The Handbook for Water Resource Management in Transboundary Basins of Rivers Lakes and Aquifers

  • Published on
    15-Mar-2016

  • View
    217

  • Download
    0

DESCRIPTION

INBO/GWP Handbook II

Transcript

  • MANUEL SUR LA GESTION INTGREDES RESSOURCES EN EAU

    DANS LES BASSINS DES FLEUVES,DES LACS ET DES AQUIFRES

    TRANSFRONTALIERS

    Mars 2012

  • La rdaction de ce manuel a t coordonne parChristophe Brachet et Daniel Valensuela delOffice International de lEau (SecrtariatTechnique Permanent du Rseau Internationaldes Organismes de Bassin - RIOB), enpartenariat avec Patricia Wouters (Comittechnique du Partenariat mondial de leau - GWPet centre UNESCO-HELP Dundee), NataliyaNikiforova (CEE-ONU), Jose Luis Martin Bordes,Alice Aureli, Raya Marina Stephan, Neno Kukuric(UNESCO), Ivan Zavadsky (GEF) et Elisa VargasAmelin (EVREN).

    Les tudes de cas ont t collectes travers lesrseaux du RIOB et du GWP, ainsi qu partir desexemples fournis par les partenaires delouvrage.

    Publi en 2012 par le Rseau International des Organismes de Bassin (RIOB) et le Partenariat mondial de leau (GWP).Traduction : Gisle Sine.Mise en page et design : Scriptoria, FGgraphic/Franck Guihard. ISBN : 978-91-85321-86-5(mars 2012).

    LAgence Franaise de Dveloppement a apportson conseil et sa relecture, et a financ latraduction et l'dition de ce manuel.

    La traduction en anglais a t assure par GisleSine (OIEau/RIOB).

    Le manuel peut tre tlcharg partir des sitesinternet suivants : www.riob.org www.gwpforum.org www.oieau.frwww.afd.fr

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    RIOB / GWP

  • 3TABLE DES MATIRES

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    TABLE DES MATIRES

    Avant-propos ....................................................................................................................................................................................................................................6Abrviations ..............................................................................................................................................................................................................................7-8

    1 Introduction ....................................................................................................................................................................................................................91.1 Contexte..............................................................................................................................................................................................................91.2 Comment utiliser le manuel .............................................................................................................................................................91.3 Concepts et dfinitions cls ...........................................................................................................................................................10

    2 Mise en place dune coopration transfrontalire pour la gestion des ressources en eau............152.1 Volont politique inter-tats...........................................................................................................................................................152.2 Droit des eaux internationales : conventions .................................................................................................................222.3 Droit des eaux internationales : fonctionnement ........................................................................................................282.4 Les accords juridiques comme bases de la gestion des eaux transfrontalires...............................30

    3 Gouvernance des organismes de bassins transfrontaliers ............................................................................................393.1. Types dorganisations..........................................................................................................................................................................393.2. Types de fonctions des organismes de bassins transfrontaliers ...................................................................443.3 Fonctionnement des organismes de bassins transfrontaliers ..........................................................................46

    4 Systmes dinformation et suivi transfrontalier.......................................................................................................................514.1 Enjeux relatifs aux systmes dinformation......................................................................................................................514.2 Mthodologie de mise en uvre des systmes dinformation.........................................................................524.3 Quelques types de systmes dinformation transfrontaliers..............................................................................574.4 Systmes dalerte aux inondations ..........................................................................................................................................614.5 Indicateurs de performance ...........................................................................................................................................................63

    5 Gestion intgre des aquifres transfrontaliers ......................................................................................................................675.1 Gestion conjointe des eaux de surface et souterraines..........................................................................................675.2 Rsolution des Nations Unies sur la gestion des aquifres transfrontaliers .......................................695.3 Application de la Convention sur leau de la CEE-ONU aux eaux souterraines..................................70

    6 Participation des acteurs au niveau transfrontalier .............................................................................................................736.1 Identification et reprsentation des acteurs .....................................................................................................................736.2 Participation au niveau transfrontalier ..................................................................................................................................756.3 Consultations publiques ....................................................................................................................................................................77

    7 Stratgie et planification dans les bassins transfrontaliers.........................................................................................797.1 Diagnostic transfrontalier.................................................................................................................................................................797.2 Outils de planification transfrontalire ..................................................................................................................................817.3 Schma directeur transfrontalier ...............................................................................................................................................837.4 Programmation des investissements.....................................................................................................................................857.5 Mise en uvre et suivi........................................................................................................................................................................867.6 Changements climatiques et risques lis leau .........................................................................................................86

    8 Financement des organismes de bassins transfrontaliers ............................................................................................898.1 Les diffrents systmes de financement des organismes de bassins transfrontaliers...............908.2 Contribution des tats membres de lorganisme de bassin...............................................................................918.3 Accs des financements communautaires rgionaux .........................................................................................928.4 Redevance de type utilisateur - pollueur / payeur..................................................................................................938.5 Rmunration des fonctions de matrise douvrage de lorganisme de bassin transfrontalier.....948.6 Rmunration des services rendus .........................................................................................................................................95

    9 Enjeux transfrontaliers .....................................................................................................................................................................................979.1 La navigation intrieure......................................................................................................................................................................979.2 Infrastructures hydrauliques transfrontalires...............................................................................................................999.3 cosystmes, changements climatiques et infrastructures vertes............................................................102

    10 Renforcement des capacits et dveloppement ...................................................................................................................10711 Sensibilisation et communication......................................................................................................................................................11312 Conclusion ................................................................................................................................................................................................................117

    Sites web, rfrences, lectures complmentaires.................................................................................................................................119

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

  • 4ENCARTS, EXEMPLES ET SCHMAS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    ENCARTS, EXEMPLES ET SCHMAS

    Encart 1 Dfinition des aquifres transfrontaliers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .12Encart 2 Parties prenantes de la Convention de 1997 des Nations Unies sur les cours deau . . . . . . . . .24Encart 3 Dispositions du trait de la Convention de lONU (article 8) -

    lobligation de cooprer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .25Encart 4 Les cours deau europens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26Encart 5 Cadre analytique du droit de la gestion des eaux transfrontalires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .29Encart 6 La GIRE dans la pratique - Hydrologie pour lenvironnement,

    la vie et la politique (HELP) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .36Encart 7 Plnipotentiaires et commissions mixtes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .41Encart 8 Tendances et pratiques dans les accords et les institutions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .44Encart 9 Catgories de fonctions des organismes de bassin transfrontalier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .45Encart 10 Gestion des organismes et des bassins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .46Encart 11 Stratgies et directives pour la surveillance et lvaluation des eaux transfrontalires . . . . . . .52Encart 12 Catalogues en ligne de sources de donnes pour la gestion transfrontalire . . . . . . . . . . . . . . . . . .54Encart 13 Deuxime tat des lieux des fleuves, lacs et aquifres transfrontaliers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56Encart 14 Mise en uvre dune dmarche prenne de dveloppement

    dindicateurs de performance en Afrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .66Encart 15 Les eaux souterraines transfrontalires et la Convention Eau de la CEE-ONU -

    messages cls . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .72Encart 16 Convention dAarhus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .76Encart 17 Analyse-Diagnostic Transfrontalire/Plan dAction Stratgique (ADT/PAS) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .80Encart 18 Diffrents systmes de financement des organismes de bassins transfrontaliers . . . . . . . . . . . .90Encart 19 Exemples dinfrastructures vertes et grises fournissant les mmes services . . . . . . . . . . . . . . . . .105Encart 20 Exemple dchange de connaissances sur le terrain - Bote outils du GWP . . . . . . . . . . . . . . . .114

    Exemple 1 Une approche intgre et participative dans le bassin du Guadiana . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .16Exemple 2 Coopration trilatrale sur le Lac Prespa . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .16-17Exemple 3 Conseil rgional des ressources en eau des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent . . . . . . . .17Exemple 4 Coopration sur le Rapport fatier du Danube . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .18Exemple 5 Nouvel tat des lieux et coopration transfrontalire dans la rgion paneuropenne . . . .18-19Exemple 6 Le Centre de Coordination des Ressources en Eau de lespace CEDEAO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19Exemple 7 Coopration transfrontalire sur les petits affluents du Syr Darya . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20Exemple 8 Coopration sur le bassin du Rhin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21Exemple 9 Coopration internationale dans la gestion de leau en Rpublique Tchque . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21Exemple 10 La Paix Bleue - Scurit de leau au Moyen-Orient . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22Exemple 11 Le rle de la coopration au sein de la SADC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .27Exemple 12 Coopration dans le bassin du Drin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .33Exemple 13 La coopration sur les fleuves Chu et Talas en Asie Centrale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .35Exemple 14 Loi sur leau, politique et recherche dans le sous-bassin du Sesan (Mkong) -

    projet STRIVER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .37Exemple 15 Mise en place progressive des organes du bassin de lOkavango . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .40-41Exemple 16 Moselle - Sarre ; une naissance progressive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .42Exemple 17 Rles des organismes communs transfrontaliers dans les pays EECCA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .46Exemple 18 Fonctionnement de la Commission du Mkong . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .47Exemple 19 Commission du bassin de lOder . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .49Exemple 20 Renforcement des capacits dadministration des donnes en Europe Orientale,

    Caucase et Asie Centrale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55Exemple 21 Dveloppement dobservatoires de lenvironnement lOMVS, lABN et lABV . . . . . . . . . . . .59Exemple 22 Coordination des systmes dinformation - le cas du SASS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .60Exemple 23 Systme dinformation sur les inondations du fleuve Meri . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .62

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

  • 5ENCARTS, EXEMPLES ET SCHMAS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Exemple 24 La gestion du systme aquifre transfrontalier du Guarani . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .68Exemple 25 LObservatoire du Sahara et du Sahel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .69Exemple 26 Aquifre Genevois franco-suisse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .70-71Exemple 27 Participation des acteurs de Moldavie et dUkraine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .74Exemple 28 Participation des acteurs du bassin du Niger . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .74Exemple 29 Approche participative pour llaboration du SDAGE du bassin du Sngal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .75Exemple 30 La premire Symphonie Grands Lacs - Saint-Laurent -

    son eau, sa diversit, sa population et son avenir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .75Exemple 31 Encourager la coopration transfrontalire entre le Mexique et le Guatemala . . . . . . . . . . . . . . . . . .76Exemple 32 Coopration hispano-portugaise sur leau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .77Exemple 33 Outil dallocation des ressources en eau sur le bassin du Niger . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .82Exemple 34 Stratgie 2010-2015 de dveloppement du bassin du Mkong . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .83Exemple 35 Plan dAction Stratgique du bassin du Lac Victoria -

    du niveau communautaire au niveau ministriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .84Exemple 36 De la vision partage un vaste programme dinvestissements sur le bassin du Niger . . . . .85Exemple 37 Programme eau, climat et dveloppement en Afrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .87Exemple 38 Planification conjointe de la gestion des risques dinondation

    du fleuve Morava et mise en uvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .87Exemple 39 Le projet AMICE sur le bassin de la Meuse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .88Exemple 40 Financement durable de lAutorit du Bassin du Niger . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .91Exemple 41 La Taxe Communautaire dIntgration de la CICOS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .93Exemple 42 Les barrages partags du bassin du Sngal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .95Exemple 43 La navigation intrieure dans le bassin du Congo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .98Exemple 44 Canal Seine-Nord Europe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .98Exemple 45 Dialogue sur les grands barrages en Afrique de lOuest . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .99Exemple 46 Programme pour le Dveloppement des Infrastructures en Afrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .100Exemple 47 valuation environnementale stratgique des projets de barrages du Mkong . . . . . . . . . . . . . . .101Exemple 48 La scurit des barrages en Asie Centrale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .101-102Exemple 49 Approche intgre des eaux douces transfrontalires nerlandaises

    et de la Mer du Nord . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .103Exemple 50 Lasschement de la Dauria . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .103Exemple 51 Stratgie de dveloppement du Lac Tchad . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .104Exemple 52 Sauvetage de la Mer dAral . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .106Exemple 53 Renforcement des capacits pour la gestion des eaux transfrontalires en Afrique . . . . . . . . .108Exemple 54 Les rseaux rgionaux dorganismes de bassin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .109Exemple 55 Le Centre PHI-HELP pour la Politique de la loi sur leau et la science . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .109Exemple 56 Le rseau Cap-Net . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .110Exemple 57 Formation distance - lAcadmie du RIOB . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .111Exemple 58 Partage rgional des connaissances et renforcement des capacits

    travers la Mditerrane . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .111Exemple 59 Le partage Asie-Afrique des connaissances sur la gestion

    des ressources en eau transfrontalires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .113Exemple 60 Des plateformes de connaissances, de partage et de renforcement des capacits . . . . . . . . . .115

    Schma 1 Le contexte du droit de leau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .23Schma 2 Structures de la Commission du Mkong . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .48Schma 3 Organisation de la Commission du basin de lOder . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .49Schma 4 Cycle de surveillance et dvaluation (CEE-ONU 2006) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .53Schma 5 Pyramide des capacits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .110

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

  • 6Plus de la moiti de la population mondiale dpend au quotidien de ressources en eau partages parplusieurs pays, quil sagisse deaux superficielles de fleuves et de lacs transfrontaliers ou deausouterraine contenue dans des aquifres tendus sur plusieurs pays. Alors que la demande pour ce bienprcieux continue saccroitre, le besoin de coopration entre les pays pour grer au mieux cetteressource devient un impratif de plus en plus fort. Le partage de cette ressource et des bnfices quelleprocure, en respectant les diffrents besoins sociaux, conomiques et environnementaux et en tenantcompte du contexte dincertitude et dinstabilit financire grandissantes est un des plus grands dfisauquel nous devons tous faire face.

    La croissance dmographique, lexpansion de lurbanisation, le dveloppement de lindustrialisation, delagriculture, du tourisme, ainsi que les changements climatiques et les volutions dans les styles de vie, ycompris dans lalimentation, exercent des contraintes croissantes sur les ressources en eau et lescosystmes, qui obligent rechercher les moyens de bien grer cette ressource toutes les chellespossibles, en particulier dans le cas plus complexe des eaux transfrontalires.

    Lapproche de la gestion intgre des ressources en eau (GIRE) que bon nombre de pays ont introduite dansleur politique nationale doit aussi tre le pivot de la gestion des eaux des bassins transfrontaliers. Le bassinde fleuve, de lac et daquifre est en effet lespace o se manifestent le mieux les interdpendanceshydrologiques, sociales, conomiques et cologiques et o la ncessit dintgration en termes dedveloppement et de gestion des ressources en eau et des territoires est la plus porteuse de succs.

    Etablir une communaut globale dans les eaux transfrontalires et accrotre la relation entre tous les acteursest une entreprise qui justifie une attention particulire et des investissements accrus pour assurer leau pourtous. Atteindre une utilisation quitable, raisonnable et durable des eaux partages et voluer vers la scuritde leau sont des objectifs qui doivent tre pleinement poursuivis.

    Pour soutenir ce processus, le Rseau International des Organismes de Bassin (RIOB), le Partenariat mondialde leau (GWP), la CEE-ONU, lUNESCO, le GEF, EVREN et lAFD ont produit ensemble ce manuel. Cet ouvragecollectif apporte des conseils pratiques et pertinents qui peuvent aider amliorer la gestion des ressourcesen eau douce partages entre les pays.

    Ce manuel sadresse un large ventail dacteurs impliqus dans la gestion des ressources en eautransfrontalires, des gouvernements nationaux aux organisations rgionales, gestionnaires et usagers sur leterrain. Ils sont tous invits uvrer ensemble pour faire face aux nombreux dfis actuels et futurs.

    Le manuel donne les orientations suivre pour mettre en uvre la gestion des ressources en eautransfrontalires, dans les situations diverses de pays dvelopps ou en dveloppement, de rgion tempre,humide ou aride.

    Ce nouveau manuel vient complter le Manuel de gestion intgre des ressources en eau par bassin, paru enmars 2009 lors du 5e forum mondial de leau dIstanbul.

    Les commentaires et les contributions des lecteurs sont les bienvenus. Cet ouvrage doit en effet treconsidr comme une plateforme pour lengagement transfrontalier vers une gestion sans conflit de noseaux partages, de faon accrotre la coopration et aider construire un monde meilleur pour nous tous.

    AVANT-PROPOS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    AVANT-PROPOS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    Jean-Franois Donzier Mohamed Ait KadiSecrtaire Technique Permanent Prsident du Comit techniqueRseau international des organismes de bassin Partenariat mondial de leauwww.riob.org www.gwpforum.org

  • 7ABRVIATIONS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    ABRVIATIONS

    ABN . . . . . . . . . . . . . . . . .Autorit du Bassin du NigerABV . . . . . . . . . . . . . . . . .Autorit du Bassin de la VoltaADT . . . . . . . . . . . . . . . . .Analyse-Diagnostic TransfrontalireAFD . . . . . . . . . . . . . . . . .Agence franaise de dveloppementAIPCN . . . . . . . . . . . . . .Association mondiale pour les infrastructures de transport par voie navigableAMCOW . . . . . . . . . . . .Conseil des Ministres Africains de lEauAPD . . . . . . . . . . . . . . . . .Aide Publique au Dveloppement APWF . . . . . . . . . . . . . .Forum de lEau de lAsie-Pacifique ASDC . . . . . . . . . . . . . . .Agence Suisse pour le dveloppement et la cooprationASDI . . . . . . . . . . . . . . . .Agence Sudoise pour le dveloppement internationalBAD . . . . . . . . . . . . . . . . .Banque africaine de dveloppementBRGM . . . . . . . . . . . . . .Bureau de recherche gologique et minireCBLT . . . . . . . . . . . . . . . .Commission du bassin du lac Tchad CCRE . . . . . . . . . . . . . . .Centre de Coordination des ressources en eau de la CEDEAOCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Commission EuropenneCEDEAO . . . . . . . . . . . .Communaut conomique des tats de lAfrique de lOuestCEENBO . . . . . . . . . . . .Rseau rgional des organismes de bassin dEurope centrale et orientaleCEE-ONU . . . . . . . . . .Commission conomique pour lEurope des Nations UniesCEMAC . . . . . . . . . . . . .Communaut conomique et montaire des tats de lAfrique centrale CEN-SAD . . . . . . . . . .Communaut des tats Sahlo-SahariensCICOS . . . . . . . . . . . . . .Commission Internationale du bassin Congo-Oubangui-SanghaCILA . . . . . . . . . . . . . . . .Commission internationale de leau de la frontire (IBWC) entre tats unis et Mexique CILSS . . . . . . . . . . . . . .Comit permanent inter tats de lutte contre la scheresse au SahelCIPMS . . . . . . . . . . . . .Commission internationale pour la protection de la Moselle et de la SarreCMI . . . . . . . . . . . . . . . . .Commission Mixte Internationale CWRC . . . . . . . . . . . . . .Commission des ressources en eau du fleuve Changjiang (Yangtze) DCE . . . . . . . . . . . . . . . . .Directive Cadre europenne sur lEau EECCA . . . . . . . . . . . . . .Europe de lest, Caucase, Asie centrale EECCA-NBO . . . . . . .Rseau des organismes de bassin de lEurope de lest, du Caucase et de lAsie centraleEES . . . . . . . . . . . . . . . . .Evaluation environnementale stratgique EOAC . . . . . . . . . . . . . . .Europe orientale, Asie centraleEuro-RIOB . . . . . . . . .Groupe europen des organismes de bassin pour la mise en place de la DCE FAE . . . . . . . . . . . . . . . . .Facilit africaine de leau FFEM . . . . . . . . . . . . . . .Fonds franais pour lenvironnement mondialGEF . . . . . . . . . . . . . . . . .Fonds pour lenvironnement mondialGIRE . . . . . . . . . . . . . . . .Gestion Intgre des Ressources en EauGIZ . . . . . . . . . . . . . . . . . .Coopration technique allemande GWP . . . . . . . . . . . . . . . .Partenariat mondial de leauGWP TEC . . . . . . . . . .Comit technique du Partenariat mondial de leauHELP . . . . . . . . . . . . . . .Hydrologie pour lenvironnement, la vie et la politiqueICPDR . . . . . . . . . . . . . .Commission internationale pour la protection du DanubeICPO . . . . . . . . . . . . . . . .Commission internationale pour la protection de lOderICWC . . . . . . . . . . . . . . .Commission intertatique pour la coordination sur leau IFAS . . . . . . . . . . . . . . . .Fonds international pour le sauvetage de la mer dAral IGAD . . . . . . . . . . . . . . . .Autorit intergouvernementale pour le dveloppementIJC . . . . . . . . . . . . . . . . .Commission mixte internationale entre les tats-Unis et le CanadaIRBIS . . . . . . . . . . . . . . .Systme dinformation sur leau du bassin Irtych IWAC . . . . . . . . . . . . . . .Centre international dvaluation de leauIWMI . . . . . . . . . . . . . . .Institut international de gestion de leau

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

  • 8ABRVIATIONS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    MERCOSUR . . . . . . .March commun du sudMRC . . . . . . . . . . . . . . . .Commission du fleuve MkongNARBO . . . . . . . . . . . .Rseau asiatique des organismes de bassin NEPAD . . . . . . . . . . . . .Nouveau partenariat pour le dveloppement de lAfriqueOCDE . . . . . . . . . . . . . . .Organisation de coopration et de dveloppement conomiquesOIEau . . . . . . . . . . . . . . .Office International de lEau OKACOM . . . . . . . . . .Commission de lOkavangoOMD . . . . . . . . . . . . . . . .Objectifs du Millnaire pour le dveloppementOMM . . . . . . . . . . . . . . .Organisation mtorologique mondialeOMVG . . . . . . . . . . . . . .Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve Gambie OMVS . . . . . . . . . . . . . .Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve Sngal ONG . . . . . . . . . . . . . . . .Organisation Non GouvernementaleONU . . . . . . . . . . . . . . . .Organisation des Nations UniesORASECOM . . . . . . .Commission du fleuve Orange-SenquOSCE . . . . . . . . . . . . . . .Organisation pour la scurit et la coopration en Europe OSS . . . . . . . . . . . . . . . . .Observatoire du Sahara et du SahelOTCA . . . . . . . . . . . . . . .Organisation du trait de coopration amazonienne PADD . . . . . . . . . . . . . . .Plan daction de dveloppement durable PAS . . . . . . . . . . . . . . . . .Plan daction stratgiquePECO . . . . . . . . . . . . . . .Pays dEurope centrale et orientalePHI . . . . . . . . . . . . . . . . . .Programme Hydrologique InternationalPIDA . . . . . . . . . . . . . . . .Programme de dveloppement des infrastructures en AfriquePNUD . . . . . . . . . . . . . . .Programme des Nations Unies pour le dveloppementRAOB . . . . . . . . . . . . . . .Rseau Africain des Organismes de Bassin REBOB . . . . . . . . . . . . .Rseau brsilien des organismes de bassinRELOB/RELOC . . . .Rseau latino-amricain des organismes de bassinREMOB . . . . . . . . . . . .Rseau mditerranen des organismes de bassin RIOB . . . . . . . . . . . . . . . .Rseau international des organismes de bassinROBAN . . . . . . . . . . . .Rseau des organismes de bassin dAmrique du NordSADC . . . . . . . . . . . . . . .Communaut pour le dveloppement de lAfrique australeSADIEAU . . . . . . . . . .Systme africain de documentation et dinformation sur leauSAI . . . . . . . . . . . . . . . . . .Systme aquifre dIullemeden SASS . . . . . . . . . . . . . . .Systme aquifre du Sahara septentrional SDAGE . . . . . . . . . . . . .Schma directeur damnagement et de gestion des eauxSEIS . . . . . . . . . . . . . . . .Systme partag dinformation sur leauSEMIDE . . . . . . . . . . . .Systme euro-mditerranen dinformation sur les savoir-faire dans le domaine de leauSHN . . . . . . . . . . . . . . . .Service hydrologique national SIE . . . . . . . . . . . . . . . . . .Systme dinformation sur leauSIG . . . . . . . . . . . . . . . . . .Systme dinformation gographiqueUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Union EuropenneUEMOA . . . . . . . . . . . .Union montaire des tats de lAfrique de louestUICN . . . . . . . . . . . . . . . .Union internationale pour la conservation de la nature UNESCO . . . . . . . . . . .Organisation des Nations-Unies pour lducation, la science et la culture USA . . . . . . . . . . . . . . . . .tats Unis dAmrique USAID . . . . . . . . . . . . . .Agence des tats-Unis pour le dveloppement internationalWACDE . . . . . . . . . . . .Programme eau, climat et dveloppement en AfriqueWHYCOS . . . . . . . . . .Systme mondial dobservation du cycle hydrologique WISE . . . . . . . . . . . . . . .Systme dinformation sur leau pour lEuropeWWF . . . . . . . . . . . . . . .Fonds mondial pour la nature

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

  • 91 INTRODUCTION

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    1 Introduction1.1. Contexte

    Le Manuel de Gestion Intgre des Ressources en Eau par bassin a t labor en 2008 parle Partenariat mondial de leau (GWP) et le Rseau International des Organismes de Bassin(RIOB). Ce document lanc lors du 5e Forum Mondial de lEau Istanbul en mars 2009 aconnu un trs vif succs travers le monde et continue apporter sa contribution. Leprsent manuel sappuie sur le prcdent et cible la Gestion Intgre des Ressources en Eau(GIRE) dans le contexte particulier des eaux transfrontalires, un secteur important etcomplexe qui mrite plus dattention.

    Ce manuel recueille des exemples pratiques travers le monde, organiss par sujet et parthme dans un ouvrage qui rsume les questions cls de la gestion des ressources en eautransfrontalires. Ce travail est le rsultat de la contribution de nombreux auteurs dhorizonsdivers reprsentant diffrentes approches de ce domaine complexe. Cette diversit refltelventail des comptences ncessaires pour relever les multiples dfis qui surgissent,lobjectif global tant la gestion intgre des eaux partages traversant les frontires denations souveraines.

    Pourquoi cette question est-elle importante ? Pour ceux qui grent les eauxtransfrontalires et uvrent dans ce domaine, la justification de ce travail est claire : unegrande partie de la population mondiale et des cosystmes dpendent de ressources eneau traversant des frontires nationales, qui constituent ainsi un enjeu global. Des crisesmergentes (lies la finance, aux changements climatiques, linstabilit rgionale)affectent la gestion des ressources en eau et cette situation devient plus complexe dans lecontexte des eaux internationales partages. Intgrer la gestion de leau dans diversessituations politiques, sociales, conomiques, juridiques, environnementales exige desressources humaines, financires et temporelles considrables. Il sagit dun exercice long terme qui volue au fil du temps et exige des capacits prouves.

    1.2 Comment utiliser le manuel

    Ce manuel est destin aux dcisionnaires praticiens impliqus dans la gestion et ledveloppement des ressources en eau transfrontalires, ainsi qu lventail plus large desacteurs qui sintressent la gestion efficace et quitable de telles ressources. Le manuel : offre un aperu des principaux concepts, des problmes fondamentaux et des

    approches utilises dans la gestion intgre des ressources en eau dans un contextetransfrontalier. Y sont traits dans les chapitres successifs les concepts de coopration,de gouvernance, de systmes dinformation, de participation, de planification et definancement ;

    traite dans un chapitre particulier de la gestion des aquifres transfrontaliers en serfrant au guide Vers une gestion concerte des systmes aquifres transfrontaliers(AFD, 2010) ;

    value les enjeux particuliers que constituent la navigation fluviale, les grandesinfrastructures hydrauliques, les cosystmes et les changements climatiques ;

    souligne limportance du renforcement des capacits comme fondement de lacoopration transfrontalire ;

    produit des exemples de mise en uvre de la GIRE transfrontalire travers le mondeet fournit des conseils pratiques.

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

  • www.riob.org | www.gwpforum.org10

    1.3 Concepts et dfinitions cls

    Cette partie prsente et rcapitule les concepts cls et les dfinitions dans le domaine cibl parle manuel, la GIRE dans un contexte transfrontalier.

    1.3.1. La gestion intgre des ressources en eau

    La notion de gestion intgre des ressources en eau (GIRE) est au cur de cet ouvrage. LaGIRE a t dfinie par le Partenariat Mondial de lEau (GWP) comme un processus quifavorise la coordination entre dveloppement et gestion des ressources en eau, des terres etdes ressources associes afin de maximiser le bien-tre conomique et social qui en rsulte,de faon quitable et sans compromettre la prennit des cosystmes vitaux.

    La GIRE repose sur des principes dfinis et adopts par la communaut internationale depuisles Sommets de Rio et de Dublin en 1992. Ces principes se rsument comme suit : 1) leau douce est une ressource limite et vulnrable indispensable la vie, au

    dveloppement et lenvironnement ; 2) lexploitation et la gestion de leau doivent se fonder sur une approche participative

    impliquant les usagers, les planificateurs et les dcideurs politiques tous les niveaux ;3) les femmes jouent un rle central dans lapprovisionnement, la gestion et la protection de

    leau ;4) leau a une valeur conomique dans tous ses usages concurrentiels et doit tre reconnue

    comme un bien conomique.

    Dans ses travaux, le GWP se rfre aux piliers suivants qui aident une mise en uvre solidede la GIRE : Instruments de gestion

    Evaluation des ressources ; Echange dinformations ; Instruments socio-conomiques et rglementaires ; Plans de GIRE ;

    Environnement favorable Politiques ; Cadre lgislatif ; Structures de financement et dincitations ;

    Rles institutionnels Central-local ; Bassin versant ; Public-priv ; Renforcement des capacits.

    Dautres dfinitions refltent des approches similaires. Par exemple lUSAID dfinit la GIREcomme un processus participatif de planification et de mise en uvre fond sur une solideconnaissance scientifique, qui rassemble les acteurs afin de dterminer comment satisfaire long terme les besoins de la socit en eau et en ressources ctires, tout en maintenant lesservices cologiques essentiels et les avantages conomiques. La GIRE aide protgerlenvironnement mondial, favoriser la croissance conomique et le dveloppement agricoledurable, promouvoir la participation dmocratique dans la gouvernance et amliorer lasant humaine (www.usaid.gov/our_work/environment/water/what_is_iwrm.html).

    1 INTRODUCTION

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

  • Une autre dfinition utilise lapproche cosystmique, qui vise quilibrer les besoins descollectivits humaines et des cosystmes et favorise dans ce contexte les relationsharmonieuses tous les niveaux. Les concepts fondamentaux en sont les suivants : tous les lments (physiques, chimiques et biologiques) dun cosystme sont

    interdpendants ; les cosystmes ont une nature dynamique et complexe qui doit tre aborde par une

    dmarche souple et adaptable ; les proccupations scientifiques, sociales et conomiques doivent tre intgres.

    1.3.2. Les ressources en eau transfrontalires

    Les eaux douces transfrontalires couvrent 45% des terres du globe, liant deux ou plusieurspays travers des ressources en eau situes au-dessus (eaux de surface) et en dessous (eauxsouterraines) de la surface terrestre. La gestion de ces ressources est confronte denombreux dfis et doit tenir compte des caractristiques particulires inhrentes leur nature.A cet gard, la gestion des ressources en eau internationales diffre de la GIRE au niveaunational par les points suivants : la souverainet des Etats influence la dynamique de la GIRE transfrontalire de manire

    importante, ce qui la distingue de la GIRE dans des contextes nationaux ; la gestion des ressources en eau rpond des cadres politiques, juridiques et

    institutionnels nationaux, tablis a priori sans coordination ni cohrence entre les payspartageant des eaux internationales ;

    les intrts et objectifs quant lusage de leau sont lis des objectifs de dveloppementet de scurit divergents selon les pays ;

    la part du pays concerne par le bassin transfrontalier peut avoir un impact sur sonimplication et la volont de btir une collaboration transfrontalire ; si un pays estconcern par un bassin pour une faible fraction de son territoire, son implication ne serapas aussi forte que sil est concern pour une grande portion de celui-ci ;

    les situations conflictuelles relatives lallocation et au partage des ressources en eau etdes bnfices associs sont plus complexes et plus difficiles grer travers desfrontires internationales, dautant plus lorsque la politique et des conflits internationauxactuels ou historiques (lis ou non leau) entrent en jeu ;

    les changes dinformations et de donnes sur leau, qui peuvent dj poser un problmeentre les diffrents services dun mme Etat, sont souvent plus difficiles entre des Etatspartageant un bassin.

    Il reste que du point de vue de larticulation entre eau, homme et territoire et la diffrencedchelle prs, les problmes sont comparables entre deux pays frontaliers tributairesdune mme ressource quentre deux parcelles ou deux collectivits locales voisines quipartagent leau.

    Comme on le verra plus en dtail ci-aprs, la dfinition des ressources en eautransfrontalires varie au cas par cas et est souvent dtermine par des accordsinternationaux. Au cur de cette problmatique se pose la question que couvrent lesressources en eau - question complexe qui fait souvent appel de nombreusesinformations scientifiques.

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org 11

    1 INTRODUCTION

  • www.riob.org | www.gwpforum.org12

    1 INTRODUCTION

    Il est important de savoir que les accords internationaux adoptent des approches diffrentespour dfinir le domaine des ressources en eau transfrontalires. Ceci est essentiel car laGIRE adopte une approche holistique couvrant et intgrant tous les aspects de la gestiondes ressources en eau. La Convention des Nations Unies de 1997 sur lutilisation des coursdeau internationaux des fins autres que la navigation (ONU - Convention Eau du 21 mai1997), en tant quinstrument-cadre dfinit ainsi les termes suivants :

    (a) cours deau dsigne un systme deaux superficielles et souterraines constituant,du fait de leur relation physique, un ensemble unitaire aboutissant normalement un point darrive commun ;

    (b) cours deau international signifie cours deau dont certaines parties sont situesdans des tats diffrents.

    Une lecture attentive de la Convention rvle que le trait ne couvre pas les aquifrescaptifs, un genre particulier de ressources en eau transfrontalires qui est actuellementabord dans les travaux en cours de lONU dans son projet darticles sur le droit desaquifres transfrontaliers, qui en propose des dfinitions dtailles.

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    (a) un aquifre est une formation gologique permable contenant de leau superpose unecouche moins permable et leau contenue dans la zone sature de cette formation ;

    (b) un systme aquifre est une srie de deux ou plusieurs aquifres qui sont hydrauliquementrelis ;

    (c) un aquifre transfrontalier (ou un systme aquifre transfrontalier) est un aquifre (ou unsystme aquifre) dont certaines parties sont situes dans des tats diffrents ;

    (d) ltat dun aquifre est un tat sur le territoire duquel est situe toute partie dun aquifre oudun systme aquifre transfrontalier ;

    (e) lutilisation daquifres et de systmes aquifres transfrontaliers comprend lextraction deau,de chaleur, de minerais et le stockage ou le rejet de toute substance ;

    (f) un aquifre aliment est un aquifre qui est rgulirement recharg par un volume deauactuelle (cest--dire non fossile) non ngligeable ;

    g) une zone de ralimentation est la zone qui contribue lalimentation en eau dun aquifre,comprenant laire de rception des eaux pluviales et laire dcoulement de ces eaux dans unaquifre, par ruissellement et infiltration dans le sol ;

    h) une zone de dversement est la zone o leau provenant dun aquifre scoule vers ses pointsde sortie, tels que cours deau, lac, oasis, zone humide ou ocan.

    Article 2, Commission du Droit International des Nations Unies - projet darticles sur le droit des aquifrestransfrontaliers annex la Rsolution 63/124 (www.isarm.org/dynamics/modules/SFIL0100/view.php?fil_Id=282)

    Encart 1 : Dfinition des aquifres transfrontaliers

  • 1.3.3. Autres termes pertinents pour la gestion des bassins transfrontaliers

    Gestion des ressources en eau par bassin Le Rseau International des Organismes de Bassin (RIOB) propose une approche organise lchelle des units hydrographiques que constituent les bassins : bassins versants pour leseaux de surface, aquifres pour les eaux souterraines. Il recommande en particulier loccasion de ses Assembles Gnrales successives de Morelia, Valencia, Salvador,Zakopane, Qubec, la Martinique, Debrecen et Dakar que les accords et stratgies, lesprogrammes, les financements et les contrles soient conus au niveau des bassins et quepour les grands fleuves, lacs ou aquifres partags, des accords de coopration soientconforts entre les pays riverains.

    Gouvernance de leauAlors que la dfinition prcise de la gouvernance de leau fait encore dbat, il est clair quecette notion recouvre un large spectre autour de la question suivante : comment descommunauts diffrents niveaux peuvent-elles sorganiser, de manire formelle ouinformelle, pour grer leau ? Cette approche inclut la manire dappliquer la politiquedallocation et la rglementation dans la gestion des ressources (naturelles, conomiques etsociales) et implique largement les institutions formelles et informelles (GWP). Lagouvernance de leau dans un contexte transfrontalier implique les acteurs diffrentsniveaux, mondial / international, rgional, national, sous-national et les usagers locaux.Faciliter (ou non) les actions de ces acteurs et leur contribution la gestion intgre desressources en eau transfrontalires dpend dune varit de circonstances et souvent dessituations politiques, juridiques, administratives et rglementaires.

    Compte tenu du contexte souvent complexe de la gestion des ressources en eautransfrontalires, le potentiel de demandes concurrentes voire de conflits sur uneressource partage, parfois en diminution, est trs lev. Assurer une bonne gouvernancede leau qui favorise les approches de coopration et de consultation est alors un dfi etdoit devenir un objectif.

    Hydro-diplomatieTrois lments sont au cur de lhydro-diplomatie, qui correspondent troitement auxprincipaux objectifs de la Charte des Nations Unies Il sagit de :

    1. la nature prventive de la diplomatie dans le maintien de la paix et de la scurit ;2. la ncessit dun dialogue dans lequel la diplomatie bilatrale traditionnelle est

    complte par une diplomatie multilatrale et niveaux multiples ;3. la notion de responsabilit collective de la communaut internationale.

    La gouvernance de leau dans un contexte de ressources en eau transfrontalires requiert unvritable engagement dun grand nombre dacteurs au travers de mcanismes oprationnels etfonctionnels, formels et informels, mais il nexiste bien sr pas de formule unique sappliquant toutes les situations.

    Scurit de leau La scurit de leau telle quelle est considre dans le nexus eau-nergie-scuritalimentaire est une proccupation importante dans la gestion des ressources en eautransfrontalires. Un monde avec une eau saine est vital pour un avenir meilleur : un avenirdans lequel il y a assez deau pour le dveloppement social et conomique et pour lescosystmes. Un monde avec la scurit de leau intgre la valeur intrinsque de leau et sagamme complte dutilisations pour la survie et le bien-tre de lhumanit. Un monde avec lascurit de leau exploite la puissance productive de leau et minimise sa force destructrice.

    www.riob.org | www.gwpforum.org 13

    1 INTRODUCTION

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

  • 1 INTRODUCTION

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Il sagit dun monde o chaque personne dispose de suffisamment deau saine un prixabordable pour mener une vie propre, saine et productive. Il sagit dun monde o lescommunauts sont protges contre les inondations, les scheresses, les glissements deterrain, lrosion et les maladies lies leau. La scurit de leau implique galementdaborder la protection de lenvironnement et les effets ngatifs dune mauvaise gestion, quideviendra plus difficile avec laugmentation de la variabilit climatique. Un monde avec lascurit de leau diminue la pauvret, amliore lducation et les niveaux de vie. Il sagit dunmonde o la qualit de vie est meilleure pour tous, en particulier pour les plus vulnrables -gnralement les femmes et les enfants - qui sont ceux qui bnficieront le plus dune bonnegouvernance de leau. (Stratgie du GWP 2009-2013).

    Cette approche sappuie sur la Dclaration ministrielle intitule Scurit de leau au XXIe sicle adopte lors du deuxime Forum Mondial de lEau de La Haye en Mars 2000, quinumre les sept principaux dfis relever pour assurer la scurit de leau :

    (1) satisfaction des besoins de base,(2) scurit alimentaire,(3) protection des cosystmes,(4) partage des ressources en eau,(5) gestion des risques,(6) valorisation de leau,(7) bonne gouvernance de leau.

    Ces problmatiques poses diffrents niveaux mettent laccent sur certains dfis rels relever dans la gestion des ressources en eau partages traversant des frontires nationales.

    Coopration sur leauLun des objectifs de la gestion des ressources en eau transfrontalires est videmment defaciliter la coopration. Cet ouvrage ne couvre pas lventail des tudes sur la cooprationdans ce domaine, mais adopte une dfinition de la coopration comme tant de travaillerensemble dans le mme but (Concise Oxford Dictionary).

    Du point de vue juridique international, la coopration transfrontalire est ancre dans la loides nations, codifie bien des gards dans la Charte des Nations Unies. Ainsi, la gestionpacifique des ressources en eau transfrontalires dans le monde est encourage par sesprincipes fondamentaux : promouvoir la paix et la scurit rgionales, dvelopper lacoopration et assurer les liberts fondamentales pour tous (art. 1, Charte de lONU). En outre,la Convention sur les cours deau des Nations Unies introduit lobligation de cooprer dansson article 8, nouveau dveloppe dans larticle 5 qui nonce lobligation de participer lutilisation, au dveloppement et la protection des cours deau internationaux de manirequitable et raisonnable, et comprend la fois le droit dutiliser le cours deau et le devoir decooprer la protection et au dveloppement de celui-ci.

    14

  • 15www.riob.org | www.gwpforum.org

    2 Mise en place dune coopration transfrontalire pour lagestion des ressources en eau

    Cette partie dcrit une srie de mcanismes qui fournissent le cadre dune gestion intgre desressources en eau internationales partages, y compris les politiques et pratiques juridiques etinstitutionnelles. Lobjectif est de couvrir les lments constitutifs de la coopration relative la gestion des bassins transfrontaliers.

