• 1. Où en est la relation? Quinzaine du 22 mars N°2: La gratuité Chaque demi-lune, une nouvelle veille dela relation: société, individu, marque… Parce que faire du marketing, c’estaujourd’hui comprendre les vecteurs de larelation en temps réel…Parce que dansune société liquide, le seul actif qui existepour les individus, c’est leur réseau… Pour aider les navigateurs du marketing àappréhender la relation marque-publics
  • 2. Les faits marquants Honnest tea vient de réaliser uneinitiative intéressante à travers unpop-up store qui met en scène un“récupérateur” d’argent. La marque propose de payer sanscontrainte en laissant l’argent dansune boite, testant ainsi l’honnêtetédu client. Cette action introduit le thème dela gratuité au coeur du contratsocial et de la relation entremarque et publics.
  • 3. Les faits marquants Google a fait beaucoup parler d’elleen offrant à ses ingénieurs lapossibilité de travailler leur 5e jourlibrement sur l’objet de recherchede leur choix. C’est également un bon moyend’attirer et de fidéliser deschercheurs pour qui la motivationpremière reste de poursuivre leurstravaux et d’être reconnu par leurspairs.
  • 4. Les faits marquants Le site « Arrêt sur Images » fonctionnesur abonnement. Néanmoins, le siteoffre régulièrement des émissions enlibre accès quand l’actualité ou unévénement particulier paraît primer surle paiement. La première chronique de Didier Porteaprès son licenciement de France Interou l’interview de Stéphane Hessel ausujet de son succès « Indignez vous » …
  • 5. La gratuité au coeur dumarketing? •  La gratuité a toujours existé dans la relation marque-publics. Echantillons, coupon de réduction, offre gratuite d’essai, adopté ou remboursé, subvention du terminal pour faciliter l’achat des services l’alimentant. •  Le gratuit est souvent au coeur de la promotion… dans une mécanique souvent très court- termiste et liée à la transaction. Est-ce encore perçu comme de la gratuité par les publics?
  • 6. Les différentes formes de lagratuité marketing •  D’autres formes de gratuité existent liées auxmarketing services. Elles développent desutilités cohérentes avec la marque. •  Le fait de faire rire ou d’émouvoir (la saga 118218), d’améliorer ou de faire découvrir desexpériences, de renforcer la connaissance (leguide Michelin) illustre les types d’apport. •  La gratuité est un des éléments qui peuts’exprimer dans les magasins, dans des canauxde relation qu’on cherche à privilégier ouenrichir… Leroy Merlin, Sephora ont ainsidévelopper des services de formation(bricolage, maquillage) au sein de leursmagasins ou en podcast.
  • 7. La gratuité est elle le “free price”? •  Le groupe de musique Radiohead a fait beaucoup parlé de lui en proposant à son public de télécharger son album sorti en 2008 en fixant lui-même le montant voulu. •  Cette approche se rapproche plutôt du libre consentement et d’investissement dans l’artiste qu’une logique de don. Elle traduit néanmoins une logique de confiance et induite une générosité dans l’attitude.
  • 8. Peut-il y avoir de la relationsans gratuité?
  • 9. Le gratuit à l’origine de la relation •  L’individu est par nature égoïste. Il développe un sens politique au contact d’un environnement qui lui fait prendre conscience de l’avantage des relations sociales. •  La fiabilité des communautés envers leurs individus dépend de la cohésion entre leurs membres. Cette cohésion se construit à base d’attentions et de prise en compte mutuelle. Ce processus ne peut s’établir sans création d’actes gratuits.
  • 10. La gratuité: une histoire d’attitude •  La gratuité produit donc un climat de confiance qui dynamise le lien social et la valeur des relations. Donc une plus grande implication et un renforcement de l’engagement. •  La gratuité est essentielle dans une relation car elle permet de décentrer la logique présupposée d’intérêts croisés de toute relation humaine (“je suis en lien avec toi parce que tu m’apporte et vice versa”). •  En surprenant par des gestes désintéressés, l’individu ouvre la perspective d’une reconsidération positive. L’interlocuteur lui prête une attitude généreuse qui ouvre le jeu d’un échange plus profond. “L’altruisme est un égoïsme raisonnable” dixit René de Gourmont.
