Programme Municipale FN RBM Paris 2024

  • Published on
    13-Dec-2014

  • View
    1.753

  • Download
    1

DESCRIPTION

Programme Municipale FN RBM Paris 2024

Transcript

1. 165, rue Jeanne DArc - 75013 PARIS Tl. : 06 65 86 46 75 - fn75@frontnational.com http://fnparis.blogspot.fr 2. LECTIONS MUNICIPALES 2014 PARIS LA FRANCE CAPITALE DE PROGRAMME POUR PARIS 2014 3. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 2014 SOMMAIRE 1 - BUDGET / FINANCES 2 - LOGEMENT / HABITAT 3 - CIRCULATION STATIONNEMENT VOIRIE 4 - SCURIT / TRANQUILLIT 5 - FAMILLES 6 - CULTURE ANIMATION 7 - COMMERCES ARTISANAT PME TAXIS 8 - SPORTS 9 CRECHES & PETITE ENFANCE 10 - LACIT / IMMIGRATION 11 - RYHTMES SCOLAIRES 12 - DMOCRATIE 13 - COLOGIE 14 - HANDICAP 15- DPENDANCE / PERSONNES GES 16 - PROPRET / HYGINE / SANTE 17 GRAND PARIS 2 4. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 2014 PRAMBULE Dsign par Marine Le Pen, il mappartient avec les dix-neuf autres ttes de liste, de mener la campagne de Paris , ville que lon dit impermable nos ides. Cest donc un dfi peut tre, un combat assurment, mais comme le disait le marchal Joffre, les seuls combats perdus davance sont ceux que lon ne mne pas . Paris Capitale de la France mrite videmment ce combat pour raliser le changement et laffranchir de cet ternel duel entre tenants de la pense unique. Paris, ville capitale politique, capitale culturelle et scientifique, capitale conomique, doit offrir un rel dbat dmocratique aux Parisiennes et Parisiens sur les grandes orientations de leur vie quotidienne mais aussi sur la gouvernance future de leur Ville Il leur faut entendre une autre voix sur le Grand Bazar quest le Grand Paris vot rcemment et promulgu prochainement. Paris, cit croupion, affaiblie par la superposition de diffrentes structures administratives et politiques hrites du pass, verra demain son Maire rduit un peu plus un rle de potiche avec la cration du Grand Paris, monstre technocratique cre en catimini, sans consultation des Parisiens et des Franciliens. Dpouill de ses pouvoirs les plus lmentaires comme ceux de lamnagement de lespace urbain, du logement, du dveloppement conomique mais encore de ses comptences budgtaires, le Maire de Paris sera noy dans le Grand Paris. En effet, il naura aucune mainmise sur des dpenses publiques exponentielles lies la cration dun Conseil de la mtropole compos au minimum de 350 lus et dune nouvelle administration quil faudra financer. Ce machin , comme dirait de Gaulle, ne servant dailleurs qu masquer lchec de la politique municipale et rgionale de Delano et de son hritire au fauteuil de Maire de Paris, madame Anne Hidalgo. Le nouveau Maire de Paris ne devra donc de ne montrer aucune connivence avec les pouvoirs de ltat, au contraire de messieurs Chirac et Delano qui ont toujours cd devant eux. Aujourd hui, Il est encore moins question, pour le couple Delano-Hidalgo de mettre en difficult le gouvernement, le ministre de lIntrieur, le Prfet de police Au contraire, le nouveau Maire de Paris doit tre, si besoin est, un maire de rupture avec cette politique ancienne et doit sopposer aux pouvoirs publics dans lintrt de Paris et des Parisiens. Par exemple, puisque le Maire de Paris ne peut lui-mme, pour le moment, mettre en uvre la tolrance zro, il doit harceler les pouvoirs publics pour que ceux ci lappliquent : tolrance zro pour les incivilits, tolrance zro pour la salet, tolrance zro pour les comportements qui pourrissent la vie des voisins, tolrance zro videmment pour les dlits et pour les crimes. 3 5. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 2014 MON AMBITION EST DONC DE RVEILLER PARIS, RESTAURER SON IMAGE ET LIBRER SON NERGIE : veiller Paris en replaant Paris en tte des grandes capitales R europennes et mondiales dans les domaines de la qualit de vie, de lconomie et de lducation alors quelle est aujourdhui loin derrire les grandes villes europennes ou amricaines telles que Dsseldorf, Francfort, Vienne, Munich, Vancouver et San Francisco. Le classement PISA reflte labandon pour nos jeunes des repres tant scolaires que parentaux y compris Paris, affaiblissement masqu par la rputation de quelques grands lyces dont lexcellence est menace par la volont du gouvernement de mettre fin aux classes prpa et aux grandes coles. estaurer limage de Paris