    2.1 Volont politique inter-tats

    Plusieurs facteurs permettent de dvelopper la volont politique entre les tats pour cooprersur un bassin transfrontalier. Divers moteurs de la coopration inter-tats autour de la gestionde leau sont illustrs par les exemples suivants.

    2.1.1 Enjeu spcifique et objectifs communs Des tudes ou projets mens entre plusieurs pays riverains sur un domaine prcis

    (navigation sur le Rhin ou le Congo, tude sur le maintien et la protection des zoneshumides et dintrt cologique dans le bassin du Guadiana par exemple) peuventfavoriser la coopration au niveau dun bassin transfrontalier.

    15

    2 MISE EN PLACE DUNE COOPRATION TRANSFRONTALIRE

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    POINTS CLS

    La volont de cooprer entre tats autour de la gestion de leau peut treissue denjeux spcifiques ou dobjectifs communs, dune dynamiquergionale ou communautaire, voire dun risque de conflit.

    La coopration peut stablir dans un premier temps sur une partie dubassin et entre un nombre limit de pays, avant dtre largie. Le processusvolutif doit sappuyer sur les accords existants.

    Les conventions des Nations Unies (CEE-ONU, 1992 et cours deauinternationaux, 1997) constituent le cadre gnral de gestion des bassinstransfrontaliers.

    La Rsolution des Nations Unies 63/124 encourage les Etats concerns prendre des dispositions bilatrales ou rgionales appropries pour la bonnegestion de leurs aquifres transfrontaliers ()

    Le droit des eaux international est un systme de normes et de rgles quirgissent les relations entre et parmi les tats souverains. Il joue un rleimportant dans la gestion pacifique des ressources en eau transfrontalires.

    Il existe une grande varit de types de collaboration transfrontalire, lesdiffrents exemples voqus ici permettant de tirer des leons applicables divers contextes.

  • 2 MISE EN PLACE DUNE COOPRATION TRANSFRONTALIRE

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Les associations internationales peuvent catalyser la volont politique des tats quidsirent cooprer sur un mme bassin, souvent autour dun enjeu particulier dfendu parlassociation, comme le montre le cas du Lac Prespa.

    16

    Exemple 2 : Coopration trilatrale sur le Lac Prespa

    Le Lac Prespa est situ entre lAlbanie, la Grce et lancienne Rpublique yougoslave deMacdoine. Cest une rgion dune beaut naturelle et culturelle extraordinaire. Les PremiersMinistres dAlbanie, de Grce et de lancienne Rpublique yougoslave de Macdoine ont sign, le2 Fvrier 2000, la Dclaration pour la conservation du Parc de Prespa avec les objectifs suivants :

    lamlioration du niveau de vie des habitants de Prespa, grce la prservation de ses valeursnaturelles et culturelles et lutilisation durable de ses ressources ;

    la paix et la coopration entre les trois pays.

    Le Comit de coordination trilatrale du Parc Prespa a t cr en 2001, avec le soutien de laConvention sur les zones humides dimportance internationale (Convention de Ramsar sur leszones humides), particulirement les habitats des oiseaux aquatiques et son initiative MedWet. Lesactivits conjointes ont compris la prparation dun Plan dAction Stratgique pour la protection etle dveloppement de la rgion, ainsi que la contribution llaboration dune proposition de projetsur le Parc Prespa soumise au GEF et approuve par le secrtariat de celui-ci en 2005.

    Exemple 1 : Une approche intgre et participative dans le bassin du Guadiana

    Le bassin du Guadiana, avec un climat continental mditerranen et une forte variabilit de ladisponibilit des ressources en eau dans le temps, couvre une zone de 67 147 km2 louest et ausud de la pninsule ibrique. La partie espagnole concerne trois rgions autonomes (Andalousie,Castille et Estrmadure) et prsente des secteurs dimportance cologique alimentant des zoneshumides de haute valeur environnementale, de mme que le district portugais.

    Dans le cadre de laccord dAlbufeira, plusieurs activits et tudes ont t menes conjointemententre lEspagne et le Portugal. Concernant la planification hydrologique, le processus participatifofficiel a dbut en mai 2011 pour la partie espagnole et en juillet 2011 pour le district portugais.

    Des activits dinformation techniques ont cependant t promues depuis 2007 travers desrunions, des campagnes publiques de sensibilisation et un dialogue permanent et coordonn.Des progrs et accords importants ont t concrtiss, en relation avec les aspectstransfrontaliers : dlimitation des masses deau partages, typologie, tat cologique et pressionslies, zones protges, rseau de suivi, programmes de mesures des plans de gestion desbassins de rivire, et objectifs environnementaux. De 2007 2011, plusieurs runions du groupede travail de la DCE ont t tenues dans le cadre de laccord dAlbufeira, en plus des septrunions spcifiques du bassin du Guadiana.

    Outre ces activits conjointes, le programme de coopration transfrontalire hispano-portugais2007-2013 (cofinanc par le Fonds de cohsion de lUE) inclut des actions relatives lenvironnement et la navigation rcrative dans le rservoir Alqueva au Portugal, proche de lafrontire espagnole. Certaines mesures environnementales permettent de favoriser ledveloppement conomique des municipalits du bassin et amliorer ltat cologique duGuadiana travers la reforestation, la restauration cologique, la mise en place de corridorscologiques ou lamnagement de chemins de loisir pour promouvoir le paysage et les valeurstouristiques.

    Pour plus dinformation consulter les sites : www.chguadiana.es - www.arhalentejo.pt - www.inag.pt -www.arhalentejo.pt/index.php?option=com_content&view=article&id=186

    Suite

  • 2 MISE EN PLACE DUNE COOPRATION TRANSFRONTALIRE

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Le dveloppement de la volont politique de coopration sur les eaux transfrontaliresimplique que les objectifs de laccord correspondant soient clairs et prcis.

    2.1.2 Dynamique rgionale et structure communautaire

    La Directive-Cadre sur lEau (DCE) de lUnion europenne (UE) ou le Protocole rvis surles cours deau partags de la Communaut de dveloppement dAfrique australe (SADC),sont deux exemples de cadres rgionaux qui fournissent des plateformes pour la gestiondes ressources en eau transfrontalires.

    La DCE de lUnion Europenne incite les tats riverains dun mme bassin rechercher ledialogue et construire une politique de bassin. Lapproche de la DCE sappuie sur lacaractrisation et le rapportage de ltat initial, des pressions et des impacts, la gestionintgre par bassins nationaux ou internationaux, la dfinition dobjectifs mesurables et dedlais stricts pour les atteindre, llaboration de plans de gestion des bassins et deprogrammes de mesures, lutilisation de systmes dinformation, le rapportage et lemonitoring, lapproche conomique, la participation du grand public.

    17

    Exemple 3 : Conseil rgional des ressources en eau des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent

    Grce au Conseil rgional des ressources en eau des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent, lesGouverneurs des Grands Lacs de lIllinois, dIndiana, du Michigan, du Minnesota, de New York, delOhio, de Pennsylvanie et du Wisconsin, ainsi que les Premiers Ministres du Qubec et delOntario simpliquent dans la protection de la plus importante source mondiale deau douce : lesGrands Lacs et le fleuve Saint-Laurent. Ils ont cr le Conseil rgional le 13 Dcembre 2005, ensignant laccord sur les ressources en eau durables du Bassin des Grands Lacs-St. Laurent et ontapprouv le Pacte sur les ressources en eau du bassin.

    Les objectifs de cet accord sont : agir ensemble pour protger, conserver et restaurer les eaux du bassin ; faciliter les approches collaboratives de gestion des eaux dans le bassin ; promouvoir la coopration entre les Parties ; crer un mcanisme de coopration en matire de gestion de leau ; conserver lautorit des tats et des Provinces dans le bassin ; faciliter les changes de donnes, renforcer linformation scientifique et sengager dans une

    consultation sur les effets potentiels des prlvements et des pertes ; prvenir les impacts ngatifs importants des prlvements et des pertes ; promouvoir une approche de gestion adaptative pour la conservation et la gestion des

    ressources en eau du bassin.

    Aux tats-Unis, le Pacte est entr en vigueur en 2008 aprs son approbation par chacun des huitParlements des tats, par le Congrs et aprs signature du Prsident. Selon la Constitutioncanadienne, aucune approbation fdrale nest ncessaire pour entriner les accords signs par lesprovinces en vertu de leur pouvoir juridictionnel. Laccord a t approuv par lAssemble Nationaledu Qubec le 30 Novembre 2006 et par le Parlement provincial de lOntario le 4 Juin 2007.

    En outre, la coopration conjointe se poursuit avec la mise en uvre du projet Gestion intgredes cosystmes dans le bassin des lacs Prespa dAlbanie, de lancienne Rpublique yougoslavede Macdoine et de la Grce. Dans le cadre de ce projet, de nombreuses activits ont tralises et diffrents documents de planification ont t labors.

    En 2010, les Ministres de lEnvironnement des trois pays et le Commissaire charg delenvironnement de lUnion Europenne ont sign un accord sur la protection et le dveloppementdurable du Parc Prespa, qui nonce les principes et mcanismes de coopration transfrontalire.

  • 2 MISE EN PLACE DUNE COOPRATION TRANSFRONTALIRE

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Le cadre rgional de la DCE pour les pays membres de lUnion Europenne jouegalement un rle pour les pays voisins de lUE, particulirement lorsquils partagentdes eaux avec les tats membres. Malgr les limites de lexercice (disponibilit desdonnes, financement), le cadre rgional peut impulser une volont politique pourcooprer, aboutissant la mise en uvre de projets bnficiant aussi aux pays nonmembres de lUE.

    Le dveloppement de la volont politique peut aussi rsulter dactions menes par descommunauts conomiques rgionales, comme le montre lexemple de la CEE-ONU qui ainiti llaboration dtats des lieux des bassins de fleuves. Cette initiative requiert uneforte coopration entre les administrations des pays concerns. Les gouvernements ontainsi t stimuls pour amliorer leurs systmes nationaux de surveillance et mieux lesharmoniser avec ceux des pays voisins. Outre lAfrique australe et la SADC, un autreexemple est celui de la CEDEAO en Afrique de lOuest.

    18

    Exemple 4 : Coopration sur le Rapport fatier du Danube

    Depuis 2000, la DCE de lUnion Europenne est le document juridique de base qui rgit la gestiondes eaux dans les tats Membres. Comme la DCE impose que dans le cas dun districthydrographique international stendant au-del des frontires de la communaut, les tatsMembres sefforcent de produire un seul plan de gestion de bassin, les tats Membres de lUEqui partagent le bassin du Danube ont dsign la Commission internationale pour la protection duDanube (ICPDR) comme organisme de coordination pour llaboration de ce plan, avec leconsentement de toutes les parties contractantes de la Convention sur la protection du Danube.

    La Convention sur la protection du Danube signe le 29 Juin 1994 Sofia est entre en vigueuren Octobre 1998. Tous les pays partageant plus de 2 000 km du bassin du Danube (8 pays delUE, 1 pays en cours dadhsion et 5 pays non-membres de lUE), ainsi que lUnion Europenneelle-mme en sont parties contractantes.

    LUkraine, la Moldavie, la Bosnie-Herzgovine et la Croatie, qui nappartiennent pas lUE maissont membres de lICPDR ont accept de participer la prparation de ltat des lieux du bassindu Danube (Danube river basin analysis - DRBA). Bien que les Etats non-membres de lUEnaient pu assurer la collecte et le traitement de toutes les donnes ncessaires, ils ont tiravantage de ce processus bien des gards. Tout dabord, lICPDR et dautres bailleurs de fondsont financ des projets ncessaires au DRBA. Ensuite, les Etats non-membres se sont familiarissavec les nouvelles rglementations de lUE. Enfin, ce processus a amlior les communicationsavec les spcialistes de la gestion de leau dautres pays. Un autre avantage important est lapossibilit dexaminer en dtail les diverses implications (y compris financires) de lapplicationdes directives sur leau de lUE.

    Exemple 5 : Nouvel tat des lieux et coopration transfrontalire dans la rgion paneuropenne

    Le Deuxime tat des lieux des fleuves, lacs et aquifres transfrontaliers a t lanc lors de laseptime Confrence ministrielle sur lEnvironnement pour lEurope Astana, au Kazakhstan le21 Septembre 2011. Cette publication est la synthse la plus complte de ltat des eauxtransfrontalires dans la rgion de la Commission Economique des Nations Unies pour lEurope(CEE-ONU). Elle a t ralise sous les auspices de la Runion des Parties la Convention sur laprotection et lutilisation des cours deau transfrontaliers et des lacs internationaux, en troitecoopration avec les administrations de leau et de lenvironnement de quelque 50 pays et avec laparticipation de plus de 250 experts. Le processus prparatoire a impliqu la collecte de donnes laide de fiches techniques, lorganisation de cinq ateliers sous-rgionaux dchanges soutenuset la coopration entre les pays riverains. Les Commissions de bassin ont galement jou un rlecl dans le processus en fournissant des donnes.

    Suite

  • 2 MISE EN PLACE DUNE COOPRATION TRANSFRONTALIRE

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org 19

    Exemple 6 : Le Centre de Coordination des Ressources en Eau de lespace CEDEAO

    Les quinze pays de laCommunautconomique destats dAfrique delOuest (CEDEAO)sont trs dpendantsles uns des autres enmatire de ressourcesen eau. On comptedans la sous-rgion25 bassins partagsdont 6 sont grs pardes organismes :Gambie, Mano River,Niger, Sngal, LacTchad et Volta. En2001 les Chefsdtats ont initi uncadre permanent deconcertation sur lesressources en eau.Depuis 2004, le Centre de Coordination des Ressources en Eau (CCRE), bas Ouagadougou etplac sous lautorit du Commissaire agriculture, eau et environnement de la CEDEAO, animecette concertation.

    Aprs avoir activement particip au dmarrage de plans GIRE nationaux, le CCRE sest orientvers la gestion transfrontalire en facilitant par exemple la naissance de lAutorit du Bassin dela Volta ou en soutenant actuellement la cration de trois nouvelles autorits transfrontaliresi) Como-Bia-Tano ; (ii) Mono) ; (iii) Cavaly-Cestos-Sassandra (cf. carte).

    En 2008 une Politique Rgionale des Ressources en Eau a t adopte avec le CILSS etlUEMOA, concrtisant ainsi une forte volont politique qui reste tre mise en uvre. Cettevolont est renforce par le principe de supranationalit, qui rend les directives de la CEDEAOdirectement excutoires au niveau des pays. Pour renforcer sa capacit de plaidoyer le CCREhbergera ds 2012 le secrtariat Ouest Africain de lAMCOW.

    www.wrcu.ecowas.int

    Les conclusions indiquent que ltat des eaux transfrontalires samliore dans de nombreusesparties de la rgion paneuropenne, grce aux efforts dploys pour protger les eaux etlenvironnement. Cependant, les ressources en eau transfrontalires subissent encore beaucoupde stress dorigines diverses, notamment: les mauvaises pratiques de gestion, la pollution, lasurexploitation, des pratiques de production et de consommation non durables, les pressionshydro-morphologiques, linsuffisance des investissements en infrastructures et la faibleefficacit de lutilisation de leau. La concurrence entre diffrents usages, souvent dansdiffrents pays riverains, est un dfi relever. Les impacts des changements climatiquesdevraient encore aggraver les problmes.

    Le rapport complet et le rsum sont disponibles en anglais et en russe sur le site :www.unece.org/index.php?id=26343&L=0

  • 2 MISE EN PLACE DUNE COOPRATION TRANSFRONTALIRE

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    2.1.3 Elargissement progressif

    Dans dautres situations, une approche politique au niveau local sur une partie dun grandbassin ou sur un sous-bassin transfrontalier peut tre une voie plus facile pour initier unecoopration, avant dlargir celle-ci lensemble du bassin.

    De la mme manire, la volont politique entre les tats dun mme bassin peut serenforcer progressivement, en commenant dabord par une coopration limite uneportion de cours deau fortement concerne par un problme rsoudre, puis slargir lensemble du bassin en profitant des initiatives parallles qui peuvent se dvelopper.Lexemple de la coopration sur le bassin du Rhin montre une telle approche qui tend asseoir des rgles supranationales et transfrontalires sur la base des lgislationsnationales.

    20

    Exemple 7 : Coopration transfrontalire sur les petits affluents du Syr Darya

    En raison de la localisationdes frontires dans la vallede Ferghana en Asie Centraleentre le Tadjikistan, leKirghizistan et lOuzbkistan,il existe une forteconcentration de petitsaffluents transfrontaliers sejetant dans le cours principaldu Syr-Daria. Plusieursfacteurs augmentent le risquede conflits sur ces affluents,comme par exemple les plansde dveloppement delirrigation, le videinstitutionnel au niveau localet la croissancedmographique. Dans cecontexte, le projet sur laGestion Intgre des Ressources en Eau dans la valle de Ferghana, financ par lAgence Suissepour le Dveloppement et la Coopration (ASDC), a permis de crer et dadministrer desinstitutions transfrontalires sur deux affluents dans la valle de Ferghana.

    Le projet est mis en uvre depuis 2002 par un partenariat compos de lInternational WaterManagement Institute (IWMI) et du Centre dInformation Scientifique de lICWC.

    Lobjectif est damliorer la gestion des ressources en eau dans la valle de Ferghana par desrformes institutionnelles selon les principes de la GIRE. Aprs la mise en application russie desapproches de la GIRE pour les principaux sites pilotes, le projet sest renforc en 2007 par larforme de la structure institutionnelle de deux petits affluents transfrontaliers pilotes(Shahimardansai et Khojabakirgansai).

    Globalement, lapproche GIRE adapte au contexte local des petits affluents vise : faciliter la cration dun syndicat des usagers de leau lchelle du bassin, rorganiser les units oprationnelles existantes de gestion des eaux le long des limites

    hydrologiques, tablir des dispositifs de gouvernance commune avec ltat, grce la cration dun Comit

    de leau lchelle du systme.

  • 2 MISE EN PLACE DUNE COOPRATION TRANSFRONTALIRE

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org 21

    Exemple 8 : Coopration sur le bassin du Rhin

    Le bassin du Rhin est un bon exemple pour dmontrer que la coopration initialement restreinteau cours deau principal peut tre tendue lensemble du bassin : lancienne et la nouvelleConvention sur la protection du Rhin sont limites au cours deau lui-mme sans ses affluents, lexception de la protection contre les inondations et des rejets de substances polluantes quiaffectent ngativement le fleuve.

    Seuls les pays situs sur le fleuve sont donc parties de cette Convention. En outre, la frontireamont du Rhin est pour la Convention dfinie comme une sortie du lac Untersee (les chutes deSchaffhausen) qui exclut la partie la plus en amont du champ gographique de la Convention.

    Quand, en 2000, la DCE de lUE est entre en application, la coopration dans lensemble dubassin est devenue ncessaire, en incluant tous les affluents, les eaux souterraines et ctires. LaConvention existante na pas t modifie, mais une structure parallle plus informelle ct de lastructure de travail de la Convention a t mise en place, le Comit de coordination pour la miseen uvre de la DCE.

    Avec cette nouvelle structure, les tats qui ne sont pas Partie de la Convention mais qui partagentle Rhin cooprent, notamment lAutriche, lItalie, le Liechtenstein et la rgion Wallonne de laBelgique. La Suisse, non membre de lUE, nest pas lie la DCE mais coopre au sein de cettenouvelle structure.

    Dans lintervalle et aprs plusieurs annes dexistence parallle, les deux processus ont tstructurellement fusionns. La plupart des problmes sont maintenant discuts ensemble, sanschercher savoir de quelle structure la question dpend. Bien sr, certaines questions ne relventque de la Convention ou que de la DCE. Nanmoins, bon nombre de problmes se chevauchent etdes synergies sont possibles. Pour la mise en uvre de la DCE, partir de la structureinternationale existante et ne pas dmarrer de zro a t un rel avantage.

    Exemple 9 : Coopration internationale dans la gestion de leau en Rpublique Tchque

    La Rpublique Tchque est typiquement un pays intrieur. Presque tous ses fleuves et rivirescoulent vers les territoires des pays voisins (Autriche, Allemagne, Pologne et Slovaquie).

    Trois bassins internationaux importants couvrent son territoire : lElbe, lOder et le Danube. Lebassin de lElbe qui se jette dans la mer du Nord est partag avec lAllemagne. LOder estpartag avec lAllemagne et la Pologne et se dverse dans la mer Baltique. Le bassin du Danubeconcerne 19 pays, son exutoire tant la Mer Noire. Quatorze pays, dont la Rpublique Tchque,sont membres de la Convention sur la protection du Danube.

    La coopration internationale dans la gestion et la protection de leau est donc extrmementimportante pour la Rpublique Tchque. Elle est tablie trois niveaux :

    1. la coopration dans le cadre de la CEE-ONU ;2. la coopration pour la protection des bassins de rivire internationale ;3. la coopration bilatrale sur la gestion de leau avec lAutriche, lAllemagne, la Pologne

    et la Slovaquie.

    Les traits multilatraux et bilatraux ont des objectifs similaires la Convention Eau de la CEE-ONU, mais le niveau et le dtail de la coopration sont plus concrets. La Rpublique Tchquemet donc en uvre la Convention Eau au niveau le plus local, principalement travers lesinstruments internationaux lgaux.

  • 2 MISE EN PLACE DUNE COOPRATION TRANSFRONTALIRE

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Dans le processus de dveloppement dune politique globale de bassin transfrontalier, lesrgles convenues dans les accords internationaux et qui concernent les ressources en eautransfrontalires doivent tre respectes conformment au droit international. Dans le caso la mise en conformit est difficile voire impossible, il existe des mcanismes denotification et dexamen de la conformit. Enfin les conflits autour de leau peuventparadoxalement constituer des moteurs pour une collaboration accrue entre pays.

    2.2 Droit des eaux internationales : conventions

    2.2.1 Introduction: le droit comme mcanisme dintgration

    Le droit, domaine important de la GIRE, sert tablir des rgles formelles pour la gestion travers des cadres juridiques, des institutions, des processus et des dispositionsrglementaires. Ceci est galement vrai pour les rgles du droit international qui rgissent lesrelations internationales. Les gouvernements nationaux sont tenus de respecter ces rgles, ycompris le droit coutumier et les traits.

    22

    Exemple 10 : La Paix Bleue - Scurit de leau au Moyen-Orient

    Tous les pays du Moyen-Orient sont confronts de graves pnuries deau et une plus forteraret de la ressource due au climat pourrait gnrer des conflits et des crises politiques. Lesdbits des fleuves en Turquie, en Syrie, en Irak, au Liban et en Jordanie ont diminu de 50 90% de 1960 2010.

    En rponse unedemande faitepar les dirigeantspolitiques de largion, la Suissea cofinanc avecla Sude unprojet appelScurit de leauau Moyen-Orient pourrelever le dfi dela scurit deleau, enlaborant dessolutions decollaborationpour la gestiondurable de leauau niveaurgional.

    Le produit principal du projet de la scurit de leau au Moyen-Orient est un livre intitul La PaixBleue: repenser leau au Moyen-Orient publi en Fvrier 2011. Le document examine la scuritde leau, actuelle et future, dans 7 pays du Moyen-Orient (Isral, Territoires Palestiniens, Jordanie,Liban, Syrie, Irak et Turquie). La Paix bleue met en avant une approche novatrice pour mobiliserles dirigeants politiques, le public et les mdias pour le dveloppement et la gestion de solutionsde collaboration pour la gestion durable de leau au niveau rgional. Il ouvre la voie verslvolution dune politique et dune diplomatie rgionales sur leau et la cration de nouvellesopportunits pour rsoudre les conflits prolongs sur leau.

  • 2 MISE EN PLACE DUNE COOPRATION TRANSFRONTALIRE

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Dans le domaine de la gestion des ressources en eau transfrontalires, un certain nombre dergles coutumires sapplique tous les Etats partageant un mme cours deau, ainsi quunvaste corpus de traits que les gouvernements nationaux ont pu signer. Ces rgles de droitpermettent une intgration formelle par lidentification et la mise en uvre des processus quifacilitent une coopration effective sur la gestion des ressources en eau transfrontalires.

    Cette partie relative aux conventions rsume les principales rgles du droit international quisappliquent la gestion des ressources en eau transfrontalires, y compris une rfrenceparticulire trois accords-cadres importants dans ce domaine. Il est important de noter quendehors des rgles de droit coutumier, les rgles du droit des traits ne sappliquent quauxparties prenantes de laccord international et seulement lorsque ce trait est entr en vigueur etacquiert force de loi.

    Les traits sont des accords formels convenus par et liant les gouvernements nationaux dansleurs accords bilatraux ou multilatraux pour la gestion des ressources en eautransfrontalires. Ces dispositions impliquent gnralement lexistence dinstitutionstransfrontalires et dun processus de mise en application des rgles et des principes convenusdans le cadre du trait. La gestion des ressources en eau transfrontalire est ancre dans lesrelations politiques et conomiques entre les pays dun mme bassin et dune mme rgion surla base des intrts nationaux, de la puissance et des priorits des pays. La gestion des eauxtransfrontalires est donc plus efficace l o il y a rapprochement ou compatibilit entre lesintrts nationaux et les impratifs mutuellement bnfiques dune coopration plus large.

    La Convention des Nations Unies sur les cours deau de 1997, seul instrument universel dansce domaine, fournit un cadre utile pour les relations internationales dans la gestion des coursdeau partags. Outre cette convention, deux instruments rgionaux offrent des instruments-cadres importants mais plus spcifiques dans ce domaine : la Convention sur la protection descours deau transfrontaliers et des lacs internationaux (Convention Eau de la CEE-ONU, 1992) etle Protocole rvis sur les cours deau partags de la SADC en Afrique australe.

    A ces textes ils convient dajouter la rsolution 63/124 des Nations Unies adopte en dcembre2008 pour la gestion des aquifres transfrontaliers. Elle encourage les tats concerns prendre des dispositions bilatrales ou rgionales appropries pour la bonne gestion de leursaquifres transfrontaliers (). On note galement le Protocole sur leau et la sant de 1999 dela CEE-ONU.

    23

    Schma 1 : Le contexte du droit de leau

    Interface entre disciplines

    Niveaux

    International

    Rgional

    National

    Local

    Politique

    conom

    ique

    Socital

    Environnem

    ental

  • 2 MISE EN PLACE DUNE COOPRATION TRANSFRONTALIRE

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Les parties suivantes passent en revue chacun de ces instruments, lexception de la rsolutionsur les aquifres transfrontaliers qui est reprise dans le Chapitre 5.

    2.2.2. La Convention sur les cours deau des Nations Unies (1997)

    Le seul accord universel couvrant lamnagement et la gestion des cours deau transfrontaliers estla Convention des Nations Unies sur le droit relatif aux utilisations des cours deau internationaux des fins autres que la navigation (1997). Adopte par lAssemble Gnrale des Nations Unies,cette convention est laboutissement de trente annes dtude de la Commission du droitinternational de lONU avec la contribution des Etats membres.

    La convention a t adopte lAssemble Gnrale des Nations Unies le 21 mai 1997 par 104tats favorables, 3 tats contre (Burundi, Chine et Turquie) et vingt-six abstentions. Pour entrer envigueur, elle requiert 35 ratifications mais en novembre 2011, seulement 24 parties prenanteslavaient ratifie. A lheure actuelle, la Convention reste ouverte ladhsion et requiert laratification de 11 autres parties pour entrer en application.

    24

    Encart 2 : Parties prenantes de la Convention de 1997 des Nations Unies sur les cours deau

    Participant Signature Ratification Burkina Faso 22 Mars 2011Cte dIvoire 25 Sept 1998 Finlande 31 Oct. 1997 23 Jan 1998France 24 Fv. 2011Allemagne 13 Aot 1998 15 Jan 2007 Grce 02 Dc. 2010 Guine-Bissau 19 Mai 2010 Hongrie 20 Juil. 1999 26 Jan 2000 Irak 09 Juil. 2001 Jordanie 17 Avr. 1998 22 Juin 1999 Liban 25 Mai 1999 Libye 14 Juin 2005 Luxembourg 14 Oct. 1997 Maroc 13 Avr 2011 Namibie 19 Mai 2000 29 Aot 2001 Pays Bas 09 Mars 2000 09 Jan 2001 Nigeria 27 Sept 2010 Norvge 30 Sept 1998 30 Sept 1998 Paraguay 25 Aot 1998 Portugal 11 Nov. 1997 22 Juin 2005 Qatar 28 Fv. 2002Afrique du Sud 13 Aot 1997 26 Oct. 1998 Espagne 24 Sept 2009Sude 15 Juin 2000Syrie (Rpublique arabe) 11 Aot 1997 02 Avr 1998 Tunisie 19 Mai 2000 22 Avr 2009 Ouzbkistan 04 Sept 2007 Venezuela (Rpublique du) 22 Sept 1997 Ymen 17 Mai 2000

    Source : Srie des Traits des Nations Unies

  • Il nest pas fondamental de savoir quelle date la Convention entrera en vigueur : elle jouedores et dj un rle important dans les relations impliquant des tats concerns par uncours deau international et fournit une codification, gnralement reconnue, des rglesprincipales du droit international coutumier dans ce domaine. Au cur de cette convention,la rgle rgissant lutilisation quitable et raisonnable se base sur une srie deprocdures pratiques, telles que le devoir de cooprer dans la gestion et lamnagementdes cours deau internationaux et une srie dtapes suivre dans la planification incluantlchange dinformations et la notification avant tout dveloppement dutilisations nouvellesou accrues.

    2.2.3. La Convention Eau de la CEE-ONU

    La Convention sur la protection et lutilisation des cours deau transfrontaliers et des lacsinternationaux (Convention Eau de la CEE-ONU) a t adopte Helsinki en Finlande le 17 mars1992. Elle est entre en application le 6 octobre 1996 et concernait 38 Parties en aot 2011.

    Cette convention a pour but de renforcer les mesures de protection et de gestioncologiquement viables des eaux de surface et souterraines transfrontalires. Elle promeut uneapproche holistique de la gestion de leau, prenant en compte la relation entre le cyclehydrologique, le territoire, la flore et la faune ainsi que leurs impacts sur les conditions socio-conomiques. Les obligations centrales de la convention incluent lobligation de prvention, decontrle et de rduction des impacts transfrontaliers, par exemple les effets ngatifssignificatifs sur lenvironnement et leurs implications socio-conomiques, lobligationdassurer une utilisation raisonnable et quitable des eaux transfrontalires et lobligation decooprer dans lusage et la gestion de ces eaux.

    Plus spcifiquement, la Convention inclut deux catgories dobligations : la premire, plus gnrale et applique toutes les Parties comprend lautorisation et le

    suivi des rejets deaux uses, lapplication de meilleures pratiques environnementales pourrduire la pollution par les nutriments et les substances dangereuses de lagriculture etdes autres secteurs, lintroduction de lvaluation des impacts environnementaux, le suivi,llaboration de plans durgence, ltablissement dobjectifs de qualit de leau et laminimisation des risques de pollution accidentelle ;

    la seconde catgorie dobligations sadresse aux Parties partageant des eauxtransfrontalires, appeles Parties riveraines. Elles sont tenues de cooprer sur la base delgalit et de la rciprocit, en particulier en concluant des accords spcifiques bilatrauxou multilatraux qui favorisent la cration de structures conjointes de cooprationtransfrontalire sur leau. La convention encourage les Parties cooprer sur la basegographique des bassins.

    2 MISE EN PLACE DUNE COOPRATION TRANSFRONTALIRE

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org 25

    1. Les Etats possesseurs dun cours deau cooprent sur la base de lgalit souveraine, delintgrit territoriale, du bnfice mutuel et de la bonne foi en vue datteindre une utilisationoptimale et une protection adquate du cours deau international.

    2. En dterminant les modalits de cette coopration, les tats possesseurs dun cours deaupeuvent envisager la cration des mcanismes ou des commissions conjoints quils jugentncessaires pour faciliter la coopration sur les mesures et les procdures pertinentes, auvu de lexprience acquise dans la coopration travers des mcanismes et commissionsconjoints existants dans diffrentes rgions.

    Pour plus dinformations actualises, voir le site du trait de lONU :http://treaties.un.org/pages/ViewDetails.aspx?src=TREATY&mtdsg_no=XXVII-12&chapter=27&lang=en

    Encart 3 : Dispositions du trait de la Convention de lONU (article 8) - lobligation de cooprer

  • 2 MISE EN PLACE DUNE COOPRATION TRANSFRONTALIRE

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    La force de la Convention Eau de la CEE-ONU tient au fait que ce nest pas seulement un cadrelgal solide mais quelle est aussi couple un cadre institutionnel et un programme detravail propices des progrs continus, lchange dexpriences et lassistance mutuelle.Le lien entre la Convention et la ralit (besoins des pays) est maintenu travers la Runiondes parties (et les structures tablies : groupes de travail thmatiques, etc.) qui dveloppe desoutils et ralise des activits pour appuyer les Parties et non-Parties. Elle est aussi appuyepar un petit secrtariat permanent.

    La Runion des parties la Convention Eau de la CEE-ONU a convenu lors de sa cinquimesession (novembre 2010) de la ncessit dtablir un mcanisme qui permettrait daborder lesproblmes de la mise en uvre et les diffrences possibles relatives linterprtation de laConvention. Le Conseil juridique a discut dun mcanisme possible et convenu de lobjectif,de la nature et des principes de ce mcanisme, concluant que sil tait approuv par laRunion des parties, il permettrait de faciliter, promouvoir et sauvegarder la mise en uvre,lapplication et le respect de la convention. Le mcanisme (qui reste laborer) doit tresimple et de nature non conflictuelle, non-contradictoire, transparente, solidaire et cooprative,en sappuyant sur lesprit de collaboration de la Convention.

    En 2003, la Convention Eau a t amende pour permettre laccession de pays hors rgionCEE-ONU et donc pour inviter le reste du monde utiliser son cadre lgal et profiter de sesexpriences. Lentre en application des amendements sera dune grande importance pour lespays qui bordent la rgion CEE-ONU, mais aussi pour beaucoup dautres. Depuis 2009,quelques pays non-CEE-ONU participent dj aux activits et aux ateliers organiss dans lecadre de la Convention.

    26

    Prs de 200 fleuves et aquifres internationaux sont partags par deux ou plusieurs tats traverslEurope, allant du bassin le plus international, celui du Danube (couvrant les territoires de 18 pays) une quarantaine de cours deau partags par deux pays seulement. La Volga, plus long fleuvedEurope situ principalement en Russie, scoule globalement vers le sud et se jette dans la MerCaspienne. Les autres grands bassins fluviaux transfrontaliers europens sont le P et le Rhne, quise jettent dans la Mer Mditerrane. LElbe, la Loire, le Rhin et la Seine dbouchent dans lOcanAtlantique ou la Mer du Nord et lOder et la Wisa, qui coulent vers le nord se jettent dans la MerBaltique. Le plus grand lac deau douce dEurope est le Lac Ladoga au nord-ouest de la Russie.

    De nombreux pays europens sont fortement tributaires deaux provenant de lextrieur de leursfrontires nationales : la Belgique, la Hongrie et les Pays-Bas dpendent par exemple 80% deressources en eau extrieures. Pour 16 pays europens, prs de 90% de leur territoire est situ dansdes bassins internationaux.

    Avec le changement de situation politique dans lancienne Union Sovitique, un certain nombre defleuves de cette rgion sont devenus internationaux, soulevant une foule de problmes complexes. Unrapport rcent explique : actuellement, 31% de la population europenne vit dans des pays quisouffrent dj de ce que nous appelons un fort stress hydrique, en particulier pendant les scheresseset les priodes dtiage. Le problme est que la demande en eau potable va probablement augmenterdans toute lEurope et lAsie Centrale. Dans des rgions telles que les pays mditerranens et lAsieCentrale, dj confrontes la surexploitation de leurs ressources en eau, cette demande croissantepeut gnrer des conflits entre les diffrents usagers de leau et aussi entre les pays (Rapport de laCEE-ONU).

    Encart 4 : Les cours deau europens

  • 2 MISE EN PLACE DUNE COOPRATION TRANSFRONTALIRE

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    2.2.4 Le Protocole rvis sur les cours deau partags de la SADC (2000)

    En 2000, la Communaut de dveloppement dAfrique australe (SADC) a adopt le Protocolervis sur les cours deau partags, qui sert daccord-cadre pour la gestion des bassinstransfrontaliers au sein de la rgion.

    La SADC existe depuis 1980. Lobjectif principal de lorganisation via ses tats Membres(Angola, Botswana, Rpublique Dmocratique du Congo, Lesotho, Madagascar, Malawi,Maurice, Mozambique, Namibie, Afrique du Sud, Seychelles, Swaziland, Tanzanie, Zambie etZimbabwe) est de renforcer le dveloppement socio-conomique et lintgration rgionale etdamliorer la qualit de vie de tous les peuples de la rgion. Sappuyant sur ces objectifs, leProtocole sur les cours deau de la SADC vise dvelopper une coopration troite pourlutilisation judicieuse et coordonne des ressources des systmes de cours deau partags dela rgion de la SADC. Il est fond sur la ncessit dun dveloppement coordonn,respectueux de lenvironnement, des ressources des cours deau partags de la rgion de laSADC afin de soutenir le dveloppement socio-conomique.

    Le protocole a une large porte juridique et comprend des dfinitions tires de la Conventiondes Nations Unies, mais parfois sens plus large. Il est fait par exemple rfrence au bassinversant (une zone gographique dtermine par la ligne de partage des eaux y compris leseaux souterraines qui se dversent dans un exutoire commun) en rfrence aux travaux delAssociation internationale du droit des eaux en conformit avec les rgles dHelsinki.

    Le protocole prvoit un ensemble cohrent de rgles de fond et de procdures, avec la miseen place dinstitutions appropries ncessaires la mise en uvre effective des dispositionsdu protocole. Tout diffrend doit tre rsolu par le tribunal de la SADC. Le protocole est entren vigueur et fournit un cadre global pour la gestion des nombreuses ressources en eautransfrontalires (environ 70%) partages dans la rgion.

    27

    Exemple 11 : Le rle de la coopration au sein de la SADC

    Un rcent rapport (aot 2011) a tudi le rle de la coopration dans la gestion des ressources eneau transfrontalires dans la SADC, avec lappui de la GIZ. Ltude examine les relations entreconflit-scurit-dveloppement-eau et les a utilises comme base de discussion sur les avantagesde la coopration transfrontalire sur leau, tant en termes de prvention des conflits quen termesde cot de linaction.

    Les principales conclusions sont refltes dans quatre messages cls :1. le dfi est de promouvoir la coopration durable sur les eaux transfrontalires. Ltude

    permet de jeter les bases pour faire converger les opinions sur les conflits et linstabilitversus la stabilit et les opportunits rgionales ;

    2. la coopration internationale est non seulement utile pour une gestion saine des ressourcesen eau transfrontalires, mais galement un important outil de prvention des conflits ;

    3. la coopration sur leau aux multiples niveaux de la SADC est non seulement importante auniveau international, mais est aussi en termes de prvention de retombes travers lesfrontires au niveau local ;

    4. le quotient defficacit et les avantages associs aux investissements dans le programme degestion des eaux transfrontalires de la SADC sont estims tre extrmement levs, lescots du programme tant minimes par rapport aux cots potentiels des hostilitscauses par labsence de coopration.

    Pour plus dinformation consulter le site : www.sadc.int/water

  • 2 MISE EN PLACE DUNE COOPRATION TRANSFRONTALIRE

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    2.2.5. Le Protocole sur leau et la sant de la CEE-ONU (1999)

    Le Protocole sur leau et la sant de la CEE-ONU a t adopt Londres le 17 juin 1999 et estentr en application le 4 aot 2005 en tant que protocole de la Convention Eau de la CEE-ONU.Depuis aot 2011, le Protocole regroupe 24 Parties. Il vise protger la sant humaine et lebien-tre par une meilleure gestion de leau, incluant la protection des cosystmes aquatiqueset par la prvention, le contrle et la rduction des maladies lies leau. Cest le premieraccord international de cette nature adopt spcialement pour atteindre un approvisionnementadquat en eau potable et un assainissement appropri et pour protger leau utilise commesource deau potable. Les pays de la rgion de la CEE-ONU, quils soient ou non Parties de laConvention Eau, peuvent rejoindre le Protocole.

    Le Protocole dveloppe lapproche intgre pour la gestion des eaux transfrontalires et plusspcifiquement, lobligation dtablir des critres et des objectifs de qualit de leau. Lesobligations principales des Parties au protocole sont dtablir et mettre en uvre les ciblesrelatives la qualit de leau de boisson, des eaux de baignade et des eaux uses, dtablir etmaintenir la surveillance nationale ou locale, ainsi que des systmes dalerte pour prvenir etrpondre aux maladies lies leau, de cooprer et sassister les uns les autres dans la miseen uvre des dispositions.

    De plus, le Protocole introduit une composante sociale dans la coopration sur la gestion deleau : la gestion des ressources en eau doit relier le dveloppement social et conomique laprotection des cosystmes naturels. En outre, amliorer la fourniture deau potable etlassainissement est fondamental pour briser le cercle vicieux de la pauvret.

    2.3 Droit des eaux internationales : fonctionnement

    Les rgles du droit international sont directement lies aux lgislations nationales, o lerespect des normes internationales est valu et test en conformit avec les principesfondamentaux de la souverainet de ltat. Ainsi, linterface entre la loi sur leau nationale etinternationale permet de dterminer leurs efficacit et lgitimit. Les lgislations nationalesrelatives au droit dusage de leau (y compris les droits de proprit et dutilisation desterres), la rglementation sur certaines problmatiques internes spcifiques telles que laqualit de leau, les prestations des services deau et dassainissement, dfinissent desrgles nationales au travers dun ensemble de lois et rglementations parfois complexe.

