Tous droits de traduction, de reproduction et ? Tous droits de traduction, ... auteur et aux droits

  • Published on
    13-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Transcript

Tous droits de traduction, de reproduction et dadaptation rservs pour tous pays.En vertu des articles 80 et 81 de la loi camerounaise n2000/11 du 19 dcembre 2000 relative aux droits dauteur et aux droits voisins du droit dauteur est constitutif dun acte de contrefaon : toute exploitation dune uvre littraire ou artistique faite en violation de la prsente loi, par reprsentation, reproduction, transformation ou distribution par quelque moyen que ce soit et est assimil un acte de contrefaon : limportation, lexportation, la vente ou la mise en vente dobjets contrefaisants ainsi que le fait de laisser reproduire ou de reprsenter dans son tablissement de faon irrgulire les productions protges .Cette reproduction, reprsentation ou diffusion, par quelque procd que ce soit, au mpris des lois relatifs la proprit des auteurs, est sanctionne selon les dispositions de larticle 82 dun emprisonnement de cinq (5) ans dix (10) ans et dune amende de 500 000 10 000 000 Francs CFA ou de lune des deux peines seulement. Les peines sont doubles lorsque lauteur de linfraction est le cocontractant du titulaire du droit viol.Le Code de la proprit intellectuelle franais nautorisant, aux termes des articles L.122-4 et L.122-5, dune part, que les copies ou reproductions strictement rserves lusage priv du copiste et non destines une utilisation collective et, dautre part, que les analyses et les courtes citations notamment dans un but dexemple et dillustration, toute reprsentation ou reproduction intgrale ou partielle, faite sans le consentement de lauteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite .Cette reprsentation ou reproduction, par quelque procd que ce soit, sans autorisation de lditeur constituerait donc une contrefaon sanctionne par les articles 335-2 et sui-vants du Code de proprit intellectuelle franais. Le Centre Franais de lexploitation de la Copie (20, rue des Grands-Augustins 75006 Paris France) est, conformment larticle L.122-20 du Code de la proprit intellectuelle, le seul habilit dlivrer des autorisations de reproduction par reprographie, sous rserve en cas dutilisation aux fins de vente, de location, de publicit ou de promotion de laccord de lauteur ou des ayants droit.ISBN 978-2-7531-0395-5 dition originale Hachette Livre International, 2012.Maquette de couverture : Nicolas Piroux. Mise en pages : Creapass.Sommaire Squence 1 6 Squence 2 20 Squence 3 36 Squence 4 53 Squence 5 70 Squence 6 85 Le guide pdagogique : un mode demploi de la collection Gagn !Il a pour but de vous aider cerner les grandes lignes dune dmarche efficace avec vos lves. La conduite de chaque leon y est dtaille en plusieurs phases successives : Mise en route et rvisions (vrification des pr-requis) ; Dcouverte (prsentation et dcouverte de la situation-problme, reformulation, vrification de la comprhension, invitation poser des questions et y rpondre) ; Recherche (recherche individuelle ou par groupe des solutions : mission dhypothses et analyse) ; Confrontation (validation des rsultats : prsentation des solutions, justification des rponses) ; Validation du nouveau savoir (gnralisation, introduction du vocabulaire ncessaire) ; Phase de consolidation (application, utilisation du nouveau savoir) ; Activits dintgration (mobilisation des nouveaux savoirs et savoir-faire pour rsoudre une situation complexe) ; Activits de remdiation (dcouverte des erreurs, corrections, nouvelles explications et activits supplmentaires). Le guide pdagogique : un outil de rflexionTout enseignant sait quil ny a pas de dmarche unique pour conduire les leons. Au contraire, il y a autant de variantes que de classes, et les besoins diffrent selon les lves. Cest lautre but de cet ouvrage : vous proposer une base de rflexion et vous permettre dadapter vos pratiques la ralit de votre classe (voir notamment la rubrique Observa-tion pralable, qui offre des repres et des explications).On sait, par exemple, que les activits pratiques doivent avoir un sens pour les lves et les motiver. De multiples pistes vous sont ainsi donnes pour lier les leons la vie de votre classe et favoriser lactivit des lves. Des suggestions sont faites pour permettre de rythmer les leons et de les varier dans leurs modalits (alternance entre travail oral, recherches, mises en commun, changes entre lves, travail individuel lcrit, travail en petits groupes, liens avec dautres disciplines, etc.).Les lves ne travaillent jamais tous au mme rythme. Certains doivent tre remis ni-veau lorsque les valuations montrent quils rencontrent des difficults dans leurs appren-tissages. Pour favoriser lindividualisation du travail, vous trouverez des propositions dans le domaine de la remdiation concernant les problmes les plus couramment rencontrs (travail collectif ou individuel, en autonomie). Puissent les guides pdagogiques de la collection Gagn ! contribuer faciliter et enrichir votre travail et faire de tous les lves des gagnants !AVANTPROPOS6SQUENCE 1Ma premire semaine en SIL voir manuel pages 6 8Observation pralableLe fichier dbute par trois pages intitules Ma premire semaine en SIL. Il sagit de commencer lanne scolaire de manire moins formelle que dans les leons qui suivent, daborder ltude des mathmatiques sous une forme ludique partir de grandes illustrations, de sentraner tenir un crayon, deffectuer quelques tches simples, de dbuter les activits rituelles (la date, lappel, le comptage des prsents et des absents, les services de la classe: arrosage des plantes, rangement, nettoyage).Le travail propos occupera tout ou partie de la premire semaine de classe. Si des notions simples sont abordes telles que les lignes, le reprage dans lespace ou la re-connaissance de formes gomtriques, il ne faudra pas, pour autant, mener une vritable leon sur chacun de ces sujets. Il sagit bien plus dune premire imprgnation et dune invitation dcouvrir quelques-uns des contenus des leons suivre. Les lves, dont beaucoup dcouvrent lcole, en profiteront galement pour commencer prendre quelques habitudes scolaires.Reposant sur des activits de langage, les exercices pro-poss permettront dintroduire du vocabulaire courant et quelques termes mathmatiques. Ds que loccasion se prsentera, lenseignant effectuera de faon concrte quelques activits et manipulations dans la classe: venir se placer ct dun camarade ou du bureau, trier des formes gomtriques, identifier la position de certains objets (sur, sous, ct, entre), etc.Ma premire semaine en SIL (1) voir manuel page 6 Laisser aux lves le temps ncessaire pour prendre connaissance de la page. Expliquer que la scne se passe sur un stade, un terrain de football, si les lves ne connais-sent pas les termes. Demander ensuite un premier volontaire de raconter ce quil a vu sur limage. Dans un premier temps, lenseignant laisse les lves sexprimer le plus possible. Il se contente de distribuer la parole, rappelant quil faut lever la main pour la demander. Il apporte cependant son aide si un lve a des difficults pour sexprimer. Il sollicite les autres lves pour quils apportent leur aide. Dans un deuxime temps, poser des questions pour atti-rer lattention des lves sur des dtails qui nauraient pas t mentionns: O le garon veut-il envoyer son ballon ? (dans le but) Comment frappe-t-il le ballon ? (avec le pied) Que veulent faire les deux enfants qui jouent au ballon ? (Ils veulent aller vers leur ballon.) O sont assis les deux autres enfants ? (sous un parasol), etc. Proposer ensuite de sintresser aux diffrents lments du dessin un un. Dans chaque cas, donner la consigne correspondante et la faire reformuler pour sassurer quelle est bien comprise. Faire une dmonstration au tableau pour montrer com-ment tracer le trajet du ballon (question 1) en expliquant quil peut aller nimporte o dans le but. Concernant le coloriage (questions 2 et 5), expliquer quil faut sappliquer, essayer de ne pas dborder pour que la premire page du fichier soit jolie et agrable regarder. La question 3 pourra donner lieu un entranement pralable: demander aux lves de tracer en lair avec le doigt des lignes horizontales et verticales. De nouveaux essais seront ensuite raliss sur lardoise. Puis les lves travailleront dans le fichier. Les trajets mls de la question 4 seront dabord suivis avec le doigt avant dtre repasss au crayon. La question 6 ne pose pas de problme de reprage puisquil nest pas demand prcisment de dessiner les bananes dans une main ou dans lautre. En revanche, en ce qui concerne les billes dessiner (question 7), les lves devront respecter une consigne prcise: il faut dessiner les billes devant les enfants. Faire quelques exercices pralables, qui permettront aux lves de se reprer dans lespace et dutiliser le vocabulaire appropri: demander quelques lves de donner le nom du camarade qui se trouve devant eux, puis de celui qui se trouve derrire, faire poser un crayon devant soi, etc.Ma premire semaine en SIL (2) voir manuel page 7 Prvoir de laisser aux lves le temps ncessaire pour prendre connaissance de limage. Dans un premier temps, demander quelques lves dindiquer o se passe la scne et ce quils y ont vu. Comme cela a t propos pour lexploitation de la page prcdente, lenseignant aidera les lves qui sexpriment formuler leurs phrases sils rencontrent des difficults de vocabulaire ou de syntaxe. Il proposera au reste de la classe daider et de donner des prcisions, si ncessaire: Qui sait comment sappelle cette forme ? Qui a vu des formes comme cela dans la classe/dans la cour/dans la rue ? etc. Les consignes sont ensuite donnes une une. Des explica-tions et des conseils sont donns au sujet de chacune delles. La question 1 permet daborder les notions de petit/moyen/grand et plus petit que/plus grand que. Il est ici facile de proposer une approche concrte de lexercice en faisant venir devant la classe successivement des groupes de 2 ou 3 lves en choisissant ces derniers, si possible, de tailles nettement diffrentes. La classe dsigne le plus petit, le plus grand dans chaque cas. Les lves peuvent aussi saligner par ordre de taille. Faire produire des phrases telles que X est plus petit/plus grand que Y. Z est la plus grande/la plus petite. On peut aussi faire comparer des morceaux de ficelle, des traits tracs au tableau, etc. La question 2 sera prcde dun travail prparatoire. Lenseignant montrera au tableau quil sagit de tracer des lignes verticales. Il fera un geste de haut en bas en invitant les lves limiter. Cet exercice sera rpt plusieurs reprises. Les lves traceront ensuite des lignes verticales sur leur ardoise avant de le faire sur le fichier. Des lignes verticales seront repres dans la classe (montants de la porte, par exemple). Concernant la question 3, les lves qui ne disposent 7pas de crayons de couleur pourront faire des dcorations dans les diffrentes cases de la frise: hachures dans un sens et dans lautre, traits horizontaux ou verticaux, ronds, etc. Quelques ides pourront tre cherches collectivement et proposes au tableau. La question 4 peut tre faite mme si lon ne sait pas nommer les formes gomtriques reprsentes. En effet, il suffit de les reconnatre visuellement. Il sera cependant intressant de donner leur nom, ce qui constituera une prparation aux leons o ces figures planes seront tudies. Il nest videmment pas encore question de les caractriser. Les formes sont simplement nommes et dessines au tableau ou montres sur des cartons. Poser des questions telles que: Comment sappelle cette figure ? Quelle est le nom de celle-ci ? Et de celle-l ? Cette figure est-elle un rond ? un triangle ? etc.Ma premire semaine en SIL (3) voir manuel page 8 Lenseignant demande dobserver la page. Les lves y consacrent quelques instants en silence. Puis un ou deux lves commencent la description de limage. Ils indiqueront que la scne se passe dans un village et prciseront ce que font les personnages que lon peut voir sur le dessin. Poser quelques questions pour faire complter ce qui a t dit. Par exemple: Que voit-on devant les enfants ? (des fruits) Et par terre, quy a-t-il ? (des branches, des fagots) Que voit-on dans le ciel ? (le soleil) Quaccrochent les enfants entre deux arbres ? (une guirlande) etc. Les questions sont proposes ensuite une une, lensei-gnant donnant la consigne et apportant les prcisions et les conseils ncessaires. Insister notamment sur le soin apporter au travail: chaque lve doit avoir envie que son fichier soit soign. La question 1 doit apprendre aux lves relier des lments entre eux et faire des correspondances terme terme. Faire constater que la mangue est dj relie lun des enfants. Demander de faire dautres traits comparables partir des autres fruits. Les lves doivent bien comprendre quil sagit dattribuer un fruit diffrent chaque enfant et non de relier tous les fruits au mme enfant ou tous les fruits tous les enfants. Dans la question 2, il sagit daborder la notion de ligne ouverte/ligne ferme. Faire observer le fagot qui est dj entour dune ficelle. Reproduire la ficelle au tableau et montrer quil faut fermer le trait. Des manipulations avec des morceaux de ficelle sont conseilles en prparation lexercice. Le trac du soleil (question 3) permettra de faire tracer un cercle (ligne courbe ferme) et des lignes droites (les rayons du soleil). La question 4 doit faire travailler le reprage dans lespace: il faut dessiner les tomates (les lves pourront se contenter de faire de simples cercles) sur le plateau. Faire dcrire la position de celui-ci: sur la tte de la maman. Les deux figures de la question 5 ont dj t rencontres dans la page prcdente. Les lves devraient en avoir retenu les noms. Les faire rappeler aprs avoir dessin le rond et le carr au tableau et en interrogeant les lves. Demander de dcrire la position des figures sur la guirlande: elles sont sous la ficelle. Faire constater leur alternance. Les lves doivent la formuler avec une phrase telle que: Il y a un carr puis un rond. Aprs, il y a encore un carr et un rond. 1 Trier selon une proprit voir manuel page 9Domaine Activits numriquesObjectifs Trier selon une proprit (la forme, la couleur). Dterminer la proprit commune dune collection.Matriel Matriel de manipulation, objets du quotidien (crayons de couleurs, feutres, billes, jouets, livres, cahiers).Observation pralableOutre les notions mathmatiques abordes, la leon compor-tera galement un objectif langagier. Il sagit dapprendre le vocabulaire mathmatique de base en contexte: premire dcouverte du nom de quelques formes, des couleurs, notion de tri et de classement, etc. La distinction entre classement et rangement, trop complexe ne sera pas tablie. Dans le contexte mathmatique, trier ou classer, cest grouper des lments selon une proprit commune, constituer des sous-ensembles dans une collec-tion selon un ou plusieurs critres (on classe ensemble les mmes figures, par exemple: les carrs, les rectangles). Dans le langage courant, les termes classer et ranger sont bien souvent confondus: ranger signifie gnra-lement mettre les choses leur place, classer signifie souvent mettre dans un certain ordre (le classement dune course). En mathmatiques, cette activit correspond donc au rangement (on range des nombres par ordre croissant ou dcroissant).RVISIONSLa leon pourra dbuter en attirant lattention des lves sur le fait que les objets, dans la classe, sont placs des endroits appropris. Faire observer ainsi les tagres, les tables, le contenu des trousses et du cartable, les botes de craies ou les pots de crayons, etc. Les lves commencent ainsi sapproprier la notion de classement.Pour bien dmarrerLactivit permet de revoir les couleurs. Elle constitue gale-ment une premire approche de la notion de tri: les ronds se distinguent les uns des autres par leur couleur.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONProposer des activits de tri en fonction du matriel dispo-nible. Distribuer divers objets. Le tri doit tre ais: donner des crayons, des graines, etc. Selon les effectifs, on regrou-pera les lves en montrant le matriel rassembl devant la classe. Faire nommer les objets prsents. Faire constater leur diversit. Proposer de les ranger et de les trier. Laisser les lves proposer leurs ides. Faire apparatre la notion de proprit commune: on met les graines ensemble, les crayons ensemble, etc.8filles, demander aux lves concerns de se grouper et de constituer deux sous-ensembles.RVISIONSPour bien dmarrerDemander dobserver la premire srie de figures. Faire dire ce qui a t vu. Les lves ne sauront pas nommer les solides reprsents, lexception, peut-tre du cube, terme qui pourra tre donn. Les cylindres pourront tre dsigns comme des botes. Donner ensuite la consigne. Pour expliquer le terme intrus, indiquer quun intrus nest pas comme les autres. Les lves devront comprendre que la distinction seffectue ici sur la forme et non sur la couleur: lintrus est le cube.Procder ensuite selon la mme mthode avec la deuxime srie de figures. Introduire les termes lune et ovale.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvrePrsenter la situation. Expliquer ce quest un collier en en montrant un si possible, ou en en dessinant un au tableau. Distinguer un collier dun bracelet en faisant constater sur limage que la fillette a dj fabriqu ce dernier objet. Demander ensuite de nommer les lments visibles sur la table. Donner ensuite la consigne. Veiller ce quest soit bien comprise: il ne faut pas entourer tout ce qui sert fabriquer un collier (fils et perles), mais seulement les perles. Et il convient bien dentourer toutes les perles, quelle que soit leur couleur. Au tableau, montrer comment on entoure en dessinant une perle et en traant une ligne ferme au-tour. Dessiner deux ou trois autres perles et demander un lve de venir les entourer de manire constituer un ensemble. Sassurer nouveau que la classe a compris quil faut constituer lensemble des perles puis laisser les lves travailler individuellement.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiFaire observer puis nommer les figures: ronds, carrs et triangles. Rviser galement les couleurs en faisant constater quil y a des figures vertes, rouges, jaunes Donner ensuite la consigne. Rappeler que lon doit faire une grande ligne autour des carrs, puis des ronds, pour constituer lensemble de chacune de ces figures. Montrer nouveau lexemple des billes au tableau, tel quil a t tabli prcdemment.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Prsenter la situation et faire expliquer ou expliquer les termes (carreleur et carreaux). La description de limage permettra galement dintroduire dautres mots de voca-bulaire: carton, bote, rectangle. Faire compter jusqu 5 en demandant de dplier un un les 5 doigts de la main. Expliquer quil sagit du nombre de carreaux de carrelage tracer dans chaque cas. Faire constater que certains dentre eux sont dj reprsents: il sagit donc de complter les dessins.Cherche et dcouvre1. Il sagit de trier selon une proprit. Faire nommer les objets reprsents: un stylo, une poupe, un livre, une gomme, une bille, une petite voiture, un cahier, une corde sauter. Pour aider fixer le vocabulaire, employer et faire employer les diffrents mots dans une phrase: On crit avec un stylo. Une poupe est un jouet pour les filles. Avec la gomme, on peut effacerMontrer ensuite les deux lieux de rangement de ces objets: le coffre jouets et le cartable. Puis donner la consigne et expliquer quil faut tracer un trait partir de chaque objet pour le relier son lieu de rangement.2. Il sagit maintenant de dterminer la proprit commune dune collection. Le premier ensemble est constitu de jouets, le second dobjets utiliss lcole.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiLexercice permet didentifier une proprit: la couleur.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Les objets de mme nature sont groups: bonbons, to-mates, bananes.REMDIATIONProposer de nouvelles manipulations. Varier les critres de tri: la couleur, la matire, les objets qui servent manger (cuillres, couteaux, fourchettes), ceux qui permettent de jouer, etc. 2 Constituer des collections voir manuel page 10Domaine Activits numriquesObjectif Constituer des collections (entourer) en fonction dune proprit commune.MatrielMatriel de manipulation (graines, capsules, btonnets, crayons, feutres et autres objets de la classe).Observation pralableLa leon porte nouveau sur le partage dun ensemble. Les activits du livret seront prcdes de diverses mani-pulations, en fonction de ce qui t fait dans la leon pr-cdente. Il faut varier les critres de classement: faire faire des ensembles de garons et de filles, classer des formes gomtriques dessines au tableau, etc.).Pour bien dmarrerDemander 3 ou 4 garons et 3 ou 4 filles de venir devant leurs camarades. Demander la classe dobserver le groupe constitu et de trouver un moyen de trier les enfants. Laisser quelques volontaires sexprimer. Ne pas donner davis et de-mander au reste de la classe de ragir. Certaines propositions seront envisageables, ce ne sera pas le cas pour toutes: il sera difficile, par exemple, de trier les grands et les petits. Le critre le plus vident est sans doute le sexe. Lorsque la proposition aura t faite de distinguer les garons et les 9une rue. On voit un oiseau sous lune et un autre ct. Un garon a pos un ballon pos sur le toit de lautre vhicule. Il y a un autre ballon sous la voiture. Faire constater que les objets ne sont pas coloris. Donner la consigne concernant loiseau et laisser le temps ncessaire pour le coloriage. Donner ensuite la consigne au sujet du ballon.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiLes lves doivent maintenant placer ou dessiner un objet sur ou sous un repre. Faire nommer les nuages. Montrer au tableau comment dessiner un oiseau de faon trs simpli-fie. La correction pourra seffectuer au tableau aprs avoir reprsent un nuage.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!1 et 2. Prsenter la situation puis travailler lexpression orale, en liaison avec les TIC. Quelques questions permettront de faire indiquer la profession de lhomme, ce quil vend. Lorsque les objets auront t identifis et nomms, demander des prcisions sur leur positionnement: O se trouve lordinateur ? Et la radio ? Dans leurs rponses, les lves devront employer le vocabulaire de la leon.Prendre ensuite le temps ncessaire pour expliquer les consignes. Pour faire rappeler le sens du terme entoure, faire une dmonstration au tableau puis faire faire le geste avec le bras.3. Faire observer la forme du billet de banque: il sagit dun rectangle. Les lves observent ensuite la pice et concluent quils doivent dessiner un rond. Donner les consignes une une.REMDIATIONProposer des activits concrtes qui porteront sur le reprage dobjets (Quy a-t-il sur ltagre ? sous la table ? sur le bureau ? etc.) et sur le placement dobjets par rapport un repre (Mets une gomme sur ltagre./Ramasse le crayon qui est sous la table, etc.). 4 Au-dessus de Au-dessous de voir manuel page 12Domaine GomtrieObjectifsSe reprer dans lespace: identifier un objet plac au-dessus ou au-dessous dun repre; placer ou dessiner un objet au-dessus ou au-dessous dun repre; utiliser les expressions au-dessus de et au-des-sous de.Matriel Objets de la classe.Observation pralableIl y a le plus souvent une nuance entre les termes dessus et au-dessus. Si tous deux signifient plus haut que, le premier indique un contact, ce qui nest gnralement pas le cas pour le deuxime. Si lenseignant sefforcera demployer REMDIATIONPour varier, les lves pourront travailler sur lardoise: constituer un ensemble de ronds ou de carrs, ou encore de btons, par exemple. 3 Sur, sous voir manuel page 11Domaine GomtrieObjectifsSe situer dans lespace: identifier un objet plac sur ou sous un repre; placer ou dessiner un objet sur ou sous un repre; utiliser les expressions sur et sous.MatrielObjets de la classe et de la vie courante (pouvant tre placs sur/sous une table ou une tagre, par exemple).Observation pralableLa leon pourra donner lieu de nombreuses observations et manipulations: faire observer des objets dans la classe placs sur le bureau, sous une table, etc.; faire placer des objets tels quun stylo, une craie ou une gomme sur la table, sous le banc, sur le bureau, etc.Les termes nouveaux seront appris en situation grce ces activits. Lenseignant poursuivra ces dernires tant que des erreurs sont commises. Il en proposera dautres rapidement au dbut dune leon suivante pour renforcer les acquis aider les lves qui ont des besoins particuliers.Concernant le vocabulaire, il faudra ventuellement rgler une difficult. En effet, dans le langage courant, le terme sur peut signifier contre une surface verticale: une affiche est appose sur un panneau, par exemple. Dans le contexte mathmatique de la leon, le terme marque la position en haut, au-dessus dun repre donn et fait r-frence une surface ou une chose qui en porte une autre.RVISIONSPour bien dmarrerLactivit du livre est trs concrte et simple mettre en place (elle permettra de voir le nom des parties du corps, des vtements). Elle peut tre propose sous la forme du jeu Jacques-a-dit: lorsque les ordres donns sont prcds de Jacques-a-dit, il faut les excuter (par exemple: Jacques-a-dit de mettre ses mains sur les genoux.) Lorsque les lves entendent simplement: Mettez vos mains sur la tte, ils ne doivent rien faire. Tous ceux qui se trompent sont limins. Ne pas prolonger le jeu trop longtemps pour ne pas dmobiliser les lves limins. Il est prfrable de jouer plusieurs fois et de dclarer de nombreux vainqueurs dans chaque cas.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreLes lves doivent identifier un objet plac sur ou sous un repre. Faire dcrire limage: deux voitures se trouvent dans 10ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Comme lhabitude en a t prise, limage servira aussi de prtexte un travail sur le langage oral par la description qui en sera demande: prsence de lenfant, des livres.REMDIATIONCe sont nouveau les activits concrtes qui doivent tre pri-vilgies: reprage de la position dun objet puis placement dun objet par rapport un repre. Utiliser les possibilits de la classe: objets placs au-dessus ou au-dessous dun autre sur une tagre, par exemple. 5 En haut, en bas voir manuel page 13Domaine GomtrieObjectifsSe reprer dans lespace: identifier un objet plac en haut ou en bas par rapport un repre; placer ou dessiner un objet en haut ou en bas par rapport un repre; utiliser les expressions en haut de et en bas de.Matriel Objets de la classe.Observation pralableUne nouvelle fois, des questions de vocabulaire vont se poser. En effet, il ne faut pas que les lves confondent haut et en haut de et, de mme, bas et en bas de. Haut se rapporte une dimension importante dans le sens vertical. On parlera ainsi dune haute maison, dune haute montagne. On emploie galement ce mot pour dsigner une dimension verticale, de la base au sommet: cette montagne a 1 000 mtres de haut. Le terme se rapporte galement un lment qui se trouve au-dessus des autres: une haute branche, par exemple. Dans le sens mathmatique employ dans la leon, le mot haut dsigne la partie haute dune chose: le haut de larmoire, par exemple. Employ dans lexpression en haut de, le terme dsigne la partie suprieure, la plus haute. Les mmes considrations sappliquent linverse en ce qui concerne bas et en bas de.RVISIONSPour bien dmarrerFaire rviser les termes utiliss dans la leon prcdente. La position de quelques objets dans la classe pourra tre donne. Les lves pourront aussi placer des objets en fonc-tion des indications donnes: mettre un livre sur ltagre, un cahier sous le livre, etc.Concernant lactivit du livre, faire dcrire les dessins un un. Donner le vocabulaire manquant si besoin est: la trottinette, le parapluie. Donner ensuite la consigne. Faire produire des phrases telles que: La trottinette est sous le garon. La fille est sous le parapluie.chaque terme bon escient, ces distinctions ne seront pas donnes aux lves ni exiges deux.Le vocabulaire relatif la topologie et lorientation dans lespace sera utilis aussi souvent que possible dans la classe: pour demander un lve de ramasser un objet tomb sous la table, un autre de poser son cahier sur le bureau ou au-dessus des autres, etc. Lapprentissage de la topologie et du reprage dans lespace doit se faire en situation. Les activits du livre ne constituent que des complments ces activits concrtes: le reprage nest pas le mme lorsque lon doit identifier la position dun objet sur une feuille de papier ou dans la ralit.RVISIONSPour bien dmarrerLes rvisions portent sur le contenu de la leon prcdente: sur et sous. Quelques manipulations concrtes peuvent faci-lement tre proposes. Prvoir de reprendre le jeu Jacques-a-dit, rapide mettre en uvre.Faire observer et dcrire le dessin. Les lves nomment les objets: oiseau, fil, livre, lunettes. Donner ensuite la consigne. La consigne entoure ne doit, normalement, plus poser de problme. Faire produire des phrases telles que: Il y a un oiseau sous le fil. Il y a deux oiseaux sur le fil. Les lunettes sont sur le livre. Le livre est sous les lunettes.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvre1. Il sagit didentifier un objet plac au-dessus ou au-dessous dun repre. Faire dcrire limage. Les lves identifient et nomment les avions et les nuages. Donner le vocabulaire qui ne serait pas connu. Faire compter les avions (initiation au dnombrement).Donner ensuite la consigne. Sassurer quelle est bien com-prise, mme si elle a dj t rencontre prcdemment, en donnant un exemple au tableau.2. Les lves doivent maintenant placer ou dessiner un objet au-dessus ou au-dessous dun repre. Faire constater que des nuages sont dj prsents dans le ciel. Les faire situer par rapport aux avions. Les lves pourront ventuellement les prendre pour modle pour effectuer les dessins demands.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1. Lexercice permettra un rapprochement avec le travail effectu en franais. Faire nommer les diffrentes lettres (il nest cependant pas ncessaire que les lves les connais-sent toutes pour faire lexercice). Faire reprer la ligne qui constitue le repre. Donner la consigne et laisser ensuite les lves travailler seuls. Les lettres entourer seront nouveau nommes lors de la correction. Lenseignant pourra rapidement et sans difficult reproduire lexercice au tableau pour ce faire.2. Faire nouveau dcrire la situation et donner le voca-bulaire qui ne serait pas connu. Faire constater que deux enfants tiennent la corde, quune fille passe au-dessus de celle-ci tandis quune autre passe au-dessous.11Objectif Trier selon deux proprits.Matriel Matriel de manipulation (graines, capsules, btonnets, crayons, feutres, objets de la classe et du quotidien).Observation pralableLa mthode de travail est comparable ce qui a t propos dans la leon sur le tri selon une seule proprit, la difficult augmentant avec la prise en compte de deux critres de classement.RVISIONSPour bien dmarrerLe tri seffectue ici selon une proprit. Dans le premier cas, les lves doivent reprer le carr au milieu des ronds: cest la forme qui est prise en compte. Dans le deuxime cas, cest la couleur bleue qui distingue lun des carrs.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONMlanger des crayons et des feutres. Il doit y avoir plusieurs objets de la mme couleur. Demander dobserver, de nom-mer les lments et dindiquer comment on pourrait les trier. Deux proprits seront prises en compte: crayons ou feutres, dune part, et la couleur, dautre part.Cherche et dcouvreDemander dobserver et de nommer les objets visibles sur la table. Dans un premier temps, les lves ne verront trs probablement quun seul critre de diffrenciation: il y a des cahiers et des livres. Pour les lves qui auraient des difficults distinguer les deux types dobjets, faire observer la prsence dtiquettes sur les cahiers.Le premier critre de classement ayant t dtermin, demander aux lves de prciser la couleur des objets. Demander de reprer les cahiers bleus. Expliquer quil faut les entourer. Les lves peuvent faire une croix dessus dans un premier temps et constituer un ensemble avec une ligne ferme dans un deuxime temps. Rappeler ce quest un ensemble en faisant une dmonstration au tableau. La correction collective ntant pas adapte lexercice, les lves pourront se corriger entre eux: chacun observe lensemble constitu par son voisin. En cas derreur, une discussion sengage. Lenseignant circulera dans la classe pour donner son avis. La gomme sera utilise le cas chant et un nouveau trac ralis.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiFaire prendre connaissance de lexercice et demander din-diquer ce que lon a observ: prsence de voitures, dune camionnette. Expliquer ensuite que deux lments ont t placs dans lensemble par erreur: on les appelle des intrus (terme dj rencontr mais dont il faudra sassurer quil est compris). Les lves les identifient et les barrent: la camionnette et la voiture noire. Faire indiquer le critre qui nest pas respect dans chaque cas: une camionnette au lieu dune voiture; une voiture noire au lieu de grise. Faire noter quun critre est cependant respect dans chaque cas: la DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONFaire raliser des observations et mettre les lves en si-tuation dexprimenter. Les situations peuvent tre trs simples: faire nommer des objets se trouvant en haut/en bas dune tagre ou dune armoire. Demander de placer des objets en haut/en bas de cette mme tagre, etc. Ce sera le meilleur moyen de faire percevoir la dimension verticale associe aux termes qui sont prsents.Cherche et dcouvre1. Il sagit tout dabord didentifier un objet plac en haut ou en bas par rapport un repre. Prsenter la situation et demander de reconnatre la pice: il sagit dune chambre. Attirer ensuite lattention des lves sur les dtails de limage: lit, srie de deux tagres lune au-dessus de lautre, fentre. Faire nommer les objets qui sy trouvent (livres, petite voiture, lphant, radio, trousse, cahier). Donner ensuite la consigne et laisser les lves travailler seuls. Lors de la correction, les lves nommeront les objets entours.2. Les lves doivent maintenant placer un objet par rap-port un repre. Ils auront normalement repr la fentre lors de la description de lillustration. Montrer au tableau comment dessiner le papillon de faon simplifie.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1 et 2. Faire dcrire limage et sassurer que les lves connais-sent en franais les termes chelle et manguier.Lors de la correction, faire produire les phrases qui permet-tent demployer bon escient le vocabulaire de la leon. Par exemple: Il y a un oiseau en haut de larbre et un autre en bas. Un enfant est mont en haut de lchelle. Il y a un autre enfant en bas.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!1. Faire dcrire la situation: un enfant se prpare tirer sur un empilement de botes de conserve (jeu du chamboule-tout). Faire dnombrer le nombre de botes de chaque rang (prparation au dnombrement). Des phrases telles que celles-ci seront produites: Il y a 4 botes de conserve en bas/sur la premire range. Il y a 3 botes au-dessus/sur la deuxime range. Il y a 2 botes au-dessus/sur la troisime range/sur la range du haut. Donner ensuite la consigne. La faire reformuler et sassurer quelle est comprise.2. Enchaner en demandant de dessiner une bote en haut de la pile. Montrer au tableau comment faire le dessin. Les lves peuvent sentraner le reproduire sur lardoise avant de le faire sur le fichier.REMDIATIONRevenir sur les activits de manipulation proposes prc-demment dans la leon. Faire remployer le vocabulaire de la leon. Le reprendre rgulirement dans les jours qui suivent. 6 Trier selon deux proprits voir manuel page 14Domaine Activits numriques12le mieux possible les traits en pointills: il faut utiliser la rgle. Certains auront peut-tre des difficults pour tracer les traits obliques.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiFaire reprer les points. Donner ensuite la consigne. Sassurer que les lves comprennent bien le fait quil faut tracer tous les traits possibles: il faut essayer de relier chaque point tous les autres. On a, en fait, deux sries de trois points aligns, dont lun appartient aux deux sries. Il y a donc 6 traits tracer.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Faire dcrire le contenu des dessins. Faire reprer les cadres sur les images. Si possible, montrer une image entoure dun cadre pour expliquer ce dernier terme. Faire constater que les cadres ne sont pas termins. Expliquer comment procder. Demander de respecter au mieux lcart entre les croix ou les traits, comme sur les modles.REMDIATIONIl est trs facile dimaginer des tracs avec la rgle: relier 2 points, relier 4 points formant un carr, relier 3 points pour tracer un triangle, etc. 8 Les lignes droites, courbes et brises voir manuel page 16Domaine GomtrieObjectif Identifier et tracer des lignes droites et courbes.Matriel Ficelle.Observation pralableOn distingue trois sortes de lignes: droites, courbes et bri-ses. Une ligne peut tre ouverte ou ferme. Cette dernire distinction fera lobjet de la leon suivante.RVISIONSPour bien dmarrerLa notion de ligne a t vue dans la leon prcdente. Les lves peuvent utiliser ou non la rgle. Lexercice aura une difficult supplmentaire et demandera plus de prcision dans le premier cas.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONIl serait souhaitable que les lves puissent effectuer des manipulations. Voici deux suggestions: faire venir quelques lves devant la classe. Leur demander de se donner la main pour former une ligne droite, puis une ligne courbe. Lexercice sera renouvel avec dautres groupes dlves. faire manipuler des morceaux de ficelle. Par table-banc, par exemple, les lves constituent une ligne droite puis une ligne courbe.couleur est la bonne pour la camionnette; le vhicule est le bon concernant la voiture noire.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Dans cet exercice galement, deux critres doivent tre pris en compte: la forme gomtrique (carr) et la taille. Il y a ainsi 5 petits carrs noirs.REMDIATIONPrivilgier les activits concrtes. Demander un groupe de garons et de filles de venir devant leurs camarades. Donner un stylo ou une craie aux filles, faire de mme pour les garons. Demander ensuite de trouver comment on pourrait classer les enfants. Les deux proprits sont: garon/fille et stylo/craie. 7 Les traits, les lignes, les croix voir manuel page 15Domaine GomtrieObjectif Identifier et tracer des traits, des lignes et des croix.Matriel Crayons bien taills, rgles.Observation pralableUn trait est une marque allonge que lon excute gnra-lement sans lever le crayon. Il peut sagir dune ligne droite ou courbe ouverte. En gomtrie, une ligne est une figure: cest un ensemble de points. On distingue les lignes droite, courbe et brise. Une ligne peut tre ouverte ou ferme. Elle peut tre limite ou illimite.Une croix est une marque forme de deux traits croiss. Ces distinctions de vocabulaire sont, naturellement, ladresse de lenseignant et non des lves. RVISIONSPour bien dmarrerLenseignant pourra mesurer lhabilet des lves dans luti-lisation de la rgle. Des tracs seront effectus auparavant sur des feuilles. Donner les conseils ncessaires: position de la main qui tient la rgle (les lves ont souvent tendance tenir la rgle lune de ses extrmits, ce qui risque de la faire tourner lorsque le crayon avance), reprage du point de dpart de la ligne tracer et du point darrive, vrification avant le trac. La rgle doit tre utilise ds que loccasion se prsente: pour souligner la date, pour tirer un trait per-mettant de sparer deux exercices, etc. Sil ny a pas assez de rgles pour tous les lves, utiliser des feuilles plies en deux puis replies une nouvelle fois.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreComme lhabitude, commencer par prsenter la situation et faire dcrire limage: prsence du jardinier, de la bobine de fil de fer, des poteaux, du fil de fer dont les tracs ont t commencs. Demander comment on pourra terminer 13 9 Lignes ouvertes, lignes fermes voir manuel page 17Domaine GomtrieObjectif Identifier et tracer des lignes ouvertes et fermes.Matriel FicelleRVISIONSPour bien dmarrerRevoir les lignes droites, brises et courbes. Les lves utiliseront leur rgle.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONComme dans la leon prcdente, il faudra faire faire des manipulations aux lves. Des exercices du mme type peuvent tre repris: demander quelques lves de venir devant leurs camarades. Leur faire se donner la main. Les lves forment ainsi une ligne ouverte. Leur demander en-suite de fermer la ronde (les aider si le terme nest pas connu). Introduire le vocabulaire: Vous avez form une ligne ferme. Avant, la ligne tait ouverte. Renouveler lexercice avec dautres lves. Lenseignant notera que ces exercices peuvent tre raliss dans le cadre dune leon dducation physique travers des jeux qui ncessitent de faire des rondes.Si des ficelles ou des lacets ont pu tre runis, les faire utiliser pour former des lignes ouvertes et des lignes fermes. Les lves devront nommer dans chaque cas leur ralisation.Faire des tracs au tableau et demander de nommer les lignes. Diffrents cas seront proposs: ligne courbe ouverte, ligne courbe ferme, ligne droite, ligne brise ouverte, ligne brise ferme. Proposer galement quelques lignes complexes avec un ou plusieurs recoupements:Lignes fermes:Lignes ouvertes:Les lves pourront ensuite effectuer des tracs sur lardoise et sur le cahier.Cherche et dcouvreDemander dobserver limage. Faire dire ce qui a t reconnu: la mer, des poissons, un requin. Donner le vocabulaire n-cessaire si besoin est. Faire constater que certains poissons sont entours par une ligne.1. Faire reprer le poisson qui nest entour par aucune ligne et qui est colori. Les lves rviseront au passage le vocabulaire li la topologie et au reprage dans lespace: le poisson se trouve en bas. Ils effectuent ensuite le trac demand.2. Les lves devront identifier les lignes fermes.Des tracs sont effectus au tableau: lignes droites, lignes courbes et lignes brises. Les lignes sont identifies et nommes. Les lves peuvent sentraner les reproduire sur lardoise puis sur le cahier. Ces exercices seffectueront en liaison avec les activits de graphismes: faire dessiner des vagues, des boucles, des lignes droites horizontales, verticales, obliques, etc.Cherche et dcouvreLes lves commencent par identifier et tracer des lignes droites et courbes. Faire ouvrir le livre et demander dob-server puis de dcrire la situation. Le nom des animaux est donn, ainsi que celui de leur habitation commune. Donner ensuite la consigne. Les lves constatent la prsence dune ligne courbe, dune ligne droite et dune ligne brise. Faire prciser le nom de loutil utiliser pour tracer les deux dernires: la rgle.Lusage de cet outil nest pas simple pour tous les lves en dbut danne. Montrer nouveau comment appliquer la main gauche au milieu de la rgle (pour un droitier) et tracer ensuite, gnralement de gauche droite. Si les lves apprennent par lexprience, il nest cependant pas inutile de les prvenir lavance des erreurs possibles. Montrer ce qui se passe si lon place sa main gauche trop gauche de loutil: lorsque lon trace le trait et que le crayon se dplace vers la droite, la rgle a tendance tourner.Laisser ensuite les lves effectuer leur travail. Circuler dans la classe pour encourager et aider les lves qui rencontrent des difficults.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1. Donner la consigne. Sassurer que les lves ont mmoris le vocabulaire en faisant faire quelques tracs au tableau. Dans chaque cas, il faut faire prononcer la phrase attendue: Jai trac une ligne droite/courbe/brise.2. Le trac sera prcd dune observation et dune explica-tion. Faire constater que certaines lignes sont en pointills: ce sont celles quil faut repasser. Les faire caractriser: il y a des lignes droites. Certaines sont verticales, les autres sont obliques. Faire reprer galement les lignes courbes. Le coloriage pourra donner lieu des alternances et des rythmes (utilisation de deux couleurs, par exemple) ou tre laiss linitiative des lves. Montrer quelques ralisations obtenues.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Faire nommer les animaux reprsents dans lexercice. Les canards sont plus ou moins placs au-dessus des poules. Cette remarque pourra tre faite, permettant de remployer le vocabulaire li la topologie et au reprage dans lespace tudi prcdemment: au-dessus/au-dessous. Donner ensuite la consigne. Faire observer lamorce de trait. Demander de repasser celui-ci et de le poursuivre.REMDIATIONLes exercices supplmentaires sont aiss concevoir: points relier par une ligne courbe ou avec la rgle en formant une ligne droite, sries de points relier pour former une ligne brise, etc. 14Dans le langage courant, on admettra que les lves em-ploient les termes dedans/dans et dehors: un enfant se trouve lintrieur de la classe/ dans la classe/il est dedans ; un enfant se trouve lextrieur de la classe/il est dehors . Quant la ligne ferme qui permet de dlimiter lintrieur et lext-rieur, elle pourra aussi tre nomme la frontire, terme mathmatique galement utilis dans le langage courant pour voquer la limite dun territoire.RVISIONSPour bien dmarrerFaire les rappels ncessaires sur les lignes ouvertes et fermes (utiliser une ficelle et/ou des tracs au tableau).DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONTravailler sur le vcu corporel des lves. Proposer un groupe dlves de constituer une ronde en se donnant la main. Chanter une chanson. Pendant un certain temps, un groupe dlves peut entrer et sortir de la ronde en passant sur les bras de leurs camarades. Au signal de lenseignant, la chanson sarrte et les enfants qui constituent la ronde saccroupissent. Les lves qui se trouvent lintrieur de la ronde sont pigs. Le jeu reprend avec deux autres groupes dlves. De retour en classe, faire raconter le jeu. Introduire les termes intrieur et extrieur en traant un cercle au tableau et en matrialisant les lves situs dans et hors de la ronde par des croix.Cherche et dcouvre1. Faire observer limage. Demander dindiquer ce quon a vu: il sagit dun jardin potager. Les lves identifient le jardinier, des salades et des plants de tomates. Faire constater la prsence de lenclos qui entoure un certain nombre de salades. Faire observer que dautres salades se trouvent lextrieur. Donner la consigne. Faire utiliser le vocabulaire: Jai entour les salades lintrieur de lenclos/Je nai pas entour les salades lextrieur.2. Lenseignant se contentera, naturellement, de dessins simplifis, seule important leur localisation. Faire nouveau produire des phrases du type: Jai dessin une salade lextrieur de lenclos.3. Comme cela a t prcis en dbut de leon, lintrieur et lextrieur dun domaine sont dtermins par une fron-tire qui est une ligne ferme. Cest sur ce point prcis que travaillent maintenant les lves. Faire observer les plants de tomates puis demander de les entourer dun enclos, cest--dire, schmatiquement, dune ligne ferme. Aucune consigne nest donne quant la forme de cette ligne: certains lves pourront tracer une ligne courbe ferme, dautre une ligne brise ferme. En faire la remarque lors de la correction en traant les deux possibilits au tableau.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiDonner la consigne. La faire reformuler par un ou deux lves pour sassurer quelle a t bien comprise. Faire rappeler si ncessaire ce quest une ligne ferme.La dernire figure demandera un peu plus dattention de la part des lves: seul le rectangle central devra tre colori.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiCertaines lignes proposes prsentent un ou plusieurs re-coupements. Cela pourra gner certains lves. En profiter pour faire nouveau dfinir ce quest une ligne ferme: une ligne ferme dlimite une surface. Cette formulation tant trop complexe pour les lves, on pourra se contenter de prendre limage dune ficelle dont on nouerait ensemble les deux extrmits ou encore dire quune ligne ferme ne comporte pas de dinterruption. Certains lves diront peut-tre aussi quune ligne ouverte ne revient pas son point de dpart, ce qui est dj une bonne faon de formuler ce quils ont constat.Les lignes B et C sont ainsi des lignes fermes, avec un recoupement pour la ligne C.Les lignes A, D et E sont des lignes ouvertes, avec un recou-pement pour la ligne D.