisent aux populations pauvres ou dpourvues de systme de sant l'accs aux soins. Ce problme est pos mondialement. Au procs de Pretoria, le 19 avril 2001, les plus grands laboratoires ont d renoncer aux poursuites qu'ils avaient engages contre l'Afrique du Sud qui voulait appliquer les licences obligatoires [ ... p. 47] . Depuis, les grands groupes pharmaceutiques occidentaux se trouvent de plus en plus sous la pression des pays mergents.

    La production et la diffusion mondiales des connaissances sont entraves, l 'accs aux mdicaments interdit des millions d'hommes de la plante. La mondialisation du mdicament, au sens le plus restrictif du terme, simplement limit aux produits ayant plus ou moins d'intrt thrapeutique, ne signifie que parts de march et course au profit. Elle laisse loin derrire elle des populations entires, mme si les moyens existent. Pas de petit pays, pas de petits produits ,

    ARG U M E N T S & MOUV E M E N TS 45

  • SAN O F I : B I G PHARMA

    46

    clamait pourtant haut et fort Jean-Franois Dehecq, ex-prsident de Sanofi. On est loin du compte !

    Un accord sur les droits de proprit intellectuelle touchant au commerce (ADPIC) demande tous les tats membres de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) d'accorder des brevets aux inventions de produits ou procds pharmaceutiques. Les impratifS de sant publique devraient tre pris en considration lors de la mise en uvre de l'accord, ce qui n'est pas le cas . Pourtant l'accord sur les ADPIC laisse aux tats membres une certaine marge de libert pour modifier la rglementation. Les autorits publiques nationales peuvent tre autorises accorder des licences obligatoires lorsque des raisons d'intrt public le justifient. On parle de licence obligatoire lorsque les pouvoirs publics autorisent un tiers fabriquer le produit brevet ou utiliser le procd brevet sans le consentement du titulaire du brevet. C'est l'une des flexibilits que prvoit l'accord de l'OMC sur les ADPIC en matire de protection par brevet.

    En fait la ralit est autre. Il est gnralement admis que les produits pharmaceutiques ne peuvent pas tre considrs comme des biens et des produits ordinaires. D'abord parce que les consommateurs ne sont pas en mesure de juger par exemple de la qualit des mdicaments ; d'o la ncessit d'avoir un systme de contrle et de surveillance garanti par l'tat. Ensuite parce que les mdicaments jouent un rle social significatif du fait de leur relation troite avec un droit de l'homme fondamental : le droit la sant. C'est la raison pour laquelle ils ont t classs dans la catgorie de biens essentiels , afin d'insister sur le fait qu'ils doivent tre accessibles la majorit des gens.

    UNE PRODUCTION SOUS PRESSION

    Avant que le mdicament n'arrive en officine, son industrialisation demande deux modes de production distincts.

  • Ces deux types de production ncessitent de hautes technologies et un personnel hautement qualifi :

    La production primaire consiste produire le principe actif du mdicament. Elle est ralise par voie chimique, biochimique, ou biotechnologique. La

  • SAN O F I : B I G P HARMA

    48

    nombre. Il veut commercialiser en Inde un prix moins lev des mdicaments anticancreux mais sous un autre nom et dans un emballage diffrent. L'exemple de la Thalande, second pays demander une licence obligatoire en 2006, aprs le Brsil en 1 996, donne une ide des rsistances que l ' Inde va devoir affronter de la part des groupes de pression, gouvernementaux ou commerciaux, qui dfendent les droits la proprit intellectuelle en Europe et aux tats-Unis . Selon le rglement des autorits thai1andaises, le groupe pharmaceutique amricain Merck devait toucher des royalties hauteur de 0 ,5 % du prix originel de son mdicament prescrit dans le traitement du sida. Merck a immdiatement propos de rduire son prix de vente de moiti. > , explique l e directeur d e Novartis. Si l ' o n abuse d e c e dispositif, c 'est toute l 'industrie pharmaceutique qui en souffrira et, terme, les patients . Cela risque de dcourager l ' investissement dans la recherche pour de nouveaux traitements . >>

    renvoie aux conditions dans lesquelles les mdicaments sont fabriqus, le respect des bonnes pratiques de fabrication, la qualit des matires premires utilises, des principes actifS et des excipients, ainsi que l'organisation de la production pour viter la rupture de stock pour le patient.

    La drive financire des industries du mdicament conduit en effet de plus en plus souvent de telles ruptures de stock. Anticancreux, anticoagulants, vaccins . . . Un nombre croissant de mdicaments subissent aujourd'hui des ruptures d'approvisionnement (plus d'une centaine en 20 1 3) . Ces ruptures sont dues principalement la gestion de la production, l'approvisionnement en matires premires. Pour la finance, les stocks sont un cot, et le rapport cot/ risque pour le patient tend de plus en plus se dvelopper au dtriment du patient. Pour accrotre sa rentabilit,

  • l'industrie pharmaceutique procde de plus en plus la mise en sous-traitance de ses productions primaires (production du principe actif) et secondaires : production du produit commercialis. Elle procde galement la cration d'units de production dans les pays bas cot de main-d' uvre.

    Les faits sont l. Les ruptures de stock conduisent souvent une absence d'accs au mdicament pour les populations au Nord et au Sud. Et pour nombre de pays du Sud, cette situation est aggrave par le fait qu'ils se voient privs de mdicaments considrs comme vieux produits)) dans les pays riches, sans intrt conomique pour les industriels car de trop faible valeur ajoute. Se pose alors la possibilit pour ces pays de disposer de leurs propres moyens de production. l 'origine, les licences obligatoires doivent tre autorises principalement pour l'approvisionnement du march intrieur (alina f de l'article 31, Doha, novembre 2001) . La confrence ministrielle de Doha a dcid en 2001 que cela devait changer, pour que les pays qui ne sont pas en mesure de fabriquer les produits pharmaceutiques puissent se procurer ailleurs des copies moins chres en cas de besoin. Le moyen juridique d'oprer ce changement a t adopt le 30 aot 2003, le conseil gnral de l'ADPIC ayant dcid d'autoriser une drogation cette disposition. Cela afin de permettre l'exportation de copies gnriques fabriques sous licence obligatoire vers des pays o la capacit de fabrication est inexistante ou insuffisante. Tous les pays membres de l'OMC sont admis effectuer des importations en vertu de cette dcision.

    INFORMATIONS MDI CALES ET PUBLICIT NE VONT PAS DE PAIR

    Les publicits pharmaceutiques sont-elles contrles ? L'actualit nous montre le contraire. L'Agence du mdicament (ANSM) a t mise en examen le 10 avril 2013 pour homicides et blessures involontaires)) par les juges enqutant sur l'affaire du Mdiator a-t-on appris de source judiciaire

    A RG U M E NTS & MOUVE M E N T S 49

  • SAN O F I : B I G P HARMA

    50

    (voir Libration, 12 avril 2013) . Souponne de ngligence, entre 1995 et 2009, dans la surveillance de la dangerosit potentielle du Mdiator, selon cette source l' ANSM a t place sous contrle judiciaire.

    Entre information mdicale et publicit, la drive est facile et la ligne souvent franchie volontairement par les laboratoires. Ds la fin des annes 1910, le laboratoire Roussel (qui allait devenir Roussel-Uclaf, puis A ventis, avant de devenir constituante de Sanofi) dveloppait de faon intensive la visite mdicale, alors que celle-ci tait trs nettement moins dveloppe dans les autres firmes. Fait nouveau et unique alors, les visiteurs taient des mdecins (docteur R. Jeannin, Historique Roussel-Uclcif, p. 28) .

    Afin de promouvoir leurs produits, les firmes ont trs largement dvelopp le mtier de visiteur mdical. Grce auquel elles ont gagn beaucoup d'argent. Aujourd'hui, les effectifS de cette profession fondent : pour Sanoft, 2 879 suppressions de postes de visiteurs mdicaux en sept ans (en mai 2005 : 5 264 visiteurs mdicaux, en octobre 2012 : 2 385 visiteurs mdicaux) . Cette diminution des effectifS va de pair avec la modification de leur statut. Si la promotion thique motive encore majoritairement le mtier de visiteur mdical, il est dans l'optique de tous les laboratoires de le transformer en agent de promotion mdicale (APM) avec un statut rattach au commerce. Cette modification profonde de la profession se met actuellement en place, dans l'indif!erence totale des pouvoirs publics.

    La disparition des visiteurs mdicaux au profit des agents de promotion mdicale se fait en contradiction avec l'intrt du malade, au dtriment de l'information et de la formation du mdecin. Pourquoi un tel changement ? Les drives imposes la profession par les laboratoires arrivent leur terme. Les nouvelles technologies de communication font la publicit >> du mdicament bien avant sa mise sur le march, parfois avec de retentissants checs commerciaux comme pour le Rirnonaban de Sanofi. Quelques passages la

  • tlvision de grands patrons faiseurs d'opinion grassement rmunrs crent l 'attente du mdicament miracle . Alors que la visite mdicale se doit d'tre honnte, d'informer le mdecin sur l'ensemble des donnes, et en retour recevoir de celui-ci des remarques remontes de l'utilisation par les patients . Elle ne peut, elle ne doit pas tre un simple rseau commercial pour forcer les prescriptions.

    Informations mdicales et publicit ne vont pas de pair

    Les publicits pharmaceutiques visant les saignants sont un facteur majeur de mauvaise utilisation des mdicaments. Elles ne sont pas suffisanm1ent contrles en France. Les publicits pharmaceutiques destines aux professionnels de sant font en principe l 'objet d'un contrle par l 'Agence franaise du mdicament, seulement aprs leur diffusion. Les sanctions ventuelles comprennent une mise en demeure adresse la firme de modifier sa publicit, ou une interdiction de la publicit, ventuellement assortie de l 'obligation faite la firme d'envoyer un message correctif aux saignants . Des sanctions financires sont parfois dcides . En pratique, les saignants ne sont pas tenus informs des publicits trompeuses auxquelles ils ont t soumis, sauf par Prescrire qui signale les interdictions de publicit en France depuis 1 993. Dans son numro de juillet, Prescrire rsume trois interdictions de publicits publies au Joumal cifficiel. Dans les trois cas, il s 'agit de publicits incitant prescrire des mdicaments hors de leurs indications officielles, en exagrant leurs bnfices ou en minimisant leurs risques. Une publicit pour la mquitazine (Primalan) , par exemple, favorise son utilisation pendant la grossesse, en contradiction avec les informations officielles sur ce mdicament et celles d'un centre spcialis dans l 'utilisation des mdicaments pendant la grossesse. Ces exemples montrent que les publicits pharmaceutiques sont des facteurs de mauvaise utilisation des

    A RG U M E NTS & M O UV E M E N T S 5 1

  • SAN O F ! : B L G P H A RMA

    5 2

    mdicaments. Leur contrle est trs insuffisant : le contrle a posteriori intervient souvent trop tard, alors que la publicit n 'est dj plus diffuse. D ' autant que, comme l'a dclar le prsident d'un groupe de travail des Assises du mdicament, l 'Mssaps a plusieurs milliers de publicits de retard . . . (Prescrire, 1" juillet 201 1 ) .

    UNE DISTRIBUTION SEME D'OBSTACLES

    Avant d'arriver en pharmacie, le mdicament passe par la phase distribution. Trois acteurs principaux se partagent cette activit : les grands groupes pharmaceutiques ; les grossistes rpartiteurs (exemple l'Office conunercial pharmaceutique) qui achtent des stocks de mdicaments aux laboratoires qui ont obligation de service public tel que dfini par le Code de sant publique ; les dpositaires et les prestataires de logistique.

    Le mdicament n'tant pas un produit de consommation banale, sa distribution est soumise des normes particulires. Il est impratif de maintenir sa qualit initiale. Il doit donc tre transport et conserv dans des conditions qui sont propres chaque mdicament. Il doit en outre tre toujours disponible. Cependant, en France, en 2012, le gouvernement a d prendre des mesures pour viter les ruptures de stocks dues la stratgie de certains distributeurs de privilgier des ventes l'export plus rmunratrices . S'il existe l'obligation de livraison d'un mdicament dans les 24 heures suivant la commande du pharmacien, et ce quel que soit l'endroit du territoire, aujourd'hui de telles ruptures y sont pourtant monnaie courante.

    Selon Philippe Liebermann, premier vice-prsident aux affaires europennes de la Fdration des syndicats pharmaceutiques de France (officines) , c 'est un phnomne mondialis et qui s 'est aggrav ces dernires annes. Tous les jours, il nous manque un ou plusieurs mdicaments, et le plus tonnant c 'est que cela peut toucher n'importe quel type de mdicaments (L'Humanit, 21 mars 2013) . Cette

  • obligation de livraison d'un mdicament dans un dlai acceptable n'est pas identique dans tous les pays. La spculation de la part de grossistes peu scrupuleux peut jouer en dfaveur du malade. Ainsi, aux tats-Unis, certains grossistes achtent des stocks de mdicaments difficiles trouver pour les revendre aux hpitaux des prix exhorbitants.

    LA PHARMACIE CENTRALE DES HPITAUX ET LES OFFICINES : LES PRESSIONS DE L'EUROPE

    Que ce soit la pharmacie centrale en milieu hospitalier, ou l'officine du village ou du quartier, celles-ci sont encore aujourd'hui le passage oblig pour accder la prescription du mdecin. Pour combien de temps encore ? L'industrie pharmaceutique fait pression au niveau europen, ce qui conduit depuis le 1er mars 2013 la possibilit d'acheter sur internet des mdicaments disponibles sans ordonnance.

    L'ordonnance publie au Journal qjiel transpose une directive europenne de 2011. Elle est vivement dnonce par l'Ordre national des pharmaciens. Elle permet la vente des mdicaments en libre accs devant le comptoir du pharmacien. Cette vente sera dsormais possible partir du site web d'une pharmacie, aprs que cette dernire se sera dclare l'Ordre des pharmaciens, et aura reu l'aval de l 'autorit rgionale de sant. Qu'en sera-t-il des pharmaciens qui refuseront d'appliquer ce mode de vente ? Seront-ils sanctionns et interdits d'exercer, comme ceux qui ne dlivrent pas assez de gnriques ? Ces mdicaments seront-ils moins chers qu'en officine ? Quels sont les risques de l'automdication et des interactions mdicamenteuses afferentes ? Que dire des sites illgaux, des sites trangers qui proposent ds aujourd'hui quantit de produits pour maigrir, augmenter la masse musculaire, et autres somnifres, produits dopants, stimulants pour troubles rectiles, tous plus ou moins conformes au princeps, tous plus ou moins dangereux ? L'industrie pharmaceutique, avec la complicit de

    A RG U M E N TS & M O UVE M E N TS 5 3

  • S AN O F I : B I G P HARMA

    54

    politiques, ne recule devant rien pour faire de l'argent sur le dos de la Scurit sociale et des malades.

    Comment ne pas faire le lien avec la nouvelle rpartition des officines sur le territoire telle qu'elle se dessine ? En effet, il existe en France une norme dterminant le nombre d'officines en fonction de la population dans une commune donne. Elle est actuellement de : une officine par tranche de 3 000 habitants dans les communes de plus de 30 000 habitants ; une officine par tranche de 2 500 habitants dans les communes de 2 500 30 000 habitants ; pas d' offtcine dans les communes de moins de 2 500 habitants, mais autorisation pour un primtre de 2 500 habitants sans pharmacie.

    Le projet de loi de finance de la Scurit sociale (PLFSS) 2012 change singulirement la donne, puisque dans les communes ayant dj une pharmacie il faudra ds lors disposer d'un seuil de 4 500 habitants pour ouvrir une deuxime officine. Ce seuil tait jusqu' prsent de 3 500 habitants. Dans les conditions de crise conomique que nous traversons, il est craindre que la perte de pouvoir d'achat subie par le monde du travail, qui conduit un manque de soins faute de moyens, n'entrane son tour la disparition de quelques officines situes dans des quartiers dj dfavoriss .

    Mais que pouvons-nous, que devons nous attendre d'une pharmacie ? La pharmacie a une responsabilit en matire de sant publique. Elle doit tre avant tout un point de proximit, d'change, de conseils, mettant disposition du malade trs rapidement le mdicament souhait. C'est donc bien du triptyque industriel, distributeur et pharmacien >> qu'il est question. La mise disposition du mdicament dpend, nous l'avons vu, de la politique de stocks et de l'ventuelle spculation de l'industriel et du distributeur. Le pharmacien, qui devrait tre un conseiller et non un simple commerant, est pris entre son intrt propre et celui du patient.

    Avec l'obligation faite au pharmacien de dlivrer prioritairement un gnrique, une nouvelle opportunit de profit s'est fait jour pour lui. En effet, il n'est pas rare que pour

  • une mme ordonnance, le pharmacien dlivrera tantt une marque de gnrique, tantt une autre. Ceci s 'explique facilement. Il choisira de dlivrer le mdicament qui lui accordera la ristourne la plus avantageuse. Chacun de nous a pu vrifier qu'une officine est une caverne d'Ali Baba, o se ctoient, derrire le comptoir, les mdicaments princeps ou non, avec en tte de gondole, comme au supermarch, des produits de sant plus ou moins utiles tels que les cures amaigrissantes >>, les soins pour le corps >>, et autres produits dont l'efficacit est plus qu'incertaine, enfin tout ce qui n'est pas mdicament mais dont la marge est importante. On voit bien la drive du mtier de pharmacien qui se voit dtourn de son rle initial de conseiller, de contrleun> vrifiant qu'il n'y a pas d'erreur dans la prescription ou dans sa posologie (ou de contre-indication avec la prise d'autres mdicaments) , celui de simple commerant.

    On entend souvent le patron d'une grande surface revendiquer la possibilit d'ouvrir des pharmacies dans ses supermarchs. Pour quelle raison sinon pour une mise en avant de produits d'automdication, de produits de parapharmacie et autres drivs lis de prs ou de loin la sant ?

    Qu'en est-il du rle des pharmaciens hors de nos frontires ? En Allemagne et en Grande-Bretagne, ils sont sous la domination de grossistes rpartiteurs. Aux tats-Unis, ils sont majoritairement sous la coupe des grandes surfaces. Dans les pays d'Afrique, ct d'officines, se dveloppe le march par terre >>, et dans les deux cas la garantie du principe actif n'est pas assure. La distribution du mdicament est bien un enjeu de sant publique, aussi bien en France que dans le reste du monde.