    Llaboration du droit international des eaux est indissociable de lvolution du droitinternational en gnral. Des principes et concepts fondamentaux tels que lgalitsouveraine des tats, la non-ingrence dans les affaires du ressort exclusif de la juridictionnationale, la responsabilit de la violation par les Etats des obligations internationales et lerglement pacifique des conflits internationaux sappliquent galement au domaine rgi parle droit des eaux internationales.

    Le droit international prvoit que chaque tat concern par un cours deau transfrontalier ale droit une utilisation quitable et raisonnable de ce cours deau et a lobligation derespecter ce droit en faveur des autres pays riverains. Ces droits et devoirs corrls sontdtermins au cas par cas en considrant simultanment tous les facteurs pertinents, ycompris ltendue des dommages causs, pour aboutir une conclusion sur la lgalit delutilisation propose dans son ensemble. Cette rgle de droit dutilisation quitable etraisonnable est une rgle du droit international coutumier incorpore dans la plupart destraits sur leau et conforme la pratique des tats.

    28

  • 2 MISE EN PLACE DUNE COOPRATION TRANSFRONTALIRE

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Ainsi le droit international fournit le cadre pour des rgles fondamentales, procdurales etinstitutionnelles, ainsi que des mcanismes qui clarifient lambigit du droit de leau etfacilitent la rpartition et lutilisation des eaux transfrontalires de faon transparente. Le cadreanalytique suivant identifie cinq lments cls au sein du rgime juridique des cours deautransfrontaliers :1. le champ dapplication - La dfinition gographique et fonctionnelle des ressources en eau

    transfrontalires qui sont couvertes par le rgime ou linstrument juridique ; 2. les rgles fondamentales - Les rgles qui rgissent le droit lgal dutiliser les ressources en

    eau transfrontalires ;3. les rgles de procdure - Les obligations relatives aux mesures envisages et au

    dveloppement continu des ressources en eau transfrontalires ;4. les mcanismes institutionnels - Les organismes chargs de la gestion des ressources en

    eau transfrontalires ; 5. le rglement des conflits - Lensemble des mcanismes qui permettent de rgler les

    diffrends (prvention, conformit du suivi et des procdures de rglement des diffrends)et qui sont utiliss dans la gestion non conflictuelle des ressources en eau transfrontalires.

    Chacun de ces lments doit tre pris en compte lors de llaboration ou de lvaluation durgime juridique dun cours deau transfrontalier. De cette manire, les aspects cls serontcouverts. Ce cadre constitue galement un sommaire facilement utilisable par un large ventaildacteurs et de gestionnaires pour une comprhension des traits.

    29

    Encart 5 : Cadre analytique du droit de la gestion des eaux transfrontalires

    lments cl Dtails

    1. Vue densemble Porte lgale (quelles eaux ?) Dfinitions (cours deau ; usages) Parties

    2. Rgles fondamentales Obligations lgales et de droits (utilisation quitable etraisonnable ; diligence raisonnable ; protection)

    Rgles de fonds (gnrales ou prcises)

    3. Rgles de procdure Rgles de procdure (devoir de cooprer) Notification/change dinformations

    4. Mcanismes institutionnels Structure conjointe (organisme de bassin) Confrence des Parties Organisations/organes (niveau ministriel ; autres)

    5. Rglement des conflits Eviter les conflits (consultation) Rgler les conflits Vrification de la conformit (rapport ; facilitation)

  • 2 MISE EN PLACE DUNE COOPRATION TRANSFRONTALIRE

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    2.4. Les accords juridiques comme bases de la gestion des eaux transfrontalires

    Comme indiqu ci-avant, pour traiter les principaux problmes lis aux rgimes des eauxtransfrontalires, les dispositions convenues doivent couvrir la ressource, les rgles de fond etde procdure, la comptence, lautorit juridique et inclure des dispositions relatives aurglement des conflits. Daprs les exemples pratiques tudis ci-aprs, il est clair que lesgouvernements nationaux ont adopt des rgimes juridiques qui suivent bien des gards laConvention des Nations Unies sur les cours deau et les autres instruments rgionaux djmentionns, mais quil y a galement des innovations.

    Les tudes de cas suivantes montrent plusieurs types de coopration et de collaboration dansdiffrentes rgions pour la gestion des ressources en eau transfrontalires.

    2.4.1 Un exemple de coopration rgionale : linitiative daction sur leau dAstana lie la Convention Eau de la CEE-ONU

    La Dclaration Ministrielle dAstana de 2011 dveloppe les points de vue suivants : la raffirmation de limportance dun Environnement pour lEurope, comme forum

    paneuropen pour relever les dfis environnementaux et promouvoir une large cooprationhorizontale entre les pays dEurope, dAmrique du Nord, du Caucase et dAsie Centrale, etcomme pilier du dveloppement durable dans la rgion de la CEE-ONU depuis 20 ans ;

    linvitation des pays ratifier et mettre en uvre les accords environnementauxmultilatraux pertinents, entre autres la Convention Eau de la CEE-ONU et son Protocolesur leau et la sant ;

    le rle de la CEE-ONU dans lvaluation des obstacles la ratification des accords de laCEE-ONU sur lenvironnement et dans laide aux pays pour quils ratifient et mettent enuvre ces accords ;

    lencouragement des pays riverains entreprendre et mettre en uvre des accords surles eaux transfrontalires, renforcer les cadres institutionnels et dvelopper desstratgies, y compris sur lenvironnement et les problmes de scurit, et adapter leurgestion de leau aux phnomnes extrmes et aux changements climatiques.

    LAction pour leau dAstana a t initie au printemps 2011 par le Prsident du Bureau de laConvention sur la protection et lutilisation des cours deau transfrontaliers et des lacsinternationaux, assist par le bureau de la CEE-ONU, le secrtariat de la convention et par ungroupe de rdaction compos de reprsentants de plusieurs pays et organisationsinternationales.

    Certaines actions sont gnriques et importantes pour une mise en uvre cohrente de touteaction sur leau : faire que leau et la gestion de leau soient parties intgrantes des stratgies de

    dveloppement aux niveaux local, national ou rgional ; amliorer la communication et la coopration sur leau entre les diffrentes institutions,

    ministres et secteurs et intgrer les politiques sectorielles ; impliquer les acteurs (par exemple les usagers de leau et les ONG) dans les plans, les

    programmes et la gestion de lamnagement des eaux dans les bassins, y compris dans larestauration des fleuves, des zones humides et des lacs ;

    laborer des programmes pour les professionnels de leau et de lassainissement tous lesniveaux, ainsi que des programmes intersectoriels ;

    investir dans le capital humain, cest dire dans le renforcement des capacits despersonnels oprationnels des administrations de leau et des institutions de gestion ;

    budgtiser des ressources financires suffisantes pour financer la gestion de leau (mesureset personnel).

    30

  • 2 MISE EN PLACE DUNE COOPRATION TRANSFRONTALIRE

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    2.4.2 La coopration travers un organisme de bassin expriment : le bassin du Mkong

    Les quatre tats riverains en aval du Mkong (la Thalande, le Cambodge, le Vietnam et leLaos) ont conclu en 1995 lAccord du bassin du Mkong, qui fixe les rgles de fond, laprocdure, ainsi que des mcanismes institutionnels dtaills pour cooprer dans tous lesdomaines du dveloppement durable, de lutilisation, de la gestion et de la conservation desressources en eau et associes du bassin du Mkong. Au cur de cette mission, laCommission du Mkong (MRC) est compose de trois entits permanentes :

    le Conseil (compos dun reprsentant du Ministre de chaque tat riverain) est habilit prendre des dcisions politiques au nom des gouvernements respectifs. Le Conseil agalement pour mission de soccuper, de traiter et de rsoudre les problmes, lesdiffrents et les litiges ;

    le Comit mixte, compos dun membre de chaque tat riverain du niveau de chef dedpartement au moins, est invit soccuper et faire tous les efforts ncessaires pourrsoudre les problmes et les diffrends pouvant surgir entre les sessions ordinaires duConseil et si ncessaire de transmettre la question au Conseil ;

    le Secrtariat est charg de grer les oprations courantes, y compris dassister le Conseilet le Comit mixte et de fournir des services techniques.

    La structure de laccord contient des accords dengagement innovants, cest--dire unengagement tablir des rgles pour lutilisation de leau et les drivations entre sous-bassins. En consquence, les parties ont convenu dune srie de protocoles sur lesprocdures dchange, de partage des donnes et dinformations, sur les procdures desurveillance de lutilisation de leau et sur les procdures de notification, de consultation etdaccord pralables.

    2.4.3 Un organisme de bassin rcent en Afrique de lOuest : lAutorit du Bassin de la Volta

    La Volta est un systme fluvial transfrontalier qui est rest pendant plusieurs annes un desgrands bassins fluviaux en Afrique sans dispositions juridiques et institutionnelles entre lespays riverains. Afin dinstituer des mesures de gestion durable des ressources en eautransfrontalires, les Ministres en charge des ressources en eau des pays riverains (Bnin,Burkina Faso, Cte dIvoire, Ghana, Mali et Togo) ont mis en place lAutorit du Bassin de laVolta (ABV) le 16 juillet 2006 Lom. La Convention a t signe par les Chefs dtat despays riverains au cours de leur premire assemble gnrale tenue Ouagadougou le 19janvier 2007 sous lgide du Gouvernement du Burkina Faso. La Convention est entre envigueur aprs ratifications, le 14 aot 2009.

    Aux termes du Titre III, Article 6 de la Convention portant statut du Fleuve Volta et cration delAutorit du Bassin de la Volta, les mandats de lAutorit sont : promouvoir les outils de concertation permanente entre les parties prenantes au

    dveloppement du Bassin ; promouvoir la mise en uvre de la gestion intgre des ressources en eau et le partage

    quitable des bnfices dcoulant de leurs diffrentes utilisations ; autoriser la ralisation des ouvrages et des projets envisags par les tats Parties et

    pouvant avoir un impact significatif sur les ressources en eau du Bassin ; raliser des projets et des ouvrages communs ; contribuer la rduction de la pauvret, au dveloppement durable des tats Parties et

    une meilleure intgration socio-conomique sous-rgionale.

    31

  • 2 MISE EN PLACE DUNE COOPRATION TRANSFRONTALIRE

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Du fait de la jeunesse de lABV, dont la convention nest en vigueur que depuis 2009 (mmesi les activits ont dmarr depuis 2006), plusieurs de ces mandats ne sont pas encoreremplis. Ainsi sagissant des ouvrages hydrauliques et du partage des bnfices, lABV ne jouepas pleinement son rle dintgration rgionale mais est en train dlaborer le Schmadirecteur damnagement et de gestion des eaux du bassin de la Volta.

    2.4.4 Le fleuve Columbia (Canada - tats-Unis) : les avantages dune coopration en aval

    Partag entre le Canada et les tats-Unis, le fleuve Columbia prend sa source dans le LacColumbia au sud-est de la Colombie-Britannique, au Canada et scoule sur environ 2 000kilomtres avant de se jeter dans lOcan Pacifique au Cap Disappointment au nord dePortland, Oregon (USA). Avec un bassin denviron 260 000 miles carrs situ dans deuxprovinces canadiennes (Alberta, Colombie-Britannique) et sept tats amricains(Washington, Oregon, Idaho, Montana, Wyoming, Utah et Nevada) et avec un dbit moyen de180 millions m3 par an, ce fleuve est lune des sources les plus puissantes dnergiehydrolectrique au monde.

    En vertu du Trait sur le fleuve Columbia de 1961, le Canada et les tats-Unis ont cr unrgime intgr dutilisation de leurs fleuves transfrontaliers par un quilibre de valeurs et par lareconnaissance et le paiement des bnfices en aval. Le Canada a convenu de construiretrois grands barrages-rservoirs sur son territoire et de fournir aux tats-Unis les bnficesqui en rsultent en aval sous la forme dlectricit et de lutte contre les inondations. En retour,les tats-Unis se sont engags indemniser le Canada en payant pour les mesures de luttecontre les inondations et pour de lnergie hydrolectrique produite par le projet.

    Malgr des dsaccords considrables, le fleuve Columbia a t gr pacifiquement grce auTrait de 1961, en relation avec le Trait sur les eaux frontalires de 1909. Linnovation dupartage 50/50 des bnfices en aval est lie aux financements ncessaires pour la lutte contreles inondations (reconnaissance de la fonction de stockage de leau assure par le Canada).

    Les dispositions du Trait sont assez oprationnelles, avec la cration dune Commissiontechnique permanente qui gre le partage de lhydrolectricit en vertu de laccord. Unedisposition existe pour le partage des informations et des donnes, lchange, lharmonisationet le rapportage rgulier. La Commission est galement charge daider rsoudre lesdiffrends sur les questions techniques ou oprationnelles. Le Trait est actuellement en coursde rvision (Rvision du Trait sur le fleuve Columbia 2014/2024) et ce processus men entoute transparence comprend la participation des parties prenantes.

    2.4.5 La coopration issue des diffrends : lIndus

    En 1960 avec laide de la Banque Mondiale, lInde et le Pakistan ont conclu le Trait sur leaude lIndus en vertu duquel ses six principaux affluents ont t rpartis entre lInde (les troisfleuves de lEst, Sutlej, Beas et Ravi) et le Pakistan (les trois fleuves de lOuest, lIndus, leJhelum et le Chenab). Malgr lhostilit persistante entre les deux pays, le trait a surmontlpreuve du temps sur plus de 50 ans. Le mcanisme institutionnel central cr par le Trait(art. VIII), la Commission permanente de lIndus, joue un rle important dans la rsolution desdiffrends en vertu du trait. Elle sert de canal de communication rgulire pour toutequestion relative la mise en uvre du trait. La Commission est tenue dtudier et denvoyeraux deux gouvernements des rapports sur tous les problmes relatifs lamnagement deseaux des fleuves, qui peuvent tre soumis conjointement la Commission par les deuxgouvernements. En ce qui concerne les litiges, la Commission doit faire tous les effortsncessaires pour rgler promptement, conformment larticle IX (1), toute question qui endcoule.

    32

  • 2 MISE EN PLACE DUNE COOPRATION TRANSFRONTALIRE

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    La Commission est dirige par un Commissaire de chaque pays, qui sera le reprsentant deson gouvernement pour toute question dcoulant du trait et devra agir comme canal decommunication rgulire sur toutes ces questions. Il doit sacquitter dun ensemble de tchesvisant faciliter la coopration dans la mise en uvre du trait.

    Malgr tous les efforts dploys, un diffrend li la station hydrolectrique de Baglihar(construite par lInde sur le fleuve Chenab) a surgi en 2005 et a t soumis, conformment autrait, un expert neutre qui a rendu sa dcision, accepte par les parties, en fvrier 2007. Unautre diffrend a surgi rcemment pour les eaux de lIndus-Kishenganga (Pakistan contreInde), qui sera entendu par la Cour permanente darbitrage.

    En dpit de ces deux litiges, le trait sur leau de lIndus continue fournir un cadreoprationnel pour la coopration, grce ses dispositions et son recours pour le rglementdes diffrends . Ceci est une leon importante : la coopration peut dcouler de conflitsdusages ou de litiges, mme sil est toujours prfrable de les anticiper.

    2.4.6 La coopration en Mditerrane

    En Mditerrane, les tats sont confronts une myriade de dfis, aggravs par leschangements climatiques, la diminution de la qualit de leau, la raret de leau, linscuritfinancire et la rcente instabilit rgionale. Malgr cela, la rgion a montr son leadershipdans la coopration sur les eaux transfrontalires.

    33

    Exemple 12 : Coopration dans le bassin du Drin

    Le Bassin du Drin a son origine dans lcosystme du Lac Ohrid - Lac Prespa situ en Albanie, enMacdoine et en Grce. Le bassin-versant total du Drin est de 15 540 km2. La rgion des lacsPrespa-Ohrid-Shkoder de la pninsule balkanique a t largement reconnue comme tant unezone cologique dimportance mondiale et le Drin relie les lacs pour former un seul cosystme. Cependant, le bassin du Drin rencontre des problmes qualitatifs et quantitatifs (prlvements)pour lirrigation et lhydrolectricit. Ces problmes ont t exacerbs par lutilisation du lit dufleuve pour lextraction de gravier.

    La situation se dtriorant, un dialogue a t lanc sur le bassin sous la forme dun processus deconsultation coordonn et structur entre les tats riverains, largi au Kosovo et aux principauxacteurs. Le Dialogue sur le Drin vise dvelopper une vision commune pour la gestion durable dubassin et renforcer la coopration transfrontalire. Linitiative a t lance en conformit avec laConvention sur lEau de la CEE-ONU.

    Les activits dj mises en uvre et dvelopper pour appuyer le dialogue sur le Drin font partiedes travaux de la Composante mditerranenne de lInitiative pour lEau de lUE et du Partenariatstratgique du GEF sur les grand cosystmes marins mditerranens. Le 18 avril 2011, lesMinistres des tats riverains ont publi une dclaration exprimant leur soutien la poursuite et aurenforcement du dialogue sur le Drin, avec laide du GWP Mditerrane et de la Commissionconomique des Nations Unies pour lEurope.

    Pour plus dinformations, consulter le site :www.gwp.org/en/gwp-in-action/Mediterranean/News-and-Activities-GWP-Mediterranean/Ministers-Declare-Support-for-Drin-Basin-Dialogue

  • 2 MISE EN PLACE DUNE COOPRATION TRANSFRONTALIRE

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    2.4.7 La coopration en Ecosse sur la base dune approche non gouvernementale

    Un exemple intressant de coopration existe en cosse, o le Premier Ministre a annonc lesoutien du gouvernement lcosse en tant que Hydro-Nation (pour plus de dtails, voirwww.scotland.gov.uk/Publications/2010/12/14111932/9). Lcosse est bien dote enressources en eau, qui apportent sant et bien-tre la nation. Le fleuve Tweed, partag entrelEcosse et lAngleterre, est un bassin HELP (Hydrologie pour lenvironnement, la vie et lapolitique) dans le cadre du programme PHI (Programme Hydrologique International) delUNESCO, dmontrant comment la loi sur leau, la politique et la science sintgrent dans lagestion de cette ressource partage. Le Bassin du Tweed est reconnu comme tant lexemplele plus ancien dune approche non-gouvernementale qui implique les acteurs dans la gestionintgre des bassins versants au Royaume-Uni.

    La responsabilit lgislative pour la gestion du bassin du Tweed est du ressort dun certainnombre dorganes statutaires centraux et locaux, au nord et au sud de la frontire. LeRoyaume-Uni en tant qutat membre de la Communaut europenne est responsable de lamise en uvre de la Directive-Cadre europenne sur lEau (DCE). Mais le Forum du Tweed etlInitiative de plan de gestion du bassin du Tweed ont t tablis bien avant lintroduction dela DCE ou des plans de gestion de bassin. Le Forum a dbut il y a 20 ans, comme ungroupe de liaison informel destin rpondre une proccupation spcifique relative auxouvrages physiques nfastes construits dans le lit du fleuve.

    En 1999, grce une subvention importante destine au Projet sur le patrimoine du fleuve(Tweed Rivers Heritage Project), le Forum a commenc llaboration de son plan de gestiondu bassin. Plus rcemment le Forum du Tweed a jou un rle similaire dans llaboration desnouveaux plans de gestion des risques dinondation pour les Borders en rassemblant nouveau les acteurs concerns pour dfinir, dans le cadre dune rflexion holistique lchelle du bassin, les mesures ncessaires.

    En 2010, le Forum a lanc la Stratgie des zones humides du Tweed, un autre programme departenariat qui cherche maintenir des zones humides utiles pour la faune et lenvironnementhumain. De par son succs et sa mthode, le Forum du Tweed est un bon exemple derenforcement de la gouvernance pour la durabilit. Il souligne aussi limportance de fonderles actions sur des preuves scientifiques solides, sur toute lventail des sciencesbiophysiques et sociales. En cela, il reconnat et met en exergue les autres thmes cls duprogramme HELP du PHI.

    2.4.8 La coopration en Asie Centrale

    LAsie Centrale montre de nombreux exemples de coopration transfrontalire et une sriedaccords internationaux. Une rcente runion de lOrganisation pour la Scurit et laCoopration en Europe (OSCE) a reconnu que la coopration sur la gestion transfrontaliredu Chu-Talas par une commission bilatrale tait une russite. LOSCE, qui fait lapromotion des meilleures pratiques de gestion des eaux transfrontalires, a not : Lestravaux de la Commission Chu-Talas sont une avance dans la gestion de leau en AsieCentrale et dans les relations entre les pays dans ce domaine. Ils montrent une nouvelleapproche pour aborder les questions lies la responsabilit partage et la gestion desressources en eau transfrontalires.

    34

  • 2 MISE EN PLACE DUNE COOPRATION TRANSFRONTALIRE

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Les activits de la Commission contribuent une meilleure coopration entre le Kazakhstanet le Kirghizistan, et peuvent ainsi tre utilises comme modle pour la gestion intgre desressources en eau transfrontalires en Asie Centrale. Le centre de lOSCE a soutenu laconcertation dans ce projet dans le cadre de la promotion de la coopration rgionale pourassurer une utilisation rationnelle et coordonne des ressources en eau en Asie Centrale(www.osce.org/astana/78071).

    35

    Exemple 13 : La coopration sur les fleuves Chu et Talas en Asie Centrale

    La Commission du Chu-Talas est lunique commission bilatrale pour les eaux transfrontaliresen Asie Centrale. Elle possde, au sein de laccord, des outils pertinents pour la compensationdes cots. Elle a t prsente comme meilleure pratique par lOrganisation pour la Scurit et laCoopration en Europe dans cette rgion o la situation des ressources en eau est critique. La coopration sur le fleuves Chu et Talas, partags entre le Kazakhstan et le Kirghizistan est unexemple de coopration bilatrale en Asie Centrale. Laccord relatif la Commission sign en2000 par les deux pays porte sur lutilisation entre les tats des installations hydrauliques desdeux fleuves.

    Larticle 1 de laccord prcise que lutilisation des ressources en eau et lexploitation desinstallations de gestion des eaux de statut intergouvernemental doivent tre destines laralisation de bnfices mutuels sur une base juste et quitable. Larticle 3 nonce que la partiequi possde des installations de gestion des eaux de statut intergouvernemental a droit uneindemnisation de la partie qui utilise ces installations.

    Les pays ont cr une Commission pour mettre en uvre la coopration sur les fleuves. Lesprincipaux objectifs en sont les suivants : coordonner et examiner les activits des acteurs lis lAccord ; dvelopper et mettre en uvre des activits conjointes pour satisfaire les demandes en eau du

    public et des entreprises ; fournir une valuation complte et des prvisions sur ltat des masses deau, rglementer

    lutilisation des ressources en eau afin dassurer un partage des bnfices mutuels, quitableet raisonnable ;

    se mettre daccord sur les indicateurs standards de la consommation et de prlvementsdeau, ainsi que pour lvaluation et le suivi de la ressource;

    convenir des documents rglementant les procdures dorganisation de lexploitation desinstallations inter-tats ;

    convenir des rgimes dexploitation des rservoirs deau et ajuster les rgimes et les limitesen fonction de la quantit deau relle et des demandes en eau des usagers ;

    laborer conjointement une procdure durgence en cas de catastrophe ; organiser lchange de prvisions hydrologiques et des donnes relatives la gestion de leau

    dans les bassins du Chu et du Talas ; convenir et coordonner les programmes de surveillance des masses deau, lvaluation des

    installations hydrotechniques et tablir un tat des lieux pour les eaux ; organiser conjointement la recherche et le dveloppement scientifiques dans le domaine de

    lexploitation des installations hydrauliques inter-tats.

  • 2 MISE EN PLACE DUNE COOPRATION TRANSFRONTALIRE

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    2.4.9 La coopration au travers de projets intgrs transfrontaliers

    Outre les cadres juridiques qui visent faciliter la coopration sur les ressources en eautransfrontalires, il existe une autre approche importante qui considre lintgration sectorielledes disciplines du droit, de la politique et de la recherche.

    Un exemple est le projet HELP (Hydrologie pour lenvironnement, la vie et la politique) duprogramme PHI (Programme Hydrologique International) de lUNESCO qui illustre laspect detransversalit et dengagement des acteurs du bassin dans une approche qui combine la foisle droit de leau, la politique et la science dans la gestion intgre des bassins versants.

    Un autre exemple vient du programme-cadre de lUnion Europenne, qui a financ desrecherches intgrant les diverses disciplines. Lexemple rcent du projet STRIVER (stratgie etmthodologie pour amliorer la GIRE - Une valuation intgre interdisciplinaire dans quatrebassins asiatico-europens) apporte des lments mthodologiques pour des approches degestion intgre, y compris des ressources en eau transfrontalires (voir le sitehttp://kvina.niva.no/striver/). Le projet met laccent sur la participation des acteurs, propose denouvelles approches sur la gouvernance de leau et a galement contribu favoriser etsoutenir le renforcement des capacits locales.

    36

    Cr en 1999, HELP est un programme transversal ; il interagit avec les thmes principaux duprogramme en tablissant un rseau mondial de bassins pour amliorer les liens entrelhydrologie et les besoins de la socit : leau et le climat, leau et lalimentation, la qualit de leau et la sant humaine, leau et lenvironnement.

    HELP vise offrir des avantages sociaux, conomiques et environnementaux aux scientifiques etaux acteurs par la recherche de lutilisation durable et approprie de leau grce : aux sciences hydrologiques lappui dune meilleure gestion intgre des bassins, lamlioration des relations complexes entre les processus hydrologiques, la gestion des ressources en eau, lcologie, la socio-conomie et llaboration de politiques.

    La carte des bassins de HELP/UNESCO est consultable sur le site :www.smhi.se/polopoly_fs/1.9834%21/HELP%20info.pdf

    Encart 6 : La GIRE dans la pratique - Hydrologie pour lenvironnement, la vie et la politique (HELP)

  • 2 MISE EN PLACE DUNE COOPRATION TRANSFRONTALIRE

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org 37

    Exemple 14 : Loi sur leau, politique et recherche dans le sous-bassin du Sesan (Mkong) -projet STRIVER

    Le projet STRIVER, financ par la Commission Europenne dans le cadre du 6e Programme-Cadre,a port sur 4 bassins dont deux asiatiques et deux europens. Une approche par tude de cas at utilise pour sassurer dune forte base concrte. Dbut en 2006 pour une dure de trois ans,il a impliqu quelque 13 partenaires de 9 pays.

    Le fleuve Sesan, lun des quatre bassins concerns, est parmi les plus grands affluents duMkong et possde un bassin-versant de 17 000 km2. Dans cette partie du monde, la saison despluies dure daot novembre inclus, avec normalement un maximum en septembre-octobre.Aprs lachvement en 2000 du barrage hydrolectrique de Yali au Vietnam, le rgime du fleuvesest trouv modifi en aval du barrage.

    La tche du groupe de projet du Centre a t didentifier les principaux acteurs et institutionsimpliqus dans la gouvernance du Sesan et de tenter dobtenir que ces parties discutent de leuravenir commun autour du fleuve. Une runion avec des reprsentants du Vietnam, du Cambodgeet de la Commission du Mkong a ainsi t organise, au cours de laquelle des visions dunavenir commun ont t abordes, grce lutilisation de scnarios futurs facilite par leschercheurs du Centre.

    Source : www.dundee.ac.uk/water/projects/striver

  • MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org38

  • 3 GOUVERNANCE DES ORGANISMES DE BASSINS TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    3 Gouvernance des organismes de bassins transfrontaliers

    3.1. Types dorganisations

    3.1.1 Elments de typologie des organismes de bassins transfrontaliers

    Un organisme de bassin transfrontalier peut tre dfini comme un dispositif institutionnelpermanent ddi tout ou partie de la gestion des eaux partages entre au moins deux pays.Cela recouvre un large ventail de types dorganisations remplissant des fonctions varies(voir encart sur les fonctions possibles dans la partie 3.2). Le cadre juridique et le statut deces institutions sont souvent dtermins par le contexte et lhistoire du bassin, ainsi que par lemandat attribu la structure mise en place par les tats membres. On peut schmatiquement distinguer trois niveaux de mandats globaux des organismes debassins transfrontaliers, dans lordre croissant dimportance :

    1. un simple mandat dinformation, centr sur lchange de donnes et des tchesessentiellement techniques et dexcution ;

    2. un mandat consultatif, pour lequel lorganisme participe en tant quinstitutioncomplmentaire aux tats mais na pas pouvoir de dcision ;

    3. un mandat dcisionnel, induisant de fait une perte partielle de souverainet des tats auprofit de lorganisme dans le domaine des eaux partages.

    En rgle gnrale, la cration dune structure permanente fait suite un accord entre les paysriverains du bassin. On relve que cet accord se limite dans la plupart des cas une partie duterritoire des pays concerns, puisque le primtre du bassin ne correspond pas aux frontiresde chaque pays.

    Dune manire globale ds lors que leau est partage entre plusieurs pays, il est souhaitableque laccord de coopration prvoie la cration dun organisme de bassin transfrontalier, ensappuyant sur un tat des lieux et une hirarchisation des problmes du bassin. En outre, ilest important de dfinir les sujets de coopration par une approche lchelle de lensembledu bassin et dassurer la participation dans lorganisme de tous les pays riverains, quelle quesoit leur importance.

    39

    POINTS CLS

    Les accords entre pays doivent favoriser la cration dorganismes de bassintransfrontalier pour aider la mise en uvre des objectifs fixs.

    Les organismes de bassin transfrontalier existants fournissent desinformations intressantes en fonction du contexte, tant sur le typedinstitution que sur le mandat et le fonctionnement.

    Dans certaines situations, il peut tre prfrable de dvelopper un organismede bassin transfrontalier de faon progressive.

    Le choix des fonctions de lorganisme de bassin doit rsulter dune analysefine des fonctions dj assures nationalement. La mise en uvre des outilsde gestion est une fonction particulirement cruciale.

    La prsence dun organe assurant les fonctions excutives au sein delorganisme est souvent souhaitable.

  • 3 GOUVERNANCE DES ORGANISMES DE BASSINS TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Aucune structure ne peut tre considre comme un modle universel car elles sont chaquefois tablies pour des eaux spcifiques ainsi quun contexte gopolitique et socio-conomiqueparticulier. Nanmoins, certains principes qui amliorent lefficacit de la structure et de lacoopration peuvent tre retenus. Cela comprend notamment : une large comptence de la structure conjointe pour permettre la mise en uvre de la

    GIRE, un mandat et une organisation institutionnelle clairement dfinis permettant ladoption de

    dcisions et leur mise en uvre, un cadre juridique progressivement consolid, des mcanismes efficients de coopration entre les autorits nationales et la structure de

    bassin transfrontalier, des mcanismes de rapportage, des disponibilits financires pour soutenir les programmes et les structures conjoints, des mcanismes pour promouvoir la participation du public et des parties prenantes dans

    les activits de la structure conjointe.

    La structure de bassin a une taille variable et approprie son mandat et la taille du bassin :par exemple, le secrtariat pour la Commission des bassins de la Moselle - Sarre accueille 2personnes alors que le secrtariat de la Commission du Mkong est compos de 120 agents.

    3.1.2 volution des organismes de bassins transfrontaliers

    Dans de nombreux cas, les institutions correspondent des structures bilatrales oumultilatrales qui nenglobent pas la totalit des pays riverains. Par exemple la CICOSregroupe 4 pays sur les 10 pays concerns par le bassin versant du fleuve Congo et laCommission du Mkong comprend 4 pays sur les 6 concerns par le bassin.

    La conclusion daccords bilatraux doit tre vue comme une tape mais pas comme unesubstitution une coopration sur lensemble du bassin transfrontalier.

    Dans certains cas, laccord entre les pays prvoit ds le dpart la mise en place dunestructure de bassin. Dans dautres cas, le trait ou laccord international ne prvoyant pasimmdiatement la cration dun tel organisme, ce nest quau fil du temps et de lexprience,voire de lvolution du mandat que la ncessit de mettre en place un organisme de bassintransfrontalier se fait ressentir.

    40

    Exemple 15 : Mise en place progressive des organes du bassin de lOkavango

    Guids par lide de grer le bassin du fleuve Okavango dans son ensemble, les trois tatsdAngola, du Botswana et de la Namibie ont sign en 1994 un accord sur la cration de laCommission de lOkavango (OKACOM). Laccord engage les tats membres promouvoir undveloppement durable et coordonn des ressources en eau.

    Le pragmatisme a conduit les tats membres une mise en place progressive des organes delOKACOM selon les tapes suivantes. En 2004, la commission a reconnu le besoin de mettre en place un secrtariat pour excuter

    ses dcisions. En 2005, signature dun protocole daccord pour la cration du Secrtariat de la Commission

    (OKASEK) puis tablissement dun guide de procdures. En 2006, dfinition de la structure organisationnelle de la Commission Permanente du Bassin

    de lOkavango.

    Suite

  • 3 GOUVERNANCE DES ORGANISMES DE BASSINS TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Dans le cas dune simple reprsentation gouvernementale dans une commission (oucommission mixte), il ny a pas dorganisme de bassin transfrontalier proprement parler(pas dorgane excutif) et les activits se rsument aux runions des reprsentants officielsdes pays. Cela constitue une premire tape pour conforter la volont politique de cooprer,apprendre travailler ensemble, dvelopper une confiance entre les membres et favoriser leschanges dinformation et donnes. Mais ce systme doit si possible voluer vers unestructure permanente de bassin, afin de permettre la mise en place dun secrtariat permanentqui amliorerait la gestion coordonne et assurerait la mise en uvre de laccord.

    Avec le temps, lvolution des pratiques de coopration entre les pays riverains du bassin, lechangement dans le mandat, le degr dactivits, les tches de gestion et lexprience peuventengendrer un changement de statut de la structure. Les commissions de la Moselle et de laSarre ont par exemple fonctionn dabord sans secrtariat.

    41

    En 2007, un accord est pris entre les trois gouvernements sur la structure de la Commissionet sur la localisation du secrtariat au Botswana pour la priode 2007-2010.

    En avril 2007, laccord sur la structure permanente de la Commission est revu pour salignersur le protocole rgional rvis de la SADC sur les cours deau partags.

    Plus rcemment en 2010, le protocole sur le partage des donnes hydrologiques a t sign.

    La Commission est compose de trois reprsentants de chaque pays. Le Secrtariat est un organeinterne, mandat pour assister lOKACOM dans la mise en uvre des dcisions. Il a un rle dansle partage de linformation et dans la communication.

    Le Forum du bassin, comit transfrontalier qui regroupe 10 reprsentants locaux de chaque pays,a t mis en place avec pour but de partager les expriences et de gnrer une vision gnrale dupaysage socio-conomique et hydro-environnemental du bassin, en vue de faciliter la formulationde plans dactions fonds sur le contexte local.

    Pour plus dinformations consulter le site : www.okacom.org

    La structure organisationnelle est la caractristique la plus vidente permettant de distinguerplnipotentiaires (reprsentants gouvernementaux munis des pouvoirs) et commissions mixtes.Les plnipotentiaires ont une structure organisationnelle relativement simple, alors que lescommissions mixtes ont gnralement une structure plus dveloppe.

    Les commissions mixtes comprennent le plus souvent une instance (ou organe) dcisionnelle etdes organes de travail ou subsidiaires. La structure organisationnelle des commissions mixtespeut inclure des lments tels quune confrence des Parties (plnire de la commission), desdlgations des Parties, une instance compose des chefs des dlgations, un prsident de lacommission, un secrtariat, des groupes de travail, des groupes dexperts, une commissiondaudit, un groupe consultatif des bailleurs de fonds, un centre dinformation, un centre deformation, des bureaux nationaux et des observateurs. Malgr la diversit des structuresorganisationnelles des commissions mixtes, il est important pour ces commissions davoir, en plusdes instances de dcision, des organes excutifs et oprationnels afin dassurer la continuit et lacohrence des activits ainsi que la mise en uvre des dcisions.

    De nombreuses expriences existent travers le monde sur les aspects institutionnels de crationde commission mixte, en particulier sur les rgles de procdure, les principes et les processus deprise de dcision, les dispositions pour le secrtariat, les rgles de personnalit juridique. Lescommissions mixtes ont dvelopp des mcanismes pour assurer la participation du public.

    Encart 7 : Plnipotentiaires et commissions mixtes

  • 3 GOUVERNANCE DES ORGANISMES DE BASSINS TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Beaucoup dorganisations peuvent amliorer leurs activits par des mcanismes derenforcement institutionnel et organisationnel tels que : obtenir une meilleure reprsentation des autorits nationales dans lorganisme de bassin

    conjoint, amliorant ainsi la coordination avec le niveau national ; susciter des engagements financiers et en moyens de fonctionnement (mise

    disposition de personnel, de locaux, dinstruments) de la part des gouvernements despays riverains, pour faciliter le fonctionnement des organes et la mise en uvre desprogrammes conjoints ;

    tablir des organes dexcution et de fonctionnement (au moins un secrtariatpermanent) ;

    introduire des mcanismes de participation et daccs linformation ; dvelopper des exigences de rapportage.

    De plus, favoriser linnovation technologique et laction en relation avec le secteur priv peutcontribuer lefficacit de la coopration.

    3.1.3 Types dorganisations existantes

    Ainsi en fonction des besoins, des situations locales et de lhistoire, diffrentes formules ontt adoptes pour organiser les fonctions utiles en ce qui concerne la gestion de leau auniveau des bassins transfrontaliers. Mme si aucune option nest considrer commeuniverselle, il est intressant de sinspirer des types dorganismes qui existent etfonctionnent avec succs, lorsque lon sinterroge sur la mise en place ou la rorganisationdun organisme de bassin transfrontalier. Ces diffrentes options peuvent se regrouper dansles catgories suivantes :

    42

    Exemple 16 : Moselle - Sarre ; une naissance progressive

    Suite la convention sur la canalisation de la Moselle en octobre 1956, les gouvernements des 3pays, Allemagne, France et Luxembourg signrent, le 20 dcembre 1961 Paris, la conventionportant cration dune Commission internationale pour la protection de la Moselle contre la pollution.Pour la Sarre, le plus important affluent de la Moselle, la convention portant cration dunecommission quivalente fut signe simultanment entre lAllemagne et la France en 1956. Les deuxprotocoles entrrent en vigueur le 1er juillet 1962.

    Le sujet majeur tant celui de la pollution, ds 1963 furent instaurs deux groupes par commission,chargs respectivement de suivre la qualit des eaux et de proposer des mesures techniques pour ladpollution des rivires. En 1964, les commissions mirent en place en place un rseau internationalde suivi de la qualit des cours deau.

    Pour renforcer encore davantage leur coopration, les tats contractants signrent le 22 mars 1990 Bruxelles un protocole complmentaire relatif la cration dun secrtariat commun. Depuis 1991, cesecrtariat qui a son sige Trves seconde les commissions dans laccomplissement de leursmissions, suit et coordonne les travaux correspondants. A ce jour, il est compos de deux personnes temps plein et deux mi-temps. Cet exemple rvle que linstauration dun dispositif de gestion debassin transfrontalier peut fonctionner valablement et avec succs dune faon progressive, sansncessiter ds le dpart la cration dun lourd dispositif institutionnel.

  • 3 GOUVERNANCE DES ORGANISMES DE BASSINS TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    les commissions internationales administratives, avec ou sans secrtariat permanent,o sigent essentiellement des reprsentants des Ministres concerns afin dassurerune coordination entre leurs diffrents projets sur un mme cours deau ou aquifre,changer des informations et des donnes formalises ou non, en particulier sur dessituations durgence, dfinir des rgles communes (relatives par exemple lanavigation), assurer le cas chant la rpartition des ressources en eau disponibles (oules bnfices qui en sont issus) entre les pays ainsi quentre les catgories dusages,surtout en priodes critiques ou lorsquil existe des ouvrages de rgulation. Lescommissions internationales ont souvent un rle limit la formulation derecommandations aux tats membres sur la gestion de leau ;

    les autorits arbitrales, auxquelles les parties intresses soumettent pour dcision lesconflits qui apparaissent. Cest le cas par exemple de la Commission mixteinternationale (IJC) entre les tats-Unis et le Canada, ou encore de la Commissioninternationale de leau de la frontire (CILA) entre tats unis et Mexique ;

    les organisations ou autorits de bassin favorisant ou mme assurant la matrisedouvrage de grands amnagements structurants ou combins. Cest le cas pour lanavigation, la lutte contre les inondations, les transferts deau, la cration de rservoirsnotamment pour lirrigation, la production hydrolectrique, etc. Ces organismes, parfois crs sous forme dentreprises de droit public ou priv, sonten gnral concessionnaires dquipements collectifs dont ils assurent la construction etla gestion long terme, soit le plus souvent en vendant des prestations, de llectricitou de leau brute, soit en percevant des redevances spcifiques, notamment sur letransport fluvial. De par leurs rles, ces organisations ncessitent la fois un organepolitique de dcision et un organe technique dexcution ;

    les agences qui sont charges de recueillir des donnes, dassurer des tches deplanification moyen terme, voire de collecter des redevances sur les prlvements etles rejets pour financer ou soutenir la ralisation des investissements ncessaires lobtention des objectifs fixs ;

    les comits ou conseils de bassin, ou des groupes de travail spcifiques, quirunissent auprs des administrations les reprsentants des pouvoirs locaux, dessecteurs conomiques utilisateurs de leau, de la socit civile et des usagers de leau.Ils peuvent tre consultatifs ou dcisionnels, notamment en matire de planification, defixation de redevances, de rpartition des ressources disponibles ;

    des structures ou initiatives difies pour mener bien des projets ou programmes,cres en gnral de faon temporaire, parfois sous limpulsion dun partenaire, pour letemps de la ralisation dun programme spcifique dactivits faisant lobjet dunfinancement particulier.

