Swisscontact Regional Report 2015 North and West Africa

  • Published on
    28-Jul-2016

  • View
    228

  • Download
    7

DESCRIPTION

 

Transcript

Afriquedu Nord et de lOuestRapport Annuel 201502 Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Favoriser laccs lemploi et aux revenus pour de meilleures perspectives davenir des populations Laccs lemploi prsuppose une croissance conomique durable, qui soit porte par un secteur priv novateur, valorise les rgions pauvres en infrastructures et intgre les groupes de population dfavoriss en tant quacteurs du march. Ce crdo est le principe fondamental du travail de Swisscontact, qui se concentre sur quatre secteurs cls : Formation professionnelle : facilite laccs au march du travail et cre les conditions ncessaires lacquisition dun emploi et dun revenu. Promotion des PME : soutient les entre-prises locales en vue de renforcer leur comptitivit. Services financiers : donne accs des services financiers locaux tels que crdits, produits dpargne, de leasing ou dassu- rance. Gestion efficace des ressources : favorise une utilisation responsable des ressources par des mthodes de production efficaces en termes dnergie et de matriaux, ainsi que par des mesures de protection de lair et de gestion durable des dchets.Swisscontact cre ainsi les conditions-cadres adquates pour laction entrepreneuriale, qui sont ncessaires une conomie prive concurrentielle et respectueuse des principes sociaux et cologiques en tant que pilier de tout dveloppement.Swisscontact est une fondation indpendante cre en 1959 par des personnalits du monde conomique et scientifique suisse. Elle uvre exclusivement dans le domaine de la coopra-tion internationale au dveloppement et ralise des projets propres ou sur mandat depuis 1961. Swisscontact est proche du secteur priv depuis sa cration.En 2015, Swisscontact compte environ 1100 collaborateurs dans 33 pays. Le sige de la fondation se trouve Zurich. 03Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015SommairePrface 042015 en chiffres 06Zones dintervention 08Projet au Maroc 10Projets en Tunisie 12Projets au Bnin 16Projets au Burkina Faso 20Projets au Mali 22Projets au Niger 26Vue densemble des projets 30Collaborateurs 3804 Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Les populations dAfrique du Nord et de lOuest ont nouveau vcu une anne difficile en 2015.Dans le Sahel, linscurit persistante continue dentraver le dveloppement des pays de cette zone, notamment le Mali, le Burkina Faso et le Niger, ce qui impacte directement les populations. Sur le plan politique, les Etats sahliens ont accru leur coopration en matire de scurit. Ainsi, au Burkina Faso, aprs le putsch de 2014, des lections prsidentielles ont pu se tenir dans le calme et, pour la premire fois de son histoire rcente, le pays est dsormais dirig par un chef dEtat lu dmocratiquement.Au Maghreb, linstabilit sociale qui se manifeste travers le chmage trs lev des jeunes diplms est toujours prsente, bien que largement occulte par la mdiatisation constante de la situation au Proche-Orient et du grand flux migratoire vers lEurope. Ces proccupations sociales et conomiques en Afrique du Nord et de lOuest renforcent encore la vision de Swisscontact en faveur de la formation et linsertion professionnelle, afin de venir en aide aux populations dlaisses. En 2015, Swisscontact a donc accru le nombre de projets dans cette zone.Nouvelles interventions au Maroc, continuation au Sahel et extension au Bnin2015 : contribution la stabilit dune rgion fragile05Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015En effet, nous avons accompli, avec succs, une extension gographique vers Maroc : Swisscontact a ouvert un bureau Rabat et gre, entre autres, depuis juillet 2015, un projet dappui aux Associations professionnelles agricoles, financ par la Direction du Dveloppement et de la Coopration (DDC) de la Suisse. En Tunisie, le projet de formation professionnelle de la DDC a t reconduit pour une nouvelle phase de cinq ans et constitue aujourdhui le pilier central de nos interventions en Afrique du Nord. En Afrique de lOuest aussi, la cohrence de notre stratgie rgionale est inchange et privilgie toujours la formation et linsertion professionnelle. Car le chmage des jeunes et la vague dmigration qui en dcoule depuis des annes confirment que cette stratgie dintervention est toujours pertinente. Ainsi, Swisscontact a touch, en 2015, plus de 60 000 personnes dans les six pays, travers lappui aux systmes de formation et dinsertion professionnelle.Pour Swisscontact, 2015 fut galement une anne de diversification thmatique avec lobtention de deux mandats DDC avec des perspectives longue terme : dune part, au Niger, un projet dducation non-formelle dans lequel des passerelles avec le systme de formation professionnelle restent construire, et dautre part, au Bnin, un projet dappui aux organisations paysannes. Le dmarrage de plusieurs projets et la poursuite de projets plus anciens dans les six pays de la zone ont encourag, nouveau en 2015, des changements positifs pour les populations, afin quelles amliorent par elles-mmes leurs conditions de vie. Nous remercions toutes les quipes de Swisscontact et nos partenaires davoir contribu ces russites, grce leur collaboration fructueuse et leur excellente connaissance des rgions et des contextes socio-conomiques.Pour 2016, Swisscontact veut continuer investir dans nos ressources humaines au niveau rgional, national et local, introduire un systme de contrle interne plus efficient, assurer la scurit de nos employs sur place et surtout accompagner davantage les bnficiaires de nos programmes : les jeunes, les femmes et les entrepreneurs.Nous vous remercions de soutenir notre vision dun dveloppement conomique, social et cologique qui encourage linsertion durable et productive des populations dfavorises. Nous nous engageons poursuivre nos efforts en faveur de projets de qualit qui offrent nos bnficiaires de vraies perspectives davenir et de stabilit !Ulrich StuckiDirecteur Afrique du Nord et de lOuest06 Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 20152015 en chiffres47 669 personnes ont fait une formation ou ont dmarr un parcours dinsertion, dans lun des huit dispositifs dvelopps par Swisscontact dans la rgion, de la formation initiale au perfec-tionnement.13 961 femmes et hommes ont d-velopp leur activit conomique de faon plus professionnelle grce une formation, ce qui leur a permis daugmenter leurs revenus dau moins 35%.15 200 jeunes (Mali et Niger) ont t reus en entretien et accompagns pour leurs choix dorientation professionnelle, et pour certains mis en relation avec des partenaires, tels que des struc-tures de formation, des entreprises, des associations locales, etc.2 442 formateurs ont t renforcs, afin damliorer la qualit de loffre de formation propose aux jeunes et permettre aux bnficiaires dintgrer le monde du travail et sy maintenir.389 nouveaux modules ont t dispenss, par plus de 160 prestataires de formation, avec un souci constant dadapter loffre de formation aux besoins du march local.6 971 personnes font partie dun groupe-ment dpargne et de crdit et ont pu ainsi accder un petit crdit, avec un faible taux dintrt, leur permettant de dvelopper leurs activits et damli-orer leurs conditions de vie.13 911 400 CHF de revenus additionnels ont t gagns par lensemble des groupes cibles - jeunes, femmes et hommes, sala-ris et entrepreneurs - pendant lanne 2015 dans les six pays de la zone Afrique