  • 11. En quoi la gratuité est liéeà la relation? •  La gratuité permet de déclencher une autre forme de paradigme de l’échange et du lien possible, au delà du simple calcul comptable. •  En rompant cette logique rationnelle, la gratuité permet d’ouvrir sur un comportement plus affectif, qui peut ouvrir vers de nouvelles voies, d’implication, d’intérêt, de confiance, d’engagement. •  En sortant d’une logique de méfiance, elle permet d’ouvrir les voies d’une construction humaine plus globale.
  • 12. La gratuité : une composanteessentielle de la relation •  Ce n’est pas tant que l’apporttransactionnel qui est importantdans le concept de gratuité maiscomment il intervient et nourritl’interaction. •  Du point de vue des marques, ilest intéressant de réfléchir à uneapproche qualitative par rapportà son territoire d’action, lalégitimité de la marque, lesprojets des publics, leursaspirations.
  • 13. Questions ? •  Y a t-il / Quels sont les moments pour délivrer de la gratuité? •  Existe t-il différentes formes? La relation exige t-elle une diversité ou complémentarité des actes gratuits ? •  Y a t-il des territoires spécifiques?
  • 14. Travailler la gratuité sur différentes echelles •  Temps: des moments particuliers peuvent être l’objet d’actes gratuits de la part des marques pouvant servir l’impact (voir Arrêt sur images). •  Espace: certains espaces peuvent produire aussi plus de sens (voir Leroy Merlin). •  Prisme: la diversité des gratuités (émotionnelle, fonctionnelle, philosophique, citoyenne, informelle, expérientielle, sociale) permet de grandir l’utilité de la relation et donc l’implication des publics. •  Projets: la connexion aux projets des publics et l’évaluation de l’apport des marques en fonction du couple utilité/manque de ressources peut optmiser le ressenti favorable.
  • 15. Travailler la gratuité sur différentes echelles •  L’échelle de temps est importante, parce que la gratuité impose un investissemnt par conviction, et l’acceptation d’un retour éventuel, d’une gratification, très improbable, au minimum très décalé dans le temps. •  Cette démarche est évidemment très dure à faire accepter aux unités business qui mesure les ROI sur des temps de plus en plus courts. Pourtant derrière les individus et parties prenantes, il y a des êtres humain. Mesure de ce capital/ investissement et ROI? Acception du global, et mise en place d’oganisme riche.
  • 16. Gratuit vs ROI ?
  • 17. Définir des KPIen intégrant la gratuité •  Le travail de pilotage doit donc viser à mesurer les gains de confiance, d’implication et d’engagement permis par ce type d’actes, dans la durée (1 an au moins), en fonction des coûts de ces opérations. •  La relation est capable de devenir un phénomène impliquant quand la démarche de gratuité a été perçue. Un seuil d’enclenchement peut alors être identifié, prélude à des comportements réciproques.
  • 18. Pourconclure L’intérêt du gratuit •  Dans un monde changeant et liquide, bénéficier de l’adhésion de personnes permet de constituer un réservoir de propositions latentes et de ressources pour contribuer à de nouveaux projets. •  L’innovation, la défense de la marque, la co-construction, peuvent ainsi nourrir les nouveaux modèles socioéconomiques. La meilleure protection face au chaos est la relation.
  • 19. A dans 15 jours… Abonnez vous à la newsletter !stephane@lautissier.net Suivez le blog: RELATION SHIPS www.stephane-lautissier.fr/blog
    Please download to view
  • All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
    ...

