TR.IBUNE LIBRE - ?· LE VOILE D'ISIS pas impassibles devant nos efforts, devant les efforts des jeunes,…

  • Published on
    12-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Transcript

.:../";'~' ... ,..- "' ... '"Nouvelle srie Novembre 1905.(Nmnro 1Journal d'ludes solriques, psychiques el divinatoiresn'existe pasLE IIASARDDirecteur: PAPUSRDATEU'R EN CHEF :ETIENNE BELLOT n'existe pasABONNEMENT UNIQUE : 3 FRANCS PAR ANUn numro spcimensera adress~ toute pel'-sonne qui en fera la de-mande.ADMINISTR,.l TlONIl, Quai St-l\liebel, 11PARISN os collaborateurs gar-dent pel:sonuellement laresponsabilit morale deleuL's articles.Il sera rendu compte de tout livre philosophique qui nous sera adressr1'.1SOMMAIREA nos leetcuJ.~ PAPUSDcIaratio11.. . . . . . . . . . . . .. LA.. Rl~DACTIO~Tribune libreLa Chance ETINNE BloLLOTSitnplcs Coascils n. lluclInEL'Astrologi,e F. B.Notes et Implcssions STEPHAl'.'1JSLa l\lo,l.'t de l'Amundicw. " E. B.Ecbos ct Nouvelles.Annonces CIU1COI"nae.A nos LecteursA et des Revues techniques toujoursiI),dispensables pOUl' l'tude des Scienceset des Arts occultes, il est utile d'avoir desorganes de propagande susceptibles d'ame.-ner nos ides une foule de lecteurs queles dissertations' scientifiques ne peuventencore intresser suffisamment.Voil pourquoi nous sommes heureuxde voir renatre ce petit organe, que nouse,royons appel un brillant avenir, tantdonn ses prcdents.Nous ferons nos efforts pour le rendretoujours attrayant et facile lire. Du reste.la Rdaction en chef a t confie notreconfrre Bellot dont le talent de vulgarisa-tion et les bautes qualits littraires sontconnus de nos lecteurs.La plupat'l des crivains occultistes ontbien voulu promeLLre des tudes attrayn-tes cet organe de leur Ecole et nous nedoutons pas, sous celte gide, que ce prio-dique, repris sur de nouvelles bases, n'at-.teigne bientt le tirage lev auquel il auradroit et ne soit l'objet d'un nouvel essordans les sphres de la Science occulte.A nos lecteurs de ratifier ou d'infirmercette esprLE VOILE D'ISISpas impassibles devant nos efforts, devantles efforts des jeunes, afin qu'ils les aidentde leur appui moral dans un bel lan fra.ternitaire.Nous essaierons d'baucher la caract-ristique d'une large philosophie qui ouvri-rait sa porte tous ceux qui pensent et quiexpriment. Pour cela, il faut apporter l'uvre commune, la synthse, despl'euves et des ides, non des hypothseschimriques. Certes~ on sera bien tonnde nous voir englober toutes les philoso-phies dans une belle intuition; on serapeut-tre surpris de voir une phalange dechercheurs, ayant des vues et des temp-raments opposs~ se rencontrer sur Je che-min vaste de la vrit. Nous appelleronsl'attention du public sur ce fait d'idologi-que volution de la pense surgissant etse faisant jour en des cerveaux ant.ipodi-ques. Il en ressort encore~ suivant nous,ce fait d'une dmonstration facile, queranti-mysticit combattant' une mysticitest la pire des mysticits, au mme titrequ'un habit retourn est encore un habit.Nous pensons, en outre, que vainementnous nous efforcerions de nous persuaderqu'il peut en tre autrement. On n'inventerien dans la philosophie des ides, onrvle; on est l'interprte plus ou moinsinspir des forces de la nature. Ds lors, . quoi bon prcipiter nos jugements? Ne"audrait-il pas mieux, en prsence descontroverses, ne reconnaltre les chosescomme probables plutt que comme cer-taines? On s'viterait ainsi de nombreu-ses dceptions, attendu que rien n'existequi n'est dtermin et dfini dans des con-ditions absolues.Il faut en prendre son parti; quiconquese runit, se relie, se religionne sans levouloir, et ds lors christianisme, socia-lisme, sotrisme, {)olutionisme~ sont tou-jours une religion, reliement contre d'au-tres religions.Les rveurs ne voient que dans le fondde leurs cervcaux, de leurs tempramentsplus ou moins affins. Leur cerveau estaou"mt troubl par les laborieuses mdi-talions les sparant desides et des causes.Les