UNE AFFAIRE DIDENTIT ET DE RSEAUX LES TRAJECTOIRES RSIDENTIELLES DES IMMIGRANTS LATINO-AMRICAINS MONTRAL : Francine Dansereau et Magda Garcia INRS-UCS.

  • Published on
    04-Apr-2015

  • View
    104

  • Download
    0

Transcript

  • Page 1
  • UNE AFFAIRE DIDENTIT ET DE RSEAUX LES TRAJECTOIRES RSIDENTIELLES DES IMMIGRANTS LATINO-AMRICAINS MONTRAL : Francine Dansereau et Magda Garcia INRS-UCS Entretiens Jacques-Cartier Lyon, dcembre 2005
  • Page 2
  • Introduction Dbut de la recherche : constats de dpart Carte concentration des Latinos dans la rgion de Montral Questionnements de dpart Cadre conceptuel : axes principaux Mthodologie Rseaux ethniques dappui et de sociabilit: Trajectoires rsidentielles LIdentit : un processus interactif Lieux de rassemblement et de ressourcement ethniques Sens des parcours dinsertion dgags Principales conclusions et nouvelles pistes de recherche Table des matires
  • Page 3
  • INTRODUCTION Les trajectoires rsidentielles dans la socit daccueil: des cls pour saisir les parcours dinsertion sur plusieurs dimensions (environnement social, vie familiale, travail) Le caractre dynamique des processus dinsertion: liens entre les volutions relatives aux trajectoires rsidentielles dfinitions/affiliations identitaires frquentation des lieux de ressourcement ethniques La discussion du sens des trajectoires cherche saisir linfluence des dfinitions identitaires et celle des rseaux ethniques de sociabilit et dappui diffrentes tapes du processus dinsertion urbaine Les trajectoires rsidentielles dans la socit daccueil, rvlatrices des parcours dinsertion triple entre (habitat, vie familiale, milieu de travail) Le caractre dynamique des processus dinsertion: liens entre les volutions relatives aux trajectoires rsidentielles dfinitions/affiliations identitaires frquentation des lieux de ressourcement ethniques (commerces et lieux de culte) La discussion du sens des trajectoires cherche saisir linfluence des dfinitions identitaires et celle des rseaux ethniques de sociabilit et dappui diffrentes tapes du processus dinsertion urbaine
  • Page 4
  • DBUT DE LA RECHERCHE Constats de dpart 1. FAIBLE CONCENTRATION RSIDENTIELLE Les immigrants dAmrique latine habitent un grand nombre de quartiers montralais et de municipalits environnantes sans avoir donn lieu un secteur prdominance latino-amricaine. 2. RELATIVE DISPERSION DES PRINCIPAUX COMMERCES, SERVICES ET LIEUX DE CULTE ETHNIQUES
  • Page 5
  • Page 6
  • Peut-on voquer lide dune communaut sans territoire ? Comment expliquer la faible concentration rsidentielle des immigrants latino-amricains montralais? Que signifie cette dispersion quant aux processus dadaptation urbaine ? QUESTIONNEMENTS DE DPART
  • Page 7
  • CADRE CONCEPTUEL : AXES PRINCIPAUX 1.Trajectoires et stratgies rsidentielles dployes 2.Commerces ethniques et lieux de culte envisags comme lieux de ressourcement 3.Dfinition et affiliation identitaires comme mesure du sens du rattachement ou de la distanciation Accent mis la fois sur les reprsentations et les pratiques Choix et contraintes: une certaine marge de libert ou de manoeuvre des acteurs sociaux
  • Page 8
  • MTHODOLOGIE Recherche qualitative : travail de terrain tape prliminaire : intervenants des organismes communautaires daccueil (16 entretiens), autres personnes ressources (milieux daffaires, directeurs de journaux hispanophones, prtres, professeurs universitaires originaires de lAmrique latine, etc.) Entretiens semi-dirigs auprs de mnages immigrants (40 entretiens auprs de 31 mnages) Critres de recrutement: originaires des 4 pays les + reprsents Montral: El Salvador, Chili, Prou, Guatemala arrivs avant 1991 (au moins 8 annes de rsidence, le plus ancien tant arriv en 1969). Observations et entretiens auprs des responsables de lieux de rassemblement : commerces ethniques et lieux de culte
  • Page 9
  • Plus de la moiti (16/31) des interviews ont des personnes de leur parent ou des amis sur place; la plupart sont logs par leur famille, plus rarement par des amis ou via le rseau des organisations daide aux rfugis ou immigrants reconnues par ltat Les autres (11/31) sont aiguills vers des ressources communautaires formelles (htels dsigns pour laccueil de rfugis) ou informelles spcificit nationale le plus souvent (htels meubls, pensions, immeubles dappartements peu salubres Exemple: El Palomar chez les Guatmaltques) Le reste (4/31) se sont dbrouills tout seuls RSEAUX ETHNIQUES DAPPUI ET DE SOCIABILIT 1) Logiques dinstallation rsidentielle : au moment de leur arrive
  • Page 10