    A RG U M E N T S & MOUVEM E N T S 5 5

  • SAN OF I : B I G P HARMA

    56

    Dclaration de M. Sarr, prsident du Syndicat des pharmaciens privs du Sngal

    "Le march du faux mdicament au Sngal est estim plus de 1 2 milliards FCFA par an", a dclar Dakar, le 1 2 novembre 20 12 , M . Aboubacry Sarr. I l s'exprimait lors de la crmonie officielle de lancement de la semaine de sensibilisation (du 1 1 au 18 novembre 20 1 2) sur le danger des mdicaments "de la rue" et le march illicite des mdicaments initi par le Syndicat des pharmaciens privs du Sngal . Selon M. Sarr, 30 % des mdicaments en circulation dans les pays en voie de dveloppement sont falsifis, et 50 % des mdicaments disponibles dans certains pays sont concerns. "Plus de 200 000 personnes meurent chaque anne parce qu'elles ont eu le malheur de prendre de bonne foi un faux mdicament contre le paludisme, une maladie endmique au Sngal et dans la plupart des tats africains. 50 % des mdicaments achets sur le net sont faux." Face ce tableau "inacceptable et complexe" , qui provoque de lourdes pertes en vies humaines et impose un lourd tribut aux conomies nationales, M. Sarr a appel dnoncer "ces vendeurs de la mort et fossoyeurs de l'conomie nationale" . L e ministre sngalais d e l a sant e t d e l 'action sociale, le professeur Awa Marie Coll Seck, a not qu'il importe d'asseoir un progranune de sensibilisation et d'information pour un changement de comportement des populations mais galement des trafiquants et autres receleurs >> (source : Seneweb.com) .

    L'ENJEU DES GNRIQ1JES

    La question mise en avant est la baisse du prix des mdicaments . Mdicaments gnriques et mdicaments princeps, quelles sont les variables ? La lgislation affirme exiger que l'on retrouve dans l'organisme du patient, suite l'absorption d'un gnrique ou du mdicament princeps, une quantit de principe actif similaire. Concernant l'efficacit : la lgislation prcise que le gnrique contient le mme principe

  • actifToutefois, elle tolre en termes de bioquivalence qu'un gnrique puisse tre mis sur le march avec une diffrence de - 20% + 25% soit une variabilit de 45% ! Signalons que pour certaines maladies (par exemple la thyrode) , il est dcisif de ne pas droger une variabilit de quelques pourcents si l'on veut garantir l'efficacit thrapeutique et viter des consquences dangereuses pour le patient.

    Par ailleurs, diffrents paramtres peuvent varier : la puret des principes actifS, les excipients, les formes orales . Les gnriques ne sont pas soumis aux mmes tudes et contrles que les mdicaments princeps (pharmacologiques, toxicologiques et cliniques) , sous prtexte que ces tudes ont eu lieu pour l'autorisation de mise sur le march (AMM) du mdicament princeps. Les gnriqueurs )) sont souvent bass en Chine, en Inde, dans les pays de l'Est, o les exigences peuvent tre diffrentes . Des problmes de qualit et fiabilit se trouvent souvent poss notamment concernant les matires premires et leur suivi.

    Pour certains princeps, la multiplication des gnriques, parfois prs de trente pour un mme princeps, entrane des gchis, des confusions chez les malades, transforme les pharmaciens en piciers, participe la transformation du mdicament en marchandise source de spculation.

    PRIX DU MDICAMENT : UNE NCESSAIRE TRANSPARENCE EMPCHE

    La question cl est elle de la composition du prix du mdicament, qu'il soit princeps ou gnrique. En France le prix des mdicaments gnriques dpend du mdicament princeps. l'origine, il doit tre interieur au prix du mdicament princeps de 30 50%. Dans les faits, actuellement, il est de plus en plus frquent que des gnriques soient vendus prix identiques, voire plus chers . Il est donc ncessaire de regarder de prs la composition du prix du mdicament princeps, fondement du prix du mdicament gnrique. Le Comit conomique des produits de sant (CEPS) ngocie

    ARG U M E NTS & M O UV E M E N T S 5 7

  • SAN O F I : B I G P HA RMA

    58

    avec les industriels les autorisations de prix des mdicaments princeps rembourss par la Scurit sociale partir des donnes conomiques fournies par les industriels, et les volumes envisags . . . Le CEPS est prsid par Gilles Johanet, narque de tendance librale (connu pour ses propositions de mise en concurrence du secteur sant et d'une complmentaire Excellence 12 000 euros/an) .

    Concernant les prix du mdicament princeps et des gnriques, il est possible de faire plusieurs constats :

    . L'volution de la productivit a-t-elle une incidence sur les prix ? Dans un grand groupe pharmaceutique, une tude mene sur dix ans dmontre que la productivit industrielle a t multiplie par deux, avec un mme effectif, sans retombes sur les prix. L'accroissement du dividende pour les actionnaires a t la priorit . Comment les groupes intgrent-ils les investissements de recherche ? La tendance est qu'ils intgrent dans leurs cots de revient les sommes correspondant aux travaux de recherche et ce qu'elles auraient pu rapporter si celles-ci avaient t places en Bourse.

    Pour ce qui est de l'impact sur les prix, aux tats-Unis, o les gnriques reprsentent 50% des mdicaments, les prix des mdicaments princeps et gnriques sont nettement plus levs que dans les pays de l'OCDE. A contrario, en Inde, propos du Taxotre (un mdican1ent innovant pour le traitement du cancer du sein) , une tude a montr que la diminution du prix par deux permettait de multiplier les ventes par quatre. L'industrie pharmaceutique lance ses produits dans les pays o elle est en mesure de fixer librement les prix l'entre sur le march (comme en Allemagne ou aux tats-Unis) , ou de ngocier des prix relativement levs (comme en Suisse) .

    Cette brve numration montre que le mdicament est en fait trait comme une marchandise. En faire rellement un droit pour tous ncessite de le sortir du march. Pour cela, des dcisions sont prendre autres que celle de

  • la distribution des gnriques. Rgulirement des ONG au rayonnement mondial lancent des appels au secours en direction de l'opinion publique. Des vies sont en cause. Ce n'est pas seulement la recherche qui fait dfaut, mais aussi le fait que dans le prix du mdicament les industriels intgrent une marge bnficiaire norme. Ainsi Sanofi a t condamn fin 2012 pour avoir vendu l'Algrie des principes actifS des prix prohibitifS. D 'autres mthodes sont employes, ainsi la Chine accuse plusieurs laboratoires pharmaceutiques de corruption.

    Aujourd'hui, le prix des mdicaments est fix dans la plus complte opacit. Les entreprises le proposent au gouvernement qui l'accepte via quelques organismes dits de tutelle.

    Le prix de vente du mdicament est-il en rapport avec son cot de production (incluant l'investissement en recherche) ? Certainement pas . Si le mdicament est un lment essentiel pour la sant, sa matrise par les pouvoirs publics est donc indispensable pour garantir une protection sociale de qualit. Cent minents cancrologues du monde entier ont critiqu l'industrie pharmaceutique et dnonc la hausse du cot des nouveaux mdicaments contre le cancer, comme insoutenable et condamnant les patients la mort. Ils ont dclar vouloir faire campagne pour obliger les compagnies pharmaceutiques rduire leurs marges bnficiaires.

    Des maladies offrent d'importants marchs potentiels , et dans ce cas la recherche pharmaceutique est a priori intense pour certaines classes thrapeutiques.

    La bonne question n'est pas celle de la diminution des cots de sant , mais celle de la finalit de l'industrie du mdicament : servir la finance ou satisfaire les besoins sociaux ? En rapport avec ces besoins essentiels, la question de la gratuit des mdicaments ou l'accs pour tous aux mdicaments rembourss 100% est-elle une ide folle ? Nous ne le pensons pas. Un mdicament jug et prouv comme utile doit tre reconnu comme un impratif social de sant publique.

    ARG U M E N TS & M O UV E M E N TS 59

  • Sanofi-Toulouse, Sauvons la recherche, Chilly-Mazarin, 9 juillet 2013.

  • 3 . LA MACHIN ERI E DE BIG PHARMA

    Le lobbying pharmaceutique s'organise, dfinit ses objectifS, s 'assure de l'appui des institutions, tente d'assujettir aux valeurs)) de la rentabilit les salaris et le monde de la sant.

    En France, depuis 2010, le LEEM (syndicat patronal de l'industrie pharmaceutique en France, prsid par les grands groupes, Sanofi puis GSK) commandite des expertises, s'investit dans la Conference de l'industrie initie par les gouvernements successifS.

    En 2011, une enqute est ralise l'initiative du prsident du LEEM auprs de soixante-treize grands patrons et dcideurs en France et dans le monde, ainsi qu'auprs des responsables de la recherche publique et de la prsidence de la Rpublique, pour connatre la perception qu'ils ont de la France comme destination de leurs investissements )). Il s 'agit en fait de dterminer, dans tous les domaines - recherche, fabrication, essais cliniques, mises sur le march, prix, etc. -, une stratgie conditionne par des exigences de rentabilit . Quelques objectifS sont prsents :

    Accrotre la prsence dans les marchs des pays mergents . Pour des raisons conomiques, mais aussi pour pouvoir procder des exprimentations moins encadres, sans considration de possibles dgts humains. Flexibiliser les salaris ; imposer une mobilit public/ priv ; dcider de nouveaux critres d'valuation pour les chercheurs, et cette fin surmonter la mfiance que ces derniers entretiennent l'gard d'une recherche guide par la rentabilit ; renforcer l'immigration choisie des personnels qualifis . . . Axer les recherches partir de la mainmise sur les fichiers de la Scurit sociale et des bases de donnes pidmiologiques. Obtenir des augmentations de prix ou l'autorisation de lancer plus rapidement de nouvelles molcules ; mettre en

    ARG U M E N TS & MO UVE M E N TS 63

  • S AN O F I : B I G P HARMA

    64

    place un guichet unique des aides publiques qui devront tre multiplies (recherche, production, essais cliniques . . . ) . Ces objectifS sont annoncs sans fioriture, cyniquement.

    En rsum : drglementer tous azimuts, tel est le projet programm pour la valorisation >> , comme ils disent.

    OBJECTIFS : DRGLEMENTATIONS TOUS AZIMUTS

    Fin 20 1 2, pour complter ce projet, une nouvelle expertise est commandite par le LEEM. Selon cette expertise, le syndicat patronal dcrte que dans l'activit de production du mdicament de nouvelles destructions d'emplois sont invitables d'ici 20 1 5 et 2020. Il faudrait choisir entre deux scnarios, l'un dit contraint , entranant 40 000 suppressions d'emplois, l'autre appel volontariste conduisant 5 000 suppressions d'emplois.

    L'exigence d'acclrer les drglementations est affirme. Celles-ci concernent particulirement l'hpital, les mdecins, la fiscalit :

    L'hpital, pour avoir un accs aux recherches, aux bases de donnes, des tudes cliniques conomiques . Six CHU sont viss en vue d'tre mobiliss et utiliss pour la recherche prive des grands groupes. Ils seraient dfinis comme ples d'excellence . En consquence les autres CHU seraient dclasss, dvaloriss . Leurs ressources seraient rduites et donc leur avenir menac. Les mdecins, les professionnels de la sant sont jugs trop concerns par le suivi du patient. L'attachement leur mtier et leur sens thique reprsentent un obstacle la financiarisation de cette industrie. Un document de l'OMS dcrypte de manire trs instructive les techniques d'influence utilises par l'industrie pharmaceutique, notamment auprs des tudiants en mdecine, et il en appelle au sens critique. La fiscalit publique : de nouvelles mesures et des accompagnements fiscaux sont demands, telle l'extension de la contribution impt recherche demande, et prsent

  • accorde par le gouvernement sous l'intitul impt comptitivit .

    Depuis 2010, une confrence nationale sur l 'industrie a t mise en place par le gouvernement. Commence sous la prsidence de Nicolas Sarkozy (instance consultative mise en place par Franois Fillon) , cette confrence a t poursuivie sous la prsidence de Franois Hollande en 2012 . Elle est devenue, le 5 fvrier 2013, un Conseil national de l'industrie, prsid par le Premier ministre, avec pour vice-prsident Jean-Franois Dehecq, ex-prsident directeur gnral de Sanofi, actuellement prsident d'honneur de Sanofi.

    Plusieurs des recommandations du rapport annuel 2011 de cette confrence ont t reprises dans le rapport Gallois du 5 novembre 2012, notamment la ncessit de nouvelles actions structurelles et cibles pour un choc de comptitivit . Quelles sont -elles ?

    1 . D VE LO P P E R LA T L S ANT ET LA T L M D E C ! N E

    La tlsant a t dfinie, tant par les industries de sant que par le gouvernement, comme tant une filire stratgique en France. Le rapport de la Confrence nationale de l' industrie prcise :

  • SAN O F I : B I G PHARMA

    66

    indispensables la structuration et la croissance de ce march. Elle prconise de mettre en place un pilotage stratgique national souple, associant ministres, administrations, industriels, professions de sant, patients, assuraHce-maladie, assurances prives.

    Les entreprises du mdicament comme Sanofi s'intressent de prs la cration de ce nouveau march)) . Elles veulent en prendre une part significative. Elles comptent sur l'existence de dserts mdicaux)), le vieillissement de la population, les maladies chroniques (tel le diabte) , en particulier le dveloppement de ces pathologies dans de nombreux pays dits mergents d'Amrique latine et d'Afrique.

    Ainsi, dans un communiqu de presse (septembre 2011) , Sanofi dclare prendre le virage de la tlmdecine et de l' e-sant qui recouvre toutes les applications en sant utilisant les technologies de l 'information et de la communication (T IC) . Une tendance rendue favorable par la loi HPST (article 78) et le dcret du 19 octobre 2010 qui donne la France le statut de premier pays europen s'tant dot d'une rglementation dfinissant et encadrant l 'activit de tlmdecine )) .

    Chaque volution technique pose le problme de son utilisation, qui en fait un atout ou la dtourne vers d'autres fins. chaque fois, la question pose est : pour quoi faire ? La tlmdecine est typiquement cette croise des chemins de la mdecine. Christophe Prud'homme1 prcise ce propos :

    Sous la pression financire, certains imaginent une volution de notre systme de soins o la machine permetrra de fermer des strucrures de proximit et de supprimer du personnel. Cette vision est antinomique avec la pratique de la mdecine avec le face face physique entre le soignant et le patient essentiel pour pouvoir comprendre ce dont il souffre et trouver avec lui les meilleures solutions pour le soulager. Chaque cas est particulier

    1. Mdecin urgentiste au Samu de Seine-Saint-Derus, membre de la commission excutive de la Fdration CGT de la sant et de l'action sociale et porte-parole de l'Association des mdecins urgentistes hospitaliers de France (AMUF) .

  • et au-del des protocoles standardiss qui constituent des guides, des adaptations individuelles sont toujours ncessaires pour tre efficace. L'efficacit ne repose pas que sur la technique, la composante humaine, empath.ique et compassionnelle est essentielle>> (in LA Vie nouvelle) .

    En effet, pour le traitement quotidien de maladies chroniques (diabte, maladies cardiaques . . . ) , et dans certaines rgions du fait du dficit de mdecins, la tlmdecine peut apporter une rponse. Mais elle ne peut remplacer le mdecin. Consultation, examen clinique, relation avec le mdecin sont indispensables. L'enjeu pour les entreprises pharmaceutiques est de mettre en place une nouvelle source de profits et de faire supporter par le patient devenu client les dpenses de sant, de rduire en les privatisant les dpenses de la Scurit sociale. C'est le cas galement avec l'automdication.

    2. D V ELO P PER L'AUTO M D I CATI ON

    C'est un des objectifS du gouvernement, ce dont les industriels se rjouissent. Dj 3 500 spcialits sont accessibles par quelques clics. L'automdication permet la libre concurrence des socits du mdicament et leur intervention sur les prix. En France la consommation des mdicaments hors prescription est importante, deux fois suprieure celle existant en Allemagne. Depuis le 1er mars 2013, l'accs aux mdicaments par Internet et dans les grandes surfaces de distribution est autoris, ce qui renforce les dispositifS de transfert des charges vers le patient. Le journal mutualiste Vi va rappelle que le mdicament n'est pas un bien de consommation ordinaire, et souligne les dangers lis au manque d'information, au non-respect des indications, l'association de mdicaments incompatibles, l'accs possible des enfants et des adolescents aux sites . . .

    Concernant les mdicaments achets sur des sites trangers, l'OMS estime que 50% des mdicaments vendus via Internet sont falsifis . Ces circuits de distribution ne font

    A RG U M E N TS & M O UV E M E N T S 67

  • SAN O F I : B I G PHARMA

    68

    pas partie de la chane pharmaceutique et chappent aux contrles des autorits sanitaires.

    3. D VELO P PER LA M DECINE R G N RATIV E ET LES TH RAPIES CELLULAIRES

    L'enjeu est d'en faire un march.

  • d'acteurs . . . Scientifiques, professions de sant, patients, citoyens et lus . C'est une question trop srieuse, aux consquences lourdes et irrversibles pour l'tre humain, qui ne saurait tre tranche par quelques-uns uniquement proccups par l'appt du gain.

    4. CR.ER. UN B R.EVET EU R.O P EN

    L'enjeu pour le lobbying est la libralisation des contrles et des prix. Les objectifS points par la Confrence nationale sur l'industrie sont de raccourcir le temps d'obtention et les exigences d'autorisation de mise sur le march (AMM) , d'loigner les centres de dcision, de remplacer les professionnels par des technocrates de la rglementation, et ainsi de pouvoir agir sur les prix.

    En 2012, les tats membres et le Parlement europen se sont accords sur le paquet brevet , une initiative lgislative comprenant deux rglements et un accord international, qui posent les bases de la cration de la protection par brevet unitaire dans l'Union europenne. Reste passer la signature et la ratification de l'accord sur la juridiction unifie du brevet.

    Le prix des mdicaments britanniques sert de rfrence pour la dtermination des prix des mdicaments de nombreux pays, lesquels reprsentent au total 25% du cruffre d'affaires mo!ldial. Ceci s 'explique par le fait que ce pays est, avec les Etats-Unis et l'Allemagne, l'un des seuls Etats membres de l'OCDE qui n'imposent aucune contrainte de prix aux industriels lorsqu'ils lancent un nouveau mdicament sur le march national. Le systme britannique de rgulation des prix des mdicaments de marque, le Pharmautical Priee Regulation System (PPRS) permet aux laboratoires pharmaceutiques de fixer librement le prix de lancement d'un mdicament sous brevet par le contrle des bnfices.

    ARG U M E NTS & M O UVE M E N TS 69

  • S AN O F I : B I G P HA RMA

    70

    DES HOMMES ARAIGNES

    Accrochs la mise en uvre continue de leur stratgie financire, les grands laboratoires de l'industrie pharmaceutique veulent modeler une socit-monde leur service. Ils tissent pour cela des toiles d'araigne.