du Nord et Afrique de lOuest.15 802 personnes, initialement sans emploi, exeraient en 2015 une activit grce un appui ou une formation proposs par Swisscontact au cours des trois dernires annes.07Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Jeune apprentie en formation tissage. Commune de Djougou, Bnin.08 Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Zones dintervention de Swisscontact en Afrique du Nord et de lOuestBnin (Dpartements)AliboriAtacoraAtlantiqueBorgouCollinesCouffoDongaLittoralMonoOumPlateauZouBurkina Faso (Rgions)CentreSud-OuestEstCentre-OuestMali (Rgions)BamakoGaoKayesKoulikoroMoptiSgouSikassoTombouctouMaroc (Rgions)Tanger-Ttouan-Al HocemaRabat-Sal-KnitraCasablanca-SettatFs-MeknsBni Mellal-KhnifraMarrakech-SafiDra-TafilaletSouss-MassaNiger (Rgions)AgadezDiffaDossoMaradiNiameyTahouaTillabryZinderTunisie (Gouvernorats)GabsGrand TunisKasserineMdenineSidi BouzidTataouineZones ctires09Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015NIGERBURKINAFASOTUNIS IEMALIBEN INMAROC10 Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015MarocAppui Suisse aux Associations Professionnelles au Maroc (ASAP-M)Le projet ASAP-M soutient les micro, petites et moyennes entreprises (MPME) agricoles, en renforant leurs capacits de management et de plaidoyer conomique et en dveloppant pour elles des services de qualit et de proximit. Pour cela le projet appuie quatre associations professionnelles agricoles, reprsentant trois filires stratgiques. Il est financ par la DDC pour une dure de 24 mois, de juillet 2015 juin 2017, avec une couverture nationale.Depuis 2008, le Plan Maroc Vert vise moderniser lagriculture marocaine, attnuer les ingalits daccs aux ressources et renforcer laction collective et cooprative notamment pour renforcer la comptitivit des exploitations familiales et assainir les crneaux de commercialisation nationale et internationale. Dans ce cadre, les associations professionnelles reprsentent un des acteurs-cls du dveloppement des filires et lamlioration des conditions de vie des agriculteurs. Mais pour cela il est indispensable de renforcer leurs mcanismes de gestion managriale, encourager les services de proximit en faveur de leurs membres dans les rgions, assurer la prennit de leurs actions, afin de les hisser au rang dacteurs influents sur les politiques agricoles et rurales.Swisscontact soutient ce processus travers lappui quatre associations professionnelles reprsentant trois filires stratgiques, y compris lagriculture biologique, comprenant galement lapiculture, les plantes aromatiques et le btail. Le projet consiste mettre en place un ensemble doutils de planification adapts au contexte et aux priorits de chaque association, notamment en matire dclaircissement de vision stratgique et de gouvernance, dactions de sensibilisation et services de proximit en faveur des membres et enfin de mise en place des dossiers de plaidoyer. La mise en synergie et lintgration de genre ont t prises en considration tout au long de ce processus.Rsultats 2015 Les plans daction avec les quatre associations professionnelles rajusts et approuvs; Les mcanismes de synergie entre les quatre associations professionnelles mis en place; Elaboration dun plan dintgration du genre pour chaque association, aprs un atelier de sensibilisation sur le genre ; Appropriation du projet ASAP-M par les re-prsentants rgionaux des associations et rajustement des plans daction, suite aux visites de terrain ; 1 270 bnficiaires recenss pour les quatre projets (avec prise en considration du genre): 220 producteurs de bio, 200 leveurs de bliers de Siroua et de lait de chvre, 600 apiculteurs, 250 producteurs de plantes aro-matiques et mdicinales.11Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015 Le projet ASAP-M reprsente, pour nous, une opportunit de crer notre propre dynamique de dveloppement communautaire dans une rgion trs dlaisse par les pouvoirs publics. Mhamed, 42 ans, chef du Groupement de producteurs de moutons de la race Sirouaet membre de lAssociation Nationale Ovine et Caprine.Commune de Taznakht, rgion de Dra-Tafilalet.Formation technique pour les femmes leveurs de chvres laitires, organise par lAssociation Nationale Ovine et Caprine. Commune de Chefchaouen, rgion de Tanger.12 Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Formation et Intgration Professionnelles en TunisieCe programme associe le secteur priv et les principaux oprateurs publics de formation dans le but de rendre la formation professionnelle plus efficace et attractive. Financ par la DDC, le programme est reconduit jusquen 2020 avec un budget augment, suite une phase pilote (2013-2015) qui a permis de cibler six projets complmentaires en appui au systme national de formation professionnelle. TunisieLe programme sadresse principalement aux jeunes diplms tout en facilitant le dialogue entre partenaires sociaux et lquilibre territorial qui sont actuellement au cur de la stabilit socio-politique et de la transition dmocratique en Tunisie. Il est ralis en partenariat avec le Ministre de la Formation Professionnelle (FP) et de lEmploi, et associe les plus importants partenaires de la FP en Tunisie.En 2015, les trois projets du programme se sont poursuivis. Ils visent exprimenter et institutionnaliser des dispositifs nouveaux permettant de renforcer lemployabilit des jeunes diplms et de complter le systme national de FP, avec des solutions adaptes aux mtiers techniques du secteur secondaire (maintenance industrielle, etc.), du secteur tertiaire (mtiers commerciaux, etc.) et de lagriculture. Il sagit de dispositifs de formation complmentaires ou de spcialisation sous forme de modules de trois six mois, raliss en totalit ou en partie en entreprise, reconnus et certifis par les branches professionnelles, permettant de mieux rpondre aux besoins du march du travail et/ou des postes prcis, avec un fort accent sur les soft skills (comportements au travail, etc.).Par ailleurs, dans les rgions faible potentiel conomique, le FIP organise ponctuellement des formations qualifiantes destination de publics vulnrables nayant pas accs la formation (femmes, etc.), en appui aux partenaires, notamment de la socit civile ou dautres projets de coopration suisses.Enfin les activits 2015 ont permis lvaluation externe du programme et le renouvellement de phase.Rsultats 2015 Prs de 38 000 heures de formations certi-fies pour 312 forms (jeunes, chmeurs, publics vulnrables) avec des indicateurs de performance satisfaisants selon les dispositifs et publics (par ex. 81% dans les entreprises dentrainement, dont 58% de femmes, re-crutement par 36 employeurs, etc.) ; 70 formateurs/encadrants forms (30% de femmes) ; Dveloppement de trois curricula et rfrentiels de certification ; Deux dispositifs pilotes mis en place prts tre tendus. Dfinition du mandat dappui lunit de pi-lotage des rformes du systme national de la FP engage par le Ministre de la Forma-tion Professionnelle et de lEmploi.13Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Yosra Loutar, 25 ans, employe temporaire en perfectionnement au sein de lentreprise dentrainement Elan By Conect Tunis. Une fois diplme, je narrivais pas trouver du travail car je navais pas dexprience professionnelle. Jai choisi donc dintgrer Elan et jai pu mettre en pratique dans un cadre professionnel tout ce que je ne connaissais jusque-l que par la thorie. Yosra Loutar, 25 ans. Tunis. Avant je ntais pas du tout panouie dans mon travail parce que je ne pouvais ni voluer