en substituant au vivre ensemble qui, au fil R du temps couvre les incivilits les plus diverses, le savoir-vivre qui, par son exigence de conduite et de respect lgard de lautre, apporte paix sociale et douceur de vivre : en prnant la tolrance zro dans les transports en commun o les incivilits saffichent au grand jour, dans les rapports de voisinage, en combattant la salet qui fait de Paris la ville surnomme la Poubelle-land des grandes capitales europennes. ibrer les nergies en ouvrant la porte aux investisseurs, en dynamisant L un ple culturel qui saffaiblit tous les jours au profit de New-York, Londres et Shanghai, en renforant linnovation, en soutenant nos entreprises et notamment nos commerants et artisans qui sont depuis le Moyen ge la force vive de la Capitale, en faisant de lamlioration des transports et des dplacements une vritable priorit. Je mhonore dtre Artsien et Picard par mes origines, mais je suis n Paris (15e). Je me suis inscrit comme avocat au barreau de Paris en 1974. Je souhaite mettre le bon sens acquis par mes mandats dlu de terrain au service des Parisiennes et des Parisiens. Ma vie de pre de famille ma particulirement sensibilis aux problmes des familles de Paris et je souhaite donc rorganiser sans tarder la rforme des rythmes scolaires. Car ma priorit essentielle, cest de mattacher restaurer une vritable politique de la Ville, 4 6. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 2014 cest--dire de permettre tous les Parisiens, de toutes les gnrations, de toutes conditions, de pouvoir se loger et travailler dans leur Ville. Cette priorit essentielle doit sarticuler autour daxes essentiels : - rouver des ressources sans augmenter les impts en mettant fins aux dpenses de T prestige et aux gaspillages innombrables comme les subventions aux associations ainsi quaux aides aux immigrants clandestins ; - rivilgier les dpenses dquipement et de proximit, tendre les horaires de certains P services aux usagers, ouvrant les crches en priorit aux parents qui travaillent, ce quel que soit leur revenu et non selon le dogme de la socialisation : - rienter les efforts sur la dfense des familles et le maintien des classes moyennes O chasses de Paris par une ville dont le cot de la vie est lun des plus levs du monde en raison notamment du prix des logements et des dispositifs scandaleux des surloyers, consquences des lois Borloo et Boutin ; - avoriser le cadre de vie des tudiants pour quils puissent tudier en toute srnit, F tout en amliorant la situation de nos ans qui ont besoin de solidarit et dentraide en favorisant la cration dimmeubles inter-gnrationnels dans chaque quartier de Paris, ouverts aux handicaps qui mritent de la Capitale de la France un rel effort dinsertion. Il sagit de mettre en place les bases dun renouveau de Paris qui devra prendre sa place dans le grand courant de rformes quannoncent les succs venir du Rassemblement Bleu Marine. Cela est dsormais possible. Mes rencontres quotidiennes sur le terrain avec les Parisiennes et les Parisiens confirment cette volont de changement. Car les Parisiennes et les Parisiens en ont assez de la gestion communautariste de la Ville, tiraille au gr des pressions contradictoires de groupes dintrts gostes. Je suis linterprte des habitants de Paris, des citoyens de la Ville de Paris, de ce peuple silencieux toujours oubli, afin de lui donner enfin la voix au chapitre . Merci de votre confiance, mobilisons nous pour la victoire. Wallerand de SAINT-JUST 5 7. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 2014 1 - BUDGET / FINANCES Charte daction municipale FN : La dcrue fiscale : refuser toute augmentation de la fiscalit pendant toute la dure du mandat. Lutter contre les gaspillages et les dpenses fastueuses. Refuser toute subvention et toute aide des organisations ou projets communautaristes. CONSTAT PARIS : Il est impratif de mettre fin au pressurage permanent et sans fin des contribuables parisiens pour des mesures et des ralisations dont ils ne profitent pas. En douze ans, le budget a explos de 100 %, passant de 3 plus de 7 milliards deuros entre 2000 et 2013 mme si une partie des dpenses de prquation explique cette vertigineuse augmentation. En 2014, la hausse des impts est de 3,5 % en moyenne (TH, TFB, CFE). En douze ans de gouvernance socialiste, les