    Une toile d'araigne est un type de pige fabriqu pour capturer les proies. Les araignes laissent derrire elles un fil enduit de phromone. Ce fil transmet des vibrations qui alertent sur le fait qu'une proie est tombe dans le pige ou s'approche. L'araigne peut ainsi dtecter la position d'une proie immobile, en impulsant une vibration et en analysant l'cho de cette vibration en retour. Par ailleurs, la toile d'araigne est trs rsistante et plus lastique que l'acier ! Le fil peut s'tirer jusqu' 40% sans se rompre. De mme, le lobbying pharmaceutique s'infiltre effectivement et tend fils et piges pour dominer les pays et le monde. cette fin, il choisit et formate des mandataires, mercenaires qui naviguent entre les groupes pharmaceutiques.

    Chris Viehbacher, dirigeant depuis 2008 de Sanofl, passe de GSK Sanofi . Diplm en expertise comptable, il vient de GlaxoSmithKline (GSK) , entreprise britannique, numro 6 de l ' industrie pharmaceutique mondiale. En juillet 20 1 2 , GSK a du verser 3 milliards de dollars pour mettre fin des poursuites intentes aux tats-Unis, portant sur des faits qui se sont drouls entre 2000 et 2008, priode o Chris Viehbacher officiait et prenait les dcisions stratgiques en R&D. Il est directement incrimin pour avoir pouss la vente d'Advair, prsent comme pouvant traiter toutes les formes d'asthmes alors que l 'Agence du mdicament n'avait autoris le produit que pour les formes les plus svres de la maladie (Coll treTemps, n 1 6) . I l est galement membre du conseil d'administration du syndicat des entreprises pharmaceutiques aux tats-Unis, (PhRMA) et, depuis le lundi 24 juin 20 13 , prsident de la Fdration europenne des industries et associations pharmaceutiques (EFPIA) , pour un mandat de deux ans.

  • Herv Gisserot a remplac Christian Lajoux la prsidence du Syndicat franais de l'industrie pharmaceutique (LEEM). Son parcours est inverse. Il a rejoint en 1998 Aventis (devenu Sanofi-Aventis puis Sanofi) , occupant diffrentes fonctions managriales en France et aux tats-Unis, et en 2005 il accde la direction gnrale des oprations commerciales de la filiale allemande de Sanofi-Aventis. En 2008, il est devenu prsident-directeur gnral de GSK France. Il a pris en septembre 2012 le poste de senior vice-prsident de GSK, en charge d'une zone europenne comprenant quinze pays, dont la France et le Royaume Uni. Il est galement depuis 201 1 prsident du LIR, Association des laboratoires internationaux de recherche. Il a fait partie de l'quipe de campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 . En septembre 201 3, il a dmissionn de son poste de prsident du LEEM pour prendre un nouveau poste l'international au sein de GSK.

    Ces commanditaires sont aux manettes dans les institutions de sant. Christian Lajoux, prsident jusqu'en 2012 du LEEM et administrateur de l'AFSSAPS, est prsident de Sanofi en France. Il est galement membre du Haut Conseil pour l'avenir de l'Assurance-maladie, prsident de la Fdration franaise des industries de sant (FEFIS) et administrateur de l'Inserm.

    Ils dveloppent des relations et des services en finanant des clubs, tel le club Hippocrate. Pendant l'affaire du Mdiator, certains ont fait le mnage et fait disparatre d'Internet les traces de ce club. La priode ne se prtait gure l'affichage de collusions avec les laboratoires pharmaceutiques. Qu'en est-il aujourd'hui ? Une enqute de Charlie Hebdo tmoigne de la renaissance de ce mme club. Un article paru le 17 octobre 2012 (Charlie Hebdo, n 1061) relate que le journaliste avait surpris un e-mail interne de Sanofi, relatant la rencontre de Jean-Luc Ledent, directeur des affaires publiques de Sanofi Midi-Pyrnes avec le dput socialiste de Haute-Garonne Grard Bapt. Ce mme lu estime-t-il avoir t efficace pour viter la vague de

    A RG U M E N T S & MOUV E M E N TS 7 1

  • SAN O F I : B I G P HARMA

    72

    licenciements qui va toucher le site de Toulouse situ dans sa circonscription ? Ce club, comprenant quatre-vingt-sept dputs et seize snateurs, a toujours vu son activit sponsorise par les mmes.

    Autre club, le club Avenir de la sant, est un groupe de pression financ par GSK, auquel appartenaient Herv Gisserot et Marisol Touraine. Depuis 2005 , sous l'impulsion d'Herv Gisserot, jusqu' septembre 2013 prsident de GSK France, un dbat est annuellement coordonn par Gunol Nicol, directeur des affaires publiques et veille stratgique de GlaxoSmithKline, sur une problmatique de sant dtermine chaque anne. Pour assurer l'objectivit, l 'ouverture, la pluralit et la qualit du dbat , celui-ci est plac sous l'autorit d'un comit d'orientation. ce comit participaient Marisol Touraine, dput d'Indre et Loire, aujourd'hui ministre de la sant, et Herv Gisserot, alors prsident du LEEM. Le club Avenir de la Sant s'est dot en 2008 de moyens renouvels afin de faciliter la prise en compte par les pouvoirs publics de ses rflexions sur l'avenir de notre systme de sant.

    Ainsi, le lobbying pharma s'infiltre dans les institutions, installe des conseillers parmi les hommes de pouvoir ou lis au pouvoir. C'est le cas de tous les grands groupes, Servier, Sanofi, GSK, Fabre . . . De nombreux politiques : Claude vin, Michle Barzach, Jean-Baptiste Raimond, lisabeth Hubert, Jacques Goc:lfrein, Claudie Haigner, Michel Barnier, Roselyne Bachelot, Nora Be rra, Jrme Cahuzac, Michel Hannoun, Grard Bapt, Daniel Vial Oobbyiste connu, en lien avec Jrme Cahuzac, et qui tait encore en dbut d'anne conseiller priv de Chris Viehbacher . . . ) sont de celles et ceux qui furent sollicits.

    Le Conseil national de l'industrie (CNI) a t install le 5 fevrier 2013 par Arnaud Montebourg, conformment aux dcisions du Pacte national pour la comptitivit, la croissance et l'emploi . Le prsident d'honneur de Sanofi,JeanFranois Dehecq, en est le vice-prsident. Le Premier

  • ministre en est le prsident. Serge Weinberg, prsident de Sanofi depuis mai 2010, ancien lve de Sciences-po et de l'ENA, en 1981 chef de cabinet de Laurent Fabius alors ministre du budget, est ex-prsident de PPR et de Accor. Il est membre de la Commission trilatrale (1992-2006) , membre de la Commission pour la libration de la croissance franaise, dite commission Attali, qui a remis son rapport au Prsident de la Rpublique en j anvier 2008.

    De concert, ces hommes d'influence agissent l'Assemble nationale pour obtenir des outils lgislatifS et administratifS utiles leurs exigences de rentabilit : raccourcir les temps de recherche et de dveloppement, privilgier les AMM , mettre le public au service du priv avec des PPP (partenariats publics privs) . Ils travaillent faire sauter les verrous qui bloquent l'utilisation des cellules-souches embryonnaires, ils anticipent les volutions des forces commerciales, ils s 'efforcent de dvelopper l'accs des industriels aux bases de donnes pidmiologiques de l'Assurancemaladie. Sans relche, ils s'efforcent de s'imposer dans tous les lieux de pouvoir et de contre-pouvoirs. Ils cherchent associer les salaris et leurs organisations leurs projets, les convaincre de la fatalit des choix et de leur impuissance. Ils utilisent la culture du secret, de la division, voire la compromission, pour imposer la mise en uvre de leur politique.

    La presse n'est pas oublie. La presse professionnelle est inftre par les laboratoires, lesquels assurent sa survie par la publicit. Les mdias grand public sont galement sous influence. En 2001, le prix pour l'animation d'un congrs quivalait une fois et demie le salaire d'un journaliste (voir ric Giacometti, La sant publique en otage, Albin Michel) . Frquence mdicale comprend Radio IFM, Frquence M et le kiosque sant. Radio IFM est entirement finance par Sanofi. La Revue de presse sant est soutenue par le LEEM. Franois Sarkozy a galement lanc sur Internet une chane

    A RG U M E N TS & M O UV E M E N T S 7 3

  • SAN O F I : B I G P HARMA

    74

    de tlvision spcialise dans la sant, galement finance par Sanofi.

    Des moyens considrables sont utiliss pour carter celles et ceux qui sont directement concerns des dcisions de ce qui fait leur vie. Pourtant les programmes de Big Pharma se heurtent des falaises, notamment celle des besoins, des aspirations, de ce qui fait socit. S 'attaquer l'araigne (Latrodectus mactans) , rompre ses fils, opter pour d'autres choix, d'autres valeurs, d'un autre fonctionnement de la socit, se rapproprier et rendre solidaire la chane de sant, tels sont nos yeux les combats du prsent et de l'avenir.

    LE LEAN MANAGEMENT : L'IDOLOGIE DU MRITE

    Le lean management vise rduire ou supprimer tout mouvement jug inutile, un maximum d'oprations techniques dans toute la chane de production, et jusqu'au contrle qualit, rduire les temps, les matires, l'argent . . . Pour augmenter productivit et rentabilit.

    Sanofi mne une formidable offensive idologique sans cesse rajuste en fonction de ses objectifS et de l 'volution de l'opinion. Cette offensive s'inscrit dans celle mene en France et dans le monde pour faire accepter les cures d'austrit, la flexibilit, le renoncement soi et ancrer le sentiment d'impuissance. Elle a pour objectif de naturaliser le systme, c 'est--dire de le faire percevoir comme ne dcoulant pas de choix des hommes et d'un systme de domination.

    Il s 'agit ici de dmystifier le vocabulaire social dominant, la faon dont nous est prsent le monde. Comment en effet penser reconstruire sur d'autres choix, mener des luttes mancipatrices pour se rapproprier une chane de sant solidaire, si on pense que le travail est un coat, les cotisations sociales tme charge, que les licenciements sont des plans sociaux, que les patrons et reprsentants du Medef sont des partenaires sociaux?

  • Cette idologie se rclame de la comptitivit. Avec la mondialisation de l'conomie et la libralisation des changes, dans une conomie-monde o l'on fait croire qu'il n'y a plus de place pour tout le monde, le but premier est dsormais d'tre comptitif. Est comptitif ce qui permet aux dtenteurs de capitaux, aux actionnaires d'tre prsents dans un march dprim par les cures d'austrit, et de tirer un rendement maximum, c'est--dire de prlever toujours davantage des richesses cres par le travail. Ainsi, par exemple, la part des salaires dans la valeur ajoute a baiss de 10% en vingt ans (soit 180 milliards d'euros chaque anne) .

    Au nom de cette comptitivit, il s 'agit de faire accepter la flexibilit, les rductions salariales, la concurrence entre les hommes. Les salaris de l'ensemble de la chane du mdicament, chercheurs, techniciens, administratifS, cadres, qui aspirent tre reconnus, partagent des valeurs portes par leur mtier et sont l 'oppos de ces objectifS. Le problme est donc de savoir cornn1ent faire pour que chaque salari intriorise les critres du fonctionnement actuel du groupe, et pour fabriquer du consentement.

    Pour renforcer la culture entrepreneuriale des ides sont marteles, elles structurent le discours de Chris Viehbacher, directeur gnral de Sanofi, investi de responsabilits dans le syndicat patronal de l'industrie pharmaceutique des tatsUnis et en Europe. On trouve de manire rcurrente les thmes suivants : le march, l 'innovation, tre le meilleur, le leader mondial, rationaliser, rduire les cots, l 'efficience, une croissance robuste et durable, la transparence, les partenariats, la diversification . . . Toutes ces ides, thmes et moyens sont imbriqus, ils tendent faire systme, et ils participent la construction de reprsentations visant dicter des comportements . Il s 'agit de faire partie d'un projet qu'ils veulent faire naitre et partager.

    Le lobbying pharmaceutique met le paquet. Le directeur gnral de Sanofi, lors de son arrive dans le groupe, a demand aux employs, dans une vido enregistre pour

    A RG U M E NTS & M O UVE M E N T S 75

  • SAN O F ! : B I G PHARMA

    76

    100 000 personnes (tous les salaris du groupe multinational) , de lui indiquer trois choses changer et trois choses ne pas changer. Sur les 7 500 personnes qui ont rpondu, la demande majoritaire rsidait dans une simplification, une rationalisation des procdures, moins d'administratif, moins de bureaucratie pour tre plus efficace. De ces rponses le directeur gnral a tir ses propres enseignements : que la voix du patient n'tait pas assez implique dans le choix des projets en dveloppement, pas assez intgre par les quipes commerciales, et que les partenariats avec l'extrieur taient insuffisants.

    De manire gnrale les thmes idologiques sont sans cesse rajusts pour manipuler les ralits vcues, les aspirations et leurs volutions. Cette production idologique ne s'inscrit donc pas dans une sphre d'ides dconnectes du rel. D'o de possibles contradictions. Par exemple, sur la question du march. La qute incessante d'extension du (des) march (s) est en gnral admise comme un ressort incontournable de la vie conomique, voire considre comme une vertu pour le devenir de l'entreprise. Mais le march est contest s'il conduit arrter la fabrication ou des recherches juges utiles. Dans le mme temps des interrogations se font jour quant la pertinence du march, quant sa capacit permettre pour de nombreuses populations de se soigner.

    Autre thme : la rationalisation. La connotation scientifique du terme lui donne une reprsentation d'efficacit . Or, ce thme confond sciemment rationalit et rationalisation. Au contraire de la rationalit, prise dans son sens tymologique, qui n'a jamais la prtention d'puiser la totalit du rel, mais qui a la volont de dialoguer avec ce qui lui rsiste, la rationalisation consiste vouloir enfermer le rel dans un systme cohrent : la rentabilit. Dans les faits la ralit est souvent en contradiction avec ce systme. Pour les dirigeants, la rationalisation est pilote par les techniques, et la recherche par les normes de la rentabilit, la rationalisation

  • est de plus en plus synonyme de suppressions d'emplois, de rduction d'activits et de perte d'efficacit.

    L'efficience ! Nouveau super-mot (dfinition de l'efficience : capacit de rendement, la performance) . La direction gnrale explique :

    Les annes 1970-1980 ont t marques par la prvalence de la notion de progrs'' vu comme une volution positive de notre systme de sant au bnfice du patient. Les annes 1980-1 990 par la performance, c'est--dire faire en sorte que les molcules soient les plus efficaces possible (limitation des effets indsirables, meilleur dosage, toxicit . . . ). Les annes 2000 par la notion d'efficience comme facteur conomiseur de cot tout en gardant la mme qualit de soins pour le patient " (Expertise pour le LEEM, Attractivit et comptitivit ,, 9 septembre 2010) .

    Ce rappel historique a le mrite, au-del de la critique que l'on peut faire quant la pratique relle de l'entreprise, de mettre l'accent sur l'volution des attentes sociales, freine, voire modifie par l'croulement de perspectives politiques facilitant la prminence des ides librales.

    DE L'EFFICIENCE AUX SYSTMES D'VALUATION DES PERFORMANCES

    L'efficience, c 'est l'idologie du mrite. L'aspiration l'autonomie et la matrise de son travail est rcupre par le patronat. On attend des salaris, non qu'ils se conforment passivement aux directives de leur hirarchie, mais qu'ils fassent de leur plein gr ce que l'on attend d'eux. Mieux, il s 'agit de les placer en permanence dans des situations de mise en quivalence les uns par rapport aux autres, de concurrence entre services, units de recherche, entre services commerciaux, avec des primes pour les gagnants. Cela passe par la reconnaissance et l'valuation de la performance individuelle, aujourd'hui exprimentes pour les cadres. Aprs un entretien avec le manager, sont valus rsultats professionnels et comportement.

    A RG U M E N T S & MOUVE M E N TS 7 7

  • SAN O F I : B I G P HA RMA

    78

    Alors que la recherche est par dfinition confrontation avec l'imprvu, qu'il est impossible d'anticiper les rsultats, le capital agresseur russit le tour de force de culpabiliser l'agress, le rendant seul responsable du rsultat . Mais aussi invitation faite au chercheur de se dire : C'est moi que je dois ma russite ou mon chec, non des actionnaires dont l'horizon se limite la seule question de la progression de ses dividendes de l'anne >> .

    Cette valuation gnralise dshumanise la personne, dvalorise les actes au profit de leur dcomposition entre units quantifiables, telles qu'imposes par une culture du rsultat. Il s 'agit plus largement d'une destruction de liens sociaux de solidarit, de cooprations ncessaires la fois au dveloppement des comptences professionnelles, utiles des fins sociales et la ralisation de soi. Cette souffrance due la perte du lien social, les ouvriers du centre de production de Romainville menacs dans leurs emplois la ressentent fortement. Car c'est dans les luttes pour le maintien des activits productives juges raison utiles que des solidarits se sont construites . Il s 'agit de nouvelles formes d'alination qui vont jusqu' mettre en pril la sant psychologique des individus. La vie professionnelle envahit la vie personnelle, les dpressions se multiplient (trois cinq fois plus de dpressions Toulouse Sanofi que dans le reste de la R&D) . On ne peut s 'empcher de rapprocher cette rflexion de l'augmentation des suicides sur le lieu de travail. On pouvait lire, lors d'une manifestation, sur la pancarte d'un chercheur de Sanofi : Avant chez Sanofi, on soignait le stress, maintenant on le provoque. >> Le lean management mis en place aujourd'hui a pour objectif de systmatiser cette valuation de chaque activit individuelle et groupe de travail, intrioriser en permanence l'ide qu'il faut apprendre s 'adapter.

    Cela ne va pas sans contradictions. Car la meilleure motivation des personnels, leur aspiration la reconnaissance, pour nombre d'entre eux reste la valeur de leurs actes

  • professionnels (savoir-faire, crativit) au regard des finalits spcifiques qui les justifient. Il s 'agit d'avoir une activit au service de la sant publique. Ainsi, le sens du travail qui doit tre respect et la valorisation de soi participent du mme objectif De mme, l'efficacit au travail implique la reconnaissance du travail rel. Et il n'y a pas de travail sans coopration.

    Par ailleurs, la direction de Sanofi ne veut pas que tout soit valu. Par exemple, elle refuse que l'utilisation des crdits impts soit value l'aune de leur utilisation : 100 millions d'euros perus en 2010, 130 millions d'euros perus en 2011 et . . . 3 800 suppressions d'emplois depuis 2008. Autre exemple : pas d'valuation et de communication quant au cot du mdicament !

    Innovation : autre matre mot ! Toute solution, martlentils, rside dans l'innovation ! Faire du neuf? Comment tre contre ! Qu'est-ce alors que l'innovation pour les dirigeants de Sanofi ? C'est arriver mettre sur le march un

  • SAN O F ! : B I G P HA RMA

    8 0

    des avances pour combattre des maladies qui touchent des centaines de millions de personnes sur la plante. Comment permettre des innovations majeures sans s'appuyer sur l'exprience professionnelle et sans recherche de rels bnfices pour les patients ?