uns ne veulent rien emprunter l'in-connu, et, par leur myopisme, roulent dansl'indicible ornire de toutes les routinesconsacres; les autres ne veulent sympa-thiser qu'avec les toiles, et la ralit lesenserre dans ses forces victorieuses, bri-sant, au besoin, leurs illusions sur le roc dutangible.La supplantation du rve par la ralit,de l'idoltrie dvastatrice d'autres croyan-ces se posant toutes en sauveurs de l'hu-manit, est modifiable l'infini. Les cultesne se dtruisent pas, ils se modifient. Lefanatisme des uns justifie parfois le fana-tisme des autres.Si, pour exprimer toutes nos ides l'en-contrede ces thories, lesquelles nous con-duisent vers des croyances plus ou moinsvagues, nous nous laissions aller l'nu-mration de nos penses, o irions-nous?En pleine mtaphysique, et peut-tre enplein mystre, car nous ne comprenonsgure les questions d'ordre purement phy-sique.Et Dieu? Toutes les preuves de l'exis-tence de Dieu que nous donnent les philo-sophies ne tiennent gure debout, aprs desrieuses rflexions! Mais faul-il pour celase dire athe? Nous ne le pensons pas.:Faut-il croire aux forces de la nature, quiont agi et agiront avec une harmonie siadmirable ? Est-il suffisant de dire: Dieu,c'est la nature? Qu'importent les mots,nous ne sommes pas plus avancs. Enfin.devonsnous tre sceptiques ? Encoremoins qu'autre chose, car il, est certainspoints que nous ne pouvons nous refuserde croire et de constater. Comm~nt pen-ser que nous rvons? N'est-ce pas avecnotre pense que nous constatons notrerve? En rsum, la science ne sait pasencore beaucoup, cosmogoniquement, phi-losophiquement parlant. Mais elle peutapprendre. Est-il possible de savoir? Peut-tre 1 Toujours est-il qu'on n'a pas le droitde dclarer les hautes vrits inaccessibleslant qu'on n'a pas fait tout cc qui se peutfaire pour y arriver.\:11~,lj,1t111LE VOILE D'ISIS 3Or, il ne faut pas se contenter de lireles quelques traits de philosophie quetout le monde a entre les mains : Si l'Eu-rope ne peut rien nous rvler, il fauts'adresser l'antique Asie. Si les sciencesouvertes ne suffisent pas, il faut plongerdans les sciences occultes, sans cependanttrop s'y attarde~, car la servituderoulinireest dc divaguer sur des ruines ou des tresvanouis.Ny a-t-il rien dans l'Inde. au Thibet?N'y a-t-il pas les initis? N'y a-t-il pas destudes qui peuvent amener la connais-sance parfaite de Dieu ou sa ngationformelle? Tant .qu'on ne peut rpondrescientifiquement ces questions l, on n'apas le droit de dsesprer de.savoir, pas plusqu'on n'a le droit d'tre sceptique oucroyant. Les sicles prcdents bclaientvite la solution des problmes religieux,mais aujourd'hui il faut des preuves tan-gibles pour ou contre les ides que nousexaminons.La vrit tant faite de nuances. nousdevons tre tour tour, mage, thosophe,adepte, symboliste, iconoclaste pour com-prendre la lettre ce que nos prcurseursont tudi depuis l'poque la plus recu-le. Nous avons la conviction que l seu-lement il y a quelque chose.Partant de ce principe, comment oser sedire logiquement crqyant, athe. nantiste,surpitaliste ? Sommes-nous aujourd'hui ceque nous avons t il ya seulement quel-ques annes? Et c'est bien heureux quenous nous transformions, car commentpourrions-nous voluer, nous qui sommeslis l'humanit passe el future, qui recon-naissons avoir en nous du sanglot de l'uni-vers ternel ?C'est pour aboutir cette juste compr-hension que les rdacteurs du Voile d'Isisharmoniseront leurs efforts, afin de pr-senter leurs rflexions dans une envergureclaire, large el lumineuse.On nous verra l'uvre.LA RDACTIONTR.IBUNE LIBRENotre journal tant ouvert tous, nousouvrons une TRIBUNE LIBRE pour ceux denos lecteurs qui nous honoreraient desrflexions courtoises que pourraient leursuggrer les articles de nos rdacteurs.Nous avisons, galement, les groupesd'tudes que nous serons toujours heureuxd'accueillir dans nos colonnes leurs com-munications intressant le public.LA CHANCELa chance est une synLhse