    Dans tous les cas de figures, les dispositions institutionnelles mises en place doiventpermettre daboutir terme ltablissement dune structure conjointe de gestion du bassin.La smantique retenue pour dnommer linstitution, par ailleurs nuance suivant les languesemployes, importe beaucoup moins que son mandat effectif.

    43

  • 3 GOUVERNANCE DES ORGANISMES DE BASSINS TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    3.2. Types de fonctions des organismes de bassins transfrontaliers

    Les fonctions des organismes de bassin transfrontalier sont varies et peuvent tre multiples.On en considre trois grandes catgories : fonctions de coordination et de conseil pour appuyer les tats membres dans la mise en

    uvre des termes de leur accord ; fonctions dexcution, cest--dire lensemble des activits directes de la structure en

    conformit avec son mandat (gestion des donnes, systme dinformation, planification etprogrammation, etc.) ;

    fonctions de contrle de la mise en uvre de laccord (suivi de la mise en uvre).

    Le choix des fonctions de lorganisme de bassin transfrontalier doit rsulter dune analyse finedes fonctions assures par chaque pays riverain (tat des lieux institutionnel) qui guidera ladcision politique lors de laccord entre les gouvernements des pays (ou sa rvision). Dans lechoix de ces fonctions, il convient de soutenir la mise en uvre des outils ncessaires pourcoordonner entre eux les pays riverains. Il sagit en particulier : des systmes de surveillance, dobservation et dinformation sur leau (cf. chapitre 4) ; des rseaux dannonce des crues, des scheresses, des pollutions ainsi que les

    mcanismes de prvention et dintervention destins faire face aux dsastres provoquspar les eaux et protger les vies humaines et les biens ;

    des mthodes et moyens de consultation et de mobilisation des populations concernes(cf. chapitre 6) ;

    44

    Selon la Convention de la CEE-ONU sur la protection et lutilisation des cours deautransfrontaliers et des lacs internationaux, il existe trois grands types de dispositifs institutionnelspour les accords inter-tats sur les eaux transfrontalires : sans dsignation dune institution pour mettre en uvre laccord ; la nomination de plnipotentiaires (reprsentants gouvernementaux) ; la cration dune commission mixte charge de la mise en uvre de laccord.

    Les commissions mixtes lemportent dans la pratique internationale, tandis que lesplnipotentiaires sont surtout prsents dans les accords entre les pays dEurope Centrale et delEECCA (Europe Orientale, Caucase et Asie Centrale).

    Toutefois, dans les accords conclus depuis le dbut des annes 1990 par, ou avec la participationdes pays de lEECCA, linstitution de plnipotentiaires ne prvaut plus. En fonction de leur champdapplication, les accords sur les cours deau et les organes communs peuvent tre diviss entreceux qui couvrent le bassin entier dun cours deau transfrontalier, une partie dun bassin, les eauxfrontalires seules, ou la coopration dans le cadre dun projet, un programme ou une utilisationparticulire dun cours deau transfrontalier.

    Malgr lexigence de la Convention sur lEau de dfinir les eaux concernes par les accords, dansbon nombre de cas elles ne sont pas prcises. Des efforts pour parvenir de nouveaux accordset tablir de nouvelles instances communes entre, ou avec la participation des pays de lEECCApeuvent commencer par la promotion dactivits conjointes avec les autorits nationales des tatsriverains sur des questions techniques, ou dans des domaines spcifiques de coopration, ainsique des activits conjointes dONG et dautres acteurs.

    Les organisations internationales peuvent offrir une expertise prcieuse et devenir des facilitateursneutres du dialogue entre les tats riverains.

    Pour plus dinformations, consulter le site : www.unece.org/index.php?id=11628&L=0

    Encart 8 : Tendances et pratiques dans les accords et les institutions

  • 3 GOUVERNANCE DES ORGANISMES DE BASSINS TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    des pratiques de planification long terme et de programmation des investissementsprioritaires (cf. chapitre 7) ;

    des mcanismes de financements appropris (cf. chapitre 8) ; des mesures adquates pour prvenir lintroduction et la dissmination despces

    aquatiques invasives, qui causent des dommages cologiques et conomiquesconsidrables et dont on dcouvre continuellement de nouveaux spcimens.

    La plupart de ces fonctions sappliquent la fois aux eaux de surface et souterraines mais ilest impratif de conclure des accords pour les aquifres transfrontaliers (cf. chapitre 5) : dune part en raison de leur fragilit, notamment celle des nappes fossiles et de la dure

    de restauration des situations dgrades, tant sur le plan quantitatif que qualitatif ; dautre part du fait du retard dans le domaine des eaux souterraines transfrontalires par

    rapport aux eaux de surface.

    L o des organismes de bassin de fleuve (ou de lac) transfrontalier existent et fonctionnentcorrectement, il est souhaitable de rechercher un largissement du mandat de ces organismesaux eaux souterraines transfrontalires, mme si le primtre concern par le systmeaquifre nest jamais en relle correspondance avec le primtre du bassin deau de surface.Cette approche prsentera lavantage dutiliser des moyens et comptences existants etdviter une superposition dorganismes.

    Il est galement important que lorganisme de bassin transfrontalier assure ou facilite lacoopration avec les structures qui uvrent sur les eaux ctires et marines du bassin.

    Parfois, le premier accord qui permet la mise en place dun organisme de bassintransfrontalier ne couvre quun ou quelques domaines dintervention : la navigation et lecommerce fluvial par exemple. Par la suite, la comptence slargit et permet dinclure, au grdes volonts politiques, dautres domaines tels que la pche, lirrigation, la rgulation de leau,la production hydrolectrique, la lutte contre les inondations, etc.

    45

    La Convention Eau des Nations Unies de 1997 dfinit 10 catgories de fonctions que lesorganismes de bassin transfrontalier devraient assurer. Il sagit respectivement de :

    1. la collecte, la compilation et lvaluation des donnes en vue didentifier les sources depollution qui engendrent un impact transfrontalier ;

    2. llaboration de programmes de suivi conjoints relatifs la qualit et quantit de laressource ;

    3. ltablissement dinventaires et lchange dinformation sur les sources de pollution quiengendrent un impact transfrontalier ;

    4. llaboration de limites dmission pour les eaux uses et lvaluation de lefficacit desprogrammes de contrle ;

    5. llaboration conjointe de critres, dobjectifs de qualit et la proposition de mesures pourmaintenir et si ncessaire amliorer la qualit des eaux ;

    6. le dveloppement de programmes daction concerts pour la rduction des chargespolluantes provenant des pollutions accidentelles et des pollutions diffuses ;

    7. ltablissement de procdures dalerte ;8. servir de forum dchange dinformation sur les utilisations existantes et prvisionnelles

    de la ressource et sur les installations lies qui engendrent un impact transfrontalier ;9. promouvoir la coopration et lchange dinformation sur les meilleures technologies

    disponibles et encourager la coopration dans les programmes de recherche scientifique ;10. la participation lvaluation de limpact environnemental relatif aux eaux transfrontalires,

    en conformit avec les rgles internationales appropries.

    Encart 9 : Catgories de fonctions des organismes de bassin transfrontalier

  • 3 GOUVERNANCE DES ORGANISMES DE BASSINS TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Peuvent galement venir les sujets de la protection et de lutilisation des eaux souterraines, lesmesures pour la prservation de la qualit des eaux, la protection des cosystmes, laprservation des paysages, la diversit du patrimoine, lchange de technologies et la participationdu public. Il convient de favoriser les changes dexpriences concrtes de terrain ainsi que lacomparaison des approches et des mthodes entre responsables et techniciens concerns,notamment en soutenant laction des rseaux spcialiss de coopration dans ce domaine.

    3.3 Fonctionnement des organismes de bassins transfrontaliers

    Il convient de distinguer la gestion du bassin et la gestion de lorganisme de bassin.

    Pour tre pleinement oprationnel, cest--dire pour mettre en uvre concrtement les termesde laccord international de bassin, il est prfrable davoir une structure dexcution (unsecrtariat excutif, un haut commissariat, un secrtariat gnral, par exemple) au cur dudispositif avec des fonctions dfinies.

    46

    Exemple 17 : Rles des organismes communs transfrontaliers dans les pays EECCA

    Avec le temps, la comptence des instances communes en Europe Orientale, Caucase et AsieCentrale (EECCA) sest considrablement largie pour inclure de nouveaux domaines et un mandatenvironnemental croissant. Les fonctions et les tches sont devenues compltes et diversifiespour permettre aux organismes communs et aux tats riverains de mettre en uvre une approchepar bassin et les principes de la GIRE.

    Ces fonctions comprennent : (a) la fonction de coordination et de conseil ; (b) la fonction dexcution ; (c) la fonction de contrle de la mise en uvre et de rglement des litiges.

    Les fonctions des instances communes sont dtailles dans les tches qui leur sont confies autravers daccords pertinents. La Convention sur leau de la CEE-ONU numre les tchesminimales qui doivent tre confies aux organes communs crs dans le cadre de la convention.En pratique, les mandats de nombreux organismes communs individuels comprennent galementdes tches supplmentaires.

    Gestion du bassin transfrontalier

    Bassin de rivire, de lac et/ou daquifre Gestion des ressources en eau : allocation

    entre les usages, partage des bnficesentre les pays, connaissance de laressource, prservation des cosystmes,liens avec la gestion urbaine, forestire,agricole, nergtique

    Rgles de gestion des ressources Planning, plan de gestion Programme de mesures et dactions

    Gestion de lorganisme de bassintransfrontalier

    Structure : type dorganisation, statut,dispositions institutionnelles, existence dunsecrtariat

    Rle dans le paysage institutionnel desressources en eau, en particulier par rapportaux institutions nationales

    Gouvernance, organigramme, organes Gestion financire de lorganisme,

    comptabilit, systme de financement dufonctionnement, des investissements

    Gestion des ressources humaines, capacitsdes personnels, formations

    Gestion des services

    Encart 10 : Gestion des organismes et des bassins

  • 3 GOUVERNANCE DES ORGANISMES DE BASSINS TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org 47

    Il ny a pas dorganigramme type pour une telle structure, mais lexprience montre que celle-ci doit comprendre diverses composantes (direction, dpartement) traitant des questionstechniques, financires, des ressources humaines, de la communication, de la gestion desdonnes et dote de moyens en personnel et en matriel ainsi que dun financement durable.

    Des exemples de dcisions cls prendre trs tt dans la mise en place dun organisme debassin transfrontalier sont : la question de la (ou des) langue(s) officielle(s) ; les rgles de procdure et le rglement intrieur de lorganisme de bassin transfrontalier et

    de ses entits (par exemple, aspects relatifs aux convocations aux runions, laprsidence, aux nominations des responsables politiques et techniques, aux rgles deprise de dcision - consensus ou vote avec majorit qualifie, lunanimit, rgles dequorum, part des voix des pays en fonction de leur importance dans le bassin ou aucontraire sans lien avec cette donne).

    Exemple 18 : Fonctionnement de la Commission du Mkong

    Chaque anne, les Ministres en charge de leau et de lenvironnement du Cambodge, du Laos, dela Thalande et du Viet Nam se runissent pour discuter des problmes qui mergent en ce quiconcerne le bassin du bas Mkong. En tant que membres du Conseil de la Commission du fleuveMkong (MRC), ils examinent la situation du basin et tablissent des conclusions communes surla gestion et le dveloppement de leau et des ressources lies, dans le cadre de laccord de 1995.

    Le Comit conjoint de la MRC qui comprend des hauts fonctionnaires des quatre pays, appuypar les agences nationales et les Ministres des affaires trangres, reprend les dcisionspolitiques du Conseil pour les mettre en uvre sous forme dactions. Le Secrtariat facilite lesrunions rgionales des membres des pays et fournit les conseils techniques sur la planification,la coordination et la coopration. Il travaille aussi troitement avec les structures nationales decoordination, les Comits nationaux du Mkong et dautres agences ou institutions dtat. LaChine et le Myanmar ne sont engags que dans un processus de dialogue partenarial.

  • 3 GOUVERNANCE DES ORGANISMES DE BASSINS TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org48

    Schma 2 : Structures de la Commission du Mkong

    Gouvernementdu Cambodge

    Gouvernementdu Laos

    ConseilMembres de Niveau

    ministriel

    Gouvernementde Thalande

    Gouvernementdu Vietnam

    Comit conjointNiveau Chef dedpartement

    ComitNational MkongAgences membres

    Secrtariat MRCPersonnel technique

    et administratif

    Groupe consultatif

    des bailleurs

    Structure oprationnelle - Secrtariat de la MRC

    Directeur gnral

    Section Finance & administration

    DivisionPlanification

    ProgrammePlan

    de Bassin

    ProgrammeEnvironnement

    ProgrammeGestion

    des inondations

    ProgrammeGestion des

    connaissancesinformatiques

    InitiativeAdaptationChangementClimatique

    InitiativeHydrolectricit

    durable

    ProjetGIRE

    Mkong

    ProjetGestion

    Bassin versant

    DivisionEnvironnement

    DivisionAppui Technique

    Divisiondes Oprations

    Bureau du DGUnit de Coordination Technique

    Section Dveloppement des Ressources HumainesProgramme Intgr de formation

    Section Communication &Coopration Internationale

    ProgrammeAgriculture& irrigation

    ProjetGestion

    Scheresse

    ProgrammePches

    ProgrammeNavigation

  • 3 GOUVERNANCE DES ORGANISMES DE BASSINS TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org 49

    Schma 3 : Organisation de la Commission du basin de lOder

    Commission Internationalede lOder

    Runion des chefs de dlgation

    Groupe 1DCE

    Groupe Monitoring

    Groupe Gestion des donnes

    Groupe Plan Gestionde Bassin

    Groupe Analyse

    conomique

    Groupe Rapport

    Groupe 2Inondation

    Groupe 3Pollutions

    Groupe 4Problmes

    rglementaires

    Secrtariat

    Exemple 19 : Commission du bassin de lOder

    LOder est partag entre lAllemagne, la Pologne et la Rpublique Tchque. Lorganisation dusecrtariat de lICPO (Commission internationale pour la protection de lOder) reflte parfaitementle mandat et les objectifs que les trois pays riverains ont assign lorganisation, savoir : la prvention des pollutions ; la prvention et la rduction du risque dinondation ; latteinte du bon tat cologique des cosystmes, conformment la Directive Cadre

    europenne sur lEau (DCE) ; la coordination de la mise en uvre de la DCE.

    Le fonctionnement du secrtariat en groupes de travail permet une adaptation facile et unevolution progressive en fonction des besoins. En effet, alors que la convention sur la merBaltique date de 1990, la convention instituant lICPO a t signe en 1996, avec les premiersgroupes de travail par thme (pollution, plan de gestion, aspects rgaliens). Suite aux inondationscatastrophiques de 1997, un quatrime groupe de travail sur les inondations a t institu. Mais ila fallu attendre lanne 2000 pour que le secrtariat permanent soit officiellement install.

  • MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org50

  • 4 SYSTMES DINFORMATION ET SUIVI TRANSFRONTALIER

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    4 Systmes dinformation et suivi transfrontalier

    Les deux premires parties de ce chapitre approfondissent les aspects relatifs la transmission, la gestion et au traitement des donnes au niveau transfrontalier. Lacquisition des donnes estconsidre comme un sujet national : sauf exception, les donnes sont recueillies par les pays,qui les envoient lorganisme de bassin transfrontalier. Les aspects relatifs la modlisation partir des donnes du systme dinformation sont traits dans la partie 7.2 (Outils deplanification transfrontalire).

    4.1 Enjeux relatifs aux systmes dinformation

    La gestion des ressources en eau dans les bassins transfrontaliers ncessite dorganiser laproduction et le partage des informations rpondant aux attentes des parties prenantes pour lesdiverses oprations de planification, suivi, valuation, prvention, alerte, etc. Les gestionnaires debassins transfrontaliers doivent tre en mesure dobtenir des informations fiables, jour etpertinentes, quand ils en ont besoin et sous une forme qui leur convient.

    Or, lchange dinformations et de donnes sur un bassin transfrontalier est souvent difficile lafois pour des raisons structurelles (quand il nexiste pas daccord ou de protocole entre les payspour ce faire) et pour des raisons techniques (lies aux difficults de collecte des informations,dharmonisation des formats des donnes, des dfinitions, des mthodes danalyse, de lafrquence de recueil des donnes, de la densit des rseaux de surveillance et du traitement desdonnes). Les donnes et informations sont en effet souvent disperses, htrognes,incompltes et sont rarement comparables ou adaptes la prise de dcisions objectives. Ungrand nombre dorganisations publiques, parapubliques voire prives produisent et grent desdonnes, mais nont souvent pas les moyens ni les documents guides pour changer, assembler,standardiser, rsumer et capitaliser les donns quelles-mmes et dautres possdent.

    Au-del de ces difficults il existe un problme plus gnral de rticence des autorits nationales fournir aux pays voisins des informations considrs comme dautant plus stratgiques quelon se situe en zone de raret de ressource. Cest par exemple la situation rencontre dans lebassin mditerranen. De plus la valorisation conomique de leau travers lhydrolectricit, laproduction agricole irrigue et la navigation peut accrotre ces rticences.

    51

    POINTS CLS

    Les systmes dinformation sur les bassins transfrontaliers, qui peuvent tremis en uvre par lorganisme de bassin, sont des instrumentsfondamentaux pour le dveloppement de la GIRE.

    La bonne mise en uvre de tels systmes ncessite dabord une analyse desbesoins et de la capacit grer les donnes. Une approche par tape peutsouvent savrer utile.

    Les systmes dalerte relatifs aux inondations font parties des domainesimportants traiter lchelle de lensemble du bassin.

    Les indicateurs de performance de la gestion de bassin peuvent treappliqus pour amliorer la gestion des eaux du bassin transfrontalier.

  • 4 SYSTMES DINFORMATION ET SUIVI TRANSFRONTALIER

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    4.2 Mthodologie de mise en uvre des systmes dinformation

    Les systmes dinformation sont des instruments fondamentaux pour le dveloppement dela gestion intgre sur les bassins transfrontaliers : ils constituent des outils visant faciliter la production et le partage des informations attendues par les parties prenantes.Compte tenu des enjeux, leur dveloppement ncessite de travailler dune part sur lesquestions institutionnelles, organisationnelles et de gouvernance et dautre part sur lesquestions techniques relatives la mise en uvre du systme dinformation.

    Au niveau organisationnel (cf. chapitre 2), il sagit au pralable de confirmer la volontpolitique de travailler ensemble la production dinformation partage, de saccorder sur lecadre de gouvernance et dorganiser le dveloppement du systme en troite concertationavec les parties prenantes dans un souci de recherche permanente de solutiongagnant/gagnant. Au niveau de la gouvernance (cf. chapitre 3), lorganisme de bassintransfrontalier, lorsquil existe, pilote gnralement le dveloppement du systmedinformation. Il peut aussi jouer un rle danimateur des groupes de travail mis en placepour la production et le partage des informations de synthse.

    Sur le plan technique, le systme dinformation doit tre construit en cherchant avant tout faciliter la production et la mise disposition dinformations utiles aux prises dedcision. Il sappuiera autant que possible sur une identification claire des besoins, tout envalorisant les systmes dinformation nationaux ainsi que les informations existantes auniveau des partenaires producteurs de donnes.

    52

    La mise en place de programmes communs de surveillance et dvaluation des eauxtransfrontalires est une exigence fondamentale de la Convention de la CEE-ONU sur laprotection et lutilisation des cours deau transfrontaliers et des lacs internationaux. Desvaluations prcises bases sur des programmes de surveillance bien organiss, sontessentielles pour prparer les actions politiques appropries, y compris au niveautransfrontalier o le besoin dune base commune pour la prise de dcision ncessite desmthodes harmonises et comparables. Les stratgies de surveillance et dvaluation desfleuves, lacs et des eaux souterraines transfrontaliers constituent un outil primordial,synthtisant lexprience acquise dans le cadre de la Convention Eau de la CEE-ONU.

    Les diffrents usages, les fonctions et les questions lies la gestion de leau doivent tre bienconnus, documents et hirarchiss afin didentifier les besoins en information les plusimportants pour mettre en place un systme utile de surveillance et dvaluation des bassinshydrographiques ou aquifres transfrontaliers. Le suivi doit permettre des valuations de ltatactuel de la quantit et de la qualit de leau et de leur variabilit dans lespace et le temps. Lasurveillance doit tre un appui la prise de dcision et la gestion oprationnelle de leau,ainsi que dans des situations critiques.

    Le suivi et lvaluation des cours deau suivent une squence dactivits, montre dans la figureci-aprs. Les rsultats produits par chacun des lments sont utiliss dans les lmentsconscutifs du cycle. Par itration du cycle, les besoins en informations sont affins ou - si lespolitiques ou les objectifs ont chang - redfinis.

    Pour plus dinformations consulter le site : www.unece.org/index.php?id=11683

    Encart 11 : Stratgies et directives pour la surveillance et lvaluation des eaux transfrontalires

  • 4 SYSTMES DINFORMATION ET SUIVI TRANSFRONTALIER

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    4.2.1. Analyse des besoins et diagnostic de la gestion des donnes

    Analyse des besoins en informationLanalyse des questions relatives la gestion de leau est la base ncessaire pour prciser lesbesoins en information. Ceux-ci concernent gnralement : ltat des ressources en eau, en quantit et en qualit ; les usages (eau potable, irrigation, hydrolectricit, loisirs) et amnagements associs,

    ainsi que leurs impacts sur la qualit des ressources en eau, les fonctions descosystmes (maintien de la vie aquatique) ;

    les problmes (inondations, sdimentation, salinisation, pollution, scheresse) ; les mesures prises pour rsoudre les problmes et amliorer lutilisation ou le

    fonctionnement du cours deau.

    Les activits pralables sont donc la dfinition des fonctions et des usages du bassin,llaboration dtats des lieux, la dfinition des critres et des objectifs, lvaluation deslgislations sur leau afin didentifier les dispositions importantes pour le suivi et lvaluation.Des enqutes peuvent ensuite tre lances pour analyser les besoins en information des diverspartenaires afin que chacun puisse bnficier du systme.

    Lanalyse des besoins en informations peut tre aussi loccasion danalyser les besoins despartenaires en termes de : logiciels et quipements pour le traitement des donnes ; prestations ou service externe en ligne (Internet) pour hberger/traiter les donnes et

    diffuser linformation ; formation pour renforcer les capacits techniques sur la gestion, le traitement et la

    valorisation des donnes.

    53

    Schma 4 : Cycle de surveillance et dvaluation (CEE-ONU 2006)

    Besoins dinformations

    Srategies dinformation

    Collecte et suivides Donnes

    Gestion de leau

    Utilisation de linformation et rapportage

    valuation et gestiondes Donnes

  • 4 SYSTMES DINFORMATION ET SUIVI TRANSFRONTALIER

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Analyse des capacits dadministration des donnes

    Identification des acteurs

    Compte tenu de la diversit des thmes traiter (eaux de surface, eaux souterraines, aspectsquantit, qualit, usagers, usages, infrastructures, donnes socio conomiques etenvironnementales, information gographique), le nombre dorganisations produisant desdonnes au niveau rgional, national et local peut savrer important. Il est donc recommandde commencer par raliser un inventaire des organismes producteurs et danalyser leurdomaine gographique dintervention, les thmes sur lesquels ils interviennent ainsi que lesdivers processus de collecte grs par eux.

    Inventaire des sources de donnes existantes (catalogues de mtadonnes)

    Rechercher les donnes sur leau et comprendre comment elles peuvent tre utiles entrainesouvent des pertes de temps et des dpenses, qui peuvent constituer des obstacles majeurs une bonne utilisation des donnes existantes. Aussi, faire linventaire des sries de donnes etde linformation existante est-il essentiel pour : identifier les donnes, les informations existantes et leur accessibilit ; dterminer les rgles de production et daccs aux donnes ; vrifier que la qualit des donnes disponibles satisfait les besoins des usagers.

    Dresser un inventaire doit tre une activit collaborative : lorsque les inventaires sontorganiss sur des catalogues en ligne de mtadonnes, les partenaires peuvent directementintgrer les donnes quils grent. Ils peuvent galement attribuer chaque groupe dusagersdes droits spcifiques daccs aux mtadonnes et aux sries de donnes. Les usagerspeuvent : chercher et identifier des donnes travers des interfaces multi langues conviviales, par

    lutilisation de mots-cls ou travers des interfaces gographiques ; tlcharger des donnes ou accder des cartes interactives, en fonction des droits

    daccs que les fournisseurs des donnes leur ont accords.

    54

    Les catalogues en ligne de sources de donnes aident les partenaires collaborer, respectent laconfidentialit des donnes et aident les utilisateurs trouver les donnes existantes. Le cataloguede sources de donnes sur leau des pays EECCA en est un exemple.

    Encart 12 : Catalogues en ligne de sources de donnes pour la gestion transfrontalire

  • 4 SYSTMES DINFORMATION ET SUIVI TRANSFRONTALIER

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    4.2.2. Stratgie pour le dveloppement des systmes dinformation

    Comme le suivi et lvaluation ont des buts multiples, une approche par tapes estrecommande afin de faire le meilleur usage des ressources et des connaissancesdisponibles. Cela implique didentifier et de convenir de priorits pour le suivi etlvaluation, allant progressivement dune valuation gnrale des valuations plusspcifiques et prcises.

    Dans un contexte transfrontalier, une approche par tapes peut commencer par unecoopration informelle au niveau oprationnel, qui peut voluer vers plusieurs accordsformels, partant dobjectifs modestes vers dautres plus ambitieux afin de couvrir lensembledun bassin de cours deau ou daquifre. Des approches par tapes peuvent aussi aider lanalyse cot-efficacit de la surveillance, lexamen attentif des besoins en information et combiner le suivi et la modlisation.

    Pour les eaux transfrontalires, linformation est gnralement recueillie par des systmes desurveillance nationaux (qui sont tablis et exploits conformment aux lgislations etrglementations nationales et aux accords internationaux) plutt que par des systmes demonitoring spcialement crs et exploits par des instances communes. Cependant,lorganisme de bassin transfrontalier peut jouer ce rle dans certains cas sil est bien quipet a obtenu un mandat clair des gouvernements nationaux.

    55

    Exemple 20 : Renforcement des capacits dadministration des donnes en Europe Orientale,Caucase et Asie Centrale

    Dans les pays dEurope Orientale, Caucase et Asie Centrale, les enjeux lis la gestion des eauxtransfrontalires sont cruciaux car les pays dpendent souvent fortement des ressources en eaupartages pour ce qui concerne la production deau potable, lhydro-lectricit, lirrigation, ainsique dautres usages. La mise en application de politiques efficaces permettant de grer lesressources en eau, tout en respectant les quilibres naturels suppose avant tout que les dcideursintervenant au niveau rgional, national, et local disposent dinformations valides avec lespartenaires.

    Le FFEM (Fonds Franais pour lEnvironnement Mondial), avec lappui du Ministre franais delcologie et du Dveloppement Durable et de lOffice International de lEau, soutient un projetvisant renforcer les capacits dadministration et de valorisation des donnes au niveau desbassins transfrontaliers des pays dEurope Orientale, du Caucase et dAsie Centrale. Administrpar lIWAC (International Water Assessment Centre) ce projet a dmarr ses activits endcembre 2010 pour une priode initiale de 2 ans :

    1. sur le bassin du Dniestr, partag entre lUkraine et la Moldavie, en collaboration avec lesautorits nationales ;

    2. sur le bassin de la mer dAral (bassins de lAmu Darya et du Syr Darya), partag entre les 5pays dAsie centrale (Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbkistan, Tadjikistan, Turkmnistan) etlAfghanistan, sous couvert du Comit excutif de lIFAS, organisation internationale pourdvelopper la gestion intgre des ressources en eau sur le bassin de la mer dAral.

    Aprs une phase de validation des objectifs, la phase de diagnostic a permis : de dvelopper une base de donnes des producteurs, gestionnaires et utilisateurs de donnes,

    consultable en ligne, dorganiser des ateliers de travail regroupant les principaux producteurs de donnes, de raliser une enqute en ligne permettant aux divers partenaires producteurs, gestionnaires

    ou utilisateurs de donnes de prsenter leurs besoins.

  • 4 SYSTMES DINFORMATION ET SUIVI TRANSFRONTALIER

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Pour assurer la coopration entre les diffrentes entits de surveillance et dvaluation, il estimportant de crer des dispositifs institutionnels appropris dont le fonctionnement auxniveaux national et local est un pralable la coopration internationale. Lentente sur la miseen uvre de ces activits peut sobtenir par exemple, dans un groupe de travail spcifique misen place par les pays riverains au sein dune instance commune.

    Les pays riverains peuvent se donner mutuellement un accs gratuit aux informationspertinentes sur ltat des eaux partages, selon des modalits mutuellement convenues. Desinformations doivent galement tre fournies au public.

    Dvelopper les infrastructures de gestion de linformationLe systme dinformation du bassin doit tre structur de manire gnrer linformationattendue partir de donnes produites par diffrents fournisseurs. Dvelopper un tel systmepeut ncessiter dans un premier temps de renforcer les systmes dinformation nationaux demanire cohrente avec les attentes au niveau transfrontalier.

    Au niveau rgional, il sagit ensuite dacqurir ou renforcer la plateforme (serveurs, logiciels)du systme dinformation du bassin transfrontalier afin de grer les donnes de manireefficace. Pour faciliter la collaboration entre partenaires, cette plateforme devrait tre, dans lamesure du possible, construite partir des infrastructures existantes de chaque partenaire. Laplateforme du systme dinformation peut alors renforcer leurs capacits produire, grer etfournir de linformation.

    La plateforme devrait tre capable de grer toutes sortes dinformations : gographiques,alphanumriques, textes et multimdia. Ses principales composantes sont en gnral : une base de donnes et un systme dinformation gographique (SIG). Ce sont des outils

    fondamentaux pour la gestion des donnes et leur traduction en cartes, graphiques,indicateurs et tableaux de performance ;

    56

    En 2003, les Parties la Convention Eau de la CEE-ONU ont dcid deffectuer rgulirement desvaluations rgionales et le premier tat des lieux des fleuves, lacs et aquifres transfrontaliers a tpubli en 2007. Le deuxime tat des lieux publi en 2011, dont la porte est plus large que lepremier, a t ralis en troite collaboration avec les administrations de leau ou de lenvironnementde quelques 50 pays.

    Les rsultats du deuxime tat des lieux ont mis en vidence les dfis lis lharmonisation desdonnes dans les diffrentes parties de la rgion paneuropenne. Ils montrent, par exemple, que lacomparaison entre les bassins est difficile car linformation sur la classification de la qualit des eauxest fonde sur des systmes nationaux dvaluation. Une question importante prendre en comptedans lvolution des systmes de surveillance au cours du temps est de savoir comment maintenir lacomparabilit avec les donnes historiques. De nouveaux dfis mergent dans lharmonisation desapproches, par exemple pour surveiller les modifications de lhydro-morphologie des fleuves.

    Dans la plupart des bassins transfrontaliers dEurope du Sud-est, lchange dinformations est encorepeu dvelopp et les informations produites dans les pays riverains ne sont pas harmonises. AuCaucase, il existe des problmes dassurance qualit dans lchantillonnage, le traitement, lanalyse etla comparabilit des donnes. Lchange dinformations nest pas efficace (de mme quen AsieCentrale) et la coopration en dehors des projets internationaux reste faible. Dune manire gnrale,ltat des lieux montre que lchange de donnes se dveloppe lorsque des instances communes(telles que les commissions de bassin) sont cres.

    Pour plus dinformations consulter le site : www.unece.org/env/water/publications/pub/second_assessment.html

    Encart 13 : Deuxime tat des lieux des fleuves, lacs et aquifres transfrontaliers

  • 4 SYSTMES DINFORMATION ET SUIVI TRANSFRONTALIER

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    des outils de gestion des catalogues en ligne de sources de donnes ; un portail Internet pour le partage et la dissmination de linformation ; des outils daide la dcision et de modlisation (cf. chapitre 7).

    En dehors de la plateforme elle-mme, le systme dinformation du bassin peut galement inclure : le dveloppement de rfrentiels de donnes et de procdures rendant possible

    linteroprabilit technique entre partenaires ; la dfinition de modles et de dictionnaires gnraux de donnes pour le secteur de leau

    ou sur des thmes spcifiques ; la production de cadres de rfrence communs ; le dveloppement et la mise en rseau de services Internet pour lidentification des

    donnes et de linformation, leur consultation et leur partage en fonction des droitsattribus aux diffrents utilisateurs ;

    le dveloppement de botes outils, de guides et doutils (logiciels, applications).

    Dvelopper les ressources humainesUn systme dinformation par bassin a besoin de personnel comptent pour le fairefonctionner. Si ncessaire, une formation peut se concentrer sur les mthodes et outilsdadministration de donnes, dans des objectifs trs pratiques. Un programme de formationpeut comprendre : des formations gnrales sur ladministration de donnes environnementales (par exemple

    production de donnes, concepts de tableaux de bord, indicateurs, qualit de la donne) ; des formations techniques aux logiciels ou techniques non spcifiques aux secteurs de

    leau et de lenvironnement, comme par exemple la gestion des bases de donnes, lessystmes dinformation gographique, les formats dchange, les services web ;

    des formations aux mthodes et outils spcifiques ladministration des donnes sur leauaux niveaux national et rgional.

    4.3 Quelques types de systmes dinformation transfrontaliers

    4.3.1. Le Systme mondial dobservation du cycle hydrologique (WHYCOS)

    Le systme WHYCOS est un programme de lOMM qui vise amliorer les observations,renforcer la coopration internationale et promouvoir un change libre des donnes dans ledomaine de lhydrologie. Le programme est mis en uvre travers diffrentes composantesHYCOS, en particulier dans les bassins transfrontaliers.

    Le WHYCOS promeut une approche ascendante, partant des besoins au niveau du pays du bassinou de la rgion pour atteindre le niveau mondial. WHYCOS et ses composantes ciblent en premierlieu le renforcement en capacits techniques et institutionnelles des Services HydrologiquesNationaux (SHN) et lamlioration de leur coopration dans la gestion des ressources partages.WHYCOS soutient les SHN pour quils assurent au mieux leurs responsabilits en amliorant ladisponibilit, la prcision et la diffusion des donnes et des informations, travers ledveloppement et la mise en uvre de systmes dinformation nationaux et rgionaux appropriset en facilitant leur utilisation pour un dveloppement socio-conomique durable.

    WHYCOS a t initi en 1993 en tant que programme phare du Programme de lOMM surlhydrologie et les ressources en eau. Au fil des ans, WHYCOS a apport une contributionsignificative lvaluation des ressources lchelle mondiale, rgionale et nationale, soutenantlvaluation des impacts de la variabilit et des changements climatiques sur les ressources eneau. Il a aid identifier les mesures dattnuation appropries et les mesures dadaptationadaptes lvolution du climat.

    57

  • 4 SYSTMES DINFORMATION ET SUIVI TRANSFRONTALIER

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    WHYCOS a contribu au renforcement des capacits des SHN dans la collecte et la gestion desdonnes hydrologiques et hydromtorologiques, ainsi que dans le dveloppement et la diffusionde produits dinformation, en particulier dans les pays en dveloppement. WHYCOS a galementcontribu au renforcement de la coopration dans lvaluation et la gestion les ressources en eauentre pays riverains.

    Les projets HYCOS entrepris sous lgide de WHYCOS sont guids par les directivesWHYCOS, tandis que le Groupe consultatif international (WIAG) de WHYCOS assure lasupervision gnrale technique. Les principaux objectifs de WHYCOS sont :

    1. renforcer les capacits techniques, humaines et institutionnelles des SHN des tatsmembres dans la collecte et la gestion des donnes hydrologiques, ainsi que dans ledveloppement et la diffusion des produits dinformation;

    2. promouvoir la coopration rgionale et internationale dans le partage des donneshydrologiques et dans la gestion des ressources en eau partages ;

    3. faciliter ladaptation aux impacts de la variabilit et des changements climatiques.

    Les projets HYCOS sont mis en uvre dans les grands bassins du monde entier (Niger, Volta,Mkong) et lchelle des rgions (Afrique australe, Hindu Kush dans lHimalaya, Carabes).De nouveaux projets sont en cours de dmarrage sur les bassins du Congo et du Sngal(www.whycos.org).

    4.3.2. Les observatoires de lenvironnement des bassins transfrontaliers

    Lobjectif de tels observatoires est de pouvoir suivre et mesurer lvolution de lenvironnementde faon clairer la prise de dcision et dvelopper une vision partage lchelle desbassins transfrontaliers.

    Les tapes de mise en uvre de ces observatoires sont dcrites ci-aprs. 1. Aspects techniques :

    a. un diagnostic des besoins en matire dinformations et de donnes en lien avec lesproblmatiques de dveloppement du bassin est ralis,

    b. les indicateurs de suivi sont dfinis et les systmes de suivi existants sont valus,c. les impacts des amnagements existants sont identifis et les situations de rfrence

    des indicateurs sont tablies,d. lobservatoire de lenvironnement est mis en place. tudes et travaux permettant le

    fonctionnement optimal des systmes de suivi existants, mise en rseau des diffrentssystmes de suivi.

    2. Aspects institutionnels : a. consultation et concertation entre les bnficiaires de loutil - autorit de bassin,

    gestionnaires dagences nationales de sous-bassins, ONG, gouvernements, socitcivile, secteur priv et recherche, usagers du bassin,

    b. cration de lobservatoire de lenvironnement,c. mise en place dun rseau de partenaires engags et motivs par lintrt rciproque

    visant alimenter lobservatoire en donnes.3. Renforcement des capacits/formation :

    a. en matire de systme dinformation de lenvironnement et de SIG, b. appui mthodologique visant lamlioration des systmes de suivi existants.

    58

  • 4 SYSTMES DINFORMATION ET SUIVI TRANSFRONTALIER

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    4. Communication :a. dans les deux sens, des partenaires du rseau vers lobservatoire et inversement,b. visant galement une diffusion large des informations collectes.

    5. Financement : rflexion sur le financement du fonctionnement de lobservatoire, qui estune condition de durabilit de loutil.

    4.3.3 Les systmes rgionaux de partage dinformation

    Des systmes dinformation sont souvent mis en place dans des contextes politiquesrgionaux comprenant un volet de gestion des ressources en eau et de lenvironnement, parexemple : WISE - Systme Europen dinformation sur leau (water.europa.eu). SEIS - Systme partag dinformation sur lenvironnement, initiative collaborative de la

    Commission Europenne et de lAgence Europenne de lEnvironnement (EEA) pour tablirensemble avec les tats membres un systme dinformation sur lenvironnement de lUEintgr et partag (ec.europa.eu/environment/seis/what.htm).

    SEMIDE - Systme Euro-Mditerranen dInformation sur les savoir-faire dans le Domainede lEau. Initiative du Partenariat Euro-Mditerranen, il fournit un outil stratgique pourlchange dinformation et de savoir-faire dans le domaine de leau entre et lintrieur despays du partenariat Euro-Mditerranen (www.semide.org).

    SADIEau - Systme Africain de Documentation et dInformation sur lEau, rseaudorganisations africaines qui souhaitent communiquer sur leurs pratiques et partagerlinformation dont elles disposent destination du plus grand nombre. (www.sadieau.org).

    4.3.4. Systme dinformation et de surveillance dans les bassins daquifrestransfrontaliers

    Globalement, les donnes de surveillance des eaux souterraines sont rarement disponibles pourle public. Seuls quelques pays (comme les tats-Unis, la France et les Pays-Bas) ont rendu lesdonnes sur les eaux souterraines accessibles via un systme dinformation en ligne.

    Au sein de lUnion europenne, la Directive Cadre sur lEau en cours dexcution oblige lestats Membres faire des rapports sur ltat des ressources en eau. Une autre directive, laDirective fille sur les eaux souterraines, fournit des orientations pour lvaluation desmasses deau souterraine, qui sont aussi des units administratives et de gestion. Ladirective tablit un ensemble de normes de qualit des eaux souterraines et introduit desmesures pour prvenir ou limiter les rejets de polluants dans les eaux souterraines.

    59

    Exemple 21 : Dveloppement dobservatoires de lenvironnement lOMVS, lABN et lABV

    Lappui la mise en place dun observatoire de lenvironnement dans la valle du fleuve Sngal at engag en 2000 lOMVS avec lappui du Fonds Franais pour lEnvironnement Mondial(FFEM). Le projet, aujourdhui termin, a donn lieu llaboration dun outil informatis labellisBASE SOE-OMVS, permettant, pour chaque rseau thmatique, de grer les acteurs, lesinformations manipules, les flux dinformation entre les acteurs et les traitements effectus surces informations et dclins en actions.

    Lobservatoire du bassin du Niger est oprationnel lABN depuis 2006. Il a bnfici dun appuifinancier du FFEM, de mme que lautorit du bassin de la Volta (ABV) pour la mise en place dunobservatoire des ressources en eau et des milieux associs, projet dmarr en 2008.

    www.ffem.fr

  • 4 SYSTMES DINFORMATION ET SUIVI TRANSFRONTALIER

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Les informations sur leau relatives aux organisations internationales et rgionales traitant dumonitoring ou responsables du stockage des donnes sur les eaux souterraines sontgalement assez limites. Le Secrtariat de la SADC (Southern African DevelopmentCommunity) a lanc rcemment un systme dinformation en ligne (http://196.33.85.22/bin-release/index.html) contenant une carte hydrogologique, avec des donnes de surveillancecommunes encore venir.