    POUR TRE LE LEADER MONDIAL, DES VALEURS SOCIALES FAIRE SAUTER

    Aussi l'attachement jug trop important des chercheurs du public une culture scientifique et thique reprsente un verrou faire sauter. Les dirigeants esprent mettre en place une nouvelle conception de la relation public/priv en les intressant financirement. Depuis le dbut des annes 1980, la concurrence et la comptition sont devenues les normes de fonctionnement. Pour s'en sortir, il faut tre le meilleur. C'est l're des gagneurs. Et selon le directeur gnral, cela dpend de chacun d'en tre un. Mais tre gagneur, dans une comptition mondialise o la recherche du profit est l'unique finalit, est terriblement destructeur. Les salaris en ont fait l 'exprience.

    Chez beaucoup de salaris existe le sentiment que mieux vaut appartenir une grande entreprise. Elle leur apparat en effet susceptible d'apporter une meilleure garantie pour l'emploi, des perspectives de carrire plus intressantes et davantage de possibilits de se dfendre. Aujourd'hui chacun peut faire l'amre exprience qu'on est souvent loin du compte. Reste que, pour flatter les aspirations professionnelles et thiques, Sanofi, se voulant rassurant pour demain, affiche haut et fort son objectif:

    Nous sommes le leader mondial de l'industrie pharmaceutique, nous voulons tre le leader mondial de la sant>> (Expertise pour le LEEM, Attractivit et comptitivit >>, 9 septembre 2010) .

    En fait, ce n'est pas du tout rassurant. Les dirigeants de Sanofi ont retrouv les mots sant, patients, qui leur ont t soufRs par les enqutes d'opinion, et les ont substitus ceux de produit, marchandise, clients . . . Mais les liens avec les

  • patients se font via le fichier de la Scurit sociale, ou par l'OTC (mdicaments en vente libre) , la tlmdecine . . . De la sorte on passe outre l'avis des mdecins, considrs comme un obstacle, comme tant trop attachs au suivi du patient, pas assez aux innovations des firmes pharmaceutiques (dclaration du LEEM) .

    Ce n'est pas la maladie, mais le consommateur qui est cibl. Celui-ci deviendrait lui-mme, avec le pharmacien, son propre prescripteur. Ainsi, le patient retrouve sa place de client :

    >, 9 septembre 2010) .

    La sant sera le dernier domaine que l 'on va couper dans le budget familial. Et tant pis pour ceux qui ne pourront pas payer !

    Pour mobiliser tout le monde, . Ce discours cannait une limite : sa crdibilit. Il en est de mme du discours sur les comptences. Pour Chris

    ARG U M E N TS & M O UV E M E N T S 8 1

  • S AN O F I : B I G P HARMA

    82

    Viehbacher et ses compres, les comptences doivent servir accrotre les rsultats financiers, anne aprs anne.Y aider, tel est le travail des experts. Dans les faits, ce qui fait l 'actualit, et la comptence pour les actionnaires, c 'est faire du fric , tailler dans le social, formater les personnes, occuper un march largi. Pourtant, cette conception de la comptence est en crise, car l'ide germe que les dirigeants en fait dtruisent l'entreprise, laquelle porte des responsabilits sociales non assumes.

    Ces exemples tmoignent que, tout en participant un systme de reprsentations de l'organisation de la socit et de son fonctionnement, les ides sont traverses de contradictions. Il y a la situation conomique et sociale, les aspirations des individus, et l'objectif du patronat que les salaris intgrent ses valeurs et les exigences du march. Ces contradictions se refltent dans le discours patronal, et peuvent donner prise aux rsistances, la volont de crer du commun et de construire des alternatives.

    La riposte vise dconstruire concrtement ce discours qui parodie l'intrt gnral. Dconstruire, c 'est aussi prendre appui sur des valeurs qui aujourd'hui rsistent pour faire du commun, comme par exemple l'exigence porte dans les luttes de sortir le mdicament de la logique du march et de redonner du sens au travail. C'est aussi porter une rflexion sur la question de l'entreprise que nous voulons. C'est l'ide que les salaris sont les plus aptes prendre des dcisions avec les citoyens et les instances sociales et reprsentatives, pour dfinir les fmalits du travail, son organisation, dans le sens de rpondre aux besoins de la socit et des peuples.

  • 4. LE MDICAMENT, BIEN PUBLIC OU MARCHAN D I S E ? Q!JI DCIDE ?

    La pense dominante considre le mdicament comme une marchandise, soumise la loi du march et de la concurrenee, obissant la logique de rentabilit financire. C'est un dtournement de la finalit premire du mdicament. Le mdicament n'est pas une marchandise. Il est un bien pour la sant, dont l'accessibilit ne doit pas reposer sur le critre de l'argent, mais sur celui du besoin pour chaque tre humain d'un mieux-tre ou d'une ncessit vitale.

    Face la dictature du profit sur toute la chane du mdicament et sur la socit, l 'alternative est de porter une autre logique de dveloppement qui s 'appuie sur les besoins, les atouts humains, scientifiques, technologiques, dontologiques, dont sont porteurs les diffrents acteurs de la sant, et qui soit une logique conome en ressources naturelles, en travail humain, libre du fardeau financier. Salaris, citoyens, usagers, peuples du monde, tous ont intrt conqurir le pouvoir de dcider la place des actionnaires. Le souhaitable commence s'exprimer, comme on le voit dans les luttes actuelles .

    Sanofi et toutes les grandes fumes multinationales, ce sont des salaris dans de nombreux pays, et au-del des peuples qui subissent leurs diktats. Ralit qui invite construire des rseaux de rsistances et d'alternatives. Hier, les chercheurs de Romainville proposaient le projet Nris, une alternative la destruction programme du centre de recherche. Plus rcemment, Porcheville, les salaris ont eux aussi propos une alternative permettant d'utiliser leurs comptences dans l'activit de dveloppement du mdicament. C'est aussi ce qui s'est exprim Toulouse et Montpellier dans les mots d'ordre : Sanofi nuit gravement la sant de ses patients , Sanofi tue sa recherche en France. Et le patient, il devient quoi ? , La finance doit rester un moyen utile l'ensemble

    A RG U M E N T S & MOUVE M E N TS 85

  • SAN O F I : B I G P HARMA

    86

    et non pas une finalit dtourne par une minorit)). Et : Innovons, licencions les patrons !)). D'autres luttes, en Inde aujourd'hui, hier en Afrique du Sud, au Brsil ou en T halande, expriment le droit d'avoir accs aux molcules efficaces, meilleur prix. Les groupes industriels locaux refusent de payer des royalties aux firmes.

    L'exigence d'accs aux soins et aux mdicaments s 'exprime de faon grandissante dans le monde. Il est possible de dgager quelques axes de lutte en rupture avec la domination du profit, de crer des rseaux de rsistance et d'alternatives ; en France, et aussi avec d'autres forces sociales dans le monde, l'exemple des rencontres avec la Fdration des travailleurs africains en France (FETAF) .

    Il conviendrait d'aborder de manire conjointe la question des orientations stratgiques de ces groupes sur lesquels pse le caractre priv des capitaux et des pouvoirs. Cette optique est vidernn1ent en contradiction avec les intrts des directions de ces multinationales et de leurs actionnaires.

    APPROPRJATION PAR LA SOCIT?

    L'appropriation par la socit de la recherche jusqu' la production et la distribution du mdicament se pose maintenant. Pourquoi en effet dconnecter l'inlmdiat des luttes et l 'avenir ? Que ce soit pour rpondre l'urgence des revendications ou l 'avenir humain par un autre mode de dveloppement, le qui dcide ? et pour quelles finalits ? est essentiel. Peut-on concevoir, dans un pays comme le ntre, que s' exprin1e une volont politique majoritaire des citoyens en faveur d'un tel processus d'appropriation par la socit de la chane du mdicament, pour instaurer celui-ci comme un bien public ? Nous le pensons et jugeons que c 'est ncessaire pour le dveloppement des individus eux-mmes.

    Nous entendons appropriation sociale)) au sens o la socit se donne les moyens, y compris au sein des entreprises concernes, de matriser les orientations et dcisions d'investissements . Il s 'agit de bien davantage qu'un simple

  • pouvoir consultatif des reprsentants du personnel, des usagers et de la nation, dans les conseils d'administration.

    Partons de ce principe : la sant comme bien tre physiologique et psychique, doit tre, ou plus exactement doit devenir, un droit universel (tel qu'il a toujours t universellement dclar) .

    Or, quel que soit son dveloppement dans l'histoire ou dans le monde, le systme capitaliste montre quotidiennement, et sous toutes les latitudes, qu'il est un systme ingalitaire par essence. Il est li l'existence de classes possdantes et repose sur le principe de l'exploitation de la force de travail, pour en extraire la plus value aux fins d'accumuler les capitaux. Ce qui en fait un systme de domination et d'alination des individus : mise en concurrence des salaris, des peuples, renoncement soi . . . Si son expansion est lie aux rvolutions technologiques et industrielles, en tant que systme politico-conomique et systme de valeurs, il ne peut notre poque se prvaloir du dveloppement de l'humanit, dans le sens de son progrs. Le capitalisme se caractrise comme un type de socit dans lequel les institutions et l'tat pour l'essentiel fonctionnent au service d'une conomie oriente vers la valorisation fmancire.

    Un autre type de dveloppement est maintenant ncessaire. Il exige de procder un autre choix politique : celui d'orienter l'conomie selon les rponses diversifies apporter aux exigences humaines et cologiques. Ce qui pose la question de la matrise sociale effective des activits humaines. L'exercice de cette matrise sociale doit viser conqurir des espaces non marchands, par exemple pour le mdicament, en fonction des besoins reconnus comme vitaux. Et aussi d'avoir pour ambition de transformer les conditions dominantes du march des biens et des services.

    Dans cette perspective il est ncessaire d'affronter la domination des multinationales , notamment quant au dveloppement diversifi et crois des forces productives. Ce dveloppement est marqu respectivement par l'histoire, la

    A RG U M E N TS & MOUVEM E NTS 87

  • SAN O F I : B I G P HARMA

    88

    culture et les savoirs des diffrents continents . Il s 'agit de l'analyser non seulement l'chelle de l'Europe, mais galement celles de l'Asie, de l'Afrique et des tats d'Amrique. En effet, les exigences de leur dveloppement ne sont pas seulement dtermines par la domination de la concentration et de la mondialisation du capital, elles correspondent galement la dynamique d'volution des technologies, lesquelles ncessitent des investissements de recherche et dveloppement, des quipements volus et diversifis, la confrontation et la complmentarit du travail qualifi de diffrents laboratoires ou de plusieurs industries de production. Un seul territoire ne peut pas toujours runir lui seul l'ensemble de ces conditions.

    La coopration et la complmentarit s 'imposent pour rpondre aux besoins mondiaux en matire de sant et de mdicaments. Ces besoins sont tels qu'il est ncessaire de dvelopper, et non de restreindre, dans chaque pays comme au niveau international, les capacits industrielles et de recherche. Or, la tendance impose par l'organisation capitalistique dominante produit le rsultat inverse. Cette domination impose une organisation et des modes de dveloppement dans le contexte d'une concurrence destructrice, sur chaque territoire national comme au niveau mondial. Des dcisions sont prises d'abandonner des recherches et de dtruire des capacits d'innovation et production, or ces dcisions sont contraires aux intrts de la socit.

    L'objectif doit tre de gagner idologiquement et majoritairement la conscience de l'actualit et de la ncessit d'une autre perspective. La contestation du libralisme est globalement majoritaire en France, mais la concrtisation des conditions du dpassement de ce systme pour un vritable changement peine se concrtiser tant que domine le sentiment d'impuissance face la crise.

    Nous souhaitons tracer quelques pistes de rflexion pour dessiner cette faisabilit. Une rflexion qui s'appuie sur l'exprience collective de la mobilisation de salaris confronts

  • aux plans successifS de restructuration du groupe pharmaceutique Sanofi.

    Q!JELLES RUPTURES? Q!JELS CHANGEMENTS?

    Ces changements doivent s'inscrire dans la remise en cause de ces rapports destructeurs de vie et d'humanit, et s 'inscrire dans une perspective de cooprations entre les peuples . Il n'y aura pas d'issue positive sans s'attaquer aux fondements mmes de cette domination. De notre point de vue les quelques exemples ci-aprs illustrent l'inversion de tendance qu'il est ncessaire de promouvoir.

    1 . Au mme titre que la reconnaissance salariale de la qualification, ciffirmer le droit au sens et la dignit dans le travail. Porter haut l'exigence de travailler pour rpondre aux besoins sociaux et non pour rpondre aux apptits froces des actionnaires. Dvelopper les cooprations entre chercheurs, les activits et les services, en France et dans le monde. Revaloriser la place du travail, c 'est considrer que les salaris ne doivent plus tre assujettis mais tre considrs comme des sachants, appels rellement participer aux dcisions.

    2. > , dvelopper ce qu'ils appellent l ' open innovation . Alors que pour les maladies, et particulirement les maladies majeures, et particulirement les maladies majeures aujourd'hui sans traitement efficace, il y a ncessit de partager les connaissances, de les mettre au service de l'amlioration thrapeutique et de l'accs aux mdicaments pour tous.

    3. Affirmer le refus de breveter tout ce qui touche la vie. Encore une fois, cette connaissance doit se diffuser et se discuter tous les niveaux, aussi bien dans les laboratoires

    ARG U M E N TS & M O UV E M E N T S 89

  • SAN O F I : B I G PHARMA

    90

    universitaires que dans les laboratoires privs. Le monde du vivant est complexe, ncessitant aujourd'hui de nouveaux concepts, bass en particulier sur une meilleure connaissance des pathologies. Cette nouvelle tape ncessitera du temps, de nouvelles expertises et des moyens financiers complmentaires. Certainement de nouveaux mtiers seront aussi ncessaires.

    Au demeurant, lorsqu'elles sollicitent des financements publics, des crdits d ' impts, tout en assujettissant la recherche publique et l'innovation des vises financires, les firmes pharmaceutiques ne reconnaissent-elles pas de facto que tout le champ de la conception et de la production du mdicament doit tre du domaine public ?

    La biologie est une science qui s 'avre d'une plus grande complexit qu'on pouvait le penser. Une meilleure connaissance de celle-ci conduira des traitements plus efficaces, prsentant moins d'effets toxiques non souhaits. Une meilleure connaissance des maladies, par la biologie et la gntique, devrait permettre de dterminer plus finement les cibles potentielles Oe rcepteur, le gne) et les produits (chimiques, anticorps . . . ) pouvant agir sur ces cibles.

    cette fin, on a besoin de recherche fondamentale sur le vivant et de cooprations entre differentes disciplines scientifiques .

    4. Dmarchandisen> le mdicament. Il y a tout d'abord une exigence de transparence et de matrise publique quant la fixation des prix. Ceux-ci sont exorbitants. Ce n'est pas la communaut de financer les dividendes. Si la recherche, la fixation des prix et la commercialisation sont dictes par le taux de profit, les besoins ne seront pas satisfaits ; des populations n'auront pas accs aux remdes ; des produits inutiles, voire dangereux, seront distribus . . . La chane de la sant, qui inclut le mdicament, doit tre considre comme un service public accessible tous.

  • 5 . Avancer vers une Scurit sociale pour tous en France et mondialise. La Scurit sociale institue en 1945 n'a pas t rellement accepte par le capitalisme. Qu'une partie des richesses cres lui chappe et finance la solidarit sociale (sant, retraites, famille) lui est insupportable. Par tous les bouts, il a perverti le systme pour en tirer des sources de profit et casser l'ide de solidarit : prix des mdicaments, assurances prives, dremboursement . . . Aujourd'hui, une directive europenne prvoit tout simplement de permettre au secteur priv de concurrencer les systmes publics ou sociaux mis en place dans les pays de l'Union europenne.

    Dj le cot de l'accs aux soins et aux mdicaments dissuade une partie de la population d'y avoir recours Aujourd'hui, un Franais sur trois renonce des soins pour des raisons d'conomies . Depuis 2008, en France, l'esprance de vie en bonne sant)) est marque par une tendance la baisse. Il faut au contraire aller vers le remboursement 100% des mdicaments. En effet de deux choses l'une : ou des mdicaments sont inutiles pour la sant, et il faut les retirer de la distribution, ou ils sont utiles, et ils doivent tre pris en charge.Tout nouveau mdicament doit apporter une vritable valeur ajoute thrapeutique.

    raison la sant est considre, au mme titre que l' ducation, l'alimentation, l 'eau, l 'nergie, l'information, le sport et la culture, comme un bien commun pour l'humanit, porteur d'une avance de civilisation. Par consquent ces biens communs ne doivent pas tre soumis la loi du profit. Il s 'agit donc de reconqurir la Scurit sociale aujourd'hui menace, et d'en faire un des moteurs essentiels pour favoriser l'accs la sant pour tous. Ce qui implique la matrise par les salaris et la population de cette grande conqute sociale, et la transformation de son mode de gestion et de financement. De la mme faon, ce droit la sant tant universel, ne faut-il pas mettre l'ordre du jour, en relation avec les forces sociales qui dans le monde se battent pour

    A RG U M E N T S & MOUVE M E N T S 9 1

  • SAN O F I : B I G PHARMA

    92

    l'accs la sant, l 'exigence d'aller vers une Scurit sociale mondialise ?

    6. Construire un cordon sanitaire, une vritable pharmacovigilance, afin que soient assures l'efficacit et l'absence d'effets nocifS connus des mdicaments produits et distribus. Cela implique de travailler en continu l'amlioration des procds, d'ouvrir des pistes nouvelles, au fur et mesure de l'acquisition des connaissances en chimie et en biotechnologie. De mme, il est ncessaire de travailler en rseau avec les visiteurs mdicaux, dont le rle doit tre revu, en relation avec les mdecins, les centres de sant, les officines, lesquelles doivent retrouver un rle de service public, et avec les centres de recherche publics . . . Toute entreprise de production ou de distribution prise en dfaut devrait tre mise sous tutelle.

    Ces axes, s'ils ne sont pas limitatifS, participent de la conqute d'une matrise sociale, collective de la filire mdicament/sant par les diffrents acteurs de la sant, les chercheurs, les institutions publiques, les lus . . . Contester le pouvoir des actionnaires, ce n'est donc pas seulement une question de rpartition des richesses . Il s 'agit de mettre en cause les rapports destructeurs que ceux-ci font peser sur l'entreprise, les salaris, les tres humains et la plante, ce qui implique de rompre vraiment avec les contraintes de la rentabilit. Ces processus d'appropriation posent la question de la proprit, de la forme d'organisation sociale ncessaire son efficacit.