capricieuseet fantasque qui nous soumet des influen-ces que nous ne connaissons pas, mais quin'en existent pas moins, Si la sciencedmontre parfois que la nature possdeun ordre de succession invariable, ellen'en demeure pas moins impuissante devantles corpuscules insaisissables des radiationset des rayonnements.Est-ce parce que nos connaissances bor-nes, confuses, inexprimables, nous emp-chent d'en saisir le sens prcis, d'en voir lesvariations, d'en comprendre les manifes-tations, que nous devrions nier scientifi-quement le sentiment diffus de la chance?N'est-il pas aussi absurde de repoussersans raison la mystique translumineuseque d'admettre a priori la certitude ration-nelle lumineuse?Pour juger par raison dmonstrative, ilfaut faire entrer en ligne de compte lesexpressions figures que couve l'ImprPlJqui, pour nous, nest ni le hasard ni la Pro-vidence, puisque la science, elle-mme,affirme que chaque fait de la pie est pr-cd par un autre fait! Cc serait doncvouloir touffer la vrit que de ne pastenir compte des phnomncs constantsqui ont une importance notoire et dont lesrsultats sont des plus surprenants.Entre les sacristains de la science offi-cielle, qui meltent des boulets aux piedsde leurs ides, et les mandarins du saint-office qui veulent tout subordonner leurs"LE VOILE D'ISISAmi lecteur, qui cherches ta voie, mditebien ces conseils que chacun peut suivre,tant ils sont simples. Tu n'y trouveras pasla clef d'or du sanctuaire, mais si tu lesappliques a,rec sagacit, ils ne tarderontpas . tre pour toi un instrument de rno-vation physique et morale.Le matin, au moment o les forces spiri-tuelles reprennent possession consciente ducorps, tu pratiqueras une lente aspirationen contractant forlement tes muscles et tesnerfs; alors, retenant ton souffie quelquessecondes, tu exalteras ton imagination etadresseras un appel mental la Puissancede Lumire, qui se trouve en toi; puis tuexpireras lentement l'air emmagasin dansEt pourquoi, d'autre part, le Cosmosn'aurait pas. dans sa marche voluante,ses lois morales comme il IDaxfeste seslois physiques? Les lois de probabilitsqui nous treignent n'en subiraient pasplus d'influences draisonnables, le coupde pouce de la destine Lant loin des'mouvoir des ngations myopiques oudes affirmations errones des ternelsinvoyanls !Il y a mille sortes d'hallucinations, maisles hallucinations philosophiques sont lesplus hideuses, parce qu'elles permettentaux myopes crbraux de ddaigner ou dempriser cc qui est au del de leurs rayonsvisuels, en niant la cause des phnomnesqui leur chappent, et surtout en dclaranttre en possession de la Vrit, pourempcher les autres de la rechercher uti-lement.Devant la porte des mystres, la scienceofficielle est muette. - cc qui est sa con-damnation, Elle doit se taire, puisqu'elle nepeut encore expliquer le mystrieux- quin'est pas le surnaturel 1 - qui unit lestres et les mondes. Son excuse est danssa lourde ignorance, mais son ridicule estdans sa vaste prtention.ETIENNE BELLOTdogmes ptrifis, il ya les intrpides cher-cheurs qui veulent dchiffrer loyalementles nigmes de la destine humaine, parl'action conycrgente, illuminant, au lieude la borner, la limite entre le connu et lemystre.Pour nous, la chance existe. Elle a undegr reconnu d'vidence, qui n'est pasune certitude, comme le serait la prci-sion des synthses dans l~ splendeur deschoses voques; mais elle est, c'est unfait. Elle dmontre clairement la filiationmJstrieuse et les liens invisibles qui nousunissent les uns aux autres par la forceinsaisissable du sens intime ct de la raisonintuitive.Cette filiation est-elle due aux influencesastrales, morbides, magntiques ou psycbi-ques? Nous cherchons le savoir, maiselle est, hypothtiquement, le rsulLat pos-sible d'un ordre de choses donn, la com-binaison insaisissable de circonstances quiexpriment merveilleusement notre igno-rance sur des causes profondes, que nousne pouvons encore scientifiquement pn-trer. TaI\t que l'homme ne sera pas omnis-cient, la science ne sera pas omnisciente,et le mystre, le conjectural, les arrire-fonds intuitifs qui sont dans l'homme,seront toujours une manifeste closion deses dsirs ardents.Nous le disons bautement clair, la chanceexiste srement, puisque des gens en sontfortement imprgns, formant dans notremonde comme une dynastie de veinards,alors que d'autres - me suis-je nomm?