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Faire donner le nom des formes: rectangles et ovales. Il y a galement une distinction de couleur qui aidera au reprage. Les lignes fermes seront traces la main, sans lusage de la rgle, ainsi que lamorce de traits en pointills, faire reprer par les lves, le suggre.REMDIATIONPartager la classe en un certain nombre dquipes ( adapter en fonction des effectifs). Au signal, demander de consti-tuer le plus rapidement possible une ligne ferme en se donnant la main. Lquipe la plus rapide marque un point. Le jeu reprend et lenseignant demande maintenant de constituer une ligne ouverte. Le jeu se poursuit ensuite pendant quelques manches encore. 10 lintrieur, lextrieur voir manuel page 18Domaine GomtrieObjectifs Reprer un objet situ lintrieur ou lextrieur dun domaine (une ligne ferme). Placer un objet lintrieur ou lextrieur dun do-maine (une ligne ferme). Tracer une frontire. Utiliser les expressions lintrieur de, lex-trieur de.Matriel FicelleObservation pralableLes expressions lintrieur de et lextrieur de sappliquent des lments que lon situe par rapport une ligne ferme: le rectangle blanc se trouve lintrieur du carr; le rectangle gris se trouve lextrieur du carr.CP Squence 5 Leon 14 PUZZLES Squence 4 Leon 10 Rvisions, Problmes SIL Squence 1 Leon 10 LINTRIEUR, LEXTRIEUR 56 66 78 61 71 65 50 68 36 72 77 60 63 62 48 74 36 70 49 67 64 72 61 39 53 69 53 71 51 73 75 70 79 66 78 67 55 60 28 64 39 46 76 62 77 65 57 63 58 51 7065 76 77 41 73 63 70 61 37 70 70 55 67 60 67 68 57 72 34 71 62 69 75 79 68 4615Les lves trouvent ce quil faut reprsenter sur chacune: un crayon bleu pour lensemble des crayons bleus, etc.Cherche et dcouvreDemander dobserver les images. Faire dire ce qui a t observ. Les lves nommeront les formes gomtriques. Certains auront sans doute not quil y a des figures blanches et dautres colores. Attirer lattention de la classe sur ce fait si personne na fait la remarque. Demander ensuite dobserver les ensembles un un. Faire noter galement la prsence des tiquettes qui accompagnent chacun deux. Les diffrentes figures qui doivent y figurer seront reproduites au tableau et nommes: un rond blanc et un rond rouge, un carr blanc et un carr rouge, un triangle blanc et un triangle rouge. Donner la consigne. La faire reformuler par un ou deux lves pour sassurer quelle est bien comprise. Les lves dessinent ensuite la figure voulue dans chaque tiquette. Faire produire les phrases correspondant chaque classement.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiDemander dobserver les images. Les lves commenceront sans doute par mentionner le fait que lon trouve des en-sembles de filles et des ensembles de garons. Faire poser le doigt sur chacun deux. Demander de relever les diffrences dans lhabillement. Faire observer ensuite le contenu de ltiquette qui accompagne chaque ensemble. Faire constater quil y a tout dabord une tte de garon et une tte de fille. Expliquer quil faut barrer celle qui ne convient pas. Faire faire le mme travail au sujet du vtement.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Faire nommer le contenu de chaque pot. Faire observer, nom-mer et dcrire les lments qui figurent dans les tiquettes sous les pots. Donner ensuite la consigne. Faire justifier les rponses: les deux critres de classement sont la nature de lobjet (crayon ou feutre) et sa couleur (vert ou rouge).REMDIATIONPrvoir de nouvelles manipulations comme celles proposes en dbut de leon. 12 Devant, derrire voir manuel page 20Domaine GomtrieObjectifs Reprer un objet plac devant ou derrire un repre. Placer un objet devant ou derrire un repre. Utiliser les termes devant et derrire.Matriel Objets de la classe et de la vie courante pour les ma-nipulations.Observation pralableConcernant les termes devant et derrire, deux points mritent dtre mentionns:ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!La situation est facile reproduire en classe. Les lves qui parviennent lancer un caillou (ou une feuille de papier roule en boule) marquent un point.REMDIATIONUtiliser des ficelles (ou des tracs sur lardoise et/ou au tableau) Demander de placer des objets (ou de faire des dessins) lintrieur de la ligne ouverte puis lextrieur. 11 Coder selon deux proprits voir manuel page 19Domaine Activits numriquesObjectifs Dterminer les proprits communes dune collection. Coder selon deux proprits.Matriel Objets divers pour les manipulations (graines, capsules, crayons, feutres).Observation pralableLes activits de classement menes prcdemment ont conduit trier selon une ou deux proprits donnes ou trier en dcouvrant des proprits communes. Les lves abordent maintenant la notion de codage: un signe, un sym-bole permettra de caractriser une catgorie (par exemple, on dessine un rond pour un ensemble de ronds ou on dessine un rond bleu pour un ensemble de ronds bleus).RVISIONSPour bien dmarrerLactivit propose permet de revenir sur la notion de tri. Ce sont les lves qui doivent trouver les proprits com-munes de chaque sous-ensemble: il y a des carrs de deux tailles diffrentes. Le critre de la couleur ne permet pas de grouper tous les carrs. Profiter de lexercice pour faire nommer les autres formes gomtriques.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONDes activits de tri pourront tre proposes en classe de faon mettre les lves en situation concrte dagir. Voici une suggestion: Mlanger des crayons de couleur et des feutres. Il faut plusieurs crayons et plusieurs feutres de chaque couleur. Faire constater que tout est mlang. Demander comment on peut classer les objets. Le plus vident sera sans doute de constituer un ensemble de crayons et un ensemble de feutres. Lorsque les deux ensembles ont t constitus, deman-der comment on peut procder un nouveau tri. Le nou-veau critre sera celui de la couleur. Des sous-ensembles sont constitus lintrieur de lensemble des crayons: les crayons bleus, les crayons jaunes Le mme classement est effectu pour les feutres. Proposer de mettre une tiquette pour chaque ensemble. 16garons et une fille. Donner ensuite la consigne. Les lves doivent colorier le garon situ sur la droite de limage. Faire reprer la fille sur le dessin et dessiner un enfant. Le dessin exig pourra tre approximatif, selon lhabilet des lves. Ce qui importe avant tout est la position du personnage.REMDIATIONReprendre des activits concrtes telles celles proposes en dbut de leon. Concernant lalignement des lves, introduire une variante: lorsque deux ou trois lves sont aligns et que les phrases attendues ont t produites, leur demander de faire demi-tour. Faire produire les phrases correspondant la nouvelle situation. 13 Entre, ct voir manuel page 21Domaine GomtrieObjectifs Reprer un objet plac entre deux autres objets ou ct dun autre. Placer un objet entre deux autres objets ou ct dun autre. Utiliser les termes entre et ct.Observation pralableLe terme entre sapplique un objet qui se situe dans lespace entre deux choses ou deux personnes.Le terme ct sapplique un objet se trouvant une distance proche dun autre.RVISIONSPour bien dmarrerLactivit concrte propose pourra tre rpte quelques reprises, mobilisant ainsi un certain nombre dlves. La situation peut tre complexifie en faisant intervenir 3, 4 ou 5 enfants qui se placeront les uns derrire les autres. Cela permettra de faire rutiliser les termes tudis dans la leon prcdente. DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvre1 et 2. Faire dcrire limage: les lves nomment les l-ments qui se trouvent sur la table. Demander ensuite de considrer les piles dassiettes. Faire nommer les objets qui se trouvent ct. Demander ensuite de reprer les objets qui se trouvent entre les piles (les verres). Les lves doivent les entourer. Par la suite, faire nommer nouveau les fruits et poser la deuxime question.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiFaire nommer les formes qui constituent la frise: des carrs et des triangles. Faire constater le rythme: un carr/une case blanche/un autre carr/une case blanche/un triangle. Expliquer quil manque des lments dans la frise: des ronds. Proposer ensuite de dessiner un rond entre deux carrs. on considre quun objet est plac devant lorsquil est du mme ct que le visage dune personne (on imagine, videmment, que lon ne tourne pas la tte), de la face dun animal ou de la partie visible dune chose. Ainsi, on peut dire quun ballon est devant soi lorsquil est devant son visage. Cela implique, pour les lves, dapprendre considrer un repre. Dans certains cas, celui-ci est relatif lobservateur: on peut voir un ballon devant un arbre et, si lon change de position, le voir ensuite derrire. Dans ce dernier cas, on dit que lobjet (larbre) nest pas orient. On considre galement, au sujet du terme devant, la direction qui est en face dune personne, dune chose, qui est lavant de quelque chose. On peut dire ainsi quune voiture se trouve devant un camion en visualisant le sens de dplacement de ces deux vhicules.Les mmes remarques sappliquent au terme derrire.En conclusion, les lves devront donc savoir reprer un objet ou placer un objet devant ou derrire eux puis devant ou derrire un autre repre (une autre personne, un objet).RVISIONSPour bien dmarrerLactivit propose est ralisable sans problme. Elle peut tre rpte quelques fois et permettra ainsi de mobiliser plusieurs lves. Lenseignant pourra la complexifier en demandant un troisime, un quatrime lve de venir se placer devant X et derrire Y (soit entre les deux enfants considrs).Lactivit peut tre prolonge en demandant un lve daller se placer devant/derrire un objet fixe tel que le bureau de la classe.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONProposer des activits dans lesquels les lves pourront travailler seuls et excuter quelques consignes avec le matriel de classe: placer une ardoise (ou un autre objet) sur la table. Placer ensuite un crayon derrire la craie puis une gomme devant la craie, etc.Cherche et dcouvre1 et 2. Faire dcrire limage. Les lves doivent considrer le repre constitu par la chaise. Celle-ci est oriente: on peut ainsi distinguer lenfant qui est devant de celui qui est derrire. De la mme faon, on pourra aussi placer le ballon lendroit voulu.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiFaire constater que trois filles se suivent. Demander de don-ner la couleur de leurs vtements. Lire ensuite les indications. La premire permet dcrire linitiale de Marie. La seconde permet de distinguer les deux autres filles. Montrer au tableau comment tracer les diffrentes lettes si ncessaire.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Prsenter la situation et demander de dcrire limage: des enfants font une course. Faire constater quil y a deux 17petits cts). De mme, ils sauront distinguer visuellement dun carr ou dun rectangle un quadrilatre qui na pas quatre angles droits, mme si ces derniers termes ne seront pas prononcs en classe. Les diffrents triangles devront tre reconnus comme des triangles (polygones 3 cts).RVISIONSPour bien dmarrerPrsenter les formes gomtriques correspondantes. Sas-surer que les lves, qui les ont rencontres prcdemment, se rappellent leur nom. Demander de chercher de telles formes autour de soi: la porte est un rectangle, le dessous dun pot est un rond, etc. Une premire caractrisation sommaire sera effectue. Elle permettra ainsi dexpliquer comment on a reconnu une figure ou de demander de rectifier une erreur commise par un camarade (confusion carr/rectangle, par exemple).DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvre1. Faire observer puis nommer lobjet dessin: il sagit dun camion. Faire observer la prsence dune remorque larrire. Certains lves remarqueront sans doute que la roue nest pas reprsente. Expliquer quil faudra le faire plus tard. Faire observer que le camion est constitu de plusieurs formes gomtriques. Les faire identifier et si-tuer. Faire ensuite observer le code de coloriage propos puis laisser les lves travailler. Circuler dans la classe pour vrifier que les lves ne se trompent pas et aider ceux qui prouvent des difficults.2. Des exemples de tracs seront effectus auparavant au tableau. Les lves sentraneront sur lardoise avant de travailler sur le livret.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiFaire observer et nommer les diffrentes figures prsentes sur limage. Faire faire quelques rappels au sujet de celles qui posent encore problme: la diffrence entre le carr et le rectangle, par exemple, ou encore le nom de la figure trois cts (le triangle).Rappeler ensuite ce quest un ensemble. Montrer et faire reprer lamorce de ligne autour des ronds. Rappeler quil faut tracer une ligne ferme pour constituer un ensemble. Les figures sont disposes de manire telle que les ensembles tracer ne se coupent pas.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Faire identifier le premier dessin: il sagit dune maison. Faire noter la prsence de la porte dentre, dune chemine et labsence des fentres. Demander ensuite de les dessiner en traant un carr dans chaque cas. Donner la deuxime consigne. Les lves devront sefforcer de tracer des cercles de petite taille.REMDIATIONProposer de manipuler et de classer les formes gomtriques prsentes dans la classe. Faire nommer les figures groupes Concernant le coloriage, des consignes pourront ventuel-lement tre donnes selon le matriel disponible: chaque figure sera colorie dune couleur donne, par exemple. Pour les lves qui ne disposent pas de crayons de couleur, la consigne sera adapte: faire faire des hachures dans un sens dans une figure ou dans une case, dans lautre sens pour une autre figure ou une autre case, des points, etc.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Faire dcrire limage. Les lves reconnaissent une classe. Faire nommer les enfants qui se trouvent sur les bancs: un garon et une fille sur le banc de devant et deux garons sur le banc de derrire (rvision des termes devant et derrire). Lire ensuite la bulle de la matresse. Vrifier que les lves ont compris ce que lon attend deux et les laisser tracer le trait attendu. Lire ensuite la bulle du garon. En faire reformuler le contenu avant de lancer le travail. Attention, deux solutions sont admises: gauche ou droite de la fillette.REMDIATIONDemander quelques lves de nommer lenfant ou les enfants qui se trouvent ct deux. Si des lves se trouvent trois au minimum par table-blanc, demander quelques lves de nommer llve qui se trouve entre X et Y (ses deux voisins). 14 Reconnatre le carr, le rectangle, le triangle et le rond voir manuel page 22Domaine GomtrieObjectifs Identifier des formes gomtriques: carr, rectangle, triangle, rond (cercle et disque). Tracer les formes gomtriques de base.Matriel Formes gomtriques dcoupes dans du bois ou du carton (plusieurs tailles diffrentes pour chacune delles): carrs, rectangles, triangles (quelconques, isocles, rectangles, quilatraux).Observation pralableLes lves doivent apprendre identifier les formes usuelles les plus courantes. Les proprits de chacune des figures ne seront pas dtailles. Lenseignant pourra nanmoins aborder quelques termes tels que ct. Il sera ncessaire de dsi-gner et de caractriser les figures pour indiquer comment elles ont t reconnues. Le cercle comme le disque sont nomms ronds. La distinction et lemploi du vocabulaire adapt se feront les annes suivantes. Concernant la carac-trisation des figures, les lves seront amens compter le nombre de cts des polygones (le triangle a trois cts, le carr et le rectangle ont quatre cts; le fait que le carr soit un rectangle particulier nest pas voqu). Ils devront comparer la longueur des cts (le carr a quatre cts de mme longueur, le rectangle a deux grands cts et deux 18APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1. Les lves doivent maintenant reprer la droite et la gauche sur un individu vu de dos.Laisser un temps suffisant pour observer la scne et deman-der o elle se passe. Les lves reconnaissent une classe. Faire constater que les lves lvent la main. Donner la consigne et laisser travailler les lves. Ceux-ci retrouvent une situation proche de celle quils viennent de vivre en classe.2. Faire constater la prsence du tableau larrire-plan. Faire reprer la droite et la gauche du tableau de la classe. Lenseignant pourra crire D droite et G gauche, mme si les lves ne savent pas encore lire, avec pour objectif de les familiariser lcrit. Le dessin du rond en lui-mme ne devrait pas poser de problme. Pour viter les erreurs ventuelles portant sur la forme gomtrique, faire rappeler ce quest un rond en demandant un lve den tracer un sur le tableau de la classe et ensuite la classe den dessiner un dans lair avec le doigt. Vrifier que les lves le trace en partant vers la gauche pour respecter ce qui se passe lorsque lon crit les lettres comportant des ronds ou des boucles (se placer de dos pour que les lves voient la dmonstration dans le bon sens).3. Lexercice doit permettre de placer un objet par rapport un repre fixe.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Faire reprer le cycliste. Donner et expliquer le vocabulaire ncessaire: cycliste, vlo, chemin, trajet, carrefour De-mander aux lves de tracer le trajet en leur donnant les instructions au fur et mesure: Repasse le dbut du trajet (faire reprer le trac en pointills). Ensuite, le cycliste tourne droite, puis une nouvelle fois droite. Aprs, il tourne gauche.REMDIATIONFaire des jeux en demandant des lves de venir devant leurs camarades (les laisser de dos par rapport la classe): leur demander de lever la main gauche/la main droite. Leur demander de lever une main, la classe devant dire sil sagit de la main droite ou de la main gauche. Activits dintgration 1 voir manuel pages 24-25TAPES DE LA DMARCHEDans les pages o figurent des activits dintgration, les lves doivent rinvestir dans une situation de la vie cou-rante les acquis des leons de la squence. Une grande image permet de prsenter une situation complexe, dans laquelle figurent un certain nombre dlment.Voici les principales tapes de la dmarche:1. Exploration de la situation. Prsenter la situation et faire observer limage. Les lves sexpriment ensuite librement partir dune consigne gnrale (Que voyez-vous sur limage ?). Diriger ensuite lexpression partir de questions plus prcises permettant de nommer avec prcision les lments de limage.2. Prsentation de la consigne. Lire la consigne. La faire dans chaque cas. Dessiner des figures au tableau et deman-der de les nommer. Certains carrs, rectangles et triangles seront poss sur la pointe, les changements dorientation des figures ne devant pas faire obstacle lidentification. Faire ressortir quelques proprits des figures: prsence dune ligne courbe dans le cas du rond, galits des cts dans le cas du carr, etc. Faire dessiner les figures sur lardoise. 15 gauche, droite (1) voir manuel page 23Domaine GomtrieObjectifs Reprer la droite et la gauche sur soi. Reprer la droite et la gauche en fonction dun repre fixe. Reprer la droite et la gauche sur un individu vu de dos.Observation pralableLa diffrenciation de la droite et de la gauche prend du temps. Si deux leons sont consacres cette question, lenseignant devra cependant y revenir rgulirement au cours de lanne et profiter des diffrentes occasions qui se prsentent pour employer et faire employer les termes gauche et droite.Il faut prvoir deux tapes dans la progression: dans un premier temps, les lves reprent la droite et la gauche sur eux-mmes. Ils effectuent ensuite ce reprage sur dautres personnes par rapport leur propre corps. Ce reprage ne seffectue dabord que sur des individus vus de dos. Dans cette phase de travail, les lves reprent et placent galement des objets droite ou gauche dun repre fixe: poser son cahier droite du bureau, par exemple. Dans un deuxime temps, les lves reprent la droite et la gauche sur des personnes vues de face. Cet exercice est difficile car il faut admettre que lon voit gauche la main droite de quelquun. Des exercices de mime (se tourner sur soi-mme pour se placer dans le mme sens que la personne que lon observe) seront proposs.RVISIONSPour bien dmarrerProposer de raliser lactivit propose. Demander de lever la main utilise. Se placer de dos par rapport aux lves et lever la main droite. La classe constatera que la plupart des lves ont lev la mme main droite. Indiquer quil sagit de la main droite. Procder de mme en ce qui concerne les lves gauchers.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreLes activits concrtes se poursuivent avec le reprage de la droite et la gauche sur soi. Lenseignant peut faire de lexercice propos un exercice du type Jacques-a-dit propos prcdemment.19repr et les figures quelle comporte seront nommes. Faire noter la prsence des oiseaux. Le matriel sportif se trouvant droite de la tribune sera nomm(ballons, plots, sac). Faire constater que ce dernier est vide.Activit 2 - Rangeons bien les affairesSuivre la dmarche employe prcdemment. Le dessin, complexe, devra tre nouveau observ attentivement: identification du lieu reprsent, prsence de la table et des diffrents lments qui sont dessus et dessous, prsence des enfants autour de la table et de lenfant dehors, des chaises, de laffiche avec les formes gomtriques, des tagres de rangement.Revois et approfondis voir manuel pages 26Les exercices proposs sont de mme nature dans les deux rubriques de la page et de difficult gradue (cette appr-ciation peut varier dun lve lautre). Selon lorganisation quil peut prvoir dans sa classe, lenseignant pourra prvoir de faire faire les exercices un petit groupe dlves seule-ment. Les points tudis sont les suivants: identification des formes gomtriques de base (carr puis triangle); topologie et reprage dans lespace (entre; gauche/ droite; intrieur/extrieur et notion de frontire); les lignes (droite, courbe, brise) et lutilisation de la rgle.Il va de soi que lenseignant prendra linitiative de com-plter ces points en fonction des difficults rencontres par ses lves.rpter et reformuler par quelques lves. La rpter nouveau et sassurer quelle est comprise.3. Travail individuel. Les lves travaillent seuls, sans laide de lenseignant.4. Exploitation des rsultats. La mise en commun permet aux lves dexpliquer leurs dmarches. Les bonnes rponses sont valides. Les erreurs font lobjet dexplications, donnes dabords par les lves dans la mesure du possible, puis par lenseignant.5. Remdiation Les activits de remdiation seront pro-poses en fonction des erreurs repres et de leurs causes principales.Activit 1 - Tous au stadeSuivre la dmarche propose ci-dessus. Lobservation et lexploitation de limage demandent dy consacrer un temps suffisant. Il faut, notamment, sassurer que les lves ont identifi les diffrents lments du dessin, celui-ci prsen-tant une certaine complexit. Il faut galement rgler les questions de vocabulaire. Les consignes seront ensuite donnes une une.Voici les principaux lments faire ressortir au sujet de limage: faire identifier le lieu o se passe la scne(un terrain de football). Demander dindiquer la couleur de chaque quipe(jaune et vert). Faire constater que lon ne voit pas le ballon sur le terrain et expliquer quil faudra le dessiner selon les indications qui seront donnes plus tard. Deman-der de poser le doigt sur la tribune (terme donner). Faire reprer les personnes qui sy trouvent (en bas, en haut) et notamment la fille en vert. La frise sur le toit sera galement 20 lautre signifie lajout dune unit. Les faces avec 5 et 6 points seront seulement montres rapidement, le travail ne portant pas sur ces nombres.Au fur et mesure que les points sont dnombrs, crire le nombre correspondant. Demander aux lves de dessiner dans chaque cas le nombre de points correspondant sur lardoise. Montrer ensuite les faces de ds dans le dsordre et demander dindiquer le nombre de points que comprend chacune delles. Revenir ensuite lexercice du livre. Expliquer la consigne. Les lves relient chaque d au nombre voulu.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1. Lexercice porte sur la lecture. Les lves pourront saider des nombres de lactivit prcdente qui sont rangs par ordre croissant. Faire observer la premire srie. Le nombre 1 est dans une case grise. Le trait qui permettra de relier les diffrentes cases est amorc en pointills. Le faire reprer. Les lves peuvent ensuite travailler seuls. La correction pourra seffectuer aprs avoir reproduit les diffrentes sries au tableau.2. Dans la premire leon sur les nombres de 1 4, les lves apprennent crire les chiffres 1 et 2. Faire une dmonstration au tableau avec le chiffre 1en montrant le sens du trac. Les lves sentranent sur lardoise plusieurs reprises, quelques-uns peuvent venir au tableau. Lensei-gnant aidera les lves qui ont des difficults et reprera ceux qui ne respectent pas le sens du trac. Il leur fera une nouvelle dmonstration. Le mme type de travail est effec-tu avec le chiffre 2. Les lves pourront ensuite crire sur leur cahier. Lexercice, sil est de mme nature, demandera une adaptation puisquil faut crire avec un crayon au lieu dune craie et former des chiffres plus petits.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Il sagit de dnombrer et dcrire, dans chaque cas, le nombre correspondant.REMDIATIONProposer de dnombrer des collections comportant de 1 4 lments (graines, capsules, noyaux, objets de la classe tels que crayons ou feutres). Demander galement de constituer des collections. Pour aider la construction du nombre, faire ajouter 1 lment certaines collections pour montrer que le nombre qui suit se construit par ajout de 1. 2 Les nombres de 1 4 (2) voir manuel page 28Domaine Activits numriquesObjectifs Connatre la suite des nombres de 1 4 (comptine numrique). Associer une quantit un nombre. crire les chiffres de 1 4.Matriel Matriel habituel pour les manipulations (graines, capsules, btonnets).SQUENCE 2 1 Les nombres de 1 4 (1) voir manuel page 27Domaine Activits numriquesObjectifs Connatre la suite des nombres de 1 4 (comptine numrique). Associer une quantit un nombre. crire les chiffres de 1 4. Percevoir globalement des petites quantits, de 1 4, sans passer par le dnombrement un un. Constituer des collections comprenant jusqu 4 l-ments.Matriel Matriel de manipulation pour la numration (graines, capsules, btonnets); ds jouer.Observation pralableLe travail de numration pourra commencer par la connais-sance de la comptine numrique. Celle-ci sera pratique depuis le dbut de lanne ds que loccasion se prsente: pour dnombrer le nombre dlves dun groupe, le nombre dabsents, des cahiers dans une pile, des crayons dans un pot, etc. Lenseignant ne se limitera pas aux premiers nombres et ira bien au-del des nombres de 1 4 tudis dans la leon. Beaucoup dlves ont probablement dj une certaine connaissance des nombres et de la comptine numrique, quils ont rencontrs dans leur environnement. Des activits de dnombrement et de constitution de collections seront ensuite proposes. Si les lves compteront un un les lments dune collection au dbut, rapidement ils sauront percevoir globalement des petites quantits. Les exercices prsentant des points sur des ds ou les doigts dune main les aideront en la matire. Les lves associeront ensuite diffrentes critures dun mme nombre (nombre entendu loral, criture chiffre, criture littrale).RVISIONSPour bien dmarrerLes doigts dune main permettent de compter jusqu 5. Diffrentes activits pourront tre proposes partir des doigts: montrer des doigts, les lves doivent dire combien il y en a; demander de montrer le nombre de doigts indiqus.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreFaire observer lillustration et demander de prciser ce que font les enfants: ils jouent aux ds. Montrer un d jouer. Reproduire ses diffrentes faces au tableau, de 1 6, mme si la leon ne porte que sur les nombres jusqu 4. Montrer les quatre premires faces dans lordre et faire dnombrer les points dans chaque cas. Il faudra dsigner les points toujours dans le mme ordre car cela aidera les lves percevoir le fait que le passage dun nombre 21deux. Faire constater que seul un rond est dessin dans chaque cas. Expliquer quil faut complter les diffrentes collections. Insister sur le fait quil faut prendre en compte le rond dj dessin: Lorsquil y a un rond, je dois encore en dessiner un pour en avoir 2.2. Montrer au tableau comment crire chaque chiffre. Faire venir un ou deux lves pour effectuer le trac. Demander ensuite de travailler individuellement sur lardoise. Circuler dans la classe pour encourager, aider et corriger si besoin. Lorsque les tracs sont corrects, les lves peuvent crire sur le livret.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Prsenter la situation. Faire observer les ufs et demander de reprer lensemble qui a t constitu: les lves remar-quent quil contient 4 lments. Expliquer quil faut constituer autant densembles comportant 4 lments que possible.REMDIATIONQuatre axes de travail pourront tre proposs: dnombrer des collections avec le matriel habituel, constituer des collections, lire des nombres et les crire. 3 Les rythmes (1) voir manuel page 29Domaine GomtrieObjectifs Identifier un rythme. Reproduire un rythme.Matriel Matriel de manipulation habituel (graines, capsules, btonnets).Observation pralableLes diffrentes activits proposes permettront de dcouvrir et dappliquer des rgles.Deux aspects seront abords au cours de la leon: les lves identifieront des squences qui se rptent (un carr/un rond/un triangle; un carr/un rond/un triangle, etc.). Ces squences peuvent tre plus ou moins complexes. Elles seront prsentes selon une progression dans la difficult au cours de la leon. Les lves reproduiront galement des suites dont ils dtermineront la rgularit par lobservation des premiers lments (une perle rouge/une perle blanche; une perle rouge/deux perles blanches; une perle rouge/trois perles blanches, etc.).RVISIONSPour bien dmarrerProposer de raliser des rythmes en frappant dans les mains. Il est possible dutiliser des instruments de percussion. En prolongement ou en activits de remdiation, faire raliser ces rythmes avec des capsules. On passe ainsi de rythmes sonores des rythmes visuels. On peut jouer sur les inter-valles entre les lments (cas de capsules ou de graines), Observation pralableLa leon poursuit les mmes objectifs que celle qui prcde. Les lves sauront de mieux en mieux dnombrer les petites collections de 1 4 lments par la perception visuelle, sans passer par le dnombrement un un. Le travail, en dbut danne, reste bas sur les manipulations et sur laspect ludique du dnombrement et de la constitution de col-lection. La structuration du nombre, les correspondances terme terme, les comparaisons viendront progressivement sajouter ce travail.RVISIONSPour bien dmarrerLes exercices avec les doigts sont trs faciles mener en classe. Ils prsentent de nombreux avantages: sans matriel, ils permettent de dnombrer, ils aident percevoir sans dnombrer, ils favorisent les groupements par 5 et, plus tard, le surcomptage, etc.Lenseignant pourra procder des exercices de dcodage et de codage: il montre 1 puis 2, 3 et 4 et ensuite ces quantits dans le dsordre. Il dsigne un lve qui doit indiquer le nombre de doigts visibles. Ce sont ensuite des lves qui montrent un nombre de doigts de leur choix et dautres lves qui rpondent. Lenseignant demander de montrer 1, 2, 3 puis 4 doigts et ensuite ces quantits dans le dsordre. Ce sont quelques lves qui sont sollicits dans un premier. Lorsque la classe a compris la consigne, lenseignant peut demander des ranges entires dlves de montrer le nombre de doigts voulus. Il est possible dorganiser des concours de rapidit par petits groupes, une table banc, par exemple. Lenseignant donne un nombre, les lves concerns doivent montrer le nombre de doigts correspondant le plus rapidement possible. Les deux ou trois premiers marquent 1 point. Le jeu est rpt deux ou trois fois puis il est fait par un autre groupe. Il peut servir dans les leons de numrations suivantes comme mise en train. Au fil des jours, les lves pourront ainsi montrer jusqu 10 doigts.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreLe travail prparatoire ayant t effectu, lactivit du livre ne servira qu formaliser ce qui a t propos la classe. Faire observer les images. Les lves constatent que les enfants montrent une de leurs mains avec un nombre de doigts levs variable. Expliquer quil faut les dnombrer et crire le rsultat obtenu dans la case prvue cet effet. Les lves ont crit les chiffres 1 et 2 dans la leon prcdente. Refaire une rapide dmonstration au tableau. Le trac des nombres 3 et 4 sera explicit la suite. Il sera dtaill et repris avec lexercice 2 du Entrane-toi.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1. Faire observer les ensembles. Demander ensuite de lire le contenu de ltiquette qui indique le cardinal de chacun 22RVISIONSPour bien dmarrerReprendre le type dexercices proposs dans la leon prc-dente. Les rythmes sont frapps dans les mains ou sur des instruments de percussion. Ils peuvent ensuite tre transcris sous forme visuelle: une alternance dun coup frapp/deux coups frapps se traduit par la pose sur la table dune capsule puis deux capsules, puis nouveau une capsule et deux capsules. Ces exercices pourront tre proposs dans le cadre des activits de remdiation.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreFaire dcrire la situation: un enfant est en train de faire une guirlande. Les alternances de cette guirlande prsentent une certaine complexit. Il sera donc ncessaire de bien dtailler avec la classe la rgle de rptition. La mention des formes gomtriques permettra des rvisions en la matire. Le vocabulaire concernant le reprage spatial sera galement revu: au-dessus, au-dessous, ct, entre, en haut, en bas, etc.Les lments suivants sont prendre en compte: la guirlande est constitue de carrs juxtaposs; un carr sur deux comporte un rond (en faire observer la couleur); un carr sur deux comporte un triangle au-dessus et un autre au-dessous (en fait dire la couleur et observer le dcalage entre les carrs comportant un rond et ceux encadrs par des triangles).APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1. Faire observer la frise. Les lves la dcriront et donne-ront la rgle de rptition. Voici les lments qui seront mis en valeur: la frise est constitu de deux tages de carrs juxtaposs; dans la range du haut, un carr sur deux comprend un rond blanc; dans la range du bas, on trouve en alternance un carr color et un rond blanc.2. Chaque suite est constitue de lettres. Dans chaque cas, faire nommer celles-ci puis demander de trouver la rgularit. Voici les rponses attendues:1) E U U E U U; 2) A O B O C OACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Lenseignant pourra reproduire quelques inventions au tableau ou montrer quelques manuels pour montrer la diversit des ralisations obtenues.REMDIATIONProposer de reproduire sous forme visuelle des rythmes sonores (voir ci-dessus). Proposer des rythmes au tableau ( base de formes gomtriques, de lettres, de jeu sur les couleurs) dont les lves devront dcouvrir la loi dalter-nance. Demander de poursuivre les rythmes sur lardoise. Les lves pourront galement inventer des rythmes avec le matriel disponible. Ils joueront galement sur plusieurs lments: forme, couleur, tailleou sur les lments eux-mmes (alternance de graines et de capsules), ou encore sur les couleurs (alternances de perles de couleurs diffrentes).DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvre1. Les lves doivent identifier la rgle de rptition dans chaque cas.Dans cet exercice, il faut colorier les carrs en tournant dans le sens des aiguilles dune montre.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1. Faire nommer les diffrentes formes gomtriques utilises dans lexercice: un rond, un carr et un triangle (rvisions). Faire constater quun remplissage de chaque figure a t effectu. Faire dcrire les dcorations. Donner la consigne aprs avec fait noncer la loi de rptition, qui est ici la suivante: un rond, un carr, un triangle.2. Le rythme est ici binaire:ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Demander dobserver les colliers un un. Faire trouver la rgle de rptition dans chaque cas. Les lves pourront la formuler sous une forme telle que: Il y a une perle grise et une perle blanche puis encore une perle grise et une perle blanche. Demander de tracer des perles de la taille de celles qui se trouvent dj sur les colliers.REMDIATIONVoir les suggestions dactivits complmentaires dans la rubrique Rvisions ci-dessus. 4 Les rythmes (2) voir manuel page 30Domaine GomtrieObjectifs Identifier un rythme. Reproduire un rythme.Observation pralableIl sagit de la deuxime leon sur les rythmes. Les objectifs poursuivis sont les mmes que prcdemment: observer une rgularit, donner la rgle de rptition, reproduire un rythme. Il est galement propos aux lves dinventer des rythmes.MatrielMatriel habituel pour les manipulations (graines, capsules, btonnets). 1 2 3 4 1 carreau 2 carreaux 8 199 7 133 2 1 2 3 4 1 carreau 2 carreaux 8 199 7 133 2 23ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLELes exercices proposs tant essentiellement de caractre scolaire, il ny a pas lieu de proposer dactivits dintgration partielle. Les comptences travailles sintgreront dans celles abordes dans le domaine du reprage dans lespace. 6 Les nombres jusqu 5 (1) voir manuel page 32Domaine Activits numriquesObjectifs Connatre la suite des nombres de 1 5 (comptine numrique). Associer une quantit un nombre (associer une collection son cardinal). Percevoir globalement des petites quantits, de 1 5, sans passer par le dnombrement un un.Matriel Matriel habituel pour les manipulations (graines, capsules, btonnets).Observation pralableVarier la prsentation des nombres: disposition des col-lections de graines ou de capsules (pour le nombre 4, par exemple, on peut mettre 4 graines en ligne, on peut en mettre 3 et 1 ou 2 et 2, on peut les placer en carr, on peut encore constituer un triangle et placer une graine ct). Ce type de travail aidera les lves construire les nombres et percevoir les petites quantits globalement.RVISIONSPour bien dmarrerFaire rviser les nombres jusqu 4 tudis prcdemment. Revoir le dnombrement, la constitution de collection et lcriture des chiffres de 1 4.Lenseignant pourra reprendre lactivit avec les doigts de la main propose dans la leon Les nombres de 1 4. Il montre 1 doigt et demande un lve dindiquer le nombre de doigt. Il peut aussi demander la classe dcrire ce nombre sur lardoise. Le mme exercice est renouvel avec 2, 3 puis 4 doigts. Lenseignant montre ensuite 5 doigts, prsentant ainsi le nombre 5 par ajout dune unit 4. Lexercice inverse est ensuite propos: lenseignant donne un nombre, un ou des lves doivent montrer le nombre de doigts voulus.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONLune des activits de dcouverte possible est le jeu avec les doigts propos ci-dessus. Profiter galement de toutes les occasions qui permettent de compter jusqu 5: compter le nombre dlves dun groupe, de livret de mathmatiques poss sur le bureau, de dessins accrochs au mur. Proposer des exercices avec le matriel de manipulation: grouper 4 capsules, compter le nombre de graines dun tas, etc.Cherche et dcouvreDemander dindiquer ce que font les enfants: ils jouent aux billes. Faire dire si tous les enfants ont le mme nombre de billes. Les lves constatent visuellement, sans compter 5 Les labyrinthes voir manuel page 31Domaine GomtrieObjectifs Savoir se dplacer dans un labyrinthe. Se reprer sur un plan.Observation pralableLapprentissage des dplacements dans un labyrinthe doit permettre aux lves dapprendre se dplacer sur un plan. Les activits proposes leur permettront dapprendre anticiper un dplacement: en effet, il est ncessaire de chercher dabord le chemin avec le doigt plutt que de le tracer directement avec le crayon. Les lves pourront aussi effectuer une partie du chemin lenvers: cela permet de trouver le chemin par lequel il faut arriver au but.RVISIONSPour bien dmarrerFaire couter le tmoignage de quelques lves. Des lves qui suivent tout ou partie du mme trajet pourront intervenir ensemble ou complter ce que dit lun de leur camarade. Il est trop tt en SIL pour tracer un plan du quartier ou du village au tableau.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreFaire observer limage. Demander de nommer lanimal qui est reprsent (un escargot). Faire trouver ce que lescargot veut faire: il souhaite manger la feuille. Demander comment il va pouvoir y parvenir. Faire constater que son chemin passe par le labyrinthe. Expliquer ce dont il sagit: un rseau de chemins. Expliquer la rgle: il faut suivre le chemin sans passer au-dessus des lignes. Indiquer la mthode suivre: il faut suivre le trajet avec le doigt. Lorsque deux possibilits se prsentent, il faut tester lune. Les lves pourront mar-quer la position o ils sont parvenus avec lindex de la main gauche (pour les droitiers) et tester la premire possibilit qui soffre avec lindex de la main droite. Sils aboutissent une impasse, ils repartent de lendroit o ils ont laiss pos le premier doigt. Si le chemin convient, ils le poursuivent. Lorsque lon parvient un nouveau carrefour, on procde de mme. Il est galement possible de partir de la feuille pour faire le chemin, ou une partie de celui-ci, en sens inverse. Lorsque le trajet a t trouv, les lves le tracent au crayon. Prvoir la gomme en cas derreur.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiLe travail est comparable ce qui vient dtre fait. Le chemin parcourir est cependant un peu plus long. Faire reprer le dpart: lendroit o se trouve la fillette. Faire rviser le vocabulaire spatial: elle est en bas gauche du dessin. Les lves trouvent ensuite le lieu darrive: les trois filles. Ils cherchent le chemin avec le doigt. Lorsquils ont test une hypothse qui convient, ils peuvent tracer la portion de chemin.24 Percevoir globalement des petites quantits, de 1 5, sans passer par le dnombrement un un.Matriel Matriel habituel pour les manipulations (graines, capsules, btonnets).Observation pralableIl est important de fabriquer une file numrique dans la classe: crire les nombres de 0 5 puis jusqu 10 puis jusqu 20 et 30 (lecture de la date). Les lves doivent pouvoir visualiser les nombres qui suivent ceux quils ont tudis. Les lves pourront se rfrer cette file, qui les aidera compter, comparer ou ranger les nombres.RVISIONSPour bien dmarrerLenseignant pourra proposer nouveau des jeux avec les doigts pour dbuter (voir leon prcdente). Ceux-ci sont trs rapides et permettent aux lves de dnombrer rapidement des petites quantits. Avec un peu de pratique, ils apprendront trs vite dnombrer les doigts montrs ou montrer eux-mmes le nombre de doigts demands sans en passer par le comptage un un.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreFaire observer la scne. Demander o se trouvent les enfants, ce quils font. Expliquer que la matresse a demand ses lves de grouper les ballons par 5. Dessiner des ronds au tableau, symbolisant les ballons, et demander un volontaire de venir entourer un paquet de 5. Vrifier que les lves ont compris la consigne puis les laisser faire le travail demand. Suggrer de grouper des ballons proches les uns des autres, de faon viter les tracs compliqus qui risquent de se recouper. Lorsque la classe a termin, demander dindiquer le nombre de groupes de 5 constitus: il y en a 4. Les lves constateront galement que 2 ballons restent seuls.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1. Le premier exercice doit permettre dassocier un nombre une quantit, tandis quavec le suivant les lves devront produire une quantit correspondant un nombre.Faire observer les ensembles et demander den indiquer le contenu: rvision des formes gomtriques. Faire noter ensuite la prsence de la file numrique et demander de nommer les nombres qui y sont crits. La consigne est ensuite donne et les lves constatent que le premier trait permettant de relier lensemble son cardinal a dj t trac. Proposer de continuer ainsi la suite de lexercice.2. Cet exercice est, en quelque sorte, linverse du prc-dent: faire observer les diffrentes formes. Les lves les nomment nouveau et constatent que ce sont les mmes que prcdemment. Ils remarquent galement quelles ne sont pas entoures, sauf dans le premier cas. Expliquer quil sagit dun exemple, donner la consigne et demander de procder comme sur le modle.3. Montrer comment crire le chiffre 5. Le trac revt une dans un premier temps, que ce nest pas le cas. Proposer de savoir combien chaque enfant a de billes. La disposition des billes sur les dessins doit permettre de visualiser une quantit de 5 lments sans comptage (premier tas) et daborder la dcomposition et la recomposition du nombre 5 4+1 ou 1+4=5 (deuxime tas); 3+2 ou 2+3=5 (cinquime tas). Donner la consigne: il faut relier chaque tas au nombre correspondant.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1. Il sagit de produire une collection dont le nombre dl-ments est indiqu. Donner la consigne. Il est attendu des lves quils colorient des carreaux conscutivement (faire un exemple au tableau), mais ce nest pas strictement obli-gatoire.2. Faire observer et nommer les diffrentes figures repr-sentes dans lexercice. Les lves qui terminent en avance pourront faire vrifier leur travail par un camarade. Cela permettra de faire raliser un exercice de dnombrement: chaque lve vrifie que son camarade a bien colori le nombre de figures voulues en les comptant. En cas derreur, une discussion sengage: qui sest tromp, celui qui a colori ou celui qui a compt?ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Demander dobserver les ensembles de billes. Faire consta-ter la prsence des tiquettes et demander de trouver ce quil faut faire. Donner les explications complmentaires ncessaires.REMDIATIONPoursuivre les manipulations proposes ci-dessus. Se rap-peler que la mmorisation de la comptine numrique ne suffit pas: un lve qui sait compter oralement jusqu 5 doit aussi savoir prendre 3 graines ou 5 capsules. Ds les premires activits, des procdures de calcul trs simples doivent aussi tre travailles (mme si elles ne sont pas encore prsentes comme telles): Jai 3 graines, jen mets une et maintenant jai 4 graines/Jai 5 graines, jen enlve 1 et maintenant jen ai 4. Le surcomptage, cest--dire le fait de compter partir dun nombre pour en atteindre un autre, sera galement favoris, sans tre impos cependant (les lves doivent laborder lorsquils ont des connaissances du nombre suffisantes): Jai 3 graines, maintenant jen ai 4, puis 5 (les lves ne recomptent pas les 3 premires graines). 7 Les nombres jusqu 5 (2) voir manuel page 33Domaine Activits numriquesObjectifs Connatre la suite des nombres de 1 5 (comptine numrique). Grouper par 5 crire le chiffre 5. Associer une quantit un nombre (associer une collection son cardinal).25suivi par la vache. Les lves noteront la prsence des trois premires flches. Faire donner la signification de chacune delles: La premire flche montre que la vache va droite. La deuxime flche montre que la vache monte dune case, etc.Lenseignant montre ensuite lensemble du codage du trajet. Il pourra le recopier au tableau. Faire constater que les trois premires flches sont barres: elles correspondent celles traces sur le quadrillage. Faire ensuite tracer les flches une une. Au fur et mesure quune flche est dessine, elle est barre dans la liste (et au tableau).APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiAprs un exercice de dcodage, les lves font maintenant un exercice de codage: ils observent un trajet et le codent avec des flches. La mthode de travail est la mme que prcdemment: faire observer le quadrillage et les lments qui laccompagnent. Les lves notent la prsence dune femme et du march. Ils reprent galement le quadrillage et la prsence du trajet qui y figure. Faire constater que trois flches ont t traces dans les cases. Demander de trouver quoi elles correspondent: la dame est partie droite, elle a continu encore droite, puis elle est monte dune case. Demander de dcrire la suite du trajet et de le coder sous forme de flches. Tracer au tableau les quatre flches pos-sibles et demander dindiquer quelle direction correction correspond chacune delles: droite, gauche, en haut, en bas. Montrer les cases dans lesquelles les flches doivent tre traces puis laisser les lves travailler.