    60

    Exemple 22 : Coordination des systmes dinformation - le cas du SASS

    Le SASS (Systme Aquifre du Sahara Septentrional) est une ressource presque entirement non-renouvelable. Depuis le dbut des annes 1980, le captage des eaux souterraines a dpass larecharge naturelle du systme. Pour viter une nouvelle aggravation de ce phnomne, les troispays concerns (Algrie, Libye et Tunisie) ont dcid de collaborer pour assurer une gestionconjointe du systme aquifre et pour coordonner leurs travaux de recherche, le partage desdonnes, la mise jour des modles, la dfinition dindicateurs communs et des plans dactionpour les zones risque. Le projet SASS, lanc en 1999 et termin en 2009, a entre autrescontribu :

    la construction dun modle hydrogologiquergional pour la gestion de laquifre et detrois sous-modles locaux (Jifara, Biskra,bassin occidental) ;

    la cration dune base de donnes relie unSIG et des modles, ainsi que des bases dedonnes spcifiques pour les trois sous-modles ;

    la construction dun serveur gographique ; la conception dun rseau pizomtrique qui a

    t valid et identifi sur le terrain avant dtreintgr dans les rseaux nationaux de chaquepays.

    Les trois pays ont approuv en 2002 une dclaration commune et adopt la premire bauchedune structure technique, ainsi que ses attributions, pour une collaboration temporaire. Cettepremire dclaration a t suivie en 2006 par une seconde qui a planifi la mise en place dunestructure permanente appele Mcanisme de collaboration permanente pour le SASS. Cettestructure a dmarr en 2008 avec une coordination alternative et la mission principale de fournirun cadre pour lchange et la coopration entre les trois pays travers :

    la production dindicateurs concernant la ressource et la demande en eau ; llaboration de scnarios de gestion des ressources en eau pour le dveloppement dans le

    bassin ; le renforcement et lactualisation des bases de donnes communes par lchange de donnes

    et dinformations ; le dveloppement et la gestion de rseaux communs dobservation du systme aquifre.

    Pour raliser ses missions, le mcanisme de collaboration doit spcifiquement dcrire les tudescommunes et les recherches, dfinir des procdures pour lchange de donnes, actualiser etexcuter des modles, identifier les zones risque et formuler des propositions appropries, touten menant des actions de formation, dinformation et de sensibilisation,. Ce mcanisme decollaboration reprsente un processus de coopration assez avanc et le projet SASS estgnralement peru comme tant un succs.

    Source: Vers la gestion conjointe des systmes aquifres transfrontaliers, AFD, A Savoir N3 2010www.isarm.org/publications/391

    Le systme aquifre du Sahara septentrional (OSS2008) Rpartition gographique du ComplexeTerminal (hachur) et du Continental Intercalaire(bleu) des systmes aquifres.

  • 4 SYSTMES DINFORMATION ET SUIVI TRANSFRONTALIER

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    LObservatoire du Sahara et du Sahel (OSS) a dvelopp un systme dinformation en ligne surle Systme Aquifre du Sahara Septentrional (http://prog.oss.org.tn/geoaquifer/) avec unevisualisation cartographique et un outil de recherche.

    Un atlas complet des eaux souterraines partages au niveau international est mis en placesous la coordination de lOEA (Organisation des tats Amricains) et dans le cadre duprogramme ISARM (www.oas.org/dsd/waterresources/projects/ISARMAmericas_eng.asp).Une fois encore, la surveillance commune ainsi que le traitement et la diffusion delinformation sur la modification des eaux souterraines ne sont pas tablies.

    La plupart des programmes actuels de surveillance des eaux souterraines transfrontalires sedroulent dans le cadre de projets internationaux. LUnion Europenne finance un certainnombre de projets internationaux sur les ressources en eau en Europe Orientale et du Sud-Est,faisant la promotion des principes de la DCE dans les pays voisins.

    Le GEF a mis en place et a cofinanc un certain nombre de grands projets internationaux surles eaux souterraines, tels que le Guarani (Amrique du Sud), le systme aquifre Iullemedenavec lOSS, le systme aquifre nubien, le Limpopo (Afrique) et le Diktas (Europe).

    Les donnes de surveillance recueillies dans ces projets des fins dvaluation des eauxsouterraines sont dans certains cas stockes dans des bases communes, gnralement desimples tableurs ou fichiers SIG. Parfois, la mise en place dun systme dinformation faitpartie du projet, mais il est alors gnralement accessible uniquement aux membres du projet.Mme si ces systmes contiennent des observations sur les eaux souterrainestransfrontalires, celles-ci sont en gnral limites dans le temps la dure de lexcution duprojet. Les rseaux de surveillance des eaux souterraines sont conus en fonction de lobjectifdu suivi et des conditions hydrogologiques.

    Le portail IGRAC (www.un-igrac.org) contient des informations dtailles sur le monitoringdes eaux souterraines, y compris une base de donnes sur les diverses lignes directrices et lesprotocoles. Dj en 2000, le Groupe de travail de la CEE-ONU sur le suivi et lvaluation aproduit des Lignes directrices sur le suivi et lvaluation des eaux souterrainestransfrontires (www.unece.org/env/water/ publications/pub74.html).

    4.4 Systmes dalerte aux inondations

    Les inondations ont partout dans le monde un effet dvastateur sur les biens et les personnes,que lon a du mal combattre. Lapproche de la question des inondations sinscrit dans uncadre large de lutte qui comprend : la prvision des phnomnes hydromtorologiques susceptibles dengendrer des

    inondations, associe des systmes dalerte, la protection contre les inondations (digues, drivations, barrages crteurs,

    ralentissement dynamique, zones de stockage, gestion de bassin versant), la prvention qui fait appel la cartographie des zones risque selon des niveaux dalas

    diffrents (crues dcennales, centennales, voire au-del) et une estimation de lavulnrabilit.

    Dans cette partie nest abord que le sujet de la prvision, qui est typiquement un champimportant traiter en commun entre amont et aval dun bassin transfrontalier et entre tousles pays riverains. Pour les aspects relatifs la protection contre les inondations on serfrera aux chapitres 7 (Changements climatiques et risques lis leau) et 9(Infrastructures hydrauliques transfrontalires).

    61

  • 4 SYSTMES DINFORMATION ET SUIVI TRANSFRONTALIER

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Si lidentification du risque travers des cartes de zones inondables, lapplication de rglesspcifiques de construction sur ces zones, les mesures de protection sont promouvoir auniveau national, il est galement important davoir en place un systme qui permettedanticiper et davertir les populations lors dun pisode climatique qui conduit uneinondation. La connaissance des pluies, des dbits des rivires, voire de la morphologie dulit, de la couverture des sols, de la topographie permettent aujourdhui partir de lusage demodles de diffrentes natures de prvoir assez finement larrive dune crue et sonintensit.

    Le bassin hydrographique est bien sr lchelle la plus approprie pour mettre en place etfaire fonctionner un systme dalerte aux inondations. La spcificit des bassinstransfrontaliers rside dans la complexit du systme mettre en place, directement lie lasouverainet des tats vis--vis de leur population, la capacit de raction de chaque tat(chane dinformation puis de commandement en situation durgence et de crise), auxmoyens de communication et dinformation et au systme dinformation transnational cr(cf. partie prcdente).

    62

    Exemple 23 : Systme dinformation sur les inondations du fleuve Meri

    Le fleuve Meri, aussi connu sous le nom de Maritza (Bulgarie) et dEvros (Grce), est ledeuxime plus grand bassin transfrontalier dEurope du Sud-Est. Il prend sa source en Bulgarie ettraverse la Turquie, o il forme la frontire avec la Grce.

    Le cours infrieur du Meri souffredinondations sur le territoire de chacun destrois pays. Ces dernires annes, la frquenceet lampleur des inondations ont augment.Les inondations sont originaires des rgionsmontagneuses du Meri et de ses affluents,sur le territoire bulgare.

    La Turquie dpend de la Bulgarie pourlobtention dinformations exactes etopportunes relatives au risque dinondation,car le temps manque (dlai de prvision tropcourt) pour un avertissement en Turquie.Lamlioration des mesures de prvention contre les inondations et la rduction des impacts decelles-ci sont uniquement possibles par la coopration et lutilisation de sources dinformationcommunes. Jusquen 2003, il nexistait aucune communication entre les pays voisins concernantles inondations. Ensuite, la Turquie et la Bulgarie ont commenc cooprer sur le transfert dedonnes et dinformations et sur la prvision et lalerte prcoce de crues.

    La Turquie et la Bulgarie ont ralis conjointement trois projets dans le cadre du Programme delUnion Europenne sur la Coopration transfrontalire : un pour lchange dinformations et dedonnes en temps rel et deux pour la prvision et lalerte de crues.

    En outre, quatre stations hydromtriques tlmtriques ont t installes dans la partie bulgare dubassin versant du Meri. Les stations et le systme dinformation ont permis quelques progrs,notamment lors des inondations de 2005 et 2006, mais ces prcautions ne suffisent pas. Les systmes de prvision des crues sont actuellement mis en place au niveau national, alorsquun systme commun de prvision des crues et dalerte prcoce est ncessaire dans le bassindu Meri.

    Pour plus dinformations consulter le site :www.unece.org/fileadmin/DAM/env/water/mop5/Transboundary_Flood_Risk_Managment.pdf

  • 4 SYSTMES DINFORMATION ET SUIVI TRANSFRONTALIER

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Le systme dalerte aux crues repose sur un service de prvision efficace des inondations lchelle du bassin transfrontalier, qui devra oprer troitement avec les tats membres etles agences nationales spcialises (services mtorologiques et hydrologiques). Le servicecentral dalerte pourra tre install au sein de lorganisme de bassin transfrontalier, si lalutte contre les inondations rentre dans son mandat.

    Nourri par les donnes mtorologiques et hydrologiques, le service est en mesure decalculer lvolution des coulements dans le bassin et par consquent les niveaux deaudans les rivires et fleuves, qui compars des cotes dalertes prdfinies, informent surlapparition du risque ou non et dterminent le dclenchement de lalerte. Les signauxrelatifs aux prvisions dinondations doivent tre adresss aux gouvernements qui ont laresponsabilit de protection des populations et de leurs biens et qui sont chargs de mettreen uvre les procdures adquates et gradues.

    Le service transfrontalier dalerte aux inondations fournit diffrentes informations quidpendent du type dinondation et du degr de risque. Les informations, qui peuvent varierselon les bassins et les rgions, portent sur les prvisions dcoulement et de dbit(hydrogrammes et niveaux atteints). Lalerte doit saccompagner dinformations sur lasvrit de la crue attendue, sur la localisation, en particulier par rapport aux zonesvulnrables o les risques de dommages sur la population et sur les biens sont considrscomme importants (zones urbaines en particulier).

    Chaque phnomne trait doit par ailleurs faire lobjet dune valuation, afin den tirer lesleons et de modifier les procdures le cas chant. Ceci est dautant plus importantsagissant des phnomnes extrmes, qui ne surviennent que suivant une longue priodicit(de lordre du sicle), mais dont la frquence peut tre augmente du fait des changementsclimatiques (cf. Chapitre 7).

    4.5 Indicateurs de performance

    Une bonne gouvernance de leau exige tout la fois une grande responsabilisation ettransparence dans la gestion des ressources publiques. Les indicateurs de performance sontun outil important pour amliorer la gouvernance de leau. Les possibilits de cet outil incluentlappui la gestion et la gouvernance de leau, fournissant un outil analytique pour laide laprise de dcision, ainsi quun outil de communication avec de vastes possibilits.

    Deux groupes dindicateurs conus pour les organismes de bassins transfrontaliers sont considrer : les indicateurs de gouvernance, qui valuent lorganisation de linstitution au regard des

    principaux piliers de la GIRE (aspects politiques, cadre juridique, institutionnel etorganisationnel, mcanismes de financement, aspects participatifs, planification, systmedinformation et communication, renforcement des capacits),

    les indicateurs techniques qui valuent les rsultats des programmes et caractrisentlvolution de la situation de terrain. Ils permettent ainsi dvaluer la matrise obtenuedans la connaissance, lamnagement et la gestion des ressources en eau, des usages etdes usagers du bassin.

    La srie dindicateurs dpend toujours du contexte et doit tre interprte selon les structuresinstitutionnelles spcifiques au bassin (accords, financement, fonctions, objectifs), lesconditions hydrologiques, ltat davancement du dveloppement conomique et lesressources humaines de lorganisme. Les indicateurs sont une tape dans un processus decollecte dinformations pour faciliter la planification, lamnagement et la gestion desressources en eau. Ils utilisent des variables qui sont condenses en ensembles grablesdinformations, refltes par des indices.

    63

  • 4 SYSTMES DINFORMATION ET SUIVI TRANSFRONTALIER

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Ainsi, des indicateurs peuvent tre utiliss comme conseils pour la politique de leau et fournirun avis sur lefficacit de la mise en uvre de la GIRE au niveau des bassins. Ceci permet auxresponsables, au personnel et aux partenaires des organismes de bassin de connatre ce qui at accompli, comment cela a t ralis et de savoir dans quel domaine il est ncessaire desamliorer.

    4.5.1 Indicateurs de gouvernance

    Les indicateurs de gouvernance couvrent des thmatiques nombreuses nonces ci-aprs.Indicateurs du processus politiqueIl sagit dvaluer la qualit de lengagement des tats riverains et leur implication dans lesstructures de lorganisme de bassin. Dans un premier temps, lengagement politique seffectuepar la construction progressive dune volont politique nationale en inscrivant la problmatiquede la ressource en eau dans les priorits.

    Dans un second temps, les tats prennent des engagements dans le cadre de la gouvernance etdu fonctionnement de lorganisme de bassin transfrontalier. Lindication de laboutissement de ceprocessus politique se retrouve dans la mise en uvre dun mcanisme de partage quitable desbnfices tirs de lusage des ressources.

    Indicateurs du mcanisme de financementLes mcanismes et sources de financement sont indispensables lexistence et la prennit delorganisme de bassin. Lvaluation de ces variables permet de mesurer la capacit delorganisme assurer le financement durable, cohrent et coordonn, consacr la structureelle-mme et la ralisation de ses objectifs.

    Les indicateurs vont reflter la continuit du financement de la structure, la cohrence desfinancements avec les objectifs, lefficience entre les cots de fonctionnement de lorganisme debassin et les financements mobiliss pour la ralisation du plan daction, lapplication desprincipes usager - payeur et pollueur - payeur, la coordination avec les bailleurs de fonds.

    Indicateurs de la reprsentation et de la participation des acteursCes indicateurs se rfrent la reprsentativit des diffrents pays membres et aux mcanismesspcifiques mis en place pour garantir la participation des acteurs dans la prise de dcisions. Ilsagit notamment de situer le degr dquilibre dans la reprsentativit politique (au sein desinstances) et technique (au sein de lexcutif) entre les pays membres de lorganisme de bassin.La participation des usagers de leau est vrifie travers les mcanismes qui leur permettentde participer aux dcisions prises au sein des organismes de bassin, en intgrant laproblmatique du genre et des populations autochtones.

    Indicateurs du cadre juridiqueA lappui dune coopration transfrontalire efficace, les tats doivent mettre en place le cadrejuridique permettant la cration dun environnement favorable la gestion de leau au niveaunational et rgional (selon le cas). Les textes dterminent les attributions, les fonctions et ledegr dautonomie de lorganisme de bassin. Il convient aussi de mesurer lharmonisation etla cohrence rciproque de lensemble des lgislations nationales avec les accords rgionauxqui concernent les ressources en eau transfrontalires. Linfluence du cadre juridique estapprcie par lidentification de la lgislation lchelle de lorganisme de bassin dune part,cest--dire le cadre juridique relatif au mandat, la structure, aux mcanismes financiers et la gestion de leau au niveau rgional (en conformit avec les accords internationaux parexemple) et dautre part, de la cohrence entre les lgislations nationales et le cadre juridiquede lorganisme de bassin (une Charte de leau transfrontalire par exemple).

    64

  • 4 SYSTMES DINFORMATION ET SUIVI TRANSFRONTALIER

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Il est galement important dapprcier le cadre global qui rgit les ressources en eautransfrontalires, puisque la lgalit de laction sera value en fonction de ces rgles.

    Indicateurs de planificationLa qualit de la planification des ressources en eau est influence par des variables telles quelexistence et la mise en uvre dune stratgie long terme, des objectifs clairement dfinis,des buts mutuellement bnfiques et des priorits de dveloppement.

    Disposer dun document de planification nest toutefois pas une fin en soi. Il convientgalement dvaluer la mise en uvre des tapes-cls, afin dobtenir une vision claire de laralisation des objectifs (cf. indicateurs techniques). Enfin, un indicateur relatif aux processusde dcision pour les grandes infrastructures hydrauliques permet de poser la question de lacohrence, de la durabilit, de la transparence et du partage des bnfices.

    Indicateurs de la coordination fonctionnelleLa coordination des activits constitue une tape dlicate au niveau de la mise en uvre duplan daction. En effet, loprationnalisation du plan ncessite de la part de lorganisme debassin le dveloppement dune capacit coordonner les activits des diffrents acteurs.

    Ainsi, la mise en place dinterfaces entre les pays et le niveau rgional pour faciliter lacoordination est ncessaire. Afin dviter toute fragmentation et incomprhension au sein deces diffrents corps, lutilisation doutils de coordination adapts (fonds sur la concertation)sera galement importante. En outre, lexistence et le mode de fonctionnement dun systmede rapportage est valuer, ce dernier tant essentiel pour amliorer la communication internesur les rsultats obtenus.

    Indicateurs du systme dinformation et de communicationLobjectif est dvaluer la structure et la gestion de linformation travers lexistence dusystme dinformation, le degr de partage de linformation entre les pays et avec lorganismede bassin transfrontalier, le type et la qualit des informations partages. Les protocoles degestion de linformation sont une source qui rvle le type dinformation concerne, leurprsentation, les modalits dchange, au sein de lorganisme de bassin. Linformation et lacommunication, primordiales pour la prise de dcision en matire de planification desressources en eau et de coordination des activits sont values partir des procdures decommunication interne et externe mises en place dans lorganisme de bassin.

    4.5.2 Indicateurs techniques

    Les indicateurs techniques peuvent se rfrer aux principaux risques rencontrs dans lebassin.Le risque de surexploitation des ressources en eau Les indicateurs traiteront des aspects quantitatifs de la gestion de leau au niveau du bassin,avec comme cadre la ncessit de scurit dapprovisionnement en eau des usagers. Selon lesusages, de nombreux indicateurs peuvent tre retenus comme par exemple : les volumesrguls par les barrages par rapport aux flux entrants, la part des terres agricoles irrigues,lefficience physique des rseaux dalimentation, le nombre de points de suivi des dbits et desnappes, limportance des conflits sur la quantit deau

    Le risque de dgradation des ressources en eau Il sagit dvaluer les aspects qualitatifs de la gestion de leau, travers les lments quipermettent de suivre la qualit de leau dans le bassin, limportance des points de rejets deaudgrade, le nombre de conflits dusages lis la dtrioration de la qualit de leau

    65

  • 4 SYSTMES DINFORMATION ET SUIVI TRANSFRONTALIER

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Le risque de dgradation des conditions de vie des populations Ces indicateurs traitent des aspects socio-conomiques lis leau lchelle du bassintransfrontalier, comme par exemple le taux de desserte de la population urbaine / rurale ayantaccs un certain type dassainissement, la part des eaux uses collectes et traites, laproportion de population desservie de faon durable en eau potable. Les risques lis leausont aussi analyss par exemple en identifiant le nombre de sites risque lev dinondation,leurs caractristiques

    Le risque de dtrioration des milieux autres que leauIl sagit de considrer dautres facteurs environnementaux que les ressources en eau, qui ontgalement un impact sur la qualit et la quantit des ressources en eau.Par exemple, le nombrede points nodaux fixant un dbit minimum pour les cosystmes aquatiques et la superficie deszones humides renseignent sur le degr de sauvegarde des espces dans le milieu aquatique.

    En fonction du contexte du bassin transfrontalier, dautres indicateurs peuvent tre ajouts pourmesurer des aspects prioritaires spcifiques au bassin, par exemple : la dgradation des terres,le taux de dforestation, limportance des espces invasives, ou encore leau consacre lanavigation, aux loisirs, etc.

    66

    Le projet laboration dindicateurs de performance de la GIRE pour la gestion des bassinstransfrontaliers africains (projet KPI - Key Performance Indicators) a permis de dvelopper desindicateurs appropris, de faon pragmatique, et au plus proche des ralits locales.

    Le Rseau International des Organismes de Bassin, le Rseau Africain des Organismes de Bassin,nombre dorganismes de bassin africains et des partenaires europens dveloppent depuis 2007des indicateurs de performance afin de mesurer les avances des politiques de gestion intgredes ressources en eau, grce un projet soutenu par la Facilit pour lEau ACP-EU et laCoopration franaise.

    Ces indicateurs de performance ont t progressivement dfinis, tests, affins sur les bassinstransfrontaliers des fleuves Sngal, Niger, Congo, Volta et Gambie ainsi que sur les bassins deslacs Victoria et Tchad. Ces tests ont permis de valider la faisabilit de ces indicateurs et dendmontrer lutilit, grce un intense travail dappropriation.

    Les indicateurs de performance obtenus valuent aussi bien la qualit de la gouvernance mise enplace au niveau des organismes de bassin que les rsultats observs sur le terrain. Outilsdvaluation des progrs raliss dans la mise en uvre de la GIRE, ils sont aussi un outil potentielde communication avec les partenaires locaux, les usagers de leau, les bailleurs de fonds.

    Encart 14 : Mise en uvre dune dmarche prenne de dveloppement dindicateurs deperformance en Afrique

  • 5 GESTION INTGRE DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    5 Gestion intgre des aquifres transfrontaliers

    5.1 Gestion conjointe des eaux de surface et souterraines

    Dans tout ce chapitre, il est fait rfrence au guide mthodologique Vers une gestionconcerte des systmes aquifres transfrontaliers (ouvrage collectif, 2010, AFD), qui estcomplmentaire ce manuel.

    Reprenant les conclusions de ce guide, la premire tape est damliorer la connaissance dessystmes aquifres transfrontaliers qui concernent un ensemble de pays voisins. Cette tapeest essentielle non seulement sur le plan scientifique (par exemple pour dlimiter correctementles limites de laquifre et donc les limites du champ dapplication des principes de gestionspcifiques cet aquifre) mais aussi sur le plan politique car elle permet de mettre envidence les interdpendances entre pays sur telle nappe souterraine. Les rsultats de cettetape sont aussi la base pour dvelopper les sensibilisations et les capacits sur la question.

    La seconde tape consiste conforter les relations entre les pays sur la question de la gestiondes eaux souterraines partages. Cette tape est facilite lorsquun organisme de bassintransfrontalier existe et fonctionne correctement. Lapproche doit tre dabord technique, puisaborder le sujet sous un angle plus politique et diplomatique, en favorisant les changes depoints de vue, en mesurant ltat des connaissances, en partageant les proccupations et endveloppant un climat de confiance sur la gestion des eaux souterraines partages.

    Les considrations dveloppes dans les diffrents chapitres du prsent guide sont valablestant pour les eaux de surface que pour les eaux souterraines. Cependant, certains pointsspcifiques aux aquifres transfrontaliers sont prciss dans le prsent chapitre. Un des pointsmajeurs est la ncessit de prendre davantage conscience de linestimable valeur dupatrimoine naturel que reprsentent les eaux souterraines, milieux sensibles et encore trsingalement connus(AFD, 2010).

    67

    POINTS CLS

    La connaissance des systmes aquifres transfrontaliers, grce aux outilsscientifiques et techniques, est une premire tape vers une gestionconcerte des eaux souterraines transfrontalires.

    Ltablissement de relations, dabord techniques puis diplomatiques, entreles pays concerns, est une deuxime tape.

    Les organisations existantes de gestion des eaux superficiellestransfrontalires peuvent tendre leurs activits aux systmes aquifresconnexes.

    La Rsolution 63/124 de lAssemble Gnrale des Nations Unies sur le droitdes aquifres transfrontaliers est le seul instrument international y relatif etpeut servir de lignes directrices pour les Etats.

    La Convention Eau de la CEE-ONU sapplique galement aux eauxsouterraines ; la Convention des Nations Unies de 1997 couvre les eauxsouterraines associes aux eaux de surface.

  • 5 GESTION INTGRE DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Dans lidal, la gestion des eaux souterraines doit soprer conjointement avec celle des eauxde surface, dans le territoire considr. Cependant, la complexit induite par le caractretransfrontalier des eaux sajoute, pour la gestion conjointe des eaux de surface et des eauxsouterraines, celle lie la non correspondance des limites des bassins, le bassin de fleuve oude lac ne se superposant pas celui des aquifres dans nombre de cas.

    Partout o cela est possible, il est souhaitable que lorganisme de bassin transfrontalierexistant pour les eaux de surface puisse dune part largir son mandat aux eauxsouterraines et traiter la gestion des aquifres, en prenant soin de travailler aussi avec lesautres organismes de bassin voisin qui ont uvrer aussi sur le mme aquifre. Danscertains cas, quand il nexiste pas dorganisme de bassin transfrontalier pour les eaux desurface, la cration dun organisme de bassin transfrontalier spcifique pour les eauxsouterraines est envisageable.

    68

    Exemple 24 : La gestion du systme aquifre transfrontalier du Guarani

    Le systme aquifre duGuarani est partagentre quatre pays :lArgentine, le Brsil, leParaguay et lUruguay.Limportanceconomique et socialede cet aquifre a incitles pays porter uneattention particuliresur les problmes depollution et desurexploitation de laressource, dans uncontexte de demandeen eau croissante dansla rgion. Lhistoire dela collaboration entreles quatre tats travers le Comitintergouvernemental dubassin du Rio Plata ouau sein du MERCOSURa facilit lacollaboration surlaquifretransfrontalier.

    En vue de prvenir tout conflit, les quatre pays riverains du Guarani ont dvelopp un ensembledactions axes sur : le dveloppement des connaissances sur le systme aquifre, le dveloppement conjoint et la mise en uvre dun cadre de gestion de laquifre, la participation du public travers des mcanismes institutionnels dinformation appropris, la mise en uvre de mesures pour les problmes de pollution, le suivi des actions et lvaluation.

  • 5 GESTION INTGRE DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Dans dautres cas et lorsquil existe un organisme traitant des eaux souterraines sur un territoiredonn (par exemple, lObservatoire du Sahara et du Sahel), il doit travailler en troite concertationavec les organismes de bassin concerns (Niger, Tchad, Volta, Sngal pour lOSS).

    5.2 Rsolution des Nations Unies sur la gestion des aquifres transfrontaliers

    En adoptant le 11 dcembre 2008 la rsolution A 63/124 sur le droit des aquifrestransfrontaliers et en incluant dans son annexe le projet darticles prpar par la Commissiondu droit international avec la contribution scientifique du Programme HydrologiqueInternational (PHI) de lUNESCO, lAssemble Gnrale des Nations Unies a offert aux tats uncadre non contraignant pour dvelopper la coopration sur leurs aquifres transfrontaliers. Leprojet darticles adopt par la Commission du droit international propose un cadre global pourla gestion des systmes aquifres transfrontaliers.

    Les diffrents principes donns par cet instrument sont les suivants : une utilisation quitable et raisonnable ; lobligation de ne pas causer de dommage significatif ; lobligation gnrale de cooprer entre les tats riverains de laquifre ; un change continu de donnes et dinformations ; le dveloppement daccords et darrangements bilatraux et rgionaux pour faciliter la

    gestion conjointe ;

    69

    Exemple 25 : LObservatoire du Sahara et du Sahel

    LObservatoire du Sahara et du Sahel (OSS) est une organisation internationale autonome tablie Tunis (Tunisie) qui regroupe 22 pays africains, 5 pays du Nord, 4 organisations sous-rgionalesreprsentatives de lAfrique de lOuest, de lEst et du Nord, des organisations rgionales, desorganisations du systme des Nations Unies et de la socit civile. Depuis 1992, lOSS prconiseune approche rgionale pour la gestion des ressources en eau partages par ses pays membres,dans le cadre de son programme Ressources en eau partages.

    Parmi les activits de lOSS, la mise en uvre du projet portant sur la Gestion Intgre etConcerte des Ressources en Eau des Systmes Aquifres dIullemeden, de Taoudni/Tanezrouft etdu Fleuve Niger est appuye par la France et la Facilit africaine de leau. Ce projet permettradtendre les acquis duprojet du SystmeAquifre dIullemeden,partag par le Mali, leNiger et le Nigeria, lensemble du systmeform par les eauxsouterraines (aquifres delIullemeden et duTaoudeni/Tanezrouft) etles eaux de surface(fleuve Niger, encollaboration avec lABN)de la sous-rgion. Leprojet concerne sept pays, savoir lAlgrie, le Bnin,le Burkina Faso, le Mali, laMauritanie, le Niger et leNigeria.

  • 5 GESTION INTGRE DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    la mise en place de mesures appropries pour protger et prserver les cosystmes lisaux aquifres partags ;

    lidentification par les tats des zones de ralimentation et de dversement des aquifrestransfrontaliers pour la partie situe sur leur territoire ;

    la ncessit dassurer la prvention, la rduction et la matrise de la pollution ; limportance de la surveillance des aquifres ou systmes aquifres transfrontaliers ; la mise en uvre de plans de gestion tablis conjointement entre les pays riverains ; lvaluation des effets des activits projetes sur laquifre ou le systme aquifre.

    La rsolution encourage les tats se rfrer ces principes pour la bonne gestion de leursaquifres transfrontaliers. En 2011, lAssemble Gnrale des Nations Unies a adopt larsolution 66/104, qui encourage en outre les Etats concerns prendre des dispositionsbilatrales ou rgionales pour la gestion approprie de leurs aquifres transfrontaliers, entenant compte des dispositions du projet darticles annex sa rsolution 63/124. Larsolution souligne le rle du PHI de lUNESCO par son soutien au programme afin doffrirune assistance scientifique et technique supplmentaire aux Etats concerns. Le sujet serarediscut lors de lAssemble Gnrale des Nations Unies en 2013 afin dexaminer, entreautres, la forme finale qui pourrait tre donne aux projets darticles.

    5.3 Application de la Convention sur leau de la CEE-ONU aux eaux souterraines

    La Convention sur lEau de la CEE-ONU sapplique toutes les eaux souterraines, quiindiquent, traversent ou sont situes sur les frontires entre deux ou plusieurs tats. Lescaractristiques distinctives des eaux souterraines, en particulier leur identification difficile,leur vulnrabilit la pollution, qui ne peut tre attnue ou rduite facilement tant donn leurnature non renouvelable ou moins renouvelable que les eaux de surface, rclament uneattention rglementaire particulire pour lapplication correcte et effective du rgime juridiquede la convention dans ce domaine.

    Actuellement dans la rgion de la CEE-ONU, le nombre daccords abordant exclusivement leseaux souterraines transfrontalires est faible, lexemple le plus connu tant la Convention surla protection, lutilisation, la recharge et la surveillance de laquifre genevois franco-suisse.En outre, seuls quelques accords concernant les eaux de surface (par exemple, la Conventionsur la protection du Rhin, laccord de coopration pour la protection et lutilisation durable deseaux des bassins hydrographiques hispano-portugais et laccord-cadre sur le Bassin de laSava) contiennent des dispositions spcifiques aux eaux souterraines.

    70

    Exemple 26 : Aquifre Genevois franco-suisse

    Laquifre genevois est un systme aquifre transfrontalier, situ au sud du Lac Lman et ausud du Rhne, avec une longueur denviron 19 km et une superficie denviron 30 km2. Unegrande partie de laquifre se trouve situe entre le Rhne et lArve et est principalementexploite pour la production deau potable, approvisionnant environ 20% du Grand Genve.

    Ds 1960, laugmentation des pompages a fortement abaiss le niveau moyen de laquifre,denviron 7 m en 20 ans, entranant ainsi llaboration de plans pour la recharge artificielle dela nappe avec leau de lArve. Alors, le Canton suisse de Genve a entam des ngociationsavec le Dpartement franais de Haute Savoie pour la ralisation dtudes sur cetteralimentation artificielle ; ceci a engendr un projet original de coopration dcentralisetransfrontalire. Les ngociations ont abouti la signature le 9 Juin 1978 dun accord entre leCanton de Genve et le Prfet de Haute-Savoie, appel Accord pour la protection, lutilisationet la ralimentation de laquifre genevois franco-suisse.

    Suite

  • 5 GESTION INTGRE DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    La Convention sur leau intgre un certain nombre de dispositions qui sappliquent aux eauxsouterraines, la plus vidente tant lobligation de dfinir et de mettre en uvre des mesuresappropries et de meilleures pratiques environnementales pour rduire les apports ennutriments et en substances dangereuses provenant de sources diffuses de pollution,agricoles ou dorigine forestire, urbaines, industrielles. Des mesures spcifiquessupplmentaires incluent la cration de zones de protection autour des captages deau ou surla zone de recharge dans son ensemble, avec des degrs de protection varis et le nettoyagedes parties pollues couvrant les nappes utilises comme sources deau potable. Un exempletypique de cette dernire mesure est la rhabilitation dun aquifre (ou de parties de celui-ci)pollu par des fuites provenant dinstallations industrielles, telles que les entreprisesptrochimiques et chimiques, ou des installations de gestion des rsidus miniers.

    Dautres mesures spcifiques peuvent porter sur la quantit deau afin de prvenir oudempcher (par exemple, par la recharge artificielle) la surexploitation des ressources en eausouterraine, qui peut avoir des effets nfastes au niveau transfrontalier.

    71

    Ce premier accord, dunedure de 30 ans, a permisde crer une Commissionpour lExploitation delAquifre Genevois,compose de troismembres suisses et detrois membres franais.

    La mission de cettecommission est deproposer un programmeannuel pour lutilisationde laquifre. Elle donneson avis technique sur laconstruction de nouveauxquipements ou sur leurmodification et elle vrifieles cots de constructionet dexploitation desinstallations de recharge. Toutes les installations de prlvement sont quipes dinstrumentsde mesures volumtriques et du niveau de laquifre. Laccord stipule que le Canton de Genvesoccupe de la construction et de lexploitation de la station de ralimentation artificielle, dontil reste le seul propritaire. Laccord stipule galement que les communes franaises nepeuvent pas prlever plus de 5 millions de m3/an, dont 2 millions sont exempts de paiement.Chaque partie doit donner la commission une estimation de ses prlvements danslaquifre. Laccord demande galement le calcul de la part franaise dans les cots annuels dela recharge artificielle. Enfin, le contrle de la qualit et un rseau dalerte en cas de pollutionaccidentelle sont prvus.

    Le 18 Dcembre 2007 le premier accord a t remplac par un nouveau, encore une fois pourune dure de 30 ans. Celui-ci comprend peu prs les mmes termes que le premier. Lessignataires sont maintenant, pour la Suisse le Canton de Genve et pour la France, lesassociations de collectivits locales des rgions dAnnemasse et de Genve et la municipalitde Viry ; le second accord a ainsi t sign directement entre collectivits territoriales.

    Source : Vers la gestion conjointe des systmes aquifres transfrontaliers, AFD, A Savoir N3 2010www.isarm.org/publications/391

    Source carte : Canton de Genve, Service de gologie, des sols et des dchets, 2009

  • 5 GESTION INTGRE DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Cela porte la fois sur des prlvements deau souterraine existants et sur des plans derecharge. Dans ce dernier cas, il est important de consulter la Convention dEspoo, carlactivit de captage ou de recharge artificielle de nappe lorsque le volume annuel deau capter ou recharger atteint plus de 10 millions de mtres cubes exige une tude dimpactenvironnementale et lapplication dautres procdures, en particulier la notification et laconsultation des pays voisins dans le cas o les activits prvues sont susceptibles dentranerun impact transfrontalier nocif important.

    La gestion des eaux souterraines est galement aborde dans le Protocole sur leau et la santde la Convention sur leau. Le protocole confirme le principe selon lequel les ressources eneau doivent, autant que possible, tre gres de manire intgre par bassin versant, aveclobjectif de lier le dveloppement social et conomique la protection des cosystmesnaturels et la gestion des ressources en eau des mesures rglementaires concernantdautres secteurs de lenvironnement. Une telle approche intgre doit sappliquer lensembledun bassin versant, y compris aux eaux souterraines.

    Le protocole nonce les obligations des parties prenantes dans les domaines delapprovisionnement en eau et de lassainissement, qui ncessitent des actions respectivespour la gestion et la protection des eaux souterraines. En particulier, les Parties visent (...)laccs leau potable pour tous et les Parties se fixent des objectifs et des dates limites pourlapplication de bonnes pratiques reconnues la gestion de lapprovisionnement en eau et lassainissement, y compris la protection des eaux utilises comme sources deau potable etconcernant la qualit des eaux utilises comme sources deau potable. Ceci estparticulirement pertinent pour les eaux souterraines transfrontalires, qui reprsentent uneimportante ressource pour leau potable. Par ailleurs, le protocole prvoit lobligationdlaborer des plans de gestion de leau aux niveaux transfrontaliers, nationaux et/ou locaux,de prfrence en se basant sur des bassins versants ou des nappes souterraines.

    Les considrations ci-dessus sur lapplicabilit de la Convention sur leau aux eauxsouterraines et de surface nexcluent pas ladquation, ou mme la ncessit, dorientationsnormatives supplmentaires pour aborder les questions trs spcifiques concernant la mise enuvre de la convention dans le domaine des eaux souterraines.

    72

    La Convention Eau de la CEE-ONU et ses obligations sappliquent pleinement aux eauxsouterraines transfrontalires. La spcificit et la vulnrabilit particulire des eauxsouterraines doivent tre prises en compte lors de llaboration de mesures pour leur gestionet leur protection ;

    Les obligations donnes par le Protocole sur lEau et la Sant sont particulirement pertinentespour la gestion et la protection des eaux souterraines, qui reprsentent une importante sourcedeau potable ;

    La Convention Eau exige que les Parties riveraines cooprent sur la gestion des eauxsouterraines transfrontalires sur la base daccords et par le biais dorganismes communs. LaConvention permet la fois des accords spcifiques aux eaux souterraines, ainsi que desaccords qui couvrent lensemble des eaux transfrontalires et qui comprennent desdispositions spcifiques aux eaux souterraines ;

    Les projets de captage deau souterraine et de recharge artificielle des nappes dun volumeimportant sont inclus dans la Convention dEspoo. Ces activits, qui sont susceptibles davoirun impact transfrontalier important, requirent une notification de la Partie dorigine et desconsultations.

    Encart 15 : Les eaux souterraines transfrontalires et la Convention Eau de la CEE-ONU -messages cls

  • 6 PARTICIPATION DES ACTEURS AU NIVEAU TRANSFRONTALIER

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    6 Participation des acteurs au niveau transfrontalier

    6.1 Identification et reprsentation des acteurs

    Il convient tout dabord de dfinir ce quon entend par acteurs de leau et socit civile. On peutdistinguer le secteur public dune part et les acteurs non tatiques dautre part, savoir : la socitcivile (associations, ONG, usagers de leau, pouvoirs locaux), les organisations syndicales, lesecteur priv. Les acteurs dun bassin transfrontalier appartiennent diffrents pays maispartagent une ressource, un territoire et un patrimoine, y compris culturel, communs. Ce partagepeut sexprimer travers des activits semblables (agriculture, pche) ou encore par une mmesensibilit aux risques et phnomnes, quils soient naturels ou non : scheresse et pnurie deau,inondation, impacts des barrages, pollution, espces envahissantes, etc.

    Dans un souci de transparence, de responsabilisation et dappropriation, lensemble des acteursdoit tre associ aux diffrentes activits de GIRE transfrontalire travers un processus deconcertation. Les activits de planification revtent de ce point de vue une importance particuliredu fait de leur caractre stratgique. Les diffrentes catgories dacteurs doivent galement treassocies aux phases dvaluation des politiques de GIRE.

    Lidentification des acteurs et parties concernes est un pralable indispensable. On distingueles groupes dacteurs constitus (par exemple associations dagriculteurs ou dirrigants) desusagers de leau non organiss, qui forment le plus grand nombre et sont souvent lesbnficiaires finaux des diffrents programmes de dveloppement. Certains acteurs sontorganiss au niveau local, parfois au niveau national mais rarement au niveau transfrontalier.

    73

    POINTS CLS

    Il faut veiller la reprsentativit des acteurs de leau, de la socit civile etdes usagers, quils soient organiss (ONG, associations) ou non.

    Il peut tre utile de partir de lorganisation des acteurs au niveau national etde ses liens avec lchelon local, pour permettre une participation efficaceaux chelles transfrontalire et rgionale.

    Les organismes de bassin transfrontalier peuvent jouer un rle importantsagissant de la participation des acteurs.

    Suffisamment de ressources doivent tre consacres la participation de lasocit civile.

    Une assistance technique peut tre apporte aux acteurs, en particulier ceuxnon organiss.

    Des consultations publiques relatives aux grands projets structurants,doivent tre mens y compris dans les pays subissant leurs impacts en aval.

  • 6 PARTICIPATION DES ACTEURS AU NIVEAU TRANSFRONTALIER

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Une des difficults principales au regard de lchelle dun bassin transfrontalier, qui peut trede taille importante, rside dans lobtention dune reprsentativit relle des acteurs. Unesolution consiste identifier des reprsentants par thmes (agriculture, pche, eau potable etassainissement, environnement, barrages, etc.), tout en veillant ce que chaque pays soitreprsent. La lgitimit des reprsentants doit par ailleurs tre acquise et admise.