ni mettre en pratique la comptabilit. Une amie ma conseill les entreprises dentranement et jai pu enfin faire de la comptabilit, tre oriente par une formatrice et avoir la possibilit de faire des erreurs et de pouvoir apprendre de mes erreurs. Si je navais pas intgr Elan, je naurais pas avanc dans ma carrire professionnelle. Nawel Makhlouf, 27 ans. Tunis.14 Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Projet de tourisme DMO dans les Gouvernorats de Mdenine, Tataouine et GabsCe projet financ par le Secrtariat dEtat lconomie (SECO) est conduit avec le Ministre et lOffice National du Tourisme. Dbut en septembre 2014 pour une dure de quatre ans, il vise accrotre durablement la comptitivit de la rgion du Djebel Dahar, tout en contribuant dvelopper un tourisme durable et alternatif au tourisme balnaire de masse qui prvaut en Tunisie.Confront une profonde crise conjoncturelle et structurelle du secteur touristique en Tunisie, le projet travaille dans une optique de moyen terme afin de positionner la rgion du Djebel Dahar (sud-est du pays, prs de Djerba), particulirement pauvre conomiquement, comme une destination part entire pour un public intress par la dcouverte, la randonne et le tourisme culturel. Il intervient travers quatre axes principaux :1. Coordonner les acteurs rgionaux et nationaux autour dune vision commune et avec des relations fonctionnelles, avec pour objectif la cration dun organisme autonome et dcentralis de gestion de la destination, suivant lapproche DMO (Destination Management Organisation).2. Etablir un marketing touristique spcifique la destination, puis venir en appui au marketing ralis par le DMO.3. Renforcer loffre plusieurs niveaux : hbergement-restauration, sites et patrimoines immatriels, artisanat et produits locaux, gestion des dchets et tourisme durable.4. Mettre en place avec le Ministre et lOffice National du Tourisme une rglementation adapte au tourisme alternatif (hbergement non conventionnel, etc.) tout en diffusant certaines innovations issues du projet, telles que lapproche DMO et le marketing participatif et territorial.Rsultats 2015 Ralisation dun diagnostic complet et inter-actif, comprenant une tude de march ; Lgalisation en cours de 14 prestataires dhbergement-restauration (sur 33 actifs dans la rgion) ; Dfinition consensuelle de la destination/vi-sion, clarification des rles des acteurs et des fonctions de base du DMO ; Conception et mise en uvre dun marketing destination ; Cartographie de la rgion, ralisation de con-tenus de vulgarisation scientifiques (go-pa-trimoines, histoire-culture, etc.) et dveloppe-ment en cours de supports promotionnels (notamment un site internet : www.destinationdahar.com) ; Dveloppement dune formation en cuisine traditionnelle pour 30 prestataires ; Formation en marketing territorial de 45 ac-teurs et prestataires ; Dveloppement de supports et de produits touristiques culturels.Tunisie15Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Formation en cuisine et patrimoine culinaire du Dahar. Novembre 2015. Cest une agrable surprise de voir un chef de renom venir me rendre visite dans ma cuisine. Avec les futures formations, jespre pouvoir servir des plats de terroir revisits et offrir aux visiteurs une vritable exprience culinaire. Belgacem Guttane, cuisinier au gte Kenza.Village de Chenini, Gouvernorat de Tataouine. Cest une belle exprience de se retrouver ensemble, association du patrimoine, propritaires de gites et restaurateurs pour parler de nos traditions culinaires. Cela nous a permis de retrouver des recettes ancestrales. Jespre que nous pourrons les remettre au got du jour pour les visiteurs. Abbes Zammouri, prsident de lAssociation des Jeunes de Zammour (AJZ).Village de Zammour, Gouvernorat de Mdenine.16 Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Projet dAppui la Formation Professionnelleet lEmploi des Jeunes (AFPIJE)BninLe projet AFPIJE a pour objectif de renforcer lemployabilit des jeunes par lamlioration de loffre de formation professionnelle pour une meilleure qualification de la main doeuvre ncessaire au dveloppement conomique du pays. Financ par lAgence Franaise de Dveloppement (AFD), ce projet a dmarr en janvier 2015 et prendra fin en 2017.Lobjectif gnral du projet est dclin en trois objectifs spcifiques. Dune part, amliorer loffre de formation de type dual dans les dpartements du Zou, des Collines, du Mono et du Couffo, avec lmergence de nouvelles offres pour combler les attentes des entreprises du tissu conomique local.Dautre part, renforcer les initiatives existantes en faveur de linsertion des jeunes dans le cadre du dveloppement de partenariats ports et anims par les acteurs locaux sur le territoire des neuf communes du Zou.Enfin le troisime objectif est de renforcer les capacits de pilotage du dispositif de formation de type dual par le Ministre de lEnseignement Secondaire, de la Formation Technique et Professionnelle, de la Reconversion et de lInsertion des jeunes.Pour lanne 2015, les activits ont t orientes vers le soutien aux structures et acteurs nationaux : la Direction de lApprentissage et de la Formation Professionnelle, lInspection Pdagogique Gnrale du Ministre en charge de la formation professionnelle et lInstitut de lIngnierie de la Formation et du Renforcement des Capacits des Formateurs pour le dmarrage du dveloppement des outils et des modules de formation.Rsultats 2015 Cration du rseau de 22 centres de formation professionnelle et dapprentissage (CFPA) des quatre dpartements ; Elaboration et validation du plan de renforcement des capacits du CFPA dAbomey comme animateur du rseau ; Dfinition de la stratgie de loffre de formation de type dual, en identifiant les mtiers porteurs et en valuant la capacit des centres y rpondre ; Dfinition du plan de renforcement des capacits des 22 CFPA; Renforcement des capacits techniques et en cration/gestion dentreprise de 125 jeunes identifis (dpartement du Zou) ; Cration de quatre cadres locaux pluri-acteurs dappui linsertion des jeunes dans quatre communes du Zou ; Validation des travaux de rvision des chartes et programmes de formation de type dual dans trois mtiers ; Ralisation de 47 sessions de sensibilisation dans 27 communes, avec plus de 5000 personnes touches (702 de faon directe); Dmarrage dactions de formation continue pour 170 matres dapprentissage et autres professionnels des quatre dpartements.17Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Les mtiers de lartisanat sont essentiels pour dvelopper les conomies locales au Bnin. Le projet vient renforcer la capacit professionnelle des artisans et aussi linsertion des jeunes. Ceux qui ont le Certificat de Qualification Professionnelle nont pas toujours les moyens dtre actifs et de valoriser leur diplme, alors le projet est venu combler ce vide-l en vue de leur insertion. Paul Adanou, 41 ans, prsident du collectif des Artisans de Bohicon. Dpartement du Zou. Les apprentis nous quitteront de temps en temps pour suivre des formations, je trouve que cest une bonne initiative laquelle jadhre parfaitement. Je me suis appropri le dispositif de formation par apprentissage de type dual et je souhaite que cela marche pour le bien de nos apprentis. Igor Simana, 37 ans, vulcanisateur Bohicon. Dpartement du Zou.18 Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Projet de Renforcementdes Capacits des Agents de Sant des localits dmunies (PRCAS)Le PRCAS vise amliorer la qualit de loffre de soins des sages-femmes, infirmiers et aides-soignants