- en sont dpourvus par le fait de la gui-gne, sorte de gnie malfaisant, employdans les contes moraux pour signifier ouexpliquer les contrarits successives quenous subissons en les luttes de l'existence.L'explication rationnelle de la chanceentranerait fatalement la chute des super-stitions qui la dnaturent.Concluons en disant que, si tout effet aune cause, la chance pourrait tre la foiscause et effet, puisqu'elle puise sa sourcedans la ralisation du dsir, ct que, par l'-voluon, elle devient une force agissante.Simples conseils1"~-'LE VOILE D'ISISiltes poumons. Par une vive reprsentationde pense, tu examineras le plan de tajourne, trac dans ton esprit la veilleavant de t'endormir, et tu te lveras rapi-dement avec la dtermination bien netted'accomplir ce que tu auras dcid. Prendston ponge et n'hsite pas te faire desaffusions d'cau froide sur le front, la nuque,la poitrine. las reins, au bas ventre et auxpieds. Baigne-toi les yeux, rince-toi conve-nablement la bouche. Garde-toi d'omettreaucun de ces dtails de la toilette intime.Comme raction, habille toi prestement etexcute quelques mouvements d'assouplis-sement avec les bras et les jambes. Pourcollation, tu prendras, selon ton got, unesoupe lgre, du laitage ou des ufs. Tute rendras gaiement ton travaU. Aie toujours l'esprit appliqu ton ouvrage, nete laisse point distraire ni aller la rverie.Ne songe surtout jamais au pass pOUl' leregretter, et ne regarde l'avenir que pourle prparel' activement. Profite le plusavantageusement de l'heure qui s'coule etsache vivre dans un perptuel prsent. Soiscalme et maUre de toi en toutes circonstances; parle le moins possible et seulement lorsque tu le jugeras absolument utile.Ne dis jamais rien de contraire la vrit;tout mensonge est un obstacle, une forcerelle qui uvrerait contre toi. Sois aima-ble avec chacun, mais garde toujours uneparfaite dignit.Prends tes repas des heures rgulireset avant chacun d'eux rpte l'exercice dumatin pour la respiration, la contraction etla dtente des nerfs et des muscles. Mangepeu ou point de viande, nourris-toi sur-tout de lgumes, bois peu el autant quepossible de l'eau pure; son dfaut. destisanes rafralchissantes. N'absorbe ni caf,ni th, ni alcool. A prs chaque repas tuferas au moins une demi-heure de mal'che acclre. Le soir avant de te meUreau lit, tu proederas minutieusement tesablutions. Aussitt couch, tu te melll'asdans un tat de passivit absolue. Tu repas-seras en quelques instants dans ta mmoireles vnements de la journe ct tu consacreras quelques nnutes une apprciationsvre de tes actes. Tu rflchiras tonprogramme du lendemain et tu l'al'rterasdfinitivement. Tu rpteras encore unefois le premier exercice du matin, il teprocurera une dlicieuse sensation de frai-cheur. Tu concentreras tes penses et leurimprimeras une direction unique vers laPuissance de Lumire qui est le centre deton activit mentale, alors ton tre s'ab-sorbera dans un divin repos.Suis mes recommandations la lettre ;une pratique quotidienne fortitlera toncorps, dveloppera ton entendement et tavolont ct te rvlera l'existence de forceslatentes qui te seront d'un usage prcieux.R. BucHREL'ASTROLOGIEParmi les sciences dites occultes si mal propos, il n'en est pas qui soit plus pr-cise, plus positive, plus universelle, ouplus immdiatement utile que l'Astrologie:Elle est base SUl' le phnomne quenous savons le mieux observer ct prvoiravec le plus d'exactitude, sur celui, aussi,qui est le plus inval'iable, le plus simple,le plus apparent, on pourrait dire le plusinvitable: la position