    Veille 2 - Où en est-on de la relation -la gratuité

    by stephane-lautissier

    on

    Report

    Category:

    Documents

    Download: 0

    Comment: 0

    408

    views

    Comments

    Description

    Veille relationnelle n°2: la gratuité
    Download Veille 2 - Où en est-on de la relation -la gratuité

    Transcript

    • 1. Où en est la relation? Quinzaine du 22 mars N°2: La gratuité Chaque demi-lune, une nouvelle veille dela relation: société, individu, marque… Parce que faire du marketing, c’estaujourd’hui comprendre les vecteurs de larelation en temps réel…Parce que dansune société liquide, le seul actif qui existepour les individus, c’est leur réseau… Pour aider les navigateurs du marketing àappréhender la relation marque-publics
  • 2. Les faits marquants Honnest tea vient de réaliser uneinitiative intéressante à travers unpop-up store qui met en scène un“récupérateur” d’argent. La marque propose de payer sanscontrainte en laissant l’argent dansune boite, testant ainsi l’honnêtetédu client. Cette action introduit le thème dela gratuité au coeur du contratsocial et de la relation entremarque et publics.
  • 3. Les faits marquants Google a fait beaucoup parler d’elleen offrant à ses ingénieurs lapossibilité de travailler leur 5e jourlibrement sur l’objet de recherchede leur choix. C’est également un bon moyend’attirer et de fidéliser deschercheurs pour qui la motivationpremière reste de poursuivre leurstravaux et d’être reconnu par leurspairs.
  • 4. Les faits marquants Le site « Arrêt sur Images » fonctionnesur abonnement. Néanmoins, le siteoffre régulièrement des émissions enlibre accès quand l’actualité ou unévénement particulier paraît primer surle paiement. La première chronique de Didier Porteaprès son licenciement de France Interou l’interview de Stéphane Hessel ausujet de son succès « Indignez vous » …
  • 5. La gratuité au coeur dumarketing? •  La gratuité a toujours existé dans la relation marque-publics. Echantillons, coupon de réduction, offre gratuite d’essai, adopté ou remboursé, subvention du terminal pour faciliter l’achat des services l’alimentant. •  Le gratuit est souvent au coeur de la promotion… dans une mécanique souvent très court- termiste et liée à la transaction. Est-ce encore perçu comme de la gratuité par les publics?
  • 6. Les différentes formes de lagratuité marketing •  D’autres formes de gratuité existent liées auxmarketing services. Elles développent desutilités cohérentes avec la marque. •  Le fait de faire rire ou d’émouvoir (la saga 118218), d’améliorer ou de faire découvrir desexpériences, de renforcer la connaissance (leguide Michelin) illustre les types d’apport. •  La gratuité est un des éléments qui peuts’exprimer dans les magasins, dans des canauxde relation qu’on cherche à privilégier ouenrichir… Leroy Merlin, Sephora ont ainsidévelopper des services de formation(bricolage, maquillage) au sein de leursmagasins ou en podcast.
  • 7. La gratuité est elle le “free price”? •  Le groupe de musique Radiohead a fait beaucoup parlé de lui en proposant à son public de télécharger son album sorti en 2008 en fixant lui-même le montant voulu. •  Cette approche se rapproche plutôt du libre consentement et d’investissement dans l’artiste qu’une logique de don. Elle traduit néanmoins une logique de confiance et induite une générosité dans l’attitude.
  • 8. Peut-il y avoir de la relationsans gratuité?
  • 9. Le gratuit à l’origine de la relation •  L’individu est par nature égoïste. Il développe un sens politique au contact d’un environnement qui lui fait prendre conscience de l’avantage des relations sociales. •  La fiabilité des communautés envers leurs individus dépend de la cohésion entre leurs membres. Cette cohésion se construit à base d’attentions et de prise en compte mutuelle. Ce processus ne peut s’établir sans création d’actes gratuits.