    La nationalisation comme en 1981 ? Du fait que cette exprience fut vcue comme n'ayant rien chang du point de vue des finalits et des critres de gestion de l'entreprise, peu nombreux sont ceux qui veulent la renouveler. Avec raison. Rhne-Poulenc fut nationalis en 1982, ce qui permit de sauver financirement le groupe qui se trouvait en difficult. Dans le mme temps, l 'tat prit une participation de 40% dans l'autre groupe pharmaceutique : Roussel-Uclaf.

  • Dans l'un et l'autre cas, les orientations des directions n'en furent pas changes. Il s 'est agi pour elles, non de rpondre aux besoins de sant, mais de suivre une stratgie concurrentielle et de dveloppement fmancier avec l 'objectif de devenir un groupe mondialis attractif. De 1983 1992, les acquisitions-absorptions se sont succdes. Cette politique de recherche de la comptitivit a un cot : la destruction d'atouts industriels et scientifiques, la destruction de milliers d'emplois, la fermeture de centres de recherche. En outre cette stratgie a utilis les moyens de la puissance publique. En fait la nationalisation de 1982 fut une tatisation, le temps ncessaire au groupe de se sortir des difficults, mais en aucune manire le moyen d'imposer une vraie matrise par la socit de l'entreprise concerne. Cette exprience montre l'importance de distinguer fondamentalement tatisation et appropriation sociale ou appropriation par la socit.

    Du fait du rejet de renouveler l'exprience passe, a avanc l'ide d'un ple public de la sant. Mais ds lors qu'un tel ple existerait ct des firmes prives, ne serait-on pas conduit socialiser les pertes, tandis que le priv pourrait slectionner ses recherches en fonction des marchs porteurs pour accrotre les dividendes. La question est de savoir quelle place et quel pouvoir, dans ces instances publiques, pour les salaris et pour les acteurs de la sant. Le dbat n'est pas clos.

    Cette question ne se traite pas sur le mode de l'vidence. La nation n'est pas l'tat, mais le peuple rassembl. La socialisation n'est pas la proprit sans propritaires, ou proprit d'tat, mais proprit de la socit. Elle ne peut tre effective sans dfinir pour quelle vise, quels besoins, quels contenus, et par quels pouvoirs, au niveau de l'entreprise mais aussi de la nation, de ce qui concrtement ou activement la constitue : la ville, la rgion, le dpartement, sans faire abstraction du rapport au monde.

    A RG U M E NTS & MOUVE M ENTS 93

  • SAN O F I : B I G PHARMA

    94

    LE Q!)l DCIDE EST ESSENTIEL, TOUS LES NIVEAUX.

    Quand une entreprise est menace de fermeture, de dlocalisation, on voit des salaris poser les rponses en termes d'instauration d'une cooprative des salaris. Exemples rcents : Fralib,Total, GoodYear . . . Si bien qu'merge dsormais la revendication d'imposer un droit de premption des salaris, ds lors qu'il y a menace de fermeture. Cette mme question a point sous d'autres formes Florange.

    Mais pourquoi ce droit s'exercerait-il seulement pour les entreprises en difficult , donc l o c 'est le plus difficile raliser, et pas sur les entreprises qui se portent au mieux ? A fortiori quand ces entreprises, comme Sanofi, sont victimes de l'avidit insatiable des actionnaires, dtournant leur finalit sociale, et que de surcrot elles bnficient de fonds publics et pillent la Scurit sociale. Si l'argent public sert investir, dvelopper la recherche, alors que les profits sont toujours plus distribus en dividendes, cela signifie que ce modle de dveloppement a fait son temps. Pour qu'en France la politique du mdicament soit au service de la sant publique, l 'intervention, la matrise et le contrle par tous les acteurs sont ncessaires, ainsi que la mise en uvre d'autres critres de gestion, porteurs d'un nouveau type de dveloppement.

    Dmarche autogestionnaire, ouverte la socit, dont il s'agit moins de prciser les caractristiques, les formes qu'elle pourrait prendre, que de s'inscrire titre individuel et collectif dans cette vise, chaque jour, dans chaque acte. Le niveau des exigences et l'volution des rapports des forces sociaux et politiques ne sont pas prdictibles. L'essentiel est dans la dmarche et les ruptures que le mouvement se fixe.

    notre poque, l'alternative doit tre rflchie, en intgrant la fois la dimension essentielle du territoire et celle de l'internationalisation des forces productives et de la recherche. Il s 'agit de redfinir le rle de l'entreprise, de la proprit de l'entreprise et des pouvoirs y exercer ; mais aussi celui de l'tat et de la nation, du territoire comme lieu

  • de savoir-faire et de production. li s 'agit de sortir du cycle infernal : accumulation financire - destruction des capacits productives et d'innovation - suppression d'emplois et des capacits de recherche ?

    Q11'EST CE Q11E L'ENTREPRISE? Q11'EST CE Q11'UN TERRITOIRE?

    L'entreprise est avant tout un fait social, car productrice de socit, de connaissances, de technicit, de liens sociaux, et de rponses aux besoins . Or, juridiquement, l'entreprise n'existe que comme socit de capitaux et non comme communaut de production de biens et de services. De ce fait, la marchandise tant le but et le moyen de l'accumulation des capitaux, le systme hypertrophie la valeur d'change (donc le rapport au march) , au dtriment de la valeur d'usage : c 'est--dire son rapport aux besoins rels, le rapport qualit/prix, la conformit aux normes de qualit et environnementales. Se trouve, dans le cadre la fois juridique, idologique et conomique, le statut mme de l'entreprise.

    L'entreprise ne peut pas tre rduite la proprit de quelques-uns et dtourne de ses finalits. Cette ralit est de plus en plus apprhende par les salaris de Sanofi et par les chercheurs des sites en lutte, comme Montpellier, Toulouse, Porcheville, ou avec le projet Ners . . . Reste que les aspirations ne suffisent pas pour concrtiser le changement. Il y faut la perception et l'identification des possibles mises en cause du pouvoir des actionnaires et de la fmance, dans l'entreprise comme dans la socit .

    Pour que l'entreprise devienne cette communaut de production de biens, de services et d'innovation, des critres autres que celui de la rentabilit actionnariale doivent impulser son activit. Des critres de progrs social, par exemple des critres permettant de lutter efficacement contre le dumping social, qui pse sur la rmunration du travail et les conditions de sa mise en uvre. li s'agit de donner

    A RG U M E N T S & M O UV E M E N T S 95

  • SAN O F I : B I G P HARMA

    96

    toute sa place au salari-citoyen, pour que la ralisation de soi devienne le moteur de l'efficacit, pour passer de la mise en concurrence une coopration relle entre salaris, entre salaris et acteurs de la sant, entre les salaris et les reprsentants des citoyens. Il est donc ncessaire d'impulser un autre rapport de ces groupes multinationaux aux territoires, qui ne soit pas celui de prdateurs. Le capitalisme a intrt dominer les territoires et empcher que s'expriment de manire structure les besoins et les choix de mode de vie et de consommation. Le libralisme ne conoit l'expression de ces besoins qu'au travers du march. Il a cr de toutes pices la fable du citoyen consommateur . En fait, une vritable citoyennet doit pouvoir accder la maitrise de la valeur d'usage des biens produits, aux conditions sociales dans lesquelles ils sont utiliss, mais aussi aux orientations de recherche et de production, en lien avec les problmatiques de sant, de scurit et d'impact sur le milieu naturel.

    Cette approche tend confrer au territoire un rle clef pour la matrise citoyenne de l'conomie. Les territoires (national, rgional, europen, mondial) sont la fois des lieux de consommation, mais aussi de ralisation de produits et de services, des lieux de savoir-faire, de formation et de qualification des forces de travail . Et aussi des cultures, des lgislations, des infrastructures, des institutions, une histoire. Au demeurant, toute multinationale choisit son implantation en fonction d'un examen de tous les lments constitutifS du (des) territoire(s) de sa future implantation ou extension. Il faut en conclure que tout territoire a des atouts faire respecter, mais selon des critres opposs la logique de rentabilit financire.

    Dans le domaine de la recherche mdicale et pharmaceutique, ces atouts ou cadres fixs par les territoires sont trs prsents voire indispensables. Les groupes pharmaceutiques s'appuient de longue date sur la recherche publique, et comptent l'investir plus encore, videmment en fonction de leurs propres objectifS. Cette recherche ne peut pas se

  • dvelopper sans lien avec les progrs de la pratique mdicale, sans les lments essentiels des bases de donnes pidmiologiques. Ce lien avec la recherche publique est si primordial qu'il donne ide la direction du groupe Sanofi de remplacer des postes de techniciens et de chercheurs par des transferts vers le potentiel des instituts publics de recherche et vers la recherche universitaire.

    Q!)l SONT LES EXPERTS?

    La question que l'on ne pose plus dans les mdias, tant elle est rgle par la ngative : les salaris, la socit et ses diverses reprsentations syndicales, citoyennes et politiques, sont-ils capables de penser autrement l'conomie et l'entreprise, l'organisation du travail et de la socit ?

    On ne doit pas voir derrire cette interrogation une quelconque ngligence quant l'intrt des travaux d'experts ou de spcialistes . On connat la qualit des travaux de l'Insee quant au suivi de l'volution du tissu social, industriel et conomique de la France dans le contexte international actuel. De mme, les lus aux conseils d'administration ou comits d'entreprise sollicitent le milieu professionnel de l'expertise pour obtenir des lments d'analyse. Ce travail fait partie de la confrontation ncessaire, dont la socit a besoin comme aide l'analyse et la dfinition d'un avis. L'expertise a nanmoins besoin de changer de statut. Elle doit elle-mme accepter la confrontation et la critique. Car ce qui le plus souvent fait dfaut est la connaissance du travail d'laboration des salaris et des citoyens organiss comme un lment essentiel prendre en compte dans cette confrontation.

    L'irruption dans le dbat conomique et politique de la question, qui ne peut plus tre considre conune marginale, de la reprise d'une entreprise sous le statut de cooprative, ou le dbat sur la nationalisation, sont significatifS de l'aspiration davantage d'initiatives de la part des salaris . Est ainsi pose juste titre la question essentielle de la

    ARG U M E N TS & M O UV E M E N T S 97

  • SAN O F I : B I G P HARMA

    98

    proprit de l'entreprise comme communaut de travail, et des critres de sa gestion pour une finalit utile la socit. L'autogestion, terme revendiqu lors des vnements de Mai 68, et depuis banni du vocabulaire de la gauche, revient dans le dbat public.

    LE PROJET NERES A OUVERT UNE AUTRE VOlE

    Le groupe Sanofi-Aventis est n de la fusion entre Rhne-Poulenc Rorer et Hoechst Marion-Roussel. Ces regroupements successifS ont fait du groupe un des leaders mondiaux de la pharmacie. Ces restructurations ont donn lieu des plans successifS de suppressions massives d'emplois et de centres de recherche. Face au projet de fermeture de l'un des premiers centres de recherche du mdicament du groupe Hoechst-Marion-Roussel (aujourd'hui Sanofi) , un groupe de salaris a dcid de travailler un projet alternatif, pour le site de recherche de Romainville. Sur son ancien site internet, le projet Nris est ainsi prsent :

    Afin d'tre le plus possible en cohrence avec ses atouts, et de rpondre tant l'intrt des malades que du personnel, sans se placer dans une confrontation frontale avec la direction d'A ventis, le projet Nris a pour objectifS principaux :

    la sauvegarde d'une recherche franaise et europenne de haut niveau dans le domaine des anti-infectieux concourant, par l mme, une indpendance thrapeutique dans cet axe, qui n'est plus travaill cette chelle dans la CEE ; la constirution d'une strucrure de dveloppement du mdicament permettant de valoriser les travaux issus de la recherche prive ou publique (organismes de recherche, fondations, OMS, ONG, PME-PMI de l'industrie pharmaceutique, ou des biotechnologies.) ; la constirution d'une strucrure de dveloppement du mdicament, ouverte sur le public comme sur le priv ; la cration d'un centre de formation aux mtiers du mdicament.

    L'ensemble devant contribuer la constitution d'un "pharmaple" public-priv susceptible de devenir un centre d'artractivit

  • pour une innovation thrapeutique, prenant en compte les concepts thiques et non uniquement bas sur, ni soumis aux lois du march. r: entit constitue aura ainsi pour mission d'effectuer une recherche propre et spcifique dans les domaines des antibactriens et des antifongiques, tout en examinant de prs les possibilits d'aborder le domaine des antiparasitaires.

    On lira galement le tmoignage de Pierre Vermeulin, alors directeur-adjoint du secteur chimie au CNRS [ .. encart, p 106-1 07] .

    Le projet fait valoir les atouts existants du territoire : la qualit des infrastructures, la qualit des matriels et quipements, ainsi que de l'infrastructure informatique et de rseaux, la haute qualification du personnel de recherche, l'exprience du centre de recherche dans le domaine de la gestion des brevets, la connaissance de la rglementation, l'importance historiquement accumule de sa documentation. Il prsente une structuration autour d'entits de recherche, de dveloppement et d'entits de fonctions support.

    Le centre de recherche de Romainville a certes t ferm, aprs de nombreuses annes de mobilisation des personnels, suite au refus de la direction du groupe et des pouvoirs publics de prendre en considration ces propositions. 5 000 mdecins ont t contacts au sujet de ce projet, de nombreux chercheurs de l 'Inserm, du CNRS, de l 'Institut Pasteur, des laboratoires universitaires . . . Quels enseignements peut-on dgager ? Essentiellement, et en premier lieu, le fait que le projet Nris a ouvert une nouvelle voie : celle d'une dmarche d'laboration par les salaris, dans la diversit des catgories , avec la participation d'ouvriers, d'employs, de techniciens, de cadres et de chercheurs, en lien avec leurs reprsentants syndicaux, mais aussi en interpellant les citoyens et les forces politiques du pays. Ce qui fit dfaut pour empcher la fermeture du centre de recherches, outre l'vidente inertie des pouvoirs publics, fut l'insuffisance du

    ARG U M E N TS & MOUVE M E N T S 99

  • SAN O F J : B I G PHARMA

    1 00

    lien entre le mouvement des salaris et la population, l'importance de cet apport dcisif ayant t sous-estime.

    Ce projet a dfini pour la recherche et le dveloppement du mdicament une fmalit autre que celle de la valorisation actionnariale du groupe. Il prend pour objectif de mettre la performance et la qualification au service de domaines de recherche dlibrment dlaisss, et pourtant essentiels, pour le dveloppement de la sant de la population mondiale. cette fin, il demandait la direction du groupe pharmaceutique et aux pouvoirs publics de favoriser les investissements dans un partenariat public-priv. Pour dmontrer le caractre viable d'une telle structure et de ces objectifS, les salaris ont tmoign de leurs connaissances prcises des mtiers et de leurs interactions.

    NOUVEAU STATUT DE L'ENTREPRISE

    Au travers de la notion de pharma-ple , le projet Nris pose plus globalement la question du statut de l'entreprise, de la proprit et des pouvoirs de dcision pour l'investissement du capital. On peut s 'interroger s'il est possible de dgager un centre de recherche ou une entit de dveloppement de la loi du march dans laquelle est engage la structure mre du Groupe. Du point de vue juridique et conomique, il existe deux statuts pour les entreprises (sans parler de celui de cooprative) : le statut d'tablissement public industriel et commercial (EPIC) et celui de socit anonyme (SA) de caractre exclusivement priv. Le tissu industriel en France a t depuis longtemps structur par de grands ensembles ayant un statut d'EPIC. Les privatisations depuis vingt ans n'ont pas limin l'empreinte laisse, ni totalement radiqu la culture d'entreprise au service de la nation. Nous pensons aux services publics des transports ferroviaire et arien, Edf avant sa privatisation et changement de statut en socit anonyme (mme avec l'tat comme actionnaire majoritaire) .

  • Nous avons moins en tte des groupes comme la Snecma ou Areva, aujourd'hui encore majoritairement capitaux publics. Le groupe Snecma par exemple (groupe franais de l'quipementier international Safran) , concepteur de moteurs d'avions, pour le civil, le spatial et le militaire, avec ses centres d'tudes et d'essais de Villaroche et de Corbeil, a construit des cooprations dans la dure avec d'autres groupes du secteur priv. Depuis plus de trente ans, ce groupe fonctionne sur la base de nombreuses collaborations internationales, avec les plus grands acteurs des marchs de l'aronautique et du spatial.Au travers de CFM International, Snecma s'est associ son homologue et concurrent amricain GM pour produire le CFM 56, moteur qui quipe les modles d'Airbus et de Boeing. Le groupe participe avec General Electric la production des moteurs de forte pousse, destins la propulsion des avions long-courriers et gros porteurs. Ces centres de R&D dveloppent les technologies les plus avances pour la propulsion des vaisseaux spatiaux et des satellites. Cette collaboration contractualise public-priv, l'chelle nationale et internationale, pourrait s 'appuyer sur la ralit de la rpartition de la production et de la recherche, ainsi que des cots d'investissement dans les secteurs jugs stratgiques.

    La nationalisation de la production et de la distribution de l'lectricit dans la France de la Libration a inaugur une conception d'intrt gnral, conomiquement efficace, de la ftxation du prix de revient et de vente du KWh. Un systme de prquation tarifaire pour l'galit d'accs sur tout le territoire a t dcid et fonctionne depuis plus de soixante-cinq ans . C'est prcisment parce que cette orientation, de juste prise en compte et rpartition des cots, constitue la base conomique fondamentale structurant la mission de service public, contraire la prdation des intrts privs, qu'elle est aujourd'hui mise en cause. L'argument de la Commission europenne quant la prtendue ncessit de mise en concurrence des prix de l'lectricit contre

    A RG U M E N T S & MOUV E M E N T S 1 0 1

  • SAN O F I : B I G PHARMA

    1 02

    les monopoles est fallacieux. La production et la distribution de l'lectricit dans le monde ont toujours t inscrites dans un environnement concurrentiel. Les monopoles qui se sont crs, en se dgageant des obligations d'intrt gnral, sont les monopoles privs . Ils dominent aujourd'hui les conditions de dveloppement dans ce secteur stratgique pour le devenir de la plante et des populations, sans la transparence que la socit est en droit d'exiger.

    Avec Sanofi, nous sommes aussi devant un secteur stratgique. Dans le domaine des mdicaments, le choix est entre l'entreprise avec son potentiel qualifi de recherche au service de la rponse aux besoins, ou des orientations pour l'entreprise visant, en fonction d'une logique d'accumulation financire, faire fructifier les intrts de prdateurs que sont les actionnaires. La premire alternative n'limine pas l'mulation scientifique ou technologique, pour un meilleur rapport d'efficacit. Cette efficacit doit se raliser y compris dans la transparence du rapport qualit/prix de revient. Ce dernier doit reconnatre les composantes des ressources naturelles, celles du travail de recherche, de production et de promotion. En revanche, des composantes sont rduire ou liminer, tels les cots d'entretien financier du capital. D'une manire gnrale, cette mulation doit s 'exercer sur la base de critres d'intrt commun ou public (prcisons l'intrt de tous, tant la notion d'intrt gnral a t dtourne de son sens) , et non sur les critres d'intrts privs.