    74

    Exemple 27 : Participation des acteurs de Moldavie et dUkraine

    Les plnipotentiaires de la Moldavie et de lUkraine facilitent la mise en uvre de laccord bilatralsur lutilisation conjointe et la protection des eaux transfrontalires de 1994. En 2007, ils ontadopt un rglement visant assurer la participation du public dans les activits de cette structureconjointe. Cest le premier exemple de rgles formalises pour la diffusion de linformation et laparticipation du public dans les activits des structures communes de la rgion dEuropeOrientale, du Caucase et dAsie Centrale.

    Le rglement des plnipotentiaires sur la participation des acteurs dans les activits prvoitllaboration dun registre des acteurs. Les acteurs sont dfinis comme suit : toute autoritpublique, organisation non-gouvernementale et leurs associations, ainsi que les personnesmorales ayant un intrt dans la gestion des eaux transfrontires.

    Le registre est compos dune partie moldave et dune partie ukrainienne. Chaque plnipotentiaireest responsable de sa partie du registre, accessible sur Internet. Trente jours avant leur runionordinaire, les plnipotentiaires informent les acteurs des dcisions prises depuis la dernirerunion et des plans de travail. Vingt jours avant leur runion ou vnement, les plnipotentiairesinforment les intervenants de la date, de lagenda et des documents de la runion.

    Le rglement donne aux acteurs le droit de proposer des sujets dbattre par les plnipotentiaireset de prsenter des remarques crites ou orales portant sur des projets de documents, ainsi quedes suggestions et des amendements aux projets de textes. Les bauches de documents et lesinvitations prsenter des remarques sont publies sur Internet.

    Les commentaires formuls par les acteurs doivent tre pris en compte lors de la dcision finale.En Dcembre 2007, les plnipotentiaires ont galement convenu de maintenir un site Internetcommun pour le bassin du Dniestr (www.dniester.org).

    Exemple 28 : Participation des acteurs du bassin du Niger

    On peut situer le point de dpart de la rflexion sur la participation de la socit civile auprocessus de la Vision partage pour le dveloppement durable du bassin du Niger linvitationqui a t lance par lAutorit du Bassin du Niger (ABN) des organisations et associationsrgionales pour participer un atelier runissant les neuf pays du bassin en janvier 2005.

    Une tude didentification et de caractrisation des usagers de leau du bassin du Niger a ensuitet ralise sous la coordination dEau Vive et du Secrtariat International de lEau. Ses rsultatsont t prsents au premier Forum rgional des usagers et usagres des ressources du bassin,tenu en fvrier 2006 Fada-Ngourma au Burkina Faso.

    Cette tape a permis pour la premire fois de runir des organisations de la socit civile lchelle du bassin du Niger pour dbattre des questions dintrt gnral avec les tats et lespartenaires. Plusieurs rsolutions du Conseil des Ministres de lABN ont finalement conduit lamise en place dune coordination rgionale des usagers du bassin du Niger, sappuyant sur descoordinations nationales.

  • 6 PARTICIPATION DES ACTEURS AU NIVEAU TRANSFRONTALIER

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Un processus dmocratique peut tre mis en place pour que les groupes dacteurs choisissentleurs reprsentants. Les aspects culturels ne doivent pas tre ngligs dans ce type dedmarche et peuvent offrir les conditions favorables la participation.

    6.2 Participation au niveau transfrontalier

    Une autre difficult rside dans la ncessit de monter et descendre depuis le niveau localjusquau niveau du bassin international, en passant par lchelon national. Ces processus sontfacilits si la participation de la socit civile est dj acquise dans chaque processus de GIREnational. La remonte des informations depuis les collectivits locales seffectue alors par pays,avec consolidation au niveau du bassin. Certains processus locaux peuvent tre encouragslocalement au niveau des frontires, quitte tre reproduits plus largement par la suite.

    Les organismes de bassin transfrontalier sont susceptibles de jouer un rle important dans lesmcanismes dchange au sein de la socit civile aux diffrentes chelles, ce qui peutncessiter pour certains une modification de leur culture organisationnelle. Par ailleurs, lacollaboration entre les organismes de bassin nationaux et leur coordination sont aussi une clpour assurer la concertation. Il sagit terme, outre les runions spcifiques, de donner dessiges aux reprsentants des populations lors des assises institutionnelles de lorganisme debassin, afin dobtenir une participation active (association la prise de dcision) et non unesimple information voire consultation.

    75

    Exemple 30 : La premire Symphonie Grands Lacs - Saint-Laurent - Son eau, sa diversit,sa population et son avenir

    Voie navigable et mer intrieure, le golfe du Saint-Laurent, le fleuve du mme nom et les GrandsLacs demeurent la porte dentre fluviale jusquau cur du continent nord-amricain. Ce territoire,qui stend de la pointe occidentale du lac Suprieur jusquau golfe du Saint-Laurent, concerne 6provinces canadiennes et 8 tats amricains.

    Coordonne par le Secrtariat International de lEau (SIE), le projet valorise les nombreusesinitiatives locales, rgionales et transfrontalires concernant la gestion de leau dans un bassinhydrographique densment peupl. Il tente de dfinir les conditions de vie souhaites pour lan2035 selon un processus participatif et ouvert tous. Cest galement une opportunit pour lecitoyen de sexprimer sur le thme de leau par limage la musique, la danse, la peinture, lasculpture, la posie, etc. La premire symphonie sera interprte Qubec en juin 2012.

    Exemple 29 : Approche participative pour llaboration du SDAGE du bassin du Sngal

    Llaboration du Schma Directeur dAmnagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) delOrganisation pour la Mise en Valeur du Fleuve Sngal (OMVS) sest effectue de manireparticipative. Ltat des lieux valid en 2009, vritable socle de connaissances partag entre tousles acteurs, sappuie dune part sur une bibliographie riche dtudes, dautre part sur lesrencontres organises dans chaque pays avec les acteurs de leau.

    Lapproche participative mise en uvre par lOMVS a permis dimpliquer les populations (souventnon alphabtises) dans llaboration du SDAGE, document complexe caractre technique. Unguide de vulgarisation (bote images) a en particulier t labor pour faciliter lappropriationet llaboration du SDAGE. Des programmes de radio ont galement t mis profit et un appuiimportant a t apport par des animateurs locaux forms par lquipe de projet.

  • 6 PARTICIPATION DES ACTEURS AU NIVEAU TRANSFRONTALIER

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org76

    Exemple 31 : Encourager la coopration transfrontalire entre le Mexique et le Guatemala

    Les Membres du Comit du micro-bassin de Buena Vista dans le Chiapas, au Mexique, ont prisconnaissance des processus de gestion communautaire du Conseil du micro-bassin Esquiche deSan Marcos au Guatemala. Le comit de Buena Vista a t cr en Juillet 2011, lorsque lesdiffrentes communauts ont ralis la ncessit davoir une structure de gouvernance locale, afinde promouvoir la conservation des ressources naturelles avec une approche par micro-bassin.

    Parmi les premires actions du comit de Buena Vista, la priorit a t donne un changedexpriences avec le conseil du micro-bassin Esquiche, Guatemala. Ils ont tudi le modle deplanification communautaire et de gestion des ressources que le projet Tacana de lUICN avaitdvelopp avec succs. Ce modle porte galement sur la gestion des ressources en eau, basesur une approche co-systmique.

    Lchange a inclus diverses visites de sites de projets, tels que des projets de bergeries, decompostage et de ppinires darbres, ainsi que des travaux de conservation des sols. Ladlgation du Comit de Buena Vista a t informe des expriences de la Structure deCoordination des Ressources naturelles et de lEnvironnement de San Marcos, concernant sonprocessus dorganisation et ses principales ralisations.

    Ce premier change entre le Guatemala et le Mexique fut possible grce au travail men parlUICN travers le projet Tacana. Il a galement particip des activits du projet Bonnegouvernance de leau pour ladaptation aux changements climatiques, soutenu par le Ministreallemand de lEnvironnement (BMU) et du projet Mise en place de dialogues et de la gouvernancedes fleuves, parrain par lAgence suisse pour le Dveloppement et la Coopration. Les deuxprojets sont mis en uvre conjointement par les membres et partenaires de lUICN, du PartenariatMondial de lEau (GWP) et de lEnvironnemental Law Centre de lUICN.

    La Convention dAarhus a t adopte le 25 Juin 1998 Aarhus, au Danemark, lors de laquatrime Confrence ministrielle Un environnement pour lEurope. La Convention est entre envigueur le 30 Octobre 2001 et 44 parties, dont lUnion Europenne, lavaient ratifie en aot 2011.En Asie centrale le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan et le Turkmnistan sont parties de laConvention.

    La Convention dAarhus dfinit les lments cls de la participation du public et ses dispositionssont largement reconnues comme une rfrence pour ce qui est parfois dcrit comme ladmocratie environnementale. Elle porte sur laccs linformation environnementale, laparticipation en amont et continue du public au processus de prise de dcisions, les processustransparents et conviviaux, lobligation pour les autorits de tenir compte des commentaires dupublic, une structure de soutien et des moyens efficaces dapplication et de recours.

    Le Protocole de la convention sur les registres de rejets et de transferts de polluants dfinitprincipalement les obligations des autorits envers le public. Les registres de rejets et de transfertsde polluants se sont rvls tre un moyen trs efficace pour la collecte dinformationsenvironnementales faible cot auprs du secteur priv et leur mise disposition dans le domainepublic, exerant ainsi une pression pour faire baisser les niveaux de pollution.

    Le protocole introduit une nouvelle dimension car il implique des obligations de rapportage pour lesecteur priv et peut tre considr comme un outil permettant de promouvoir laresponsabilisation des entreprises. La nature globale des dispositions de la convention et duProtocole les rend pertinents pour la mise en uvre dautres expriences relatives laccs linformation, la participation du public au processus de prise de dcisions et laccs lajustice en matire denvironnement.

    Encart 16 : Convention dAarhus

  • 6 PARTICIPATION DES ACTEURS AU NIVEAU TRANSFRONTALIER

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Les moyens financiers consacrs la socit civile doivent tre suffisants et peuvent transiterpar les organismes de bassin. Ceux-ci sont susceptibles dapporter une assistance techniqueet une facilitation, en particulier aux usagers non organiss, afin que les acteurs sapproprientles sujets travers des ateliers ou des supports spcifiques. Les partenaires techniques etfinanciers peuvent jouer un rle de catalyseur. Une continuit dans lappui la participationdes acteurs est par ailleurs ncessaire.

    6.3 Consultations publiques

    Les populations touches par les impacts des grandes infrastructures hydrauliques caractretransfrontalier (barrages, drivations : cf. Chapitre 9) doivent tre associes au projet, depuislidentification jusqu lexploitation. Des garanties sont offertes pour la compensation despopulations affectes, ce qui savre plus complexe quand ces impacts stendent au deldune frontire.

    Des consultations sont menes, par exemple auprs des populations situes dans la cuvettedes barrages, qui sont dplaces et rinstalles. Ces consultations doivent galement treralises auprs des populations en aval qui subissent les impacts (positifs comme ngatifs)des ouvrages, y compris lorsque ces populations sont situes dans dautres pays.

    En outre, les acteurs impliqus dans les stratgies de consultation publique soutiennent etenrichissent, dans de nombreux cas, la mise en place de zones protges en fournissant desconnaissances locales sur la valeur des zones et de leurs espces autochtones (par exemple,les aquifres partags ou les zones naturelles).

    77

    Exemple 32 : Coopration hispano-portugaise sur leau

    LEspagne et le Portugal partagent cinq fleuves principaux et ceux-ci et leurs affluents formentles deux tiers de leurs frontires. Il existe une coopration historique entre les deux tatsriverains et les accords formels entre eux ont commenc avec le Trait des Frontires de 1864.Une nouvelle phase de coopration a t initie avec la signature en 1998 de la Convention surla coopration pour la protection et lutilisation durable des eaux des bassins des fleuveshispano-portugais (Accord dAlbufeira), qui a largi la porte dune collaborationessentiellement conomique vers un cadre plus ample pour lutilisation durable et la gestiondes ressources en eau partages.

    Les caractristiques essentielles sont : une approche cosystmique, la promotion du bassinhydrographique comme unit de gestion, lvaluation de lutilisation des terres, lencouragement la participation du public, ainsi que la transparence. Par ailleurs, les formules de participationcouvrent entre autres : linclusion des approches participatives et dchange dinformations travers des groupes de travail techniques, lorganisation dateliers spcifiques et de forums departicipation sociale.

    Pendant le processus de planification hydrologique, des runions ont t organises etcontinuent davoir lieu avec la participation active du public et de la socit civile, des ONG etde groupes intresss impliqus dans la gestion de leau. Plus prcisment, aprs deuxrunions participatives binationales (Zamora en 2006 sur la gestion des scheresses etLisbonne en 2008 sur la planification hydrologique et les changements climatiques), lacoordination entre les deux pays a t encourage afin dlaborer une synthse provisoire desquestions importantes relatives la gestion des eaux.

  • MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org78

  • 7 STRATGIE ET PLANIFICATION DANS LES BASSINS TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    7 Stratgie et planification dans les bassins transfrontaliers

    La planification des actions sur un bassin transfrontalier peut revtir diverses formes etappellations. Elle doit comprendre une composante sur le : long terme (20 30 ans) - Plan daction stratgique, schma directeur damnagement et de

    gestion, plan de gestion, etc. ; court terme (3 5 ans) - Plan daction ou programme de mesures dtaill, dclin sous

    forme dun programme dinvestissement, de mesures structurelles (y compris les objectifsenvironnementaux tels que le maintien des fonctions cologiques) et non-structurelles(notamment celles lies la gouvernance).

    Le plan stratgique est labor de manire consensuelle par lorganisme de bassintransfrontalier, faisant apparatre le partage des cots et des bnfices entre les pays du bassin.Le plan daction doit tre officiellement valid par les tats pour lui confrer la plus grande forcedans lapplication. Un environnement institutionnel international favorable est un pralable toute planification stratgique transfrontalire et le cadre juridique en constitue un complmentncessaire (cf. chapitre 2).

    Les reprsentants des acteurs non tatiques des diffrents pays participent llaboration de laplanification stratgique notamment travers des groupes de travail gographiques etthmatiques, des processus de consultation, ainsi que par le biais de leur reprsentation au seindes instances de lorganisme de bassin transfrontalier (cf. chapitre 6).

    7.1 Diagnostic transfrontalier

    La premire tape de la planification correspond la ralisation dun tat des lieux et lidentification des problmes mais aussi des atouts, par exemple travers une valuationenvironnementale pralable impliquant les diffrents pays concerns. Une matrice dvaluationcroisant les diffrents thmes par pays peut tre utilise.

    79

    POINTS CLS

    La stratgie transfrontalire est tablie long terme et valide par lensembledes pays du bassin, partir de priorits et dobjectifs consensuels.

    Le cadre juridique transfrontalier et les mcanismes de partage desbnfices entre pays constituent des lments de planificationfondamentaux.

    La planification stratgique de la GIRE transfrontalire est lie aux diffrentsautres processus de planification rgionaux et sectoriels.

    Une attention particulire doit tre apporte la programmation des grandesinfrastructures hydrauliques, dont les impacts sont souvent transfrontaliers.

    Pour chaque action, le matre douvrage national ou international doit treclairement identifi et le montage financier labor.

    La socit civile doit tre associe llaboration de la stratgie et laplanification lchelle transfrontalire.

  • 7 STRATGIE ET PLANIFICATION DANS LES BASSINS TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Ltat des lieux comme lidentification des problmes doit porter non seulement sur la ressourceen eau en quantit et qualit, sur lenvironnement naturel mais aussi sur toutes les activitssocio-conomiques et les domaines qui ont un impact direct ou indirect, immdiat ou futur surles ressources en eau tels que le s usages du sol, les donnes dmographiques, etc.

    Dans un diagnostic transfrontalier, il est important de prendre en compte le contexte (accords decollaboration ou projets dj existants), la priorit des usages de leau identifis par les payspartageant le bassin, lexistence de zones protges relies aux eaux partages, les effetspossibles des changements climatiques et des phnomnes extrmes (voir chapitre 7.6) et lesprojets de recherche existants qui traitent des problmes communs identifis.

    Dans les projets raliss par le Programme sur les eaux internationales du Fonds pourlEnvironnement Mondial (GEF), le rle principal dune Analyse-Diagnostic Transfrontalire (ADT)est didentifier, de quantifier et de dfinir des priorits pour les problmes de naturetransfrontalire lis leau. En particulier, lADT a pour but de : identifier et prioriser les problmes transfrontaliers ; recueillir et interprter les informations scientifiques relatives aux impacts sur leau et

    lenvironnement et aux consquences socio-conomiques de chaque problme ; analyser les causes immdiates sous-jacentes et lorigine de chaque problme et identifier en

    particulier les pratiques spcifiques, les sources, les zones et les secteurs dactivit humainequi provoquent ou menacent de provoquer la dgradation des ressources en eau et delenvironnement ;

    effectuer une analyse des institutions, des lois, des politiques et des investissementsprojets.

    Une ADT est une enqute scientifique et technique utilise pour mesurer limportance relative dessources, des causes et des impacts des problmes lis aux eaux transfrontalires. Ceci ncessiteune valuation objective et non un document ngoci. Lanalyse est ralise de manireintersectorielle, en se concentrant sur les problmes transfrontaliers sans ignorer lesproccupations et les priorits nationales.

    Pour rendre lanalyse plus efficace et durable, celle-ci doit inclure une analyse dtaille de lagouvernance qui tienne compte du milieu institutionnel, juridique et politique local. De plus,lADT doit tre prcde par une consultation approfondie de tous les acteurs, qui sont impliqustout au long du processus. Lapproche ADT nest pas seulement un moyen prouv deprogresser, cest galement un outil de diagnostic permettant de mesurer lefficacit de la miseen uvre du Plan dAction Stratgique.

    80

    Le Programme sur les Eaux Internationales du GEF a apport un soutien 183 projets. Le GEF estle plus important mcanisme de financement pour la collaboration entre pays sur leau et lesocans, avec 149 pays bnficiaires du GEF et 23 pays non bnficiaires, leur permettant detravailler ensemble pour grer leurs ressources en eau transfrontalires. Les pays participant auxprojets du GEF sur les eaux internationales ont ngoci 13 cadres de coopration rgionale, traitsou protocoles travers un financement du GEF.

    Une coopration rgionale appliquant lapproche ADT/PAS a t ralise dans : 22 bassins de fleuves transfrontaliers 8 bassins de lacs transfrontaliers 5 systmes aquifres transfrontaliers 19 grands cosystmes marins

    Pour plus dinformations : www.thegef.org

    Encart 17 : Analyse-Diagnostic Transfrontalire/Plan dAction Stratgique (ADT/PAS)

  • 7 STRATGIE ET PLANIFICATION DANS LES BASSINS TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Le diagnostic fournit les bases permettant dlaborer le plan daction. En outre, il fait partie dunprocessus dengagement des acteurs, depuis les tapes initiales jusqu la mise en placeultrieure des solutions lors de la formulation du plan daction. Lidentification des acteurs, laconsultation et les tudes sur la capacit institutionnelle, la gouvernance et les investissementssont tous des lments essentiels du processus.

    Le diagnostic transfrontalier doit inclure une approche prvisionnelle, par exemple sur leslments qui vont gnrer des pressions sur la ressource en eau : augmentation de la population(naturelle et immigration) qui induit une consommation supplmentaire en eau domestique,accroissement des rejets deaux uses, urbanisation, risques lis aux changements climatiques,ainsi que la gestion de la demande et des volumes deau correspondants : modernisation dessystmes dirrigation, rutilisation des eaux uses, etc.

    Ltat des lieux, lidentification des problmes avec une vision prospective permettent dans unsecond temps de dfinir les objectifs atteindre et de hirarchiser les priorits, par exemple parzones de dveloppement homognes - chacune de ces zones pouvant correspondre plusieurspays, saffranchissant ainsi des frontires administratives.

    Les diffrentes priorits nationales doivent se reflter lchelle du bassin. Ds ce stade,llaboration dun consensus entre pays est importante, sous lgide de lorganisme de bassintransfrontalier.

    Une vision partage sous forme dune phrase rsumant les buts et objectifs communs auxpays du bassin peut tre nonce. Cette formulation consensuelle doit rpondre aux aspirationsdes populations, bnficiaires ultimes du processus.

    7.2 Outils de planification transfrontalire

    Les diffrents types doutils de planification utilisent les donnes issues des pays du bassin quialimentent le systme dinformation transfrontalier (cf. chapitre 4). Outre le monitoring et parmiles outils de planification stratgique peuvent tre distingus les outils daide la dcision basede modlisation, les outils conomiques, les outils environnementaux et les systmesdinformation gographique. On rappelle que de tels outils ne peuvent remplacer lexpertise parles gestionnaires du bassin.

    Les systmes dinformation sur leau, les rseaux de monitoring et lvaluation des donnescommunes recueillies fournissent des informations prcieuses sur ltat des eaux partages etcontribuer au processus de prise de dcisions court et moyen terme. Dans la phase deplanification, il est primordial didentifier les rseaux de mesures pertinents, de choisir lesstations ou points de mesures appropris et de sassurer de la qualit des donnes fournies parles pays partageant le bassin. Pour aller plus loin ou anticiper des situations diffrentes, lesmodles peuvent aider les gestionnaires de leau.

    Les outils daide la dcision reposent sur lutilisation de modles permettant de simuler lesfonctionnements hydrologiques (pluie, dbit, niveau des aquifres), hydrauliques (propagationdes dbits, ouvrages de rgulation) et lallocation des ressources en eau suivant les usages et leszones gographiques. Cette dernire application savre particulirement utile quand il sagitdexprimer le partage entre les pays du bassin. Certains outils permettent galement demodliser les aspects lis la qualit des eaux, voire le transport solide.

    81

  • 7 STRATGIE ET PLANIFICATION DANS LES BASSINS TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Les modles quantitatifs, souvent coupls des systmes dinformation gographique, peuventtre utiliss pour simuler diffrents scnarii, par exemple suivant les donneshydromtorologiques : annes sche ou humide, chroniques de pluies et de dbits. Lamodification de ces chroniques ainsi que de celle des tempratures par descente dchelle desmodles climatiques globaux permet par ailleurs dvaluer certains impacts des changementsclimatiques.

    Les scnarii peuvent aussi concerner diffrentes options damnagement, en particuliersagissant de nouveaux grands ouvrages structurants dimension transfrontalire ainsi que deleurs combinaisons au sein du bassin. Les scnarii tudis doivent tre labors et valids demanire consensuelle par les pays du bassin.

    De tels modles permettent de simuler les plans et programmes damnagement aux diffrentshorizons temporels : court, moyen et long terme. Les mmes outils peuvent tre utiliss par lasuite pour la gestion tactique (tableaux de bord) lchelle du bassin dans son ensemble ou biendun seul pays, ou encore pour les tudes dimpact environnemental et social des diffrentsprojets. Lutilisation de ce type doutil facilite loptimisation conomique des investissements et lepartage des bnfices entre les pays. Un module conomique peut tre coupl loutilhydraulique, permettant dvaluer les rsultats conomiques des diffrents scnarios tests.

    Les systmes dinformation gographique permettent dintgrer, de combiner et danalyser lesdonnes tant physiques que socio-conomiques. Ils permettent de visualiser les diffrentescomposantes gopolitiques du bassin, particulirement entre les diffrents pays qui lecomposent. Ils constituent par ailleurs un puissant outil de communication, y compris auprsdes usagers de leau et des non techniciens. Les images satellitales sont particulirement utilesdans le cas des bassins transfrontaliers, souvent de grande dimension.

    82

    Exemple 33 : Outil dallocation des ressources en eau sur le bassin du Niger

    LAutorit du Bassin du Niger (ABN) a dvelopp et utilise un outil de simulation de scnarios dedveloppement et dallocation des ressources en eau. Cet outil a servi en 2007 aux choix duscnario de dveloppement du bassin, fond sur la construction de trois nouveaux grandsbarrages et laugmentation des superficies irriguer. Cet outil a t labor par des consultantsdans les locaux de lABN avec la participation effective dexperts permanents de lABN en chargede leur manipulation, afin de garantir leur appropriation et la prennisation de leur usage.

    Le modle de simulation est adapt aux problmatiques spcifiques de ce vaste bassin de 1,5 Millions km, notamment : prlvements au fil de leau laval des ouvrages et grande distance des sites de demande par

    rapport aux sites de stockage, forte variabilit hydrologique inter et intra-annuelle ; immense zone humide dintrt mondial (delta intrieur du Niger) ; incorporation dune exigence dquit entre les pays pour les prlvements dirrigation suivant

    le principe diso-satisfaction, qui prvoit que la ressource rgule ne doit satisfairelaugmentation dune demande dans un pays donn que si elle est en mesure de satisfaire uneaugmentation proportionnelle dans les autres pays.

    Loutil a t dvelopp durant le processus Vision partage du bassin du Niger avec lappui de lacoopration franaise. Le processus a abouti au Plan dAction de Dveloppement Durable lhorizon 2025, au Programme dinvestissement et la Charte de leau adopts par lensemble desneuf tats membres de lABN en avril 2008. Le plan comprend un schma directeur desressources en eau qui analyse laide du modle la compatibilit et la complmentarit entre lesouvrages hydrauliques structurants prvus.

  • 7 STRATGIE ET PLANIFICATION DANS LES BASSINS TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    7.3 Schma directeur transfrontalier

    Une fois le diagnostic tabli, il sagit de dfinir les actions mettre en uvre. Ces actionspeuvent tre de diffrents types et au caractre transfrontalier plus ou moins marqu. Outre lesprojets caractre institutionnel ou de renforcement des capacits, on peut citer parmi lesactivits les plus mme de favoriser lintgration entre diffrents pays dun mme bassin : laproduction hydrolectrique, lirrigation, la navigation, le soutien dtiage, la prservation descosystmes, la lutte contre les phnomnes naturels extrmes (inondation, scheresse) etcontre la pollution.

    Parmi les diffrents scnarios damnagement tudis, un scnario consensuel est choisi par lespays et dclin sous forme dactions.

    Le plan daction dun bassin transfrontalier inclura dabord des actions de nature transfrontalire,bnficiant au moins deux pays. Les actions lchelle nationale seront incluses dans lamesure o elles participent la cohrence du schma directeur. Les actions lchelle locale etne concernant quun seul pays seront de prfrence inscrites au plan daction de GIRE national.Dans le mme temps, des mcanismes spcifiques sont prvus pour identifier les actionssusceptibles de porter prjudice aux pays situs en leur aval.

    83

    Exemple 34 : Stratgie 2010-2015 de dveloppement du bassin du Mkong

    Llaboration et ladoption en 2011 de la Stratgie de dveloppement du bassin par les pays dubassin infrieur du Mkong est un jalon important dans lhistoire de la coopration au sein de laCommission du Mkong (MRC). Les amnagements raliss dans le bassin suprieur duLancang-Mkong en Chine et dans le bassin infrieur ont chang le rgime dcoulement duMkong. Aujourdhui, le secteur priv recherche activement des opportunits dinvestissementpour satisfaire la demande croissante en biens et services que le fleuve peut fournir, si dessystmes efficaces de rglementation sont mis en place.

    La stratgie dfinit un processus dynamique de planification du dveloppement du bassin qui serarevu et actualis tous les cinq ans. Elle dfinit les priorits stratgiques suivantes pour ledveloppement du bassin : lidentification des opportunits et des risques lis aux amnagements actuels ; lextension et lintensification de lagriculture irrigue ; la forte amlioration de la durabilit environnementale et sociale des amnagements

    hydrolectriques ; lacquisition des connaissances essentielles ; lidentification doptions pour le partage des bnfices et des risques ; la mise en uvre dune stratgie dadaptation aux changements climatiques ; lintgration de la planification par bassin dans les systmes nationaux.

    La stratgie comprend galement : les objectifs et les stratgies de gestion de bassin dfinis pour les secteurs de leau ; le renforcement des processus fondamentaux de gestion des ressources en eau au niveau

    national ; le renforcement des processus de gestion des ressources en eau au niveau du bassin ; une dfinition rigoureuse des objectifs environnementaux et sociaux et des indicateurs de

    rfrence lchelle du bassin ; la mise en uvre dun programme de renforcement des capacits, reli aux initiatives

    gnrales de la MRC et complmentaire aux activits nationales de renforcement descapacits.

  • 7 STRATGIE ET PLANIFICATION DANS LES BASSINS TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Le partage des bnfices et des cots lis aux actions stablit de manire consensuelle entre lesdiffrents pays du bassin, sur la base des rsultats des diffrentes simulations conomiques etsuivant un processus de concertation et de ngociation.

    Pour les projets raliss dans le cadre du Programme sur les eaux internationales du Fonds pourlEnvironnement Mondial (GEF), le Plan dAction Stratgique (PAS) est un document de politiquengoci qui doit tre approuv par tous les secteurs concerns au plus haut niveau politique. Iltablit des priorits claires pour laction (par exemple des rformes politiques, juridiques etinstitutionnelles, ou des investissements) afin de rsoudre les problmes prioritaires identifisdans lAnalyse-Diagnostic Transfrontalire.

    Un lment cl du PAS est une assise bien dfinie. Cela permet une distinction claire entre lesactions aux bnfices purement nationaux et celles qui abordent des proccupationstransfrontires avec des bnfices globaux. Un autre lment cl concerne la mise en place demcanismes institutionnels aux niveaux rgional et national pour la mise en uvre du PAS et deprocdures de suivi-valuation pour mesurer lefficacit des rsultats du processus.

    Un PAS doit identifier les rformes politiques, juridiques et institutionnelles et lesinvestissements ncessaires pour rpondre aux problmes prioritaires des eaux transfrontalires.Llaboration dun PAS est un processus de coopration entre les pays participants. Il dcrit lesactions ncessaires pour rsoudre les problmes prioritaires et doit tre approuv avant que toutprojet dassistance technique, de renforcement des capacits ou dinvestissement ne soit initi.Le PAS dfinit pour chaque pays des actions spcifiques qui peuvent tre adoptes lchellenationale, mais sont harmonises avec les autres pays concerns.

    84

    Exemple 35 : Plan dAction Stratgique du bassin du Lac Victoria - du niveau communautaireau niveau ministriel

    Le Lac Victoria, le plus grand des lacs africains, a appliqu avec succs la dmarche ADT/ PAS dansle processus de mise en place dun cadre rgional de gestion durable de lenvironnement et delconomie. La phase I du Projet de gestion environnementale du Lac Victoria, qui a t mis enuvre conjointement par les pays riverains, Kenya, Tanzanie et Ouganda, a permis dimportantsprogrs dans lamlioration de la gestion rgionale de leau. Cette phase a dabord port sur lacomprhension du lac et sur le renforcement des capacits rgionales, tout en testant la faisabilitdun certain nombre dactions communautaires et des modalits institutionnelles, tant au niveau descommunauts locales quau niveau rgional.

    LOrganisation des pcheurs du Lac Victoria a t cre par une convention signe en 1994 par lestats, montrant que les bnfices des communauts peuvent stimuler laction ministrielle. LaCommission de bassin du Lac Victoria a t cre en 2003 par le protocole pour le dveloppementdurable du bassin du lac Victoria, promulgu par le trait de 1999 pour la cration de laCommunaut dAfrique de lEst.

    Pour la phase II du projet, le Rwanda et le Burundi, deux pays qui font partie du bassin suprieur quise dverse dans le lac par la rivire Kagera, ont sign le trait et le protocole. En incluant ces deuxpays, une solution plus intgre peut tre obtenue grce aux efforts pour cibler les problmes que lebassin du lac a rencontr au cours des trois dernires dcennies, lcosystme du lac tant sous lapression croissante dune pollution par les nutriments et de la prolifration massive dalgues.

    Une des pierres angulaires essentielles de la durabilit est la cration dun Fonds de taxation sur lespches (Fish Levy Trust). Tous les pcheurs doivent payer une taxe minimale au fonds qui, sontour, finance des activits permettant aux communauts rgionale et locale dappliquer des mesuresvisant assurer une bonne gestion du lac Victoria tous les niveaux, de la communaut auxMinistres.

  • 7 STRATGIE ET PLANIFICATION DANS LES BASSINS TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Outre les performances partages des diffrents amnagements (production hydrolectrique,irrigation, pche, navigation, alimentation en eau potable, loisirs, etc.), il sagit dexaminer lesbnfices et impacts lis aux cosystmes, tels que par exemple lautopuration par les zoneshumides, la production halieutique ou les dbits sanitaires.

    Le plan daction stratgique dun bassin transfrontalier doit tre cohrent avec les autresprogrammes internationaux de la rgion concerne - agriculture, nergie, transport,information/communication, ainsi quavec les plans sectoriels existants ou en dveloppement(adaptation aux changements climatiques, lutte contre les inondations et les scheresses, etc.).

    7.4 Programmation des investissements

    La planification stratgique tant prvue long terme, les actions prioritaires sont dtailles ausein dun plan daction court terme (quelques annes). Son budget est labor de manireraliste et dclin sous la forme dun programme dinvestissement (constitu de projets viablesfinancirement) et dactivits (formations, tudes, mise en place de systmes dinformation),rpartis autant que possible de manire quitable entre les pays du bassin.

    Le processus de mise en uvre est itratif, le plan devant tre revu au bout de quelques annespour la mise uvre du prochain programme, en intgrant les donnes nouvelles et en tenantcompte des nouveaux rsultats et des volutions futures.

    Lorganisme de bassin labore la stratgie et les modalits de financement qui peuvent trediffrentes (autofinancement, financement externe sous forme de prts ou de dons, partenariatspublic-priv - voir Chapitre 8) suivant le type dactions. Les modalits de partage des cots entrepays sont lies au partage des bnfices issus des actions.

    Lorsquelles sont programmes, les grandes infrastructures hydrauliques (barrages, drivations,transferts deau, cf. Chapitre 8) reprsentent une part importante du budget dinvestissement etsont dailleurs souvent programms sur plusieurs priodes de planification court terme.

    Lorsquun tel ouvrage prsente une dimension transfrontalire, sa dcision de mise en uvrepeut constituer un aspect particulirement sensible de la concertation entre les pays. Lobtentiondun consensus sur louvrage constitue un atout important pour la coopration internationale etlintgration politico-conomique dans la rgion concerne. Les impacts environnementaux etsociaux de cet ouvrage doivent tre tudis selon les normes internationales en vigueur, ensuivant les recommandations de la Commission Mondiale des Barrages.

    85

    Exemple 36 : De la vision partage un vaste programme dinvestissements sur le bassin du Niger

    Le projet Inversion des tendances la dgradation des terres et des eaux dans le bassin duNiger soutenu par le GEF visait rduire et prvenir une plus forte dgradation descosystmes transfrontaliers lis aux ressources en eau, prvenir la dgradation des sols, protger les ressources biologiques et renforcer les capacits pour une bonne prise de dcisions lchelle du bassin et au niveau national.

    Une Analyse-Diagnostic Transfrontalire complte et un Programme dAction Stratgique ontt ralis suivant un processus participatif, qui comprenait des quipes multidisciplinaires auxniveaux national et rgional. Suite aux conclusions de lADT, le PAS a t labor en tant quedocument de politique qui a complt le Plan dAction pour le Dveloppement Durable duBassin du Niger.

  • 7 STRATGIE ET PLANIFICATION DANS LES BASSINS TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    7.5 Mise en uvre et suivi

    Llaboration du plan daction prioritaire est sous la responsabilit de lorganisme de bassintransfrontalier qui coordonne sa mise en uvre et met en place un systme de suivi etdvaluation.

    On distingue les actions structurelles (nouveaux amnagements, travaux, rhabilitation,maintenance) des actions dordre technique (tudes, suivi, renforcement des capacits) etinstitutionnel (procdures, rglementation, gouvernance).

    Des mesures non-structurelles et environnementales, telles que la restauration des lits des coursdeau et la prservation des zones humides afin de minimiser les impacts des inondations,lintroduction despces indignes, les activits de renforcement des capacits, ou lescampagnes de sensibilisation, peuvent tre plus faciles appliquer que des ouvrageshydrauliques et des infrastructures et apporter des bnfices plus durables. Toutefois, cesmesures exigent galement un consensus entre les parties intresses et les pays partageant lebassin, afin dassurer la continuit et lefficacit des actions.

    Pour chacune des actions les responsabilits sont identifies entre le matre douvrage, le matreduvre, le gestionnaire et les bnficiaires. Suivant le type daction, le matre douvrage pourratre international, national voire local suivant le principe de subsidiarit. Certaines actionspeuvent tre sous la responsabilit de lorganisme de bassin transfrontalier mais tre mises enuvre par des organismes nationaux.

    Pour lorganisme de bassin, le passage de la phase de planification celle de mise en uvreconstitue une tape fondamentale, pouvant ncessiter une rorganisation avec cration denouveaux organes et de nouveaux mcanismes, en particulier pour faciliter ses liensoprationnels avec les tats.

    Des indicateurs de performance sont utiles tant pour la gouvernance de lorganisme de bassinque pour les rsultats obtenus sur le bassin (cf. Chapitre 4). Il est ncessaire dinformerrgulirement les diffrents acteurs du bassin sur la mise en uvre des actions. Les diffrentescatgories dacteurs participent la ralisation des actions qui les concernent.

    7.6 Changements climatiques et risques lis leau

    La lutte contre les risques lis leau (inondations, scheresse, pollution) est plus que jamaisdactualit dans un contexte de changements climatiques, susceptibles daggraver la frquencedes vnements extrmes. Les actions associes cette lutte (prvention, prvision etprotection) doivent sinscrire dans la planification stratgique lchelle du bassin transfrontalier.L encore, la participation des acteurs et la consultation du public savrent ncessaires.

    Il est important que les pays changent les informations, en particulier hydromtorologiques,ncessaires cette lutte, ainsi que les progrs en matire de plans sectoriels : lutte contre lesimpacts des changements climatiques, plans de gestion des scheresses et des inondations. Lacentralisation des informations peut seffectuer au niveau de lorganisme de bassintransfrontalier, qui gre le systme dalerte global et prvient les pays en cas de menace (cf.Chapitre 4).

    La lutte contre les inondations sinscrit dans le concept de GIRE. Le ralentissement dynamiquedes crues dans les aires dexpansion naturelles (lit majeur et zones humides) savre une mesureefficace et durable, y compris pour la protection des pays situs en aval. La matrise desinstallations humaines dans les zones inondables en constitue le complment indispensable.

    86

  • 7 STRATGIE ET PLANIFICATION DANS LES BASSINS TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Du point de vue du dveloppement, la restauration des plaines inondables contribue amliorerles moyens de subsistance locaux. La rduction des risques dinondation est un avantage majeurpour les communauts des pays situs en aval.

    Dans certains cas, le stockage peut tre augment de manire artificielle dans un objectif deprotection laval. Des mcanismes de compensation des pays stockeurs en amont peuventtre alors ngocis avec les pays protgs en aval. Les mesures de protection par endiguementsont dconseilles car, outre leur porte limite et leurs forts impacts sur lenvironnement, ellesne font que reporter le problme laval.

    Dans les zones gographiques en situation de pnurie deau, les barrages rgulateurs peuventtre une solution majeure dadaptation aux changements climatiques. Ils constituent une rservedeau permettant de rguler le cours deau en fonction de la variabilit saisonnire et des besoins(cf. Chapitre 9).

    87

    Exemple 37 : Programme eau, climat et dveloppement en Afrique

    Le Programme eau, climat et dveloppement en Afrique (WACDEP) pilot par le Conseil desMinistres Africains de lEau (AMCOW) et mis en uvre par le GWP est destin faciliter la miseen uvre de la Dclaration de Charm el-Cheikh et des engagements pris par les Chefs dtat delUnion Africaine sur leau et les changements climatiques. Son but est de promouvoir la scuriten eau comme lment clef du dveloppement durable des pays et des rgions, ainsi que decontribuer la rsilience aux changements climatiques pour la croissance conomique et lascurit humaine.

    Un Cadre pour la scurit en eau, la rsilience climatique et le dveloppement est ainsi dveloppen 2011-2012 par un consortium men par HR Wallingford, afin de faciliter la mise en uvre duWACDEP. Ce document stratgique court et facile dutilisation, dfinit les grandes lignes de llaboration

    de stratgies dinvestissements sans regret/ faibles regrets. Il fournit les lments pour intgrer scurit en eau et rsilience aux changements climatiques

    aux plans nationaux de dveloppement, aux cadres macroconomiques, aux budgetsnationaux et lconomie globale.

    Il stablit sur la base des travaux analytiques du document dinformation technique. Celui-cicollecte les meilleures pratiques internationales en termes de stratgies pour la scurit eneau et la rsilience climatique, fournit des conseils pour faire face aux incertitudes ainsi quesur les investissements pertinents.

    Pour plus dinformations : www.gwp.org/WACDEP

    Exemple 38 : Planification conjointe de la gestion des risques dinondation du fleuve Moravaet mise en uvre

    La Morava, affluent du Danube, est partage par lAutriche, la Rpublique Tchque et la Slovaquie.Ce fleuve est dangereux du fait des inondations causes par les prcipitations rgionales et lescrues clair. Les dommages de linondation de 2006, surtout dans les terres agricoles, ont testims 35 millions deuros.

    Il nya pas de commission de bassin conjointe pour la Morava, mais des accords bilatraux entreles trois pays portent sur la prvision, linformation et lalerte des inondations. Par ailleurs, leprojet valuation et gestion des risques dinondation en Europe Centrale (CEFRAME) concerne laMorava, le Dyje (principal affluent de la Morava), le Danube et la rivire Leitha. Il a permis deraliser une tude et un tat des lieux, une analyse des risques dinondation, une cartographie et apropos une harmonisation des rgles de scurit et le dveloppement de meilleures pratiques.