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLELes dplacements sur quadrillage ne trouvant pas dap-plication directe dans la vie courant, il ny a pas lieu de prvoir dactivits dintgration partielle. Les comptences acquises seront rinvesties dans les autres activits lies la gomtrie.REMDIATIONPrvoir de nouvelles activits partir de tracs au tableau: travail de codage sous forme de flches et de dcodage. Des parcours cods dans la cour de rcration peuvent aussi tre proposs partir de tracs de cases au sol: un enfant ou un petit groupe denfants doit se dplacer dune case lautre en fonction du parcours quil lit sur une feuille (codage sous forme de flches). Un autre groupe, qui a aussi la feuille de codage, vrifie. Puis ce sont deux autres groupes qui prennent la place et effectue lexercice propos. 9 Se dplacer sur un quadrillage (2) voir manuel page 35Domaine GomtrieObjectifs Suivre un trajet sur un quadrillage. Reproduire un trajet sur un quadrillage.Observation pralableDans cette deuxime leon sur les dplacements sur qua-drillage, les lves effectuent deux types dexercices:certaine complexit. Faire venir un ou deux lves et don-ner nouveau des explications. Les lves sentranent sur lardoise. Ils peuvent solliciter lenseignant lorsquils rencontrent des difficults ou lorsquils ont russi leurs tracs. Demander ceux qui matrisent le geste de passer au travail sur le livret.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Prsenter la situation. Faire nommer le contenu du des-sin: prsence du crayon, des tiquettes avec les nombres. Expliquer ce quil faut faire. Demander de tenir compte du crayon dj dessin: il faut complter le dessin pour avoir 5 crayons.REMDIATIONReprendre les activits de manipulation proposes au cours de la leon et dans la leon prcdente: collections d-nombrer ou constituer, cardinal de la collection crire sur lardoise, groupement par 2, 3, 4 ou 5 effectuer partir dun nombre important de graines ou de capsules. 8 Se dplacer sur un quadrillage (1) voir manuel page 34Domaine GomtrieObjectifs Tracer un trajet sur un quadrillage partir dun codage constitu de flches (dcoder). Dcrire un trajet sur un quadrillage (coder).Observation pralableAu sens strict, un quadrillage est la division dune surface en carrs. Les carrs sont nomms mailles. Dans les leons, on utilisera galement des mailles rectangulaires.Les exercices portent sur deux aspects: travail de codage (il sagit dobserver un trajet et de le coder en utilisant des flches); travail de dcodage( on trouve un trajet partir de don-nes: flches ou couples de coordonnes de cases A-1, B-1, etc.)RVISIONSPour bien dmarrerFaire observer les deux quadrillages. Les lves ne conna-tront pas ce dernier terme. Les laisser dcrire ce quils per-oivent avec leurs mots: Je vois des carrs les uns ct des autres. Faire distinguer le premier quadrillage, qui a des mailles carres, du second, qui possde des mailles rectangulaires.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreFaire observer limage et demander dindiquer ce quon y a vu. Les lves mentionnent la vache, le champ et le quadrillage. Faire indiquer la position de la vache: en bas droite. Faire de mme concernant le lieu o elle doit se rendre: en haut gauche. Demander comment on peut connatre le trajet 26ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEComme dans la leon prcdente, on considrera que les dplacements sur quadrillage ne trouvent pas dapplication directe dans la vie quotidienne et il ny a pas lieu de prvoir dactivits dintgration partielle portant directement sur le sujet. Cest la vision topologique qui est ici mise en jeu et les comptences acquises seront transfres sur les autres activits de gomtrie.REMDIATIONPrvoir de nouveaux tracs pour proposer des exercices de codage et de dcodage. Les parcours vcus dans la cour, proposs dans la leon prcdente, font partie des activits de remdiation possibles. 10 Moins que, autant que, plus que (1) voir manuel page 36Domaine Activits numriquesObjectifs Comparer des collections. Utiliser les expressions moins que, plus que, autant que.Matriel Matriel habituel pour les manipulations (graines, capsules, btonnets).Observation pralableLes premires activits de comparaison sont menes sans quil soit ncessaire de compter: cest la correspondance terme terme qui est mise en valeur: on fait correspondre un lment dune collection un lment dune autre col-lection. Sil y a moins dlments (ou plus dlments) dans un cas, on introduit la tournure moins que (ou plus que). La comparaison des nombres, qui interviendra plus tard, est plus abstraite. Elle suppose de savoir associer un nombre une quantit.RVISIONSPour bien dmarrerPoser la question aux lves et demander de trouver com-ment on peut rpondre. Si le nombre de filles est nettement plus lev que le nombre de garons, ou inversement, les lves pourront se baser sur des observations visuelles. Si les nombres sont proches, il faudra trouver une autre manire de procder. Chaque enfant peut donner la main un enfant du sexe oppos. On obtient deux groupes gaux. Introduire lexpression: autant de que On regarde sil reste des garons ou des filles pour comparer le cardinal de chaque groupe denfants. Introduire les expressions: plus de que, moins de que .DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreSi possible, montrer des cartes jouer. Il serait trs intres-sant de pouvoir organiser des jeux de bataille dans la classe. La rgle est trs simple: les cartes sont rparties entre les la premire activit leur permettra de suivre un parcours flch sur un quadrillage; dans la deuxime activit, ils devront reproduire un par-cours lidentique.RVISIONSPour bien dmarrerFaire observer les quadrillages. Les lves connaissent maintenant ce dernier mot et savent de quoi on parle. De-mander dindiquer la forme des cases: ce sont des carrs. Les lves rvisent ensuite le nom des formes gomtriques en observant le premier quadrillage.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvrePrsenter la situation en prcisant quun collier sest cass. Les lves reprent le fil qui permettra denfiler les perles. Faire identifier le quadrillage. Demander den observer le contenu. Dans un premier temps, les lves indiquent que ce dernier contient des flches et des perles. Ces dernires sont diffrentes les unes des autres. Les distinctions concernant la forme ont t tablies prcdemment. Faire constater les diffrences de couleur. Les lves sintressent ensuite aux flches. Expliquer quelles indiquent diffrentes directions possibles. Reproduire les quatre flches au tableau et de-mander dindiquer la direction correspondant chacune delles: gauche, droite, en haut, en bas.Demander ensuite de reprer le dbut du chemin: celui-ci est marqu par le fil. Faire trouver la premire perle: une perle ronde rouge. Faire constater quelle a dj dessin sur le collier sous le quadrillage. Les lves trouvent la deuxime perle (ronde et blanche) et notent quelle est galement dj dessine. Le travail se poursuit de flche en flche, en dcrivant les perles prsentes sur le parcours (forme et couleur) et en les dessinant au fur et mesure sur le collier.Voici la suite des perles:APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiLes lves doivent reproduire un trajet sur un quadrillage. Faire observer la situation. Demander aux lves de nommer lanimal visible (cest un papillon) et faire trouver lendroit o il se rend (une fleur). Demander dobserver le premier papillon. Faire observer le chemin quil suit et demander o il arrive: sur une fleur. Les lves observent que le d-placement seffectue sur les lignes du quadrillage et non plus lintrieur des cases comme cela avait t le cas prcdemment.Bien que lexercice ne soit pas demand dans le manuel, lenseignant pourra demander aux lves de coder le par-cours du papillon:Demander ensuite dobserver la partie droite du quadrillage. Faire reprer le mme papillon et la mme fleur. Faire consta-ter que le dbut du trajet de lanimal a t ralis. Expliquer quil faut en reproduire la suite. 1 2 3 4 1 carreau 2 carreaux 8 199 7 133 2 1 2 3 4 1 carreau 2 carreaux 8 199 7 133 2 27les suivantes seront produites: Il y a autant denfants dans ce groupe que dans celui-l/Il y a plus de filles que de garons dans ce groupe/Il y a moins de crayons que de feutres sur la table, etc. 11 Le nombre 0 voir manuel page 37Domaine Activits numriquesObjectifs Dcouvrir le nombre 0. Dnombrer des collections comprenant 0 lment. Coder des collections comprenant 0 lment.Matriel Dominos (du commerce ou fabriqus).Observation pralableLapprhension du zro ne posera pas de problme par-ticulier: les lves peroivent sans difficult que zro correspond une collection ne comportant aucun lment. Zro correspond ainsi rien: Jai zro bonbon=je nai pas de bonbon.Si le zro mrite que lon y consacre suffisamment de temps, cest aussi parce que ce chiffre sert dans la numration crite remplacer les ordres dunits absents. Ainsi, quand on dit trois millions vingt mille quatre cent onze loral, on crit 3 020 411. Les zros dans lcriture de ce nombre permettent dindiquer quil ny a pas de centaine de mille ni dunit de mille. Lenseignant notera que si lon ne dit pas le zro dans les nombres entiers, on est oblig de le mentionner dans la partie dcimale des nombres virgule: 3,08 se lit trois virgule zro huit.RVISIONSPour bien dmarrerLes lves ont eu lhabitude de faire des jeux o ils montrent leurs doigts. En fermant le poing, ils constatent quaucun doigt nest apparent: introduire le terme zro. Faire quelques reprises le jeu consistant prparer dans son dos un nombre de doigts indiqu, montrer au signal. Inclure dans les demandes le nombre zro.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreAu mme titre que les ds et les doigts, les dominos permet-tent de travailler facilement sur les petites quantits. Il est possible den fabriquer en classe, sur du bois ou des feuilles cartonnes (le jeu classique comprend 28 pices dont un double 0, un double 1, etc.). La rgle est des plus simples: les diffrents dominos sont rpartis entre les joueurs (on peut aussi constituer une pioche de quelques dominos, dans laquelle on prend un domino lorsque lon ne peut pas jouer). Un joueur pose un domino, en principe celui qui a le double-six, mais il est possible dadapter la rgle. Le joueur suivant peut jouer sil peut accoler un de ses dominos de faon telle quun des cts du domino pos comporte le mme nombre de points que lune des cases du domino sur la table. Sil ne peut pas jouer, il passe son joueurs, chacun pose une carte sur la table et celui qui a le plus grand nombre remporte lensemble des cartes et les place sous son paquet. Si deux ou plusieurs joueurs ont pos une carte avec le plus grand nombre, ils rejouent une carte pour se dpartager (et une nouvelle fois si ncessaire). Il est ais de faire fabriquer le matriel ncessaire par les lves: il faut dcouper des feuilles de papier en petits rectangle et faire quatre sries de neuf cartes, numrotes de 1 9. Sil est difficile de faire jouer tous les lves en mme temps, les lves qui ont termin en avance leur travail pourront, loccasion, jouer par petits groupes de 2 4.Concernant lactivit du livre: faire observer les cartes. Demander de nommer ce qui est dessine sur chacune delles: des curs. Demander sil y a le mme nombre de curs sur chaque carte. Les lves pourront sans doute rpondre que ce nest pas le cas dune simple valuation visuelle (demander de ne pas tenir compte de la carte vide en expliquant quil faudra, par la suite, dessiner des curs dedans). Donner la premire consigne. Les lves pourront faire correspondre un dessin chaque cur existant et, au final, dessiner un ou des curs supplmentaires dans le premier cas. Ce sera linverse dans pour la deuxime consigne. Lors de la correction, faire produire et rpter plusieurs reprise des phrases du type: Il y a plus de curs/moins de cur dans la carte que jai dessin que dans la carte du livre. Demander sil y a des cartes o il y a autant de curs.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1. Faire nommer les objets dessins: des assiettes. Expliquer ensuite quil faut dessiner autant de verres que dassiettes. Sassurer que les lves ont retenu le sens de lexpression autant que/autant de que de Si ncessaire, donner un exemple au tableau avec des formes gomtriques simples: dessiner trois carrs et demander de dessiner autant de ronds.Montrer au tableau comment dessiner un verre: on fait dabord un ovale puis la base du verre. Lors de la correction, demander de prciser le nombre dassiettes et de verres. Lenseignant notera quil nest pas exig quun verre se trouve auprs de chaque assiette, mme sil est plus logique et plus simple pour les lves de procder ainsi.2. Faire nommer les animaux: des poules et des poussins. Faire constater que chaque poule est accompagne par plusieurs poussins. Donner la consigne. Vrifier que les lves ont retenu le sens de lexpression plus que/plus de que de partir dun exemple au tableau, comparable ce qui a t propos dans lexercice prcdent: dessiner 3 carrs et demander de dessiner plus de ronds.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Prsenter la situation. Lexercice est un peu plus difficile car les 4 enfants ne sont pas reprsents. Lassociation terme terme est donc plus difficile raliser. Les lves devront compter les tomates et identifier le tas qui en compte 4.REMDIATIONDiverses activits pourront tre menes. Elles consisteront constituer deux collections et en comparer le nombre dlments, qui seront de 9 au plus. Des phrases telles que 28Objectifs Se situer dans le temps: reprer une action qui se passe avant ou aprs une autre. Utiliser bon escient les termes avant et aprs.Observation pralableLe terme avant marque un repre spatial: on peut ainsi dire dune maison, par exemple, quelle est situe avant le carrefour. Le mot avant marque galement un repre temporel en indiquant une intriorit dans le temps: on peut dire quun enfant est arriv avant son camarade lcole. Les mmes remarques peuvent tre faites au sujet du terme aprs: la maison est aprs le carrefour/lenfant est arriv lcole aprs son ami. Si la leon porte sur les repres temporels, lenseignant devra sans doute clarifier les choses si un autre sens des termes tudis est voqu.RVISIONSPour bien dmarrerLa structuration du temps ne se fait pas seulement tra-vers les activits mathmatiques. Cest une comptence transversale qui se construit progressivement, les enfants percevant de plus en plus finement les dures, la succession des activits au cours de la journe, laspect cyclique de la succession du jour et de la nuit, des saisons, etc.La leon dbutera par lvocation dactivits quotidiennes. Leur vocation permettra dvoquer la succession de celles-ci, lantriorit ou la postriorit de lune sur lautre.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvrePrsenter la premire image et demander de la dcrire: un pcheur sur une pirogue lance son filet leau. Donner le vocabulaire inconnu si ncessaire. Faire observer la prsence des flches en pointills. Expliquer que les deux images sont deux suites possibles de lhistoire. Faire dcrire chaque dessin: dans le premier cas, le pcheur est dans sa pirogue, son filet est pos quelque part dans le bateau, vide. Dans le deuxime cas, le pcheur remonte son filet rempli de poissons. Laisser les lves choisir limage qui convient. Demander ensuite de justifier les rponses.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiAppliquer la mme mthode que prcdemment. Faire dcrire le contenu du premier dessin: une enfant donne son dessin sa matresse. Faire dcrire les deux possibi-lits pour trouver la suite de lhistoire. Dessin 2: lenfant commence son dessin. Cette possibilit ne convient pas. Faire indiquer quelle correspond ce qui sest pass avant. Dessin 3: la matresse accroche le dessin au mur. Il sagit du dessin entourer.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Prsenter la situation et le contexte. Faire dcrire le contenu de la premire image: un enfant est attabl et mange. Expliquer que lon cherche ce qui sest pass avant et faire tour (ou pioche un domino si une pioche a t constitue). Le premier joueur qui a plac tous ses dominos a gagn.Concernant lactivit du livre: si le jeu de dominos a t pratiqu, les lves comprendront facilement ce que lon attend deux. Si tel nest pas le cas, faire observer le premier domino. Le reproduire au tableau. Demander aux lves de le dcrire. Il faut remarquer quil est constitu de deux parties, dans chacune desquelles se trouve de 0 6 points (de 0 5 sur les dominos du manuel). Dans une partie, il y a 5 points. Dans lautre, il ny en a aucun. Faire dire une phrase du type: Il ny a aucun point : il y a zro point. crire au tableau: 5 sous la case de gauche et 0 sous la case de droite. Expliquer la rgle du jeu de domino (voir ci-dessus). Reproduire les deux dominos possibles au tableau, demander de choisir celui qui convient et de justifier les rponses: la case relier contient 0 domino, il faut donc choisir le domino dont la premire case comporte aussi 0 domino. Un autre exemple au tableau permettra de vrifier que les lves ont compris la rgle du jeu. Faire ensuite observer les autres sries de dominos et expliquer quil faut raliser le mme travail.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiLes lves dcouvrent lexercice en nommant les figures quils reconnaissent: ronds, carrs, rectangles, triangles. Attirer ensuite leur attention que le tableau situ droite de la page. Demander de nommer les formes gomtriques qui sy trouvent. Les lves constatent que ce sont celles qui sont reprsentes ct. Faire ensuite lire le nombre crit ct de chacune delles et expliquer quil indique le nombre de figures de chaque type quil faut colorier. Poser des questions: Combien faut-il colorier de ronds ? de carrs ? de rectangles ? de triangles ? Puis poser nouveau ces questions dans le d-sordre pour habituer les lves la lecture dans un tableau. La classe peut ensuite raliser les coloriages demands.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Prsenter la situation. Faire observer les ensembles et demander den indiquer le contenu: des poissons. Faire observer en dtail le premier ensemble et demander de trouver ce qui a t fait: le jour de la semaine a t crit. Il y a une case pour la rponse. Explique quil faut crire le nombre de poissons pchs.REMDIATIONAu tableau, dessiner des ensembles de figures gomtriques ou de btons. Mettre une tiquette complter pour indiquer le cardinal de chacun deux. Prvoir un ensemble comportant 0 lment. Prvoir galement lexercice inverse: le cardinal dun ensemble est indiqu, ce sont les lves qui doivent dessiner les lments attendus. 12 Avant, aprs voir manuel page 38Domaine Mesures29APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiIl sagit ici de reprer des lments sur un rseau point puis de tracer un trajet. Les lves nomment lanimal: une coccinelle. Ils reprent le trajet quelle effectue et le but quelle atteint: une feuille. Faire constater que le trajet est marqu sur le rseau de points. Donner la consigne: il faut reproduire le trajet de la coccinelle partir de lbauche qui en est donne et que les lves doivent reprer: les deux premiers segments sont tracs. Faire indiquer linstrument quil faut utiliser: la rgle, comme dans lactivit prcdente.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Comme dans les leons sur le quadrillage, lapplication dans la vie courante nest pas immdiate en ce qui concerne les rseaux points. Au cours de la leon, les lves ont dvelopp des comptences quils rinvestiront dans la lecture et la construction de tableaux double entre, par exemple, ou, plus tard, dans la lecture de plans et de cartes.REMDIATION Il est envisageable de tracer des rseaux de points au ta-bleau. Les exercices proposs concerneront le reprage dun lment, la reproduction dune figure ou le trac dun dplacement. 14 Se reprer sur un rseau point (2) voir manuel page 40Domaine GomtrieObjectifs Se reprer sur un rseau point. Reproduire des figures sur un rseau point.Observation pralableCette leon est une continuation de la prcdente. Les lves observent des figures et les reproduisent sur le r-seau de points.RVISIONSPour bien dmarrerLes lves doivent nouveau utiliser la rgle pour placer des points aligns.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreFaire constater que la figure est dessine sur un rseau constitu de points. La reproduire au tableau et demander de lobserver. Faire reconnatre quelques formes gomtriques dont elle est constitue: les lves pourront identifier en premier lieu le carr qui en constitue la frontire extrieure. Ils pourront galement visualiser le second carr qui se trouve lintrieur du premier. Les diagonales du grand carr dlimitent quatre triangles lintrieur du petit carr. Les trapzes pourront ventuellement tre reprs et cits mais les lves nont pas retenir le terme.La distance entre deux points du rseau point peut servir dcrire le contenu des deux propositions. Dessin 2: lenfant se lave les mains. Lactivit permet de revenir sur des prin-cipes dhygine importants: il faut se laver les mains avant de passer table. Le dessin 3 montre ce qui se passera aprs le repas: lenfant sest couch. Faire indiquer ce quil faut faire aprs le repas et avant de dormir: se brosser les dents.REMDIATIONFaire raconter rgulirement ce qui se passe en classe: ce que lon fait, ce que lon a fait avant, ce que lon va faire juste aprs, ce quon a fait la veille, ce quon va faire le lendemain, etc. Faire voquer galement des activits extrascolaires: Quallez-vous faire aprs lcole? Quavez-vous fait avant de venir lcole? Quavez-vous faire hier, dimanche? etc. 13 Se reprer sur un rseau point (1) voir manuel page 39Domaine GomtrieObjectifs Se reprer sur un rseau point. Reproduire une figure sur un rseau point. Tracer un trajet sur un rseau point.Observation pralableUn rseau point est constitu de points rgulirement espacs. Pour les lves, dans la pratique, le reprage ne sera gure diffrent de ce qui peut se faire sur quadrillage, notamment dans le cas de reprage de nuds.RVISIONSPour bien dmarrerLutilisation de la rgle permet de tracer coup sr trois points aligns. La distance entre les points nest pas impose.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreLe travail dbutera directement par lobservation du rseau point, des personnages et du dessin. Faire dcrire les diff-rents lments visibles sur limage. Les lves voqueront sans doute en premier lieu les personnages et la maison. Leur lire le contenu de la premire bulle et faire dcrire la maison. Faire indiquer la forme de la porte: cest un carr. Faire constater que les diffrents traits qui dlimitent la maison et la porte passent par les points du rseau point (ce dernier terme na pas tre donn aux lves). La distance entre deux points peut constituer une unit de mesure et les lves peuvent indiquer la mesure de chaque segment: 5 units pour la base de la maison et 4 pour la hauteur des murs; 1 unit de ct pour le carr. Concernant le toit, faire observer la prsence de deux segments obliques, ils seront un peu plus difficiles tracer.Lire le contenu de la bulle du garon puis faire observer ensuite lbauche de sa maison. Les lves doivent bien comprendre quil sagit du bord gauche du btiment. Ils travaillent ensuite seuls pour raliser la fin du trac. Faire indiquer linstrument quil faut utiliser: la rgle.30aura moins dufs que de poules. Si je dessine un encore un uf, il y aura plus dufs que de poules.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvrePrsenter la situation et demander dobserver limage. La faire dcrire: prsence des enfants autour de la table, prsence des crayons sur celle-ci (rvision des termes lis au reprage dans lespace). Donner la consigne. Procder ensuite une mise en commun: quelques lves donnent leurs rponses et la justifient. Il y a deux manires de faire: on peut relier un crayon chaque enfant (correspondance terme terme). On peut aussi compter les crayons et les enfants puis comparer. Concernant cette dernire mthode, crire le nombre denfants au tableau puis le nombre de crayons. Faire comparer: il y a 7 enfants et 6 crayons. Faire produire les phrases correspondant la situation: Il y a plus denfants que de crayons/Il y a moins de crayons que denfants.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1. Faire indiquer ce que reprsentent les dessins. Deman-der si les bouquets sont identiques ou non. Les lves pourront noter que les fleurs ne sont pas les mmes. Leur demander si les bouquets comptent le mme nombre de fleurs. Expliquer que lon doit colorier celui qui en a le plus. Demander comment on peut le savoir: il faut les compter. Laisser ensuite les lves travailler individuellement.2. Les lments sont de natures diffrentes, mais, comme pour lexercice prcdent, il faut les dnombrer pour d-terminer lensemble qui en compte le moins. Faire produire les phrases qui correspondent la situation: Il y a plus de crabes que de poisson/Il y a moins de poissons que de crabes.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Prsenter la situation. Demander de prciser ce qua eu chaque enfant: un tas de bonbons. Donner des prcisions sur lenfant dont cest lanniversaire. Laisser les lves le dcouvrir par lintermdiaire du comptage.Lors de la correction, faire faire des comparaisons sur le nombre de bonbons des diffrents enfants: Cest la fille qui a le moins de bonbons/Le garon en rouge a autant de bonbons que le garon en bleu, etc.REMDIATIONLes lves peuvent travailler par deux. Chacun constitue une collection en fonction des indications donnes: 5 lments pour lun, 3 lments pour lautre, par exemple. Faire comparer les collections et employer le vocabulaire de la leon. 16 Grouper par 2 voir manuel page 42Domaine Activits numriquesObjectifs Faire des groupements par 2.dunit de mesure. Faire indiquer ainsi la mesure du ct du grand carr: 5 units, puis celle du petit ct: 4 units. Les lves pourront aussi observer que ce petit carr est trac une distance dune unit lintrieur du grand carr.Expliquer quil faut reproduire la figure. Demander ensuite didentifier sur le livre lbauche de la figure tracer. Faire identifier les deux cts du grand carr sont tracs en poin-tills, ainsi que le dbut dune des diagonales. Demander de nommer linstrument qui devra tre utilis pour tracer les segments rectilignes: la rgle. Laisser ensuite les lves travailler seuls. Circuler dans la classe pour aider, encourager, faire des remarques qui peuvent permettre dviter des erreurs et den rectifier: faon de tenir la rgle, ordre des segments tracer, repres prendre, etc.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiFaire observer la frise. Celle-ci est constitue dun triangle chaque extrmit et de trois trapzes. Comme dans lactivit prcdente, les lves constatent quils doivent utiliser leur rgle pour tracer des traits droits. Les segments obliques seront un peu plus difficiles placer et tracer. Les deux premiers sont bauchs. Les lves devront faire seuls les deux autres.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Voir remarque dans la prcdente leon.REMDIATIONDes modles de figures tracer pourront tre proposs au tableau, les lves les reproduisant sur des feuilles avec des rseaux points, sil est possible den mettre leur disposition. 15 Moins que, autant que, plus que (2) voir manuel page 41Domaine Activits numriquesObjectifs Comparer des collections. Utiliser les expressions moins que, plus que, autant que.Matriel Matriel habituel pour les manipulations (graines, capsules, btonnets).Observation pralable La premire leon sur le sujet a permis demployer le vocabulaire relatif la comparaison et dutiliser la corres-pondance terme terme. Il sagit maintenant de comparer en passant par le dnombrement.RVISIONSPour bien dmarrerEn guise de rvision, les lves peuvent effectuer une correspondance terme terme: ils dessinent un uf ct de chaque poule. Faire rappeler le vocabulaire li la comparaison: Il y a autant dufs que de poules. Si jenlve un uf, il y 31description (faire nommer les objets). Donner ensuite la consigne. Faire reprer la case prvue pour crire le nombre denfants que lon pourra servir dans chaque cas.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEEt maintenant, tu sais!Les lves mobilisent maintenant dans une situation concrte les savoirs quils ont acquis au cours de la leon. Lidal serait de pouvoir reproduire lactivit en classe: il sagit de grouper par 2 selon une proprit (la couleur). On peut aussi imaginer de grouper selon deux proprits: la forme et la couleur.REMDIATIONReprendre sous forme de jeu lactivit dans la cour propo-se ci-dessus: slectionner un nombre impair dlves qui doivent se grouper par deux au signal donn. Celui qui na pas trouv de partenaire est limin. Le jeu, trs rapide, est poursuivi quelques reprises. Il nest pas prolong trop longtemps pour ne pas dmobiliser ceux qui sont limins. Les exercices de manipulation en classe seront galement refaits en cas de besoin. 17 Le carr (1) voir manuel page 43Domaine GomtrieObjectifs Identifier le carr partir de ses proprits.Matriel Les formes gomtriques courantes (carrs, rectangles, ronds, triangles); des carrs de tailles et de couleurs diffrentes.Observation pralableLe carr sera reconnu de manire perceptive. Ses proprits ne pourront pas toutes tre nonces, les lves ne matrisant pas le vocabulaire ncessaire (angle droit, par exemple). Lenseignant se contentera de faire compter les cts, de faire constater vue, cest--dire sans mesures, lgalit des cts. Le reprage des angles droits pourra se faire par comparaison avec le coin dune feuille de papier (une page du manuel, par exemple).Rappels pour lenseignant: un carr est un quadrilatre (quatre cts) dont les cts sont de mme longueur et les angles sont droits; le carr est un paralllogramme car ses cts sont paral-lles deux deux; un carr est un rectangle. Cela signifie quil possde les proprits de cette figure; un carr est un losange et possde donc les proprits de cette figure; les diagonales du carr sont de mme longueur et se coupent angle droit; un carr a quatre axes de symtrie (ses mdianes et ses diagonales).Matriel Matriel de manipulation pour la numration (graines, capsules, btonnets).Observation pralableLe travail de groupement seffectue en parallle des activits de lecture, dcriture, de dnombrement ou de constitution de collections. Il entrane les lves compter et les aidera percevoir globalement le nombre dlments de petites collections, sans en passer par le dnombrement un un. Les groupements par 10 permettront, par la suite, de faire crire les lments dune collection sous la forme de dizaines et dunits.RVISIONSPour bien dmarrerRappeler au tableau comment crire le chiffre 1. Faire ef-fectuer le trac en lair avec le doigt, puis sur lardoise. Dans le livret dactivits, faire observer et pointer avec lindex le point qui indique lendroit o doit dbuter le trac. Faire suivre le trac avec le doigt. Les lves crivent ensuite dans le livret. Circuler dans la classe pour donner des encouragements, rectifier la position de la main sur le crayon si ncessaire. Un travail comparable sera propos concernant lcriture du chiffre 2.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreLivre fermLes lves sont dissmins dans la cour. Au signal de lensei-gnant, ils se groupent par 2. Si le nombre dlves est pair, tous auront trouv un partenaire. Si la classe compte un nombre impair dlves, faire constater quun lve reste seul.En classe, utiliser le matriel disponible pour faire grouper des lments par 2. Distribuer sur chaque table des graines ou des capsules ( adapter selon le matriel disponible). Les lves travaillent par groupes de 2 ou 3 ( adapter galement en fonction du nombre dlves, du matriel). Demander de grouper par 2. Contrler puis faire observer et commenter les rsultats obtenus: un certain nombre de groupements ont t effectus; il reste 0 ou 1 lment selon le cas.Livre ouvertFaire observer et dcrire limage. Aider les lves produire des phrases en leur posant des questions (travail sur le langage): Qui est cette dame ? Que fait-elle ? Comment sappellent ces fruits ? Proposer des amorces de phrases aux lves qui ont des difficults sexprimer en franais, leur faire rpter les phrases obtenues.Donner ensuite la consigne. Montrer au tableau le travail attendu. Les lves travaillent individuellement. Une mise en commun collective suit lactivit. Elle permet de faire des constats tels ceux tablis lors des activits prparatoires.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiProcder comme prcdemment: observation des images, 32reconnaissent un rectangle. Pour le caractriser, ils pourront se contenter de dire que, par rapport au carr, il possde deux grands cts et deux petits cts. Il y a nouveau deux solutions. On peut obtenir 3 carrs de 4 cases ou 12 carrs dune case.REMDIATIONDisposer sur les tables les figures gomtriques disponibles ( dfaut, faire des dessins au tableau). Les faire trier. De-mander aux lves dexpliquer comment ils ont procd. Passer rapidement sur les tris effectus en fonction de la couleur et prendre plus de temps au sujet des figures semblables runies ensemble. De nouveaux tris pourront tre effectus en fonction de deux proprits: trouver les carrs rouges ou les carrs de la mme taille. 18 Le carr (2) voir manuel page 44Domaine GomtrieObjectif Tracer le carr sur un quadrillage.Matriel Les formes gomtriques courantes (carrs, rectangles, ronds, triangles); des carrs de tailles et de couleurs diffrentes.Observation pralableLe trac du carr sur une feuille blanche exige lutilisation de la rgle et de lquerre ou dun compas. Ces oprations seront rserves aux annes futures. En SIL, les lves ef-fectueront les tracs sur un quadrillage. Seule la rgle sera donc ncessaire.RVISIONSPour bien dmarrerUtiliser le matriel de manipulation et/ou des figures des-sines au tableau. Faire caractriser le carr partir des proprits dcouvertes prcdemment: prsence de 4 cts gaux. Faire diffrencier le carr du rectangle (4 cts mais qui ne sont pas de mmes dimensions) et du triangle (3 cts). Sur le livret, les carrs seront reconnus facilement si le travail prparatoire a t propos, y compris celui qui est pos sur la pointe.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreFaire observer les figures. Les faire nommer. Les lves de-vront justifier leurs rponses. Pour ce faire, ils rutiliseront les termes quils ont employs prcdemment. En considrant le ct dun carr du quadrillage comme unit de mesure, demander de donner la mesure de chaque carr: le grand carr a 3 carreaux de cts; le petit carr a 1 carreau de ct. Faire ensuite observer les figures correspondantes en pointills. Faire une dmonstration de trac au tableau, les lves dessinant sur le quadrillage de leur ardoise ou sur des feuilles quadrilles. Les cts sont tracs un un. Faire nommer loutil quil faut utiliser pour tracer les carrs: la RVISIONSPour bien dmarrerLes figures gomtriques de base ont t rencontres depuis le dbut de lanne. Les lves savent ce quest un carr. Proposer den identifier dans lenvironnement proche. Les lves pourront dire sans difficults que le carr possde 4 cts.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreFaire dcouvrir et dcrire la situation. Demander de prciser ce que prpare lenfant: il confectionne une guirlande. Les lves expliquent comment il sy prend: il a dcoup des formes quil va ensuite coller. Lire le contenu de la bulle et reproduire au tableau un carr comparable celui tenu en main par lenfant. Le faire observer et dcrire. Les lves pourront compter les cts, observer quils sont de mme longueur. Dessiner ensuite au tableau un rectangle, un carr aux angles arrondis, un carr pos sur un sommet et un quadrilatre quelconque (ni un carr, ni un rectangle, ni un losange). Demander aux lves dobserver les figures une une et dindiquer pour chacune delles sil sagit dun carr ou non. Demander de justifier les rponses. Ce sera loccasion pour les lves dapprendre justifier une r-ponse, demployer le vocabulaire gomtrique de base et de travailler sur les proprits du carr. Voici quelques arguments qui pourront tre donns: le rectangle na pas quatre cts gaux (le fait que le carr soit un rectangle nest pas abord en SIL); le carr aux bords arrondis sera compar avec les angles dune feuille de papier; le carr pos sur un sommet sera manipul (le faire voir dans la position habituelle puis le faire pivoter) et les lves constatent que la figure nest pas modifie si lon change sa position; le quadrilatre quelconque na pas quatre cts gaux ni quatre angles droits. Les lves reviennent ensuite au livre. La consigne est donne puis les lves effectuent le coloriage.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiLexercice ne doit pas poser de problme majeur. Les lves doivent cependant bien respecter la consigne qui demande de faire deux actions.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Prsenter la situation. Donner quelques explications si ncessaire. Faire observer la premire figure et demander de la nommer: il sagit dun carr. Faire dire comment elle a t reconnue de faon revenir une nouvelle fois sur les proprits du carr. Donner la consigne: il faut partager le carr de faon obtenir dautres carrs. Il y a deux solutions possibles: on peut suivre les pointills du quadrillage pour obtenir 9 carrs. On peut galement partager la figure en 4 carrs. On ne bnficiera pas, alors, du repre du quadrillage.Procder de mme pour la deuxime figure. Les lves 33de dpart. Les lves doivent avoir lhabilet suffisante pour se passer de laide prcdente.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreIl est vivement conseill de mener dans la cour lactivit qui est illustre. Voici une organisation possible: tout dabord, demander aux lves de se grouper par deux (en se don-nant la main). Il restera ventuellement un lve, qui on demandera alors si les autres lves ont bien effectu le travail demand. Demander ensuite de se grouper par 3. Si le nombre dlves nest pas un multiple de 3, il restera 1 ou 2 lves surnumraires. Ce seront eux qui vrifieront ce que font leurs camarades.Sur le livret, les enfants seront entours laide du crayon. Conseiller dentourer des enfants proches les uns des autres afin dviter les tracs croiss. Lorsque le travail est termin, demander de dcrire la situation: nombre de groupes constitus (5) et prsence denfants que lon na pas pu entourer (2). Poser des questions complmentaires: Com-bien faudrait-il dlves supplmentaires pour constituer un nouveau groupe? Combien de groupes de 3 aurait-on alors?APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiLe travail est comparable ce qui prcde. Il sera avanta-geusement prcd dactivits concrtes qui peuvent tre ralises avec des feutres ou des crayons, comme sur limage, ou avec le matriel disponible: graines, capsules, noyauxSur le livret, faire dcrire le rsultat obtenu: nombre de groupes raliss (6; on ne compte pas le paquet de 3 tenu par la matresse) et nombre de feutres restant (2). Comme dans la rubrique prcdent, faire trouver le nombre de feutres ncessaires pour obtenir un nouveau paquet et le nombre de paquets de 3 obtenus.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Prsenter la situation. Si possible, montrer une enveloppe et des timbres. Faire expliquer ou expliquer quoi servent ces objets. Faire tmoigner les lves qui ont dj vu leurs pa-rents en utiliser. Demander ensuite de sintresser limage. Faire identifier les enveloppes puis les timbres. Expliquer la raison pour laquelle il faut grouper les timbres par 3. Faire formuler la consigne par deux ou trois lves. Sil ny a pas de question, les lves travaillent individuellement. Lors de la correction qui suit, faire trouver le nombre de timbres restant aprs les groupements: il y en a 2.REMDIATIONMultiplier les activits de manipulation avec les lves qui prouvent des difficults. Lactivit effectue dans la cour peut tre reprise sous forme de jeu: partager la classe en deux groupes (les sparer nettement pour viter les risques de confusion) et demander de se grouper par 3 en se donnant la main le plus rapidement possible au signal donn. Lquipe la plus rapide marque un point. Le jeu peut se drouler en quelques manches. Il est aussi possible de changer les quipes.rgle. Montrer nouveau au tableau comment il faut la tenir et tracer un trait (position de la main au centre de loutil). Aprs cet entranement, les lves peuvent tracer sur leur livret.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiFaire observer les amorces de tracs et demander de deviner les figures qui doivent tre traces. Faire ensuite constater que certains carrs comportent un trait plein. Prciser quil nest pas ncessaire de le repasser. Demander ensuite com-ment sont tracs les autres traits: ils sont en pointills. Faire constater que tous les traits en pointills dun mme carr ne sont pas tracs: cest aux lves de le faire.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Prsenter la situation. Faire comprendre le sens du mot maon laide du dessin. Demander ensuite dobserver la maison. Faire nommer la figure qui en constitue le contour: cest un rectangle. Les lves notent que la porte est aussi un rectangle. Faire constater que les fentres ne sont pas termines. Demander den trouver la forme, mme si elles ne sont pas termines. Donner alors la consigne.REMDIATIONPrvoir de nouveaux tracs. Varier la taille des carrs. Pour les lves qui ont des difficults, revoir les proprits de la figure, principalement le fait quelle possde 4 cts gaux. Les lves qui sont encore maladroits dans lusage de la rgle ou dans le maniement du crayon doivent sen-traner rgulirement: tracs libres avec la rgle, activits de graphisme, etc. 19 Grouper par 3 voir manuel page 45Domaine Activits numriquesObjectif Grouper des objets par 3.Matriel Matriel de manipulation pour la numration (graines, capsules, btonnets).Observation pralableLes activits de groupement aideront les lves percevoir globalement des petites quantits. Elles aboutiront aux groupements par 10 qui permettront de distinguer les dizaines et les units. Les manipulations seront privilgies avec le matriel utilis habituellement.RVISIONSPour bien dmarrerDessiner 3 ronds au tableau et demander de les compter. Ensuite, crire le chiffre 3. Rappeler le trac suivre. Les lves traceront le chiffre en lair avec lindex. Ils sentraneront sur lardoise avant de travailler sur leur livret. Faire observer le point rouge, qui marque le dpart, et les pointills qui guident le trac. la fin de la ligne, il ny a plus que le point 342. Le point de repre est la droite de lespace rserv au dessin du soleil sur limage.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Lire le titre. Faire observer les personnages et demander dindiquer ce quils font. Lire la phrase de contexte pour apporter des prcisions. Le reprage de la main gauche est souvent plus difficile pour les enfants droitiers. Rappeler le point de repre que constitue la main avec laquelle on tient son crayon.REMDIATIONPour les lves qui ont des difficults, nouer un morceau de ficelle autour du poignet droit. Les exercices proposs seront alors plus simples. Proposer des jeux tels que Jacques-a-dit: faire lever la main droite/la main gauche, dsigner son oreille gauche, son genou droit, lever le pied droit, toucher son paule gauche, etc.Activits dintgration 2 voir manuel pages 47-48RAPPEL DES TAPES DE LA DMARCHE (Pour les dtails, voir Activits dintgration 1)1. Exploration de la situation (prsenter la situation, observation de limage et expression son sujet).2. Prsentation de la consigne, qui est ensuite rpte et reformule par les lves puis par lenseignant.3. Travail individuel.4. Exploitation des rsultats et mise en commun per-mettant aux lves dexpliquer leurs dmarches. Validation des bonnes rponses, explications concernant les erreurs.5. Activits de remdiation en fonction des erreurs et de leurs causes principales.Activit 1 Travaillons bien dans la classe Suivre la dmarche expose ci-dessus et passer le temps ncessaire lobservation et la description de limage.Les principaux lments faire reprer sont les suivants: le lieu o se passe laction (une classe), les diffrents per-sonnages (la matresse, qui il faudra dessiner une craie, question 5, et des lves), la prsence des deux tables, lune avec des enfants (utile pour la question 1), lautre avec des billes (utilise pour la question 7), prsence de ltagre (question 2), du tableau, sur lequel les figures reprsentes et termines seront nommes (questions 3 et 4), la frise, dont les figures seront nommes (question 6).Activit 2 Jouons et cultivons dans la cour de lcole La dmarche est identique. Limage sera soigneusement prsente, observe et commente. Le lieu reprsent est dabord identifi. Les lves reprent le jardin scolaire et les enfants qui jouent aux billes lextrieur. Faire identifier les lgumes poss terre: des pommes de terre. La frise prsente sur le mur devra aussi tre repre. Concernant la question 6, sassurer que les lves ont bien compris que les images concernes sont celles qui se trouvent en bas de la page. 20 gauche, droite (2) voir manuel page 46Domaine GomtrieObjectif Reprer la droite et la gauche sur un individu vu de face.Observation pralableLa principale nouveaut dans la leon concerne le reprage de la droite et de la gauche sur une personne place de face.Prvoir des rvisions par rapport ce qui a t fait dans la prcdente leon sur le sujet: faire reprer la droite et la gauche sur soi-mme; faire reprer puis placer un objet situ gauche ou droite dun repre donn(poser un crayon droite de la porte, un ballon gauche du bureau, etc.).RVISIONSPour bien dmarrerLe reprage de la gauche et de la droite commence sur soi. Le fait de connatre la main avec laquelle on crit est un bon repre. Rappeler le sens des termes droitier/re et gaucher/re en les associant avec les mots droite et gauche.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreLactivit propose une mise en situation concrte et trs simple puisquelle peut seffectuer sans matriel. Voici une suggestion dorganisation: avant de proposer de travailler deux par deux, faire venir deux lves devant la classe. Leur demander de prendre chacun un crayon (ou autre) dans la main droite. Les mettre ensuite lun derrire lautre, de dos la classe. Le bras qui tient le crayon sera lev pour tre visible de tous. Demander au reste de la classe de lever la main droite. Lexercice est facile puisquil suffit dobserver les deux lves qui tiennent leur crayon. Demander ensuite aux deux lves de se mettre face face: il suffit que lun deux fasse demi-tour sur lui-mme. Faire constater que les bras droits des deux enfants, qui tiennent le crayon, sont dans deux directions opposes. Demander au reste des lves de lever la main droite. Leur demander ensuite de faire demi-tour sur eux-mmes ou au moins damorcer le mouvement sils ne peuvent pas se lever facilement. Conclure que la main droite dune personne qui se trouve face soi se trouve sur sa gauche.Demander ensuite aux lves de travailler deux par deux, comme sur les images du livre.