    La question demeure : que faut-il un groupe pharmaceutique, de recherche et de production, pour se dployer, prtendre la performance dans l'innovation, tout en rpondant aux besoins de sant des populations ? On en revient ce qui constitue les atouts d'un territoire : les qualifications, les atouts scientifiques, une autre conception de la fmalit du travail, un dveloppement de la mondialisation autre que celui anarchique d'une guerre concurrentielle. Aussi, sur la base des lments prcdemment exposs et

  • sur celui du retour d'exprience de la gestion actuelle de Sanofi, ne devons-nous pas poser la question de l'appropriation publique par la socit de la chane du mdicament ? Cela passe-t-il par la prise de participation majoritairement publique (voire si ncessaire 100%) du groupe le plus important ou le plus influent sur le territoire national, mais galement parmi les dix plus grands groupes au niveau international ? Cette question doit faire l'objet d'un dbat incontournable. La socit est en droit d'tre exigeante : c 'est aussi le groupe qui a accumul le plus de capitaux, grce au travail de ses chercheurs et de l'ensemble de ses salaris . Son histoire, indpendamment des restructurations, est celle d'un dveloppement qui doit tout au travail .

    Mais pour russir, la difference des nationalisations de 1981, cette appropriation publique et ce changement de statut de l'entreprise doivent tre l'aboutissement d'un processus de mobilisation des salaris et ports par une exigence majoritaire des citoyens, et non dcoulant d'une dcision du sommet de l'tat. La stratgie fmancire de Sanofi, avec ses milliers de suppressions d'emplois, devrait permettre d'interroger les citoyens et mettre en dbat national cette question. Ce processus devrait s'accompagner d'une loi d'orientation qui non seulement justifie l'appropriation sociale et publique du groupe, mais dfinirait les orientations directrices en matire de finalits de recherche et de production, en fonction des besoins, contractualisant les obligations du groupe vis--vis de la collectivit nationale comme du point de vue des engagements de la France au regard des programmes internationaux. La discussion et les dcisions l'Assemble nationale et au Snat devraient tre l'aboutissement d'une vaste consultation citoyenne, au cours de laquelle les propositions et avis des acteurs de la chane de la sant seraient effectivement pris en considration. Une consultation qui ne serait donc pas une simple formalit sans suites, mais devrait rsulter d'une vritable laboration et concertation avec l'ensemble des acteurs de

    ARG U M E N TS & MOUV E M E N T S 1 03

  • SAN O f l : B I G P HA RMA

    1 04

    la sant. Les orientations tant dbattues avec les citoyens, comme devrait l'tre tout grand enjeu de socit. C'est d'un travail en profondeur qu'il est question, car depuis plusieurs dcennies tout est fait pour clater et diviser les professions de sant, les opposer la socit. A contrario, l 'existence des projets alternatifS que nous avons mentionns, les rflexions et les exprimentations dans les collectivits locales pour faciliter l'accs aux soins, la sensibilit aigu de ces professions l'intrt gnral et humain, sont autant d'atouts qui montrent qu'un tel projet ne part pas de rien.

    TRANSFORMER LA PROPRIT, LES POUVOI RS ET LES CRITRES D'EFFICACIT

    La transformation de la proprit de l'entreprise ou du groupe implique, de manire essentielle et concomitante, la transformation des critres d'efficacit qui rgissent ledit groupe, ainsi que de rels pouvoirs de dcision de tous les acteurs . Cela commence par les orientations de recherche. Celles-ci doivent tre dbattues et dfinies, en fonction des besoins rels et non du critre de rentabilit financire. Ces choix devraient alors reposer sur un bilan de l'utilit thrapeutique des mdicaments disponibles, ainsi que sur le bilan des exigences ou priorits pour faire reculer les maladies et favoriser l'galit d'accs de tous la sant. Il semble vident qu'un tel bilan et la dfinition de ces choix impliquent une coopration troite entre la recherche publique et la recherche industrielle, de mme qu'une concertation relle avec les professions mdicales, les organismes de protection sociale, les associations de malades.

    C'est donc redonner toute sa porte la valeur d'usage du mdicament. De mme, les critres d'efficacit doivent reposer sur une pharmaco-vigilance sur l'ensemble des maillons de la chane de production et de distribution. Dprivatiser>> les connaissances thrapeutiques et imposer une matrise de la fixation des prix des mdicaments pour une accessibilit relle ncessite de remettre en cause le

  • systme des brevets, tel que dcrit prcdemment. Agir pour ces nouveaux critres d'efficacit contribue transformer plus gnralement les critres du march des biens et des services, au moins dans le domaine de la vente et de la distribution des mdicaments. Transformer fondamentalement le march des biens et des services ou sortir du march , c 'est un dbat qu'il faut mener. Toujours est-il que la matrise sociale de la chane du mdicament, pour la mettre au service des progrs de la sant, ne peut effectivement laisser de ct les critres de la fixation des prix des mdicaments et le systme de distribution et de promotion. Il faut lever les tabous qui empchent de concevoir le systme autrement.

    Ces considrations ont d'autant plus de valeur lorsqu'on rflchit au devenir de la production et de la distribution des mdicaments pour le monde d'aujourd'hui et de demain.

    Le dveloppement mondial caractris de manire dominante par l'ingalit et les exigences plantaires de prservation des ressources montrent la ncessit de penser le monde de manire solidaire, dans la perspective d'un dveloppement diversifi mais interdpendant.

    Il y a, bien des gards, urgence !

    A RG U M E N T S & MOUVE M E N TS 1 05

  • S AN O F I : B I G PHARMA

    1 06

    Tmoignage de Pierre Vermeulin, ancien directeur-adj oint du secteur chimie au CNRS

    Que les chercheurs, les techniciens, les employs de Romainville aient lutt pendant toutes ces annes pour la sauvegarde de leur emploi, c 'est vident. Mais au-del de cette rsistance indispensable, ces travailleurs ont su opposer la logique de rgression, de repliement et de fermeture, celle de l ' extension de leur activit en construisant un projet novateur qui corresponde des besoins urgents dans le domaine de la sant . Les raisons de fermer tout ou partie du centre de Romainville sont essentiellement celles de la rentabilit : les firmes pharmaceutiques, en particulier Aventis, ne manquent pas encore pour l'heure, d'quipes de recherche performantes capables de dcouvrir de nouvelles molcules et de les dvelopper. Cependant leur travail n'est pris en compte par les firmes que dans la mesure o il peut dboucher, avec une quasi-certitude, sur un retour lev sur investissement. Il s 'ensuit un rtrcissement de l 'activit sur les crneaux jugs les plus rentables, sur des fermetures de sites et terme sur le dmantlement d'quipes de recherche et de production. C 'est ce que vivent ceux de Romainville. Avec le projet Nris, les travailleurs du centre ont mis en avant une tout autre logique. Ils ont oppos cette recherche du profit maximal, la responsabilit de l 'entreprise dans la prise en charge des besoins actuels de la sant publique, aussi bien dans les pays dvelopps que dans ceux qui ne peuvent actuellement faire face aux maux qui les frappent. Faire de Romainville, ou du moins d'une partie du site, un centre de dveloppement de nouvelles molcules, c 'tait offrir un outil pour largir l 'innovation thrapeutique. Ce pouvait tre un lieu d'accueil, de test et de dveloppement des ides nouvelles issues de laboratoires publics ou privs qui n'ont pas ou peu les moyens de passer de la recherche l 'application. Ne mettant pas en priorit la rentabilit financire, le proj et permettait d'ouvrir des voies dans des domaines o le profit ne peut tre garanti, notamment ceux des maladies qui frappent le tiers-monde. Ce pouvait tre un lieu de formation pour des quipes de pays en v01e

  • de dveloppement qui aspirent une autonomie scientifique et industrielle dans l 'industrie pharmaceutique. Dans un moment o il est de bon ton de prner la valorisation scientifique et la promotion de l ' innovation, les propositions des travailleurs de Romainville auraient d rencontrer un accueil plus militant de la part des ministres responsables, ceux de la recherche et de la sant . Un engagement de l 'tat, et des organismes de recherche qui en dpendent, aurait affirm l'intrt public du proj et et aurait contribu mieux placer Aventis devant ses responsabilits. Les discours en faveur de l 'entraide envers les pays du Sud auraient trouv plus de crdibilit. Utopie, alors, dpourvue de toute rfrence la ralit . C 'est certainement ce que d'aucuns voudraient faire croire. Ce sont bien pourtant ces propositions nouvelles qui collent une ralit qui commence tre bien connue. I l faudra bien un jour qu'en matire de mdicaments, l ' intrt des millions des personnes en attente de traitements, soit reconnu prioritaire sur le fameux retour sur investissement. L'utopie est bien ici l'annonce de l 'avenir qu'il faut construire. La lutte de ceux de Romainville est exemplaire, elle a su lier la lutte pour la sauvegarde de l 'emploi la lutte pour une nouvelle conception de l 'entreprise qui doit uvrer produire pour les besoins des populations . C 'est certainement une avance considrable dans la stratgie de lutte contre la rgression sociale dont chacun peut faire l 'exprience de nos jours. Il ne s 'agit pas seulement de rsister mais aussi de commencer tracer les voies du futur. La loi du profit maximal n'est pas encore rvoque, les intrts des grandes firmes et de leurs actionnaires sont encore donnants. Cependant dans les luttes actuelles de nouvelles possibilits se crent. (Intervention publie dans un quatre pages CGT, novembre 2002 .)

    ARG U M E N TS & M O UV E M E N T S 1 07

  • Sanofricpoly, Chilly-Mazarin, 9 juillet 2013 .

  • EN GUI SE DE CONCLUSION

    On ne saurait vraiment conclure : ce livre est d'abord un appel s'emparer d'un problme, faire sauter le verrou que celui-ci reprsente. Que peut-on dgager de ces pages ?

    UN CONSTAT

    La lutte que mnent les salaris de SanC!fi est plusieurs dimensions.

    C'est une lutte dcisive pour sauver des emplois et des sites, comme le font fort lgitimement bien des salaris dans de multiples entreprises . C'est aussi une course contre le temps : par leur mobilisation ils ont impos le blocage de certaines mesures, obtenu des reclassements, donc arrach un rpit pour l'emploi, la recherche, la production au service de la sant . . . Mais ce temps gagn, de son ct la direction a su l'exploiter, manuvrant les immenses moyens qui sont les siens pour planifter les redploiements, mener l'offensive idologique de division des travailleurs et de manipulation de l'opinion publique. Et cela en disposant de l'appui des gouvernements successifS, dont les dclarations d'intention n'y ont rien chang. Enftn cet affrontement revt une dimension de projet de socit, opposant d'un ct les intrts privs et de courte vue des capitalistes, aids de leurs mercenaires, et de l'autre des salaris qui par leur lutte et le sens qu'ils veulent donner leur travail posent la question d'une alternative pour la socit .

    UNE CWESTION

    Ces salaris qui veulent matriser la chane du mdicament, ouvrir la voie une autre politique de sant et une autre socit, sont-ils des utopistes ?

    Oui, dans la mesure o ils et elles portent une vision d'avenir bien diffrente du prsent et de ce qui parat possible, comme en tmoignent les mots d'ordre vus dans les

    A RG U M E N T S & MOUVE M E N T S 1 1 1

  • SAN O F I : B I G PHARMA

    1 1 2

    manifestations, que nous avons voqus plus haut, tel que la finance doit rester un moyen utile l'ensemble et non pas une finalit dtourne par une minorit . Non, si on pense que le mot utopie veut dire impossible . Ils ne sont pas des rveurs isols. Ils crent des mobilisations, ils sont en mouvement, et c 'est ce titre qu'ils repensent leurs actes, leur devenir . . . On voit bien que de nombreuses luttes posent des questions du mme type : la rupture avec l'ordre capitaliste en France. Tels les salaris de Fralib, qui tiennent tte au gant Unilever et construisent un projet alternatif. Et aussi ailleurs dans le monde : ceux de Vio.Me, en Grce, qui fabriquent de la faence et des matriaux de construction, et se sont prononcs, suite l'abandon de l'usine par la direction, en faveur de l'autogestion. Ceux de Zan on, une usine de carrelage, en Argentine, qui se sont exprims pour une nationalisation sous contrle ouvrier. . . Toutes ces luttes prsentent des convergences importantes. Une mme volont de s'affronter un systme guid par la recherche de profit maximum, et qui n'a que faire de salaris, d'activits, de sites qui ne rpondent pas ou plus suffisamment cet objectif.

    UN DFI

    Sancifi, une entreprise trs spcifique. Sanofi n'est pas une entreprise en difficult , elle est

    au contraire florissante, gnrant des profits colossaux, en expansion. Et cela, parce qu'en France, grce la Scurit sociale, conqute des travailleurs, la sant est devenue un secteur considrable de l'conomie, que les capitalistes convoitent et sur lequel ils veulent assurer leur mainmise totale. Et l'chelle du monde, les besoins sont immenses et vitaux. Mais le moteur d'une multinationale est le profit, et engranger toujours plus de profits implique souvent de restreindre les rponses aux besoins rels de sant. On voit aujourd'hui la Grce trangle par les exigences de la finance et les dcisions de la Troka, son systme de sant

  • dtruit, ce qui signifie un recul de socit, un enfoncement dans une forme de barbarie. Des mdecins, pharmaciens, dentistes, des personnels de sant ont dcid, sur la base du bnvolat, d'apporter une assistance sanitaire ceux qui ne peuvent plus se soigner. Ils ont constitu une trentaine de dispensaires autogrs. L'objectif: redonner espoir, mettre en place un vritable service public de la sant. C'est une relle alternative qui se construit, par en bas >>, fonde sur la solidarit . . . Des salaris de Sanofi s'efforcent de leur apporter un soutien direct. Bel exemple d'autogestion et d'un internationalisme, actuel et actif, mditer, et gnraliser. . . L'autre spcificit d'une multinationale comme Sanofi est qu'elle est traverse par l'affrontement, l'chelle mondiale, entre deux devenirs possibles : celui de la jungle du profit, de la concurrence de tous contre tous, et celui du dploiement du potentiel humain dont les travailleurs et les peuples de tous les pays sont porteurs . Des initiatives se dveloppent, tel Sisteron un carrefour d'entreprises confrontes ces problmes. Une mme question est en jeu : l 'appropriation sociale comme rponse pratique un capital qui dlocalise, dtruit, refuse d'investir dans les rgions, pour les hommes et les femmes de ce pays. Ne conviendrait-il pas de prendre appui sur ce qui monte, merge, cette conscience grandissante du besoin de rupture avec cette logique, pour donner de la solidit et de la perspective une dmarche de rassemblement conqurante ?

    UNE PROMESSE

    Celle d'un autre monde, d'un avenir humain, d'un progrs de civilisation .

    Par quelle voie ? Une voie obligatoirement nouvelle, rsolument enga

    ge dans le sens d'une relle appropriation par la socit de la chane de la sant, d'une prise de pouvoirs partags sur des questions dcisives pour son devenir. Les choix en matire de recherche, de sant, de mdicament ne peuvent

    ARG U M E N TS & MO UVE M E N TS 1 1 3

  • SAN O F I : B I G P HA RMA

    1 1 4

    tre dlgus, rester enferms dans la camisole asphyxiante et mutilante de l 'appropriation prive et du pilotage oligarchique.

    UN APPEL NE PAS CONCLURE . . .

    Septembre 2013 : la direction de Sanofi, en pleine inconscience semble-t-il de l'indcence de l'initiative, a prtendu inviter les salaris un grand moment chaleureux pour feter la passion de la chimie . . . Sur le site de Romainville ! Ce site o sont dj prsents les bulldozers chargs de sa dmolition !

    CH I M I E & PATRI MOI N E La passion de la chimie Romainvi l le

    Le 5 septembre 20 1 3 partir de 1 9h30

    dcouvrez ou redcouvrez le patnmoine architectural industriel du site Sanofi de Romainvil le,

    clbrez avec nous ceux qui , par leur travail et leur engagement, ont donn v1e cette cit industriel le et scientifique unique,

    vivez, en l ive, la cration d'une fresque indite par l 'un des meilleurs graffeurs de Seine-Saint-Denis,

    plongez dans le monde passionnant de la chimie

    Et partageons ensemble u n moment chaleureux, dans une ambiance de fte de village, autour d'un buffet amtca l ,

    en vtbrant aux accents d'un orchestre de jazz manouche

    Vous serez accuetlli(e} au 1 1 1 , avenue Gaston-Roussel Romainvil le.

  • Fter le patrimoine de la chimie, alors que sont sacrifis les moyens de recherche, et brads les salaris qui les mettent en uvre !

    l 'annonce que les syndicalistes entendaient protester cette provocation par une initiative de lutte, mme lieu, mme heure, la direction a prfr annuler l 'opration prvue.

    Renoncer une si brillante ide n'a sans doute pas t facile, ni diminu le ressentiment l 'encontre de ceux qui ont gch la fete.

    Il faut se mettre sa place : pour la direction, et les actionnaires qu'elle sert avec tant de dvouement et de savoir-faire, il convenait en effet de conclure. En beaut ! Conclure une grande affaire : la casse de l'outil de recherche et de production, condition de la hausse sans fin des dividendes . . .

    Les Sanofi, elles et eux, ne veulent pas conclure ! Rappelons tout ce qu'ils ont impuls ces dernires annes

    pour que vive l'entreprise. En 2003, les salaris du site de recherche de Romainville Aventis-Sanofi ont mobilis les nergies sur un projet alternatif la fermeture du centre, rassemblant un soutien large de la profession mdicale et de la recherche (voir chapitre 4) . Depuis, les annes ont pass. Ce projet, refus par la direction, lch par les pouvoirs publics, a montr toute sa pertinence, notamment en comparaison avec le plan du groupe, gnrateur de savoirs perdus, d'hommes meurtris, d'avenirs dtruits, de temps gch . . . En 2010, les salaris du site de recherche de Porcheville ont fait de mme, se mobilisant et proposant . . . nouveau sans prise en considration. Depuis 2010 galement, les quipes professionnelles du centre de production chimique de Romainville en Seine-Saint-Denis se sont mobilises pour dfendre leurs emplois suite la dcision de fermeture de leur site. Lequel est reconnu comme un patrimoine unique, exceptionnel notamment pour la fabrication d'antibiotiques (dixit

    ARG U M E N T S & MOUV E M E N T S 1 1 5

  • SAN O F I : B I G P HA RMA

    1 16

    la direction de Sanofi) , et ce dans un dpartement trs meurtri Oe chmage atteint 13%) . . . Depuis plus d'un an, ce sont les salaris des centres de Toulouse et de Montpellier qui dfendent leurs activits de recherche. Aprs les prises de position de circonstance du ministre du redressement industriel pour l'emploi, aprs les engagements verbaux du gouvernement amener le groupe revoir son plan et assurer l 'avenir des potentialits de recherche en France, l'absence de concrtisations est patente, et nourrit la colre. Ne pas conclure, c 'est en appeler une prise du pouvoir

    dans l'entreprise, tous les chelons, tous les moments, dans tous les espaces, par les salaris, pour que ceux-ci imposent leurs solutions contre celles des patrons et des actionnaires.