  • 2) Logiques denracinement rsidentiel Au fil du parcours dinsertion, trois cas de figure ressortent: 1.Le non recours au rseau ethnique : aprs les 5 annes suivant linstallation dans la rgion de Montral 15 mnages sur 31 ne sappuient plus sur leurs compatriotes ou le milieu latino-amricain en ce qui a trait la dimension rsidentielle (4 ds la 1 e anne, 2 ds la 2 e ) 2.Le dtachement progressif du rseau ethnique : le dtachement du rseau ethnique se produit aussi aprs 6, 7, 8, 12, 14 et 16 annes de rsidence (8 mnages) 3.Des processus dancrage dans le rseau caractrisent 8 mnages toujours rattachs des milieux de vie trs proches de ceux dont ils sont originaires
  • Page 11
  • 3) Au final, des trajectoires non linaires, rgies par des logiques qui sentrecroisent ou divergent : Les trajectoires sont tout sauf linaires. La plupart sont marques par des sjours dans dautres villes en Amrique du Nord ou plus rarement en Europe, des retours en Amrique latine (pays dorigine ou autre), des dmnagements nombreux au sein de lagglomration montralaise [n= 3 23] en lien avec des parcours heurts, avant tout sur le plan familial mais aussi dans le monde du travail Les rseaux de parent et damis constituent pour la plupart une ressource capitale mobilise chaque tournant des parcours Les logiques de confort culturel jouent plein ; la discrimination est un facteur non ngligeable dans les choix de localisation et les projets daccession la proprit
  • Page 12
  • Les processus de rapprochement ou de distanciation par rapport aux rseaux ethniques se complexifient, au fil de la trajectoire, en fonction notamment des : vnements familiaux (ruptures, recompositions) rapports avec lchantillon des compatriotes sur place (divisions politiques, diffrences de statut social) rapports avec lAutre multiple (Qubcois francophones ou anglophones; autres minorits culturelles perues comme ayant plus ou moins daffinits avec le monde latin ou hispanonophone...) construction et rvisions, au fil des expriences vcues, dimages des milieux et lieux (quartiers, lieux de rassemblement, etc.) dsirables ou viter Ils mettent en jeu une varit dacteurs : membres de la famille proche ou largie, voisins dappartenances diverses, compagnons de travail/tude, amis, personnes-relais : situation rsidentielle (concierge, propritaire, agent immobilier, etc.), conseillers dont intervenants sociaux, autorits morales sur le plan religieux ou politique...
  • Page 13
  • LIDENTIT : UN PROCESSUS INTERACTIF Diffrentes dfinitions de lidentit peuvent coexister et se trouver mobilises diffrents moments, en fonction : - des situations (milieu de travail ou dtude, en famille, avec les amis, lors dvnements ou de rassemblements religieux, patriotiques latinos, canadiens, qubcois, etc.) - des registres (affectivit, i.e. au fond de soi; par distinction vs lAutre, plus ou moins proche au nom dune solidarit plus englobante stendant lensemble des Latinos ou aux immigrants en gnral) par commodit (demander la citoyennet) Elles sont le rsultat de rengociations et dactualisations constantes, parfois dans un mme discours ou en rfrant des pratiques qui, au premier abord, peuvent paratre contradictoires
  • Page 14
  • Identits essentiellement tournes vers leurs origines (pays, ville natale, groupe de compatriotes, groupe ethnolinguistique minoritaire, v.g. quechua) (13) Identits essentiellement tournes vers leur milieu environnant actuel (Montral, Qubec, Canada) (7) Identits partages entre les deux (9) Identits sans frontires non lies un lieu ou un territoire prcis (cosmopolite, apatride, citoyen du monde) (2) DFINITIONS ET AFFILIATIONS IDENTITAIRES: GRANDES TENDANCES
  • Page 15
  • Lieux de rassemblement et de ressourcement ethniques lments explors Dfinition des lieux principaux ou emblmatiques et reconstitution de leur histoire via les discours des interviews. Deux catgories: commerces (librairie, agence de voyage, picerie, boulangerie, boucherie, etc.) lieux de culte (catholique, protestant vangliste, pentectiste, baptiste, autre ) N.B prise en compte de lieux informels faible visibilit et de lieux plus officiels; passages...
  • Page 16
  • Lieux de rassemblement et de ressourcement ethniques (suite) : pratiques de frquentation et apprciation des lieux significatifs identifis diffrentes tapes du parcours dinsertion raisons pour les frquenter + ou - (fonctionnelles, i.e. produit spcifique, langue vs symboliques ou affectives...; les deux registres ne sont pas dissociables) liens avec les points tournants des parcours (situation rsidentielle, familiale, professionnelle) et des affiliations identitaires
  • Page 17
  • LE SENS DES PARCOURS DINSERTION DGAGS
  • Page 18