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1. Faire dcrire la scne: des enfants dansent. Faire constater que la plupart dentre eux ont un bras lev. Demander de trouver le bras droit de chacun. Rappeler aux lves quils devront saider en tournant sur eux-mmes, ou au moins en amorant ce mouvement, de faon se placer dans la mme position que les enfants visibles sur limage.35 identification des formes gomtriques de base (carr puis triangle); reprage de la gauche et de la droite (personnage vu de dos puis de profil).Ces points seront complts en fonction des besoins des lves. Revois et approfondis voir manuel page 49Les points abords sont les suivants: dnombrement et constitution de collections; comparaison (par correspondance terme terme et/ou par comptage);36En prolongement, demander de trouver, parmi les trois premiers seaux, celui o il y a le plus de vers (comparaison de quantits). Sur la frise numrique reproduite sur le ta-bleau de la classe, faire reprer dans chaque cas le nombre correspondant. Les lves pourront ainsi mieux visualiser que 6 est le plus grand nombre. Lexercice nest quune approche et ne doit pas donner lieu un travail approfondi.APPLICATION ET CONSOLIDATION Entrane-toi1. Faire observer lexemple. Faire constater que la prsenta-tion rappelle celle des dominos vus dans la leon de la page 37. Faire lire le nombre et demander quoi il correspond: cest le nombre de ronds qui figurent dans la case situe ct. Demander ensuite dobserver le domino suivant et de dire ce quon y voit: le nombre 6. Faire dire ce quil manque: les ronds ne sont pas dessins. Expliquer aux lves que cest eux de le faire. Les lves sintressent ensuite au domino suivant. Les lves constatent que les ronds sont dessins, cest le nombre qui manque.2. Il sagit de travailler sur la suite numrique. La premire suite dbute 1. La deuxime dbute 3. Quant la troi-sime, le premier nombre est manquant, ce qui est un peu plus difficile.3. Reproduire les lignes de conduite au tableau et faire une dmonstration concernant le chiffre tudi. Expliquez que 6 est crit sans lever le crayon. Les lves reproduisent le chiffre en lair avec le doigt, puis ils sentranent sur lardoise avant de passer au travail dans le livre. Lenseignant circulera dans la classe et aidera les lves qui ont des difficults.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Expliquer le contexte: des enfants jouent aux billes ( faire reprer lors de la description des images), celui qui en a le plus a gagn. Faire reprer les tiquettes permettant dindiquer le cardinal de chaque collection. REMDIATIONPoursuivre les activits de manipulations en variant les ap-proches: si lon a fait compter des graines et des capsules, on travaille maintenant avec les doigts ou en faisant compter et constituer des groupes dlves. Les objectifs sont les mmes: former des collections ayant jusqu 6 lments (concernant lusage des doigts, les lves noteront quils ont besoin des deux mains pour parvenir 6), dnombrer des collections ayant jusqu 6 lments, lire les nombres, les crire, effectuer des comparaisons: X montre 5 doigts, moi, jen montre 6. X en montre moins que moi/Moi, jen montre plus que X. 2 Estimer et comparer des longueurs (1) voir manuel page 51Domaine MesuresObjectif Comparer des longueursMatriel Bandes de papier, ficellesSQUENCE 3 1 Les nombres jusqu 6 voir manuel page 50Domaine Activits numriquesObjectifs Connatre la suite des nombres de 1 6 (comptine numrique). Associer une quantit un nombre (associer une collection son cardinal). Produire une quantit correspondant un nombre donn.Observation pralableLes activits du livre ne sont pas suffisantes pour que les lves acquirent correctement le principe de la numration. Il faudra prvoir diffrentes activits lies au dnombrement et la constitution de collections. Celles-ci peuvent se faire sans matriel spcifique: compter des lves, des crayons, des graines ou des cailloux, etc. Les exercices seront princi-palement de deux types: mettre la disposition des lves des objets compter et demander de trouver le cardinal de chaque collection. Lusage de la frise numrique et la reprise de la comptine numrique seront systmatiques.RVISIONSPour bien dmarrerSi ncessaire, revoir lcriture des nombres avant de faire faire lexercice. Celui-ci est une dicte de nombres. Ceux-ci sont dabord crits dans lordre, ce qui permettra de revoir la comptine numrique, puis dans un ordre alatoire.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONDemander de constituer des collections de graines, de cailloux, de crayons, etc. (nombres compris de 1 6). Les lves peuvent aussi dessiner des ronds ou des btons sur leur ardoise. Proposer ensuite de dnombrer des collections: un lve constitue une collection, son voisin ou sa voisine doit en compter les lments. Lexercice pourra ensuite tre collectif: dessiner des ronds ou autres au tableau et demander de les compter. Puis crire un nombre jusqu 6 et demander un lve de venir dessiner le nombre dlments correspondant.Cherche et dcouvreLactivit se droule en deux temps: dnombrement puis production dune quantit correspondant au nombre de-mand.Prsenter la situation et faire observer les seaux. Demander ce quon y trouve: des vers pour la pche. Quelques lves noteront sans doute ds prsent que le dernier seau est vide. Expliquer quil faut compter le nombre de vers de chaque seau. Demander de trouver o il faudra crire le rsultat du comptage: les lves reprent la case pour la rponse. Demander de faire le travail pour les trois premiers seaux puis donner la consigne concernant le dernier.37ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Demander de prendre connaissance de limage. La faire dcrire. Les lments suivants doivent tre nots: une mai-son est situe lcart du village. Deux chemins diffrents permettent de sy rendre. Demander des les suivre lun aprs lautre avec le doigt. Donner ensuite la consigne: les habitants de la maison ont deux possibilits pour se rendre au village. On veut tracer la plus courte. La perception est ici uniquement visuelle, puisquil nest pas encore question de prendre des mesures. Faire justifier les rponses. Les lves produiront des phrases telles que: Le premier chemin tourne plus, il est plus long. Le deuxime chemin est plus droit, il est plus court que lautre. Ils pourront ainsi percevoir que la ligne droite est le plus court chemin pour relier deux points ou deux lieux.REMDIATIONUtiliser du matriel facile trouver tel que des bandes de papier ou des morceaux de ficelle. Prvoir des exercices de manipulation comparables ceux qui ont t proposs avec les crayons en dbut de leon: faire faire des comparaisons deux deux, ranger trois ou quatre lments par ordre croissant ou dcroissant de longueur. Faire produire les phrases attendues dans chaque cas, permettant dutiliser le vocabulaire de la leon: Cette bande est la plus courte/la plus longue. Ma ficelle est plus courte/plus longue que celle de X. 3 Le rectangle (1) voir manuel page 52Domaine GomtrieObjectif Identifier le rectangle partir de ses proprits.Matriel Formes gomtriques de bases: carrs, rectangles, ronds, triangles.Observation pralableLe rectangle sera reconnu et caractris par ses proprits. Comme les lves ne possdent pas encore tout le vocabu-laire ncessaire pour dcrire les figures quils rencontrent (notion dangle droit, par exemple), lenseignant se conten-tera de descriptions faisant appel un vocabulaire simple: le rectangle a quatre cts, il a deux grands cts et deux petits cts. En ce qui concerne les angles droits, les lves pourront se rfrer au coin dune feuille, comme cela a t propos pour le carr.Rappels pour lenseignant: un rectangle est un quadrilatre, ce qui signifie quil pos-sde quatre cts; ses cts opposs sont de mme longueur; un rectangle est un paralllogramme car ses cts sont parallles deux deux; les deux diagonales du rectangle se coupent en leur milieu; le rectangle a deux axes de symtrie (ses mdianes).Observation pralableIl est important que les lves peroivent quune longueur est une grandeur. Ainsi la grandeur dun segment est sa longueur. On peut la considrer sans ncessairement la mesurer, en effectuant des comparaisons, par exemple. Si on la mesure, on trouve un nombre qui dpend de lunit utilise. La dmarche utilise avec les lves comprendra trois tapes: il faudra commencer par comparer des longueurs par la perception visuelle; utiliser dans un second temps des units arbitraires; les lves comprendront enfin lintrt des units conven-tionnelles.RVISIONSPour bien dmarrerLes lves utilisent la comparaison visuelle et la comparaison dlments deux deux. Cette mthode est suffisante pour tablir des classes dobjets quivalentes (tous les crayons neufs sont de la mme longueur, par exemple) ou pour tablir un ordre (ranger des crayons usags du plus petit au plus grand ou inversement).Demander aux lves dexpliquer comment ils ont procder: lorsque deux crayons sont de longueur proche, il faut les superposer pour en comparer la longueur.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreLexercice propos dans le livre peut aisment servir dac-tivit de dpart en classe: faire venir deux lves devant leurs camarades. Leur demander de se tenir lun ct de lautre et de comparer leur taille. La classe donne son avis. Lexercice est rpt avec dautres groupes dlves. Puis il peut tre effectu avec un ensemble de trois ou quatre lves pour aboutir un rangement du plus petit au plus grand ou du plus grand au plus petit.Si lactivit prcdente a t pratique en classe, lexercice du livre ne servira que de complment. Faire observer la premire illustration. Les lves dnombrent les enfants. Faire observer quils sont de tailles diffrentes. Demander de trouver le numro attribu au plus petit: le 1. Expliquer quil faut numroter les enfants par ordre de taille.La consigne du deuxime exercice est identique. Certains lves pourront tre troubls par le fait que lun des enfants semble plus grand que les autres du fait quil est mont sur des pneus. Il faut videmment considrer la taille sans cet artifice. Si la classe dispose dune estrade, lexprience pourra tre ralise: un enfant ne change pas de taille lorsquil monte sur lestrade, mme sil est plus haut.APPLICATION ET CONSOLIDATION Entrane-toi1 et 2. Les lves effectuent maintenant des exercices de tracs. Ils procdent galement par valuation visuelle pour suivre les consignes. Les leur donner une une. Lenseignant ne sattachera pas la justesse des dessins, mme si un tra-vail soign sera demand: un simple rectangle permettra de reprsenter une rgle et un segment la cane pche.38APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiLors de la correction, un travail de caractrisation comparable ce qui a t propos prcdemment permettra de justifier les rponses et de caractriser nouveau le rectangle. Les figures B, D, E, H, J et K sont des rectangles.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Les lves reconnatront un exercice proche de celui quils ont fait dans la leon sur le carr. Il sagit maintenant dob-tenir des rectangles. Demander dobserver et de nommer la figure partager: cest un rectangle. Montrer ensuite lamorce de ligne. Le partage du rectangle ne pourra ne se faire que dans le sens indiqu (segments horizontaux).Concernant la deuxime figure, il existe de nombreuses possibilits: tracer seulement des segments horizontaux ou des segments verticaux, tracer un segment horizontal puis des segments verticaux ou inversement, etc.REMDIATIONLa remdiation passe par la manipulation des figures, leur description et le fait de distinguer les rectangles en pr-sence de figures proches: carrs, figures bords arrondis, paralllogrammes, trapzes. 4 Les nombres jusqu 7 voir manuel page 53Domaine Activits numriquesObjectifs Connatre la suite des nombres de 1 7 (comptine numrique). Associer une quantit un nombre (associer une collection son cardinal). Produire une quantit correspondant un nombre donn.Matriel Matriel de manipulation pour la numration (graines, capsules, btonnets)Observation pralableIl est important de procder nouveau des activits de manipulation. Voir ce sujet la prcdente leon de numration sur le nombre 6. Des exercices de mme type peuvent tre repris, les collections allant, cette fois, jusqu 7 lments.RVISIONSPour bien dmarrerFaire rviser les nombres appris prcdemment. Revoir lcriture des chiffres 5 et 6, les derniers appris. Rappeler la faon de les tracer au tableau. Les lves sentranent ensuite sur lardoise.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONProcder aux activits habituelles de dnombrement et de constitution de collections: demander de runir 3, 5, 6, 2, RVISIONSPour bien dmarrerIl est important que les lves manipulent les formes. On ne peut se contenter dobservations des dessins du livre ou de figures dessines au tableau (possibilit de faire tourner des rectangles ou des carrs sur la pointe en les manipulant, notamment). Utiliser les formes gomtriques disponibles dans la classe. Les rpartir sur les tables ou les disposer au sol selon les quantits disponibles et les effectifs. Faire faire des activits de tri. Demander comment les rectangles ont t identifis. Faire ainsi caractriser la figure.Demander ensuite de reprer des rectangles dans lenvi-ronnement: la porte de la classe, le dessus du bureau, la couverture du livre de mathmatiques, le tableau de la classe, etc. Dans chaque cas, les lves rappellent comment la figure a t identifie et rvisent ainsi les proprits de cette dernire.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvrePrsenter et faire observer la situation. Donner les mots carreleur et carrelage, inconnus de la plupart des lves. Faire raconter par les lves les endroits o ils ont dj vu du carrelage. Lire ensuite la bulle du carreleur en expliquant que cest le personnage qui prononce ces paroles: coutez ce que dit le carreleur/le monsieur. Dessiner au tableau une pice de carrelage rectangulaire. Demander de la dcrire et de la caractriser. Les trois paramtres suivant seront voqus: nombre de cts, prsence de grands et de petits cts, prsence des quatre angles droits. Dessiner ensuite, ct du rectangle dj trac des fi-gures proches:Demander aux lves dobserver chaque figure et dindiquer si elle est un rectangle ou non. Demander de justifier les rponses. Les points suivants seront mis en valeur: Figure 1: absence dangles droits (faire faire nouveau le rapprochement avec le coin dune feuille). Figure 2: mme remarque (les lves pourront parler de coins arrondis). Figure 3: Cette figure est un rectangle. Il est pos sur un sommet ce qui empchera certainement des lves de lidentifier. Figure 4: Cette figure est un carr. (Cest donc aussi un rectangle, mais cette caractristique ne sera pas aborde.)Demander ensuite dobserver la ralisation du carreleur. Faire constater quelle est constitue de plusieurs figures. Demander de nommer celles qui ont t identifies: rec-tangles, carrs et triangle. Donner la consigne et laisser les lves travailler seuls. Circuler dans la classe pour aider ceux qui se tromperaient. Leur poser des questions au sujet des figures quils auraient colories par erreur de faon leur faire trouver seuls la caractristique quils nont pas prise en compte. 1 2 3 4 1 carreau 2 carreaux 8 199 7 133 2 39 5 Notion de rang (1) voir manuel page 54Domaine Activits numriquesObjectifs Utiliser le nombre ordinal. Ranger et numroter des objets.Observation pralableLes lves ont dj vu laspect cardinal du nombre, qui permet dexprimer une quantit. En tudiant la notion de rang, les lves doivent percevoir que le nombre sert galement numroter des objets. Ils se rappelleront que chaque nombre est construit par ajout de un au nombre qui prcde. Il est ainsi possible denvisager un nombre par rapport celui qui le prcde ou celui qui lui succde. Si lon rapporte cette considration un ensemble denfants qui effectuent une course, on pourra ainsi dire que lun est arriv premier, le suivant deuxime et le suivant troisime et ainsi de suite. Lorsque lon parle du cinquime arrivant ou quon laffecte du nombre 5, on ne dsigne pas le nombre dlments dun ensemble mais le rang.RVISIONSPour bien dmarrerAdapter la question la configuration de la classe. Les lves doivent comprendre que la notion rang se base par rapport un repre: le premier rang est celui qui se trouve du ct du tableau.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONOrganiser quelques courses de vitesse dans la cour avec des groupes de 3 ou 4 lves. Aprs chaque passage, faire tablir le classement de la course. Donner le vocabulaire si personne ne le connat: X est le premier/la premire; Y est le/la deuxime, etc. Le jeu peut ensuite tre repris avec des groupes dlves plus importants pour faire employer les termes quatrime, cinquime, sixime, etc.Cherche et dcouvre Faire venir cinq lves devant leurs camarades. Leur de-mander de prendre leur ardoise (ou prparer 5 tiquettes avec respectivement, sur chacune, les nombres de 1 5). Les lves se placent en file indienne. Demander au premier de lever la main. Lui donner ltiquette avec le nombre 1 ou lui demander dcrire 1 sur son ardoise et de la montrer la classe. Faire faire le mme travail avec le deuxime, le troisime et les autres lves. Le cinquime pourra aussi tre dsign comme le dernier de la file. Demander ensuite au troisime enfant de lever son tiquette ou son ardoise, puis au deuxime, au premier, au cinquime. La classe doit ainsi comprendre que le nombre montr dans chaque cas ne se rapporte par au nombre dlments dun ensemble mais au rang de chacun dans la file oriente.Demander aux lves de la file de faire demi-tour. Demander au premier lve de lever la main. Faire constater quil na pas la bonne tiquette ou la bonne ardoise. Faire effectuer les changements ncessaires. Les lves doivent constater 7 graines (ou autres). Faire compter le nombre dlments de la collection du voisin ou de la voisine. Faire faire des comparaisons dune collection lautre. Demander dajouter un lment une collection de 6 pour construire le nombre 7 par ajout de 1 6. Faire rfrence la file numrique et crire le nouveau nombre au tableau, en chiffre et en lettres.Cherche et dcouvre1. Faire observer et dcrire la situation aprs avoir lu le contenu de la bulle. Faire nommer les objets dessins et demander dexpliquer quoi ils vont servir. Donner les explications complmentaires le cas chant: ce sont des bougies destines tre places sur le gteau danniver-saire. Expliquer quil y a trop de bougies et quil va falloir entourer le nombre voulu. Faire rappeler lge de lenfant et demander aux lves de faire le travail demand. 2. Donner la consigne et faire observer lbauche de dessin: il sagit dun des chapeaux quil faut dessiner. Les lves doivent donc produire une quantit correspondant un nombre. Les laisser travailler seuls. Les lves qui ont termin peuvent vrifier entre eux que le nombre de cha-peaux dessins est correct. Si quelquun relve une erreur, une discussion sengage entre les deux lves concerns: il faut recompter pour savoir do vient lerreur. Est-ce le dessinateur qui sest tromp ou celui qui a compt?APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1. Lusage des mains et le comptage des doigts est utile pour sentraner compter sur la tranche des nombres compris entre 6 et 10. Cela permettra aux lves de constater que 6, cest 5 doigts dune main et encore 1 doigt de lautre main. Les jeux proposs prcdemment pourront donc tre poursuivis: indiquer le nombre de doigts montrs/montrer le nombre de doigts demands. Ces jeux favorisent prparent au surcomptage: pour montrer 6 doigts (puis 7, 8, 9), les lves penseront 5+1 (puis 5+2; 5+3).Faire observer la premire srie de mains. Expliquer quil faut compter le nombre de doigts visibles et crire le nombre voulu dans la case en dessous.2. Comme lors des prcdents exercices dcriture, faire une dmonstration au tableau o seront reprsentes les lignes de conduite. Expliquer que le trac du 7 seffectue en deux temps: dabord la barre horizontale et la barre oblique, sans lever le crayon, puis la petite barre horizontale mi-hauteur de la barre oblique.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Faire observer les corbeilles et demander ce qui est crit prs de chacune delles. Expliquer que les nombres corres-pondent aux oranges quil faut dessiner dans chaque cas. Indiquer quun simple rond suffira reprsenter ces fruits.REMDIATIONPrvoir de poursuivre les activits de manipulation avec les mmes objectifs que ceux qui ont t noncs ci-dessus. Faire varier le matriel utilis: les petits objets, les doigts, le comptage de groupes dlves.40RVISIONSPour bien dmarrerLimportance du travail sur les files numriques a dj t indique. Les lves doivent pouvoir visualiser rgulirement la succession des nombres, anticiper sur les nombres quils vont tudier plus tard (voir dj, par exemple, des nombres de 2 chiffres et les nombres quils connaissent dj lorsquils rcitent la comptine numrique).Dans lexercice du livre, les files sont incompltes et ne commencent pas 1. De plus, la dernire demande de compter reculons.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONFaire dnombrer des collections comprenant jusqu 7 lments (graines, capsules, crayons, etc.). Demander en-suite de constituer des collections contenant galement jusqu 7 lments au plus. Construire ensuite le nombre 8 par ajout de 1 une collection de 7 lments. crire au tableau le nouveau nombre, en chiffre et en lettres. Faire procder des comparaisons: Il y a 8 capsules. Il y a en a plus que dans ce groupe de 7.Cherche et dcouvreComme dans la prcdente leon sur la numration, la phase de dcouverte se droule en deux temps: dnombrer une collection et associer une quantit un nombre, puis pro-duire le nombre dlments dune collection correspondant un nombre donn.Demander dobserver et de nommer les animaux: ce sont des poissons. Demander ensuite de prciser ce qui schappe de leur bouche: ce sont des bulles. Faire observer plus prcisment le premier poisson et demander de compter les bulles. Une fois le rsultat obtenu, faire crire le nombre voulu dans ltiquette. Faire observer le deuxime poisson. Demander nouveau de compter les bulles. Les lves constatent que ce nombre ne figure pas dans ltiquette et que cest eux de lcrire. Faire observer le troisime poisson: le poisson na pas de bulle mais il y a crit 6 dans ltiquette. Faire dire ce quil faut faire: il faut dessiner 6 bulles. Les lves trouvent seuls ce quils doivent faire au sujet du dernier poisson.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1. Faire nommer les animaux visibles dans lexercice: ce sont des coccinelles. Expliquer que ces insectes sont marqus de points noirs. Donner ensuite la consigne. Prciser que les points doivent tre de petite taille (les lves doivent avoir la place de les dessiner tous).2. Reproduire les lignes de conduite au tableau. Faire une dmonstration concernant lcriture du 8 en donnant des explications: tout le trac seffectue sans lever le crayon. Faire faire le trac en lair avec le doigt plusieurs reprises. Les lves sentraneront ensuite sur lardoise avant de faire lexercice du manuel. Vrifier que les tracs sont corrects et que les lves tournent dans le sens voulu.quil est ncessaire de dfinir une origine pour pouvoir numroter des lments. Si lon dessine au tableau cinq carrs en cercle, il nest pas possible de dterminer lequel est le premier: il faudra en dsigner un, que lon nommera lorigine.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiComme dans lactivit prcdente, les files danimaux sont orientes puisque ces derniers sont les uns derrire les autres. Faire observer la file dlphants. Faire nommer les animaux et demander dindiquer la faon dont ils sont disposs. Faire reprer le rond blanc figurant sur chacun deux. Les lves noteront la prsence du chiffre 2 sur le deuxime lphant. Demander de deviner ce quil va falloir faire. Apporter des explications complmentaires le cas chant.Faire le mme travail au sujet de la deuxime file dani-maux. Les lves constateront que ceux-ci sont orients diffremment.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Faire observer la situation et demander ce que font les en-fants: ils sont larrive dune course. Dans le cas prsent, il est ais de dterminer le premier: cest lenfant qui passe sous la banderole, dont le contenu sera lu la classe. Donner les consignes une une. Dessiner au tableau la croix et le rond pour que les lves visualisent correctement la forme quils ont tracer.REMDIATIONCest sans doute sur le vocabulaire quil faudra revenir: pre-mier, deuxime, troisime, etc. Proposer diverses activits permettant son remploi: reprer le troisime enfant dans une range, aller poser un objet sur la deuxime tagre dune armoire, constituer un groupe de 4 lves aligns et demander de dsigner le premier, le troisime, le dernier, etc. 6 Les nombres jusqu 8 voir manuel page 55Domaine Activits numriquesObjectifs Connatre la suite des nombres de 1 8 (comptine numrique). Associer une quantit un nombre (associer une collection son cardinal). Produire une quantit correspondant un nombre donn.Matriel Matriel de manipulation pour la numration (graines, capsules, btonnets).Observation pralableBaser nouveau la leon sur des activits de dnombrement avec laide du matriel disponible ou en faisant compter des groupes dlves.41Pour le premier rectangle: 5 carreaux de longueur et 2 carreaux de largeur; deuxime rectangle: 3 carreaux de longueur et 2 carreaux de largeur; troisime rectangle: 4 carreaux de longueur et 3 carreaux de largeur.Demander de nommer loutil quil faudra utiliser pour les tracs: la rgle. Rappeler, si ncessaire, comment utiliser la rgle (position de la main).APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiLexercice prolonge le travail entam auparavant. Il ny a plus, cette fois, de modle reproduire. Lors de la correction, faire sexprimer quelques lves qui indiqueront la mesure de la longueur et de la largeur des rectangles quils ont tracs. Faire constater la diversit des rponses et les diffrences dorientation des rectangles tracs.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Passer plus ou moins de temps prsenter la situation selon que les lves connaissent ou non le jeu de la marelle. Faire dcrire les cases et nommer la forme de chacune. Faire lire les nombres quelles contiennent (de 1 8). Donner quelques explications sur la disposition des cases: successions de 1 3, prsence des cases 4 et 5, cte--cte, puis de la case 6 et enfin des cases 6 et 7 ct cte. Expliquer que lenfant doit envoyer un caillou dans la premire case puis saute de case en case cloche-pied. On doit poser simultanment les deux pieds dans les cases 4 et 5 puis dans les cases 6 et 7. On ne met pas les pieds dans la case o se trouve le caillou. En cas de lancer du caillou rat ou derreur dans les dplacements, lenfant laisse sa place un autre enfant. Il existe, naturellement, de nombreuses variantes ce jeu. Inciter les lves le pratiquer dans la cour.Faire constater que les traits des cases sur le livret sont en pointills. Expliquer quil faut les repasser et terminer ainsi le trac. Les lves se munissent de leur rgle et font le travail demand. Faire constater que les cases ont des cts en commun.REMDIATIONPrvoir de faire effectuer de nouveau tracs: sur lardoise en utilisant le quadrillage qui se trouve sur celle-ci, sur des feuilles quadrilles. Les lves qui ont encore des difficults dans le maniement de la rgle font des tracs de traits de diffrentes longueurs sur des feuilles. 8 Notion de rang (2) voir manuel page 57Domaine Activits numriquesObjectifs Utiliser le nombre ordinal. Ranger et numroter des objets. Utiliser la notation 1er, 2e, 3e, etc.Observation pralableLexploration de la notion dordinal se poursuit, avec les mmes objectifs que prcdemment: les lves utilisent ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Prsenter la situation en lisant le contenu de la bulle. Faire reprer le carton et les botes. Faire rappeler ce que veut faire le personnage. Donner la consigne, la faire rpter et reformuler. Insister sur le fait que lon cherche faire des cartons complets. Faire reprer lespace pour la rponse et laisser les lves travailler. Lors de la correction, faire constater que le personnage pourra remplir 2 cartons compltement et il aura encore un carton.REMDIATIONPrvoir de reprendre les activits de manipulation en fai-sant varier le matriel utilis. Utiliser tous les aspects qui permettent de structurer ltude du nombre: constituer des collections, dnombrer des objets, comparer des col-lections, ajouter ou enlever des lments dune collection, faire comparer le cardinal de deux collections, faire lire et crire les nombres, etc. 7 Le rectangle (2) voir manuel page 56Domaine GomtrieObjectif Tracer le rectangle sur un quadrillageMatriel RgleObservation pralableCette deuxime leon sur le rectangle permettra de rap-peler les proprits de cette figure. Les tracs seffectuent uniquement sur des quadrillages, les lves de SIL nutilisant pas encore lquerre.RVISIONSPour bien dmarrerLa leon dbute par des rappels sur le rectangle. Faire identi-fier les rectangles parmi les figures reprsentes. Demander de justifier les rponses. Les lves seront ainsi obligs de rappeler les proprits de cette figure: nombre de cts, galit des cts deux deux et prsence des angles droits (que les lves ne nommeront pas en tant que tel, mais quils seront capables de reconnatre, en distinguant notamment les rectangles de la figure qui a des bords arrondis.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreLes lves doivent terminer des rectangles sur un quadrillage. Faire observer les bauches de figures. Demander de les identifier et de les nommer. Faire justifier les rponses. Les lves devront ainsi utiliser nouveau le vocabulaire gomtrique de base. On peut considrer le ct dun carr du quadrillage comme une unit de mesure. Lorsque les lves rappelleront que le rectangle a deux grands cts et de petits cts, leur demander de compter le nombre de carreaux que mesure chaque ct des diffrents rectangles. 42REMDIATIONLes courses de vitesse, proposes dans la leon prcdente sur la notion de rang, sont trs motivantes pour les lves. Il sera donc intressant de les reprendre. Se rendre dans la cour avec des ardoises. Demander aux lves dcrire leur classement lissue dune course sous la forme 1er, 2e, 3e, etc. 9 Estimer, comparer des longueurs (2) voir manuel page 58Domaine MesuresObjectif Comparer des longueurs.Matriel Bandes de papier, ficelles.Observation pralableCette leon est lexact prolongement de la prcdente: les lves poursuivent le travail sur la comparaison des lon-gueurs. Ils reprent visuellement des lments plus courts ou plus longs que dautres. Ils procdent par comparaison deux deux. Ils effectuent des rangements et des tracs par rapport un repre donn.RVISIONSPour bien dmarrerProposer lactivit aux lves. Demander deux lves de venir devant leurs camarades. Les mettre dos dos. La comparaison des tailles est alors aise, pour peu que les lves naient pas une taille trop proche. Faire produire les phrases correspondant la situation: X est plus petit(e) que Y. Faire venir deux nouveaux lves et rpter lopration. Lorsque les lves ont bien compris, ils peuvent travailler par petits groupes. Il faut au minimum 3 lves: deux se placent dos dos, un troisime produit la phrase permettant la comparaison les tailles. Procder ensuite une mise en commun. Les lves expliquent ce quils ont constat: Je suis plus grand(e)/plus petit(e) que . X est plus petit(e)/plus grand(e) que moi.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreFaire observer limage et demander didentifier le lieu: il sagit dun stade. Demander ensuite de reprer les enfants et dindiquer ce quils se prparent faire: ils sont au dpart dune course. Demander o se trouve chacun deux: la piste comprend deux couloirs. Chaque enfant a pris place dans lun. Faire dire que les enfants vont faire un tour de stade. Faire reprer le dbut des tracs sur le livre. Demander de les continuer chacun, lun aprs lautre, avec le doigt dans un premier temps. Par la suite, les lves peuvent faire les tracs au crayon. Lorsque le travail est termin, demander didentifier le trajet le plus court: cest celui du coureur qui se trouve lintrieur, la corde. Dans les comptitions dathltisme, il est tenu compte du fait que le tour de stade est dautant plus long que lon se trouve lextrieur de la piste. Les points de dpart sont donc chelonns en consquence dans le premier virage.le nombre ordinal pour ranger et numroter des lments. Ils ont dj compris que la suite des lments doit avoir une origine. La notation 1er, 2e, 3e sera utilise pour la premire fois lcrit.RVISIONSPour bien dmarrerRevoir le vocabulaire associ la notion de rang: faire nommer les lves du dernier rang, comme demand dans le livret, puis, en prolongement, ceux du premier rang, du quatrime rang, du deuxime, etc. Cette proposition est adapter en fonction de la disposition de la classe.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvre Laisser quelques instants aux lves pour observer la situation. Demander ensuite de la dcrire: il sagit dune course cycliste. Donner le vocabulaire qui manquerait: cycliste, coureur, vlo, ligne darrive, spectateur, barrire, etc. Demander ensuite de mettre le doigt sur le premier coureur. Faire indiquer sa position: il passe sous la ligne darrive. Les lves raliseront ainsi que cette ligne consti-tue le point de repre qui va permettre de donner le rang des diffrents coureurs. Lordre est galement reprable par le sens dans lequel les coureurs avancent. Demander dindiquer la position du coureur qui gagner la course: il est le premier. crire 1 au tableau, puis premier. Entourer les deux dernires lettres de ce dernier mot puis les ajouter ct du 1: 1er. Expliquer que lon utilise cette crire mixte, constitue de chiffres et de lettres, pour indiquer le rang. Faire la mme dmonstration avec deuxime/2e, en expliquant qu partir de deuxime, on crit un petit e ct du chiffre considr. Les lves peuvent ensuite crire le rang de chacun des coureurs sur limage, aprs avoir repr lendroit prvu cet effet.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiDemander dobserver lillustration. Demander un volontaire de la dcrire. Dautres lves peuvent ensuite intervenir pour donner une prcision si ncessaire.Les lves doivent comprendre que la range darbres ne comprend pas, dans labsolu, un premier et un dernier arbre. Ces derniers ne sont reprables que parce quon dtermine lorigine de la file. Ici, elle est donne par le sens de dplacement de lenfant, qui permet de reprer les arbres demands.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Prsenter la situation: il sagit dun type de jeu de socit. Dans la situation que les lves dcriront (prsence de la piste, du pion de lune des fillettes, prsence des enfants), la premire case est indique. La faire reprer. Cest partir de cette case que lon peut trouver les autres cases dans lesquelles les figures doivent tre dessines. Faire nommer ces figures en guise de rvision.43RVISIONSPour bien dmarrerLes lves ont identifi des triangles plusieurs reprises depuis le dbut de lanne. La question ne doit donc pas poser de problme. Elle servira remettre le vocabulaire en mmoire et caractriser la figure: nom, nombre de cts.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONPrvoir de faire manipuler des figures. Les lves doivent pouvoir visualiser des triangles dans toutes les positions, notamment ceux prsents sur une pointe. Procder en fonction du matriel disponible et du nombre dlves dans la classe. Proposer des activits de comparaison et de classement. Faire justifier les rponses et travailler sur le langage: on a class ensemble les figures selon leur forme, leur couleur, ventuellement leur taille. On les a reconnu en fonction de leur nombre de cts.Cherche et dcouvrePrsenter la situation et interroger les lves au sujet du peintre: Qua fait cet homme ? Quel est son mtier ? Laisser les lves observer quelques instants le tableau puis lire le contenu de la bulle. Reproduire au tableau un triangle comparable celui est dans la bulle. Demander de le caractriser. Les lves mentionneront nouveau le nombre de cts de la figure. Ils pourront ventuellement voquer le nombre de sommets. Dessiner ensuite dautres figures: un carr, un rec-tangle, un polygone quelconque et quelques triangles dont certains sont poss sur un sommet. Demander quelques volontaires de venir dsigner les triangles. Faire justifier le choix dans chaque cas de faon faire caractriser nouveau la figure.Donner ensuite la consigne et laisser les lves travailler individuellement. Lors de la mise en commun qui suit, faire indiquer le nombre de triangles reprs: il y en a 8, dont lun est dans un carr.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiDemander dobserver la premire figure, de la nommer et dindiquer comment elle a t reconnue (prsence des quatre cts de longueur gale et des quatre angles droits: cest un carr). La mme procdure sera utilise en ce qui concerne le rectangle. Donner ensuite la consigne et prciser quil faut utiliser la rgle pour partager les figures.Reproduire les figures au tableau lors de la correction. Il faudra tracer deux fois le carr et le rectangle car il y a deux solutions dans chaque cas: on peut tracer lune ou lautre des diagonales. Concernant lhexagone, on obtient 6 triangles en reliant les sommets opposs. Il y a dautres partages possibles.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Faire rappeler ce quest un puzzle. Demander dobserver le puzzle et faire reprer les figures dont il est constitu. Expliquer que les figures figurant ct du puzzle sont celles qui ont servi le constituer. Donner la consigne et laisser la classe travailler.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1 et 2. Les lignes qui servent de repre sont courbes, ce qui complique quelque peu le travail. Les lves peuvent tracer des lignes droites ou courbes, au choix. Demander simplement que lon puisse identifier sans difficult, dans chaque cas, la ligne la plus longue ou la plus courte. Les lves qui ont termin pourront se corriger mutuellement. Si ncessaire, celui qui pense avoir repr une erreur donne des explications au camarade concern.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Faire pratiquer le jeu de la courte paille avec le matriel disponible: brins dherbe ou brindilles, bandes de papier. Prparer 4 ou 5 bandes de papier de diffrentes longueurs. Les mettre dans un cahier en les faisant dpasser de la mme longueur: on ne peut ainsi savoir laquelle est la plus courte. Demander autant dlves quil y a de bandes de venir tirer une bande. Faire comparer les longueurs. Celui qui a la plus courte a gagn. Il sera intressant de motiver les lves: le vainqueur aura le droit de ramasser les cahiers pendant la journe ou il sera chef de rang, par exemple.Concernant le travail dans le livret, demander dobserver les diffrentes bandes et dindiquer si elles sont toutes de la mme longueur. Les lves constatent que ce nest pas le cas. Expliquer quil faut les ranger de la plus courte la plus longue. Demander de reprer la plus courte et de mettre le doigt dessus. Faire constater que le nombre 1 est dj crit dedans. Demander de poursuivre ainsi le travail.REMDIATIONPratiquer diverses activits concrtes: reprise du jeu de la courte paille, comparaison de morceaux de ficelles, etc. Faire employer systmatiquement le vocabulaire de la leon. 10 Les triangles (1) voir manuel page 59Domaine GomtrieObjectif Identifier les trianglesMatriel Figures gomtriques de base: carrs, rectangles, triangles, ronds. Prvoir les diffrents types de triangles (quelconque, isocle, quilatral, rectangle).Observation pralableLe triangle est un polygone trois cts. Cest le polygone qui a le plus petit nombre de cts.Il existe des triangles particuliers: un triangle qui a deux cts de mme longueur est un triangle isocle; un triangle qui a trois cts de mme longueur est un triangle quilatral; un triangle qui a un angle droit est un triangle rectangle; un triangle qui a deux cts de mme longueur et un angle droit est un triangle isocle rectangle.44les rponses et font le travail demand. Demander de faire le mme travail pour les deux vases suivants.Concernant les deux derniers vases, faire lire le nombre de fleurs quil faut dessiner dans chaque cas. Pour aider les lves, montrer au tableau comment on peut dessiner une fleur simplement: un trait reprsente la tige, un rond et quelques ptales la fleur elle-mme.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1. Les lves retrouvent les dessins de mains dont ils ont lhabitude et ce dautant plus quils auront pratiqu les jeux suggrs dans le guide pdagogique. Demander de donner le nombre de doigts visibles dans le premier cas. Faire constater que deux nombres sont proposs. Expliquer quil faut barrer celui qui ne convient pas.2. Comme lors des exercices dcriture des leons prc-dentes, faire une dmonstration au tableau aprs y avoir trac les lignes de conduites ncessaires. Le travail pourra comporter trois phases: faire tracer le chiffre 9 en lair avec le doigt, le faire crire plusieurs reprises sur lardoise puis dans le fichier.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Demander de lire le premier nombre. Lire le contenu de la bulle. Expliquer quil y a trop de bonbons par rapport au nombre qui a t lu. Indiquer quil faut barrer les objets en trop. Laisser ensuite les lves faire: cest eux de trouver la mthode de travail. Il faudra compter les 7 premiers bonbons et barrer les suivants. Le mme travail est ensuite effectu avec les autres sries dobjets.REMDIATIONVarier les approches concernant les manipulations. Faire pratiquer de nouveaux jeux avec les doigts qui permettront de montrer jusqu 9 doigts. Deux types dactivits sont proposs: prparer dans son dos le nombre de doigts demands et les montrer au signal ou compter les doigts montrs par lenseignant ou par un camarade. 12 Les signes < et > (1) voir manuel page 61Domaine Activits numriquesObjectifs Comparer les nombres. Utiliser les signes < et >.Matriel Matriel de manipulations pour la numration (graines, capsules, btonnets).Observation pralablePrvoir de revenir sur la comparaison telle quelle a t aborde plus tt dans lanne: par la correspondance terme terme (un enfant dans ce groupe-ci, un enfant dans ce groupe-l et ainsi de suite) ou par le comptage (il y a 6 enfants dans le groupe de X et 5 enfants dans le groupe de Y). Les situations seront dcrites: Il y a plus denfants REMDIATIONPrvoir des manipulations avec les figures gomtriques. Revoir le vocabulaire permettant de caractriser la figure. 11 Les nombres jusqu 9 voir manuel page 60Domaine Activits numriquesObjectifs Connatre la suite des nombres de 1 9 (comptine numrique). Associer une quantit un nombre (associer une collection son cardinal). Produire une quantit correspondant un nombre donn.Matriel Matriel de manipulation pour la numration (graines, capsules, btonnets).Observation pralableComme lhabitude en aura t prise, des exercices compl-mentaires au travail dans le livret concernant le dnombre-ment et la de constitution de collections seront proposs la classe: compter des graines ou du matriel scolaire, par exemple. Les jeux de doigts seront galement utiliss. Ils peuvent se pratiquer sous forme de petits concours: lenseignant fait jouer une ou deux tables bancs la fois. Il demande de montrer un nombre de doigts dtermin, dabord infrieur ou gal 5, puis jusqu 9. Les plus rapides marquent 1 point. Le jeu est rpt une ou deux fois, puis ce sont dautres lves qui le pratiquent.RVISIONSPour bien dmarrerLes lves pourront se rciter la comptine numrique. Ils constateront que certains nombres sont manquants. Un ou deux exercices similaires peuvent tre proposs en complment avec dautres nombres: 4 8 5 1 3; 6 2 5 7 1 4DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONReprendre les exercices proposs au cours des leons prc-dentes. Introduire des variantes dans les objets dnombrer ou les collections constituer. Alterner activits individuelles, par groupe et avec la classe entire. Les objectifs sont les suivants: dnombrer, associer un nombre une quantit, produire une quantit partir dun nombre donn, comparer, runir des collections, retrancher des lments.Cherche et dcouvreLes lves doivent dnombrer une collection (bouquets 1 3) puis dessiner les lments dune collection corres-pondant un nombre donn (bouquets 4 et 5).Faire observer les dessins et demander dindiquer ce quon y a reconnu: des vases remplis de fleurs pour les trois premiers dessins, des vases sans fleurs pour les deux derniers. Faire observer le premier vase et demander de trouver le nombre de fleurs quil contient. Les lves reprent les espaces pour 45Les ingalits seront crites au tableau: 7>6; 8>9REMDIATIONLe jeu de la bataille dont la rgle est rappele ci-dessus constitue une excellente activit de remdiation. 13 Utiliser une unit de mesure de longueur (1) voir manuel page 62Domaine MesuresObjectif Utiliser une unit de mesure arbitraire.Matriel Bandes de papier, ficelles.Observation pralableLa premire phase de travail sur les mesures de longueur a consist en des estimations et des comparaisons. Les lves vont comprendre maintenant lintrt dune unit de mesure. Celle-ci sera base, dans un premier temps, sur des parties du corps humain: la main, lavant-bras, le pied, le pas, principalement. Les carreaux dune feuille de papier, un morceau de ficelle, un bton, un crayon pourront galement constituer autant dunits de mesure. Les lves constateront que certaines de ces units sont prcises: un jardinier peut reporter 4 fois la longueur dun bton pour dlimiter une partie de son terrain. Dautres sont moins prcises: la longueur dun pas peut varier, par exemple. Les units conventionnelles seront abordes par la suite, les lves admettront alors la ncessit dune mme unit pour que tout le monde se comprenne.RVISIONSPour bien dmarrerLa question permet de relier la leon au vcu des lves. Faire raconter les circonstances dans lesquelles on a vu quelquun prendre des mesures. Demander de prciser linstrument utilis: mtre rigide, mtre souple, dcamtre, rgle, double-dcimtre, etc.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONDistribuer le matriel qui a t prpar: bandes de papier et/ou morceaux de ficelle. Les lves effectuent des me-sures. Ils peuvent mesurer tout ce qui est leur porte: longueur et la largeur de la table ou du bureau, longueur et largeur de la couverture du livret dactivits, etc. Faire faire quelques observations: il a gnralement fallu repor-ter plusieurs fois lunit pour mesurer une longueur; une grande partie des mesures ne tombe pas juste. On exprime ainsi les rsultats obtenus: La longueur de la couverture de mon livre mesure entre units et units. Les lves noteront galement quun long morceau de ficelle permet de mesurer plus facilement quelque chose de long: la longueur de la classe, par exemple. Une courte bande sera plus adapte pour mesurer la longueur dune feuille. Faire enfin remarquer quune mesure dpend de lunit choisie: dans le groupe de X/Il y a moins de livres dans cette pile/Il y a autant de crayons dans ces deux tas. RVISIONSPour bien dmarrerMettre disposition du matriel de comptage pour les lves qui en ont besoin. Ceux-ci pourront galement se rfrer la file numrique affiche dans la classe.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreDans la mesure du possible, lexercice du livre sera reproduit dans la classe. Il suffit dutiliser des piles de manuels ou de cahiers, par exemple. Une reprsentation schmatique, la mme que dans le manuel, sera galement propose au tableau.Faire constater que les enfants ont empil des botes. Les lves devront constater que celles-ci sont toutes identiques. Demander de trouver le nombre dlments de chaque pile. Lcrire au tableau. Montrer la faon dont la rgle a t pose sur les deux piles. Faire constater quelle est incline. crire le signe < entre les deux nombres: 3 < 5. Dire: 3 est plus petit que 5.Le mme travail est ensuite propos avec les deux autres piles. Les lves doivent constater que la rgle est, cette fois, incline dans lautre sens. Faire constater quelle forme le signe > avec le sol. Au tableau, crire le signe > entre les deux nombres: 5 > 3. Dire la phrase correspondante: 5 est plus grand que 3.Les lves confondant souvent les deux signes < et >, on pourra leur faire observer que la pointe, le petit ct est toujours du ct du plus petit nombre, alors que le ct ouvert, le grand ct, est du ct du plus grand nombre.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiLes lves commenceront par tracer chacun des signes en lair avec le doigt. Ils sentraneront ensuite sur lardoise avant de travailler dans le livret.Faire observer le point de dpart. Demander aux lves de veiller faire deux segments de la mme longueur (la figure est symtrique).ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Il a t dit prcdemment lintrt de faire jouer les lves avec des cartes. Cela peut tre des cartes du commerce ou des cartes fabriques. Le jeu de la bataille est particulire-ment adapt dans une leon comme celle-ci: les cartes sont distribues entre les enfants (3 ou 4). Chacun met une carte sur la table. Celui qui a mis la plus grande ramasse lensemble des cartes et les place sous son tas. Lorsquil y a plusieurs cartes avec le plus grand nombre, les joueurs concerns rejouent.Dans le livret, les collections dont le cardinal est comparer sont reprsentes. Les lves peuvent les dnombrer avant dcrire le signe attendu. Lors de la correction, faire produire les phrases correspondant chaque situation: est plus petit que/ est plus grand que46conques ainsi que des triangles particuliers mais lenseignant ne se proccupera pas de donner les noms de ces derniers.Les premiers tracs seffectueront sur un quadrillage, qui nest pas proprement parler indispensable, mais qui per-mettra de donner des repres aux lves puisque ce sont des triangles rectangles qui sont proposs. Dans la suite de la leon, les lves traceront des triangles quelconques partir damorces de segments puis en reliant des points. Dans tous les cas, ils utiliseront la rgle et continueront progresser dans la matrise de cet outil.RVISIONSPour bien dmarrerPrvoir quelques rvisions au sujet du triangle. La seule caractristique prciser est le nombre de ct. Proposer ventuellement de manipuler quelques triangles et dautres figures de faon faire faire des classements. Les lves identifieront notamment plusieurs types de triangles.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreFaire observer la srie de figures. Faire constater la prsence des pointills et lire le contenu de la bulle. Rappeler ven-tuellement la signification de lexpression en pointills en faisant un exemple de trait en pointills au tableau. Demander de trouver les figures que lon formera en les prolongeant: des triangles. Faire nommer loutil qui doit tre utilis pour effectuer les tracs: la rgle. Laisser ensuite les lves travailler seuls.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiLes lves nont plus les lignes du quadrillage comme point de repre. Faire observer les amorces de segments et expli-quer quil faudra les poursuivre pour terminer chaque figure.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Prsenter la situation. Faire expliquer ou expliquer ce quest un drapeau. Faire constater quil y a une srie de trois points sur chaque morceau de tissu. Expliquer quil faut relier les points entre eux pour former un triangle. Chaque point reprsente un sommet dun triangle.REMDIATIONLes lves sentraneront tracer des triangles avec ou sans points de repre. Ce sont des figures faciles tracer mme si lon ne donne pas de dimensions: on trace un premier ct puis un deuxime. Le troisime ct permet de fermer la figure. Cest, videmment, le trac de ce dernier qui sera le plus dlicat: il faut placer la rgle de faon ce quelle passe par les deux points qui marquent lextrmit des deux premiers cts. Souvent, les jeunes lves pla-cent correctement la rgle dun ct, ils placent ensuite la rgle sur le deuxime point sans penser vrifier que le premier repre na pas boug. videmment, le manque de matrise gestuelle et le manque de pratique fait que la rgle a tendance bouger. Cest avec lentranement que la prcision viendra.des lves qui ont mesur la longueur de leur table avec un morceau de ficelle dune longueur donne nexprimeront pas le rsultat de la mme faon quun groupe utilis une courte bande de papier.Cherche et dcouvreFaire dcouvrir la situation: les lves observent limage et quelques volontaires la dcrivent. Dans un premier temps, ils doivent pouvoir identifier le jardin potager. Attirer ensuite leur attention sur les empreintes de pas et expliquer ce que veut faire le jardinier. Il faudra sans doute guider quelque peu lobservation: il ne faut pas compter le nombre dem-preintes mais le nombre dintervalles (cest--dire le nombre de pas): 6 par longueur et 2 par largeur, soit 16 au total.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiFaire reprer la bande U. Les lves constatent quelle est place sur un quadrillage. Demander de trouver combien de carreaux correspond cette bande. Expliquer quil sagit de lunit qui va servir de repre pour trouver la longueur des autres bandes.Faire observer la bande a. Demander combien de fois il a fallu reporter lunit U pour la tracer: 2 fois, soit 2 carreaux et encore 2 carreaux.Le mme travail est effectu pour chacune des bandes. Les lves noteront que certaines sont disposes horizon-talement, dautres verticalement. Cela ne change rien la prise de mesure.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Faire mesurer la largeur et la longueur de la classe en pieds. Montrer comment on peut compter le nombre de pieds en avanant de faon placer chaque fois ses pieds al-ternativement lun contre lautre. Selon la disposition de la classe, plusieurs lves peuvent effectuer des mesures simultanment, entre les ranges de tables, par exemple. Demander de noter les mesures obtenues. Faire constater quil peut y avoir des diffrences. Si lon exclut les erreurs de comptage, les lves constateront que ces variations sont dues la longueur des pieds ou des chaussures qui nest pas ncessairement la mme dun lve lautre: lunit de mesure nest pas la mme.REMDIATIONPrvoir de nouvelles activits de mesurage, faire varier en fonction de ce qui dj t propos au cours de la leon. 14 Les triangles (2) voir manuel page 63Domaine GomtrieObjectif Tracer un triangle.Matriel RgleObservation pralableAu cours de la leon, les lves traceront des triangles quel-47xime srie dbute 3, ce qui pourra gner certains lves. Quant la troisime, elle est dcroissante, sauf si on la lit de droite gauche.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais! Prsenter la situation. Faire identifier et nommer les ani-maux: ce sont des moutons. Demander de prciser o se trouvent ces derniers: dans des enclos. Faire constater la prsence dune tiquette pour chaque enclos et indiquer quil faut compter les moutons et crire le rsultat obtenu. Donner ensuite la consigne. Il sagit dun exercice de d-nombrement.REMDIATIONPrvoir des activits en fonction des difficults des lves: rciter la comptine numrique avec ceux qui ont encore des besoins en la matire; faire dnombrer des collections ou en faire constituer. Les exercices de comparaison porteront sur les collections constitues. Proposer dcrire le cardinal des collections, ce qui permettra de revoir lcriture chiffre. 16 La somme de deux nombres (1) voir manuel page 65Domaine Activits numriquesObjectif Dcouvrir et utiliser les signes+et =.Matriel Matriel de manipulation pour la numration (graines, capsules, btonnets).Observation pralableEn additionnant deux nombres, on obtient leur somme. Si les lves doivent apprendre la traduction en termes mathmatiques de la runion de deux quantits ou dune augmentation, ils doivent, dans le mme temps donner du sens cette opration. Ainsi, une addition naura de sens que si elle concerne des quantits de mme nature. On peut, par exemple, ajouter 7 et 6 si ces nombres se rapportent des groupes denfants et que lon cherche savoir combien il y en a en tout. En revanche, laddition de ces deux nombres na pas de sens si lon considre quil y a 6 personnes une table et 7 verres. Ces difficults ne seront videmment pas abordes dans cette premire leon, mais lenseignant devra les avoir lesprit car, plus tard dans lanne et au cours des annes suivantes, les lves sy trouveront frquemment confronts.RVISIONSPour bien dmarrerFaire revoir la comptine numrique et procder un exercice de comptage.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreLa situation propose pourra facilement tre reproduite 15 Les nombres de 0 9, rvision voir manuel page 64Domaine Activits numriquesObjectif Rvision sur les nombres de 0 9.Matriel Matriel de manipulation pour la numration (graines, capsules, btonnets).Observation pralableIl ny a pas dacquisitions nouvelles dans cette leon. Elle est loccasion de faire le point sur ce qui a t fait en numration depuis le dbut de lanne. Les principaux points revoir sont la comptine numrique, que lenseignant fera dire au-del des nombres tudis dans le manuel ( la faveur du comptage des lves, de lcriture de la date, de la lecture du numro des pages des manuels, etc.), la lecture des nombres, le dnombrement de collections, la production de collections en fonction dun nombre donn, la comparaison. Les activits de manipulation sont toujours privilgier.RVISIONSPour bien dmarrerLexercice est loccasion de faire dire les nombres dans lordre puis de les crire. Si ncessaire, faire de nouvelles dmons-trations au tableau pour que les lves acquirent des gestes corrects. Circuler dans la classe pour vrifier que les lves commencent lcriture des chiffres par le bon endroit, quils tournent dans le bons sens pour crire le 0, etc.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreLe jeu a d, en principe, tre pratiqu de nombreuses reprises et il sera, alors, familier aux lves. Avec lhabitude, le temps de prparation dans le dos des doigts demands sera progressivement raccourci. Les lves doivent com-mencer pouvoir former directement certaines quantits sans passer par le comptage de un en un: cas des nombres jusqu 5 mais aussi entre 6 et 9. Par exemple, pour montrer 6 doigts, on prpare 5 doigts sur une main (sans compter les doigts) et un doigt sur lautre main. Cette opration, qui sapparente au surcomptage, permet de prparer 7 doigts (5+2), 8 (5+3) puis 9 (5+4).APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1. Les lves doivent constituer une collection. Leur faire observer la premire case. Faire lire le nombre inscrit dans ltiquette. Faire noter que des btons ont dj t dessins. Il faut donc complter les dessins. Sassurer que les lves ont compris la consigne et les laisser travailler. La prsence de lensemble vide permettra de revenir sur le zro.2. Les suites complter comprennent trois niveaux de difficults: la premire dbute 1. Il suffit donc aux lves de se rciter la comptine numrique pour la complter. Il leur faut, videmment, savoir crire les nombres. La deu-48Objectif Utiliser une unit de mesure de longueur arbitraire.Matriel Bandes de papier, ficellesObservation pralableLe travail sur les units arbitraires se poursuit. Les lves doivent bien comprendre lintrt dadopter une unit pour effectuer des mesures. La leon pourra dbuter par lvoca-tion de situation dans lesquelles on utilise les mesures de longueurs. Certains lves sauront sans doute citer les units conventionnelles, dont les principales ne seront tudies que dans la prochaine leon sur les mesures.RVISIONSPour bien dmarrerPrsenter la situation et laisser la discussion sengager. Visuellement, on peut percevoir que le premier bton est le plus court.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreCet exercice se rapproche de ce qui a t fait prcdemment lorsque lon a demand aux lves de trouver le trajet le plus court (exercices du bas de la page 51 et du haut de la page 58). Les valuations avaient alors t subjectives: le trajet le plus court de lexercice de la page 51 tait visuel-lement perceptible car il tait plus direct, plus droit que lautre, pour employer des termes sans doute utiliss par les lves. De la mme faon, dans lexercice de la page 58, les lves avaient pu constater, toujours par le contrle visuel, que le coureur qui empruntait le couloir intrieur sur le stade parcourait une distance plus courte.Dans le cas prsent, des graduations permettront une com-paraison des longueurs plus objective. Faire observer la situation et demander de dcrire ce que lon voit sur limage: les lves relveront la prsence des personnages et des barrires. Lire le contenu des bulles. Demander comment on peut savoir qui a raison. Certains lves auront sans doute lide de compter le nombre despaces entre les poteaux ou le nombre de poteaux. Reproduire au tableau 2 poteaux et matrialiser la distance entre ces deux poteaux comme sur le fichier. Expliquer que cette distance est toujours la mme. Les lves peuvent ensuite faire les comptages attendus et constater que la barrire du bas est la plus longue.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiLexercice est trs proche de ce qui vient dtre fait. Il sagit de renforcer la notion dunit.Faire reprer les segments. Faire galement reprer lunit et les graduations qui figurent sur les segments. ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Faire dcouvrir la situation laide du titre. Demander ensuite dobserver limage. Faire constater que trois enfants ont lanc une balle. Laisser ensuite les lves dcrire la faon en classe (on peut substituer les billes par nimporte quel autre objet).Faire dcrire la premire situation: des mains dversent des billes dans des pots. Faire dire la couleur des billes: rouge et verte. Demander dcrire le nombre de billes rouges. Lcrire au tableau: 3. Faire de mme avec le nombre de billes vertes: 2. Demander de trouver le nombre total de billes: 5. Si possible les lves surcompteront, ceux qui ny parviennent pas encore compteront les billes une une. Le nombre 5 sera not par les lves ct des autres nombres dj crits, ainsi quau tableau. Espacer suffisamment les diffrents nombres et demander aux lves de faire de mme: il faudra crire ensuite les signes+et =.Dire: On a donc 3 billes et encore 2 billes. On a 3 billes plus 2 billes. Rpter la dernire phrase et ajouter au tableau les signes+et= 3+2=5. Dire: 3 plus 2 est gale 5. Faire rpter. Le reste de lactivit sera fait en suivant la mme mthode.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiIl faut prendre le temps dexpliquer la consigne de lexercice. Le travail se passe en deux temps: il faut tout dabord calcu-ler les sommes. La correction devra tre faite aussitt cette tape termine. Il faut ensuite relier les rsultats obtenus par ordre croissant: on trace un segment de 4 5, de 5 6, de 6 7 et de 7 8. On obtient une toile 5 branches.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!La situation est simple comprendre. Expliquer le sens du mot cueillette si besoin est. Faire observer les images une une et demander didentifier lenfant et les fruits. Demander de compter le nombre de mangues dans chaque cas et expliquer que les enfants les mettent ensemble. Faire noter la prsence des tiquettes, les lves reconnaissant lopration mathmatique quils ont dcouverte au cours de la leon.REMDIATIONLes lves runissent des collections de quelques lments ou ajoutent quelques lments une collection dj consti-tue. Leur action est traduite sous la forme dune criture mathmatique avec les signes+et =. Il est probable que les lves auront dj une perception intuitive de la com-mutativit: on peut crire 3+4 ou 4+3.Procder galement en sens inverse: crire une opration au tableau et demander aux lves de mettre en face deux le nombre dobjets correspondant (ou de les dessiner sur lardoise).Au cours des exercices, les lves pourront dcouvrir dif-frentes galits dont le rsultat est le mme: 6=5+1; 6=4+2; 6=3+3. 17 Utiliser une unit de mesure de longueur (2) voir manuel page 66Domaine Mesures49RVISIONSPour bien dmarrerSassurer que les lves se rappellent la signification des signes < et > et ne les confondent pas.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONConstituer un groupe de 9 lves. Au tableau, crire 9. Demander un nouvel lve de rejoindre le groupe. Faire compter le nombre lves: il y en a 10. Au tableau, crire 9+1=10. Faire observer le nouveau nombre. Demander en quoi il est particulier: il a deux chiffres. Expliquer suc-cinctement leur signification en termes simples: le chiffre 1 signifie que lon a un paquet de 10, une dizaine. Le 0 signifie quil ny a rien en plus.Cherche et dcouvreFaire observer globalement la scne et demander de nommer les objets prpars par lentraneur. Donner ce dernier mot ou lexpliquer si besoin est. Expliquer quil faut 10 objets de chaque sorte. Demander de compter la premire srie. Les lves constatent quils ne parviennent qu 9. Faire dire ce quil faut faire: il faut dessiner un ballon supplmentaire. Ce premier cas permet de construire 10 par ajout dune unit 9, comme dans lactivit prcdente. Lenseignant pourra crire au tableau 9+1=10 en disant: Il y avait 9 ballons. On en a ajout 1 pour en faire 10. Neuf plus un est gale dix.Faire ensuite compter les raquettes. Les lves sauront pour la plupart dnombrer jusqu 12. Il suffira cependant de sar-rter 10. Les lves doivent constater quil y a trop dobjets. Faire trouver ce quil faut faire: il faut barrer les raquettes en trop.La mme mthode de travail est utilise pour les deux autres catgories dobjets.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiLes deux exercices permettent de constituer des collections de 10 objets. Comme prcdemment, il faudra entourer les objets ncessaires, dans le premier cas, et, dans le second, produire une collection.1. Faire nommer les objets reprsents: des pices. Donner la consigne. Les lves comptent ensuite les objets nces-saires et les entourent.2. Demander de nommer ce que lon voit sur le dessin: un morceau de fil. Expliquer quil va servir faire un collier. Indiquer le nombre de perles dessiner. Prciser que le plus simple sera de les faire de forme ronde et laisser les lves travailler seuls.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Lactivit permettra de faire dcouvrir les diffrentes d-compositions de 10. Certains lves pourront se passer deffectuer un certain nombre de calculs. En effet, ceux qui ont compris que laddition est commutative nauront pas besoin de calculer 4+6 aprs avoir calcul 6+4. Aprs avoir calcul 7+2, certains pourront observer quil suffit dajouter 1 au rsultat pour trouver combien font 8+2.Prsenter la situation, donner la signification du terme tombola. Expliquer la consigne en demandant de cal-dont la longueur des lancers a t matrialise. Apporter les prcisions ncessaires. Faire observer lunit puis le tableau dans lequel doivent tre inscrites les rponses. Sassurer que la consigne a t comprise et laisser les lves travailler seuls.REMDIATIONMettre en place lactivit de lancer de balle. Demander un lve de se placer derrire un morceau de ficelle ou un trait trac au sol. Lui faire lancer une balle. Matrialiser lendroit o la balles est retombe (marque sur le sol, petit plot). Demander un autre enfant de faire de mme. La classe sera sollicite pour savoir comment on peut mesurer les lancers. Il est possible de faire comme dans lactivit prcdente: reporter un bton. Lenseignant pourra donner un morceau de ficelle. Cette activit est ludique. Il faut lorganiser de faon mobiliser le plus dlves possible: lun lance, un autre rcupre la balle, deux autres mesures. 18 Le nombre 10 voir manuel page 67Domaine Activits numriquesObjectifs Connatre la suite des nombres de 1 10 (comptine numrique). Associer une quantit un nombre (associer une collection son cardinal). Produire une quantit correspondant un nombre donn. Lire, crire et dcomposer le nombre 10. Matriel Matriel de manipulation pour la numration (graines, capsules, btonnets).Observation pralableLes lves tudient pour la premire fois un nombre deux chiffres, mme sils ont dj rencontr des nombres plus grands (la date, les numros de page du manuel, etc.). Ils constateront que 10 est constitu de deux chiffres quils connaissent dj: le 1 et le 0. partir de cette leon et des suivantes, ils vont dcouvrir les principes de notre numra-tion, dite numration de position: ce systme fonctionne en base 10 en utilisant 9 chiffres (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9) et le 0 qui sert marquer une place vide. Dans ce systme, chaque chiffre a une valeur selon sa position: dans 10, le chiffre 1 dsigne une dizaine; dans 21 764, il dsigne une unit de mille.Ltude du nombre 10 revt donc une importance particulire puisque cest autour de ce nombre que sorganise notre numration. Les lves verront dans les leons suivantes que 11, cest 10 et 1; 12, cest 10 et 2 et ainsi de suite. Les paquets de 10 prennent ensuite des noms particuliers: vingt, trente, quarante, etc. Les lves dcouvriront quil suffit dun petit nombre de mots pour dsigner les nombres jusqu cent, puis jusqu mille, jusquaux millions et aux milliards.50verticalement vers le bas. Le schma suivant pourra tre ralis au tableau:Les lves commencent ensuite la reproduction de la figure. Leur faire observer les amorces des traits qui doivent les guider.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1. Les lves procdent comme prcdemment: le travail commence par lobservation de la figure reproduire. Comme auparavant, il y a des segments horizontaux et verticaux reproduire, ainsi que des segments obliques. Lenseignant fera rappeler comment on sy est pris pour reproduire ces derniers: il faut compter les carreaux horizontalement et verticalement. Faire observer les amorces de segment qui figurent sur le quadrillage de droite. Les lves auront intrt commencer par tracer le rectangle qui constitue la frontire extrieure de la figure avant de faire les tracs lintrieur.2. La mthode de travail est nouveau la mme. Les lves identifient la figure qui reprsente un vhicule. Les roues sont constitues de deux disques que les lves pourront colorier avec le crayon de papier.REMDIATIONPour prvoir des activits de remdiation, il faut disposer de feuilles quadrilles. Les ardoises qui possdent une face quadrille peuvent aussi tre utilises. Proposer des figures sur un quadrillage dessin au tableau: un carr dont on trace les diagonales, un rectangle dont on trace une diagonale, un triangle rectangle, etc. Demander aux lves de les reproduire. 20 Compter reculons (1) voir manuel page 69Domaine Activits numriquesObjectif Compter reculons de 10 0.Observation pralableLa connaissance des nombres jusqu 10 passe, entre autres choses, par le fait de savoir compter reculons. Cette com-ptence permet de chercher le nombre qui prcde et sera galement utile lorsque lon fera effectuer des soustractions et retrancher des lments (cela nest pas la seule faon de procder: on peut compter en avanant, etc.). La premire leon sur le sujet concerne les nombres jusqu 10, la deu-xime les nombres jusqu 20.culer 9+1, qui est donn en exemple. Faire constater que le rsultat est 10. Demander quoi ltiquette a t relie: au nombre 10 se trouvant au centre. Expliquer quil faut faire de mme avec toutes les tiquettes comprenant un rsultat gale 10. Les autres pourront tre barres. Lors de la correction, les diffrentes dcompositions de 10 pourront tre recopies au tableau. Elles pourront donner lieu un affichage, qui permettra dapprendre les complments 10.REMDIATIONFaire dnombrer et constituer des collections comportant jusqu 10 objets. Travailler ensuite sur la complmenta-tion: demander de runir 8 objets. Demander dajouter les lments ncessaires pour en avoir 10. Faire traduire la situation sous forme dcriture mathmatique: 8+2=10. Faire dautres exemples avec 7+3; 6+4; 5+5; 9+1; 4+6, etc. 19 Reproduire des figures gomtriques (1) voir manuel page 68Domaine GomtrieObjectif Reproduire des figures gomtriques sur un qua-drillage.Matriel Rgle.Observation pralableLa reproduction des figures seffectue sur quadrillage. Les lves doivent reprer les nuds lorsque les figures pr-sentent des angles aigus ou obtus.RVISIONSPour bien dmarrerFaire revoir le nom des figures planes tudies depuis le dbut de lanne. On peut voir un carr dans lexercice 1 du Entrane-toi. Cette figure est contenue dans un rectangle. On voit galement 4 triangles. La partie basse de la voiture est constitue dun rectangle. Les lves identifieront les roues comme des ronds.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreFaire observer la figure. Faire noter quelle se trouve sur un quadrillage. Expliquer quil faut la reproduire sur le la partie droite de la feuille. Les segments horizontaux et verticaux ne poseront en principe pas de problmes: il suffit de compter les carreaux. Ainsi, le segment horizontal du haut fait deux carreaux de longueur, celui du bas en fait quatre et les segments verticaux, deux carreaux. Ce sont les segments obliques qui pourront mettre certains lves en difficult. Il faudra leur expliquer comment compter les carreaux: pour le segment de gauche, on compte un carreau horizontalement vers la gauche et deux carreaux 1 2 3 4 1 carreau 2 carreaux 8 199 7 133 2 51REMDIATIONReprendre les comptines de la leon dans les jours qui sui-vent la leon. Les lves seront ainsi obligs de compter de 10 0. Prvoir galement des exercices complmentaires, du type de ceux proposs dans la rubrique Entrane-toi. Dautres exercices, plus simples, pourront tre donns aux lves qui ont des difficults: donner un nombre, les lves doivent donner le nombre immdiatement infrieur.Activits dintgration 3 voir manuel pages 70-71RAPPEL DES TAPES DE LA DMARCHE(Pour les dtails, voir Activits dintgration 1)1. Exploration de la situation (prsenter la situation, observation de limage et expression son sujet).2. Prsentation de la consigne, qui est ensuite rpte et reformule par les lves puis par lenseignant.3. Travail individuel.4. Exploitation des rsultats et mise en commun per-mettant aux lves dexpliquer leurs dmarches. Validation des bonnes rponses, explications concernant les erreurs.5. Activits de remdiation en fonction des erreurs et de leurs causes principales.Activit 1 Pratiquer un sport, cest important!Suivre la dmarche expose ci-dessus et passer le temps ncessaire lobservation et la description de limage.Les principaux lments faire reprer sont les suivants: le lieu o se passe laction (un stade), les diffrents personnages (des enfants qui courent et quil faudra compter, question 1, et dont il faudra aussi donner le classement, question 2; dautres qui font du saut en longueur et dont il faudra comparer la longueur des sauts, question 6; la prsence de deux tas de ballons quil faudra dnombrer et comparer, question 3). Concernant la question 4, lire la consigne deux ou trois reprises. Poser une question sur le nombre de classes de chaque cole pour vrifier que les lves ont entendu les informations importantes de la consigne puis laisser les lves trouver le total de classes. Leur faire poser le doigt sur lespace rponse pour contrler quils savent o crire. La question 5 donnera lieu des rappels sur le nom des figures qui seront dessines.Activit 2 la pche!La dmarche est toujours la mme. Passer le temps ncessaire pour prsenter la situation, faire observer et commenter limage. Les lves identifient le lieu et les personnages. Faire indiquer leur activit et observer les poissons pchs. Il faudra dnombrer ces derniers et comparer le contenu des seaux (question 1). La question 2, portant toujours sur des poissons pchs, permettra dutiliser laddition. Faire reprer lemplacement des serviettes et demander de nommer les figures qui vont tre traces (question 3). La question 4 porte sur la notion de rang. La question 5 permettra de comparer des longueurs.RVISIONSPour bien dmarrerLes lves compltent une file numrique lacunaire. Pour prparer la leon, faire lire la liste obtenue en commenant par la droite. Faire quelques rappels au sujet du nombre 10, le dernier tudi.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreRciter le dbut de la comptine la classe (premier couplet et refrain). La rpter une deuxime fois et une troisime fois. Demander dindiquer ce que lon a compris. Reprendre la comptine par units de sens et donner les explications complmentaires ncessaires: montrer le ventre pour expliquer le terme, faire des bruits avec la bouche pour expliquer bop et bong. Montrer le dessin sur lequel un ballon a explos pour aider comprendre. Apprendre le dbut de la comptine la classe et crire le nombre 10 au tableau. Rpter et faire rpter vers par vers puis faire rpter lensemble des trois vers.Rciter ensuite le couplet suivant en entier (9 jolis ballons avaient le ventre si rond). crire le nombre 9 au tableau. Les lves peuvent facilement rpter la suite de la comp-tine avec lenseignant puisque, lexception du nombre, le contenu en est le mme que dans le couplet prcdent. Les lves devront trouver la suite de la comptine. Il leur faudra, pour cela, compter reculons de 8 0. les nombres seront crits au tableau au fur et mesure. Lorsquon parvient la dernire strophe, on ajoute le dernier vers: Plus de joli petit ballon!Faire observer et lire la liste des nombres crits au tableau. Leffacer et demander quelques volontaires de la retrou-ver oralement. Les lves pourront ensuite lcrire sur leur ardoise. Proposer ensuite de partir de 8, de 7, de 9, etc.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiLa premire liste tablir prsente lensemble des nombres de 10 0. La faire observer et demander aux lves de trouver la suite des nombres. Il leur faudra observer que les nombres vont dans le sens dcroissant (on considre que les lves respectent le sens de lecture de droite gauche). Les autres listes seront observes et compltes de la mme faon.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!La comptine ne sera pas apprise ncessairement le mme jour que celle du haut de la page si lenseignant estime que cela fait beaucoup. Le processus de dcouverte et dap-prentissage sera comparable: dcouverte de la situation, explications de vocabulaire, apprentissage de la premire strophe puis de la deuxime. Les lves doivent ensuite trouver la suite du texte. Il leur faut, pour ce faire, donner la suite des nombres de 8 0.52 comparaison et utilisation des signes < et >; additionner et utiliser les signes+et=; la notion de rang.Ces points seront complts en fonction des besoins des lves.Revois et approfondis voir manuel page 72Les points abords sont les suivants: dnombrement et constitution de collections comprenant jusqu 10 lments;533 ronds. Il y a 1 rond plus trois ronds. crire 1+3=4. Faire ensuite considrer en premier lieu les 3 ronds, puis le rond isol. Dire: Il y a 3 ronds et encore 1 rond. Il y a 3 ronds plus 1 rond. Ecrire 3+1=4. Il sagit que les lves comprennent que les critures 3+1, 1+3 et 4 dsignent le mme nombre.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Le jeu sur une cible est trs facile proposer en classe, il suffit de dessiner une cible au tableau et de disposer dune balle, dune boule faite avec du papier ou de tout projectile que lon puisse facilement lancer au tableau sans labmer. Quelques lves se succdent pour effectuer 2 ou 3 trois lancers. Dans chaque cas, le nombre de points marqus est crit au tableau et la classe calcule le total des points de chaque lve. Un classement est alors tabli: il permet de ranger les nombres pour connatre le vainqueur.Concernant les additions trois termes, un premier exemple sera fait au tableau avec la classe. Les lves constatent que lon procde par tape: on ajoute dabord les deux premiers termes puis on ajoute le troisime au rsultat obtenu prc-demment. Ils apprendront plus tard que lon peut grouper les termes comme on le veut pour simplifier les calculs. Ainsi dans 8+7+2, il est plus simple de calculer dabord 8+2 puis dajouter ensuite 7. Certains lves pourront procder ainsi dans les cas simples. Avec 2+3+2, on peut ainsi ajouter 2 et 2 puis 3. Il est encore prmatur de proposer ces mthodes de calcul. Seuls les lves qui seront prts et qui les dcouvriront les appliqueront le moment venu.REMDIATIONReprendre le jeu des cibles en faisant varier le nombre de points: au lieu de 1, 2 et 3, on peut inscrire 1, 2 et 4 ou 1, 3 et 5, par exemple. Le total pouvant dpasser 10, nombre tudi jusqu prsent, dessiner des btons ou des ronds pour aider les lves compter et se rfrer la file num-rique pour crire le nombre trouv. Il est important que les lves se familiarisent avec les nombres suprieurs ceux quils tudient prcisment. 2 Les signes < et > (2) voir manuel page 74Domaine Activits numriquesObjectifs Comparer les nombres. Utiliser les signes < et >.Matriel Matriel de manipulations pour la numration (graines, capsules, btonnets).Observation pralableLes objectifs poursuivis sont les mmes que dans la leon prcdente, avec une difficult supplmentaire: des nombres seront compars sans que les collections qui peuvent leur tre associes soient systmatiquement reprsentes. Cela nempchera pas les lves qui le souhaitent de reprsenter ces collections sur leur ardoise sils en prouvent le besoin. SQUENCE 4 1 La somme de deux nombres (2) voir manuel page 73Domaine Activits numriques.Objectifs Utiliser les signes+et =. Dcouvrir la commutativit de laddition. Additionner trois termes. Matriel Matriel de manipulation pour la numration (graines, capsules, btonnets)Observation pralablePar rapport la prcdente, la leon comprend deux nou-veauts: les lves dcouvrent la commutativit de laddition (3+2=2+3, premier exercice du Entrane-toi); ils effectuent des additions trois termes (exercice avec les cibles).RVISIONSPour bien dmarrerFaire revoir lcriture additive. Proposer une activit com-parable celle du manuel: les lves mettent en commun deux collections La situation est traduite sous la forme dune criture mathmatique avec utilisation du signe+et du signe =.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreDemander dobserver et de dcrire la premire image: une femme tient des cahiers. Expliquer quelle va les distribuer ses lves. Demander de trouver le nombre de cahiers quelle tient dans une main (4) puis dans lautre (3). Comme cela a t fait dans la leon prcdente, crire les nombre 4 et 3 au tableau en laissant un espace suffisant entre eux pour pouvoir crire ensuite le signe +. Demander de trouver le nombre total de cahiers qui vont tre distribus. Les lves peuvent crire le rsultat trouv sur leur ardoise dans un premier temps. Au tableau, crire 7 aprs le 4. Puis dire: Il y a 4 cahiers plus 3 cahiers. Cela fait 7 cahiers. Complter lgalit: 4+3=7. Ajouter: quatre plus trois est gale sept et faire rpter la phase. Les lves compltent ensuite dans leur cahier. Un travail comparable est effectu concernant les autres cas.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiLexercice nest pas difficile comprendre. Son intrt r-side dans la dcouverte de la commutativit, quil faudra constater. Certains lves auront peut-tre limpression que le premier domino et le deuxime ne sont les mmes. Dans ce cas, dessiner 4 ronds au tableau. Les faire compter. Puis faire comme si on en dplaait 1 et dire: Il y a 1 rond et encore 54Inviter les lves prendre le temps dobserver les nombres et les additions pour se passer, si possible, des calculs.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Faire dcouvrir la situation. Si possible, montrer des cartes jouer. Donner les rgles du jeu de la bataille si la classe ne la pas pratiqu. Expliquer que chaque enfant montre une carte. Celui qui a la carte avec le plus grand nombre gagne et remporte les autres cartes.Demander de compter le nombre de curs que la premire carte puis sur la deuxime. Faire effectuer la comparaison. Les lves produisent lcriture mathmatique (5>4) et la phrase correspondante (5 est plus grand que 4). Comme il est courant que certains lves lisent 5>4 de droite gauche, soit 4 est plus petit que 5, expliquer que cette phrase est juste sur le plan et rappeler le sens de lecture dans le livret de mathmatique.Laisser les lves procder de mme avec la deuxime srie de cartes.REMDIATIONIl est nouveau conseill de faire pratiquer le jeu de la bataille avec des cartes du commerce ou fabrique pour loccasion. Les lves pourront tre mis contribution (les cartes pourront tre simplifies et il ne sagit pas de dessiner dessus les figures habituelles: faire crire les nombres et/ou dessiner des ronds, par exemple). 3 Estimer, comparer des masses (1) voir manuel page 75Domaine MesuresObjectif Comparer, estimer des masses.Matriel Objets du quotidien pour en comparer la masse.Observation pralableDes difficults de vocabulaire sont lies aux leons sur les masses. En effet, il convient de distinguer la masse du poids. Le poids est une force exerce par lattraction terrestre. Il est variable selon le lieu: il est, par exemple, plus faible en altitude et lorsque lon sloigne de la Terre (on a en mmoire les images des astronautes effectuant des pas bondissants sur la Lune). Le poids se mesure en newtons. La masse, quant elle, se rapporte la quantit de matire. Elle est donc invariable: la masse des astronautes ne change pas sur la Lune. Les difficults viennent du fait que lon confond les deux termes dans le langage courant: on demande quelquun quel est son poids et non quelle est sa masse, par exemple. Il va de soi que ces distinctions ne seront pas abordes en SIL, mais lenseignant devra les avoir lesprit et employer, dans la mesure du possible, les termes nces-saires, mme sil ne les exigera pas de ses lves.Les leons sur les masses doivent sarticuler autour dactivits concrtes: les lves comparent et estiment des masses, comme ils lavaient fait prcdemment pour les longueurs. Il sera galement possible de proposer de recourir la file numrique (affiche en permanence dans la classe ou propose au tableau pour la circonstance si les affichages ne sont pas possibles).RVISIONSPour bien dmarrerPrvoir de faire rviser les termes moins que, plus que, autant que. Le matriel habituel de numration peut tre utilis en sinspirant de la consigne du livret: demander daligner un nombre donn dlments. De-mander ensuite den aligner autant, plus ou moins. Les lves peuvent faire des correspondances terme terme ou compter les lments. Ils peuvent galement travailler deux: lun constitue une collection, lautre constitue la deuxime collection demande.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreRaliser lactivit propose dans le livret avec les lves. Faire venir deux lves devant la classe. Demander lun de montrer 6 doigts, par exemple, et lautre den montrer 7. Demander la classe de comparer le nombre de doigts montrs dans chaque cas. Au tableau, noter les nombres 6 et 7. Faire produire une phrase telle que 6 est plus petit que 7. Demander un lve de venir crire le signe voulu ( (montrer 8 doigts et 5 doigts, par exemple). Veiller ce que les lves ne confondent pas les deux signes. Utiliser, si besoin, la technique prsente dans la leon 12 de la squence 3.Concernant le travail dans le livret, un simple constat visuel permettra de nombreux lves de reprer les mains qui montrent le plus ou le moins de doigts. Il est videmment permis de dnombrer des doigts un un.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1. Donner la consigne. Les lves qui le souhaitent saideront de la file numrique ( crire au tableau si elle nest pas affi-che dans la classe). Redonner un exemple au tableau pour sassurer que les lves ne confondent pas les signes < et >.2. Il y a plusieurs possibilits, dont quelques-unes pourront tre donnes lors de la correction. Si tous les nombres va-lables seront admis, seuls seront retenus lors de la correction les nombres tudis.3. La consigne de lexercice invite les lves ne pas faire tous les calculs. Il faudra leur donner quelques exemples pour les mettre sur la piste, sans leur donner cependant toutes les explications et en les laissant trouver par eux-mmes.Proposer au tableau, par exemple, le cas suivant: 3+1 ___ 3+3. Demander aux lves de comparer les sommes et de complter avec le signe voulu en essayant de ne pas effec-tuer les calculs. Demander dexpliquer ensuite comment on a trouv. Dans le cas prsent, les lves doivent observer que lon ajoute 1 3 dans le premier cas, tandis que lon ajoute 3, toujours 3, dans le second. Dans ce dernier cas on obtiendra donc une somme plus grande.55nant de leau et livres), ils pourront reprer le plus lger: la bouteille contient moins deau que le jerrycan; un livre est plus petit que lautre.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Dans cet exercice galement, cest le reprage visuel qui permettra de trouver les objets les plus lourds et les plus lgers: faire dcrire le contenu de limage et amener les lves constater que les vlos sont les mmes et que les caisses sont de mme taille (les fillettes sont de mme corpulence). Dans un cas, lune est pleine, dans lautre, elle est vide.REMDIATIONLa leon a t base sur manipulations. Ce seront de nou-velles manipulations qui permettront de revenir sur les notions abordes et de faire remployer le vocabulaire qui poserait encore problme. 4 Les nombres jusqu 11 voir manuel page 76Domaine Activits numriquesObjectifs Connatre la suite des nombres de 1 11 (comptine numrique). Associer une quantit un nombre (associer une collection son cardinal). Produire une quantit correspondant un nombre donn. Lire, crire et dcomposer le nombre 11.Matriel Matriel habituel pour les manipulations dans les leons de numration.Observation pralableLes lves abordent pour la premire fois ltude des nombres suprieurs 10. La notion de dizaine sera nouveau mise en valeur: 11 sera ainsi construit par ajout dune unit 10. Lenseignant fera donc produire lcriture 10+1=11. Le nouveau nombre sera inscrit dans le tableau de numration, ce qui permettra aux lves de mieux visualiser le fait que 11, cest 1 dizaine et 1 unit. Il est important dinsister que cette dcomposition car elle ne sentend pas loral, pour les nombres de 11 16 dans la langue franaise. partir de 17, les lves ne rencontreront plus les mmes difficults: 17 (dix/sept, cest--dire dix et sept), 18 (dix/huit, cest--dire dix et huit), etc.RVISIONSPour bien dmarrerMettre le matriel de manipulation la disposition des lves qui en ont besoin. Laisser les lves procder selon leur degr dexpertise: dans le cas de la premire opra-tion, certains runiront 7 graines puis 2 graines, dautres compteront sur leurs doigts, dautre encore procderont par surcomptage.Le vocabulaire introduit sera le suivant: plus lourd que/plus lger que/aussi lourd que. Au cours des manipulations proposes, les lves devront comparer la masse dobjets de mme volume. Ils raliseront, par exemple, quun carton rempli de coton na pas la mme masse quun carton rempli de terre. Pour cette dernire activit, il est ais de remplir lavance des sacs ou des botes identiques avec des matriaux diffrents et de demander aux lves de trouver lequel ou laquelle est le plus lourd. Le contrle visuel se rvlera insuffisant et les lves prouveront la ncessit de soupeser les objets. Les peses et lutilisation des masses marques se feront dans les annes futures.RVISIONSPour bien dmarrerLa question permettra dintroduire le vocabulaire de la leon.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreRaliser lactivit propose dans le livret. Voici une organi-sation possible: rassembler quelques objets courants. Faire venir un lve devant la classe. Lui demander de prendre deux objets et dindiquer celui qui est le plus lger et celui qui est le plus lourd. Demander la classe de confirmer. Dans certains cas, les comparaisons seront videntes: une trousse et un crayon, par exemple. Dans dautres, il y aura lieu de faire confirmer par un ou dautres lves. Dans chaque cas, faire produire les phrases permettant de dcouvrir et dutiliser le vocabulaire de la leon. Faire faire ensuite un travail comparable individuellement: demander aux lves de comparer la masse de leur livret et dun crayon, de leur trousse et dun stylo, etc. Leur faire estimer le rsultat avant de passer la comparaison et la manipulation.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1. Passer plus ou moins de temps observer limage et expliquer le fonctionnement de la balanoire (bascule) selon que les lves ont dj vu et utilis ce type de jeu ou non. Faire observer les images et demander de dcrire la balanoire: prsence de deux personnes dans chaque cas, position de chacune delles ( lextrmit de la planche), fait que lune des personnes se trouve en lair et lautre en bas. Un exemple de ce type de levier pourra tre fait en classe. Il suffit de prendre une rgle, de placer un pivot dessous en son milieu (une gomme, par exemple) et de placer des objets courants tels que du matriel de classe plus ou moins lourd chaque extrmit. Les lves pourront ainsi facilement visualiser dans chaque cas linclinaison de la rgle du ct de lobjet le plus lourd. Faire ensuite observer nouveau les images une une. Les lves sont mme de comprendre que cest lenfant le plus lourd qui est en bas dans chaque cas. Le faire entourer. Faire produire et rpter les phrases attendues. Par exemple: La personne la plus lourde est en bas/Le plus lger ou la plus lgre est en haut. Le garon au tee-shirt vert/jaune/bleu est le plus lourd. Lenfant la casquette est le plus lger, etc.2. Les lves nont pas la possibilit de soupeser les objets considrs. Ceux-ci tant de mme nature (rcipients conte-56Des exercices permettant de comparer les collections pour-ront aussi tre proposs. 5 Le cercle (1) voir manuel page 77Domaine GomtrieObjectif Identifier le cercle.Matriel Figures gomtriques de base: carrs, rectangles, triangles, cercles.Observation pralableVoici la dfinition du cercle: le cercle est une courbe plane ferme constitue des points situs gale distance dun point nomm centre. Le terme cercle dsigne unique-ment la courbe ou la circonfrence, la surface tant appele disque. La distinction entre le cercle et le disque nest pas faite en SIL. ce niveau denseignement, on se contentera de faire reconnatre, dcrire et nommer le cercle, que les lves de cet ge appellent gnralement un rond. Il sera possible de leur faire reconnatre une ligne courbe et ferme (rvision des notions abordes au moment de ltude des lignes). La deuxime leon sera consacre au trac du cercle laide dun gabarit ou main leve.RVISIONSPour bien dmarrerFaire une dmonstration au tableau: les lves doivent commencer le dessin du cercle au bon endroit et tourner dans le bon sens. Les cases dans lesquelles les figures doi-vent tre dessines sont de petite taille et le trac devra donc tre prcis. Un entranement pralable sur lardoise et, ventuellement, sur des feuilles sera propos.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreCette phase de la leon permettra dobserver dans lenviron-nement quotidien des objets dont le contour est un cercle. Limage servira de point de dpart puis lenseignant fera trouver dautres objets: fond dun verre ou dune casserole, pices de monnaie, etc.Faire observer la scne et demander de la dcrire: devant une maison, un personnage est assis sur un banc. Sur le banc et autour de lui se trouvent diffrents objets. Les faire nommer. Demander ensuite dindiquer ceux qui sont dlimits par un cercle. Dessiner un cercle au tableau pour expliquer aux lves ce dont il sagit. Les lves reconnais-sent la figure quils appelaient un rond jusqu prsent. Cette terminologie ne sera pas abandonne et le terme mathmatique utilis en la circonstance ne sera pas exig avant le CP. Les lves nomment les objets suivants: deux pices de monnaie, un CD, un pneu de voiture et une roue de vlo ainsi quune fentre de forme circulaire sur la maison. Les lves la diffrencieront de la fentre ovale.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONDistribuer le matriel de comptage. Demander de runir 9 objets. Faire crire le nombre correspondant sur lardoise. Au tableau, lcrire dans un tableau de numration comportant deux colonnes (units et dizaines). Demander dajouter 1 lment la collection. Les lves crivent nouveau le nombre correspondant au cardinal de la nouvelle collection: 10. Un volontaire vient lcrire au tableau dans le tableau de numration. Faire rappeler que le 1 signifie que lon a 1 paquet de 10. Demander dajouter un nouvel lment. Certains lves sauront dire que lon a maintenant 11 l-ments. Faire crire le nombre sur lardoise et au tableau. Dcomposer le nombre 11: on a 1 paquet de 10 (montrer le 1 dans la colonne des units) et encore 1 lment (montrer le 1 dans la colonne des units). Laddition suivante illustrera ce qui vient dtre dit: 10+1=11.Cherche et dcouvreFaire dcrire la situation. Les lves identifient les poules. Ils remarquent quun certain nombre se trouvent dans un enclos, tandis quune autre se trouve lextrieur. Demander de dnombrer les poules prsentes dans lenclos et dcrire le rsultat dans lgalit. Faire constater que le nombre 1, correspondant la poule isole, figure dj dans cette dernire. Demander de trouver le nombre total de poules. Les lves pourront effectuer laddition et vrifier par le comptage un un. Le nombre 11 est ensuite inscrit dans le tableau de numration. Lenseignant pourra lire le contenu de la bulle et demander de dsigner la colonne des dizaines ainsi que celle des units.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiLexercice combine le dnombrement, la dcomposition et lcriture additive.