identifis dans les centres de sant des localits dmunies, par le renforcement de leurs capacits et connaissances pratiques. Le projet, financ par la Fondation Mdicor et la DDC, en est sa seconde phase (2013-2016).En 2015, le projet sest consacr renforcer les capacits sur site des agents de sant de nouvelles localits avec les modules actualiss adapts leurs besoins locaux. Le projet a aussi poursuivi les formations des membres des comits de gestion des localits appuyes et a men des campagnes de sensibilisation de la population avec des programmes radio interactifs soutenus en partenariat avec les acteurs de la sant et les radios locales pour permettre la promotion de loffre amliore de soins. Enfin le projet a dvelopp un mcanisme de suivi-valuation.La mise en uvre de ces activits a t possible grce aux conventions signes avec le secteur public, notamment le Ministre de la Sant (Direction des Hpitaux et des Soins Infirmiers et Obsttricaux, Direction de la Sant de la Mre et de lEnfant, Directions Dpartementales de la Sant, coordinations des Zones Sanitaires), et avec les acteurs privs, comme lAssociation des Sages-Femmes du Bnin, lAssociation Nationale Bninoise des Infirmiers et Infirmires Diplms dEtat et le Syndicat National des Aides-soignants et Assimils du Bnin. Le renforcement des capacits des agents de sant dans les localits dintervention permettra non seulement une bonne organisation des services de soins mais aussi le respect de la dignit du patient. Ces changements conduiront laugmentation du taux de frquentation des centres de sant appuys, de leurs recettes, des revenus des prestataires et ceux de la population. Mais ces acquis restent fragiles et ont besoin dtre capitaliss et consolids pour le bien-tre des populations de ces localits. Ainsi, en collaboration avec les acteurs nationaux, le projet dveloppe une stratgie de prennisation de ses acquis grce lintgration progressive de ses activits dans les plans triennaux de dveloppement des zones sanitaires. Par ailleurs, le projet sattelle lextension de nouvelles localits pour la formation continue sur site des agents de sant. Rsultats 2015 715 agents de sant forms, dont 198 infirmiers, 57 sages-femmes et 460 aides-soignants dans les communes de Krou, Ouak, Bonou, Adja-Our, Dogbo, Djakotomey, Bopa, Houyogb, Aplahou ; 66 agents de sant recycls avec les modules actualiss en 2014 ; Attestation de participation pour 1072 agents de sant (dont 44 en 2013, 348 en 2014 et 680 en 2015) ; Formations sur site des agents de sant dans 100 nouveaux centres de sant ; 93,89% des AS forms satisfaits des contenus des sessions de formation ; 87,24% de taux dassimilation des contenus enseigns ; 66 membres des Comits de gestion des centres de sant (COGECS) forms.Bnin19Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Formation des agents de sant au Centre de Sant de Djakotomey. Dpartement de Couffo. La formation que jai reue tait vraiment adapte mes besoins. De plus, elle a eu lieu sur site, ce qui a t dun grand atout parce quelle a permis aux formateurs de nous assister en situation relle de travail. Grce aux nouvelles connaissances que jai acquises, jarrive faire face aux problmes rencontrs auparavant dans la prise en charge des nouveaux-ns. Ceci se fait ressentir positivement sur la qualit des prestations de notre centre. Zintou Issa, 45 ans, sage-femme, maternit de lHpital de zone de Kouand.20 Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Projet SUMAN Burkina FasoLe Projet Suman ( rcolte en langue dioula) est un service dpargne-crdit qui a pour objectif damliorer les conditions de vie des populations dfavorises, travers laugmentation de leurs revenus. Financ par le Service Liechtensteinois du Dveloppement et la DDC, le Projet a entam en 2015 sa deuxime phase de mise en uvre pour la priode 2013-2016.Swisscontact appuie la mise en place de dispositifs dautofinancement dans sept communes du Burkina Faso. Inspir de la tontine , le Projet Suman sadresse aux hommes et aux femmes exerant une activit gnratrice de revenu, qui veulent la prenniser et qui ont besoin dun petit crdit pour dvelopper leurs affaires.La mise en place des groupes Suman est un processus qui garantit la gestion solidaire et transparente des fonds, que cela concerne loctroi des micro-crdits, les remboursements ou la distribution de lpargne cumule entre les membres des groupes constitus. Pour ce faire, les hommes et les femmes intresss au Projet Suman sauto-slectionnent et bnficient de modules de formation offerts par Swisscontact. De plus, suivant les principes du Suman, les membres dfinissent eux-mmes les rgles de fonctionnement de leur groupe, visant ainsi la gestion autonome des groupes dpargne-crdit.Grce au Projet, les membres des groupes des femmes pour la majorit ont pu dvelopper et prenniser leurs activits rmunratrices, principalement dans les domaines de la production agricole, de llevage, de la transformation de produits agricoles et forestiers, et du petit commerce. Laccs un micro-crdit a donc permis aux bnficiaires du Projet Suman dassurer les charges familiales, telles que les frais de scolarit, les frais de sant et dhabillement des enfants.In fine, laugmentation du revenu des bnficiaires du Projet Suman a ainsi contribu lamlioration de leurs conditions de vie et celles de leurs proches.Depuis 2013, le projet a appuy la mise en place denviron 200 groupes Suman, soit environ 4500 membres, dont 90% de femmes. Rsultats 2015 17 formateurs fonctionnels ; Progression de nombre de groupes Suman de lordre de +200% au cours des 12 derniers mois ; Accs au dispositif dauto-financement pour plus de 3000 bnficiaires ; Augmentation du volume financier de lordre de 176% au cours des 12 derniers mois, se traduisant donc par un plus grand capital-crdit la disposition des membres des groupes Suman ; Conception et mise disposition dun guide pour les membres des groupes participant une rencontre, adapt aux besoins des populations analphabtes ; 56 groupes arrivs en fin de cycle reconduits et grs de faon autonome par leurs membres.21Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015La Prsidente du groupe Delwend introduit la runion du groupe Suman.Commune de Sabou, rgion du Centre-Ouest. Avant je prparais des petites quantits, mais aujourdhui, grce aux prts chaque mois, je peux prparer de grandes quantits. Le groupe Suman ma permis daugmenter mes revenus. Berekouone Kambou, 41 ans, vendeuse de dolo et de beignets, membre dun groupe Suman. Je faisais partie dun groupement de femmes dans ma commune et le formateur Suman est venu nous parler du projet. a ma tout de suite intresse, car jai compris que ce que jemprunte ici je serai capable de le rembourser. Akouya Kambou, 50 ans, vendeuse de dolo et de vannerie, membre dun groupe Suman.22 Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Projet dInsertiondes Enfants Vulnrables (PIEV)Financ par lUNICEF, le PIEV visait favoriser l insertion socioconomique de jeunes touchs et fragiliss par la crise malienne. Lanc fin 2014 pour une dure dun an, le projet a permis prs de 300 jeunes de 14 19 ans des villes de Mopti et de Gao dtre accompagns vers lemploi ou lauto-emploi.MaliLe conflit du Nord du Mali a laiss beaucoup denfants dans des situations de grande vulnrabilit : enfants victimes de violence, enfants anciennement enrls par les groupes arms, orphelins et plus gnralement tous les jeunes dscolariss laisss pour compte. Le PIEV stait ainsi donn un objectif clair : accompagner ces jeunes sans