des astres sur l'ha.rizon.Avec quelques semaines d'tude assezsimple, tout le monde peut se mettre entat d'en vl'ifier par soi-mme les asser-tions.Elle nous permet de lire dans l'avenira vec la mme exactitude que nous lisonsdans le ciel toil, pourvu que nous nousexercions en mme temps lire en nous-mmes; ce quoi, d'ailleurs. elle nous aideadmirablement.Elle nous avertit chaque jour, cha-que moment, presque, de l'tat des forcesuniverselles au milieu desquelles nous vo-luons. pour nous dire si nous nous y con-formons ou si nous y sommes exposs etde quels dangers elles nous menacent sinous voulons les mconnaitrc.6 LE VOILE D'ISIS1\Elle nous enseigne par les correspondan-ces la puissance essentielle de tout ce quinous entoure ou nous est ncessaire.Elle nous dvoile le sort des famillcs etdes Etats tout comme celui des particuliers;elle nous rvle en un mot, toutes les pal-pitations de la vie cosmique o chacune denos personnalits que nous prisons si hautne figure que comme un atome infime.Aussi n'a-t-il pas fallu moins quel'ignorance prtentieuse ct verbeuse duXVln" sicle pour en interrompre de nosjourslapratique sculaire el vnre, commeelle avait t interrompue autrefois enAssyrie ou en Egypte, par l'orgueil tyranni-que des conqurants de la Perse, et par lenivellement corrupteur de l'Empire romain.Repousse, perscute par tous lesgosmes qui en pouvaicnt redouter lalunre,eette Science suprme qui,au tmoi-gnage des historiens contemporains avaitclair pendant des milliers d'annes lasagesse des socits antiques, ne nous estparvenue que dforme, mulile, dissimu-le sous quelques vieux haillons qui ladfigurent plus qu'ils ne l'abritent, et cepen-dant qui veut se donner la peine del'couter eUe fait encore des rvlations sisurprenantes, elle donne de si grandes et .sitonnantes leQons, qu'on ne peut se refuser reconnatre en elle la Reine dont rien nepeut abattre la Majest et la Puissance.Sans doute la foule des charlatans s'estempresse de profiter de sa dchance pourusurper ses droits; ils n'onl pas manqu,selon leur coutume, de l'enfermer dans lestnbres du prtendu occultisme o il leurest si commode de fouiller dans toutes lespoches ; mais rien n'est plus facile que defaife la lumire dans le coin de ce temple simalheureusement obscurci.L'Astrologie n'est pas une science oc-culte; elle a tout gagner la lumire et la diffusion; elle n'offre aucun danger. ellen'exige aucune connaissanceextraordinaire,et elle a besoin du secours de toutes lesintelligences pour tre restaure au rangsuprm~ qui lui appartient.F. B.NOTES ET IMPRESSIONSJe ne dfends pas les sceptiques, maisje les aime, les vrais, parce qu'ils sontindulgents et bons ; et je les admire parceque leur esprit a cette qualit suprme: latolrance.Oh 1 tolrance, sainte pudeur des amantsde la Vrit, sois loue entre toutes lesvertus de l'intelligence': Viens habiterparmi nous, creuse-toi un sanctuaire dansles cervelles des croyants ou des nga-teurs ; inspire-leur le respect mutuel et faisque, lutteurs par la plume- ou la parole, ilscombattent en noble chevaliers d'une ideet non en souteneurs d'une personnellevanit.Je recommande cette prire commeintro-duction aux adeptes de la Science occulte.Mon cher directeur lui-mme, si svreen la matire, lui fera grce, J'en suis sr.- Mais pour tre tolrant, il ne fautcroire en rien. La tolrance est une valeurmentale ngative et ne peut s'associer qu'la mollesse des convictions ou leur absen-ce, nous dira le lecteur intransigeant.Nous rpondrons : Non, il faut simple-ment - laissons de ct les sceptiquestolrants par dfinition ! - tre ou trsorgueilleux, ou trs humble, ou trs con-vaincu. Expliquons-nous :L'orgueil e:xcessif touchant la pitin'inspire ceux qu'il anime que commisration et gard pour les pauvres d'espritqui ne pensent pas comme eux. La modes-tie donne la crainte salutaire de se tromperet sert de modrateur. Et le vrai croyant,lui, ne dsesprant jamais de convaincre,doit, pour aUeindre le but, ne pas