  • Il nexiste pas de lien clair entre un type prcis dattachement ou de dtachement vis--vis du rseau ethnique sur le plan rsidentiel, des modalits particulires de frquentation des lieux de rassemblement et des formes spcifiques dexpression identitaire. Il semble que chacune des dimensions retenues ait peu tendance se conjuguer o sentrecroiser de manire systmatique aux autres Les cas de figure dgags ne constituent pas vraiment des modles. La situation particulire de Montral, avec ses milieux daccueil francophones, anglophones et dautres origines ethnoculturelles, complexifie lanalyse des parcours urbains retracs La diversit des cas de figure labors nous permet daffirmer que nous ne sommes pas face un seul mode dinsertion urbaine, qui serait typiquement latino-amricain CONCLUSIONS Le sens des parcours dinsertion dgags
  • Page 19
  • La dimension temporelle Le passage du temps ne parat pas tre un facteur qui expliquerait le dtachement ou la mise distance du groupe des compatriotes. En effet, linfluence du nombre dannes passes Montral ne se reflte pas ncessairement dans une plus forte tendance sloigner du rseau ethnique ou, au contraire, dans un processus de repli sur le groupe dorigine Les dynamiques de changement Que ce soit par la mobilit rsidentielle, par la modification du type de frquentation des lieux ethniques ou par la manire dont ils intriorisent et expriment leurs attaches sur le plan identitaire, lensemble des interviews ont eu des parcours dinsertion caractriss par des dynamiques de changement
  • Page 20
  • Les origines nationales Nous navons pas trouv de modles de parcours dinsertion qui soient spcifiques aux origines nationales. Les immigrants des diffrents pays retenus se retrouvent + ou - indiffremment dans les cas de figure dgags pour chacune des dimensions analyses. Nous ne pouvons pas conclure que les immigrants dune origine nationale spcifique soient plus ports que dautres se dtacher de leurs compatriotes ou, au contraire, demeurer davantage lis eux Liens commerces ethniques et lieux de culte Il nexiste pas de lien direct entre le type de frquentation des commerces ethniques et celle des lieux de culte hispanophones Les ruptures Les sparations et les divorces jouent un rle important dans les changements et rorientations des parcours
  • Page 21
  • Plusieurs mnages vivent des situations de cohabitation intergnrationnelle (grands-parents, parents, enfants) dans le mme logement ou le mme immeuble Lieux de culte Les lieux de culte jouent souvent un rle communautaire fort apprciable, la manire dune famille largie, notamment au tout dbut des leur trajectoire montralaise Commerces ethniques On ne peut pas conclure que la frquentation de commerces ethniques diminue avec le temps : certaines personnes ne dcouvrent un intrt pour ce genre dtablissements que plusieurs annes aprs leur arrive Liens familiaux
  • Page 22
  • Un certain confort culturel Certain confort culturel des Latino-Amricains avec des Portugais, des Espagnols, des Italiens et des Grecs : plusieurs sadressent des commerces ethniques qui sont la proprit de personnes de ces origines nationales Ils apprcient laccueil et le type de rapports quils ont avec eux sur le plan du voisinage ou co-habitants dans un immeuble. Des liens et lieux virtuels? Dans dautres recherches on pourrait analyser si les immigrants nourrissent leur identit et leur sens dappartenance communautaire via dautres lieux ou espaces urbains ou virtuels (lieux et activits de loisir, internet)
  • Page 23
  • Lhtrolocalit La thorie de lhtrolocalit de Zelinsky et Lee (2001) suggre que les immigrants peuvent choisir de ne pas stablir dans des quartiers ethniques, adoptant un modle rsidentiel dispers, tout en essayant de maintenir autrement leur identit ethnique
  • Page 24
  • EXEMPLE LOGIQUES DENRACINEMENT RSIDENTIEL : type 3 ancrage persistant dans le rseau ethnique Un Pruvien, arriv Montral en 1974 et maintenant propritaire de son logement, a plusieurs membres de sa famille dans son quartier et sa soeur est propritaire de ltage suprieur du duplex o ils habitent: Jai mon cousin, qui habite o jhabitais auparavant il habite pas loin dici, jai mala tante de mon pouse, la soeur de mon pouse qui habite un demi-bloc dici, jai le beau-frre de mon pouse qui habite aussi. Mariano, Pruvien, rside dans le quartier Ahuntsic, depuis 1982
  • Page 25
  • EXEMPLE IDENTIT TOURNE VERS LEURS ORIGINES Je me dfinis toujours comme Guatmaltque. Oui, oui, car la citoyennet, en ralit nous lavons obtenu maisnous ne pourrions jamais nous sentir Canadiens, la vrit car nos racines sont du Guatemala. Oui. Antonia, dorigine Guatmaltque LIDENTIT DES IMMIGRANTS LATINO-AMRICAINS

Recommended

View more >