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!1. Prsenter la situation et faire dcrire limage. Les lves repreront la case pour la rponse.2. Il sagit ici de produire une quantit. Faire lire le nombre qui se trouve dans ltiquette: 10. Demander ensuite de dessiner les beignets correspondants.Les lves qui auront termin en avance pourront procder aux comptages des figures dessines par un camarade. En cas derreur, les lves concerns procdent un nouveau comptage pour vrifier do vient lerreur: de celui qui a compt et vrifi ou de celui qui a dessin.REMDIATION Plusieurs pistes peuvent tre suivies: revoir les nombres jusqu 10 (comptine numrique, dnombrement; produc-tion dune quantit correspondant un nombre donn; com-paraison de collections), construire nouveau les nombres 10 et 11 par ajout de 1 lment; produire les critures additives correspondant aux diffrentes manipulations.Prvoir galement des exercices sur les complments: on a 9 lments (puis 8; 6; 5; 10, etc.), combien faut-il en ajouter pour en avoir 11?57< et >. N.B. Ces exercices peuvent aussi tre proposs en activits de remdiation.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONDemander de runir 10 objets (en fonction du matriel dis-ponible). Faire crire le nombre correspondant sur lardoise et sur le tableau de la classe dans un tableau de numra-tion. Faire rappeler la valeur de chaque chiffre (revoir les notions dunits et de dizaines). Faire ajouter un lment la collection runie prcdemment. Faire crire le nombre dlments obtenus, toujours sur lardoise et dans le tableau de numration. Faire dcomposer 11 sous la forme: 1 paquet de 10/1 dizaine et 1 unit. Produire lcriture mathmatique correspondante: 11=10+1. Faire ajouter un nouvel l-ment la collection et procder comme prcdemment: 12 sera crit sur lardoise et dans le tableau de numration. Les lves constatent que lon a 1 dizaine et 2 units. Ils compltent: 12=10+Cherche et dcouvreDemander dobserver limage et dindiquer ce quelle repr-sente: un jardin potager. Expliquer que lon y fait pousser des plants de tomates, cest--dire des plantes donnant des tomates. Demander de compter les plants et dinscrire le nombre trouv dans la phrase, qui sera lue, et dans laquelle sera repr lespace laiss libre. Demander si les tomates sont visibles sur le dessin. Les lves notent leur absence. Expliquer quil faut les dessiner. Prciser leur nombre en lisant le contenu de la bulle. Expliquer quil est possible de les rpartir sa guise sur les diffrents plants et quil nest pas obligatoire que tous les plants aient une tomate. Demander ensuite de complter lgalit. Faire crire le nombre 12 dans un tableau de numration, sur lardoise, par exemple.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1. Lexercice propose des dcompositions et des recom-positions en utilisant le nombre 10. Lobjectif est de faire comprendre la construction des nombres suprieurs ou gaux 10: une dizaine et x units.2. Lexercice comprend des sommes, ce qui complique la tche. Celles-ci tant simples, les lves ne devraient pas avoir besoin de leur ardoise pour y crire le rsultat avant deffectuer la comparaison. Un ou deux exemples pourront cependant tre faits au tableau avant de lancer lexercice.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Les lves doivent dnombrer les objets puis comparer les nombres obtenus. Faire reprer les cases dans lesquelles doivent tre inscrits les rsultats des comptages. Rappeler la signification des signes < et > en donnant quelques exemples au tableau, afin que les lves ne les confon-dent pas. Faire redire le moyen mnmotechnique utilis prcdemment: le ct pointu ou petit ct du signe se trouve du ct du plus petit nombre et, inversement, le grand ct ou le ct le plus large se trouve du ct du nombre le plus grand.Demander dentourer les diffrents objets au fur et mesure quils sont identifis.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiDemander dobserver les figures une une et donner la consigne: il faut barrer celles qui ne sont pas des cercles.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Faire reconnatre lobjet dessin: il sagit dun fil sur lequel on a enfil des perles. Les diffrentes formes gomtriques reconnaissables sur le dessin seront nommes: cercle, ovale, rectangle. Donner ensuite la consigne. Lors de la correction, faire compter les cercles: il y en a sept.REMDIATIONProposer la manipulation des formes gomtriques de la classe. En dessiner au tableau en sinspirant de lexercice du Entrane-toi pour proposer des figures proches du cercle. Demander didentifier les cercles parmi les diffrentes figures. 6 Les nombres jusqu 12 voir manuel page 78Domaine Activits numriquesObjectifs Connatre la suite des nombres de 1 12 (comptine numrique). Associer une quantit un nombre (associer une collection son cardinal). Produire une quantit correspondant un nombre donn. Lire, crire et dcomposer le nombre 12.Matriel Matriel habituel pour les manipulations dans les leons de numration.Observation pralableComme pour ltude du nombre 11, le nombre 12 sera construit par ajout dune unit au nombre qui le prcde. Les lves utiliseront le tableau de numration pour y ins-crire le nouveau nombre. Ils le dcomposeront de la faon suivante: 12, cest 1 dizaine et 2 units; 12=10+2.RVISIONSPour bien dmarrerComme dans les prcdentes leons de numration et lorsque des critures additives sont proposes, mettre des graines ou des capsules (ou autres) disposition des lves qui le souhaitent. Il sagit ici de complter 10. Les complments 10 seront tudis systmatiquement dans les annes futures car il est important de les mmoriser: ils constituent un repre important pour le calcul mental, pour passer la deuxime dizaine et, de faon gnrale, pour passer la dizaine suprieure.En prolongement, prvoir de dicter des nombres. Faire tablir des comparaisons deux deux en utilisant les signes 58constituer deux collections dobjets de mme nature dont le cardinal est compris entre 7 et 12. Demander de noter le rsultat des comptages sur lardoise. Faire crire le signe qui convient entre les nombres: < ou >. Comme prcdem-ment, faire ranger le cardinal de 3 ou 4 collections sous la forme: < < .Cherche et dcouvreLactivit est aisment praticable dans la classe si des cubes sont disponibles. Faire observer les piles et demander de nommer les objets. Faire noter la prsence des tiquettes pour les rponses et demander dcrire les nombres trouvs. Faire observer la ligne sur laquelle les nombres doivent tre rangs par ordre croissant et demander de trouver ce quil faut faire. Apporter les prcisions complmentaires ncessaires puis laisser travailler les lves.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiLexercice est un peu plus difficile que celui qui a prcd puisque les quantits associes aux diffrents nombres ne sont pas reprsentes. Les lves qui en prouvent le besoin se rfreront la file numrique.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Prsenter la situation. Les lves doivent pouvoir trouver seuls la mthode de travail: il faut compter le nombre de billes de chaque enfant et effectuer une comparaison. Cette faon de faire sera donne par un lve.REMDIATIONDemander 4 enfants de venir devant leurs camarades avec leur ardoise. Leur faire crire respectivement les nombres 3, 8, 5 et 2. Leur demander de se ranger pour prsenter la classe leurs ardoises avec les nombres aligns dans lordre croissant. La classe vrifie et corrige une erreur ventuelle. Lexercice est renouvel avec dautres lves. En faisant intervenir deux groupes simultanment, on peut en faire un jeu de rapidit: lquipe la plus rapide marque 1 point. Il est envisageable dintroduire des variantes en augmen-tant le nombre dardoises ranger, par exemple, et/ou en changeant les nombres. 8 Estimer, comparer des masses (2) voir manuel page 80Domaine MesuresObjectif Estimer, comparer des masses.Matriel Objets du quotidien pour en comparer la masse.Observation pralablePrvoir nouveau des activits concrtes. Il est important que les lves sachent estimer des masses et les comparer, sans en passer encore par la mesure et la pese. Prvoir de faire soupeser des objets courants: bouteille deau, cartable vide puis rempli, crayon, gomme, bote de craies, chaise, REMDIATIONPrvoir de nouveaux exercices de comptages, de constitution de collection avec des nombres jusqu 12, en insistant sur la tranche de 8 12. Faire dcomposer systmatiquement les nombres 10, 11 et 12 en dizaines et units. Faire produire dans chaque cas lcriture correspondante: 12=10+Proposer galement des exercices sur les petites sommes, sur la comparaison de collections. 7 Ranger, comparer des nombres voir manuel page 79Domaine Activits numriquesObjectifs Comparer deux nombres. Utiliser les signes < et >. Ranger des nombres par ordre croissant.Matriel Matriel habituel de manipulation pour les leons de numration.Observation pralableLes lves nont tudi que trois nombres de deux chiffres (10, 11 et 12). Il ny a donc pas lieu dutiliser la significa-tion des chiffres pour comparer ou ranger les nombres. Les problmes, pour certains lves, tiendront plus de la difficult associer un nombre une quantit: connatre la comptine numrique ne signifie pas ncessairement que lon sache que 9 est plus grand que 7, par exemple. Il faut donc autoriser les lves qui en ont besoin utiliser le matriel de comptage aussi longtemps que ncessaire. Il leur sera galement possible de se rfrer la file numrique affiche en classe ou reproduite au tableau.RVISIONSPour bien dmarrerFaire observer la ligne de nombres. Les lves constatent quelle comporte des trous. Demander de trouver la faon dont sont rangs les nombres. Rappeler le sens habituel de lecture: demander de poser le doigt sur le 12. Faire consta-ter que lon cherche le nombre qui vient avant. Compter reculons nest pas sans difficult pour certains lves. Il leur est possible de se rfrer la file numrique.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONDessiner au tableau deux collections de ronds, par exemple, de 7 lments et 10 lments. Demander de compter les lments et crire les nombres en laissant un espace entre eux. Demander de comparer les collections. Faire crire le signe entre les nombres. Rappeler que le petit ct (le ct pointu) du signe se place du ct du petit nombre, le grand ct (le ct ouvert) se place du ct du grand nombre. Dessiner une troisime collection comportant 11 lments. Les lves devront produire lcriture: 7 < 10 < 11.Faire ensuite travailler les lves individuellement ou par petits groupes. Distribuer le matriel disponible et faire 59ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Demander de nommer les objets placs sur lun des plateaux de chaque balance: ce sont des billes. Faire observer ensuite la premire balance: dans lun des plateaux ( gauche), il y a trois billes. Ce plateau est le plus bas. Demander de dessiner des billes qui respectent ce constat: il faut dessiner 1 ou 2 billes. Faire dire ce qui se passerait si lon dessinait 3 billes: les deux plateaux seraient la mme hauteur. Faire dire galement ce qui se passerait avec un nombre de billes suprieur 3: le plateau de droite serait plus bas.Dans le cas de la deuxime balance, poser le mme type de questions que prcdemment: Dans quel plateau voyez-vous des billes ? Comment est ce plateau : en bas ou en haut ? Dans quelle position est lautre plateau ? Doit-il contenir plus ou moins de billes ? Les constats sont les suivants: le plateau de gauche comprend nouveau 3 billes mais il est, cette fois, le plus haut. Les lves doivent dont raisonner: il faut plus de 3 billes dans le plateau de droite pour que celui-ci soit le plus bas.Concernant la troisime balance, le plateau de gauche est vide. Le plateau de droite est le plus bas et comporte 2 billes. Il faut dessiner moins de 2 billes dans le plateau de gauche pour que ce dernier reste le plus haut.REMDIATIONDessiner au tableau des balanoires de type bascules ou des balances de Roberval (dessins simplifis avec un trait horizontal pour les plateaux et une flche qui sincline dun ct ou de lautre). Prvoir des exercices supplmentaires du type de ceux qui viennent dtre faits: billes dessiner, plateaux dont il faut dire sils vont de retrouver plus bas/plus haut ou au mme niveau. 9 Le cercle (2) voir manuel page 81Domaine GomtrieObjectif Tracer un cercle laide dun gabarit ou main leve.Matriel Gabarits pour tracer des cercles: pices de monnaie, formes dcoupes dans du cartonObservation pralablePrvoir de faire nouveau identifier et nommer les cercles. Lenseignant se rappellera quil est inutile de chercher donner une dfinition mathmatique du cercle aux lves, celle-ci tant beaucoup trop complexe en SIL. De mme, toujours dans un souci de simplification, cercle et disque ne seront pas distingus. Les lves rappelleront quils reconnaissent le cercle parce que cest une ligne courbe ferme. Ils pourront donner des prcisions avec les mots: La ligne tourne toujours de la mme faon. Elle nest pas aplatie comme un ovale, etc.etc. Lenseignant pourra galement proposer de ranger des objets selon leur masse, du plus lger au plus lourd et inversement. Prvoir des objets dans les masses sont assez nettement diffrentes pour que les lves puissent procder par comparaison deux deux.RVISIONSPour bien dmarrerLa question doit permettre dancrer la leon dans la vie quotidienne. Faire raconter par quelques volontaires les occasions dans lesquelles ils ont vu effectuer des peses: au march, au dispensaire Si possible, faire dcrire le type de balance utilise.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreLes lves trouvent nouveau des balanoires de type bascule, comme dans la prcdente leon sur les mesures de masse. Lexercice prsente une difficult supplmen-taire: il faut comparer la masse de trois personnages et tenir compter des informations prsentes dans les trois illustrations proposes. Faire prendre connaissance de la situation. Les lves rappellent rapidement le fonction-nement des balanoires: une planche tourne autour dun point dappui. La personne la plus lourde se retrouve en bas et, en consquence, la plus lgre en haut. Demander ensuite dobserver les images une une. Dans chaque cas, les lves doivent tirer une conclusion. Cest la somme de ces observations qui permettra de trouver le personnage demand. Voici les rponses attendues: premire balanoire: le garon en short est plus lourd que la fille; deuxime balanoire: le garon en pantalon est plus lourd que la fille; troisime balanoire: le garon en pantalon est plus lourd que le garon en short. Conclusion: le garon en pantalon est plus lourd que les deux autres enfants.En prolongement, demander de trouver lenfant le plus lger: cest la fille, qui est plus lgre que le garon en short. On peut donc ranger les trois enfants par ordre dcroissant de masse: garon en pantalon > garon en short > fille (ou croissant: fille < garon en short < garon en pantalon).APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiMontrer une balance de Roberval sil y en a une dans lcole. En faire comprendre le fonctionnement: vide, les deux plateaux sont quilibrs: ils sont au mme niveau. Si lon met une masse sur lun deux, celui-ci sabaisse. Faire faire le rapprochement avec la balanoire de lactivit prcdente. Si lon met deux objets identiques ou de mme masse, les deux plateaux sont nouveau quilibrs.Dans lexercice, les lves observent que lobjet le plus lourd se trouve dans chaque cas sur le plateau le plus bas. Sur la dernire image, ils notent que la carotte et la tomate ont la mme masse.60 leur initiative ou des consignes pourront tre donnes: mme couleur pour une mme forme et couleur diffrente pour le fond, par exemple.REMDIATIONMultiplier les tracs main leve, avec des gabarits diffrents et sur des supports diffrents (ardoise, feuille). 10 Vers la soustraction voir manuel page 82Domaine Activits numriquesObjectifs Identifier des situations soustractives. Complter des additions trous.Matriel Matriel habituel de manipulation pour les leons consacres la numration ou aux oprations.Observation pralableIl est important dinitier suffisamment tt les lves aux situations soustractives. En effet, laddition et la soustraction peuvent tre utilises comme le moyen dexprimer de deux faons diffrentes une mme situation: la soustraction peut tre considre comme une addition complment: 12 5= 5+=12.En SIL, il nest pas question denvisager la technique op-ratoire de la soustraction. Les lves procdent par calcul mental. Ceux qui en prouvent le besoin pourront saider de manipulations de graines, capsules ou autres. Il est galement possible de se rfrer la file numrique pour aller dun nombre lautre: par exemple, pour complter 6+=8, on part de 6 et on fait deux sauts jusqu 8. Les plus avancs auront dj mmoris quelques rsultats simples. Dans cette premire leon sur le sujet, ne sont pr-sentes aux lves que des additions complmentaires. Dans la leon suivante, ils dcouvriront le signe . Les critures additives et soustractives seront prsentes conjointement, ce qui favorisera le passage dune opration lautre.RVISIONSPour bien dmarrerLe travail propos peut tre ralis avec le matriel de manipulation, avec la file numrique ou directement selon les lves.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONMettre en scne une situation de complmentation trs simple: dessiner 8 bananes (ou autres) au tableau. Les faire compter et crire 8. Dire: X a 8 bananes. Y en a 12. Combien X a-t-il de bananes en moins quY? (On peut aussi deman-der: Combien Y a-t-elle de bananes en plus de X ?) Laisser la classe chercher. Proposer de venir au tableau dessiner les bananes supplmentaires partir de 8 pour arriver 12. Au tableau, crire 8+=12. Les lves compltent.Proposer ensuite aux lves de travailler avec le matriel de manipulation. Faire constituer une collection de 9 lments (puis 9, 11, 7) et faire complter un nombre suprieur RVISIONSPour bien dmarrerEn complment de lexercice du livre, les lves pourront manipuler les formes gomtriques de la classe.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvrePrsenter la situation et demander ce que fait lenfant. Faire constater quil faut des pices pour payer le jouet. Demander aux lves dindiquer les diffrentes mthodes qui pourront permettre de tracer un cercle. Le trac main lev est videmment le plus simple mais il nest pas trs prcis. Les lves qui ont des frres et surs plus gs auront peut-tre vu ceux-ci utiliser un compas et pourront voquer cet outil. Si personne ny pense, proposer dutiliser un gabarit: le contour dune pice de monnaie ou de tout autre objet circulaire. Selon les objets utiliss, les lves pourront sentraner sur lardoise ou sur une feuille. Ils en-chanent ensuite avec le travail sur le livre.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiFaire observer, identifier, nommer et caractriser la figure. Les lves reconnaissent un carr constitu de neuf carrs plus petits. Leur demander comment ils ont reconnu les carrs: ce sont des figures qui possdent quatre cts de mme longueur et quatre angles droits ou, pour employer un langage enfantin comme le coin dune feuille.Faire observer les cercles. Les lves donnent des prcisions sur les dcorations places dans les disques: trois sont blancs, trois sont gris et trois autres ont des hachures.Expliquer la rgle de remplissage. Reproduire la grille au tableau, montrer une ligne puis une colonne et donner le vocabulaire correspondant. Demander de prciser le nombre de cercles quil y a aura dans chaque ligne et dans chaque colonne: trois, soit un dans chaque carreau. Donner la rgle et faire deux exemples au tableau, lun juste, lautre erron (faire reprer lerreur dans ce dernier cas: prsence de deux dcorations identiques dans une mme ligne, une mme colonne ou une mme diagonale). Laisser ensuite les lves travailler. Ceux qui ont fini peuvent changer leur travail avec un camarade et vrifier sil ny a pas derreurs. Il y a plusieurs dispositions possibles. En voici une:ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Faire expliquer ou expliquer ce quest une guirlande. Deman-der didentifier les formes gomtriques dont est constitue celle du livret dactivits. Faire constater que les cercles sont en pointills ou seulement bauchs. Donner la consigne et laisser les lves dessiner les figures. Les lves pourront colorier la guirlande. Le choix des couleurs pourra tre laiss 1 2 3 4 1 carreau 2 carreaux 8 199 7 133 2 61coureur a parcouru 9 km. Quelle distance ce coureur a-t-il parcourue en plus de lautre? Cette distance est la diffrence entre 9 et 6. On la note 9 6.) lcole, les lves ne connaissent pas les nombres nga-tifs. On leur explique donc que lon ne peut pas calculer une diffrence si le premier terme de la soustraction est suprieur au deuxime: 16 19, par exemple.RVISIONSPour bien dmarrerLexercice reprend un point travaill lors de la leon pr-cdente: additions trous complter. Les lves qui en prouvent le besoin pourront utiliser des objets dnombrer (graines, capsules).DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONProposer une situation soustractive. Dessiner 9 billes au tableau, les faire compter et crire 9. Dire: X a 9 billes. Il en perd 3 en jouant. Combien de billes X a-t-il maintenant? Laisser la classer chercher et rpondre. Puis, au tableau, crire 9 3=6 et lire lopration: Neuf moins trois gale six.Demander ensuite aux lves de travailler avec le matriel de manipulation. Faire constituer une collection de 11 lments (puis 9, 12, 8) et demander den enlever 2 (puis 5, 4). La soustraction correspondante est crite dans chaque cas.Cherche et dcouvreLes lves sont invits vivre la situation en classe. Celle-ci est des plus simples mettre en place. Elle peut tre re-nouvele quelques reprises en changeant les lves, le nombre de dpart et le nombre denfants qui retournent leur place. Dans chaque cas, la situation est traduite sous la forme dune soustraction.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1. Faire prendre connaissance de la situation et identifier les fruits: ce sont des mangues.Lire le texte qui explique le contexte. Noter au tableau les nombres utiliser: 12 et 4. Les lves doivent constater que les mangues vendues sont visibles sur le dessin. Il faut les compter et les barrer. Lgalit est ensuite complte dans le livre. Faire produire des phrases telles que: La vendeuse avait 12 mangues, elle en a 4 en moins ; Douze moins quatre gale huit. Proposer ensuite la vrification de la soustraction: les 8 mangues restantes et les 4 mangues vendues constituent bien les 12 mangues que la vendeuse avait au dpart. Au tableau, crire laddition: 8+4=12. Les lves lcrivent leur tour.2. Lire la situation. Les lves peuvent visualiser les enfants dont il est question: certains dans lcole, dautres dj sortis. Pour guider les lves, dans cette leon de dcouverte de la soustraction, lopration est crite. Il faut simplement trouver son rsultat. Les lves peuvent compter les enfants sur limage.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Prsenter la situation laide du titre et de la phrase de (11 ou 12, par exemple). Lopration correspondante est crite dans chaque cas.Cherche et dcouvreFaire observer les images. Expliquer quil sagit dune histoire en deux pisodes (une bande dessine comprend plusieurs dessins). Faire dcrire le contenu du premier dessin et lire les bulles. Faire de mme concernant la deuxime illustra-tion. Les lves constatent que lon ne sait pas combien de billes se trouvent dans le sac. Expliquer que cest ce que lon cherche connatre. Les lves pourront dessiner les billes au-del de 7, jusqu 11, pour trouver la rponse. Faire alors complter laddition trou.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1. Lire le contenu des bulles. Poser des questions: Qui est le plus g : le garon ou la fille ? Qui est le/la plus jeune ? Conclure quil faut ajouter 2 7 pour trouver lge du garon et laisser les lves faire le calcul et complter lopration.2. Procder comme prcdemment: lecture des bulles, questions. On cherche ici un cart.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Prsenter la situation laide du titre et du contenu des bulles. Lire la question. Faire observer lopration com-plter. Les lves qui le souhaitent peuvent dessiner les pains sur leur ardoise.REMDIATIONLa remdiation seffectuera essentiellement partir de situations de manipulation: faire constituer une collection de 9 lments. Demander den ajouter pour en avoir 12 en tout. Faire transcrire la situation sous la forme dune addition complter (9+=12). 11 La soustraction (1) voir manuel page 83DomaineActivits numriquesObjectifsReconnatre des situations soustractives.Utiliser le signe .MatrielMatriel habituel pour les manipulations dans les sances consacres la numration ou aux oprations.Observation pralableLa soustraction est lopration inverse de laddition. Une diffrence est le rsultat dune soustraction. On utilise la soustraction dans les cas suivants: retrancher ou chercher un complment, cest--dire une partie dun tout (exemple: Jai 18 billes. 12 sont des billes bleues, les autres sont rouges. On trouve le nombre de billes rouges en calculant 18 12.); calculer un cart ou comparer deux quantits de mme nature (exemple: Un coureur a parcouru 6 km. Un autre 62 Faire observer le premier quadrillage. Demander de nom-mer les figures dont la figure est constitue: des carrs bleus, des triangles blancs et des ronds (disques) noirs. Quelques rappels pourront tre faits au sujet de chaque figure: nombre de cts du carr et du triangle, longueur gale des cts du carr et de deux cts de chaque triangle. Demander ensuite dobserver le deuxime quadrillage. Faire constater la prsence de quelques carrs. Les lves observent dans le mme temps le premier quadrillage pour identifier la position de ces figures. Proposer de commencer la reproduction par les carrs. Demander de tracer tout dabord le carr qui touche par un sommet chacune des figures dj traces. Les lves auront ainsi constitu le carr central constitu de quatre carrs.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Les comptences acquises en matire de topologie et de reprsentation de lespace seront rinvesties dans les autres activits lies la gomtrie.REMDIATIONPour proposer de nouvelles activits, il faut pouvoir disposer de feuilles quadrilles. Il est ventuellement possible duti-liser le quadrillage de lardoise. Dessiner un quadrillage au tableau. Inventer un motif que les lves devront reproduire. Les quadrillages seront dabord de petite taille puis plus grand et les motifs se complexifieront. 13 Les nombres jusqu 13 voir manuel page 85Domaine Activits numriquesObjectifs Connatre la suite des nombres de 1 13 (comptine numrique). Associer une quantit un nombre (associer une collection son cardinal). Produire une quantit correspondant un nombre donn. Lire, crire et dcomposer le nombre 13.Matriel Matriel habituel pour les manipulations dans les leons de numration.Observation pralableLe nombre 13 sera construit par ajout dune unit au nombre qui le prcde. Utiliser systmatiquement le tableau de numration au cours de la leon. Cela permettra aux lves de visualiser plus facilement la valeur de chaque chiffre. Cela les aidera galement dcomposer les nombres: 13, cest 1 dizaine et 3 units; 13=10+3. Le mot treize, au mme titre que les mots utiliss pour dsigner les nombres de 11 16, ne permet pas aux lves de percevoir cette dcomposition. Le rle de chaque chiffre napparat qu partir de 17 (dix-sept).contexte. Faire dcrire limage. Les lves pourront compter les ufs dans la bote et dans la pole. Concernant lop-ration, il y a une difficult supplmentaire: seul le premier terme est donn.REMDIATIONReprendre les activits de manipulation en fonction de ce qui aura t propos au cours de la leon. Il nest pas difficile dimaginer des situations soustractives: dessins au tableau dont on efface quelques-uns dentre eux, cahiers ou livres que lon retire dune pile, crayons ou stylos que lon enlve dun pot, etc. Une criture soustractive est produite dans chaque cas ainsi que les phrases qui dcrivent la situation et permettent de lire cette criture. 12 Se reprer dans un quadrillage voir manuel page 84Domaine GomtrieObjectif Se reprer dans un quadrillage.Observation pralable Cette leon est couple avec celle sur les dplacements sur des quadrillages.RVISIONSPour bien dmarrerUn quadrillage, au sens strict, est constitu de cases carres. Les rvisions peuvent donc porter sur cette forme gom-trique. Concernant lidentification de la figure, les lves justifieront leurs rponses. Pour indiquer comment ils ont reconnu la figure, ils mentionneront le nombre de cts, lgalit des longueurs et la prsence des angles droits.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreDemander dobserver le premier quadrillage. Demander didentifier la figure qui y a t ralise: cest un oiseau. Les lves prcisent le nom des formes gomtriques qui ont permis de dessiner lanimal: ce sont des carrs, lexcep-tion de lil, qui est ralis avec un disque noir (les lves parleront de rond noir). Demander ensuite dobserver le deuxime quadrillage. Faire constater quune partie de la tte de lanimal y est dj reprsente, celle qui comprend lil. Donner ensuite la consigne: il faut reproduire lanimal sur le deuxime quadrillage. Conseiller aux lves de com-mencer par la tte puisque la partie de celle-ci qui est dj place constitue un repre qui facilite la tche.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiLe travail propos est comparable avec ce qui a t fait prcdemment. La ralisation est cependant plus complexe. Les lves ne devraient pas rencontrer de difficults trop importantes sils procdent par tape. Voici des suggestions en la matire:63nombres dans lordre. Procder la vrification: les lves pourront se rfrer la file numrique.Proposer de compter de 2 en 2 de 1 13. 14 Approche de la symtrie voir manuel page 86Domaine GomtrieObjectifs Identifier un axe de symtrie. Complter une figure par symtrie.Matriel Feuilles de papier.Observation pralableLa symtrie axiale (par rapport un axe) est aise mettre en valeur au moyen dun pliage. Cela pourra constituer lentre en matire de la leon. Concernant la construction de figures possdant un axe de symtrie, on ne proposera, en SIL, que des figures qui touchent laxe. La position des axes, verticaux sur la feuille, est, en principe, la plus simple pour les lves: cest celle qui est propose dans le livret dactivits. La recherche du ou des axes de symtrie dune figure ne sera aborde quen CP.RVISIONSPour bien dmarrerLes cases carres sont faciles reprer. Les lves rappelleront les caractristiques de cette figure gomtrique.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONMontrer une feuille de papier. La plier en deux. Dessiner sur une moiti de feuille, du ct du pli, une forme simple: la moiti dun triangle, la moiti dun arbre ou dun papillon, par exemple. Dcouper la figure et dplier la feuille. Faire observer la forme obtenue. Repasser le pli en couleur (en rouge, si possible, pour utiliser la mme couleur que dans le livret dactivits) et faire constater que les deux parties de la figure sont superposables, de chaque ct de laxe de symtrie. Plier et dplier plusieurs fois pour montrer la rotation autour de laxe. Donner ce dernier terme la classe. Lactivit peut tre renouvele une ou deux fois de faon faire constater nouveau la symtrie et faire employer le vocabulaire de la leon.Cherche et dcouvreDemander dobserver le quadrillage. Faire identifier les dessins un un: dans le premier cas, on a un carr de 3 cases de ct. On a ensuite la moiti dun bateau puis dune fuse. Faire observer la prsence du trait rouge. Expliquer quil sagit de laxe de symtrie. Le terme aura t rencontr prcdemment. Prciser quil faut terminer chaque figure, comme si lon pliait la feuille le long de laxe. Les lves constateront quils obtiennent un rectangle dans le premier cas et, naturellement, un bateau et une fuse complets pour les autres figures. Faire un exemple au tableau pour montrer comment tracer les traits obliques. Dans le cas du bateau, la difficult est moindre car ces traits suivent RVISIONSPour bien dmarrerLes rvisions portent sur les additions trous et sur la sous-traction. Le matriel de manipulation peut tre utilis par les lves qui le souhaitent. Dautres peuvent galement saider de la file numrique.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONDessiner au tableau une collection de 12 lments. Demander de les dnombrer. Le nombre sera crit au tableau, dans un tableau de numration. Faire rappeler ce que reprsente chacun des chiffres: le nombre de paquets de 10 (les di-zaines) et le nombre dlments qui ne constituent pas un paquet de 10 (les units). Produire lcriture montrant la dcomposition du nombre: 12=10+ . Demander dajouter un lment. Faire trouver le cardinal de la collec-tion. Les lves connaissent normalement le nombre 13 depuis un certain temps sils ont pris lhabitude de rciter la comptine numrique au-del des nombres qui ont fait, jusqu prsent, lobjet des leons de numration. Comme le nombre 12, le nombre 13 est crit dans le tableau de numration. Les lves prcisent la valeur du chiffre de gauche et celle du chiffre de droite. Ils peuvent comparer ce dernier au chiffre des units de 12: on a une unit de plus dans 13. Faire crire la dcomposition de 13: 13=10+3.Prvoir en complment des exercices avec dautres dcom-positions: 8+=13; 13=11+, etc.Cherche et dcouvreLa situation sinspire directement de ce qui a t propos prcdemment. La prsenter et faire dcrire limage. Les lves notent la prsence des 12 ufs. La lecture des bulles permettra dobtenir des prcisions. Faire dnombrer le total dufs. Laddition et le tableau de numration seront complts la suite de la phrase dobservation.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiLes lves doivent produire une quantit partir dun nombre. Lors de la correction, revenir sur les dcompositions partir de 10: pour dessiner 12 ronds, jai dessin 10 ronds et encore 2 ronds. Pour en dessiner 13, jen ai dessin 10 et encore 3.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Faire deviner la profession de la personne. Donner des pr-cisions si ncessaire. Apporter galement des explications sur les termes qui ne seraient pas connus: commande, m-dicament, carton. Demander ensuite dobserver le premier carton et donner la consigne. Les lves reprent lendroit o ils doivent crire la rponse. Concernant la deuxime consigne, faire reprer la bote dj dessine: il faut en tenir compte pour complter le dessin.REMDIATIONDemander 5 ou 6 lves de venir devant leurs camarades avec leur ardoise. Leur demander dcrire, respectivement, les nombres 9, 13, 11, 10, 12. Leur demander de saligner devant leurs camarades de faon prsenter la classe les 64faire traduire sous la forme dune opration la manipulation effectue et le rsultat obtenue. Faire produire des phrases telles que: Il y a 12 crayons. Jen enlve 3. Il en reste 9. Douze moins trois gale neuf.Cherche et dcouvrePrsenter la situation en expliquant quil y a deux dessins observer. Un ou deux volontaires font une description de la premire image. Demander ensuite de trouver le nombre de poissons pchs: 14. Proposer alors dobserver le deuxime dessin. Demander dindiquer ce que fait lun des pcheurs: il met des poissons dans une caisse. Demander de lire le nombre crit sur la caisse pour savoir combien de poissons sy trouvent: 6. Demander ensuite de trouver le nombre de poissons qui restent sur la table. Les lves constatent quil nest pas possible de les compter, le pcheur avec le filet en cache une partie. Les lves qui ont des difficults trouver le rsultat seront invits dessiner les poissons. Proposer de traduire la situation sous la forme dune criture mathmatique: 14 6= On peut galement crire: 6+=14.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiLa bande numrique doit permettre aux lves de trouver les rsultats des oprations sans dessiner les lments consi-drs. Il leur faudra trouver la faon de sy prendre. Il y a, en fait, deux possibilits. Par exemple, pour calculer 12 3, on peut partir de 12. On enlve 1, puis 2 puis 3 en reculant sur la file numrique. On peut galement, pour calculer 8 6 (cas de deux nombres proches), par exemple, partir de 6 et chercher combien il manque pour aller jusqu 8.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Prsenter la scne. Sassurer que le vocabulaire est com-pris (restaurant, serveur, tagre). Les lves doivent bien comprendre quil faut prendre en compte ce que lon peut voir sur les deux tagres. La difficult vient du fait que les verres manquants ne sont videmment pas visibles. Cela revient faire une soustraction trou: 13 ___=6. Prsente ainsi lopration est encore trop difficile. Les lves devront plutt procder en comptant partir de 6 pour aller jusqu 13, ce qui revient faire une addition trou: 6+___=13. Les lves qui en prouvent le besoin pourront dessiner les verres manquants.REMDIATIONLes lves qui prouvent des difficults doivent manipuler ou dessiner les lments considrs lorsquils font un calcul. Faire dire systmatiquement ce qui est fait: Jai 8 graines, jen enlve 3. Maintenant, jen ai Revoir galement le calcul partir de la file numrique. Proposer deux types dexercices: soustraire un petit nombre ( 1; 2; 3) et retrancher un nombre proche dun autre nombre (10 9; 11 2; 9 3, etc.). 16 Les nombres jusqu 14 voir manuel page 88Domaine Activits numriquesles diagonales des cases du quadrillage. Dans le cas de la base de laile de la fuse, les lves auront intrt tracer dabord les segments horizontaux et verticaux de laile. Il leur suffira de relier les extrmits pour raliser le trait oblique. Lorsque lon ne procde pas ainsi, il faut compter les carreaux: Je descends de 2 cases et je compte ensuite 2 cases vers la droite/je mloigne de 2 cases de laxe de symtrie.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiProcder comme prcdemment: observation et iden-tification de la figure. Les lves doivent reprer laxe de symtrie. Le trac complmentaire prsentant une certaine complexit, des points de repre ont t placs. Les faire reprer et demander aux lves den tenir compte.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Lapproche de la symtrie ne trouve pas encore une ap-plication directe dans des situations de la vie de tous les jours. Les comptences acquises au cours de la leon seront transfres dans les autres leons de gomtrie.REMDIATIONPrvoir de faire quelques activits de pliage comme cela a t propos au dbut de la leon. Concernant les tracs, il faudra disposer de feuilles quadrilles. Une figure simple sera trace sur un quadrillage au tableau. Les lves com-menceront par la reproduire (rvision de la leon sur la reproduction de figures). Tracer ensuite et faire tracer laxe de symtrie. Demander de complter la figure par symtrie. 15 La soustraction (2) voir manuel page 87Domaine Activits numriquesObjectifs Reconnatre des situations soustractives. Utiliser le signe .Observation pralableLes objectifs sont les mmes que dans la leon prcdente. Les situations et les exercices sont cependant dun niveau un peu plus levs: les objets dnombrer sont en partie masqus (situation du Cherche et dcouvre) ou non re-prsents (Entrane-toi). Il faudra autoriser les lves qui en ont besoin recourir au matriel et la file numrique.RVISIONSPour bien dmarrerLa soustraction a t aborde par laddition trous. Les lves retrouvent ici cette dernire opration. Comme lhabitude, les lves peuvent utiliser le matriel de comp-tage ou la file numrique.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONPrvoir de prsenter une activit soustractive partir de dessins au tableau ou dobjets concrets: compter les lments et noter le nombre correspondant. Retirer des lments et 65APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiFaire nommer les objets reprsents. Faire ensuite reprer les tiquettes et prciser quelles correspondent chacune un ensemble. Faire rappeler la signification du terme relier lorsque la consigne est donne.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Passer quelques instants prsenter la situation et faire prendre connaissance de limage. Faire expliquer ce quest un parking. Faire reprer la barrire et lire le contenu de la pancarte. Faire prendre connaissance des tiquettes pour la rponse. Laisser ensuite les lves procder.REMDIATIONPrvoir de nouvelles manipulations, varier en fonction de ce qui a t propos prcdemment: constitution et dnombrement de collections avec le matriel de num-ration, comparaison de deux collections. Insister sur la dcomposition partir de 10: demander de rassembler 10 capsules. En faire ajouter 4. Les lves doivent produire lcriture additive correspondante et crire le rsultat dans le tableau de numration.Faire travailler les joueurs sur les complments, partir de manipulation dobjets, et partir doprations telles que: 14=11+; 14=9+; 6+=14, etc. 17 Le jour voir manuel page 89Domaine MesuresObjectifs numrer les activits de la journe et celles de la nuit. Ranger des vnements selon lordre chronologique. Utiliser le vocabulaire relatif au temps.Matriel Un globe terrestre.Observation pralableDans le langage courant, le mot jour a plusieurs sens: on dit, par exemple, quil fait jour pour indiquer que la nuit est termine. On dit galement que lon a travaill pendant 3 jours ou que lon est parti pendant 2 jours. Dans ces diff-rentes acceptions du mot, on ne fait pas toujours rfrence la dfinition mathmatique du terme: le jour est une unit de mesure qui correspond 24 h. Cest lensemble du jour et de la nuit. La journe est lespace de temps qui scoule entre le lever et le coucher du Soleil.RVISIONSPour bien dmarrerFaire sexprimer quelques lves. La classe constate que les activits de la nuit sont limites en raison du temps de sommeil. Faire constater, nanmoins, que les activits ne cessent pas ds le coucher du Soleil. Au cours de la conver-sation, vrifier que les lves matrisent lemploi des termes avant et aprs pris dans leur sens temporel (antriorit Objectifs Connatre la suite des nombres de 1 14 (comptine numrique). Associer une quantit un nombre (associer une collection son cardinal). Produire une quantit correspondant un nombre donn. Lire, crire et dcomposer le nombre 14.Matriel Matriel de manipulation habituel pour les leons de numration.Observation pralableIl est nouveau trs important de prsenter les nombres tudis dans le tableau de numration et dinsister sur le fait que 14, cest 1 dizaine et 4 units. En effet, comme on la vu pour 11, 12 et 13, ce dcoupage en dizaines et units ne sentend pas dans la langue franaise, contrairement langlais, par exemple (thirteen ; forteen). Il faudrait dire dix-un, dix-deux, dix-trois, etc. pour que les lves nprouvent pas de difficults.RVISIONSPour bien dmarrerTravailler sur la suite des nombres. Les sries du livre ne commencent pas 0. En prolongement, proposer des s-ries complter en comptant reculons. En complment, proposer une dicte de nombres.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONDessiner au tableau une collection de 13 objets. Demander de compter les lments et crire le nombre correspon-dant dans un tableau de numration. Faire venir un lve au tableau et lui demander dentourer 10 lments de la collection. Faire observer le rsultat obtenu et complter lcriture: 13=10+ . Ajouter un lment et faire trouver le nouveau cardinal. Le nombre 14 sera nouveau crit dans le tableau de numration. Faire dire la valeur de chaque chiffre (dizaines et units) et produire lcriture additive 14=10+4.Cherche et dcouvreFaire nommer les objets: des chapeaux et des casquettes. Demander ensuite de compter les chapeaux et montrer le tableau de numration dans lequel il faut inscrire le rsultat. Aux lves qui prouveraient des difficults pour crire le nombre 13, faire observer la disposition des chapeaux. On peut voir deux groupes de 5 chapeaux, soit 10 chapeaux ou une dizaine de chapeaux et encore 3 chapeaux. On crit 1 dans la colonne des dizaines et 3 dans la colonne des units. Faire observer le tableau de numration de la deuxime partie de lexercice et faire dire le nombre de casquettes. Demander si elles sont toutes visibles sur limage. Les lves constatent quil faut complter le dessin. Ils pourront se servir du modle, qui est relativement simple. Le plus important nest pas la qualit du dessin mais le nombre dlments dessins. Les lves doivent bien prendre en compte le fait que 2 casquettes sont dj dessines. 66 18 Grouper par 10 voir manuel page 90Domaine Activits numriquesObjectifs Grouper des lments par 10. Prparer au codage des dizaines.Matriel Matriel de manipulation habituel pour les leons de numration.Observation pralableLes lves ont suffisamment travaill sur les dizaines et les units pour lon puisse aborder la notion de groupement par 10. Plus on avance dans ltude de la numration, plus le comptage un un devient fastidieux et source derreurs. La ncessit du groupement par 10 apparat rapidement. Lap-prentissage du nom des dizaines nest pas du tout lobjectif de la leon, mme si on ne sinterdira pas den citer certains: vingt et trente. En effet, les lves ont certainement entendu la comptine numrique au moins jusqu 30 lorsque lon crit la date le matin. Cest bien sur les fondements de notre numration de position quil sagit de faire travailler la classe.RVISIONSPour bien dmarrerLes termes sont maintenant connus. Les faire dfinir sera parfois un peu difficile. Une dizaine est un paquet de 10. Une unit est une quantit qui est compte comme un (les choses sont naturellement plus compliques et tout ce qui peut tre compt comme un peut servir dunit; on parle galement dunits de mesure.)DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONLa leon doit donner lieu des manipulations concrtes: faire faire des paquets de 10 aprs avoir distribu des tas de 30 40 graines ou capsules (les lves peuvent travaille plusieurs). Lorsque les paquets ont t fait, faire crire les rsultats obtenus dans un tableau de numration, aprs avoir rappel nouveau quune dizaine est un paquet de 10 et que lon doit crire dans la colonne des units le nombre dlments isols nappartenant pas un paquet de 10. Les rsultats sont lus sous la forme 3 dizaines 4 units, par exemple. Certains lves sauront le lire sous la forme 34 (trente-quatre). Ils pourront le dire leurs camarades sans que cette lecture soit exige.Cherche et dcouvreFaire identifier les objets reprsents. Demander sil est facile de savoir combien il y en a. Les lves noteront que les crayons sont nombreux. Si certains se sentiront capables de les dnombrer, lensemble de la classe pourra admettre que la tche prendra un certain temps et quelle ne sera pas si simple que cela, que le nombre dlments dpasse les nombres tudis jusqu prsent. Proposer alors de faire des paquets de 10. Demander comment on appelle un paquet de 10: cest une dizaine. Faire constater la prsence du tableau de numration et prciser que lon pourra y et postriorit et non concernant une position dans lespace). Faire utiliser les termes matin, midi, soir.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONPrsenter un globe terrestre (ou, dfaut, une reprsentation de la Terre). Il nest videmment pas question de faire une vritable leon de sciences ou de gographie sur les mouve-ments de la Terre, mais de montrer que les notions abordes au cours de la leon reposent sur des bases scientifiques. Les lves ne doivent pas avoir une vision errone des choses et penser que le Soleil apparat par magie dans le ciel le matin. Dessiner un Soleil au tableau puis montrer la faon dont la Terre tourne sur elle-mme. Montrer lemplacement de notre pays (coller un morceau de papier ou de scotch, par exemple). Faire constater quil se trouve parfois du ct du Soleil, parfois lombre. Les lves commenceront ainsi comprendre lalternance du jour et de la nuit.Cherche et dcouvreFaire dcrire la premire image. Faire noter la prsence du Soleil. Lire la lgende de limage. Les lves ont ainsi la dfinition du jour. Demander ensuite de prendre connais-sance de la deuxime image. Les lves en reconnaissent le contenu. Ils constatent quil fait nuit et reprent la Lune. Lire la lgende et donner ainsi la dfinition de la nuit. En conclusion, donner la dfinition du jour.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiDbuter par lhabituelle phase dobservation et dexploitation des images. Faire dcrire celles-ci une une. Faire constater que lon retrouve la mme enfant sur chacune. Les lves comprendront quon leur prsente diffrents moments de sa journe. Demander ensuite de remettre les diffrents pisodes dans lordre. Les nombres de 1 5 seront crits au fur et mesure dans les cases prvues. Voici lordre attendu: 1) Lenfant dort (on voit la Lune par la fentre). 