    Ces solutions ne concernent pas seulement ceux-ci et ceux-l. C'est le mdicament qui est en jeu, donc la sant de toutes et tous. C'est bien la socit entire qui est concerne. Il est temps d'exiger que les populations soient informes et consultes sur les options en prsence. Alors, pourquoi pas une grande dlibration collective, srieuse, argumente, organise, afin de permettre aux citoyens, et leurs reprsentants, de dcider en toute connaissance de cause, pour trancher entre les solutions proposes par les uns et les autres ? Bref, dcider solidairement de choix qui sont au sens plein du terme vitaux.

    Aujourd'hui, la question pose aux forces sociales et politiques alternatives est de rendre crdible une telle exigence, pour faire en sorte que la responsabilit sociale de l'entreprise ne reste pas l'tat de simple slogan.

    L'ambition mergente, renforce par les expriences, pose la question d'une appropriation sociale, d'une socialisation des immenses moyens d'une telle entreprise, aujourd'hui privatiss et soumis la loi destructrice du profit, livrs aux intrts des seuls actionnaires. Un renversement oprer l'chelle de l'ensemble du groupe, donc l'chelle mondiale.

  • Poser la question, c 'est dj se dgager de la situation de victime pour devenir force de solutions. Et poser la question partout partir de sa propre situation permet de dpasser le morcellement actuel des luttes face un capital qui serre les coudes et ferme le poing. C'est dgager des intrts communs nombre de salaris, et aux usagers.

    Poser cette question c 'est interroger si, face une globalisation capitaliste humainement destructrice, une mondialisation des luttes et des objectifS peut progressivement se construire. N'oublions pas que Sanofi, cela veut dire des salaris et des peuples concerns travers le monde. Et la sant est un enjeu qui se pose l'chelle de toute l'humanit . En cela la matrise sociale de toute la chane du mdicament et de la sant est la fois une ncessit et reprsente une rfrence pour d'autres luttes. Bref, cette question est en elle-mme une tentative de briser les limites mentales qui sont autant d'obstacles aux transformations ncessaires. Construire du nouveau, c 'est dsobir l'ordre actuel. C'est oser se projeter dans ce qui parat impossible. C'est agir pour que chacun, salari, usager, citoyen, puisse dcider. Aucune avance, nulle remise en cause n'est possible sans eux tous, sans chacun de nous . . . La tche ne peut tre renvoye aux seules institutions quelles qu'elles soient, voire aux chances lectorales. Elle concerne tout le monde, et en premier lieu, bien sr, les forces sociales alternatives. La citoyennet ne se limite pas confier le pouvoir d'autres, elle suppose qu'ensemble les intresss osent devenir matres de leur sort. Aujourd'hui, ouvrir l'entreprise un autre devenir que celui que veulent imposer ceux qui dtiennent proprit et pouvoir, c 'est agir pour le bien commun. C'est tmoigner qu'un autre monde est possible . . . et ncessaire !

    ARG U M E N TS & M O UVE M E N TS 1 1 7

  • TMOIGNAGES

    MARTINE LIEBAERT, SALARIE ET SYNDICALISTE Elle est ge de 6 1 ans. Lors de son dpart la retraite, la veille de ses trente-huit ans d'anciennet chez Sanoji, elle a diffus auprs de ses collgues le texte ci-dessous.

    Chres, Chers Collgues,

    Au 31 dcembre 20 1 2 , j e quitte l 'entreprise dans le cadre de mes droits la retraite. En mars 20 1 3 , j 'aurais eu trente-huit ans d'anciennet . Je vous prie de trouver quelques mots pour retracer des souvenirs plus ou moins marquants de ma longue carrire passe dans ce groupe, aujourd'hui appel Sanofi. Ce n'est pas un tract, ni une autobiographie, simplement c 'est l'envie de partager avec vous quelques fortes valeurs humaines rencontres il y a quelques annes, quelque peu perdues aujourd'hui. Je crois qu 'il est possible de les retrouver, tous ensemble, qu'elles peuvent nous rassembler ( . . . ] . E n mars 1 975 , j e suis embauche en CD! chez RousselUclaf. La crise ptrolire tait dj l ( . . . ] . Une collgue m'a dit : tu verras, RU a fera bien sur ton CV ; c 'est une rfrence sur le march du travail . . . Ce qui est certain, c 'est que je me suis sentie rapidement utile. Travailler dans le secteur du mdicament, et en plus l'internationale, a t riche d'enseignements . J 'ai appris traiter un dossier complet et dcouvert la relation avec le client, en d'autres termes l 'autonomie. L'export c 'tait l ' Irak, le Vietnam, la Turquie, l 'Afrique du Sud, l 'Australie, l 'Algrie, l 'ex-Tchcoslovaquie, l 'Afrique de l 'Est, de l'Ouest et le Maghreb . . . C'tait travailler avec les usines pharma ou celles fabriquant les matires premires . . . Ce sont des bons souvenirs . . . Frquemment, beaucoup de travail. Tellement enrichissant . . . Beaucoup de rencontres . . . Rapidement, galement, dans cette vie de groupe, j ' ai dcouvert le syndicalisme et la politique l ' entreprise. Grande dimension. travers diffrents vnements ,j ' ai dcouvert la richesse et la

    ARG U M E N T S & MOUVE M E N TS 1 19

  • SAN O F I : B I G P HARMA

    1 20

    complexit des rapports humains. J'ai dcouvert l 'entreprise, avec tout ce qu'elle peut receler (ou dtenir) . Et pourquoi ne pas faire un jeu de mots : ce qu'elle peut retenir aussi . . . J 'ai connu plusieurs sites de travail . Pour chacun, except les Invalides, j 'y ai travaill tonnamment un minimum de dix ans, voire plus, et j ' ai vcu . . . la fermeture de tous : La Dfense - tour Roussel Nobel - pendant douze ans . . . Grande exprience de lieu de rassemblement compact de centaines, de milliers de salaris, toutes conventions collectives, tous mtiers, en surface et en souterrain . Ferme puis vendue (dsamiante) vers 1 993. Les Invalides - Mtro Saint Franois Xavier - site prestigieux, class . Ferm et vendu la Rgion Ile-de-France en 1 995 . Romainville - Centre de recherche et sige HMR en 1 995 - arrt en 2005 (devenu Aventis) . Site d'Antony dit Croix-de-Berny : beau site o la nature dompte par des jardiniers peut ravir les yeux, d'abord des visiteurs , avant les salaris. C 'est pour moi un lieu de contradictions fortes. Pourquoi ? Aprs avoir connu un lieu de dbats, de confiance en les salaris pour leur autonomie leur poste de travail, et leurs comptences en quipes, j e suis arrive dans un lieu sous contrles. Camras, procdures et guides outrance . . . Travail trononn . . . Tu ne sais pas ce que fait ton voisin . . . Tu ne dois pas savoir . . . Ce fut un choc ! Certains essaient d'y faire une place pour le travail . . . Tout simplement . . . Pour chercher satisfaire l'industriel et les clients . . . Pour le site de Romainville . . . Permettez, je prends un peu de temps pour m'y arrter plus longuement : Quand nous y sommes arrivs, nous, salaris de tous les siges ferms et vendus au fil des annes, nous avons t surpris que toutes les catgories (des ouvriers aux cadres) , tous les mtiers (du mdecin du travail aux techniciens de labos) nous saluaient, nous souriaient . . . Eh oui ! Et nous en tions surpris ! C 'tait l 'ambiance de Romainville. Une quipe. J'y ai dcouvert un lieu de dbats ouverts tous, une mtelligence collective qui proposait tout le temps pour crer, pour changer les choses de la vie, pour amllorer le quotidien . . . De cette mise en commun des valeurs partager, de la

  • solidarit . . . j 'y ai appris, nous y avons tous tant appris. Aujourd'hui, il est ouvertement reproch aux chercheurs de ne pas trouver . . . Je vous laisse dcouvrir une liste de molcules issues de la recherche chez Roussel-Uclaf (de l 'origine en 1 9 1 2 jusqu' 1 989) . Simplement pour illustrer une dynamique qui existe quand les chercheurs ont la libert et l ' espace pour chercher, ils trouvent. Un peu de respect . . . La France est le pays de Pierre et Marie Curie, et de Pasteur. Nous pouvons en tre fiers. Les chercheurs, les quipes ont toujours investi et s'investissent avec beaucoup de passion et d'nergie. Depuis, ce centre de recherche, deuxime centre de recherche national du mdicament, qualifi d'exceptionnel (par l 'expertise de ses salaris) a t ferm. Pendant plusieurs annes, la bataille mene par les salaris a t de trs haut niveau, pour maintenir ce centre de recherche en activit. Avec parti pris, j e peux dire que cette fermeture fut une norme erreur, tant au niveau de la casse du potentiel pour la recherche mdicamenteuse que sur le plan humain. C 'tait un laboratoire de ! ' humain d'abord >> . . . La fermeture tait un choix politique. Quelles pertes de savoirs et de savoir-faire, au fil des fusions et des changements de stratgie. tel point que je me demande si ce n'est pas l 'objectif de certains dcideurs des entreprises de faire fuir, faire partir, tuer l' intelligence et les comptences. Le courage (sens valeureux) se meurt. C'est devenu une raret, une espce en voie de disparition . . . Cependant la comptence va avec le courage et vice-versa . . . La prcarit des jeunes que nous ctoyons est en plein dveloppement. Bac + 5 ou 6 (voire plus) pays 1 400 euros, au mieux 2 000 euros . . . Quelle douleur pour nous qui les entourons ! Quelle honte pour nos dirigeants d'installer durablement ce systme ! Quel avenir pour ces jeunes ? Comment rester indiffrent ! Qu'est-ce que cela vient faire l, dans mon dernier message, direz-vous ? Cela a toute sa place. Ma trs chre entreprise a de trs grandes responsabilits dans : l 'embauche, l'emploi ; les salaires, niveau de rmunration ; la

    A RG U M E NTS & MOUV E M E N T S 1 2 1

  • SAN O F I : B I G PHARMA

    1 22

    formation, l 'volution professionnelle ; l 'galit professionnelle homme/femme ; Notre direction ne veut pas reconnatre, ni rgler le passif. Pourquoi et comment ferait-elle en sorte de reconnatre l 'aujourd'hui et le demain ? Le respect, la vision d'une carrire . . . Tout ce qui constitue le travail, sdiment et dveloppement de nos activits .

    Chres, Chers Collgues,

    ce moment important d'entre dans une nouvelle priode de ma vie, o je quitte beaucoup d'entre vous, j e tiens vous remercier pour tout ce que vous m'avez apport au cours de nos rencontres, de nos dbats, de nos accords et dsaccords, pour tout ce que j 'ai pu, grce vous, acqurir, me construire. Vous m'avez aide tre la professionnelle, la militante et la rsistante que je m'efforce d'tre. J 'aurais voulu partir tranquille, entoure de nombreux j eunes prenant le relais des anciens, dans une industrie fidle ses objectifs : trouver, dvelopper, vendre des mdicaments chaque jour plus utiles [ . . . ] . Dans une entreprise reconnue pour son apport social et o les salaris sont respects, couts et entendus [ . . . ] . Parce qu'ils savent ce qu'il faut pour leur entreprise [ . . . ] . Je vais continuer agir dans c e sens. Nous aurons des possibilits de rencontre. Le monde est petit ! Pour ce dernier message d'une citoyenne sanofienne, voici ce qui me tient particulirement cur et que je souhaite partager : la misre avance effroyablement. Les fenunes et les enfants paient un fort tribut . . . Les statistiques sont rcemment sorties et ont t largement commentes dans les mdias. a se passe en France, pays dvelopp, pays des droits de l 'Homme . . . Pourtant l'argent est l . . . Mais a ne va pas dans le sens du progrs . . .

    Suivent les articles de la Dclaration des droits de l 'Homme et quelques pomes . . .

  • PAROLES DE JEUN E S SALARI S . . .

    Ils sont jeunes, qualifis, et syndicaliste.s chez Sanofi. Ils ont une dizaine d'annes d'exprience dans leur mtier, dans des postes pnibles. Certains ont dj subi plans sociaux et flexibilit. Ensemble, ils affirment :

    Pour tout le monde, la sant c 'est primordial. Nous sommes dans un laboratoire pharmaceutique franais. Celui-ci doit continuer dvelopper les possibilits de progrs de la sant en France et dans le monde.

    Nous associons notre lutte pour l'emploi et celle pour la sant. Nous parlons de Sanofi, un gant de la pharmacie qui a dcid de faire de ses acquisitions et de ses fusions une vritable planche billets. C'est le principal moteur du groupe, non pas la sant de l'humain. C'est pour notre emploi et c 'est aussi pour la sant de l'humain que nous luttons chez Sanofi. Car si nous, salaris, syndicalistes, nous baissons les bras, il sera trs difficile de renouer les deux combats, de le faire comprendre aux salaris et la population.

    L'avenir devient difficile chez Sanofi. On a connu depuis 2008 plus de 4 000 suppressions de postes, et aujourd'hui plus de 2 500 nouvelles suppressions sont programmes avec le plan France annonc. Et aucun investissement n'est prvu pour le dveloppement et la recherche de nouveaux mdicaments.

    L'avenir est un mot qui fait peur. Les quatorze derniers mois nous ont touchs. Les difficults puisent. Certains abandonnent. Mais, avec notre syndicat, avec des collgues, nous rsistons.

    Notre avenir, nous l 'associons toujours celui de nos enfants, de nos familles. C'est pour cela que nous avons peur, c 'est pour eux, pour tous ceux qui pensent que lutter et rsister aujourd'hui ne sert rien. Parfois nous voyons notre avenir et celui de nos enfants l'tranger : partir, quitter ce

    ARG U M E N T S & MOUV E M E N T S 1 23

  • SAN O F I : B I G P HARMA

    1 24

    pays qui meurt petit petit, et qui souvent perd ses valeurs humaines.

    partir de notre exprience, nous nous posons la question suivante : comment faire autrement ?

    Car faire autrement est un besoin : renforcer y compris dans notre organisation syndicale les valeurs pour lesquelles on se bat, s'armer d'experts et d'avocats, arrter de croire qu'on est les plus intelligents, rassembler. . . Tout le monde sait que la direction joue plusieurs coups d'avance, et qu'elle dispose de gros moyens. La vraie bonne question : se battre, militer, demande de la volont, de l'nergie. En fonction de leurs mandats syndicaux, certains d'entre nous tout en tant salaris occupent des postes de haute responsabilit. Le travail fait sur le terrain signifie une vraie pression, un rappel constant ce sur quoi on s'est engag, savoir les droits des salaris. Des questions se posent sans cesse : est-ce que j 'ai bien utilis le mandat que les salaris m'ont confi ? Est -ce que j 'ai rellement communiqu tous ce que je faisais ? Est-ce que j 'ai t transparent avec les salaris ? Est-ce que mon travail est all dans le sens des salaris ?

    Nous nous efforons de faire ce que l'on ressent et considre comme tant le mieux. Mais dans le syndicat les avis ne sont pas toujours partags. Nous avons tous et constamment besoin de courage, d'investissement et de prises de responsabilit.

    La lutte est difficile face au pouvoir tout puissant des actionnaires de Sanofi, qui font la pluie et le beau temps, en fait plutt la pluie. Les actionnaires ne se posent pas la question de savoir si les dirigeants ont tort ou non lorsqu'ils ferment des sites et suppriment des postes. Tout ce qui leur importe c 'est uniquement leurs dividendes. Ils sont responsables de la casse de l'emploi chez Sanofi.

    Aujourd'hui, les mdias et les politiciens tentent de faire passer le message que les organisations syndicales sont responsables de la fermeture des usines. C'est fou comment un tel message relay par tous les mdias circule et casse l'image

  • du syndicat. Par contre, propos des actionnaires, pour les mdias tout est normal, on fait comprendre au peuple qu'il est normal qu'un actionnaire touche toujours plus d'argent. Mais les mdias n'expliquent jamais que pour nourrir ces actionnaires il y a besoin d'un lment, essentiel au moteur de leur grosse conspiration : le travailleur, l'ouvrier, le technicien, le cadre . . . Il est quand mme tonnant de constater l 'absence des travailleurs dans ces dbats la tl o on discute sans fin propos de tous ces plans sociaux.

    Mais il y a un espoir : celui qui est avide d'argent, aveugl par son ascension, qui en veut toujours plus, oublie une chose, celle que nous, les travailleurs, un certain moment, nous sortirons tous dans la rue. Car trop c 'est trop. Et le fait pour ces actionnaires d'tre trop loin du rel va les perdre un jour ou l'autre.

    Trop, c 'est trop de difficults et de mpris . tre reconnu, tre respect, tre libre . . . c 'est important. Sur notre site, la reconnaissance des salaris, fait du bien et

    aide continuer. L'affrontement systmatique avec la direction, le jeu de communication qui vise en permanence nous briser, c 'est parfois difficile surmonter. Tout le monde a droit au respect. C'est trs important de se sentir libre, reconnu et respect. Cela aide beaucoup ne rien lcher, et surtout de ne pas avoir peur. Car sinon il n'y a plus d'espoir. Quelque part nous reprsentons un espoir pour les salaris. travers notre lutte, depuis quatorze mois, ils vivent ce que pour certains ils n'auraient peut-tre jamais connu, et que leur intervention leur a apport. Rcemment, suite la victoire de nos CDD pour faire reconnatre leurs droits, nous l'avons lu sur les visages : l 'panouissement d'avoir gagn face la planche billets !

    C'est norme. Cela s 'est traduit par du respect, de la reconnaissance, de la libert. En effet, c 'est important d'tre reconnu, respect et libre pour poursuivre notre combat. Devant une direction comme celle de Sanofi ces valeurs font que les salaris sont avec nous, comptent sur nous et

    A RG U M E N T S & M O UVE M E N TS 1 25

  • SAN O F ! : B I G PHARMA

    1 26

    prennent confiance en eux. Plus tu luttes pour les salaris contre toutes ces dcisions destructrices, plus tu obtiens et gardes ces valeurs .

  • PROPOS DE CHERCHEURS . . .

    Que se passe-t-il chez Sanofi ?