  • 10. La gratuité: une histoire d’attitude •  La gratuité produit donc un climat de confiance qui dynamise le lien social et la valeur des relations. Donc une plus grande implication et un renforcement de l’engagement. •  La gratuité est essentielle dans une relation car elle permet de décentrer la logique présupposée d’intérêts croisés de toute relation humaine (“je suis en lien avec toi parce que tu m’apporte et vice versa”). •  En surprenant par des gestes désintéressés, l’individu ouvre la perspective d’une reconsidération positive. L’interlocuteur lui prête une attitude généreuse qui ouvre le jeu d’un échange plus profond. “L’altruisme est un égoïsme raisonnable” dixit René de Gourmont.
  • 11. En quoi la gratuité est liéeà la relation? •  La gratuité permet de déclencher une autre forme de paradigme de l’échange et du lien possible, au delà du simple calcul comptable. •  En rompant cette logique rationnelle, la gratuité permet d’ouvrir sur un comportement plus affectif, qui peut ouvrir vers de nouvelles voies, d’implication, d’intérêt, de confiance, d’engagement. •  En sortant d’une logique de méfiance, elle permet d’ouvrir les voies d’une construction humaine plus globale.
  • 12. La gratuité : une composanteessentielle de la relation •  Ce n’est pas tant que l’apporttransactionnel qui est importantdans le concept de gratuité maiscomment il intervient et nourritl’interaction. •  Du point de vue des marques, ilest intéressant de réfléchir à uneapproche qualitative par rapportà son territoire d’action, lalégitimité de la marque, lesprojets des publics, leursaspirations.
  • 13. Questions ? •  Y a t-il / Quels sont les moments pour délivrer de la gratuité? •  Existe t-il différentes formes? La relation exige t-elle une diversité ou complémentarité des actes gratuits ? •  Y a t-il des territoires spécifiques?
  • 14. Travailler la gratuité sur différentes echelles •  Temps: des moments particuliers peuvent être l’objet d’actes gratuits de la part des marques pouvant servir l’impact (voir Arrêt sur images). •  Espace: certains espaces peuvent produire aussi plus de sens (voir Leroy Merlin). •  Prisme: la diversité des gratuités (émotionnelle, fonctionnelle, philosophique, citoyenne, informelle, expérientielle, sociale) permet de grandir l’utilité de la relation et donc l’implication des publics. •  Projets: la connexion aux projets des publics et l’évaluation de l’apport des marques en fonction du couple utilité/manque de ressources peut optmiser le ressenti favorable.
  • 15. Travailler la gratuité sur différentes echelles •  L’échelle de temps est importante, parce que la gratuité impose un investissemnt par conviction, et l’acceptation d’un retour éventuel, d’une gratification, très improbable, au minimum très décalé dans le temps. •  Cette démarche est évidemment très dure à faire accepter aux unités business qui mesure les ROI sur des temps de plus en plus courts. Pourtant derrière les individus et parties prenantes, il y a des êtres humain. Mesure de ce capital/ investissement et ROI? Acception du global, et mise en place d’oganisme riche.
  • 16. Gratuit vs ROI ?
  • 17. Définir des KPIen intégrant la gratuité •  Le travail de pilotage doit donc viser à mesurer les gains de confiance, d’implication et d’engagement permis par ce type d’actes, dans la durée (1 an au moins), en fonction des coûts de ces opérations. •  La relation est capable de devenir un phénomène impliquant quand la démarche de gratuité a été perçue. Un seuil d’enclenchement peut alors être identifié, prélude à des comportements réciproques.
  • 18. Pourconclure L’intérêt du gratuit •  Dans un monde changeant et liquide, bénéficier de l’adhésion de personnes permet de constituer un réservoir de propositions latentes et de ressources pour contribuer à de nouveaux projets. •  L’innovation, la défense de la marque, la co-construction, peuvent ainsi nourrir les nouveaux modèles socioéconomiques. La meilleure protection face au chaos est la relation.
  • 19. A dans 15 jours… Abonnez vous à la newsletter !stephane@lautissier.net Suivez le blog: RELATION SHIPS www.stephane-lautissier.fr/blog
  • Fly UP