blesserla victime qu'il veut arracher l'erreur.Ce que je dis l n'est peut-tre ni trsclair ni trs juste. Peu importe. Soyonstolrants par scepticisme, par foi, parorgueil. par humilit ou par n'importequoi, mais soyons tolrants.Soyons-le surtout dans le train ordinairede la vie. Dans la polmique et les discus-sions l'intolrance est marque de grossi-LE VOILE D'ISIS ,ret. de btise et d'impuissance; elle n'em-pche pas la manifestation des opinionsadverses et autorise les reprsailles. Maiselle devient odieuse quand elle impose lesilence et le mensonge. Abuser de la posi-tion subalterne de rindividu pour gner etdCendre les expressions diverses de sesconvictions; transformer en esclavage spi-rituel la dpendance suffisamment pniblede celui dont l'existence matrielle est lieaux bonnes dispositions de quelques per-sonnalits ou d'un public plus ou moinsrestreint, il y a pression morale, dans cettetorture de l'esprit. dans cette violation dela pense. quelque chose de profondmentrpugnant pour les natures dlicates. Aussi- remarque digressive - l'abstention deces procds inquisitoriaux est. pour reconnaitre ces dernires, un excellent critrium.Oui. qui veut vivre est bien souventoblig de se taire ou de mentir. Et pour-tant, la franchise est une fiert, la seulerelle. Elle est le ressort de la vie morale.L'homme qui ment abdique ct se suicide.C'est pour cela que les vivants sont pres-que tous des morls et que le monde, fortamusant, parait-il, pour les observateursprofonds ou les solennels plaisants du curlger. .La nature a donn l'homme trois chas-tets : celle du corps, celle du cur et cellede l'intelligence. et lui a dit: Conser'\'es-enau moins une. et tu ne me maudiras pasde t'avoir donn la vic.La chastet de rintelligence est la plusdifficile garder des trois.STEPHANusLa Mort de l'AmandierAu bord de r tang de Bcrre, en Provence,l o fut jadis le chemin de Marius, quitua cent mille Teutons et barra le Rhne deleurs cadavres, se suivent, en sentinelles,les amandiers la puissante structure, auxfragiles branches, aux souples et frlesrameaux, au ton vert indcis de l'absinthetrouble... arbre fait de charpente frustre.rugueuse, l'aspect goudronn, cr pourla rsistance au mistral et aux miasmessalins.Les oiseaux, heureuses cratures quijouissent pleinement de la libert et deramour. viennent s'appuyer sur eux. et celaavec des clineries exquises, des subtilitsaffectueuses.A rautomme, quand nous tions alls,Parmi la bruyre et III frle mousse.Dire des propos tendres et troubls,Avec mon amante, l'me si douce,Lt>s beaux amandiers, aux jolis tons roux,Gais. quand nous marchions, se penchaient sur[nous.Leurs parfums troublants, dans tous les sentiers,Disent aux amants d'1111er vers le rve.Car ils sont pervers, les beaux amandiers.Amandiers rugueux, puissante sveCrs pour narguer les vents dchans,Les bonds du mistrnl, si dsordonns.Mais comme en ce jour sont loin les folies,Et que mon esprit est toujours en deuil.Les amandiers ont des mlancolies:Et 10 vent berceur changeant son accueil,M'a sembl pleurer, dans les frles branches,Celle qui venait rver les dimanches,Sous les amandiers chllrmants et fleurisO les oiselets construisent leurs nids.La foudre tombe. parfois, sur run d'eux,et le voil couch sur le chemin, le tronccass en une posture humiliante.Tel il apparatt alors de loin, et sa Cormepleureuse vous angoisse en passant prs delui; il souffre, le pauvre arbre fOui, on le sent souffrir, non pas sur samort, disparition banale et prvue, maispour son humiliation au milieu de ses con-gnres, sur la route voue la poussiredes rouliers et des pitons 1Et cependant, on se demande si en leplaignant on ne se trompe pas, car quinous dira le mystrieux lien des choses etrenchalnement invisible et crateur de reg.prit et de la matire?Qui sait si l'arbre, au lieu d'tre tristesur son sort ne subit pas en ceUe posetrange un sort glorieux, en versant, emeu-rant de ses branches et b~antde ses jolies8 LE VOILE