impts ont augment de plus de 30 %, passant de 2,3 plus de 3 milliards deuros en 2012 :revalorisation de la taxe dhabitation et des taxes foncires (de prs de 20 % rien quentre 2009 et 2012), cration dune taxe foncire dpartementale de 3 % et hausse des taxes et redevances diverses telles que la taxe de balayage, les traitement des ordures mnagres, laccs aux quipements et centres de loisirs (avec lapplication dun quotient trs dfavorable aux classes moyennes), le stationnement, etc. Chiffres du budget primitif 2013 : Dpenses de fonctionnement : 7 300 000 000 Dpenses dinvestissements : 1 700 000 000 (sans compter les remboursements demprunts hauteur de 200 M) La masse des impts prlevs est de 4 900 000 000 Le capital de la dette est de 3,2 milliards (+ 2 milliards en 11 ans), les impts locaux ont doubl dans le mme temps. La politique fiscale du couple Delano-Hidalgo est un chec ! Voire une bombe retardement si les droits de mutations dun montant de 900 millions lan dernier venaient baisser OBJECTIFS : Rduire les dpenses de fonctionnement de faon faire baisser sur 6 ans la masse des impts prlevs de 20 %. Cette baisse des impts et des charges de fonctionnement est la base du programme du Front National-Rassemblement Bleu Marine Paris. On ne peut continuer ainsi : toutes les collectivits, depuis des dcennies, limage de la politique de ltat, ont tous les ans, augment leurs dpenses et leurs impts, dans une fuite en avant irresponsable. Le seuil de saturation est atteint. Mme Le Monde crit que dpenser sans compter promet le chmage pour tous . Le rapport de la fondation IFRAP publi le 30 octobre 2013 (Paris, la gestion de la ville en question), en suite dun rapport de la Cour des Comptes, est lui aussi extrmement pessimiste. 6 8. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 2014 Selon linstitut Montaigne (Municipales, laudit financier des dix plus grandes villes), lendettement des grandes villes se creuse dramatiquement. Plus de 51 % des personnes interroges mentionnent les impts locaux comme un enjeu primordial au moment de voter. Dj Paris le niveau dendettement par habitant est plus lev que dans les autres villes franaises. La presse elle mme affirme qu au total Paris, les candidats devront tre jugs sur leur capacit de prsenter un programme non pas de matrise, mais de rduction des dpenses . Une gestion saine, srieuse et rigoureuse est non seulement possible mais surtout indispensable. - PROPOSITIONS : I Nous rduirons les impts de 20 % en 6 ans La masse des impts prlevs est de 4 900 000 000 par an, il faut la ramener au bout de 6 ans 3 920 000 000 . Cest par une diminution de 3,3% par an, soit une baisse de cette masse de 163 000 000 par an, que ce rsultat sera obtenu. II Nous rduirons les dpenses de fonctionnement de 163 000 000 par an sur 6 ans Nous agirons notamment sur : - a masse salariale, loccasion des dparts en retraite et par une meilleure gestion des primes l attribues aux hauts salaires (+ 46 % en 12 ans). Rappelons quen dix ans, la Ville de Paris est passe de 40 000 50 000 fonctionnaires (soit + 25%) ; - es budgets ddis la politique culturelle et associative ; l - es dpenses sociales (- 5 % par an) affectes des aides communautaristes. l Ces dpenses sociales sont en augmentation vertigineuse. Par exemple laide sociale (facultative) aux enfants en difficult est passe de 200 millions en 2005 800 millions en 2011. Cette augmentation est essentiellement due lexplosion de limmigration que cette politique ne cesse de favoriser au dtriment de tous les Parisiens. Il est clair par ailleurs que les dpenses dinvestissement seront consacres essentiellement aux quipements de proximit et la vie quotidienne des Parisiens, les dpenses de prestige tant bannies de la prochaine mandature. Il est en effet impratif dassurer un dsendettement de la Ville de Paris : Lencours de la dette a augment de 11 % du 1er janvier 2013 au 1er novembre 2013 en passant de 3 162 000 000 3.512 000 000 . Si lon persistait sur une telle tendance, cela conduirait accroitre le capital de la dette de prs de 70 % en six ans. Ds lors, on comprend mieux la volont de Mme Anne Hidalgo de mettre un terme aux comptes faramineux de M. Bertrand Delano, lactuel trsorier de la Mairie de Paris : elle aussi est contrainte de rduire linvestissement. Ce sont des coups de frein, fruits, lvidence, dune mauvaise gestion. Ds lors, jenvisage de rduire de 3 % les dpenses dinvestissements par an, soit 42 millions deuros par an et 252 millions sur la mandature. Par ailleurs une partie des droits de mutation pourra tre affecte au remboursement de la dette sur les trois premiers exercices et cela abaisserait dautant le capital de la dette et donc le montant des intrts 7 9. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 2014 2 - LOGEMENT / HABITAT Charte daction municipale FN : Assurer la transparence totale des critres et des procdures dattribution des logements sociaux. CONSTAT PARIS : La crise du logement qui svit depuis plusieurs annes Paris, et ne cesse de saggraver, pnalise un nombre croissant de parisiens, en particulier les familles et les classes moyennes, qui nont dautre choix que de quitter la capitale. Les raisons dun tel blocage sont connues : un manque de foncier disponible la construction, une lourdeur administrative sans quivalent qui alimente laugmentation des cots de construction et ralentit les mises en chantier, une pression dmographique croissante. A ces facteurs de blocage structurels, sajoutent des facteurs dordre idologique qui ont amen la municipalit actuelle systmatiquement privilgier le logement social, au dtriment du logement intermdiaire, consolider les rentes de situation dans le social qui bloque le parcours rsidentiel et dissuader les investisseurs privs dinvestir dans la construction et la rnovation. Sur une question aussi chre aux parisiens, la politique mene depuis 10 ans par la municipalit actuelle a fortement contribu alimenter les dsquilibres en produisant des effets pervers, alimentant la spculation et pnalisant les plus faibles. - 2,2 millions dhabitants et une densit de 25 000 habitants / km, soit une des plus fortes dEurope. - n 10 ans, le prix du m a t multipli par 3, soit plus de 8 000 / m2 ; les prix des loyers ont t E multiplis par 1,6, soit plus de 24 / m2. - Les classes moyennes sont obliges de se loger hors de Paris. - es revenus moyens ne peuvent plus accder aux logements sociaux (lois Boutin et Borloo : L surloyers). - l ny a que 30 % environ de propritaires Paris (contre 50 % en IdF et 60 % au niveau national). I 25 % des mnages consacrent plus du tiers de leur revenu au logement. - 40 % des entreprises parisiennes sont pnalises par les problmes de logement pour le recrutement, la mobilit interne ou la productivit de leurs salaris. - 8 % des emplois parisiens sont occups par des non-Parisiens (banlieusards) ce qui augmente 5 considrablement le trafic automobile et occasionne une asphyxie des transports en commun. - lus de la moiti des logements sont de petits logements (2 pices), mais la moiti des foyers sont P composs de personnes seules. - Prs de 63 % des Parisiens sont ligibles au logement social au titre de la loi SRU (PLAI ; PLU ; PLS). - n 13 ans de gouvernance socialiste, le nombre de logements neufs construits Paris chaque anne E na cess de diminuer. Il en est de mme, dsormais au niveau national. Cela signe lchec de la politique socialiste du logement. 8 10. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 2014 Il existe 2 types de logements sociaux : les logements sociaux stricto sensu, les logements sociaux intermdiaires. Il existe 3 types de mnages Paris : les mnages modestes : ils se logent majoritairement dans le 13e, partie du 12e, partie du 20e, 19e et 18e ; ils sont ligibles au PLAI (Prt Locatif Aid dIntgration) ; ils reprsentent 25 % des mnages parisiens, soit 270 000 mnages ; les mnages intermdiaires qui se divisent en : - ceux au-dessus du PLAI, mais en-dessous du PLUS (Prt Locatif Usage Social) ; ils reprsentent 24 % des mnages, soit 255 000 mnages ; - ceux au-dessus du PLUS, mais en-dessous du PLI (Prt Locatif Intermdiaire) ; ils reprsentent 29 % des mnages parisiens, soit 313 000 mnages (partie du 10e, partie 11e, large partie du 12e, partie du 13e ,14e et 15e, partie du 17e) ; Les mnages aiss : ils sont au-dessus du PLI ; ils reprsentent 22 % des mnages, soit 230 000 mnages (arrondissements centraux, 7e, 8e, 16e et partie du 17e). La localisation des classes moyennes fragiles : - 30 % dans les 13e, 18e, 19e et 20e o ils se partagent avec les mnages modestes ; - 25 % dans les 10e, 11e, 12e, 14e et 15e o ils se partagent