perspective davenir dans le dmarrage dune activit conomique leur permettant de sortir de leur prcarit.Les jeunes slectionns dans le cadre du PIEV ont choisi dvoluer dans plusieurs secteurs professionnels identifis comme conomique-ment porteurs : menuiserie bois, construction mtallique, coiffure, couture, teinture, plomberie, mcanique moto, lectricit btiment et restauration. Ils ont tous reu un appui multiforme : alphabtisation, formation technique et kits de dmarrage pour leurs activits (matriels de base et petits quipements). Certains ont choisi lissue du projet de se mettre leur compte, dautres de travailler pour un maitre artisan pour continuer se former.Pour atteindre les rsultats viss, le projet sest appuy sur : Une collaboration avec les multiples acteurs qui interviennent auprs des jeunes en situation de prcarit : services techniques de lEtat, communauts, ONG et associations locales. Un processus dorientation professionnelle: accompagnement des jeunes dans leur choix de mtier ou dactivit gnratrice de revenus et dans la mise en uvre de leur projet professionnel. Les jeunes ayant choisi de se mettre leur compte ont bnfici dun appui complmentaire : plan daffaires simplifi et notions sur lentreprenariat. Des formations de proximit chez des matres artisans et dans des centres de formation o les jeunes ont bnfici dun apprentissage au plus prs des ralits locales et de leurs aspirations.Rsultats 2015 Alphabtisation et formation en Comptences de Vie Courante (calcul, vie associative, san-t, environnement, gestion et marketing, etc.) pour 327 jeunes dont 58% de jeunes filles ; Formation technique et accompagnement vers lemploi ou lauto-emploi pour 293 jeunes parmi les 327 alphabtiss ; Elaboration de 27 supports de formations adapts aux apprenants, leur choix dacti-vits et la dure de la formation.23Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Jeune en formation menuiserie bois. Mopti. Avant jtais une charge pour ma mre qui arrive trs difficilement faire vivre la famille avec ses petits commerces. Maintenant je coiffe quelques personnes dans le quartier. Je ne gagne pas encore beaucoup mais en tous cas, je peux aider ma mre avec des petits achats pour la famille Assata Fofana, 16 ans, bnficiaire dune formation en coiffure, Mopti.24 Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Programme dAppui la Formation Professionnelle (PAFP)Financ par la DDC et le Royaume du Danemark, le PAFP intervient pour une dure de quatre ans au niveau du district de Bamako et dans quatre rgions du Mali (Sgou, Sikasso, Mopti et Tombouctou).Le PAFP appuie les structures gouvernementales locales dans leur rle de pilotage et de financement de la formation en vue dune consolidation des dispositifs rgionaux de formation professionnelle. Swisscontact facilite la concertation entre les diffrents acteurs publics et privs pour une meilleure dfinition des priorits en matire de formation professionnelle. Avec les formations qualifiantes mises en uvre par le programme, les bnficiaires acquirent des comptences cibles leur permettant damliorer leurs revenus ou de dvelopper des activits conomiques dans le domaine de lagropastoral, de lartisanat, des travaux publics et des services. Le programme vise former 40 000 personnes de 2014 2017, dont 10000 jeunes sans emploi en vue de leur insertion professionnelle.Depuis mi-2015, le PAFP appuie un nouveau dispositif visant lamlioration de linsertion des jeunes par linformation et lorientation professionnelle. Le dispositif contribue faciliter laccs des jeunes sans activit aux formations professionnelles et lemploi, en leur permettant de faire des choix clairs et de se diriger vers des formations en adquation avec leurs aspirations et les ralits du march.Rsultats 2015 Plus de 9800 personnes formes ; Augmentation du revenu de plus de 20% pour plus de 3700 personnes ; Accs un revenu pour plus de 590 jeunes initialement sans activit ; Des formations dans 26 domaines dactivits; Appui lorganisation de deux ateliers sur le transfert des comptences en matire de formation professionnelle et de lemploi dans le cadre de la dcentralisation.Il y a un an, je ne savais rien faire. Aujourdhui jai un travail, un salaire et le respect des gens.Abdoulaye Dembele, 23 ans, bnficiaire dune formation en plomberie sanitaire Svar (rgion centre du Mali).MaliJeunes en formation pose de carrelage .Bamako, Mali.25Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Le FIBANI visait dune part renforcer les capacits des producteurs en vue dune amlioration de leurs conditions de vie mais aussi soutenir les filires agricoles porteuses travers lamlioration des pratiques, la diffusion de techniques modernes de production et lappui aux microentreprises agricoles et rurales. Les dispositifs de proximit appuys par le programme facilitent lanalyse, la slection et le financement de projets de formation pertinents. Les nouvelles comptences acquises permettent aux bnficiaires dtre plus productifs et mieux organiss. De manire individuelle ou collective, ces producteurs contribuent au dveloppement rural des deux rgions dintervention.Avec prs de 14 000 personnes formes depuis le dbut du programme, le FIBANI a largement dpass ses objectifs (8000 producteurs forms).Rsultats 2015 5616 personnes formes dont 58 % de femmes. Parmi elles, 90% dclarent avoir augment leur revenu dau moins 10% ; 440 formateurs de proximit forms dont 28% de femmes ; 23 curricula, axs pour les deux tiers sur lagro-cologie, mis la disposition des centres de formation.Formation et Insertiondans le Bassin du Niger (FIBANI)Financ par le Royaume des Pays-Bas, le programme FIBANI a appuy le dveloppement du secteur agricole Sgou et Koulikoro de 2013 2015, travers des formations professionnelles.En 2015, les programmes FIBANI et PAFP ont mis laccent sur : La qualit de la formation : Les programmes appuient les centres de formation pour la formation des formateurs et llaboration de modules adapts. Par ailleurs, un comit de suivi pdagogique qui permet dencadrer les formateurs des diffrentes rgions a t mis en place. Ce comit constitue une relle avance pour lamlioration de la qualit des formations professionnelles. La pertinence des projets de formation : Pour faciliter lintgration conomique des bnficiaires, les programmes dveloppent une approche march qui permet aux diffrents acteurs danalyser et de slectionner les projets de formation les plus pertinents.Mali26 Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Programme dducation alternative des jeunes (PEAJ)NigerLe PEAJ est un programme pilote mis en place depuis avril 2015 par lEtat du Niger, avec un appui assur par le consortium form par Swisscontact et Enfants du Monde et un accompagnement financier de la DDC. Il doit durer de 2015 2018 pour la premire phase.Le PEAJ sinscrit dans la stratgie de coopration de la DDC au Niger dont lobjectif est de favoriser laccs lcole, damliorer la qualit de lducation de base et de renforcer la formation professionnelle des jeunes, tout en tant en totale adquation avec la politique nationale en matire dducation au Niger.Ce programme sadresse aux jeunes non scolariss et dscolariss des rgions de Maradi et Dosso, gs de 9 14 ans. Deux cents Centres Communautaires dEducation Alternative des Jeunes (CCEAJ) vont accueillir douze mille jeunes au cours de la phase 2015-2018, pour une scolarisation qui durera, selon le profil et les desiderata du jeune, entre un an et trois ans. Ces CCEAJ sont intgrs dans des coles primaires et tenus par 200 