    En fait, on ne sait pas trop. On sent que les dcisions vont vers une externalisation de toutes les activits : recherche, dveloppement prclinique, fabrication, etc. Les embauches sont bloques, l'exception des postes de direction. La pyramide des ges est extrmement dsquilibre.

    Tout cela illustre de faon trs claire l'orientation purement financire qui prdomine. En 2008, en pleine crise financire, les spcialistes de Morgan Stanley ont suggr trois pistes Big Pharma. Premirement, se diversifier dans des activits moins cycliques (diagnostic, ophtalmologie, alicaments, sant animale, mdicaments sans ordonnance . . . ) , ou plus difficiles copier, comme les vaccins ou la biotechnologie, ainsi que les mdicaments sur mesure. Deuximement, rduire largement les frais commerciaux et recourir la sous-traitance, y compris dans la recherche. Troisimement, mettre le cap sur les pays mergents, qui semblaient les seuls continuer de crotre, cela au dtriment de l'Europe en baisse de croissance. Sanofi a suivi ce mouvement moutonnier sans se poser de questions.

    Cinq ans aprs, on peut constater les dgts de ces conseils pour Sanofi, premier laboratoire europen. En 2009, l'entreprise a achet pour plus de 500 millions d'euros Bipar (socit de biotechnologies amricaine) . C'est un flop. La mme anne, la socit nobiol a galement t acquise. Les rsultats ne sont pas probants . Depuis 2009, des milliers de postes dans tous les domaines ont t supprims, en France et en Europe. Un plan de suppression de postes est en cours la R&D, lequel risque de faire perdre de faon irrversible des expertises. Ce qui va encore rduire les capacits d'innovation de Sanofi. Sans parler des consquences sociales lies aux pertes d'emplois directs et indirects en Europe, notamment en cette priode de crise.

    ARG U M E N T S & M O UV EM E N T S 1 27

  • SAN O F I : B I G P H ARMA

    1 28

    Enfin concernant les pays mergents, les rsultats au Brsil et en Chine ne sont pas au rendez-vous tels que promis par Morgan . Par ailleurs, la croissance en Europe ne peut pas tre dtermine par ces marchs.

    Ce qui se passe chez Sanofi est la consquence des liberts que s 'octroient en toute impunit les grands lobbys au regard des choix de socit. Cette impunit n'est pas le fruit d'une toute-puissance des forces de l'argent, mais rsulte de l'acceptation politique de rgles conomiques et financires qui ne sont jamais dbattues avec les populations (accords d'tat tat, traits europens, dcision de la Commission europenne, accords de l'OMC et dcisions du FMI . . . ) . L'attractivit souhaite des entreprises pour les investisseurs (en fait les actionnaires) conduit construire une organisation base sur la libert d'entreprendre quelles que soient les contradictions avec les choix des populations et les opinions publiques.

    C'est au nom de ces rgles que les responsables politiques ont accept que soit transfre la recherche applique, jusqu'alors ralise par les groupes pharmaceutiques, vers les laboratoires universitaires, et ce aux dpens de la recherche fondamentale. Et aussi que soient supprims des postes de chercheurs. Et cela alors que de partout montent les inquitudes par rapport aux maladies nouvelles et la dgradation des politiques de sant ?

    Quels axes devraient et pourraient tre dvelopps au regard des potentiels et des besoins ?

    Il faut revenir la recherche fondamentale. Et laisser tomber la recherche translationnelle , qui en ralit veut dire recherche rapidement rentable : cette voie est dangereuse pour l'humanit.

    Les anti-infectieux, avec des collaborations des organismes d'tats . Les antiparasitaires; car les besoins sont normes et non couverts. Les traitements prventifS plutt que curatifS dans les pathologies lies aux pollutions en tout geme.

  • Nous devons collectivement faire pression sur les politiques pour mettre en place un ple public du mdicament qui assure la traabilit conomique de la filire, sortir celleci de la spculation. Idem pour la traabilit qualit : rponse aux besoins du mdicament et prservation de l'environnement, de la conception l'limination des dchets .

    Les entreprises attaquent la Scurit sociale : nous avons la preuve de nombreuses surfacturations de production ds lors qu'elles sont prises en charge par la Scurit sociale . . .

    Aprs que Sanofi ait impos sa volont, sans opposition du gouvernement, quelles ractions ?

    Il y a un sentiment de colre, voire parfois, et malheureusement, d'impuissance. Il faut videmment continuer la lutte en essayant de rallier l'opinion publique. L'orientation de Sanofi et d'autres laboratoires est dangereuse, pas seulement pour l'emploi, mais pour la sant en gnral. Les salaris se dtachent des orientations de la direction, mais sont pris en otage du fait de la menace du chmage et sous la pression externe, ce qui peut conduire essayer de se prserver individuellement. Reste que des solidarits existent toujours et il faut essayer de les maintenir, de les approfondir, pour les orienter vers la rsistance et le combat . . . Ce n'est pas simple, il faut le faire dans tous les secteurs et sous toutes les formes . . .

    Les politiques se sont souvent tromps lorsqu'ils se sont ml des avenirs industriels. Leur vision est trop centre sur la France et donc dconnecte des problmes conomiques et sociaux de la plante. Les problmes de sant sont aujourd'hui plus qu'hier des problmes dont l'ampleur est mondiale. Les solutions ne viendront que si les discussions se font tous ensemble. Alors quand une entit indpendante pour dcider des axes majeurs dvelopper afin que la population du globe soit en meilleure sant ? Faire des sous, om, mais pour progresser tous, pas pour engraisser quelques-uns !

    ARG U M ENTS & M O UV E M E N TS 1 29

  • ANN EXE

    MDIATOR, MAIS AUSSI D'AUTRES AFFAIRES . . .

    L'affaire Mdiator n'est ni la seule ni la premire affaire qui met en vidence la cupidit des actionnaires et dirigeants de l ' industrie pharmaceutique. En 1 995 , ce fut l 'affaire de l 'quivalent amricain de l ' I somride dont Servier avait vendu la licence Wyeth (auj ourd'hui Pfizer) . En 200 1 , l'affaire de l'anticholestrol de Bayer vendu en France par Bayer et Fournier. La crivastatine a d tre prcipitamment retire du march aprs quelques annes de commercialisation, parce qu'elle provoquait davantage d'effets secondaires graves que les autres produits de la mme famille (fonte brutale des muscles, y compris cardiaque) . En 2004, ce furent les > , des anti-inflammatoires censs ne pas faire tort l 'estomac. Le produit de Merck, le Vioxx, dut tre retir du march du fait de problmes cardiovasculaires . Celui de Searle Monsanto (auj ourd'hui Pfizer) , le Clbrex, a vu son dbouch rduit pour les mmes raisons. On dcouvrit ensuite que des essais cliniques avaient t manipuls en faveur du produit. En France, certaines prsentations trompeuses en faveur de Celebrex durent tre interdites par les autorits. Rcemment l 'affaire des glitazones >> , mdicaments contre le diabte, a dfray la chronique. Avandia, vendu par le laboratoire anglais GSK, pose des problmes cardiovasculaires, et Actas, vendu par le Japonais Takeda, est fortement souponn de provoquer des cancers de la vessie. Ces deux laboratoires se sont pourtant arc-bouts pour maintenir leur produit sur le march. D'autres affaires encore : les autorits amricaines n'ont pas jug convaincant le dossier soumis par Sanofi concernant l ' anti-obsit Acomplia. Le groupe Sanofi s 'acharne galement dfendre le Multac. Un antidouleur, le Di-Antalvic, a t retir du march suisse en 2003, et des marchs an-

    A RG U M E N T S & M O UVE M E N T S 1 3 1

  • SAN O F I : B I G P HARMA

    1 32

    glais et sudois en 2005 (risque d'accoutumance, de surdosage, de toxicit, de chutes et de fractures) . En France, il ne fut retir du march qu'en 201 1 . Suite cet arrt, d'autres mdicaments antidouleur, base de Tramadol, en particulier Topalgic ou Ixprim (Sanoft) , ont vu leurs ventes augmenter de 30 % en un an. Or, les milieux mdicaux estiment que le Tramadol a un rapport bnfice/risques au moins aussi dfavorable, sinon plus, et de nouveaux effets secondaires proccupants. Ajoutons, en 20 10 , l 'affaire du H 1 N 1 . . . Aprs la gestion calamiteuse du problme de la pandmie >> de grippe H 1 N 1 , qui n'a pas eu lieu, il est apparu clairement que les pouvoirs publics avaient cd la pression du lobbying des fabricants de vaccins. De nombreuses personnes se sont fait vacciner sur la base d'un risque volontairement exagr . Les industriels ont pu engranger de copieux bnfices . . . En 20 1 0 , suite un problme industriel Francfort, le groupe Sanoft a d stopper la production de l ' insuline d'action rapide Apidra, qui complte l ' insuline d'action lente Lantus. Les stocks d'Apidra taient largement insuffisants et un back-up (deuxime site de production) n'tait pas prvu . Dans les usines du groupe et chez les fournisseurs la situation fut trs tendue, or la moindre difficult a un impact immdiat dont sont victimes mdecins et patients . Des ventes illgales de mdicaments ont t mises jour : En juillet 20 1 2 , GlaxoSmithK!ine a d verser 3 milliards de dollars pour mettre fln des poursuites intentes aux tats-Unis qui portaient sur des faits s ' tant drouls entre 2000 et 2008. Chris Viehbacher, PDG de Sanoft depuis 2008, fut directement incrimin pour avoir pouss la vente d'Advair, prsent comme pouvant traiter toutes les formes d'asthmes, alors que l 'Agence du mdicament n'avait autoris le produit que pour les formes les plus svres (ContreTemps, janvier 20 1 3) . Si l'on remonte plus avant, la thalidomide fut le premier grand scandale, elle fut commercialise en 1 956 (les tests cliniques avaient commenc en avril 1 954, immdiatement aprs la synthse et le dpt de brevet) , ce ne fut qu'en novembre 1 96 1 qu 'un gnticien e t mdecin allemand informa l e laboratoire qu'il souponnait la thalidomide d'tre la cause de

  • malformations congnitales ; il associait alors cent trente naissances d'enfants malforms la prise de thalidomide pendant la grossesse. Partout, en Allemagne, en Belgique, au Canada, aux tats-Unis, o le produit fut distribu gracieusement 20 000 patientes croyant obtenir facilement l'AMM, on vcut le mme drame avec des milliers de victimes.

    La France fut protegee. On a pu expliquer l ' absence de thalidomide sur le march franais par la lenteur de l 'administration d'une part, mais aussi par l 'adoption, en 1 96 1 , d'une loi instituant un contrle strict sur les mdicaments . En dcembre 1 96 1 , le visa qui venait d'tre accord un laboratoire pharmaceutique national fut inundiatement retir aprs que les autorits aient pris connaissance des risques tratognes mis en vidence en Allemagne. Officiellement, il n'y a donc eu aucune victime de la thalidomide en France, mme si quelques frontaliers ont pu se procurer des comprims en Belgique, en I talie, en Suisse ou en Espagne. L'affaire du Stanilon avait clat en France quelques annes auparavant. Ce mdicament ayant obtenu son visa en 1 953 pour tre commercialis, provoqua l 'anne suivante une catastrophe sanitaire. Le scandale fut l 'origine de la modification des rgles d'autorisation et de contrle des mdicaments par l 'ordonnance du 4 fvrier 1 959, tablissant le visa nouvelle lgislation >> , une tape significative dans l 'histoire de la lgislation pharmaceutique en France. Ainsi, en France, la scurit sanitaire et l ' innovation thrapeutique sont lies depuis cinquante ans. En 1 985 , a clat le scandale du sang contamin. De 1 984 la fin de l'anne 1 985 , le Centre national de transfusion sanguine (CNTS) a en toute connaissance de cause distribu des hmophiles des produits sanguins dont certains taient contamins par le virus du Sida. L'opinion publique ne fut rellement alerte que lorsque le Premier ministre annona le dpistage obligatoire des donneurs de sang partir du 1" aot (arrt du 23 juillet 1 985) . ce moment, 95 % des hmophiles taient dj contamins. la suite de cette nouvelle catastrophe, on aurait pu croire que de tels

    A RG U M E N T S & M O UV E M E N T S 1 33

  • SAN O F I : B I G P HARMA

    1 34

    drames seraient jamais vits, que toutes les prcautions seraient prises . Ce serait mconnatre la cupidit de l ' industrie pharmaceutique pour qui le mdicament n 'est qu'une marchandise comme les autres, les malades des parts de march, la concurrence le credo, et dont le seul obj ectif est d'tre numro 1 , d'obtenir une rentabilit maximum, de rtribuer grassement les actionnaires . (Objectif de Sanofi : redistribuer 50% des profits en 201 4 .) Les scandales sont nombreux et souvent - pour ne pas dire toujours - passs sous silence par les mdias . On peut cependant citer quelques exemples rcents, Mdiator : responsable de milliers de morts ; Diantalvic, soixantecinq dcs par an ; la crivastatine, cinquante-deux dcs, un millier de lsions ; Acomplia du laboratoire Sanofi, dix dcs dont quatre suicides ; Distilbne, pour des cancers, malformations, infertilit ; Isomride ; Vioxx ; extraits thyrodiens. Ils ont tous la mme source, le mme motif, gagner du temps pour tre le premier sur >, sacrifiant par l mme la scurit .

  • LA CONTESTATION EN CHAN SON S

    VIREZ-NOUS CES VOYOUS !

    Y en a maintenant assez de tous ces profiteurs Zerhouni,Viehbacher ce sont de dpeceurs Jusqu'au dernier sou Ils vendront tout C'est les champions des patrons-voyous. Virez-nous ces

    voyous ! Virez-nous ces voyous ! Virez-nous ces voyous !

    Avant qu'ils se ramnent on tait Sanoft La premire pharmacie au service de la vie Toulouse, Montpellier Unis pour gagner La maladie on l 'a faite reculer. Virez-nous ces voyous ! Virez-nous ces voyous !

    On n'est pas Sanofric nous on est des chercheurs On ne veut pas du beurre et de l 'argent du beurre Pas des mercenaires Pour le actionnaires On se bat pour la sant on en est fier Virez-nous ces voyous ! Virez-nous ces voyous !

    J 'AI FAIT UN RVE . . .

    J 'ai fait un rve cette nuit, on restait tous Sanofi, On continuait de chercher, car J 'essentiel c 'est la sant J 'ai fait un rve cette nuit, il n'y avait plus Zerhouni Tous nos projets reprenaient vie, les siens taient dans les

    oublis Et les patients nous remerciaient d'tre rests mobiliss De croire encore nos mtiers, notr' espoir de les soigner

    ARG U M E NTS & MOUVE M E N TS 1 3 5

  • SAN O F I : B I G P HARMA

    1 36

    Il retournait ses affaires, laissait tranquille notre savoir-faire,

    c 'tait fini , De ce marchand de tapis . . . . . . . . marchand de tapis .

    J 'ai fait un rve cette nuit, il n'y avait plus d'Viehbacher, Qui ne pensait qu' licencier, et mme qu' boursicoter J 'ai fais un rve cette nuit, fini pour ses conomies De dilapider sans regret de nombreux sites de Sanofi Et librs de ce menteur, croire en un avenir meilleur Enfin retrouver ces valeurs, bafoues par smiling killer Et carter cet imposteur, la tte de la socit, btie par

    nous, Depuis de nombreuses annes . . . . . . . . nombreuses annes .

    J 'ai fait un rve cette nuit, il n'y avait plus d'actionnaires, Qui ne voulaient que du profit, en dtruisant tout Sanofi J'ai fait un rve cette nuit, il n'y avait plus d'plans sociaux Avec l 'appui de nos locaux, et mme du gouvernement C'est pour cela que l'on se bat, car ce rve nous tous on

    y croit Toujours chercher l ' inaccessible, toujours esprer

    l' impossible Combattre la mdiocrit , il faut encore continuer, ne rien

    lcher. Qu'il devienne ralit . . . . . . . ralit Qu'il devienne ralit . . . . . . . ralit

    LA SANOFIENNE Allons chercheurs de Sanofi Jeudi est enfin arriv ! Contre nous il y a Zerouhni Son credo c 'est restructurer Son credo c 'est restructurer

    Entendez-vous dans vos couloirs La voix des patrons mercenaires ? Ils ferment tous nos laboratoires, Pour mieux remplir les poches des actionnaires !

    Aux armes sanofiens Sortez des btiments

  • Crions, crions D 'une seule voix Non aux licenciements

    Notre mtier est ncessaire Votre sant est en danger C'est bien ChristopherViehbacher Qui se plat tout saccager Vous mprisez les sanofiens Et vous entendrez notre colre Oui, nous avons du caractre Tous ensemble, on ne lchera rien !

    Entendez-vous dans vos couloirs La voix des patrons mercenaires ? Ils ferment tous nos laboratoires, Pour mieux remplir les poches des actionnaires !

    AU CUR DES SANOfl Aujourd'hui, on n'a pas le droit de supprimer tous ces emplois La recherche anantie par les patrons de Sanoft Vous avez donn votr'parole pour faire exister l 'oncople Aujourd'hui vous la retirez votre objectif n 'est que financier Toulouse Montpellier ensemble sauvons nos mtiers La recherche est le pilier de l 'avenir de la sant . Si un site est ananti , c 'est la Franc' entir' qui en pti radiquons l 'pidmie en rejetant cette stratgie.

    Viehbacher, Lajoux, Zerhouni qu 'avez-vous fait de Sanofi ? L'essentiel c 'tait la sant aujourd'hui vous la bafouez. Nous tous qui sommes salaris,

    A RG U M E N T S & M O UV E M E N TS 1 3 7

  • SAN O F I : B I G P HARMA

    1 38

    ces valeurs on y croyait Mais vous trompez le monde entier par une thique que vous smjouez.

    Aujourd'hui, vous devez arrter cett' politiqu' de terr' brle La morale devra triompher de ce que vous aviez dcid Trop de profits sont affichs sur tous les marchs financiers Nous oublier est indcent, nous supprimer, n'a pas de bon sens.

    Aujourd'hui, on dfend nos droits, notr'savoir faire et nos emplois Sanoft doit conserver une recherche de qualit Quand vous dtruisez Sanofi ce fleuron de l' industrie Les malad's voient l 'horizon noir : Vous dtruisez tous leurs espoirs

    Aujourd'hui, on dfend nos droits, notr'savoir faire et nos emplois .

  • LA CONTESTATION EN IMAGES

    La Botie, 1 7 janvier 201 3 .

    ARG U M E N TS & MOUVE M E N T S 1 39

  • SAN O F I : B I G P HA RMA

    Place de l'Opra, 17 janvier 2013.

    1 40

  • Place de la Bourse, 17 janvier 2013 .

    ARG U M E N T S & M O U V E M E N T S 1 4 1

  • SAN O F I : B I G P H A RMA

Recommended

View more >