  • 7 STRATGIE ET PLANIFICATION DANS LES BASSINS TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    On veillera cependant bien tablir le bilan carbone de tels projets, par exemple en zoneforestire, une cuvette mise en eau pouvant mettre une quantit importante gaz effet de serre.

    Les plans de gestion des scheresses et les mesures associes, lutilisation de systmesdindicateurs pour le suivi des impacts produits par la diminution des disponibilits en eau ou lasurveillance troite du niveau des aquifres pendant les pisodes mtorologiques doiventgalement tre pris en compte dans la coopration transfrontalire.

    Dans certains cas, ltablissement de dbits minimaux utiles et la possibilit de les rviser en casde scheresse, ainsi que de meilleures communication et change de donnes entre les pays etune souplesse dans lapplication des mesures en priode de scheresse doivent trerecommands.

    88

    Exemple 39 : Le projet AMICE sur le bassin de la Meuse

    Le projet AMICE est mis en uvre par 17 partenaires sous la direction de lEtablissement PublicdAmnagement de la Meuse et de ses Affluents. Il vise minimiser les impacts conomiques,sociaux et cologiques des changements climatiques dans les zones inondables densmentpeuples et urbanises, qui sont parmi les zones les plus vulnrables dEurope. Le projetcomprend entre autres plusieurs activits pour amliorer la rtention deau naturelle enrtablissant la zone dexpansion des crues du fleuve, en transformant les terres agricoles enespaces naturels et en prservant les zones inondables Natura 2000.

    Exemple 1) : situ dans la partie suprieure du bassin au sein des Ardennes wallonnes o lesprcipitations sont fortes. Les zones en amont offrent une capacit de rtentionsuffisante si elles sont restaures leur tat naturel. Elles sont ncessaires pourralentir les inondations et stocker leau dans le sol en cas de scheresse.

    Exemple 2) : situ dans la partie la plus en aval dubassin, prs de la ville deSteenbergen. Lobjectif est depermettre aux cours deau dinonderles champs environnants lorsque leniveau deau de la Meuse est troplev, pour permettre au flux descouler. Les plaines inondablestant tendues et plates, laconcurrence avec les cultures et lesprairies est intense, ce qui cre uncontexte particulirement difficile.

    Exemple 3) : il met en vidence lutilisation des zones Natura 2000 pour compenser les coursdeau canaliss dans des zones urbanises. Lobjectif est de rsoudre les problmesde quantit deau en tenant compte des aspects cologiques et de la mauvaisequalit de leau. Dans ce cas, le dfi important est la collaboration avec lesagriculteurs qui utilisent ces terres.

  • 8 FINANCEMENT DES ORGANISMES DE BASSINS TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    8 Financement des organismes de bassins transfrontaliers

    Pour quun organisme de bassin transfrontalier soit efficace et inscrit dans la dure, il doit tredot dun systme de financement durable et appropri. Ce systme doit en particulierfavoriser lautonomie budgtaire dans le fonctionnement quotidien de lorganisme, lui assurantune certaine indpendance par rapport aux tats membres et lui apportant une vision longterme des ressources financires sur lesquelles il pourra compter. La durabilit du systme definancement sera tablie ds lors que la majeure partie du budget de fonctionnement seracouverte par des ressources garanties et rgulires.

    Lorganisme de bassin peut tre confront au problme de la variabilit du montant definancement dune anne sur lautre, avec comme principale cause la non rgularit dans leversement de la contribution de certains tats membres, engendrant la longue des arrirsimportants. On relve cependant que cette contribution directe des pays reste trs minoritaire parrapport aux enjeux de dveloppement dun bassin transfrontalier, en particulier en matiredinfrastructure.

    Par ailleurs, le systme de financement de lorganisme de bassin transfrontalier doit tre btide sorte quil rponde : aux diffrentes missions/fonctions de lorganisme de bassin, aux besoins de financement dans le bassin, aux chances souhaites (besoin de financement court, moyen ou long terme).

    Par exemple, un organisme de bassin qui a pour rle lamnagement et la gestion de grandsouvrages structurants doit avoir un mcanisme qui permet la mobilisation des financementsncessaires, dont lorigine sera multiple : autofinancement public des tats membres,financement par les bnficiaires, financement par le secteur priv, prts et subventionsinternationales.

    Au contraire, un organisme de bassin dont les missions seraient centres sur la cration et lefonctionnement dun systme dinformation sur leau et sur la planification aura un systme definancement ax sur un budget de fonctionnement faisant appel essentiellement desfinancements internes au bassin (tats membres), hormis par exemple pour la mise en place dusystme dinformation qui peut ncessiter des apports extrieurs de la part de bailleurs de fonds.

    89

    POINTS CLS

    Un organisme de bassin transfrontalier doit tre dot dun systme definancement durable et adapt ses missions.

    On peut distinguer trois types de besoins de financement relatifs aufonctionnement de linstitution, la ralisation des missions de base et lecas chant la gestion des ouvrages.

    Les diffrents systmes de financement internes possibles sont lescontributions des tats membres, les redevances lies aux usages, larmunration des fonctions de matrise douvrage et la vente de services.

    Les systmes de financements dorigine externe peuvent tre lesPartenariats Public Priv et les apports des bailleurs de fonds (prts pourlessentiel).

  • 8 FINANCEMENT DES ORGANISMES DE BASSINS TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Dune faon gnrale, il faut considrer trois types de besoins de financement : le financement des charges de fonctionnement de lorganisme de bassin, cest--dire le

    paiement des salaires des personnels, des locaux, des frais de dplacement, desfournitures et le financement des actions menes par lorganisme (tudes, base dedonnes, ateliers, formations, etc.) ;

    Le financement des missions courantes de lorganisme, telles que le monitoring ou encorela planification ;

    le financement des ouvrages et infrastructures hydrauliques, depuis les tudes jusqu leurralisation, y compris leur maintenance et leur exploitation.

    Sil est ncessaire davoir une cohrence globale dans le systme de financement delorganisme de bassin, il est vident que dans sa mise en uvre plusieurs solutions definancement sont utilisables, notamment en fonction du type de besoin (fonctionnement ouinvestissement).

    8.1 Les diffrents systmes de financement des organismes de bassinstransfrontaliers

    90

    Encart 18 : Diffrents systmes de financement des organismes de bassins transfrontaliers

    Financement dorigine interne au bassin

    Financement dorigineexterne au bassin

    Contributions des tats membres

    Systme de redevances

    Rmunrationde la matrisedouvrageralise parlorganisme de bassin

    Vente de services

    Partenariat Public Priv

    Apport des bailleursde fonds (les prts

    reprsentantlessentiel de laide

    publique audveloppement)

    Contributiondirecte au

    budget selon une cl

    de rpartitiondfinissant la part de

    chaque pays

    Contribution par le biais de

    prlvementscommunautaires

    Bas sur les principesutilisateur/

    pollueur - payeur

    Paiement dun servicerendu enmatrise

    douvrage delorganisme de bassin

    Paiement dun service

    ou dunproduit

    fourni parlorganisme de bassin

    Financementdinfrastructurespar le secteurpriv, dans le cadre

    dun contrat

    Sur la base de projets(voire duneapproche

    programme)

    Sans liendirect avec lusage de la ressource

    Li directementaux usages

    Li aux tchesralises parlorganisme de bassin

    Li aux activitsralises parlorganisme de bassin

    Li auxinfrastructuresdans le domaine

    de leau

  • 8 FINANCEMENT DES ORGANISMES DE BASSINS TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    8.2 Contribution des tats membres de lorganisme de bassin

    Le principe est une contribution annuelle de chaque tat membre au budget de lorganisme debassin. Ce systme permet notamment aux tats membres daffirmer leur confiance danslorganisation et dans un processus de solidarit.

    Afin dassurer une visibilit financire moyen terme, il est impratif que ce systme decontribution tatique soit organis par un cadre rglementaire ou contractuel entre les tats etlorganisme de bassin. Ce cadre doit notamment dterminer la cl de rpartition descontributions nationales.

    Une cl de rpartition peut tre galitaire, chaque pays contribuant au mme taux (parexemple, pour un bassin partag entre 5 pays, chaque pays participe au taux de 20%) ousolidaire, les tats les plus riches contribuant plus fortement que les pays les plus pauvres.Elle peut tre aussi fonde sur des critres objectifs et mesurables comme par exemple la partde cours deau, de prlvements, de population, de superficie du bassin, dactivitconomique de chaque pays dans lensemble du bassin. La logique voudrait que les critres retenir soient en rapport avec la ressource en eau (tant en quantit quen qualit) et que lontablisse un mixage entre plusieurs critres.

    La pratique montre que si ces critres sont utiles, la haute sensibilit du sujet conduit biensouvent les tats membres conclure un accord de cl de rpartition bas essentiellement surdes lments politiques, prenant en compte les possibilits contributives des tats, leursintrts ou leur degr dimplication dans la gestion des cours deau du bassin.

    91

    Exemple 40 : Financement durable de lAutorit du Bassin du Niger

    LAutorit du Bassin du Niger (ABN) est globalement finance plus de 90% par les ressources debailleurs de fonds, essentiellement pour la mise en uvre de projets dont la dure est limite dans letemps. Les contributions annuelles des Etats, irrgulirement acquittes, couvrent les 10% restants etsont consacres presque totalement au fonctionnement courant. Paradoxalement ces derniresannes, avec lavnement de la Vision Partage du bassin du Niger, les pays membres ont confi lABN un nombre grandissant de missions de service public de bassin par essence prennes : suiviet prvision hydrologique, suivi environnemental, allocation de leau, planification et coordination desprojets de grands barrages.

    LABN a ralis une tude avec lappui de lAgence Franaise de Dveloppement, visant identifier etmobiliser des ressources financires autonomes et durables. Cette initiative, qui a dj recueillilassentiment des Chefs dEtats de lABN, propose divers mcanismes identifis : un couplage des contributions des Etats une taxe communautaire inspire de celle de la CICOS

    (cf. exemple suivant) ; la mise en uvre du principe utilisateur - payeur consacr par la Charte de lEau du Bassin du

    Niger, entre en vigueur en 2010. Il sagit dobtenir, en particulier de la part des producteursdhydrolectricit, une contribution financire en change de services hydrologiques que seulelABN est mme de fournir lchelle du bassin ;

    la mise en uvre du principe pollueur - payeur ; la cration dun Fonds de capitalisation, qui pourrait ncessiter la participation des bailleurs de

    fonds ; la rmunration des fonctions de Matrise dOuvrage de lABN (souvent partages avec les pays) ; la rmunration des services rendus par un Guichet de mobilisation des financements ; la mise en uvre des mesures compensatoires lies la construction des ouvrages structurants.

  • 8 FINANCEMENT DES ORGANISMES DE BASSINS TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Dans le cas dun nouvel organisme de bassin o les tats ont dj eu une pratique decontribution dans le pass, llaboration de la cl de rpartition devra galement tenir comptede cet historique. Quoiquil en soit, pour prparer une telle ngociation il est fortementrecommand dtablir auparavant des scnarios de cl de rpartition sappuyant sur dessimulations de critres.

    Le cadre peut aussi dterminer un seuil contributif minimal annuel, qui reflte la volont detous les pays de participer la gestion conjointe du bassin. Pour rduire le risque de nonversement de la contribution annuelle et viter des arrirs de paiement, il est souhaitable quelaccord sur la cl de rpartition prcise les sanctions ventuelles auxquelles les tatssexposent en cas de dfaut de versement de leur quote-part.

    8.3 Accs des financements communautaires rgionaux

    Bon nombre de rgions dans le monde se sont dotes dune (voire plusieurs) institutiondintgration - ou communaut conomique - rgionale (CEDEAO et UEMOA en Afrique delOuest, SADC en Afrique Australe, MERCOSUR en Amrique du Sud, etc.) tablie par laratification dun trait ou dune convention de coopration rgionale.

    Ces institutions sont gnralement le lieu de prlvements communautaires comme parexemple le Prlvement de solidarit communautaire de lUEMOA, le Prlvementcommunautaire de la CEDEAO. Ces prlvements sont le plus souvent tablis partir desimportations de marchandises.

    Ces institutions rgionales peuvent constituer le cadre pour assurer le financement desorganismes de bassin en affectant une partie des prlvements drains par elles au soutiende lorganisme de bassin.

    Cependant, il revient chaque organisme de bassin de dmontrer auprs de linstitutionrgionale dintgration la pertinence de ses objectifs, de son action, de ses ralisations,pour la convaincre dadopter le principe et les modalits de mise en uvre dunprlvement spcifique.

    Cette solution parait attrayante du fait de : la facilit de recouvrement ; la bonne acceptabilit du prlvement pour les redevables nationaux comparativement aux

    impts ou aux redevances ; la possibilit de mise en place du mcanisme court ou moyen terme.

    Toutefois, ce type de solution prsente quelques contraintes : faut-il lier le mcanisme aux prlvements communautaires dj en place ou dterminer

    une autre assiette de financement plus en rapport avec les services rendus par lorganismede bassin ;

    les tats membres de lorganisme de bassin doivent parvenir, avec les partenairesrgionaux concerns, un accord sur le principe, les paramtres et les modalits de miseen uvre. La complexit politique rside particulirement dans le fait que certains tatsmembres de lorganisme de bassin peuvent ne pas faire partie de linstitution rgionale. Acontrario un tat membre de la communaut conomique rgionale peut ne pasappartenir lorganisme de bassin.

    92

  • 8 FINANCEMENT DES ORGANISMES DE BASSINS TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Ce mcanisme dpend donc trs fortement de la volont politique des tats.

    Le systme de taxe ou prlvement communautaire fond sur un critre conomique poseaussi le problme du risque conomique pour lorganisme de bassin, en cas de rduction delactivit conomique dans la zone concerne.

    8.4 Redevance de type utilisateur - pollueur / payeur

    Le principe de la redevance est que lusage de leau avec prlvement (in situ ou ex situ) et lapollution de leau induisent un dommage sur la ressource, en quantit et en qualit. Laredevance peut se comprendre comme un paiement destin compenser et rparer cedommage.

    Ce systme de financement, contrairement aux prcdents, est intimement li leau et plusprcisment un ou plusieurs services rendus lusager : irrigant, consommateur deaupotable, assainissement, navigation, production lectrique, etc. Un tel systme peutsappliquer pour tout ou partie des usages de leau dans le bassin.

    Pour le secteur de lirrigation, le principe est dappliquer un taux de redevance aux surfacesirrigues, ou en fonction des volumes prlevs si un systme de comptage fiable a t mis enplace au niveau des exploitations agricoles. Pour lapprovisionnement en eau potable, le tauxde redevance est appliqu aux volumes deau brute prlevs dans le bassin pour leau potable.Pour le secteur hydrolectrique, le taux de redevance peut tre fix par unit dnergiehydrolectrique produite. Dans le cas de la redevance pour la navigation, un taux de redevancepeut sappliquer au nombre de personnes ou au tonnage transports.

    La pollution peut aussi induire le paiement dune redevance (redevance pollueur/payeur).Bien appliqu, cest un outil qui peut tre dissuasif pour limiter la pollution des cours deauconcerns. Cela suppose, dans les tats membres, un systme de police de leau performantet une connaissance des entits susceptibles dengendrer des pollutions, quelles soientindustrielles, minires, ptrolires, domestiques, artisanales, ou agricoles.

    Le choix dun systme de financement fond sur des redevances peut stablir sparment auniveau de chaque tat membre ou directement lchelle de lorganisme de bassin. Dans lepremier cas, on constate souvent des variations dans les modalits dapplication entre pays.

    93

    Exemple 41 : La Taxe Communautaire dIntgration de la CICOS

    La Commission Internationale du Bassin Congo-Oubangui-Sangha (CICOS) est une institutionspcialise de la Commission Economique et Montaire des tats de lAfrique Centrale (CEMAC).Les Chefs dtat et de Gouvernement de la CEMAC ont adopt un mcanisme de financementautonome, la Taxe Communautaire dIntgration (TCI), qui est applique au taux de 1% de lavaleur en douane des biens imports des pays tiers et destins la consommation dans tous lespays de la communaut. Les recettes de cette taxe sont transfres par les receveurs des douanessur un compte ouvert dans les agences de la Banque des tats de lAfrique Centrale.

    Le Cameroun, la Centrafrique et le Congo, qui sont membres de la CEMAC, contribuent au budgetde la CICOS travers la TCI, qui reprsente aujourdhui 70% de son financement. La cl de rpartition des contributions au budget entre les tats Membres est de 10% pour laRpublique du Cameroun, 30% pour la Rpublique Centrafricaine, 30% pour la Rpublique duCongo et 30% pour la Rpublique Dmocratique du Congo. La Rpublique Dmocratique duCongo, qui nest pas membre de la CEMAC, contribue directement.

  • 8 FINANCEMENT DES ORGANISMES DE BASSINS TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Lorganisme de bassin a donc un rle jouer dans lharmonisation entre les tats membres,en particulier lors de la fixation des assiettes de redevances, des taux et des modalits derecouvrement.

    Dans la mise en place dun systme de redevance, il est important de veiller prendre encompte les lments suivants : la solvabilit des assujettis et le rle de lorganisme de bassin pour identifier les grands

    utilisateurs (le problme de solvabilit des petits utilisateurs devant tre trait au niveaudes pays) ;

    le type de contribution, lorganisme de bassin ne pouvant pas prlever un impt maisplutt une redevance, comprise comme le prix payer en contrepartie du droit dusagedun bien ou dun service spcifique.

    Le financement par systme de redevance prlvement et pollution prsente lavantage dtredirectement li leau et dengendrer une bonne rgularit dans les financements delorganisme de bassin. Il est bien adapt au budget de fonctionnement de lorganisme.

    8.5 Rmunration des fonctions de matrise douvrage de lorganisme de bassintransfrontalier

    Lorganisme de bassin peut en fonction de ses comptences et capacits, intervenir dans lesdiffrentes phases du cycle dun projet : les tudes de prparation, la mobilisation des financements, la construction et la mise en uvre des actions sur le terrain, le fonctionnement et lentretien des investissements, le suivi-valuation de la mise en uvre et des impacts des actions.

    Dans ce cas, lorganisme de bassin peut percevoir une rmunration en pourcentage dumontant de linvestissement, lie aux fonctions ralises.

    Plusieurs recommandations sont faire ce niveau : Il convient de reprer soigneusement les actions pour lesquelles lorganisme de bassin est

    pertinent pour assurer la matrise douvrage. Cette pertinence est galement lie auxcapacits et comptences techniques et conomiques de lorganisme de bassin.

    Les aspects de matrise douvrage doivent tre mrement tudis lors de la cration (ou larforme) de lorganisme de bassin et de la dfinition de ses rles et mandats ;

    Au-del de la nature des actions, il sera utile de prendre en compte la porte des actions,leur caractre local, national ou rgional, lorganisme de bassin tant videmment mieuxpositionn pour des actions denvergure rgionale.

    Il est possible de distinguer trois types dactions et de matrises douvrage associes : actions qui ncessitent que des agences nationales interviennent, notamment dans la

    passation de march dans les tats. En sus de la rmunration des agences, unermunration de lorganisme de bassin peut tre prvue, sur la base dun pourcentage dumontant du march ;

    actions pour lesquelles lorganisme de bassin se charge de la passation des marchs sansintervention dinstitutions nationales ;

    94

  • 8 FINANCEMENT DES ORGANISMES DE BASSINS TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    actions relatives des investissements lourds (barrages, amnagement de primtresirrigus, centrales hydrolectriques, etc.), un pourcentage du montant des investissementspouvant alors tre appliqu, y compris pour des matrises douvrage nationales. Lacration sous la responsabilit de lorganisme de bassin de socits de gestion oudexploitation des ouvrages (comme cest le cas avec la Socit de Gestion de lnergie deManantali (SOGEM) et la Socit de Gestion et dExploitation du Barrage de Diama(SOGED) pour lOMVS) peut accompagner ce type daction.

    8.6 Rmunration des services rendus

    Lorganisme de bassin peut percevoir une rmunration en fonction des services quil rend oude la fourniture de certaines prestations, comme par exemple : lassistance aux dveloppeurs de projets sur le bassin ; la vente de donnes brutes (ce qui suppose un systme dinformation efficient) ; la fourniture de conseils des structures publiques, prives ou associatives ; des prestations dtudes, de modlisation hydraulique, dinformation (cartographie,

    analyse issue des bases de donnes).

    Cependant, ces prestations gnrent en gnral de faibles montants de recettes au regard desbesoins de fonctionnement dun organisme de bassin dot dun secrtariat permanent.

    95

    Exemple 42 : Les barrages partags du bassin du Sngal

    Avec la scheresse qui sest installe depuis 1972/1973, les responsables de trois tats riverainsdu fleuve Sngal dcidaient en 1972 dunir leurs efforts dans le cadre de lOrganisation pour lamise en valeur du fleuve Sngal (OMVS). Outre les conventions portant cration de lOMVS etcelle relative au statut juridique du fleuve Sngal, une Convention relative au statut juridique desOuvrages communs a t signe le 21 dcembre 1978 par les Chefs dtat et de Gouvernementdu Mali, de la Mauritanie et du Sngal, qui avaient dcid depuis 1974 que les ouvrages dintrtcommun sur le fleuve Sngal appartiendraient en commun aux Etats membres de lOMVS. LaConvention relative aux modalits de financement des Ouvrages Communs a t signe le 12 mai1982 Bamako.

    Les barrages de Diama (barrage anti-sel) et de Manantali (barrage rgulateur hydrolectrique) ontainsi t respectivement difis en 1988 et 1990. Ils constituent les ouvrages dits de premiregnration. Leur exploitation et entretien sont confies la Socit de Gestion et dExploitationdu Barrage de Diama (SOGED) et la Socit de Gestion de lEnergie de Manantali (SOGEM), dontle Conseil des Ministres de lOMVS est lorgane suprme. Le paiement de la dette encourueauprs des agences de financement est rparti entre les Etats membres de lOMVS au prorata desbnfices quils tirent du programme, en particulier en termes de production dnergie mais aussidirrigation et de navigation.

    LOMVS poursuit aujourdhui ses efforts, dont la ralisation des objectifs qui suivent : Accrotre la production hydrolectrique pour crer un environnement favorable la baisse

    matrise des cots de production avec la ralisation des ouvrages au fil de leau que sontFlou et Gouina (en cours, deuxime gnration) ;

    Matriser, rgulariser, scuriser et diversifier la ressource en eaux pour rpondre auximmenses besoins. Les efforts seront concentrs sur la ralisation des tudes de base et destravaux du barrage de Gourbassi (troisime gnration).

  • MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org96

  • 9 ENJEUX TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    9 Enjeux transfrontaliers

    Les aspects relatifs aux inondations sont traits dans les parties 4.4 (Systmes dalerte auxinondations) et 7.6 (Changements climatiques et risques lis leau).

    9.1 La navigation intrieure

    Le transport par voies navigables a contribu au dveloppement dconomies solides au coursdes sicles et a cr de nombreux liens entre les nations. Il fournit une forme de transport sreet cologiquement viable, qui est un lment cl du dveloppement conomique durable. Cemoyen de transport des marchandises et des personnes peut stimuler le dveloppement desconomies rgionales et relier les pays enclavs la mer.

    Il existe diverses commissions ou autorits internationales de navigation sur les grands bassinsfluviaux travers le monde. Danciens traits sont souvent la base des grandes formes decollaboration autour dautres utilisations des eaux (Rhin, Niger, Congo, etc.).

    De tous les modes de transport, la navigation intrieure a le moindre effet sur les changementsclimatiques et le moins dimpact sur lenvironnement. Elle se dveloppe sur une baseintermodale avec des services routiers et ferroviaires complmentaires, y compristransfrontaliers. La navigation est de fait conome en nergie et consomme moins de carburantpar tonne de marchandise transporte. Lorsque le fret routier est transfr aux voies navigableset aux voies ctires, les embouteillages peuvent tre rduits mme dans les zones les plusurbanises.

    La navigation fluviale a dans le pass li les pays pendant les priodes de guerre et de paix et afourni les moyens de surmonter de grandes diffrences politiques et culturelles, que ce soitdans leur utilisation commerciale, ou encore de nos jours, dans leur usage rcratif.

    Lutilisation des technologies de linformation et les communications lectroniques peuventapporter des amliorations dans le balisage des voies, la disponibilit des informations relativesaux niveaux deau et aux mares, ainsi que resserrer la coopration entre tous les acteurs et lespays afin de fournir un systme beaucoup plus performant tout en rduisant les ventuelsimpacts sur lenvironnement.

    97

    POINTS CLS

    La navigation fluviale, la production hydrolectrique, lagriculture irrigue etla lutte contre les inondations constituent souvent des enjeux majeurs dansles bassins transfrontaliers.

    Il peut tre intressant de dvelopper des projets de grandes infrastructureshydrauliques partages entre les pays du bassin.

    Les multiples services rendus par les cosystmes aquatiques ont unevaleur conomique, sociale et culturelle qui doit tre partage entre les paysdun mme bassin.

    Les infrastructures vertes telles que les zones humides sontcomplmentaires aux infrastructures classiques et font partie intgrante dunexus Eau-Energie-Scurit alimentaire.

  • 9 ENJEUX TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    De meilleures connaissances et le transfert croissant des comptences professionnellesdans les domaines de la conception, de la gestion et de lexploitation, signifient quil estdsormais possible dutiliser et de dvelopper les voies navigables dune manire beaucoupmoins intrusive du point de vue environnemental que pour dautres formes de transport.Dans le secteur de la navigation, lAIPCN (lAssociation mondiale pour les infrastructuresde transport par voie navigable) est lorganisation mondiale qui fournit les orientationspour les infrastructures de transport durable par navigation fluviale, tant pour les ports queles voies navigables.

    98

    Exemple 43 : La navigation intrieure dans le bassin du Congo

    Les Chefs dtat du Cameroun, de laCentrafrique, du Congo et de la RD Congoont sign le 6 novembre 1999 lAccordinstituant un rgime fluvial uniforme etcrant la Commission Internationale dubassin Congo-Oubangui-Sangha (CICOS).Lobjectif premier (aujourdhui largi laGIRE) de la CICOS est de promouvoirlintgration rgionale travers uneexploitation durable et quitable des voiesdeau que constituent le fleuve Congo etses principaux affluents, des fins denavigation.

    Actuellement, le systme de voies deauintrieures du bassin Congo-Oubangui-Sangha se caractrise par une utilisationmultiple mais une baisse notable du traficdepuis plusieurs dcennies, un manquedentretien, des infrastructures et desquipements vtustes, une faiblesse de rglementation et des tracasseries administratives. Ltat deslieux ralis par la CICOS en 2007 a rvl le vieillissement et linsuffisance du personnel navigantainsi que la prsence de plus en plus marque de navigants sans formation. Afin de pallier cettesituation, un Centre Rgional de Formation en Navigation Intrieure port par la CICOS dispense sescours Kinshasa depuis 2009.

    Exemple 44 : canal Seine-Nord Europe

    La liaison Seine Escaut est un systme global de transpor qui permet de connecter le bassin dela Seine aux 20 000 km du rseau fluvial europen grand gabarit et dappuyer ledveloppement du transport fluvial sur un rseau de ports intrieurs, lui-mme renforc par lacration de quatre plateformes multimodales du canal Seine-Nord Europe. Ce maillage de portsintrieurs favorisera la massification du transport de marchandises et renforcera lattractivit etla comptitivit des ports maritimes.

    Afin de se coordonner sur la mise en uvre de cette liaison, les gestionnaires des voiesnavigables wallons (Service Public de Wallonie), flamands (Waterwegen en Zeekanaal NV) etfranais (Voies navigables de France) ont cre le GEIE Seine Escaut. Ce dernier a ouvert uneconcertation avec les usagers europens pour mieux connatre leurs attentes en termes deservices et crer les conditions du succs de cette nouvelle liaison.

    Avec ce projet, cest lEurope du Nord et la Seine qui se connectent, permettant ainsi de fluidifierles liaisons entre les zones industrialo-agricoles, les grandes zones de consommation et lafaade maritime.

  • 9 ENJEUX TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    9.2 Infrastructures hydrauliques transfrontalires

    La notion de partage entre tats dun mme bassin ne concerne pas directement leau, maisplutt les bnfices qui lui sont associs. Les grandes infrastructures hydrauliques caractretransfrontalier constituent de ce point de vue un enjeu majeur, en particulier sagissant delagriculture irrigue et de lnergie.

    Par grandes infrastructures hydrauliques on entend : les grands barrages, cest--dire dune hauteur sur fondation suprieure 15 mtres ou dun

    volume de retenue normale suprieur 3 millions de mtres-cube ; les grands ouvrages au fil de leau (par opposition aux ouvrages de stockage et rgulation), en

    particulier hydrolectriques ; les drivations, quils sagissent de transferts deau (intra ou interbassins) ou dalimentation

    de grands primtres irrigus par exemple.

    Les grands barrages de rgulation ont souvent de multiples fonctions parmi les suivantes :production hydrolectrique, irrigation (prise deau gravitaire ou culture en pourtour de cuvette),lutte contre le risque dinondation, soutien dtiage et diverses fonctions lies (navigation,prservation des cosystmes, etc.). Situs sur des bassins transfrontaliers, ils procurent desbnfices plusieurs pays dun mme bassin, voire au-del sagissant des usineshydrolectriques relies un rseau dinterconnexion rgional.

    De tels ouvrages, par les prlvements effectus et la modification du rgime des coulements,entrainent souvent des impacts dans les pays situs leur aval. Lorsque quun grand ouvrage estsitu dans le pays le plus aval dun bassin transfrontalier, il peut galement constituer un sujetdachoppement entre les pays, de futurs nouveaux projets dans des pays amont pouvant nuire son remplissage (notion dantriorit). Outre les organismes de bassin transfrontalier, lesCommissions conomiques rgionales peuvent jouer un rle important pour favoriser lententeentre pays autour de ces grands projets.

    99

    Exemple 45 : Dialogue sur les grands barrages en Afrique de lOuest

    On constate en Afrique et en Afrique de lOuest en particulier, la ncessit de dvelopper desgrands projets dinfrastructures hydrauliques qui permettent le dveloppement de lirrigation, delaccs lnergie et amliorent globalement le niveau de vie des populations. De tels projetsconcernent souvent plusieurs pays et contribuent lintgration rgionale sils sont conduits dansun cadre de concertation travers les organismes de bassins transfrontaliers, selon les normesenvironnementales et sociales internationalement reconnues.

    Le Centre de Coordination des Ressources en Eau (CCRE) de la Communaut Economique desEtats de lAfrique de lOuest (CEDEAO) a men depuis 2008 un Dialogue sur les grands projetsdinfrastructures dans le secteur de leau. Un panel dexperts a ainsi produit des recommandationsrelatives aux bonnes pratiques pour le dveloppement dinfrastructures hydrauliques durables enAfrique de lOuest. Une liste de projets de grands ouvrages hydrauliques prioritaires car ayant unimpact significatif sur lintgration rgionale a t produite, la slection ayant t opre partirdun outil danalyse multicritres conu par lOffice International de lEau (OIEau).

    En parallle, une concertation rgionale sur les grands projets dinfrastructures dans le domainede leau en Afrique de lOuest est mene en partenariat avec lUnion Internationale pour laConservation de la Nature (UICN). Elle permet douvrir les dbats aux acteurs de la socit civileet en particulier aux reprsentants des populations locales et usagers de la ressource, tropsouvent oublis lors des consultations et des prises de dcision.

  • 9 ENJEUX TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Les grands ouvrages au sein des bassins transfrontaliers constituent trop souvent des sujets dediscorde entre pays dun mme bassin. Mais ils peuvent au contraire constituer des facteursmajeurs dintgration, lorsquils sont conus et grs de manire consensuelle, en particulier ausein dun organisme de bassin transfrontalier et dans le respect des cosystmes et despopulations concernes.

    On distingue ainsi plusieurs statuts pour ces ouvrages caractre transfrontalier : les ouvrages communs, dont la proprit et les bnfices sont partags entre les tats du

    bassin. Il sagit de la situation idale, qui ncessite un organisme de bassin avec un fortmandat lui permettant de jouer le rle de matre douvrage ;

    les ouvrages dintrt commun, pour lesquels un accord spcifique est sign entre plusieurspays mais qui restent la proprit dun seul ;

    les ouvrages exploits par un seul pays. Cette situation est potentiellement gnratrice deconflits, en particulier sagissant douvrages situs lamont.

    Des infrastructures hydrauliques transfrontalires peuvent tre planifies et exploitesconjointement. Par exemple, la Commission de gestion des eaux du Chu-Talas, mise en place parle Kazakhstan et le Kirghizistan avec laide de la CEE-ONU et de lOSCE, se fonde sur deuxprincipes essentiels :

    1. les tats ont convenu de suivre les schmas dallocation de leau entre les pays et leshoraires appliqus lpoque sovitique ;

    2. le pays en aval, savoir le Kazakhstan, doit rembourser le pays en amont (cest dire leKirghizistan), pour une partie de ses cots de maintenance et dexploitation desinfrastructures hydrauliques, en fonction du volume deau fourni par linfrastructure.

    Pour chaque projet de grande infrastructure hydraulique, une tude dimpact environnementale etsociale doit tre ralise selon les normes internationales. Sagissant des ouvragestransfrontaliers, cette tude sera de prfrence mene par lorganisme de bassin et non seulementpar le pays dimplantation de louvrage. Le rapport de la Commission Mondiale des Barragesfournit de prcieuses indications relatives aux prises de dcision relatives de tels ouvrages.

    100

    Exemple 46 : Programme pour le Dveloppement des Infrastructures en Afrique

    Le Programme de dveloppement des infrastructures en Afrique (PIDA) est une initiative conjointede la Commission de lunion africaine, du Secrtariat du NEPAD et de la Banque africaine dedveloppement. Son objectif est de favoriser lintgration rgionale en Afrique travers ledveloppement des infrastructures caractre rgional et continental. Un Plan daction prioritairedu PIDA a t tabli lhorizon 2020.

    Le PIDA couvre quatre secteurs : les eaux transfrontalires, lnergie, le transport, lestechnologies de linformation et de la communication. La Facilit Africaine de lEau finance lacomposante eaux transfrontalires.

    La priorisation des grands projets dinfrastructures hydrauliques sest effectue lchelle desgrands bassins transfrontaliers de surface et souterrains. Divers critres conomiques,environnementaux, sociaux, techniques et institutionnels ont t utiliss pour cette priorisation.

    Les commissions conomiques rgionales et les organismes de bassins transfrontaliers jouerontun rle important dans la mise en uvre des projets qui seront retenus. Cette mise en uvre irade pair avec un renforcement volutif des capacits institutionnelles des organismes de bassinselon des modles prouvs.

  • 9 ENJEUX TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Lorsque plusieurs ouvrages sont programms au sein dun bassin, la ralisation dune valuationenvironnementale stratgique peut avantageusement complter le Plan daction du bassin etfournir des lments de dcision aux pays du bassin.

    Les normes de scurit des grands ouvrages doivent videmment tre scrupuleusementrespectes. Les simulations de propagations donde de rupture doivent tre ralises sur unedistance aval suffisamment longue, y compris lorsquelles concernent plusieurs pays.

    101

    Exemple 47 : valuation environnementale stratgique des projets de barrages du Mkong

    Douze projets hydrolectriques sont actuellement tudis par des promoteurs du secteur priv surle cours principal du Mkong.

    LAccord du Mkong de 1995 requiert que ces projets soient largement dbattus par les quatrepays avant que toute dcision ne soit prise. La Commission du Mkong (MRC) a entrepris en2010 lEvaluation Environnementale Stratgique des barrages proposs sur le cours principal afinde fournir une meilleure comprhension des opportunits et des risques dun tel amnagement.

    Lvaluation a conclu que les projets sur le cours principal apporteraient la rgion un surcrotdnergie et des bnfices lis aux investissements. Ils prsentent aussi de srieux risques et desincertitudes sur lintrt conomique, social et environnemental stratgique pour les pays et lescommunauts du Mkong, ainsi que pour le dveloppement durable du bassin.

    Les recommandations de lvaluation sont les suivantes :

    1. les dcisions sur les barrages sont reportes pour une priode de dix ans, avec desrvisions tous les trois ans afin de sassurer que les activits essentielles de report sonteffectives ;

    2. la priode de report comprendrait prioritairement des tudes de faisabilit approfondies desystmes novateurs permettant de capter lnergie du cours principal par des moyensautres que des barrages barrant tout le lit du fleuve. Ces tudes impliqueraient lesgouvernements en partenariat avec la MRC, les banques multilatrales de dveloppement etles promoteurs ;

    3. la priode de report devrait galement inclure une valuation des projets sur des affluentsqui sont considrs comme ralisables et cologiquement durables selon les bonnespratiques internationales actuelles, y compris la rnovation de projets existants et dessystmes innovants ;

    4. la priode de report doit commencer par une diffusion systmatique du rapport dvaluation chaque pays du bassin infrieur du Mkong dans les langues nationales et uneconsultation des agences, du secteur priv et de la communaut des ONG impliqus ;

    5. le cours principal du Mkong ne doit pas tre utilis comme laboratoire pour prouver etamliorer les technologies des barrages hydrolectriques.

    Exemple 48 : La scurit des barrages en Asie Centrale

    LAsie Centrale possde plus de 100 grands barrages et de nombreuses autres installations dergulation de leau, principalement sur des fleuves partags entre diffrents pays. Le vieillissementdes barrages et le manque de financement pour leur entretien reprsentent une menace rellepour la vie, la sant, les biens et lenvironnement de la sous-rgion. En 2010, la rupture dubarrage de Kyzyl-Agash au Kazakhstan a caus linondation du village voisin, tuant 43 personneset en blessant environ 300 autres.

    Suite

  • 9 ENJEUX TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    9.3 cosystmes, changements climatiques et infrastructures vertes

    Les services rendus par les cosystmes aquatiques (rivires, lacs, ruisseaux, marais, aquifres,estuaires et deltas maritimes) sont multiples et varies : biens produits ou fournis (alimentation en eau, agriculture, levage, halieutique, faune, fibres

    et bois, ressources gntiques et biochimiques) ; rgulation (expansion latrale des coulements, ralentissement et crtement des crues,

    protection contre les inondations, rtention et transport des sdiments, alimentation etdrainage des nappes souterraines, soutien dtiage, transport fluvial, maintien de labiodiversit, autopuration, stockage de CO2, pollinisation, habitats) ;

    services culturels et cultuels (paysage, patrimoine, valeurs, histoire, rcration, cotourisme).

    Dans le cas des bassins transfrontaliers, ces bnfices sont ressentis au-del des frontires, enparticulier sagissant de lcrtement des crues, du soutien dtiage par les nappes et delautopuration par les zones humides. Les valeurs conomique, sociale et culturelle descosystmes aquatiques se doivent ainsi dtre partages entre les pays dun mme bassin.

    Les cosystmes jouent galement un rle important dans ladaptation climatique. Ils peuventpar exemple contribuer la rgulation des inondations en attnuant la variabilit desvnements hydrologiques, y compris dans les pays aval. Les forts peuvent retenir leau, cequi ralentit le ruissellement et les zones humides ont un effet tampon contre les inondations etles scheresses. Des cosystmes sains accroissent la rsilience. La conservation et larestauration des cosystmes doivent donc faire partie intgrante des stratgies dadaptation,en particulier dans les bassins transfrontaliers.

    102

    Par ailleurs, lexploitation sre des infrastructures hydrauliques vieillissantes en Asie Centrale,en particulier plusieurs centaines de barrages et de rservoirs construits il y a 40 50 ans, estcruciale pour lavenir de ces pays. Le projet de la CEE-ONU Renforcement des capacits pourla coopration sur la scurit des barrages en Asie Centrale est financ par la Finlande et laFdration de Russie. Composante du programme de travail de la Convention de la CEE-ONUsur lEau, il a t mis en uvre en coopration avec le Fonds international pour le sauvetage dela Mer dAral.

    Les progrs raliss au cours du projet comprennent : ladoption dune lgislation nationale ou son amlioration au Kazakhstan, au Tadjikistan et en

    Ouzbkistan ; un projet daccord sur la scurit des installations hydrauliques en Asie Centrale ; la coopration entre les tats pour augmenter la scurit des barrages, tel que par exemple

    une valuation de la scurit du barrage de Kirov par un groupe de travail Kazakh-Kirghize ; une meilleure coopration au niveau national entre les organismes ayant des responsabilits

    dans la scurit des barrages ; un modle de rglement technique sur la scurit des installations hydrauliques ; laugmentation de la capacit de traitement et de sensibilisation sur les questions de scurit

    des barrages grce des formations organises par la CEE-ONU.

  • 9 ENJEUX TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Le programme de projets pilotes de la CEE-ONU sur ladaptation aux changements climatiquesdans les bassins transfrontaliers vise appuyer les pays dans leur coopration sur ladaptationdans les bassins transfrontaliers, en valuant conjointement les impacts des changementsclimatiques et en laborant des stratgies dadaptation lchelle du bassin. Plusieurs de cesprojets pilotes, dont certains sont mis en uvre par dautres organisations, tiennent aussi comptedes cosystmes dans leurs efforts dadaptation.

    103

    Exemple 49 : Approche intgre des eaux douces transfrontalires nerlandaises et de laMer du Nord

    En raison de leur situation gographique au-dessous du niveau de la mer ainsi que de leurposition aval, les systmes hydrologiques nerlandais sont vulnrables et les gestionnaires deleau nerlandais sont confronts de rels dfis. Les solutions cls sont une communicationefficace et des efforts conjoints des diverses autorits de leau entre pays, des gestionnaires deaudouce et marine et entre les diffrentes conventions marines, commissions de bassininternationales (telles que celle du Rhin) et les directives europennes (Directive-Cadre sur lEauet Stratgie marine). Il est galement important de suivre une approche commune par bassin pourlidentification des sources, du devenir, du transport et des concentrations des divers paramtres,tels que les substances dangereuses, les nutriments et les effets de leutrophisation.