2) Elle se lve (on voit le Soleil qui se lve). 3) Elle se rend lcole. 4) Elle travaille. 5) Elle repart de lcole.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Les activits proposes pourront tre en liaison avec le travail effectu en lecture: faire ranger dans lordre des images squentielles prsentant les diffrents pisodes dune histoire.REMDIATIONFaire voquer les activits de la journe. Demander de les ranger par ordre chronologique. Compliquer en faisant rfrence des activits de la veille, du lendemain, du matin, de laprs-midi, du soir, de la nuit. Revenir sur les dfinitions. Il ne sagit pas rellement dexiger des lves quils les retiennent mais surtout quils construisent pro-gressivement la notion de temps et se reprent avec de plus en plus de prcision.67DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreFaire observer le premier quadrillage et la figure qui y est dessine. Les lves identifient une tte ou un masque. Faire identifier les figures qui se trouvent lintrieur du visage: deux ronds coloris (les yeux), un carr blanc (le nez) et un rectangle colori (la bouche). Demander de nommer la forme gomtrique qui constitue le cou: un rectangle. Faire observer le deuxime quadrillage. Faire constater que deux bauches de segments y figurent. Elles serviront de point de repre. Demander de commencer le trac par le segment horizontal. Les segments obliques ne devraient pas pose de problme. En effet, les amorces sont donnes dans deux cas. Dans les deux autres cas, les lves pourront se contenter de relier les extrmits des segments tracs auparavant.Les lves pourront tracer la figure selon les tapes suivantes: trac du contour extrieur, trac du nez pour lequel un repre est donn, puis trac de la bouche et des yeux (ou inversement). Le trac du cou peut tre fait la fin ou aprs avoir fini le contour extrieur. Lenseignant se dplacera dans la classe lorsque les lves travaillent pour les encourager, les conseiller et les aider si ncessaire: ordre des tapes respecter, comptage des carreaux, tenue de la rgle et du crayon, erreurs rectifier, etc.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiFaire observer la figure. Il sagit dune figure gomtrique quelconque, qui ne sera pas nomme. Faire constater quelle est constitue de segments qui passent sur un rseau de points.Donner la consigne et faire observer les deux autres rseaux de points. Faire constater que lun est identique celui sur lequel figure le modle. Les lves notent que le deuxime est constitu de points plus rapprochs les uns des autres. Conseiller de commencer le travail avec les bauches de segments figurant sur le manuel.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Les comptences acquises au cours de la leon seront trans-fres sur les autres activits de gomtrie.REMDIATIONPrvoir de nouvelles reproductions de figures sur des feuilles quadrilles. Effectuer des tracs sur un quadrillage au tableau, les lves devant le reproduire sur leur feuille. Commencer par des formes gomtriques simples avant den arriver des figures plus labores. 20 Les nombres jusqu 15 voir manuel page 92Domaine Activits numriquesObjectifs Connatre la suite des nombres de 1 15 (comptine numrique).crire le nombre de paquets de 10, le nombre de dizaines que lon aura pu constituer. Les lments isols restants seront comptabiliss et nots dans la colonne des units. La lecture du tableau seffectuera de la faon suivante: Il y a 3 paquets de 10 crayons et encore 2 crayons. On pourra galement dire quil y a 3 dizaines de crayons et 2 crayons. Le nombre 32 pourra tre donn ensuite mais, on la vu, il ne sagit pas dtudier les nombres jusqu 32 ou au-del.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiLexercice propos est comparable ce qui vient dtre fait: dans chaque cas, les lves nomment les objets reprsents, constituent des ensembles de 10 lments puis remplissent le tableau. Dans le premier cas, il ny a pas dlments res-tants. Montrer que lon pourra donc crire 0 dans la colonne des units: on a pu constituer 3 paquets de 10 toiles ou 3 dizaines dtoiles et il ne reste pas dtoile. Il reste 0 toile.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Prsenter la situation. Rgler les difficults ventuelles lies au vocabulaire: fleuriste, bouquet. La consigne ne posera de problme diffrent de ce qui a t fait dans les phases prcdentes de la leon.REMDIATIONTout naturellement, cest en manipulant que les lves rsoudront leurs difficults ventuelles. Le rsultat des groupements par 10 sera toujours crit dans un tableau de numration. 19 Reproduire des formes gomtriques (2) voir manuel page 91Domaine GomtrieObjectif Reproduire des figures gomtriques sur un qua-drillage.Observation pralablePar rapport la premire leon sur le mme sujet, les tracs se compliquent quelque peu: les lves reproduiront une figure sur un quadrillage dont les mailles sont plus grandes que celles du modle. Ils effectueront aussi une reproduction sur un rseau de points.RVISIONSPour bien dmarrerLes figures quatre cts sont des quadrilatres. Le terme ne sera pas donn aux lves, ces derniers pouvant nan-moins donner le nom des quadrilatres particuliers et in-diquer comment ils les ont reconnus. Les carrs poss sur la pointe doivent tre identifis comme des carrs et non comme des losanges.68puis le nombre de cubes colors. Ce dernier comptage permettra de complter lgalit.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1. Les lves doivent maintenant produire des quantits correspondant des nombres donns. Faire identifier les fils et les perles. Demander ensuite de lire un un les diffrents nombres proposs. Demander dobserver le premier fil et faire constater quune perle est dj dessine. Il faudra en tenir compte.Les lves pourront contrler mutuellement leur travail lorsque celui-ci sera termin, comme cela a dj t sug-gr prcdemment dans des exercices de mme type. Comme auparavant galement, en cas derreur, les deux lves concerns sont invits recompter pour savoir si celle-ci a t commise par llve qui a dessin ou par celui qui a vrifi.2. Lexercice demande une certaine matrise de la numra-tion, des lves pouvant encore prouver des difficults considrer un nombre isolment. Conseiller ceux qui en ont besoin de saider de la file numrique.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!La suite de nombres propose apparat dans lordre d-croissant si on la lit dans le sens habituel de lecture. Cela pourra gner certains lves. Il leur faudra avoir lide, qui leur sera suggre si ncessaire, de partir de la droite, cest--dire de 1.REMDIATIONDicter (un nombre jusqu 15). Les lves crivent sur lar-doise. Demander de placer sur lardoise le nombre de graines correspondantes. Les lves peuvent comparer leur ardoise avec celle de leur voisin. Pour les nombres compris entre 11 et 15, faire faire un groupe de 10 auquel sajoute le nombre de graines isols ncessaires. Faire produire lcriture additive correspondant chaque situation.Activits dintgration 4 voir manuel pages 93 et 94RAPPEL DES TAPES DE LA DMARCHE (Pour les dtails, voir Activits dintgration 1)1. Exploration de la situation (prsenter la situation, observation de limage et expression son sujet).2. Prsentation de la consigne, qui est ensuite rpte et reformule par les lves puis par lenseignant.3. Travail individuel.4. Exploitation des rsultats et mise en commun per-mettant aux lves dexpliquer leurs dmarches. Validation des bonnes rponses, explications concernant les erreurs.5. Activits de remdiation en fonction des erreurs et de leurs causes principales.Activit 1 Une visite au dispensaire Suivre la dmarche habituelle. Commencer par prsenter la situation laide du titre puis faire observer limage et en conduire lexploitation.Les lves doivent identifier les lments suivants: les Associer une quantit un nombre (associer une collection son cardinal). Produire une quantit correspondant un nombre donn. Lire, crire et dcomposer le nombre 15.Matriel Matriel habituel de manipulation pour les leons de numration.Observation pralableLes lves sont susceptibles de rencontrer les mmes diffi-cults avec le nombre 15 quavec les nombres qui prcdent: la langue franaise ne permet pas de percevoir que 15, cest 10 et 5. Ces difficults sestomperont partir partir de 17, dont on peroit clairement, loral, quil est constitu de 10 et 7. Il sera donc important dutiliser le tableau de numration, comme lhabitude en a t prise, ainsi que de procder la dcomposition 15=10+5.RVISIONSPour bien dmarrerEn prolongement, lenseignant pourra demander de colorier le nombre de curs correspondant chaque tiquette. Prvoir galement de dicter des nombres.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONLa dmarche concernant le nombre 15 ne diffre pas de ce qui a t fait prcdemment concernant les nombres qui prcdent: dessiner 14 formes ou 14 btons au tableau. Les faire compter et crire le nombre voulu dans le tableau de numration. Faire rappeler la valeur de chaque chiffre (chiffre des dizaines et chiffre des units). Ajouter 1 lment la collection constitue prcdemment. Faire trouver le nouveau cardinal. Les lves ont dj rencontr le nombre dans la comptine numrique, en lisant la file numrique affiche dans la classe ou en crivant la date. Le nombre est crit dans le tableau de numration, observ et dcompos. Faire produire lcriture additive: 15=10+ .Pour varier les approches, utiliser les dominos pour montrer que lon peut parvenir 15 en comptant de 5 en 5:Cherche et dcouvreLa situation est trs simple dcrire. Elle permettra dem-ployer du vocabulaire li la gomtrie: les lves obser-veront que lenfant a align des cubes. Faire dtailler la faon dont lalignement a t constitu: il y a des cubes blancs et des cubes de couleur. Demander de dnombrer les cubes. Il y a deux faons de procder: les lves peuvent compter lensemble des cubes un un. Le nombre trouv pourra alors tre inscrit dans le tableau de numration. En faire dtailler les deux chiffres qui le constituent: dans 15, il y a une dizaine et 5 units.Les lves peuvent aussi compter le nombre de cubes blancs 1 2 3 4 1 carreau 2 carreaux 8 199 7 133 2 69concernant la situation; la bande dessine en trois cases dont les pisodes doivent tre ordonns. Lhistoire est la suivante: une fillette prpare un gteau (dessin de droite); elle en coupe une part (dessin du milieu) et elle en donne une part (dessin de gauche).Revois et approfondis voir manuel page 95Les points abords sont les suivants: critures additives et soustractives; dnombrement de collections; comparaison et utilisation des signes < et >; le trac des cercles;Ces points seront complts en fonction des besoins des lves.Lexercice 4 de la rubrique Approfondis devra donner lieu des explications suffisantes. Reproduire la pyramide au tableau. Faire constater la prsence des flches. Montrer que lon additionne deux nombres pour remplir la case situe au-dessus.deux sries de botes de mdicaments (question 1); la prsence des cases rponses pour comparer le nombre de botes (question 2); la prsence du mdecin qui fait la pese (question 5); la bande dessine en trois dessins qui doivent tre numrots dans lordre (question 6). Les pisodes sont les suivants: lenfant a de la fivre et sa maman en fait le constat (dessin du milieu); le mdecin est venu et ausculte lenfant (dessin de gauche); il a prescrit un mdicament et sen va (dessin de droite).Les questions 3 et 4 ne font pas lobjet dune rfrence lillustration.Activit 2 Prparons le repas et mettons la tableLa dmarche est toujours celle dcrite ci-dessus. Faire prendre connaissance de limage. Les dtails suivants devront tre reprs pour rpondre aux questions: sur la table, la prsence des deux tas de carottes, qui doivent tre dnombrs et compars (question 1) et celle des poulets dont la masse doit tre compare (question 4); lenfant qui porte des assiettes et qui en a cass 5 (questions 2 et 3). Les critures additives (addition trous) et soustractives sont proposes 70APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1. Lexercice fait directement suite au prolongement propos ci-dessus. Rappeler la commutativit de laddition partir de lexemple donn dans le livret: 15+1=1+15.2. Faire nommer les figures quil faut dessiner. Les lves lisent ensuite le nombre de bananes et doranges qui doivent tre dessines puis travaillent seuls.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Faire nommer les objets reprsents: ce sont des craies. Faire ensuite observer leur disposition dans chaque cas: il y a deux paquets de craies. Demander de dnombrer le nombre de crayons de chaque paquet: il y en a 10 et 3 dune part, et 10 et 6 dautre part. Les lves peuvent alors complter les galits.REMDIATIONRevenir sur la dcomposition du nombre 16. Demander 16 lves de venir devant la classe avec leur ardoise, cha-cun ayant crit auparavant un nombre de 1 16 (lun crit 1, le suivant crit 2 et ainsi de suite). Demander chaque enfant de trouver le partenaire qui convient de faon ce que le total de leur ardoise fasse 16. Les oprations corres-pondantes sont crites au tableau: 15+1; 14+2; 13+3; 12+2; 11+5; 10+6; 9+7. Llve qui a lardoise avec 16 reste seul. Celui qui a le 8 aussi. Demander ce quil faut pour complter cette dernire ardoise: 8.Si la disposition de la classe ne permet pas de faire venir 16 lves la fois devant leurs camarades, il est possible daligner les ardoises et de demander des groupes de deux ou trois lves de venir chercher une ardoise et son complment. 2 Les nombres jusqu 17 voir manuel page 97Domaine Activits numriquesObjectifs Connatre la suite des nombres de 1 17 (comptine numrique). Associer une quantit un nombre (associer une collection son cardinal). Produire une quantit correspondant un nombre donn. Lire, crire et dcomposer le nombre 17.Matriel Matriel habituel de manipulation pour les leons de numration.Observation pralable partir de 17, on nutilise plus de mots particuliers pour dsigner les nombres, comme ctait le cas entre 11 et 16. Les problmes de diffrences entre dsignation orale et dsignation crite ne se posent donc plus: lorsque lon prononce dix-sept, on entend trs bien la dcomposition en dizaines et units.SQUENCE 5 1 Le nombre 16 voir manuel page 96Domaine Activits numriquesObjectifs Connatre la suite des nombres de 1 16 (comptine numrique). Associer une quantit un nombre (associer une collection son cardinal). Produire une quantit correspondant un nombre donn. Lire, crire et dcomposer le nombre 16.Matriel Matriel de manipulation habituel pour les leons de numration.Observation pralableLa mthode de travail sera comparable celle employe dans la prcdente leon de numration: les lves de-vront dnombrer des collections comportant jusqu 16 lments. Le nombre 16 sera construit par ajout dune unit 15. Comme il nest pas possible, lorsquon le dit loral, de percevoir que 16 est constitu de 1 dizaine et de 6 units, il sera ncessaire de dcomposer ce nombre sous la forme 16=10+6. Il faudra galement utiliser le tableau de numration qui permet de visualiser la valeur des deux chiffres du nombre 16 (units et dizaines).RVISIONSPour bien dmarrerLe travail de rvision et de mise en route porte sur la d-composition des nombres au-del de 10 partir de 10. Les nombres concerns pourront tre crits dans le tableau de numration.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONConsolider le travail effectu dans les leons prcdentes sur les nombres deux chiffres: faire runir un paquet de 10 graines (ou autres) et 5 graines (puis 10 et 2; 10 et 1; 10 et 4, etc.).Cherche et dcouvreLire les paroles de lenfant. Demander de dessiner les billes ct de lenfant en respectant les couleurs (les lves qui nont pas les crayons voulus se contenteront de sparer nettement les deux tas de billes). Le tableau de numra-tion peut alors tre rempli. Des phrases telles que celles-ci pourront tre produites: Il y avait 10 billes rouges, cest--dire une dizaine de billes. Jcris 1 dans la colonne des dizaines. On a encore dessin 6 billes bleues. Jcris 6 dans la colonne des units. Le nombre de billes est : 16. 16, cest une dizaine et encore 6 units. Au tableau, crire la dcomposition du nombre 16 sous la forme : 16 = 10 + 6.En complment, et en utilisant le matriel de manipula-tion, faire faire dautres dcomposition: 16=12+; 16=13+; 16=11+, etc.71Faire lire le contenu des tiquettes qui prcisent le nombre de bonbons et de sucettes dessiner. Demander de tenir compte du dessin existant dans chaque cadre.2. Mettre la disposition des lves qui le souhaitent le matriel de comptage de la classe. Il est galement possible de faire utiliser la file numrique.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Les lves prennent connaissance de la situation. Don-ner ensuite la consigne, qui ne pose pas de problme de comprhension particulier. Veiller ce que les lves aient compris quils ont deux tches accomplir: dnombrer puis comparer le cardinal des collections.REMDIATIONProposer des jeux avec lardoise. Un groupe de 5 ou 6 lves vient devant la classe aprs avoir crit sur son ardoise un nombre dict par lenseignant: lun crit 10, un autre 17, un autre 7, un autre 12, un autre 13 et un autre 14. Demander aux lves de montrer la classe les nombres rangs dans lordre. Le jeu est repris avec un autre groupe dlves et dautres nombres. En faisant jouer simultanment deux groupes, on peut en faire un jeu de rapidit: lquipe qui sest aligne la premire marque un point.Des variantes peuvent tre introduites: faire crire les nombres de 1 17 sur 17 ardoises. Les lves doivent en-suite associer deux ardoises pour obtenir un total de 17. Les critures additives correspondantes sont crites au tableau au fur et mesure que les ardoises sont associes. 3 Le mois voir manuel page 98Domaine MesuresObjectif Identifier les mois et les jours de la semaine.Matriel CalendriersObservation pralableLes lves ont lhabitude de lire et dcrire la date. Au fil de lanne scolaire, ils ont rencontr un certain nombre de mois. Il est donc naturel de les aider construire la notion de temps en faisant rfrence cette unit de mesure de dure. Les mois sont au nombre de 12. Leur nombre de jours est variable: janvier, mars, mai, juillet, aot, octobre et dcembre en comptent 31; avril, juin, septembre et novembre en comptent 30; fvrier en compte 28 (ou 29 les annes dites bissextiles).RVISIONSPour bien dmarrerNoter la date du jour au tableau. En faire observer les dif-frents lments: le nom et le nombre du jour, le mois et lanne. Demander de donner la date de la veille et celle du lendemain. Faire constater que les mmes lments y figurent. Le nombre du jour change (ventuellement le Les activits proposes sont maintenant devenues classiques pour les lves: constitution de collections, dnombrement, frquentation des nombres au-del du nombre tudi (rciter la comptine numrique, crire la date, etc.), dpla-cements sur la file numrique, activits de comparaison, de dcomposition, transcription sous la forme dadditions et de soustractions des manipulations ralises. Si ces activits sont devenues habituelles, lenseignant fera en sorte de les varier dune leon lautre pour maintenir lintrt des lves et renforcer lefficacit du travail ralis. Il faudra ainsi modifier le type de matriel utilis et les situations proposes: comptage de graines ou de capsules, dlves, dlments du matriel scolaire, etc.; utilisation de dominos, de figures dessines au tableau ou sur des feuilles; nombres inscrits sur les ardoises mettre dans lordre ou comparer; jeux avec les doigts permettant de produire une quantit donne ou de compter les doigts montrs par lenseignant ou un camarade; trouver des complments un nombre; proposer des petits problmes additifs ou soustractifs (on ajoute des lments une collection, on en retranche, on runit deux collections); proposer galement des situations de partages (je partage en deux tas gaux ma collection de 12 graines ou je partage ma collection de 12 graines en paquets de 3, ou encore, jessaie de partager ma collection de 16 graines en plusieurs tas gaux), ces situations don-nant lieux galement la production dcritures additives (16=4+4+4+4 ou 16=8+8), etc.RVISIONSPour bien dmarrerLe travail propos peut aisment trouver des prolonge-ments en crivant dautres suites de nombres complter au tableau.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONComme dans les prcdentes leons, faire construire le nombre tudi par ajout de 1 au nombre qui prcde: faire constituer une collection de 16 lments laquelle on ajoutera 1 lment supplmentaire. Les nombres 16 puis 17 seront crits dans le tableau de numration. Ils pourront tre compars avec les signes < et >. Les lves indiqueront la valeur de chaque chiffre en rappelant ce quest une di-zaine (un paquet de 10) et une unit (un lment isol qui nappartient pas un paquet de 10). Faire produire lcriture additive qui montre la dcomposition de 17 partir de 10: 17=10+7. Faire cherche dautres dcompositions en faisant manipuler le matriel: 17=16+; 17=13+, etc.Cherche et dcouvrePrsenter le contexte et lire le contenu des bulles. La trans-cription mathmatique de la situation seffectuera sous la forme dune addition et par linscription du nombre 17 dans le tableau de numration. Proposer nouveau les activits suggres ci-dessus: dcomposition du nombre en dizaines et units et rappel de la valeur de chaque chiffre.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1. Faire nommer les lments visibles dans chaque encadr. 72Objectif Identifier le cube et le pav droit.Matriel Solides divers (cubes, pavs droits, pyramides, sphres, prismes droits, cnes).Observation pralableUn solide est une figure trois dimensions. On peut ga-lement dire que cest un volume.Le terme solide peut tre source de confusion pour les lves car, dans le langage courant, il se rapporte ce qui est rsistant, ferme ou dur. On peut dire dun banc, par exemple, quil est solide.Un cube est un solide dont les 6 faces sont des carrs.Un pav droit, aussi appel paralllpipde rectangle, est un solide dont les 6 faces sont rectangulaires.Lessentiel des activits consistera en activits de recon-naissance. Les descriptions seront succinctes et limites car les lves ne disposent pas du vocabulaire ncessaire (face, arte, etc.). Ils pourront nanmoins reconnatre les faces carres du cube et celles rectangulaires du pav droit. Il est indispensable de faire faire des manipulations pour que les lves prennent en compte les trois dimensions dun solide (dans un manuel, on ne peut que proposer des vues en perspectives, dans lesquelles toutes les faces ou toutes les artes ne sont pas apparentes). Le matriel nest pas trs difficile runir et les lves peuvent tre sollicits ce sujet: botes et emballages de formes diverses, cubes, ds jouer, savon, bote de conserve, etc.RVISIONSPour bien dmarrerIl sagit de faire rflchir les lves la notion de volume. Rapidement, lenseignant passera aux manipulations.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONFaire manipuler le matriel qui a pu tre runi. Les lves les tiennent en main, passent leurs doigts sur les artes, les faces et les sommets pour les identifier et les compter.Procder ensuite des activits de classement. Montrer diffrents solides et faire chercher un mode de classification. Des constats sont tablis en commun. Certains critres sont limins: la matire, la couleur Le vocabulaire est prsent en situation et remplace le vocabulaire courant: on ne parle plus de coin mais de sommet, dendroit plat mais de face. Les observations se font plus prcises: forme des faces, par exemple, nombre dartes. Montrer ensuite un cube. En faire compter les faces, demander de prciser leur forme. Faire compter les artes et les sommets.Cherche et dcouvreFaire observer limage. Demander aux lves de prciser ce quils y voient: des objets, deux enfants. Faire prciser ce que fait chacun de ces derniers. Lun a les yeux bands, lautre est observateur. Lire la bulle en expliquant quel est le personnage qui parle. Montrer un objet qui a une forme cubique (bote, d jouer, etc.). Eventuellement, dessiner un cube en perspective au tableau. Demander aux lves nom du mois). Faire chercher le nom du mois qui prcde et celui qui suit. Les lves les notent sur leur livret dactivits.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONLa veille de la leon, demander aux lves dapporter des calendriers. Ce sera un bon moyen de les impliquer dans la leon. Organiser lactivit en fonction du matriel qui a pu tre runi: observation des calendriers; description des usages que lon peut faire dun calendrier. Faire identifier principalement deux lments: la prsence des jours de la semaine et des mois. Concernant les jours, des explica-tions devront tre donnes si seules les initiales des mots figurent: L=lundi; M=mardi, etc.Faire nommer les 12 mois de lanne. La liste sera crite au tableau. Poser ensuite des questions telles que: Quel mois vient avant ? Quel mois vient aprs ?Cherche et dcouvreFaire observer limage et expliquer ce que fait la fillette. Faire lire le contenu de lencadr sous le dessin de faon ce que les lves puissent saider de la liste des mois pour numroter les tiquettes. Lors de la correction, demander de lire les mois dans lordre: Le 1, cest janvier; le 2, cest fvrier, etc.Faire lire le nom des jours de la semaine. La date ayant t crite rgulirement depuis le dbut de lanne, ceux-ci sont familiers aux lves.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiLexercice sera simple si des calendriers ont t observs en dbut de leon et des observations ont t faites au sujet de la prsence de linitiale des jours de la semaine. Dans le cas contraire, donner les explications ncessaires. Les lves se rfrent lencadr pour complter.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Expliquer ce quest une carte didentit et en montrer une. Montrer que celle qui est propose dans le livret est simpli-fie. Faire dire les lments y figurant. Donner leur date de naissance aux lves qui ne la connatraient pas.REMDIATIONFaire crire le nom des 12 mois sur autant dardoises. Deman-der 12 lves de venir se ranger devant leurs camarades de faon montrer ces derniers les mois dans lordre. On peut placer deux groupes dans deux endroits diffrents de la classe (ou sinstaller dehors si lespace manque) et faire de ce jeu un jeu de rapidit: la premire quipe qui a termin a gagn ou marque un point.Le jeu pourra tre renouvel en ne prenant que quelques ardoises: les lves doivent mettre dans lordre 4 ou 5 mois de lanne, par exemple. 4 Les solides (1) voir manuel page 99Domaine Gomtrie73le vocabulaire de la leon: 5 doigts, cest la moiti de 10 doigts; 5, cest la moiti de 10.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreProposer aux lves de mettre en place la situation du livre. Faire passer autant dlves diffrents que possible. Transcrire chacune des situations au tableau. Limage du livre suggre une schmatisation base de dessins de btons. Ce nest videmment pas la seule possible. On peut galement dessiner 6 ronds puis demander un lve de venir entourer deux sous-ensembles gaux. Les partages de ce type peuvent poser des problmes certains lves. Il est souvent ncessaire de procder une distribution pour parvenir la solution: on met un lve dun ct, puis un autre de lautre ct. On recommence jusqu ce quil ny ait plus dlves. Dans chaque cas, faire produire les phrases qui dcrivent la situation.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiLes dispositions choisies doivent permettre aux lves un reprage visuel qui facilite la partage en 2. Il faudra faire dire et rpter les phrases compltes.Le travail sur les moitis sera complt du travail sur les doubles partir de chacune des situations. La moiti de 16, cest 8 2 fois 8, cest 16. La moiti de 14, cest 7 2 fois 7, cest 14.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Faire dcrire la situation: des bonbons sont poss sur une table. Expliquer que deux enfants veulent se les partager de faon quitable (il ny a pas de partages ingaux dans la leon). Faire expliquer la mthode de partage: on relie un premier bonbon lun des enfants puis lautre et ainsi de suite. Les lves effectuent le travail demand. Les nombres trouvs sont inscrits dans les cases prvues cet effet. Faire constater quils sont identiques. Conclure: Il y avait 12 bonbons. On les a partags entre les 2 enfants. Chacun aura 6 bonbons. La moiti de 12, cest 6.REMDIATIONDistribuer des graines aux lves (12, puis 14, 16, 8, etc.). Demander de faire des paquets avec un mme nombre de graines. Reprendre le vocabulaire de la leon: partage, moiti. Rappeler la mthode de travail si ncessaire: Je mets une graine dans un paquet, puis une graine dans lautre paquet. Je recommence tant que jai des graines.Proposer galement des partages avec des nombres impairs. Il est ncessaire que les lves rencontrent des situations o la division nest pas exacte: Quand je partage en deux parts gale 7 graines, je peux faire 2 paquets de 3 graines et il reste 1 graine. 6 Les nombres jusqu 18 voir manuel page 101Domaine Activits numriquesde dcrire lobjet. La description attendue est trs simple: on attend des lves quils identifient les faces carres et quils les dnombrent: il y en a 6. Faire observer sur limage les objets dont la forme se rapproche de celle des solides. Lenseignant se rappellera la diffrence entre un objet rel et un objet gomtrique, qui est une figure que lon peut dessiner et placer dans nimporte quelle position, pose sur un sommet, par exemple, alors quun objet physique ne tiendra pos que sur lune de ses faces. Donner la consigne. Les lves pourront ventuellement faire un commentaire sur les figures qui ne sont pas retenues.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiLexercice est proche de ce qui vient dtre ralis. Faire observer les solides et donner la consigne. Dessiner un trait au tableau pour sassurer que les lves ont bien compris le sens du mot relier.Il y a 4 cubes relier entre eux, 3 pavs droits, 2 pyramides base triangulaire et 2 cylindres.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Prvoir de faire identifier et caractriser des solides que lon trouve dans son entourage.REMDIATIONPrvoir de poursuivre les manipulations et de revenir sur les critres de classification. Faire remployer le vocabulaire de la leon: cube, face, arte, sommet. 5 Partager en 2 (1) voir manuel page 100Domaine Activits numriquesObjectif Connatre la moiti des nombres pairs jusqu 20.Matriel Matriel de manipulation habituel pour les leons de numration.Observation pralableLe travail sur les moitis constituera une premire approche des partages et de la division. Il devra donner lieu des manipulations, qui sont simples raliser sans matriel spcifique: crayons partager en deux tas ou petits cailloux, graines, groupes dlves, etc. Un entranement rgulier en dbut de leon permettra aux lves de mmoriser les moitis. Il faudra aussi y associer le travail sur les doubles: lorsque lon a indiqu que la moiti de 10 est 5, on peut facilement rappeler que 5 plus 5 font 10 (criture additive), ou encore que 2 fois 5 font 10 (prparation lutilisation de lcriture multiplicative).RVISIONSPour bien dmarrerSi les lves ont t habitus aux jeux de doigts, ils doivent normalement tre capables de montrer 10 doigts ou 5 doigts sans en passer par le comptage un un. Introduire 74 Il y a 5 jetons ronds. Jen ai dessin encore 10 pour en avoir 15. 5 + 10 = 15. Il y a 6 jetons carrs. Jen ai dessin encore 12 pour en avoir 18. 6 + 12 = 18.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Lire le titre et la phase de contexte. Faire observer limage et demander de la dcrire. Les lves reconnaissent les ds. Faire dire le nombre de points dans chacun. Si les lves ont dj eu loccasion de jouer avec des ds, ils sauront dire le nombre de points sans compter ceux-ci un un. Laisser ensuite la classe travailler. Le matriel de comptage nest pas ncessaire puisque lon peut compter les points sur le dessin.REMDIATIONPratiquer un jeu avec des ds tel celui dcrit dans la rubrique prcdente. Si le matriel manque, il est facile de dessiner les points des ds sur des petits carrs de papier. Au lieu de lancer le d, les lves tirent un papier pos face contre la table (il faut du papier suffisamment pais pour que lon ne voie pas le dessin des points travers).Les lves peuvent travailler par petits groupes de 2 4. Ils doivent effectuer 3 lancers chacun (ou trois tirages) et trouver le nombre total de points. Chacun crit laddition correspondant ses points. Lensemble des lves effectue les calculs pour vrifier quil ny a pas derreurs. 7 Estimer, comparer des capacits voir manuel page 102Domaine MesuresObjectifs Estimer des capacits. Comparer la capacit de contenants par transvasement.Matriel Des rcipients divers (bouteilles, pots de yaourt, cas-seroles, verres, bidons, etc.), de leau.Observation pralableIl ne sagit pas daborder les units de mesure de capacit au cours de la leon mais de faire appel au vcu des lves, qui utilisent des contenants la maison (verres, bouteilles), et de leur permettre de faire des manipulations concrtes au cours desquelles des relations seront tablies. Le vo-cabulaire li la comparaison sera employ de nouveau: plus/moins/plus grand/plus petit/autant, etc.Le matriel utiliser nest pas difficile runir puisquil nest constitu que dobjets du quotidien. Les transvasements avec leau pourront seffectuer dans la cour.RVISIONSPour bien dmarrerFaire appel lexprience des lves. Si seuls les contenants recevant des liquides seront voqus par souci de simplicit, il va de soi que lon pourrait galement voquer la capacit des rcipients qui permettent de mettre de la farine, du sable, etc. Faire noter les diffrences de taille entre les contenants cits: cela peut aller de la cuillre caf au camion-citerne.Objectifs Connatre la suite des nombres de 1 18 (comptine numrique). Associer une quantit un nombre (associer une collection son cardinal). Produire une quantit correspondant un nombre donn. Lire, crire et dcomposer le nombre 18.Matriel Matriel habituel de manipulation pour les leons de numration.Observation pralableOn la vu prcdemment, partir de 17, les problmes lis la terminologie disparaissent. La leon ne prsentera pas de difficults particulires, et ce dautant plus que les lves auront utilis le nombre 18 en rcitant la comptine numrique, lors dactivits de dnombrement ou en cri-vant la date.RVISIONSPour bien dmarrerEn complment, demander de trouver, dans chaque cas, le nombre qui vient avant. Il est possible de prolonger lexercice avec dautres nombres: 12; 7; 11; 10.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONPrsenter le nombre 18 en faisant ajouter 1 lment une collection de 17 lments. Les nombres sont crits dans un tableau de numration. La valeur de chaque chiffre est rappele: dans 18, il y a un paquet de 10, soit 1 dizaine, et un encore 8 lments, soit 8 units.Proposer ensuite des exercices de complmentation: combien faut-il ajouter dlments une collection de 9 lments (puis 15, 16, 13, etc.) pour en avoir 18? Faire pro-duire lcriture additive correspondant chaque situation. Proposer galement des situations soustractives: Runissez 18 graines. Maintenant, enlevez 4 graines. Combien de graines reste-t-il ? La soustraction correspondant chaque situation sera crite sur lardoise. Proposer enfin des situations de partage: Vous avez runi 18 graines. Combien de paquets de 9 graines (puis 6, 2, 3) pouvez-vous faire ? Il nest videmment pas encore question de produire dcritures multiplicatives ou relevant de la division.Cherche et dcouvreDemander dobserver limage et faire dire ce que chaque enfant a prpar. Les diffrentes lettres seront lues avant dtre dnombres. Proposer ensuite de comparer les col-lections. Rappeler la signification des signes < et >, que les lves confondent souvent.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiFaire dire le nom de chaque forme gomtrique. Deman-der ensuite de compter le nombre de figures. Faire lire le contenu de chaque tiquette et demander de complter les dessins. En prolongement, demander de traduire sous la forme dune addition ce qui a t fait dans chaque cas:75 8 Partager en 2 (2) voir manuel page 103Domaine Activits numriquesObjectif Connatre la moiti des nombres pairs jusqu 20.Matriel Matriel de numration habituel pour les leons de numration.Observation pralableLes objectifs poursuivis dans cette leon sont les mmes que dans la prcdente leon sur le sujet: il sagit de renforcer les acquis en la matire et de donner la chance aux lves de mmoriser la moiti des nombres jusqu 20. Prvoir un entranement rgulier au-del de la leon et des manipu-lations en ce qui concerne les quantits plus importantes.RVISIONSPour bien dmarrerDonner la consigne puis laisser les lves travailler. De-mander dindiquer le nombre dlments obtenus dans chaque tas. Faire expliquer la procdure suivie: certains lves auront procd par ttonnement en essayant de grouper un certain nombre dlments puis en ajustant selon le rsultat obtenu. Dautres auront fait une croix sur une gomme puis un rond sur une autre lautre extrmit du dessin puis auront rpt lopration autant de fois que possible, etc. Le fait de faire expliciter la procdure permet aux lves de sinterroger sur ce quils ont fait, de constater que diffrentes dmarches sont possibles. Cela leur apprend galement communiquer avec les autres. Ces diffrents aspects favoriseront leur rflexion future.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONProcder des activits de partages portant sur le double et la moiti. Demander de constituer 2 tas de 4 graines. Faire runir les deux tables et demander dindiquer le cardinal de la nouvelle collection. Faire produire une phrase telle que: Le double de 4, cest 8. Demander ensuite de partager la collection en deux parties gales. Les lves se souviendront facilement quil faut faire 2 tas de 4 lments. Faire produire la phrase: La moiti de 8, cest 4. Renouveler les manipulations pour faire produire le double et la moiti des nombres jusqu 20.Cherche et dcouvreFaire prendre connaissance de la situation puis demander de la dcrire. Les lves doivent reprer les caisses, la camion-nette et le chauffeur. Donner les explications ncessaires concernant le transport des caisses. Comme dans la leon prcdente, la disposition de ces dernires est de nature faciliter le partage en deux parties gales. Conseiller aux lves de bien vrifier quil y a le mme nombre de caisses dans chacun de leurs ensembles avant de complter la phrase. On la vu dans les activits de manipulation qui prcde, le travail sur les moitis des nombres pairs infrieurs 20 sera galement loccasion de mmoriser les doubles DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONMontrer les rcipients qui ont pu tre runis. Les faire nommer et observer puis demander de trouver celui dans lequel on pourra mettre le plus deau et celui dans lequel on pourra en mettre le moins. Les rponses seront probablement assez videntes: un seau et un verre, par exemple. Il est possible que, ds cette phase de la leon, se pose la question de la comparaison de rcipients de contenance proche (si tel nest pas le cas, en isoler deux parmi ceux runis et poser nouveau la question de dpart). Demander comment on pourrait donner la rponse sans se tromper: il faut rempli lun des rcipients deau et transvaser dans lautre. Faire la dmonstration. Trois constats sont possibles: on na pas pu verser toute leau dans le deuxime conte-nant: celui-ci a donc la plus petite capacit; on na pu verser tout le contenu du premier rcipient dans le deuxime et celui-ci nest pas rempli, il a donc la plus grande capacit; on a pu verser exactement le contenu dun rcipient dans lautre, les deux rcipients ont la mme capacit.Cherche et dcouvreFaire observer les images et demander de nommer les rcipients: un jerrycan, une bouteille, un verre, un bidon ou un ft. La rponse aux questions ne doit pas poser de problmes car les constats sont aiss tablir visuellement.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiLes lves reconnatront une manipulation proche de celle qui a t propose en dbut de leon. Faire dcrire chaque image et demander de formuler ce qui a t fait: on a vers le contenu de plusieurs bouteilles jusqu ce que soient remplis les divers rcipients. Les lves doivent compter les bouteilles pour rpondre la question.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Donner le titre puis lire les paroles du garon. Rpter et poser des questions pour vrifier la comprhension: Qua rempli le garon ? Combien de bouteilles a-t-il vers dans le bidon ? Et dans la bassine ? Ces rcipients sont-ils remplis entirement ? Lire ensuite la premire bulle de la fillette. La relire et donner la consigne. Les lves dcident seuls sils doivent barrer ces paroles ou non. Procder de mme pour les deux bulles suivantes.REMDIATIONProcder de nouvelles manipulations. Il est envisageable de reproduire la situation de lexercice du Entrane-toi : choisir un petit rcipient qui servira de mesure, le remplir et chercher combien de fois on peut en verser le contenu dans un rcipient puis dans un autre rcipient. On pourra ainsi comparer la contenance des deux rcipients en question. Les lves abordent ainsi la notion dunit, comme ils lont fait prcdemment au sujet des mesures de longueurs.76DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvre Faire observer la scne. Les lves reconnaissent les deux lves prsents dans la prcdente leon sur les solides. Poser quelques questions pour faire dcrire la situation: les deux enfants ont invers les rles. Celui qui cherchait est maintenant observateur. Lire le contenu de la bulle en montrant le personnage qui sexprime. Dessiner au tableau une pyramide. La montrer et expliquer que lenfant doit reconnatre les yeux ferms les solides de ce type. Faire ensuite observer les solides poss sur la table. Donner la consigne. Les lves pourront nommer les solides quils connaissent dj et qui ne seront pas entours.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiDonner la consigne. Les lves ont fait un exercice compa-rable dans la leon prcdente sur les solides. Le leur rappeler.Les lves doivent relier trois pyramides base triangulaire de taille diffrente, deux prismes droits base hexagonale, deux cubes de taille diffrente et trois cylindres. La sphre est seule.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!La question des solides ne trouve pas, au niveau de la SIL, dapplication directe dans la vie quotidienne qui puisse donner lieu une activit dintgration partielle. Les com-ptences acquises seront values dans le contexte plus global dune telle activit mene sur les solides.REMDIATIONCe sont de nouvelles manipulations qui permettront aux lves didentifier des solides par observation de ses faces. 10 Petits problmes (1) voir manuel page 105Domaine Activits numriquesObjectifs Rsoudre des problmes simples. Mettre en place des dmarches.Matriel Matriel de manipulation habituel pour les leons de numration.Observation pralablePar problme, on entend toute situation dans laquelle il faut dvelopper des activits dexploration, dhypothse et de vrification pour produire une solution. On pourra distinguer les vritables problmes, pour lesquels llve ne dispose pas de dmarche pralable et les problmes destins permettre lutilisation des acquis antrieurs dans des situations dapplication et de rinvestissement.Il va de soi que lon en reste un niveau trs simple en SIL. Il sagit de partir de situations tires du vcu des lves, qui correspondant: lorsque lon a trouv que 6 est la moiti de 12, on peut aussi dire que 12 est le double de 6.APPLICATION ET CONSOLIDATION Entrane-toi1 et 2. Dans chaque cas, la disposition des lments facilite le partage en deux moitis gales. Chacune des phrases produites permettra, comme prcdemment, de travailler sur les doubles: La moiti de 16, cest 8 Le double de 8, cest 16. La moiti de 10, cest 5 Le double de 5, cest 10.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Prsenter la situation et expliquer les termes qui peuvent poser problme: stade, entraneur, maillot. Comme pr-cdemment, les lves doivent trouver la valeur dune part. La disposition en ligne est de nature les aider: on peut commencer constituer les deux tas par chacune des extrmits.REMDIATIONPrvoir de nouvelles manipulations avec les lves qui rencontrent des difficults: comme au dbut de la leon, associer le travail sur les moitis avec celui sur les doubles. Progressivement, les lves se passeront du recours au matriel: avec la rptition, ils mmoriseront 2 et 2 4; 3 et 3 6; 4 et 4 8, etc. Et, systmatiquement, La moiti de 4, cest 2; la moiti de 6, cest 3, etc. Naturelle-ment, cet apprentissage, tout comme celui de la comptine numrique, naura de sens que si les lves comprennent ce quils apprennent et savent associer aux nombres les quantits correspondantes. 9 Les solides (2) voir manuel page 104Domaine GomtrieObjectif Identifier le prisme et la pyramide.Observation pralableLa leon suit un droulement exactement comparable celle qui a prcd sur le mme sujet. Les lves identifient deux nouveaux solides: Le prisme : Un prisme est un solide qui garde toujours la mme section. Il existe des prismes droits base triangulaire, carr, rectangulaire, hexagonale Il existe galement des prismes non droits ou oblique. Ces diffrents types seront prsents dans la leon. Ils ne seront cependant pas carac-triss mais simplement reconnus visuellement. Seule la taille ou la position varieront mais la nature du solide devra tre reconnue comme tant identique. La pyramide : Une pyramide a une base constitue dun polygone et un sommet. Chacun des sommets de la base est reli au sommet. La forme de la base peut varier: triangle, carr, hexagone, etc.77retour de la rcration. La situation sera nouveau traduite sous la forme dune criture mathmatique: 12 5=7. 11 Les nombres jusqu 19 voir manuel page 106Domaine Activits numriquesObjectifs Connatre la suite des nombres de 1 19 (comptine numrique). Associer une quantit un nombre (associer une collection son cardinal). Produire une quantit correspondant un nombre donn. Lire, crire et dcomposer le nombre 19.Matriel Matriel de manipulation habituel pour les leons de numration.Observation pralable priori, la leon ne doit pas poser de problmes particu-liers: comme 17 et 18, nombres tudis prcdemment, le nombre 19 permet aux lves, lorsquils le prononcent, dentendre le groupement pas 10 et le nombre dunits dont il est constitu. Cette notion de groupement par 10 ayant t aborde systmatiquement dans les prcdentes leons de numration, les lves ne devraient pas non plus rencontrer de difficults avec le terme dizaine.RVISIONSPour bien dmarrerLes leons de numration permettent, tout naturellement, dtudier un nombre nouveau. Elles doivent tre aussi loc-casion de faire des rappels en ce qui concernent les activits numriques: calculer des sommes et des diffrences, ef-fectuer des comparaisons, ranger des nombres dans lordre croissant ou dcroissant, etc.Dans le cas prsent, les lves effectuent une somme de 3 termes: 7+6+5=18. Les lves qui le souhaitent et qui prouvent des difficults faire les calculs peuvent, par exemple, dessiner des btons sur leur ardoise pour symboliser les quantits mentionnes dans lnonc.