enseignants forms et mobiliss par lEtat.Le dispositif de formation prvoit une passerelle vers lenseignement gnral pour 10% des jeunes, une orientation vers des centres de formation professionnelle pour 65% des jeunes et une ouverture sur le march du travail pour 25% des bnficiaires.Rsultats 2015 200 CCEAJ mis la disposition du PEAJ par les dix communes slectionnes dans le cadre du projet, pris en charge par les communes (160 centres sur 200) ou par les quatre ONG partenaires (40 centres) ; Elaboration par six quipes pluridisciplinaires du Ministre de lEducation, des supports pdagogiques pour les programmes des CCEAJ (y compris en langues locales) ; 200 enseignants recruts par lEtat du Niger et forms pour assurer la conduite de classes bilingues, la gestion pdagogique dune classe multigrade et la gestion dun emploi de temps dans le cas de groupes htrognes ; Identification par les communes des 6 000 jeunes filles et garons non scolariss et dscolariss des deux rgions, qui ont dbut leur scolarit dans lun des 200 centres dbut 2016.27Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015 Je nai jamais t lcole comme mes autres camarades, car ma maman ne la pas voulu. a me faisait trop mal de ne pas pouvoir y aller. Souvent, je pleurais en cachette. A chaque fois que je passais derrire les fentres de lcole de mon village, javais envie daller masseoir avec les autres. Mais jusqu prsent, on me disait que cest impossible, car javais dj dpass lge. Aujourdhui, je suis trs contente et jattends impatiemment le dbut des cours dans le nouveau centre de mon village. Aminata, 13 ans, commune de Tibiri, rgion de Maradi. Jai quitt lcole en CE1 il y a deux ans. Un an aprs mon dpart, jai voulu retourner lcole. Mais a ntait plus possible : le matre ma dit que mon nom avait t ray de la liste des coliers. Jai alors demand mon pre de me faire inscrire dans lcole dun autre village, l o on ne me conna-trait pas. Mais il ma rpondu que je navais plus lge dtre scolaris, ce qui ma rendu trs triste. Maintenant, je suis content. Je ne vais pas rater a. Merci ceux qui ont amen cette nouvelle cole ! Mamane, 12 ans, commune de Tibiri, rgion de Maradi.Des enseignants en formation avant de rejoindre leurs Centres Communautaires dEducation Alternative des Jeunes.Rgion de Maradi.28 Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Programme dappui la Formation Professionnelle Rurale (FOPROR)Le FOPROR a pour but de contribuer lamlioration des conditions de vie des jeunes en milieu rural, dans les rgions de Dosso et Maradi, par la mise en place dun systme de formation et dinsertion professionnelle de proximit. Financ par la DDC, le programme en est sa deuxime phase de trois ans (2013-2016).Mis en uvre dans les rgions de Dosso et Maradi, le FOPROR cible les jeunes (filles et garons) non-scolariss et dscolariss, gs de 12 30 ans, afin de leur proposer diffrents dispositifs de formation professionnelle.Au cours de lanne 2015, le partenariat efficace avec le Ministre des Enseignements Professionnels et Techniques (MEPT), la Chambre des Mtiers et dArtisanat du Niger (CMANI) et la Fdration Nationale des Artisans du Niger (FNAN) a permis le dveloppement de six dispositifs de formation : lapprentissage de type dual, les Sites Intgrs de Formation Agricole (SIFA), les Centres de Formation aux Mtiers (CFM), la Formation Initiale Professionnalisante (FIP), la formation continue pour le perfectionnement et les Plateformes dInformation et dOrientation des jeunes.Le dveloppement de la stratgie du triple flux au sein des six SIFA a permis de tripler le nombre des bnficiaires sur chaque site : on est pass de 75 225 jeunes forms chaque anne, pour un cot moyen par jeune de 128 000 FCFA (240 000 auparavant), amliorant ainsi laccs des jeunes ruraux la formation agricole. De plus, la filire levage (embouche et production) a t introduite au sein des SIFA, pour renforcer le concept de site intgr et pour diversifier les opportunits dinsertion professionnelle des jeunes.Daprs les rsultats de lvaluation externe ralise en octobre 2015, les dispositifs de formation conus sont socialement accepts et financirement soutenables par les collectivits dcentralises et les organisations fatires des artisans et des producteurs agricoles.Rsultats 20156 992 jeunes pris en charge et forms, dont 3615 filles. Parmi eux : Apprentissage de type dual (deux annes de formation): 603 jeunes forms ; Perfectionnement (une quatre semaines de formation): 644 jeunes forms ; FIP (un trois mois de formation) : 991 jeunes forms ; SIFA (quatre mois de formation et quatre mois de suivi) : 1401 jeunes forms ; CFM (12 24 mois) : 3333 jeunes forms.Niger29Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Hamani Midou, bnficiaire dune formation mcanique automobile en apprentissage dual. Commune de Dosso. Aprs ma formation en mcanique automobile, je suis retourn dans mon garage o jai t promu au poste dadjoint et de trsorier du garage. Je gagne aujourdhui un salaire de 75 000 francs CFA alors quavant je me contentais dune rmunration forfaitaire. Je suis donc devenu un petit patron et mon niveau de vie a augment. Hamani Midou, bnficiaire dune formation en apprentissage dual. Commune de Dosso.30 Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Nom du projet Pays Partenaires & donateursVolume 2015Dure Rsultats 2015FORMATION PROFESSIONELLEFormation et Intgration Professionnelleen TunisieTunisie DDC CHF 1 068 4342013 - 2020 Prs de 38 000 heures de formations certifies pour 312 forms (jeunes, chmeurs, publics vulnrables) avec des indicateurs de performance satisfaisants selon les dispositifs et publics (par ex. 81% dans les entreprises dentrainement, dont 58% de femmes, recrutement par 36 employeurs, etc.) ; 70 formateurs/encadrants forms (30% de femmes); Dveloppement de trois curricula et rfrentiels de certification ; Deux dispositifs pilotes mis en place prts tre tendus. Dfinition du mandat dappui lunit de pilotage des rformes du systme national de la FP engage par le Ministre de la Formation Professionnelle et de lEmploi.Projet dAppui la Formation Professionnelle Artisane (PAFPA) Bnin DDC CHF747 417(PAFPA + PRCAS)2013 - 2016 (phase IV) 2761 apprentis (dont 1933 inscrits en premire anne) forms pour le Certificat de Qualification Professionnelle (CQP) ; Obtention du CQP pour 767 apprentis ; 3992 apprentis forms pour le Certificat de Qualification aux Mtiers (CQM), dont 3863 diplms; Quatre modules de perfectionnement des patrons labors en plomberie et formation de 133 patrons (dont 90 nouveaux) ; Formation pour 73 membres de groupements (63 femmes), dont 22 nouveaux membres (20 femmes); Cinq groupements (dont deux nouveaux) appuys pour lachat de petits matriels ; Formation pour 61 formateurs (21 en andragogie, 28 sur les techniques et loutil de suivi de la formation duale et 12 en technique professionnelle de plomberie) ; Evaluation de 35 Centres de Formation Professionnelle (CFP) dans 13 mtiers, pour la mise en uvre du CQP; 21 CFP de la rgion MCZC informs sur les rsultats et recommandations de lvaluation ; Trois documents de critres relatifs la qualit de la formation dans les ateliers labors dans trois mtiers CQP ; Six Comits de dissmination mis en place dans les dpartements et renforcs en vue de la vulgarisation des documents ; 500 patrons datelier informs dans le dpartement du Littoral sur les critres relatifs la qualit dans les ateliers.Vue d ensemble des projets31Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Nom du projet Pays Partenaires & donateursVolume 2015Dure Rsultats 2015FORMATION PROFESSIONELLEProjet de Renforcement des Capacits des Agents de Sant des localits dmunies (PRCAS)Bnin Fondation Mdicor et DDCCHF747 417(PRCAS + PAFPA)2013 - 2016 (phase II) 715 agents de sant forms, dont 198 infirmiers, 57 sages-femmes et 460 aides-soignants ; 66 agents de sant recycls avec les modules actualiss en 2014 ; Attestation de participation pour 1072 agents de sant (dont 44 en 2013, 348 en 2014 et 680 en 2015) ; Formations sur site des agents de sant dans 100 nouveaux centres de sant ; 93,89% des AS forms satisfaits des contenus des sessions de formation ; 87,24% de taux dassimilation des contenus enseigns; 66 membres des Comits de gestion des centres de sant (COGECS) forms.Projet dAppui la Formation Professionnelle et lEmploi des Jeunes (AFPIJE) Bnin IRAM et AFDCHF432 9612015 - 2017 (phase I) Cration du rseau de 22 CFPA des quatre dpartements et laboration et validation du plan de renforcement des capacits du CFPA dAbomey comme animateur du rseau ; Dfinition de la stratgie de loffre de formation de type dual, en identifiant les mtiers porteurs et en valuant la capacit des centres y rpondre ; Dfinition du plan de renforcement des capacits des 22 CFPA; Renforcement des capacits techniques et en cration/gestion dentreprise de 125 jeunes identifis (dpartement du Zou) ; Cration de quatre cadres locaux pluri-acteurs dappui linsertion des jeunes dans quatre communes du Zou ; Validation des travaux de rvision des chartes et programmes de formation de type dual dans trois mtiers ; Ralisation de 47 sessions de sensibilisation dans 27 communes, avec plus de 5000 personnes touches; Dmarrage dactions de formation continue pour 170 matres dapprentissage et autres professionnels des quatre dpartements.Projet dAppui la Formation et lInsertion professionnelle des Jeunes (PAFIPJ)Burkina FasoDDC et LED 200 279 CHF2013 - 2016 Formation de 803 apprentis-artisans (filles : 62%); Formation de 542 patrons-artisans (femmes : 62%) ; Formation de 80 formateurs (femmes : 49%) ; Renforcement des capacits de 11 conseillers dorientation professionnelle, dont 5 femmes ; Appui au lancement dun centre dorientation professionnelle Ouagadougou.32 Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Nom du projet Pays Partenaires & donateursVolume 2015Dure Rsultats 2015FORMATION PROFESSIONELLEFormation et Insertion dans le Bassin du Niger (FIBANI) Mali Royaume des Pays-BasCHF2 608 9402013 - avril 2016 5616 personnes formes, dont 58% de femmes ; 90% des personnes formes dclarent avoir augment leur revenu dau moins 10% ; 440 formateurs de proximit forms (femmes : 28%); 23 curricula axs pour les 2/3 sur lagro-cologie mis la disposition des centres.Programme dAppui la Formation Professionnelle (PAFP)Mali DDC et Royaume du DanemarkCHF 3 848 4192014 - 2017 Plus de 9800 personnes formes en 2015 ; Augmentation de revenus de plus de 20% pour plus de 3700 personnes ; Accs un revenu pour plus de 590 jeunes initialement sans activit.Projet dAppui aux Jeunes Entreneurs (PAJE)-NitaMali Education Development Centre / USAIDCHF122 0602010 - juin 2015 Formation professionnelle dans diffrentes Activits Gnratrices de Revenus (AGR) pour 5681 jeunes, dont 58% de femmes ; Un kit dinstallation pour 95% des jeunes forms pour dmarrer leur AGR ; Finalisation et remise des supports pdagogiques pour les 14 AGR dveloppes sur lensemble du projet au Ministre de lEmploi et de la Formation Professionnelle.Projet Insertion Enfants Vulnrables (PIEV)Mali Unicef CHF266 2512014 - 2015 Alphabtisation et formation en Comptences de Vie Courante pour 327 jeunes, dont 58% de filles ; Formation technique et accompagnement vers lemploi ou lauto-emploi pour 293 jeunes parmi les 327 alphabtiss ; Elaboration de 27 supports de formation adapts aux apprenants, leur choix dactivits et la dure de la formation.Programme dducation alternative des jeunes (PEAJ)Niger DDC CHF431 4542015 - 2018 200 CCEAJ mis la disposition du PEAJ par les dix communes slectionnes dans le projet, pris en charge par les communes (160 centres sur 200) ou par les quatre ONG partenaires (40 centres) ; Elaboration par six quipes pluridisciplinaires du Ministre de lEducation, des supports pdagogiques pour les programmes des CCEAJ (y compris en langues locales) ; 200 enseignants recruts par lEtat et forms pour assurer la conduite de classes bilingues, la gestion pdagogique dune classe multigrade et la gestion dun emploi du temps dans le cas de groupes htrognes; Identification par les communes des 6 000 jeunes filles et garons non-scolariss et dscolariss des deux rgions, qui ont dbut leur scolarit dans lun des 200 centres dbut 2016.33Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Nom du projet Pays Partenaires & donateursVolume 2015Dure Rsultats 2015FORMATION PROFESSIONELLEProjet Plateformes Orientation JeunesseNiger Service Liechtenstei-nois de Dveloppe-ment et DDCCHF547 0962013 - 2016 3857 jeunes (dont 1485 femmes) reus pour au moins un entretien ; 369 jeunes (dont 612 femmes) accompagns ; 973 jeunes (dont 366 femmes) mis en relation. Parmi eux : formation pour 625 jeunes (267 femmes), stage pour 220 jeunes (55 femmes), cratoin de son propre emploi pour 47 jeunes (16 femmes), insertion dans un emploi pour 77 jeunes (26 femmes) et relance dune activit pour 4 jeunes (2 femmes) ; Trois nouvelles Plateformes (dont deux ex-Plateformes mobiles devenues Plateformes fixes) ; Quatre sessions de formation sur la question du genre, quatre sessions sur laccompagnement.Programme dappui la Formation Professionnelle Rurale (FOPROR)Niger DDC CHF1 989 8862013 - 2016 6 992 jeunes pris en charge et forms, dont 3 615 filles. Parmi eux : 603 jeunes forms en apprentissage dual, 644 jeunes forms en perfectionnement, 991 jeunes forms en FIP, 1401 jeunes forms en SIFA et 3333 jeunes forms en CFM.Programme dappui la formation professionnelle rurale et lemployabilit des jeunes(FOPREJ)Niger Union EuropenneCHF859 3742014 - 2017 1033 jeunes forms, dont 337 filles (33%). Parmi eux : 342 jeunes forms en FIP (207 filles), 425 jeunes forms en perfectionnement (56 filles), 75 jeunes forms en SIFA (10 filles) et 114 en formation (26 filles), 26 jeunes forms en apprentissage dual et 77 en formation (1 fille) et 165 jeunes en formation en CFM (63 filles). 239 encadreurs forms (57 femmes).SERVICES FINANCIERSProjet Suman Burkina FasoService Liechtenstei-nois de Dveloppe-ment et DDCCHF152 0002013 - 2016 17 formateurs fonctionnels ; Progression du nombre de groupes Suman de lordre de +200% au cours des 12 derniers mois ; Accs au dispositif pour plus de 3000 bnficiaires ; Augmentation du volume financier de 176% en un an ; Conception et mise disposition dun guide pour les membres des groupes Suman ; 56 groupes arrivs en fin de cycle reconduits et grs de faon autonome par leurs membres.Promotion de lentreprenariat rural travers lpargne-crdit (WASA)Mali Fondation Hirschmann et DDCCHF104 2162013 - 2015 Mise en place et accompagnement de 44 nouveaux groupes WASA ; 150 groupes WASA autonomes sur les 222 groupes oprationnels (mnent leurs activits sans appui) ; Formation en embouche ou aviculture pour six groupes WASA (141 personnes, dont 89 femmes) ; 80% des adhrents aux groupes sont des femmes.34 Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Nom du projet Pays Partenaires & donateursVolume 2015Dure Rsultats 2015PROMOTION DES PMEAppui Suisse aux Associations Professionnelles au Maroc (ASAP-M)Maroc DDC CHF120 261(6 mois)Juillet 2015 - Juin 