    Le projet nerlandais Rhin-Ouest, avec la participation en amont de toutes les autoritsnerlandaises de leau de la rgion Rhin-Ouest, illustre comment les principaux itinraires detransport et leurs diffrentes chelles peuvent tre visualiss de manire intgre. Il en rsulte unevision claire des paramtres, des diffrents niveaux dchelle et des flux travers les frontires.Grce cette information, lcart entre ltat rel et souhait peut tre valu et lefficacit dunensemble commun de mesures peuvent tre identifis.

    Exemple 50 : Lasschement de la Dauria

    Les zones humides de la Dauria sont cruciales pour la biodiversit locale. La Zone protgeinternationale de la Dauria a t cre en 1994 par la Mongolie, la Chine et la Fdration de Russiepour protger et tudier les cosystmes de la rgion. De plus en plus altrs par les activitshumaines, le Bassin de lArgoun incluant le Lac Dala et le Bassin de lUldz, encore relativementvierge, forment avec les lacs Torey un bon exemple de comparaison pour une tude sur les optionsde gestion des eaux transfrontalires et ladaptation climatique la source du fleuve Amour.

    Le projet conjoint, men par Daursky Biosphere et le WWF de Russie, vise harmoniser laprotection et la gestion du fleuve transfrontalier de la Dauria. En 2010, le projet a ralis lesactions suivantes :

    1) lanalyse de linfluence des changements climatiques sur lhydrologie des fleuves Argoun,Onon et Ulz ;

    2) la collecte des donnes sur lhabitat et les biotopes des cours deau et des masses deaucls pendant la phase de scheresse du cycle climatique ;

    3) lanalyse des ensembles de donnes sur plusieurs annes dobservation relatives lasuccession des formations vgtales des zones humides, labondance et au succs de lareproduction des oiseaux aquatiques, etc. ;

    4) le dveloppement dune base dinformation ncessaire pour dterminer les paramtres desdbits environnementaux dans les cours deau transfrontaliers ; la compilation de la plupartdes tudes de cas pertinentes et des mthodologies utilises pour les fleuves des zonesarides dans le monde ;

    5) la mise en place dun systme de monitoring et de trois sections de surveillance sur leterrain avec plus de 100 points dobservation standard ;

    6) la mise en place de lObservatoire international des oiseaux.

  • 9 ENJEUX TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Pour continuer fournir des services au sein du nexus eau-nergie-scurit alimentaire, lanature elle-mme dpend du fonctionnement des processus cologiques et des associationsdespces, du flux et du cycle de leau au-del des frontires nationales. Les pressions sur lesressources en eau douce sintensifient en raison de la croissance dmographique, delindustrialisation, de la migration vers les villes et de la prosprit croissante.

    Laugmentation future de la demande en eau va resserrer ltau, en particulier entre les payspartageant un mme bassin. Le fait de ne pas mettre laccent sur la valeur conomique de leau, larelative faiblesse politique des Ministres de lenvironnement et de leau par rapport auxMinistres qui financent le dveloppement de grandes infrastructures, le manque de conformitentre les pays dun mme bassin et une perception errone que leau alloue lenvironnementest une eau non disponible pour les humains contribuent la dgradation des cosystmesaquatiques et de leurs services vitaux.

    Les services essentiels fournis par la nature sont quivalents la plupart des fonctions desinfrastructures. Les forts des hautes terres, les aquifres, les lacs et les zones humides stockentleau, les zones humides filtrent leau, les fleuves permettent le transfert deau et le transport, lesplaines inondables et les zones humides diminuent les pointes de crue dans les pays et les villessitues en aval, tandis que les paltuviers, les rcifs coralliens et les rcifs protgent les ctescontre les temptes et les inondations.

    Le terme infrastructure tant dfini comme le stock dquipements, de services et dinstallationsncessaires au fonctionnement dune socit, la nature fait partie du patrimoine dinfrastructuresde chaque pays et de chaque conomie. La nature compose alors les infrastructures vertes oules infrastructures naturelles qui reposent sur sa capacit complter ou accrotre les servicesfournis par des ouvrages traditionnels, y compris transfrontaliers.

    104

    Exemple 51 : Stratgie de dveloppement du Lac Tchad

    Le lac Tchad est la seconde plus importante zone humide dAfrique. Quelque trois millions depersonnes issues des quatre pays limitrophes - le Tchad, le Cameroun, le Niger et le Nigeria - sontriveraines du lac et vivent des ressources et services fournis par le lac. La scheresse des annes 70et 80 et plus rcemment celle de 2008 - 2010, louverture de routes rgionales qui ont favorislexpansion commerciale, ont abouti une double dynamique migratoire des leveurs vers le Sud(comme dans toute la bande sahlienne) et du flux de migrants en provenance de lOuest proche etlointain. Les densits atteintes en bordure du lac, de 60 habitants/km2, sont inhabituelles en zonesahlienne.

    Le lac est sujet par ailleurs de fortes variations saisonnires ainsi quinterannuelles. Au cours dusicle dernier, ces volutions ont t trs marques. Il a enregistr un niveau trs bas au dbut dusicle, a atteint un maximum dans les annes 60, avant de rebaisser fortement en lien avec lascheresse au Sahel des annes 70. Depuis une dizaine dannes, on observe de nouveau unetendance la hausse.

    Afin de mieux grer les ressources, dviter les conflits dusages et de contribuer au dveloppementdu bassin versant, les six tats du bassin versant du lac ont cr en 1964 la Commission du Bassindu Lac Tchad (CBLT), dont le sige est NDjamena. Les avis des experts divergent sur les actions etamnagements raliser pour prserver le lac et notamment sur le projet de transfert deau partirdun affluent du fleuve Congo afin daugmenter les apports au Lac Tchad.

    Le Fonds Franais pour lEnvironnement Mondial, le GEF, la Commission europenne et la FacilitAfricaine de lEau appuient la CBLT afin de contribuer la prservation du Lac Tchad et de son rlesocio-conomique et environnemental pour les pays limitrophes, travers llaboration depropositions oprationnelles dans le respect de la prservation des cosystmes et dune gestionconcerte des ressources en eau.

  • 9 ENJEUX TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Les infrastructures naturelles ne remplacent pas le besoin dinfrastructures artificielles ouinfrastructures grises. Les multiples services cosystmiques fournis par lesinfrastructures naturelles multiplient les bnfices reus. En ce sens, le bon fonctionnementdes infrastructures naturelles est ncessaire pour que les ouvrages construits exercent aumieux leurs fonctions, pour assurer des prestations projetes et partages par les pays etpour augmenter les retours sur investissements.

    Des infrastructures naturelles peuvent tre intgres dans le financement et linvestissementdinfrastructures grises. Cela donnerait des ensembles mixtes dinfrastructures artificielles etnaturelles dans les bassins o chacune complterait lautre, avec des rsultats en termes de cot-efficacit, de risques et de dveloppement durable qui soient plus proches de loptimum.

    Lintgration des valeurs des infrastructures naturelles dans lanalyse cot-bnfice desinfrastructures artificielles ouvre la possibilit doptimiser le dveloppement dinfrastructures entreles pays dun bassin transfrontalier. Il est alors possible didentifier des ensembles mixtesdinfrastructures artificielles et naturelles qui satisferaient au mieux les multiples objectifs dedveloppement, tels que la production hydrolectrique, lapprovisionnement en eau pourlagriculture, la productivit de la pche, la conservation de la biodiversit et la rsilienceclimatique. Les infrastructures naturelles peuvent alors tre positionnes efficacement en tant quepices maitresses de la future conomie verte.

    105

    Infrastructures vertes

    Forts et zones humides

    Forts (sur les pentes enamont dune centralehydrolectrique)

    Paltuviers

    Rcifs coralliens

    Plaines inondablesnaturelles

    Zones humides

    Infrastructures grises

    Filtration de leau

    Dragage priodique des sdiments

    Digues

    Brise-lames et pis

    Digues, barrages et canaux

    Installation de traitementtertiaire de leau

    Services

    Eau potable saine

    lectricit fiable et lutte contre lesinondations, y compris dans les pays en aval

    Protection des ctes contre les temptes

    Rduction de lrosion des plages

    Protection contre les inondations en aval

    Effluents propres des processusmunicipaux et industriels

    Encart 19 : Exemples dinfrastructures vertes et grises fournissant les mmes services

  • 9 ENJEUX TRANSFRONTALIERS

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org106

    Exemple 52 : Sauvetage de la Mer dAral

    La comprhension des ralits de la situation environnementale et socio-conomique actuelledans lespace postsovitique a dcid les Chefs dtats dAsie Centrale de crer en 1992 unorganisme intertatique pour la gestion des ressources en eau - la Commission inter-tats pour lacoordination de leau (ICWC). Une runion des cinq Chefs dtats dAsie Centrale sest tenue enjanvier 1993 Tachkent et a abouti la dcision de crer le Fonds international pour le sauvetagede la Mer dAral (IFAS).

    Le Conseil excutif dadministration du Fonds a t cr Almaty et il a t dcid quun Comitexcutif serait tabli de faon permanente Tachkent. En 1997, les Chefs dtats ont adopt unnouveau plan de gestion de lIFAS.

    Les activits du Fonds du bassin de la Mer dAral aident maintenir le dialogue et lacomprhension dans la rgion et rsoudre de nombreux problmes cologiques, socio-conomiques lis leau. Au cours des annes, lIFAS et ses organisations sont devenus uneplateforme pour le processus de ngociation entre les tats et pour llaboration de documentsbilatraux et multilatraux. Un certain nombre de conventions et daccords ont t adopts sur lacollaboration dans les domaines de la rpartition de leau, de la gestion conjointe, delamnagement conjoint et de la protection des ressources en eau dans la rgion.

    En dcembre 2008, lIFAS a obtenu le statut dobservateur lAssemble Gnrale des NationsUnies. Le but principal des activits de lIFAS est de promouvoir des amliorations de la situationcologique et socio-conomique dans la rgion pour crer des conditions normales pour lespersonnes vivant dans le bassin de la Mer dAral. Les organismes de lIFAS ont reu une nouvelleimpulsion pour leurs activits aprs le Sommet des Chefs dtats fondateurs de lIFAS, tenu le 28avril 2009 Almaty.

  • 10 RENFORCEMENT DES CAPACITS ET DVELOPPEMENT

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    10 Renforcement des capacits et dveloppement

    La gestion des eaux transfrontalires requiert un ensemble de comptences qui transcendentles disciplines (politique, conomique, sociale et environnementale) et couvre une gammedchelles (du niveau de lutilisateur au niveau global). Dans un tel contexte, il est videntquun renforcement et un dveloppement des capacits effectif et cibl savre ncessaire.

    Ceci cadre bien avec lune des principales conclusions dune tude rcente : une cooprationtransfrontalire efficace dpend de la capacit nationale appliquer les obligations du droitinternational et les accords entre pays riverains.

    Des processus visant faciliter la coopration entre riverains doivent donc impliquer desinitiatives institutionnelles cibles et nationales de renforcement des capacits pour niveler leterrain et assurer lalignement du niveau national avec les conditions pralables dunecoopration transfrontalire efficace (Architecture internationale de la gestion des ressourcesen eau transfrontires 2010, Rapport 2010).

    Limportance dune capacit nationale suffisante pour rsoudre les problmes lis lamnagement et la gestion des ressources en eau transfrontalires au niveau rgional nedoit pas tre sous-estime. Le Rapport sur le Dveloppement 2003 de la Banque Mondialeconfirme cette approche : pour quils soient efficaces, ces accords, doivent concilier lesintrts des pays et entre les pays. Ceci demande la mobilisation, lintervention et desdemandes daction des nombreuses personnes qui obtiendraient certains avantages delaccord, mais qui sont plus silencieuses que les quelques personnes qui pensent que leursprincipaux intrts sont menacs.

    Il faut donc tre cratif dans le cadrage des problmes et des solutions pour augmenter lacompatibilit entre les intrts des pays eux-mmes et entre les pays. Et cela dpend souventdu renforcement des capacits des personnes et des organisations, dans un monde endveloppement, valuer les options, ngocier des dispositions et financer et entreprendre des actions.

    107

    POINTS CLS

    Le nombre croissant dincertitudes dans le domaine dj complexe de lagestion des bassins transfrontaliers requiert la mise en place dactivitsvolutives de renforcement et de dveloppement des capacits aux niveauxnational et rgional.

    Laccent doit tre mis sur lducation et la formation dune nouvellegnration de leaders locaux de leau ayant les comptences ncessairespour relever les dfis dans ce domaine.

    Il sagit de dvelopper une nouvelle rflexion pousse sur des domainesdexpertise pluridisciplinaires, qui doit inclure la recherche acadmique enplus de la formation technique et du renforcement des comptences.

  • 10 RENFORCEMENT DES CAPACITS ET DVELOPPEMENT

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Dans ce contexte, les institutions nationales doivent avoir la capacit en interne didentifier etde rsoudre ces problmes, de maintenir des liens solides avec les institutions locales et lesstructures de gestion cohrentes, y compris sagissant des lois et des rglements, pour faireface aux dfis (avec une gamme dchelles, du local au rgional). Rien ne changera sur leterrain si les acteurs nationaux ne sapproprient pas les programmes rgionaux et mondiauxlis la gestion des ressources en eau transfrontalires.

    Un rapport rcent de la rgion de la SADC (Afrique australe) met en lumire les leons suivantestires du renforcement des capacits nationales dans un contexte de gestion des eauxtransfrontalires : Au fil des annes, quelques pays riverains hors de la rgion de la SADC ontmticuleusement mis en place des institutions pour amliorer lefficience et lefficacit de lagestion des eaux transfrontires. Certaines des leons qui ont t tires sont les suivantes : la confiance, comme en tmoigne le partage des donnes et la planification conjointe, est

    une caractristique de toute entente durable sur le partage de leau ; la confiance est unequestion fondamentale, qui doit tre imbrique dans tout effort de coopration ;

    une fois les institutions internationales mises en place, elles rsistent fortement au temps,mme entre pays riverains habituellement hostiles et mme si un conflit surgit dans dautresdomaines ;

    la cration dinstitutions favorisant le partage des bnfices lis leau dans un bassin, pluttque de se concentrer sur lallocation des ressources en eau, se rvle utile dans certains cas(par exemple, dans le Bassin du Nil et le Bassin du Mkong) et offre un espoir pour lavenir.(La prvention des conflits et dividendes de paix apports par la coopration sur la gestiondes eaux transfrontires dans la SADC - dividendes de paix travers la prvention desconflits sur leau (2011)).

    Selon le PNUD, le renforcement des capacits se rfre communment un processus qui neconcerne que les premires tapes du renforcement ou de la cration de capacits et se fondesur une hypothse selon laquelle il nexiste aucune capacit lorigine. La gestion des eauxtransfrontalires requiert un ensemble de comptences qui transcendent les disciplines(politiques, conomiques, sociales et environnementales) et couvre une gamme dchelles (duniveau de lutilisateur au niveau plantaire).

    108

    Exemple 53 : Renforcement des capacits pour la gestion des eaux transfrontalires en Afrique

    Le projet de Renforcement des institutions pour la gestion des eaux transfrontalires en Afriqueest financ par lUnion europenne et mis en uvre depuis 2011 par lorganisation du PartenariatMondial de lEau (GWP). Ses objectifs spcifiques sont de : renforcer le Rseau Africain des Organismes de Bassin (RAOB) en tant que pilier du

    dveloppement des organismes de bassin, dans le cadre de lUnion Africaine et du Conseildes Ministres africains de leau (AMCOW) ;

    amliorer la gouvernance des eaux transfrontalires en Afrique travers la plateforme duRAOB.

    Les activits suivantes sont programmes :1. dveloppement institutionnel du RAOB. Mise en place dun systme dinformation et

    dchange dexpriences ;2. appui la coopration et lintgration rgionale pour la gestion durable des eaux

    transfrontalires en collaboration avec les commissions conomiques rgionales ;3. laboration de plans daction de GIRE pour les organismes de bassin en lien avec les

    priorits rgionales et nationales ;4. participation du RAOB au Programme de dveloppement des infrastructures en Afrique ;5. financement durable du RAOB et des organismes de bassin.

  • 10 RENFORCEMENT DES CAPACITS ET DVELOPPEMENT

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Dans un tel contexte, le renforcement et le dveloppement des capacits se doivent dtre effectifet cibl. Il faut viser les nombreuses personnes qui gagneraient certains avantages dun accord,mais qui sont plus silencieuses que les quelques personnes qui pensent que leurs principauxintrts sont menacs. Il faut donc tre cratif dans le cadrage des problmes.

    109

    Exemple 54 : Les rseaux rgionaux dorganismes de bassin

    Au sein dune mme rgion gographique, les organismes membres du Rseau International desOrganismes de Bassin qui le dsirent peuvent constituer entre eux des Rseaux rgionaux, enparticulier dans le but de renforcer leurs capacits mutuelles. La carte suivante dcrit les rseauxrgionaux crs ce jour.

    Par exemple, les organismes en charge des Districts de Bassins ont mis en place le groupeEURO-RIOB pour lapplication de la Directive - Cadre sur lEau (DCE), pour changer leursexpriences pratiques, identifier les problmes oprationnels et faire des propositions concrtespour lapplication de la DCE.

    Exemple 55 : Le Centre PHI-HELP pour la Politique de la loi sur leau et la science

    Le Centre PHI-HELP pour la Politique de la loi sur leau et la science, cr en 2006 sous lesauspices de lUNESCO, est hberg par lEcole suprieure de gestion et de politique de lUniversitde Dundee, Royaume-Uni. Cest le premier centre de lUNESCO de catgorie II tabli auRoyaume-Uni. Le Centre travaille avec des intervenants de lEcosse et du monde entier.

    Le Centre est leader mondial dans son domaine et cherche de nouvelles faons dintgrereffectivement la lgislation, la politique et la science pour rpondre aux dfis de leau du 21mesicle. Il ralise une vaste gamme de recherches et des activits de conseil, tout en reconnaissantque si le but des lois sur leau est de mettre en uvre efficacement la gestion intgre desressources en eau et daider la communaut internationale atteindre les objectifs internationauxde dveloppement, il faut prendre en compte trois lments essentiels : les droits leau, lescadres pour lallocation de leau et les mcanismes institutionnels. Il est reconnu pour sa maitriseen droit international sur leau (Master of Laws) et ses symposiums sur les lois sur leauorganiss pour un public international.

    www.dundee.ac.uk/water

    Le RIOB : 188 Organismes-Membres et observateurs permanents dans 68 pays

    Rseau Africaindes Organismes

    de Bassin (RAOB)

    Rseau Rgional des Organismes de Bassin dAsie

    (NARBO)

    Rseau Rgional des Organismes de Bassin

    d'Europe Centrale et Orientale (CEENBO)

    Rseau Russophone des Organismes de Bassin

    dEurope Orientale, Caucase et Asie Centrale

    (EECCA-NBO)

    Rseau Latino-amricaindes Organismes

    de Bassin (RELOB)

    Rseau Rgional des Organismes de Bassin Mditerranens (REMOB)

    Groupe des Organismes de Bassin Europens pour l'application

    de la DCE (EURO-RIOB)

    Rseau Brsilien des Organismes

    de Bassin (REBOB)

    Rseau Nord Amricaindes Organismes

    de Bassin (ROBAN)

  • 10 RENFORCEMENT DES CAPACITS ET DVELOPPEMENT

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Afin dtablir une coopration rgionale sur la gestion des ressources en eau transfrontalires, unprogramme de partage des connaissances et de renforcement des capacits doit tre unprocessus cibl et continu. On en trouve un exemple majeur en Mditerrane, o les eauxtransfrontalires sont couvertes par un ensemble diversifi dinstruments juridiques, avec lequelle Partenariat Mondial de lEau (GWP) travaille, rassemblant de nombreux dintervenants dansdivers processus.

    110

    Schma 5 : Pyramide des capacits

    Rgionale et Mondiale

    Dveloppement des CapacitsPyramide des Capacits

    Coopration de leau

    Capacits NationnalesLeaders locaux de leau

    Exemple 56 : Le rseau Cap-Net

    Cap-Net est un rseau international de renforcement des capacits en matire de GIRE. Cest unpartenariat entre des institutions internationales, rgionales et nationales autonomes et entre desrseaux engags pour le renforcement des capacits dans le secteur de leau. Cap-Net aide lespays renforcer les capacits humaines et institutionnelles dans la gestion de leau pour atteindreles Objectifs du Millnaire pour le Dveloppement.

    www.cap-net.org

  • 10 RENFORCEMENT DES CAPACITS ET DVELOPPEMENT

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org 111

    Exemple 57 : Formation distance - lAcadmie du RIOB

    LAcadmie du RIOB (Rseau International des Organismes de Bassin)et le CIREF (Centre Ibrique pour la Restauration des Fleuves), encoordination avec lECRR (European Center for River Restoration -Centre Europen pour la Restauration des Fleuves), unissent leursforces pour proposer aux gestionnaires de bassin un programme deformation distance en espagnol sur la restauration des fleuves. Le

    programme gnral de la formation est constitu de sessions de courte dure dans lesquellestous les aspects lis la restauration des fleuves sont cibls, avec lobjectif doffrir aux stagiairesla possibilit dacqurir les connaissances ncessaires un travail de bonne qualit dans leursemplois lis la restauration des fleuves, pour atteindre le bon tat cologique de leurscosystmes fluviaux et de leurs masses deau et lutter contre les inondations.

    Tous les cours se terminent sur une session de conclusion et une table ronde avec tous lesintervenants pour discuter des sujets les plus intressants et rpondre aux questions desparticipants. Pour assister aux cours, les stagiaires ont seulement besoin dun ordinateurconnect internet et dun microphone. Les logiciels utiliss dans les cours sont faciles demploiet leur maniement est expliqu dans la premire sance de chaque cours. La formation distance est un excellent moyen pour faciliter lapprentissage un faible cot,vitant les pertes de temps et dargent normalement consacrs au dplacement et lhbergement, sans affecter la qualit des cours offerts.

    www.cirefluvial.com/formacion.php

    Exemple 58 : Partage rgional des connaissances et renforcement des capacits travers laMditerrane

    La Mditerrane fait partie des rgions les plus arides du monde, avec des ressources en eaurenouvelables limites qui sont ingalement rparties dans lespace et dans le temps. Les pays dela rgion sud-mditerranenne ne reoivent que 10% du total des prcipitations annuellesmoyennes, alors que dans la rgion, plus de 180 millions de personnes sont considres commepauvres en eau et 60 millions dautres sont confrontes au stress hydrique.

    Une croissance dmographique rapide et lurbanisation, combines un fort dveloppementsocio-conomique, exercent des pressions supplmentaires sur les ressources rares et lescosystmes fragiles. Le GWP Mditerrane est engag, depuis sa cration, dans ledveloppement de la Vision sur lEau pour la rgion et du Programme-Cadre dAction 2000 pourleau. Il anime un partenariat rgional et multi-acteurs sur leau, qui regroupe les grands rseauxmditerranens soccupant des diffrentes disciplines de leau et plus de 80 autres organisations,institutions et entreprises. En outre, le GWP Mditerrane participe activement plusieursinitiatives rgionales, y compris llaboration rcente de la nouvelle Stratgie pour lEau enMditerrane dans le cadre de lUnion pour la Mditerrane.

    www.gwp.org/en/gwp-in-action/Mediterranean

  • MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org112

  • 11 SENSIBILISATION ET COMMUNICATION

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    11 Sensibilisation et communication

    Malgr la quantit considrable de recherches et dtudes ralises dans le domaine de la gestiondes ressources en eau, la diffusion efficace et lappropriation des connaissances exige unprocessus efficace dchange de connaissances. Il est donc essentiel dlaborer une stratgie desensibilisation et de communication concernant la gestion des ressources en eau transfrontalires.LUnion Europenne a dailleurs identifi un manque de diffusion efficace et dappropriation de laquantit importante de recherches quelle a finance via son programme-cadre.

    Le GWP propose un ventail doutils dans ce domaine, allant de son vaste recueil depublications, y compris les publications des comits techniques, la bote outils. Le TEC-GWP a introduit le concept de la chane de la connaissance comme mcanisme permettantdavoir accs aux connaissances travers le rseau du GWP - une approche utile en particulierdans le domaine de la gestion des ressources en eau transfrontalires, o le partage desconnaissances entre les rgions est indispensable et doit tre activement encourag.

    113

    POINTS CLS

    Des activits pertinentes de recherche ne suffisent pas : il faut discuter despriorits des programmes avec les acteurs et les dcideurs et leur encommuniquer rapidement les rsultats, selon une formulation qui permettela comprhension et lutilisation rapide sur le terrain.

    Une stratgie dchange des connaissances est essentielle pour russir sensibiliser les acteurs concerns aux problmes et ltat des lieux.

    La sensibilisation sur la gestion des ressources en eau transfrontalires doitseffectuer travers une gamme dchelles - des utilisateurs locaux auxcommunauts nationales, rgionales, internationales et mondiales ; lemessage et les moyens de communication doivent tre adapts auxcommunauts spcifiques.

    Exemple 59 : Le partage Asie-Afrique des connaissances sur la gestion des ressources en eautransfrontalires

    Les connaissances et lexpertise du GWP ont t partages avec une dlgation de lUICN-Asie quia visit le Secrtariat de lInitiative du Bassin du Nil Entebbe, en Ouganda, en Septembre 2011.Le GWP Afrique de lEst y a prsent ses travaux sur les processus de la GIRE.

    Suite un discours sur la Scurit de leau : les dfis mondiaux, rgionaux et locaux, lInitiativesur lEau en Asie du Sud et les Dialogues dAbu Dhabi ont t prsents. Une perspective a touverte sur les questions transfrontalires travers une histoire des eaux partages entre lInde etle Pakistan.Le potentiel des partenariats interrgionaux est une ressource cache qui nest pas encorepleinement utilise dans le rseau du GWP pour soutenir lchange de savoir-faire entre lesbassins fluviaux confronts, en particulier, aux changements climatiques et aux tendancesdmographiques.

    www.gwp.org/en/gwp-in-action/Eastern-Africa/News-and-Activities-GWP-Eastern-Africa/Asia-Africa-Inter-regional-Sharing

  • 11 SENSIBILISATION ET COMMUNICATION

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    La bote outils Toolbox du GWP (www.gwptoolbox.org) est une base de donnes daccslibre et ouvert contenant une bibliothque dtudes de cas et de rfrences, qui peuvent treutilises par quiconque est intress par la mise en uvre de meilleures dmarches pour lagestion de leau, ou pour apprendre davantage sur lamlioration de la gestion de leau auniveau local, national, rgional ou mondial. Elle comprend les lments suivants :

    Un autre exemple rgional de partage des connaissances est linitiative de la Banque Asiatiquede Dveloppement, appele plateforme des connaissances, qui stend travers la rgionAsie-Pacifique et vise tablir et relier des centres rgionaux de connaissances sur leau.

    114

    Encart 20 : Exemple dchange de connaissances sur le terrain - Bote outils du GWP

    A. Environnement favorable

    A1 Politiques

    A2 Cadre juridique

    A3 Financement et structures dincitation

    B. Rles des institutions

    B1 Cration dun cadre organisationnel - Formes et fonctions

    B2 Renforcement des capacits institutionnelles

    C Instruments de gestion

    C1 Gestion des ressources en eau

    C2 Plans pour la GIRE

    C3 Efficacit de lutilisation de leau

    C4 Instruments des changements sociaux

    C5 Rsolution des conflits

    C6 Instruments rglementaires

    C7 Instruments conomiques

    C8 Echange dinformations

    C9 Instruments dvaluation

  • 11 SENSIBILISATION ET COMMUNICATION

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org 115

    Exemple 60 : Des plateformes de connaissances, de partage et de renforcement des capacits

    Les plateformes de connaissances forment le rseau des centres rgionaux de connaissancessur leau du Forum de lEau de lAsie-Pacifique (APWF). Ces plateformes ont t lances le 26Juin 2008 lors de la Semaine Internationale de lEau de Singapour. Chaque plateforme est uncentre dexcellence qui sest engag amliorer la scurit de leau dans la rgion Asie-Pacifique,en favorisant le partage des connaissances et la promotion des solutions concrtes relatives authme de leau. Ensemble, les plateformes collaborent gnrer et partager des connaissances,ainsi qu renforcer les capacits dans plus dune douzaine de domaines de connaissances surleau.

    Les centres collaboratifs de connaissances dans le Rseau

    www.apwf-knowledgehubs.net

  • MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org116

  • 12 CONCLUSION

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    12 Conclusion

    La Gestion Intgre des Ressources en Eau des fleuves, lacs et aquifres transfrontaliersdoit tre organise au niveau des bassins, dans la concertation entre pays riverains. Desrsultats tangibles sont obtenus lorsquil existe une volont politique forte de cooprer entretats et quun climat de confiance et de solidarit a su se crer. On peut ainsi relever desprogrs significatifs raliss depuis les annes 1990 mais dautres restent accomplir, enparticulier sagissant des aquifres partags.

    Des cadres juridiques clairs doivent harmoniser et fournir, aux niveaux national etinternational, des rgles du jeu pour une application durable des principes de la GIRE. Lesbassins seront si possible grs par des organismes de bassins transfrontaliersoprationnels, pouvant revtir diffrents types et appellations. Un appui accru et permanent la cration et au renforcement de tels organismes (commissions, autorits, runions desparties, etc.) facilite le dialogue, lchange dinformation et la mise en uvre conjointe desactions ncessaires une meilleure gestion intgre, dans un contexte de cooprationtroite et de prvention des conflits.

    La communaut de leau au niveau transfrontalier (incluant tous les acteurs) peut saccordersur une vision partage pour le dveloppement et la gestion des ressources en eautransfrontalires des chelles diverses, qui runit et fournit les lments de base pour unplan damnagement et de gestion moyen et long terme. Des mcanismes financiersappropris doivent tre mis en place, bass sur certains des principes cls noncs dans leprsent manuel. Outre la planification, les systmes dinformation de bassin peuvent aider suivre la mise en uvre des cadres juridiques ainsi que des politiques convenu s entre lespays.

    117

  • MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org118

  • SITES WEB, REFERENCES, LECTURES COMPLEMENTAIRES

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    Sites web

    Bote outils (ToolBox) du Partenariat mondialde leau : www.gwptoolbox.org

    CapNet, rseau international de renforcement descapacits sur la GIRE : www.cap-net.org

    Convention dAlbufeira, Secrtariat TechniquePermanent : www.cadc-albufeira.org

    Office International de lEau : www.oieau.fr

    Gestion des ressources des aquifresinternationaux partags : www.isarm.org

    Partenariat mondial de leau : www.gwp.org

    Portail des connaissances sur leau etlenvironnement dAsie Centrale : www.cawater-info.net

    Rseau Africain des Organismes de Bassin :www.omvssoe.org

    Rseau des Organismes de Bassin Asiatiques :www.narbo.jp

    Rseau des Organismes de Bassin dEuropeCentrale et Orientale :www.riob.org/mot/europe-centrale-et-orientale

    Rseau des programmes rgionaux et nationauxde recherche sur la GIRE : www.iwrm-net.org

    Rseau International des Organismes de Bassin :www.riob.org

    Rseau Latino-Amricain des Organismes deBassin : www.ana.gov.br/relob etwww.rebob.org.br

    Rseau Mditerranen des Organismes de Bassin :www.remoc.org

    UNESCO, Centre PHI-HELP de Dundee :www.dundee.ac.uk/water

    UNESCO/Eau : www.unesco.org/water

    Rfrences

    Assemble Gnrale des Nations Unies 2008Texte sur la Loi des Aquifres Transfrontaliers60me session de la Commission du DroitInternational

    Banque Asiatique de Dveloppement aot-95Gouvernance ; Bonne gestion du dveloppementBanque Asiatique de Dveloppement

    CapNet ; February 2008 ; Performance andCapacity of River Basin Organizations- Cross-case Comparison of Four RBOs (Performances et capacits des organismes de bassin.Comparaison croise de quatre organismes de bassin). ; PNUD/CapNet

    CEE-ONU ; mars-92 ; Convention sur laProtection et lUtilisation des Cours dEauTransfrontires et des Lacs Internationaux ; 31 ILM 1312

    CEE-ONU ; 2006 ; Stratgies pour le Monitoringet lEvaluation des Fleuves, Lacs et AquifreTransfrontaliers ; Genve

    CEE-ONU ; 2009 ; Les Commissions de Bassin etles autres institutions pour la coopration sur leseaux transfrontires ; Genve

    Forum Economique Mondial - Initiative sur lEau ;2010 : Scurit de leau ; Gestion dun rseaureliant leau, la nourriture, lnergie et le climat ;Island Press

    GWP - RIOB ; 2009 ; Manuel de la GestionIntgre des Ressources en Eau par Bassin ;GWP - RIOB

    GWP TAC ; 2000 ; Background Paper No 4 - La Gestion Intgre des Ressources en Eau. ;Partenariat mondial de leau, Stockholm, Sude.

    Nations Unies Assemble Gnrale ; 2008 ;Rsolution A/RES/63/124 de l'AG des NationsUnies sur le droit des aquifres transfrontaliers

    Nations Unies Assemble Gnrale ; 2011 ;Rsolution A/RES/66/104 de l'AG des NationsUnies sur le droit des aquifres transfrontaliers

    Ouvrage collectif ; nov - 10 ; Vers une gestionconcerte des systmes aquifres transfrontaliers ;Agence Franaise de Dveloppement

    PNUE-GEF-ILEC-UNESCO ; mars-11 ;Mthodologie et organisation du ProgrammedEvaluation des Eaux Transfrontires du GEF ;PNUE

    UNESCO ; 2005 ; Partage des eauxtransfrontires ; une valuation intgre du DroitEquitable : Le modle dvaluation juridique ;UNESCO

    UNESCO PCCP ; 2003 ; Transformation deconflits potentiels en potentiel de coopration ;Le rle du droit des eaux international ; UNESCO

    119

    SITES WEB, REFERENCES, LECTURES COMPLEMENTAIRES

  • SITES WEB, REFERENCES, LECTURES COMPLEMENTAIRES

    MANUEL SUR LA GESTION INTGRE DES RESSOURCES EN EAU DANS LES BASSINS DES FLEUVES, DES LACS ET DES AQUIFRES TRANSFRONTALIERS

    www.riob.org | www.gwpforum.org

    F WWF International 2008 Tout ce que vousdevez savoir sur la Convention desNations Unies sur les Cours dEau

    Lectures complmentaires

    Acadmie de leau, BRGM, OIEau &UNESCO-OHI ;2010 ; Vers une gestion concerte des systmesaquifres transfrontaliers ; AFD, A Savoir N3

    Annuaire 19 du droit international delenvironnement 2009 La Scurit de lEau,lhydrosolidarit et le droit international ; Un fleuvetraverse

    Asian Development Bank ; November 2010 ;Policy Paper ; Governance - Sound DevelopmentManagement ; Asian Development Bank

    CapNet ; June 2008 ; Indicators: ImplementingIntegrated Water Resources Management at RiverBasin Level (Indicateurs : mettre en oeuvre lagestion intgre des ressources en eau au niveaudes bassins). ; PNUD/CapNet.

    CapNet ; June 2008 ; Integrated Water ResourcesManagement for River Basin Organisations ;Training Manual (Gestion intgre des ressourcesen eau ; manuel de formation pour les organismesde bassin). ; PNUD/CapNet.

    CEE-ONU ; avril 2009 ; Projet de guide pourlapplication de la Convention sur la Protection etlUtilisation des Cours dEau Transfrontires et desLacs Internationaux ; Runion des Parties, siximeRunion, Genve.

    EURO RIOB 20119me Confrence europenne sur la mise en uvrede la Directive Cadre europenne sur lEau.Dclaration de Porto

    8me Assemble Gnrale Mondiale du RseauInternational des Organismes de Bassin20 au 23 janvier 2010 - Dakar (Sngal)

    7me Assemble Gnrale Mondiale du RseauInternational des Organismes de BassinDu 07 au 09 juin 2007 - Debrecen (Hongrie)

    6me Assemble Gnrale Mondiale du RseauInternational des Organismes de Bassin24 - 28 janvier 2004 - La Martinique (Antillesfranaises)

    5me Assemble gnrale du Rseau Internationaldes Organismes de Bassin28 - 30 mai 2002 - Qubec, Province de Qubec(Canada)

    4me Assemble gnrale du Rseau Internationaldes Organismes de Bassin30 septembre - 4 octobre 2000 - Cracovie -Zakopane (Pologne)

    3me Assemble gnrale du Rseau Internationaldes Organismes de Bassin1 - 4 dcembre 1998 - San Salvador De Bahia(Brsil)

    2me Assemble gnrale du Rseau Internationaldes Organismes de Bassin2 - 4 octobre 1997 - Valence (Espagne)

    1re Assemble Gnrale du Rseau Internationaldes Organismes de Bassin27-29 mars 1996 - Morelia - Mexique

    GWP ; 2011 ; Water, Climate and Development: AnAfrican Programme Country and BasinIdentification Report : GWP - INBO.

    Intergovernmental Panel on Climate Change ;2007 ; Climate Change 2007 ; Impacts, Adaptationand Vulnerability - Contribution of Working Groupto the Fourth Assessment Report of the IPCC ;Cambridge University Press.

    Journal of Environmental Planning andManagement 47[3] 2004 The Challengesand Implications of Collaborative Management ona River Basin Scale (Les dfis etconsquences de la gestion collaborative lchelle des bassins).

    Journal of Water Law, Numro spcial 2010 Le Droit des Eaux International en Asie Centrale ;Engagements, conformit et davantage.

    Journal of Water Law, Numro spcial 2010Lintroduction dun cadre analytiquepour la scurit de leau ; Une plateforme pouraffiner le droit des eaux international.

    Overseas Development Institute 2008 PracticalApproaches to TransboundaryWater Benefit Sharing- Working Paper 292(Approches pratiques du partage desbnfices pour les eaux transfrontalires).

    Pacific McGeorge Global Business & DevelopmentLaw Journal 22, no. 2 2010Gouvernance des affluents du Mkong ; La contribution du droit international etdes institutions pour renforcer la cooprationquitable sur le fleuve Sesan.

    Processus conjoint MED/EUWI/DCE ; nov-05 :Rapport mditerranen sur les eaux souterraines ;MED/EUWI/DCE

    Projet STRIVER Rle du droit des eaux ;valuation de la gouvernance dans lecontexte de la GIRE - une analyse de lengagementet de la mise en oeuvre dans lesbassins du Tage et du Sesan.

    120

  • Rseau International des Organismesde BassinSecretariat Technique PermanentS/C Office International de lEau21, rue de Madrid75008 - Paris - FranceTl. : 01 44 90 88 60Fax : 01 40 08 01 45E-mail : riob@riob.orgInternet : www.riob.org

    Global Water Partnership (Partenariat mondial de leau) - GWPSecretariatDrottninggatan 33SE-111 51 StockholmSudeTl. : + 46 8 522 126 30E-mail : gwp@gwp.orgInternet : www.gwp.org

    ISBN : 978-91-85321-86-5

    La Gestion Intgre des Ressources en Eau (GIRE)doit tre organise lchelle pertinente desbassins versants des fleuves, des lacs et desaquifres, en particulier lorsquils sonttransfrontaliers. Mais des progrs significatifsdoivent tre accomplis pour passer de la thorie la pratique et agir concrtement en faveur dunecoopration transfrontalire sur leau partout ocela est ncessaire, pour les eaux de surfacecomme pour les eaux souterraines.

    Pour faciliter ce processus, le RseauInternational des Organismes de Bassin (RIOB), lePartenariat Mondial de lEau (GWP), laCommission Economique des Nations Unies pourlEurope (CEE-ONU), lUNESCO, le Fonds pourlEnvironnement Mondial (GEF) et le centre pour

    lEvaluation des ressources naturelles (EVREN)ont conjugu leurs efforts pour rdiger le prsentmanuel. Cet ouvrage a pour but de fournir desconseils pratiques pour amliorer la gouvernancedes ressources en eau douce dans le contexte deseaux partages entre plusieurs pays, en partantdexemples concrets de ralisations dores et djengages dans diffrents bassins.

    Le manuel sadresse en priorit aux gestionnairesde bassins transfrontaliers, aux professionnels deleau et aux reprsentants des autorits publiques,mais aussi aux acteurs non gouvernementaux quisimpliquent dans des actions lchelle desbassins transfrontaliers. Il a bnfici dunsoutien financier de lAgence Franaise deDveloppement.

    Commission Economique pourlEurope des Nations Unies - CEE-ONUService Information Palais des Nations - CH-1211 Genve 10 - SuisseTl. : + 41 (0) 22 917 44 44E-mail : info.ece@unece.orgInternet : www.unece.org

    UNESCO-PHI 1 rue Miollis75732 Paris Cedex 15, FranceTel.: +33 (0)1 45 68 10 00E-mail: ihp@unesco.orgInternet : www.unesco.org/water

    Global Environment Facility (Fondspour lenvironnement mondial)Secrtariat - GEF1818 H Street, NW, Mail Stop P4-400Washington, DC 20433 USATl. : (202) 473-0508E-mail : secretariat@thegef.orgInternet : www.thegef.org

    Agence Franaise de Dveloppement -AFD5 Rue Roland Barthes75598 Paris Cedex 12 - FranceTl. : + 33 1 53 44 31 31E-Mail : eau_assainissement@afd.frInternet : www.afd.fr

Recommended

View more >