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONReprendre les activits proposes dans les diffrentes leons de numration: faire dnombrer des lments (points sur des dominos, graines ou capsules, btons dessins au tableau, etc.), produire des collections correspondant un nombre donn, runir des collections, comparer le cardinal de deux collections, etc. Profiter dune collection de 18 lments pour introduire le nombre 19. Les lves lauront dj rencontr en crivant la date, par exemple. Le faire crire dans le tableau de numration et faire dire la valeur de chaque chiffre.Cherche et dcouvreFaire nommer les objets reprsents. Demander ensuite dindiquer les diffrentes couleurs des perles. Les lves ef-amneront ces derniers se poser des questions, formuler des hypothses pour parvenir une rponse. Les lves pourront avoir reprsenter les situations, en complment des illustrations proposes.Pour bien dmarrerLes lves dbutent par un problme de recherche pour lequel ils ne disposent pas dune dmarche dj rencontre au cours dune leon. Il y a 6 combinaisons possibles. Donner un exemple au tableau pour que les lves comprennent ce que lon attend deux. Prciser quil faut obligatoirement utiliser les trois couleurs pour chaque srie de 3 cubes. Montrer un exemple erron au tableau et demander de corriger pour vrifier que la classe a compris.Voici les solutions avec les couleurs rouge (R), jaune (J) et vert (V): R, J, V/R, V, J/J, R, V/J, V, R/V, R, J/V, J, R.Cherche et dcouvre1. Ce problme additif est guid. Il est possible que cer-tains lves naient pas besoin den passer par les tapes proposes. Il sera pourtant intressant quils apprennent reprsenter schmatiquement une situation. Cela pourra leur servir dans des situations plus complexes.Demander dobserver limage. Faire dcrire la situation: un enfant donne des bonbons un enfant plus jeune, son petit frre. Lire ensuite la consigne. Les lves doivent bien comprendre la question principale du problme. Deman-der de dessiner les bonbons quavait lenfant au dpart: 8 bonbons. Poser ensuite la deuxime question. Les lves peuvent dessiner les bonbons donns par le grand-frre, soit 6 bonbons supplmentaires. Il est alors facile de dnombrer les bonbons qua maintenant lenfant par comptage sur le dessin. Faire traduire la situation sous la forme mathma-tique dune addition: 8+6=14.2. Le problme suivant est un problme soustractif. Comme prcdemment, la dmarche en est guide. Cela ne signi-fie pas pour autant que cette dernire soit un modle suivre et que tous les problmes devront tre rsolus de cette faon. Certains lves procderont par ttonnement et parviendront la solution dune autre faon, dautres utiliseront des procdures plus expertes et auront recours directement une opration. Il est important que chaque lve trouve sa propre dmarche.Commencer par faire observer limage. Elle ne donne pas suffisamment dlments et les lves ralisent quil faut avoir recours lnonc pour comprendre ce qui se passe. Lire celui-ci et la question. La faire reformuler de faon vrifier quelle a bien t comprise. Des questions porteront galement sur les valeurs numriques figurant dans le texte: Combien de billes avait la petite fille ? Que sest-il pass pendant la rcration ? Combien de billes a-t-elle perdues ? Sait-on combien elle en a maintenant ?Demander ensuite de dessiner les billes quavait la fillette au dpart. Faire rappeler ce qui sest pass: la petite fille a perdu des billes. Demander comment on peut matrialiser cette perte sur le dessin. Certains lves suggreront peut-tre de les effacer ou de les barrer. Retenir de prfrence cette dernire solution, qui permet de continuer voir les 12 billes que lenfant possdait au dpart. Les lves peuvent ensuite trouver le nombre de billes que la fillette possde au 78base sur la dcouverte de notre systme de numration. Les lves ont t habitus crire les nombres dans le tableau de numration, les dcomposer partir de 10 et donner la valeur de chaque chiffre dun nombre de deux chiffres. En abordant le nombre 20, il sagit de mettre nouveau en avant lcriture en base 10 et le fait que le chiffre 2 reprsente 2 dizaines. Lcriture additive suivante sera produite: 20=10+10.Ltude structure des nombres au-del de 20 se fera en CP. Lenseignant continuera cependant la frquentation des nombres de la deuxime dizaine et les dizaines suivantes en diverses occasions: criture de la date, comptage des pr-sents et des absents, des cahiers relevs ou distribuer, etc.RVISIONSPour bien dmarrerLes lves dbutent par un rapide retour sur la suite des nombres jusqu 19. En prolongement, faire dire cette succes-sion de nombres reculons. Proposer galement de donner la suite des nombres partir dun nombre quelconque, dans lordre croissant puis dans lordre dcroissant.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONFaire venir 10 garons devant leurs camarades. Demander de compter le nombre dlves. Faire venir ensuite 9 filles. Faire compter le nombre de filles puis le nombre total dlves. Le rsultat est crit dans le tableau de numration. Faire venir une fille supplmentaire. Demander de trouver le nombre de paquets de 10 obtenus: il y en a 2 et il ny a plus dlments isols. Au tableau, crire 10+10=20. Le nombre 20 est crit dans le tableau de numration. Faire dire la valeur du chiffre 2 et celle du 0.Cherche et dcouvreComme lhabitude les lves prennent connaissance de la situation. Demander didentifier le personnage: cest une vendeuse. Faire prciser ce quelle vend: des oranges. Demander ensuite ce que fait la vendeuse: elle place des oranges dans des caisses. Faire lire les nombres crits sur chacune des caisses. Faire constater quil faut mettre la mettre quantit doranges dans chaque caisse. Donner ensuite la consigne: il faut dessiner le nombre doranges demandes. Recopier ensuite ltiquette au tableau. Faire constater que laddition comprend deux termes. Demander de les trouver: chacun correspond aux nombres doranges dans chaque panier. Faire constater que 20 est constitu de 2 dizaines. Le nombre 20 est crit dans le tableau de numration, ce qui permet de visualiser dune autre faon les deux dizaines qui le constituent.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1. La prsentation sous forme de groupes de 5 units, qui rappelle celle que lon trouve dans les dominos, permet-tra denvisager une autre dcomposition intressante du nombre 20. Les lves rptent aprs lenseignant: Il y a 5, 10, 15, 20 ronds.2. Lexercice impose une contrainte: celle de grouper les 10 premiers lments. Ce groupement sera repris dans lgalit dont lenseignant fera observer la prsence sous le dessin.fectuent ensuite le dnombrement. Les nombres de perles de chaque couleur sont inscrits dans les cases correspondantes et les lves compltent les galits. En prolongement, faire comparer le nombre de perles des bracelets. Faire ranger les nombres par ordre croissant en faisant utiliser le signe .APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1. Les groupements proposs permettent de travailler sur les doubles: 9+9. Les lves voient galement les no-tions densembles et de sous-ensembles. Comme lexercice pourra prsenter une certaine complexit visuelle pour certains lves, prendre le temps de faire comprendre quoi correspond chaque tiquette complter: les deux sous-ensembles, tout dabord, puis lgalit.2. Faire observer le contenu des tiquettes: il y a une addi-tion dans chacune delles, dont le rsultat nest pas indiqu. Donner la consigne. Les lves qui observent bien les galits et qui ont dj de bons acquis en numration pourront se passer de faire certaines oprations. Le faire indiquer lors de la correction ou le faire remarquer si personne ne la fait: 10+9=9+10 (notion de commutativit de laddition). Lorsque lon a calcul 15+2, on peut trouver le rsultat de 16+2 sans refaire de calcul.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Donner le titre. Faire observer et nommer les ingrdients utiliss par la maman. Lire ensuite le contenu de la bulle. Concernant la premire consigne, sassurer que les lves ont compris quils ont deux choses faire. REMDIATIONPrvoir des activits de manipulation complmentaire, varier en fonction de ce qui a t propos en dbut de leon. Faire des dictes de nombres en insistant que la tranche de 11 19. Faire quelques exercices de dcomposition partir de 10 (18=10+8; 19=10+9). Proposer de trouver diff-rentes dcompositions de 19 (18+1=19; 17+2=19, etc.). 12 Le nombre 20 voir manuel page 107Domaine Activits numriquesObjectifs Connatre la suite des nombres de 1 20 (comptine numrique). Associer une quantit un nombre (associer une collection son cardinal). Produire une quantit correspondant un nombre donn. Lire, crire et dcomposer le nombre 20.Matriel Matriel de manipulation habituel pour les leons de numration.Observation pralableLa structuration des connaissances sur le nombre a t 79dnombrer le nombre de faces reprsentes: il y en a 7. Faire constater quil y a plus de faces que de solides. Demander dobserver les solides les uns aprs les autres. Concernant le cube, faire rappeler la prsence de 6 faces carres. Les lves devront distinguer les trois faces rectangulaires du pav droit de la face rectangulaire du prisme.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1. Donner la consigne. Les faces ne sont pas prsentes. Les lves doivent observer les solides pour les visualiser. a) Faux; b) Faux (les faces carres ne sont pas de mme taille); c) Vrai (faces carres); d) Vrai (le disque qui constitue la base de chaque figure est identique).2. Les lves observeront tout dabord les solides et consta-teront que les trois premiers sont constitus dun assemblage de solides: cubes et pavs droits.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!La prise dempreintes de solides ne trouve pas, au niveau de la SIL, dapplication directe dans la vie quotidienne qui puisse donner lieu une activit dintgration partielle. Les comptences acquises seront values dans le contexte plus global dune telle activit mene sur les solides.REMDIATIONCe sont de nouvelles manipulations qui permettront aux lves didentifier des solides par observation de ses faces. 14 Compter reculons (2) voir manuel page 109Domaine Activits numriquesObjectif Compter reculons de 20 0.Matriel Matriel de manipulation habituel utilis lors des leons de manipulation.Observation pralableLe comptage reculons fait partie des comptences quil faut dvelopper pour aider les lves structurer la numration et faire des calculs soustractifs.Une leon a t consacre au comptage dans lordre d-croissant sur les nombres de 10 0. Prvoir des rvisions ce sujet.RVISIONSPour bien dmarrerDonner la consigne. Rappeler la signification du signe . Vrifier nouveau que les lves ne confondent pas les deux signes < et >.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONDans la cour de rcration, organiser des petites courses de vitesse avec des groupes de quelques lves. Ce sont les ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Demander dobserver limage et de trouver la profession des personnages. Faire observer la disposition des poissons et la prsence des tiquettes. Lire le contenu des bulles. Sassurer que les lves ont compris ce que lon attendait deux et les laisser travailler. Lors de la correction, demander dexpliquer comment les rponses ont t trouves.REMDIATIONPrvoir diffrentes activits autour du nombre 20 partir de manipulations et dnoncs simples: Jai 20 graines, jen enlve 5. Combien en ai-je maintenant ? Jai 16 cahiers, jen ajoute 4. Combien de cahiers ai-je maintenant ? Papa a apport 10 mangues. Il y en avait dj 10 la maison. Combien de mangues y a-t-il maintenant ? etc. 13 Les empreintes dun solide voir manuel page 108Domaine GomtrieObjectifs Identifier les diffrentes faces dun solide. Associer les empreintes des faces dun solide au solide voulu.Matriel Solides divers (les mmes que dans la prcdente leon sur le sujet).Observation pralableIl est important dessayer de mettre les lves en situation concrte de prendre des empreintes de solides. Il existe plusieurs techniques simples pour ce faire: faire prendre des empreintes dans de largile ou faire tracer le contour des faces sur des feuilles de papier.RVISIONSPour bien dmarrerLes diffrences dorientation des figures ne devront pas empcher lidentification. Les noms des solides pourront tre donns mais, hormis celui du cube, il ny a pas lieu de les faire mmoriser (cne, pyramide).DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONDbuter par la prise dempreintes. Lorganisation de la classe sera fonction du matriel runi, des effectifs et de la dis-position des lieux: formes gomtriques et boules dargile distribues des groupes dlves, tracs effectus sur des feuilles, dmonstration devant la classe. Faire observer les empreintes obtenues: carrs, rectangles, triangles. Demander de retrouver le ou les solides dont elles proviennent. Faire constater que lon peut obtenir jusqu trois empreintes de faces diffrentes pour un pav droit.Cherche et dcouvreDemander dobserver limage et faire trouver ce que fait lenfant, ce quelle utilise, lendroit o elle a trac les em-preintes. Aider les lves formuler ce quils observent. Faire dnombrer le nombre de solides: il y en a 4. Faire 80une situation et une question sous forme mathmatique. Dans le premier problme, diffrentes oprations sont pro-poses, les lves devant choisir la bonne. Dans les autres cas, il est indiqu aux lves sil faut faire une addition ou une soustraction, charge eux de complter les oprations.Pour bien dmarrerLa leon dbute par un problme de recherche dans les-quels les lves ne peuvent appliquer une dmarche dj rencontre. Il faut procder par essais pour respecter la consigne donne. Concernant la grille remplir avec deux couleurs, il ny a que deux solutions:Il y a de nombreuses solutions en ce qui concerne les grilles remplir avec trois couleurs. En voici deux:Cherche et dcouvre1. Les informations devront tre prises uniquement sur limage. Lire la phrase complter et laisser les lves cher-cher. Lors de la correction, faire expliquer par quelques lves ce qui sest pass et comment on peut trouver le nombre dufs utilisables. Les lves devront mentionner lenfant qui tient une bote dufs ouverte, dans laquelle on voit 4 ufs. Par terre, 2 ufs sont tombs et casss. Lenfant avait 6 ufs, il en a 2 en moins: 6 2=4 (ces 4 ufs restants sont visibles dans la bote).2. Faire prendre connaissance de la situation. Concernant le partage, les lves entourent les deux ensembles de crayons sur le fichier. Cette situation de partage est ensuite traduite sous la forme dune addition, qui permettra au passage de faire revoir les doubles (le double de 4).3. Le troisime problme relve dune situation soustractive qui peut se traduire sous la forme dune addition trous (4+5=9) ou dune soustraction (9 4=5). 16 Les nombres pairs et impairs voir manuel page 111Domaine Activits numriquesObjectifs Identifier les nombres pairs et impairs. Compter de 2 en 2 partir dun nombre pair ou impair.Matriel Matriel de manipulation habituel pour les leons de numration.Observation pralableLes nombres pairs sont les multiples de 2 et ils sont donc lves qui ne sont pas concerns par la course qui donnent le dpart: demander de compter reculons partir de 10. Les lves dmarrent lorsque leurs camarades parviennent 0. Dautres lves prennent le dpart de la course. Lenseignant fixe un nouveau nombre partir duquel le dcompte va seffectuer, ainsi que le nombre partir duquel les coureurs devront slancer: on dcompte partir de 20 et on court lorsque lon entend 10 (puis on dcompte de 19 12; de 18 14; de 19 13, etc.).Cherche et dcouvreDemander de lire les nombres de la premire srie. Faire trouver la rgle qui va permettre de trouver la suite des nombres: on compte lenvers, reculons. Faire observer la deuxime srie puis les suivantes. Les lves constatent que la rgle est la mme dans chaque cas. Dautres sries pourront tre donnes en prolongement de lexercice.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiSi la suite des nombres est nouveau prsente dans le sens dcroissant, lexercice est un peu diffrent de ce qui prcde dans la mesure o tous les nombres nont pas tre crits. Les lves doivent trouver une manire de procder: pour placer 5 et 9, par exemple, on dcompte partir de 10, qui figure sur la file numrique. Pour placer 15, 16 ou 18, on dcompte partir de 19. Le nombre 13 peut tre plac partir de 10.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Prsenter la situation et la profession du personnage visible sur limage. Montrer la suite des nombres qui dbute par 20 et 19. Expliquer ce que le vendeur fait concrtement: il a 20 voitures vendre. Lorsquil a vendu un vhicule, il crit 19 sur son cahier: cest le nombre de voitures quil a maintenant vendre. Demander ce quil crira lorsquil en aura vendu une autre: il lui restera 18 voitures. On procde ainsi de suite.REMDIATIONLe comptage reculons peut donner lieu des exercices supplmentaires trs rapides qui pourront tre pratiqus dans les jours qui suivent la leon: ranger des nombres par ordre dcroissant, dcompter partir dun nombre donn, placer des nombres sur une droite numrique.Les exercices peuvent tre faits oralement ou sur lardoise. 15 Petits problmes (2) voir manuel page 110Domaine Activits numriquesObjectifs Rsoudre des problmes simples. Mettre en place des dmarches.Observation pralableDans cette deuxime tape du travail sur les problmes, les lves prennent encore des informations sur les dessins dans la plupart des cas. Lun des objectifs est de traduire 1 2 3 4 1 carreau 2 carreaux 8 199 7 133 2 1 2 3 4 1 carreau 2 carreaux 8 199 7 133 2 81ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Demander aux lves sils savent de combien de joueurs est constitue une quipe de football: 11 joueurs. Donner ensuite la consigne. Les lves doivent crire les nombres 1, 3, 5, 7, 9 et 11. En prolongement, faire crire les nombres figurant sur les maillots qui ont dj t prpars par le fabricant: ce sont les nombres pairs de 2 10.REMDIATIONPrvoir de nouveaux comptages de 2 en 2, partir de 0 puis partir de 1. Les lves savent parfois compter de 2 en 2 sans se rappeler la distinction entre nombres pairs et nombres impairs. Il existe des moyens mnmotechniques pour les aider: dans impair, on entend un. Les nombres impairs sont ceux que lon obtient en comptant de 2 en 2 partir de 1. Enfin, on pourra rappeler quune paire est un ensemble de 2 lments: une paire de chaussures, une paire de chaussettes, etc. En consquence, les nombres pairs sont obtenus en comptant de 2 en 2 partir de 2. 17 Oprateurs voir manuel page 112Domaine Activits numriquesObjectif Calculer laide doprateursMatriel Matriel de manipulation habituel pour les leons sur la numration et les oprations.Observation pralableLes calculs avec des oprateurs constants sont prsents dans des grilles ou des tableaux. En SIL, les exercices sont simplifis et les lves nont pas trouver les oprateurs, ce qui est couramment demand dans les niveaux suprieurs.RVISIONSPour bien dmarrerLe comptage de 2 en 2 est une manire de revoir les nombres impairs (premire srie) et les nombres pairs (deuxime srie) et de prsenter des sries o loprateur est constant: on ajoute systmatiquement 2 pour passer dun nombre un autre (+ 2). En demandant de dcompter de 2 en 2, on soustraira 2 pour passer dun nombre au suivant ( 2).DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvreFaire observer la premire case et demander den lire le contenu. Lire ensuite le contenu de la bulle et expliquer que 7 est le nombre de billes que possde lenfant le lundi. Demander ensuite dobserver la suite doprateurs et de trouver la signification de ces derniers. Les lves peuvent aisment deviner quil sagit dun ajout. Complter en ex-pliquant que lenfant a gagn 2 billes chacun des jours de la semaine. Faire lire le nom des jours considrs. Demander ensuite de complter les tiquettes.divisibles par 2. Les lves pourront les reconnatre au fait quils se terminent par 0, 2, 4, 6 ou 8. Les nombres impairs sont non divisibles par 2. Les lves les identifieront au fait quils se terminent par 1, 3, 5, 7 ou 9.Faire compter de 2 en 2 sera un objectif important de la leon. Les lves le feront sur les nombres pairs (2, 4, 6, 8, 10, 12) ainsi que sur les nombres impairs (1, 3, 5, 7, 9, 11).RVISIONSPour bien dmarrerFaire observer le dbut de la premire suite de nombres et faire nommer ceux qui sont entours. Faire constater que lon a entour un nombre sur deux. Demander de continuer ainsi. Le mme travail est effectu avec la deuxime suite. Les lves constituent ainsi la liste des nombres pairs jusqu 16 puis celle des nombres impairs jusqu 15. Les lves pourront se rfrer ces deux suites au cours de la leon.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONDans la cour, demander aux lves de se ranger par deux en se donnant la main. Deux cas peuvent se produire: sil y a un nombre pair dlves, il y aura un nombre exact de paires dlves. Sil y a un nombre impair dlves, il restera un lve seul. Faire compter les lves dans chaque situation. Dans le premier cas, il faut produire les nombres pairs: 2, 4, 6, 8, 10 Dans le deuxime cas, partir de llve seul et faire compter: 1, 3, 5, 7, 9, 11Cherche et dcouvreDemander dobserver la premire srie de boutons et de dire comment ils sont disposs: ils sont groups par 2. Faire constater la prsence des tiquettes sous chaque groupe. Les deux premires sont compltes. Les faire lire. Les lves continuent ensuite: il faut compter de 2 en 2. Faire lire la suite des nombres obtenus et le total trouv. Expliquer ces nombres sont appels des nombres pairs: ce sont ceux que lont obtient en comptant de 2 en 2 au-del de 2.Demander ensuite dobserver la deuxime srie de boutons. Faire prciser leur disposition: comme prcdemment, ils sont deux par deux, mais un bouton se trouve seul, au d-but. Faire lire le contenu de la premire tiquette: celle-ci correspond au premier bouton. Par la suite, il faut compter de 2 en 2. Expliquer que la suite des nombres obtenus sont les nombres impairs.Pour conclure, demander aux lves de compter de 2 en 2 sur les nombres pairs puis sur les nombres impairs. Noter les nombres au tableau. Demander dobserver la premire srie de nombres et dindiquer ce que lon y trouve de commun. Les lves devront noter que les nombres pairs se terminent par 0, 2, 4, 6 ou 8. Ce sont ensuite les nombres impairs qui sont observs. Les lves constatent quils se terminent par 1, 3, 5, 7 et 9.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toi1 et 2. Ces exercices pourront tre prcds par de nou-veaux comptages de 2 en 2 pour faire produire la liste des nombres pairs et celle des nombres impairs. Il sera rappel comment on peut identifier les nombres pairs et impairs: en observant le chiffre des units.82rpter les rsultats. Ensuite, dire: 2 et 2 (ou 2 plus 2?)? Les lves rpondent 4; 3 et 3 (ou 3+3?), les lves rpondent 6, etc. Interroger ensuite les lves sur les moitis: Quelle est la moiti de 8 ? (puis de 10, de 4, de 6)DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONPoursuivre le travail entrepris lors de lactivit de rvision avec des quantits plus importantes: faire trouver, en ma-nipulant des graines ou en faisant des dessins, le double des nombres de 6 10. Transcrire chaque situation sous la forme dune addition: 6+6=12; 7+7=14, etc. Deman-der ensuite de retrouver les moitis: Quelle est la moiti de 20 ? Quelle est la moiti de 16 ? etc. Interroger ensuite les lves de nombreuses reprises pour faire travailler la mmorisation.Doubles et moitis peuvent faire lobjet dun affichage dans la classe.Cherche et dcouvre1. Prsenter la situation. Demander didentifier les beignets et faire prciser ce que la maman veut faire. La disposition rend le partage facile. Les lves remplissent ensuite les phrases. Faire complter laddition qui correspond la situation: 8+8=16.2. Suivre la mme dmarche en ce qui concerne la deu-xime situation: faire identifier les bonbons, reformuler la consigne et complter les phrases. De nouveau, laddition traduisant la situation sous forme mathmatique sera pro-duite: 6+6=12.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiDans lexercice, les quantits ne sont pas reprsentes. Les lves qui le souhaitent peuvent ventuellement faire des dessins ou utiliser le matriel pour le dnombrement.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Donner les explications ncessaires concernant le jeu de loto: il sagit dun jeu dans lequel les participants reoi-vent une carte complter (la faire observer sur le livret). Des tiquettes sont tires une une et celui qui a la case correspondant une tiquette sur sa carte remporte lti-quette considre. Le premier qui a rempli toute sa carte a gagn. Ce jeu est facile fabriquer et peut permettre de travailler sous forme ludique, notamment dans le cadre de la remdiation. Le contenu des cases peut facilement varier: outre les doubles et les moitis, on peut faire travailler sur la numration, sur les petites sommes, sur les soustractions, etc.REMDIATIONVoir la suggestion ci-dessus en ce qui concerne le jeu de loto.Concernant le travail sur les doubles et les moitis, consa-crer quelques instants la mmorisation dans les jours qui suivent la leon. Y revenir intervalles rguliers plus tard dans lanne.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiLa prsentation est diffrente de celle qui prcde: un seul oprateur permet de passer dune case de la premire ligne une case de la deuxime ligne. Reproduire la grille au tableau en changeant les valeurs. Montrer comment la remplir en laissant les lves faire les calculs. Faire un deu-xime exemple en changeant loprateur et en proposant une soustraction. Le principe ne change pas. Par la suite, les lves peuvent travailler sur leur livret.ACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Les lves retrouvent une chane doprateurs comparable celle utilise en dbut de leon. Donner le contexte. Faire lire les jours de la semaine et les oprateurs. Il faudra ensuite repartir du rsultat obtenu pour le vendredi pour remplir la deuxime chane.REMDIATIONProposer de nouvelles grilles remplir. Varier les disposi-tions: reprendre celles du livret et proposer galement des grilles disposes ainsi: 18 Les doubles et les moitis voir manuel page 113Domaine Activits numriquesObjectifs Connatre le double des nombres jusqu 10. Connatre la moiti des nombres jusqu 20.MatrielMatriel de manipulation habituel pour les leons sur la numration et sur les oprations.Observation pralable loccasion des leons sur les moitis, les doubles ont videmment t largement voqus. La prsente leon est donc une synthse permettant des rappels sur ce qui a t fait prcdemment. De nombreuses activits de manipu-lation sont possibles. Elles aideront les lves percevoir les quantits et leur viteront de mmoriser des rsultats sans comprendre ce quils apprennent.RVISIONSPour bien dmarrerLe type dexercice propos permet de combiner le travail sur le double des premiers nombres et de revoir la prsentation sous forme doprateurs dcouverte dans la leon de la veille. Lenseignant pourra dessiner au tableau les quantits correspondant chaque opration. Commencer le travail de mmorisation en montrant les quantits et en faisant 1 2 3 4 1 carreau 2 carreaux 8 199 7 133 2 83 le lavage des mains. Lenfant sur limage doit se laver les mains aprs le passage aux toilettes. Faire rappeler les autres moments o lon doit se laver les mains: avant de manger ou de prparer manger et chaque fois quelles sont sales (faire rfrence des lves qui rentrent de rcration avec les mains sales, par exemple). le lavage des dents. Interroger les lves pour leur faire dire quand ils se brossent les dents. Faire dire limportance de cette action. Rappeler que si les dents paraissent trs solides, elles peuvent tre ronges, si on ne les lave pas soigneusement, par des substances qui provoquent des trous: la carie dentaire. Non soigne, la dent abme va faire mal et devra mme tre arrache. Le travail avec limage permettra de rappeler que lon se brosse les dents aprs les repas, le matin et le soir.REMDIATIONPrvoir de faire situer trs rgulirement les unes par rapport aux autres les activits menes au cours de la journe en classe, avant et aprs lcole. Mentionner galement les activits menes la veille ou dans les jours qui ont prcd, ainsi que celles du lendemain ou des jours qui suivent. Lemploi des termes adquats slargira et saffinera: de-main, aprs-demain, jeudi dernier, vendredi prochain, dans deux jours, etc. 20 Petits problmes (3) voir manuel page 115Domaine Activits numriquesObjectifs Rsoudre des problmes simples. Mettre en place des dmarches.Observation pralableOn en reste, en SIL, des problmes comportant des illus-trations dans lesquelles les lves pourront prendre des informations. Cest le cas dans le premier problme propos, qui est un problme de recherche et pour lequel les lves nont pas de dmarche appliquer directement. Dans le premier problme, ce sont les lves qui interviendront sur le dessin en barrant les billes gagnes pendant la rcration. Dans le deuxime problme, les lves doivent dessiner les lments mentionns dans lnonc. Ils pourront ensuite effectuer des dnombrements et traduire les diffrentes situations sous forme mathmatique (les additions sont donnes, les lves doivent en trouver les termes et le rsultat).RVISIONSPour bien dmarrerIl faudra lire plusieurs fois les deux phrases pour que les lves en tirent les informations ncessaires. Pour viter les erreurs, proposer de ne dessiner quun petit rond ou une croix lorsque lon peut avoir trouv la position dune voiture. Demander dattendre une nouvelle lecture pour confirmer les hypothses ou pour effacer la trace et mettre une autre hypothse. 19 Situer des actions dans le temps voir manuel page 114Domaine MesuresObjectifs Prendre des repres dans le temps. Reprer la chronologie dans une action.Observation pralableLe travail sur le reprage dans le temps se poursuit. Les lves doivent pouvoir citer lactivit que lon vient de faire, lactivit que lon va faire ensuite. Ils savent nommer les principaux moments qui rythment la journe: le lever, le coucher, le temps de lcole, le moment des repas, lalternance du jour et de la nuit, etc. Les activits rituelles menes lcole au cours de lanne ont aid la classe dans cette structuration du temps: date crite au tableau le matin, rfrence lemploi du temps de la classe (savoir ce que lon fait avant la rcration, laprs-midi, etc.). Le vocabulaire relatif au temps et la dure sera rvis au cours de la leon: avant, aprs, tout lheure, bientt, plus tard, etc.RVISIONSPour bien dmarrerLaisser quelques volontaires sexprimer. Au tableau, tracer trois colonnes et crire respectivement dans chacune: hier, aujourdhui, demain.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONLa leon pourra tre introduite en posant des questions relatives lemploi du temps de la journe: Quel jour sommes-nous ? Quavons-nous fait ce matin/avant de faire des mathmatiques/aprs la rcration ? Quallez-vous faire ce soir en rentrant de lcole ? etc.Cherche et dcouvreDbuter par lhabituelle phase dobservation et dexploita-tion des images. Faire dcrire ces dernires une une. Faire constater que lon retrouve le mme enfant dans chaque cas. Les lves comprendront quil sagit de diffrents mo-ments de sa journe, des pisodes dune mme histoire. Demander ensuite de remettre les diffrents dessins dans lordre. Les propositions doivent tre justifies. Le reste de la classe donne son avis lorsquun lve est intervenu. Les nombres de 1 4 seront crits au fur et mesure dans les cases prvues. Voici lordre attendu: 1) Les enfants des-cendent du bus. 2) Ils disputent un match de football. 3) Lquipe rouge a remport une coupe. 4) Cest le moment de la douche.APPLICATION ET CONSOLIDATIONEntrane-toiACTIVITS DINTGRATION PARTIELLEMaintenant, tu sais!Mme au cours de la leon de mathmatique, il peut tre possible daborder des questions relatives lhygine. Ne pas hsiter passer le temps ncessaire pour faire le point dans ce domaine. Les points abords sont les suivants:84mettant aux lves dexpliquer leurs dmarches. Validation des bonnes rponses, explications concernant les erreurs.5. Activits de remdiation en fonction des erreurs et de leurs causes principales.Activit 1 Dans les champs avec lagriculteurSuivre la dmarche nonce ci-dessus. Prsenter la situation laide du titre puis faire observer limage. Voici les lments faire ressortir: la prsence des salades et leur disposition (question 1), la prsence des pancartes qui correspondent chacune un sillon, terme expliquer par un dessin au tableau (question 2), la prsence des tomates (question 3), des ignames (question 4), des rcipients (question 5) et des caisses (question 6).Activit 2 Un bon dimanche en familleLa dmarche est nouveau la mme. Faire prendre connais-sance de limage. Les dtails suivants seront identifis: les deux tas de billes et les tiquettes pour les rponses proximit (question 1), la prsence dun troisime enfant dont il faut dessiner les billes (question 2), des maillots dont seuls deux dentre eux ont un numro (questions 3 et 4), des rcipients sur la table (question 5).Revois et approfondis voir manuel page 118Les points abords sont les suivants: dnombrement et constitution de collections; critures additives; oprateurs; les doubles et les moitis; comptage reculons.Ces points seront complts en fonction des besoins des lves.DCOUVERTE ET RECHERCHE, CONFRONTATION, VALIDATION ET GNRALISATIONCherche et dcouvre1. Lire le contenu de la bulle puis la question. Laisser les lves observer les billes et rsoudre le problme. Leur expliquer quils peuvent, comme ils ont appris le faire prcdemment, dessiner, barrer des lments, etc. La dif-ficult sera de comprendre que la situation relve dune soustraction et quil est possible, par exemple, de barrer les billes qui ont t gagnes. Il ne restera alors les billes que possdait le garon auparavant.2. Lire le contenu des deux bulles. Faire reprer les perles dessines sur le premier collier et demander de donner leur couleur. Demander den tenir compte lorsquil faudra complter le dessin. La mme dmarche est suivie avec le deuxime collier.Lorsque les dessins sont termins et avant de complter les galits, demander de vrifier que le nombre de billes est bien correct. En complment, faire comparer le nombre de perles de chaque collier en faisant utiliser les signes < ou >: 15 > 14 ou 14 < 15.Activits dintgration 5 voir manuel pages 116 et 117RAPPEL DES TAPES DE LA DMARCHE (Pour les dtails, voir Activits dintgration 1)1. Exploration de la situation (prsenter la situation, observation de limage et expression son sujet).2. Prsentation de la consigne, qui est ensuite rpte et reformule par les lves puis par lenseignant.3. Travail individuel.4. Exploitation des rsultats et mise en commun per-85Le carrFaire rappeler les caractristiques du carr: nombre de cts, galit des cts et prsence des angles droits. Les tracs seront faits avec la rgle.MAINTENANT, TU SAIS!Prsenter la situation. Demander de dcrire limage. Les lves doivent mentionner la prsence des poules, des poussins et du poulailler. Les lves pourront observer ds prsent que le carr nest pas termin sur la porte. Donner ensuite les consignes une une. 3 RVISIONSRVISELes nombres jusqu 20Les groupements par 5 permettront certains lves de dnombrer rapidement les tomates. En complment, pr-voir des exercices de dnombrement, la production de collections partir dun nombre donn, la comparaison du cardinal de deux collections, le rangement par ordre croissant ou dcroissant dune srie de nombres, la d-composition partir de 10 des nombres compris entre 11 et 20, la runion de plusieurs collections et la production dcritures additives pour illustrer la situation, la soustraction dlments dune collection et la production des critures soustractives correspondantes.La somme de deux nombresLes lves doivent pouvoir faire des additions sans laide de matriel. Il est souhaitable que le surcomptage soit utilis par la majorit des lves.Se reprer sur un quadrillageDemander de prciser la forme des cases du quadrillage. Faire reprer la prsence de labeille et celle de la fleur. Les lves notent galement quune flche est dessine dans le quadrillage. Leurs souvenirs de la leon sur les quadrillages devraient leur permettre de comprendre ce que lon attend deux. Faire quelques rappels au tableau et devoir le vocabulaire ncessaire: droite, gauche, en haut, en bas, tourner.MAINTENANT, TU SAIS!Faire observer les tas de gommettes un un. Demander de nommer la forme et la couleur dans chaque cas. Les lves notent galement la prsence des tiquettes pour les rponses et leur couleur. 4 RVISIONSRVISEMoins que, autant que, plus queFaire revoir les termes moins que, autant que et plus que par quelques exercices sur lardoise, comparables ce qui est propos dans le livret: dessiner au tableau des lments faciles reproduire sur lardoise (carrs, ronds, btons). Demander den dessiner sur lardoise moins, autant ou plus, selon les cas. Les lves peuvent galement travailler avec leur voisin: lun dessine des ronds (fixer une limite), lautre doit en dessiner moins, autant ou plus selon les indications de lenseignant.SQUENCE 6 1 RVISIONSRVISELes nombres jusqu 10/Trier et coder selon deux propritsFaire observer les lments de la collection. Demander de les dcrire et de trouver la faon dont on peut les grouper. Deux proprits doivent tre releves: la forme gomtrique (carr ou rond) et la couleur (vert ou bleu). Faire trouver les diffrentes combinaisons possibles: on des carrs verts et des carrs bleus, des ronds verts et des ronds bleus.Demander ensuite dobserver les tiquettes des ensembles et en faire dcrire le contenu: forme, couleur et nombre dlments. Les lves doivent reprer le nombre dl-ments qui se trouvent dj dans les ensembles. Donner la consigne: il faut complter ces ensembles en fonction des informations fournies par ltiquette.Se reprer dans lespace/Identifier des formes gomtriquesFaire nommer les formes figurant dans la suite de figures et demander de prciser leur couleur. Donner la consigne. En rpter chaque lment plusieurs fois pendant que les lves accomplissent la tche demande.Les rythmesFaire dcrire le dbut de la frise. Demander de prciser les figures dont elle est constitue et leur couleur. Faire obser-ver lamorce de trait et demander de poursuivre le travail.MAINTENANT, TU SAIS!Donner le titre et les explications ventuelles si certains lves ne connaissent pas le mot. Faire dcrire limage et faire ressortir les lments suivants: prsence du piroguier, lieu o il se trouve, dcorations sur le bateau, prsence du berger et de ses animaux. Les lves noteront les deux cou-leurs des moutons. Donner ensuite les consignes une une. 2 RVISIONSRVISELes nombres de 11 16Si la dsignation orale des nombres de la tranche de 11 16 pose encore problme, prvoir des exercices de dcomposi-tion partir de 10: 10+1=11; 10+2=12; 10+3=13, etc. droite, gaucheLe reprage de la droite et de la gauche seffectue ici partir dun repre fixe. Prvoir des prolongements si ncessaire. Comme cela a t propos dans la leon concerne, attacher un morceau de ficelle autour du poignet droit des lves qui confondent encore la droite et la gauche. Faire reprer les lves droitiers et les lves gauchers.Moins que, autant que, plus queDemander de nommer les objets reprsents. Faire consta-ter la prsence des deux ensembles qui se diffrencient au premier coup dil par la couleur. Expliquer que le nombre dlments nest pas le mme dun tas de crayons lautre et donner la consigne.86La soustractionIl ne faut pas hsiter mettre du matriel la disposi-tion des lves qui le dsirent ou les autoriser faire des dessins sur leur ardoise. Les lves doivent commencer avoir plusieurs mthodes leur disposition pour calculer des soustractions: dans le cas de la premire opration propose (7 5), par exemple, on peut dessiner 7 btons et en barrer 5; on peut galement compter en avanant partir de 5. On cherche alors lcart entre 5 et 7. Tous les lves de SIL ne sont pas encore capables de matriser ces diverses possibilits de calcul.Estimer et comparer des massesLe travail sur les mesures de masse sest limit des esti-mations et des comparaisons. Cest dans cette ligne que les lves comparent le contenu des botes reprsentes sur les dessins. Sans les mettre sur la piste, il faut leur faire noter que les botes sont identiques. Cest donc bien sur leur contenu que les diffrences seront tablies.Le cercleSi les lves ne disposent pas de pice ou dun gabarit adapt lespace de trac, leur demander de dessiner un cercle main leve.MAINTENANT, TU SAIS!Demander dobserver limage et de dire la profession du personnage. Faire nommer les diffrents lments du dessin: pain, four, horloge, sacs de farine. Faire donner quelques explications succinctes sur la fabrication du pain et com-plter si ncessaire. Poser ensuite les questions une une. Concernant la premire, il faudra lire le contenu de la bulle. Le trac du cercle autour de lhorloge se fera main leve, sauf si les lves disposent dun gabarit de taille adapte. 7 RVISIONSRVISESe reprer dans le tempsIl faudra mettre une liste des jours de la semaine ou des mois la disposition des lves qui ont des difficults. Lors de la correction, faire dire le nom des jours de la semaine manquant dans la liste du livre. Faire le mme travail en ce qui concerne le nom des mois.La soustractionVoir ci-dessus (Rvisions 6) la remarque faite au sujet du matriel et des techniques de calcul. Conseiller aux lves de bien observer les nombres qui leur sont donns pour viter les calculs compliqus ou les manipulations et dessins inutiles: 20 20 ne pose pas de problme; 15 14 ne doit pas en poser non plus. Les lves qui ont une bonne connais-sance des nombres doivent pouvoir trouver facilement le rsultat de 18 8 et de 17 7. De mme, aprs avoir trouv le rsultat de 10 4, on peut trouver sans calcul celui de 11 4. Ces observations seront faites lors de la correction. Donner la parole aux lves qui ont pratiqu ainsi. Si per-sonne ne prend la parole, poser des questions pour faire ressortir les possibilits de spargner des calculs. Donner les explications complmentaires ncessaires. droite, gaucheLes mains ont t dessines de faon telle que les lves puissent placer leurs propres mains dans la mme position. Pour poursuivre les rvisions, faire reprer la droite et la gauche sur des lves vus de dos ou de profil.Estimer, comparer des longueursFaire revoir les termes plus long, plus court en dessi-nant des traits de diffrentes longueurs au tableau. Donner ensuite la consigne.Le rectangleFaire rappeler les caractristiques de la figure: nombre de cts, galit des cts deux deux, prsence des angles droits. Les tracs seront effectus avec la rgle.MAINTENANT, TU SAIS!Faire dcouvrir la situation. Sur limage, faire reprer les botes et le dessin ralis par le personnage. Donner ensuite les consignes une une. Sil est plus simple de dessiner un morceau de ficelle proximit de chaque carton, cette prcision ne sera pas donne ni exige. Sassurer que le terme natte est bien compris. 5 RVISIONSRVISELa somme de deux nombresFaire nommer les figures et observer les diffrences de cou-leurs. Les lves reprent les tiquettes correspondantes, bleue et rouge.Lexercice peut donner lieu de nombreux prolongements: runion de collections (graines, dessins au tableau, groupes dlves, ensemble de crayons ou de cahiers) ou additions calculer sans recours au matriel: 6+4; 15+3, etc.Les signes < et >Revoir la signification de chaque signe pour sassurer, une nouvelle fois, que certains lves ne font pas de confusion. Redonner le moyen mnmotechnique vu plus tt dans lanne: petit ct (ct ferm) du ct du petit nombre, grand ct (ou ct ouvert) du ct du grand nombre.Notion de rangLa notion de rang demande que les dessins soient orients. Les lves doivent donc reprer lavant des voitures pour numroter ces dernires.Le triangleFaire rappeler la caractristique des triangles: ce sont des figures trois cts. Les lves utilisent leur rgle pour repasser et terminer la figure.MAINTENANT, TU SAIS!Les lves peuvent trouver seuls ce que font les enfants sur limage. Faire observer la prsence des bouteilles, destines rhydrater les coureurs. Donner ensuite les consignes une une. 6 RVISIONSRVISECompter reculonsIl est facile dinventer dautres suites de nombres faire complter, loral ou lcrit.87mthode. Demander ensuite si quelquun sy est pris dune autre faon. Complter ventuellement ce qui est dit.Les doubles et les moitisLe travail sur les doubles et les moitis demande de faire des manipulations puis de consacrer du temps la mmo-risation. Par des rptitions rgulires, il faut veiller ce que les lves noublient pas les rsultats quils ont appris.Les solidesIl sera peut-tre ncessaire de revenir sur le nom des solides. Les pyramides proposes sont base carre. Une remarque pourra tre faite ce sujet lors de la correction: demander de nommer la forme que la base du solide laisserait si on lappliquait sur de largile ou si lon en traait le contour sur une feuille. Les lves pourront ensuite noter que les autres faces des pyramides laisseraient lempreinte dun triangle.MAINTENANT, TU SAIS!Demander dexpliquer ce que font les personnages visibles sur limage. Un commentaire particulier sera fait au sujet du garon qui replie le patron dun solide. La notion de dveloppement dun solide est loin dtre vidente pour des lves de SIL. Quoi quil en soit, lactivit ne porte cependant pas sur cette notion. Comme lhabitude, les questions seront ensuite lues une une et le temps ncessaire sera laiss aux lves pour rpondre. Concernant les questions qui ncessitent des calculs, les lves pourront saider en dessinant des btons ou autres. 10 RVISIONSRVISEAdditionner et soustraireEn fin danne, on demande aux lves de faire des calculs additifs et soustractifs sans laide de matriel.La symtrieFaire reconnatre la figure: on voit la moiti dun bateau. Faire observer la prsence de laxe de symtrie. Sassurer que les lves nont pas oubli le sens de ce dernier terme. Faire rappeler comment on trace le symtrique dune figure: on fait comme si la figure tournait autour de laxe. On obtient ainsi deux figures superposables. Les lves sont aids par un trait en pointills. Le trac de la coque ncessitera de dessiner un trait oblique. Celui nest pas trop difficile car il suit la diagonale des carrs du quadrillage. Le trac de la voile est un peu plus complexe. Le plus simple sera de reprer le point darrive infrieur, 4 carreaux de laxe de symtrie.MAINTENANT, TU SAIS!Limage comprend un nombre relativement important dlments. Il faudra donc prendre le temps ncessaire pour les faire reprer et nommer. Les lves les identifieront nouveau au fur et mesure que les questions seront lues. Les lves qui le souhaitent pourront saider de dessins sur leur ardoise en ce qui concernent les questions ncessitant des calculs. Partager en 2Prciser que la couleur des bonbons ne doit pas tre prise en compte. Comme toujours lorsque lon recherche la valeur dune part dans une situation de partage, il faut trouver une mthode de travail. Certains lves procderont par ttonnement en essayant de prendre un certain nombre de bonbons et en cherchant ensuite sils peuvent consti-tuer une part quivalente. Ils effectueront les ajustements ncessaires: Jai pris trop de bonbons, je ne peux pas faire un deuxime tas. Je vais en prendre moins./Je nai pas pris assez de bonbons : quand je fais un deuxime tas, il me reste des bonbons. Dautres feront des croix sur un bonbon gauche du dessin puis un rond sur un bonbon droite et continueront ainsi tant quil reste des bonbons.MAINTENANT, TU SAIS!Prsenter la situation et demander de dcrire les tapes de lhistoire. Les lves doivent bien reprer le manguier avant la cueillette, sur le dessin de gauche, et le mme arbre aprs le passage des enfants sur la droite de la page. Faire galement reprer les espaces pour les rponses. 8 RVISIONSRVISEAdditionner et soustraireLes lves doivent pouvoir comprendre seuls ce que lon attend deux. Poser quelques questions pour vrifier la comprhension aprs avoir laiss le temps dobservation ncessaire.Estimer et comparer des capacitsEn SIL, le travail sur la mesure des capacits se limite des estimations et des comparaisons. Ici, la perception est uniquement visuelle.Les solidesFaire justifier les rponses. Les lves se souviendront que les faces dun cube sont des carrs. Lors de la correction, montrer des cubes et faire donner des caractristiques complmentaires: nombre de faces, dartes et de sommets.MAINTENANT, TU SAIS!Les lves identifient une situation de classe. Faire trouver qui sont les personnages: une enseignante, le directeur de lcole et des lves. Lire le contenu de la bulle, qui permettra de rpondre la premire question. Faire reprer la case rserve pour la rponse. Les lves qui en auraient besoin disposent dune aide: il leur est indiqu quil faut faire une soustraction. 9 RVISIONSRVISESoustraireLes lves ont le choix de la mthode: faire un dessin, calculer une addition trous ou une soustraction. Lors de la correction, demander un premier lve comment il a procd. Poser des questions pour laider formuler sa 88. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NOTES89. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NOTES90. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NOTES91. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NOTES92. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NOTES93. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NOTES94. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NOTES95. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NOTES

Recommended

View more >