2017 Les plans daction avec les quatre associations profes-sionnelles rajusts et approuvs; Les mcanismes de synergie entre les quatre associa-tions professionnelles mis en place; Elaboration dun plan dintgration du genre pour chaque association, aprs un atelier de sensibilisation sur le genre ; Appropriation du projet ASAP-M par les reprsentants rgionaux des associations et rajustement des plans daction, suite aux visites de terrain ; 1 270 bnficiaires recenss pour les quatre projets (avec prise en considration du genre): 220 producteurs de bio, 200 leveurs de bliers de Siroua et de lait de chvre, 600 apiculteurs, 250 producteurs de plantes aromatiques et mdicinales.DMO-Tourisme Tunisie SECO et Office de Tourisme tunisienCHF520 710Sept 2014 - 2015 Ralisation dun diagnostic complet et interactif, comprenant une tude de march ; Lgalisation en cours de 14 prestataires dhbergement-restauration (sur 33 actifs dans la rgion) ; Dfinition consensuelle de la destination/vision, clarification des rles des acteurs et des fonctions de base du DMO ; Conception et mise en uvre dun marketing destination; Cartographie de la rgion, ralisation de contenus de vulgarisation scientifiques (go-patrimoines, histoire-culture, etc.) et dveloppement en cours de supports promotionnels (le portail www.destinationdahar.com notamment) ; Dveloppement dune formation en cuisine traditionnelle pour 30 prestataires ; Formation en marketing territorial de 45 acteurs et prestataires ; Dveloppement de supports et de produits touristiques culturels.35Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Nom du projet Pays Partenaires & donateursVolume 2015Dure Rsultats 2015PROMOTION DES PMEProgramme dAppui au Secteur du Dveloppement Rural (PASDeR)Bnin LARES (partenaire consortium)et DDC (donateur)CHF285 1962015 - 2019 (phase II) 22 runions des Bureaux Excutifs tenues ; 28 groupements dleveurs suivis ; 76 ovins des ateliers dembouches de cinq Groupements Professionnels de Femmes Eleveuses de Ruminants bnficiaires du Fonds Communal de Dveloppement Agricole, suivis, traits et dparasits ; 94 acteurs provenant de 13 Groupements Professionnels dEleveurs de Ruminants et 12 Groupements sensibiliss sur les modalits daccs au crdit du Projet dAppui la Filire Lait et Viande ; 61 membres de lUDOPER dont 55 femmes provenant de six groupements dleveurs sensibiliss sur la stratgie de mobilisation et de diversification des ressources ; 40 membres dont 14 femmes issus des groupements dleveurs de Gnel Boucatou et Gorobani sensibiliss sur lentretien et le mode de gestion conomique des infrastructures agropastorales ralises au cours de la premire phase du PASDeR et sur le respect des aires de pturage et couloir de passages. Campagne 2015-2016 du warrantage lance ; 18 groupements et des artisans fabricants dquipements agricoles bnficiaires du FCDA suivis ; 100 poules pondeuses reformes vendues 1 500 F CFA lunit ; 755 agro leveurs dont 100 femmes sensibiliss dans le cadre de la campagne de vaccination contre la Pripneumonie Contagieuse Bovine (PPCB) et la pasteurellose bovine ; Participation de 100 artisans fabricants dquipements agricoles et de six groupements de femmes membres de lUDOPER dont deux prims (1er et 2me prix) la foire intercommunale organise par lAssociation pour la Promotion de lIntercommunalit dans le Dpartement de lAlibori (APIDA).36 Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Nom du projet Pays Partenaires & donateursVolume 2015Dure Rsultats 2015PROMOTION DES PMEProjet de Dveloppement des Infrastructures conomiques et Marchandes (PDIEM)Volet : Dynamisation de lentrepreneuriat local et valorisation des matriaux locauxBnin DDC,Consortium avec SNVCHF260 6222013 - 2017(phase I) Participation des radios la vulgarisation et la diffusion des modalits daccs des TPE/artisans aux marchs publics ; 40 entrepreneurs des BTP, responsables dartisans, techniciens forms sur la simplification des outils types de passation de marchs publics ; Quatre chantiers coles mis en place pour servir de site de formation et dincubation des artisans ; Formation sur lutilisation des matriaux locaux pour six corps de mtiers (briquetiers, maons, coffreurs, plombiers, ferrailleurs et lectriciens) ; 80 briquetiers et 15 femmes contrleuses forms sur la production de Brique en Terre Comprime (BTC) ; 260 artisans, dont 15 femmes, forms sur les techniques de construction en BTC ; 240 techniciens communaux, responsables dartisans etc. informs, sensibiliss et forms sur le cadre lgislatif organisant le secteur minier au Bnin et les conditions lgales dexploitation des sites ; Lanalyse des besoins en formation des artisans et TPE intervenant dans les mtiers de BTP ralise et un plan daccompagnement des TPE/artisans disponible.Projet dAppui au Dveloppement Communal (PADC)Burkina FasoDDC et LED 472 321 CHF2013 - 2016 Accompagnement de 430 jeunes entrepreneurs vers la micro-entreprise individuelle, dont 62% de femmes ; Perfectionnement de 2492 Entreprises Existantes, dont 40% gres par des femmes ; Oprationnalisation du concept DEL dans sept communes; Appui la dfinition dune stratgie DEL dans trois communes.37Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Jeune en formation menuiserie bois.Mopti, Mali.38 Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Personnel international Personnel localPays Femmes Hommes Femmes Hommes TotalBnin 1 1 14 25 41Burkina Faso 1 5 6 12Mali 3 12 80 95Maroc 1 2 3Niger 1 1 10 32 44Tunisie 1 5 8 14Bureau rgional 1 1 2Total 6 5 45 155 211Les collaborateurs Swisscontact pour lAfrique du Nord et de lOuest en 2015Formation maroquinerie.San, Mali.39Rapport Annuel Afrique du Nord et de lOuest 2015Nous crons des opportunitsCouverture : Formation en plomberie sanitaire. Svar, rgion centre du Mali.Photos : Collaborateurs de Swisscontact.Conception : Stphanie Tesson.Swiss NPO-Code : Swisscontact oriente son organisation et la gestion de ses affaires vers lesdirectives en matire de gouvernance institutionnelle pour les organisations but non lucratif(Swiss NPO-Code) publies par la Confrence des prsidentes et des prsidents des grandesoeuvres dentraide de Suisse. Un examen effectu la demande de cette organisation a rvl que les principes du Swiss NPO-Code taient respects.Label ZEWO : Swisscontact a t rcompense par le label ZEWO. Ce label est dcern auxorganisations dutilit publique pour leur bonne gestion des fonds qui leur sont confi s, attesteque les sommes rcoltes sont affectes au but fi x de manire effi cace et conomique etdistingue les organisations transparentes et dignes de confi ance prsentant des structures decontrle effi caces et respectueuses des principes dthique quant lacquisition de moyens financiers et la communication. Swisscontact fait rgulirement lobjet dexamens veillant au respect de ces critres. (Source : ZEWO)Avril 2016.BninSwisscontact08 BP 1117Tri Postal CotonouTl / Fax : +229 21 30 48 89 www.swisscontact.org/beninBurkina FasoSwisscontactc/o 01 BP 578Ouagadougou 01Tl : +226 25 34 07 05www.swisscontact.org/burkinafasoMaliSwisscontactc/o Coopration SuisseB.P. 2386 Bamako ACI SOTUBATl : +223 76 40 55 88www.swisscontact.org/maliMarocSwisscontact14 rue Jabal Bouiblane, appt. 14 Agdal - 10080 Rabat, MarocTl : +212 537 671 726NigerSwisscontactBoulevard Mali Bro - Yantala HautBP 12 676NiameyTl : +227 20 73 96 37www.swisscontact.org/niger TunisieSwisscontact53 bis Av. de la Livre - Jardin du Lac1053 TunisTl : +216 71 196 695Fax : +216 71 196 695www.swisscontact.org/tunisie

Recommended

View more >