D'ISISr,feuilles des spulcres de guerriers? Ce che-min est prcisment l'ancienne route desGaulois de la conqute, que le succs desarmes suivait partout travers les mondestonns.Ou bien, peut-tre, celle terre cache-t-elle les innombrables succs d'une courti-sane clbre, de celle qui suivaient lacohorte pour la gloire du chef?Alors, l'amandier, dans sa dlicatesseprovenale, demande la foudre de l'age-nouiller sur la tombe inconnue de la bellefille, pour lui offrir ses feuilles d'or et lescolliers d'meraude de ses fruits verts. auxtons de l'absinthe trouble.E. B...CHOS &NOUVELLESL'occultisme fait peu peu son entredans la science officielle. M. CharlesRichet, l'un de ses illustres l'cprsentants,nomm rcemment prsidcnt de la Socitdes Recherches psychiqucs de Lon-dres, a publi dernirement dans lc Figa-ro un al,ticle manifeslc qui constitue enquelque sorte les lettres patentes accrdi-tant celui-l auprs de cellc-ci. Il n'est passuperflu, ce propos, de notcr quelques-unes dc ses dclarations importantes :c( Lecture de la pensc. divination del'avenir, lvitation, apparitions ou voca-tions dcs morls, tout ce quc les potesappellent le monde dc l'au-dcl, ce quej'ai cherch, crit-il, caractriser du mot,un peu pdantesque peul-tre, de mta-Pvchique, voil ce dont quelques savantsont aujourdhui, aprs les simples qui yont cru, l'audace de prendre souci. Eh bien, il faut le dire trs nettement:la traduction populaire ne s'est pas, dansl'ensemble, trompe. Ce monde occulteexiste. Des phnomnes tl'anges, qui par~ssent contredire les observations commu-nes, apparaissent de loin comme des ilotsdserts se dressant dans une vaste merinconnue. Nous n'avons pas le droit de les ngli-gcr sous prtexte qu'ils ne cadrent pasavec les lois classiques tablies par lascience officielle d'aujourd'hui; celte sciencedominatrice et conqu.rante, dont noussommes si fiers, n'est encore qU' sesbgayerncnts. Il serait absurbe de lcs nier, parce qu'onne les comprend pas. Les faits sont l ctil faut s'incliner devant eux. Quant aux lois, nous les ignorons. Lesspirites, il est vrai, prtendent expliquerLous ces fails ; mais ils se font de singu-lires illusions, s'ils s'imaginent avoirdonn des preuves scientifiques et rfuttoutes les objcetions que leurs thoriesfont naUre .Cependant une thorie viendra un jour,quand les temps seront mrs, et elle seratrs diffrente de celles que notre ignorancep'ourrait formuler aujourd'hui. Aussi faut-Il tre modeste et hardi la fois, modestepour la construction des thories, hardipour l'tude des faits.Librairie Gnraledes Sciences OccultesBIBLIOTHQUE CHACORNAC11, Quai Saint-Michel, 11 - PARISVIENT DE PARAITREA. BU. - Le Ma~tisme curatif : Maf,ueltecbniq"e. Nouvelle dition. 1 vol. in-16...... 3 (r.Guie succinct et pratiq,ue. bas sur les mthOdesanciennes et modernes, Indiquant sous la forme laplus simple les principes et les meilleurs procds'application ; vade mecum de l'tudiant magnti-seur.A. BU. - Magntisme curatif, Psycbo-PbJ'-siologu: comprenant hypnotisme, somnambulisme,sommeil provoqu, catalepsie, suggestion, clair-voyance, loi phenomnale de la vie. Nouvelle di-tion, 1 vol. in'16, gravures. . . . .. .. . . . . . . .. . 4 fr.On trouve dans cet excellent ouvrage de nombreuxexemples de cures magntiques, et toute la thoriede la thrapeutique magntique.PAPUS. - Qu'est-ce que l'Occultisme.? Psy-chologie, Mtaphysique, ~ique,Morale, Thodicee,Sociofogie. Pratiques, Traditions et Bibliographie del'OCCULTISME. 2 e dition revue, 1 broch. in-16 de72. pages. . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 (r.u mieux faite ct, dit Papus, la meilleure de mesbrochures.La Librairie Gnrale des Sciences occul-tes fournit, cn dehors de ses ouvrages de fonds etaux meilleures conditions, tous les ouvrages ancienset modernes dAstrologie. caTiomane, chiromancie,KJ:apbologie. hypnotisme. m.agie. nUJ8ntisme, spiri-ttSme, etc., etc.Envoi franco du catalogueLe Grant: H. CHACORNACIrop. H. JOUVE, [5, rue Racine, Parill.