avec les classes moyennes suprieures ; - 20 % dans les arrondissements centraux. La physionomie des mnages parisiens : Lge mdian dun propritaire parisien est de 60 ans. Lge mdian dun locataire se situe entre 35 et 45 ans (aprs acquisition ou logement social). Les classes moyennes fragiles sont composes pour 26 % seulement de propritaires alors que la moyenne parisienne est de 30 % environ. Le parc locatif priv reprsente 42 % des classes moyennes fragiles, 25 % des mnages modestes (75 000 mnages) et 25 % des classes aises (74 000 mnages). Le parc locatif social reprsente 26 % des classes moyennes fragiles. La politique de Delano-Hidalgo en matire de logement est encore un grave chec ! Elle a fait de Paris la ville de lISF et des SDF. OBJECTIFS : Favoriser laugmentation de 10 % du nombre de propritaires de logements sociaux Paris en 6 ans. Favoriser le retour et le maintien des classes moyennes dans Paris. Mettre en uvre une politique de logement qui permette que les travailleurs parisiens puissent tre logs dans Paris. 9 11. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 2014 PROPOSITIONS : I - Favoriser laccession la proprit pour faciliter le maintien des classes moyennes : a) Vendre entre 65 000 75 000 logements sociaux (sur 6 ans), soit 4 millions de m2 (superficie moyenne de 50 m2 et 240 000 logements toutes catgories confondues). b) Permettre aux locataires de logements sociaux dacqurir leur logement. Des modalits dfinir : ente de 25 % 30 % du parc social dans toutes les catgories (Prt Locatif Aid dIntgration, V Prt Locatif Usage Social, Immeuble Loyers suprieurs). ente de 30 % 50 % en-dessous du prix du march selon des conditions dfinir (anciennet V dans les murs du locataire, catgorie de logements, engagement de non-cession avant 9 ans avec une clause de retour en cas de vente avant la date limite). c) rofiter des opportunits des transferts des btiments de ltat en utilisant le droit de prfrence P (ex. MINDEF : lot Saint-Germain 7e, Casernes de Reuilly 12e, Bellechasse 7e, la Ppinire 8e, etc.) pour raliser des programmes mixtes (sociaux, privs et bureaux). d) Faciliter les changements dusage en favorisant les transformations de bureaux vides et abandonns en logements. e) Favoriser les acquisitions-rhabilitations par les bailleurs sociaux de la Ville. Le rle du Crdit municipal de Paris pour aider les primo-accdants (domicilis depuis 3 ans) acqurir un bien immobilier doit tre revaloris. Le taux zro dans lancien sera remis en place. II - Favoriser loffre foncire dans le priv : Rviser les rgles de constructibilit selon les quartiers et les arrondissements en augmentant lgrement le COS et la SHON. Revoir les clauses d aide la pierre avec la Rgion qui monopolise lensemble du dispositif, sans relle concertation avec la Ville de Paris. III - Redfinir une politique du logement social Paris : Nombre des demandeurs en 2012 : 120 000 contre 90 000 en 2001. La part des banlieusards na cess daugmenter en 10 ans pour atteindre 25 % des demandes Nombre de logements sociaux attribus : entre 12 000 et 15 000 par an. a) Permettre le retour des classes moyennes : Modifier, voire supprimer, le dispositif des surloyers (SLS) cr par les dispositifs Borloo et Boutin qui frappent les locataires des classes moyennes, et fragiles, logs en logement social. Cela ds 2014 pour mettre un terme la ghettosation des immeubles et favoriser une relle mixit sociale. En effet, ces membres de la classe moyenne sont la fois des locataires trop riches au regard des nouveaux barmes et trop pauvres pour quitter leur logement, ce qui dmontre labsurdit du dispositif qui frappe les locataires des logements conventionns. 10 12. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 2014 b) Combattre les effets de limmigration : tre vigilant envers certaines familles monoparentales camouflant la polygamie. Lutter contre la ghettosation de quartiers par le rassemblement de populations conomiquement et culturellement trop homognes, ce qui est un facteur de dprciation de la valeur des biens immobiliers des propritaires locaux. c) Redfinir les critres dattribution du logement social Paris : Privilgier ceux qui travaillent Paris notamment les catgories sociales qui uvrent en faveur de lintrt gnral et de lconomie (ex : infirmires, salaris des commerces et PME, artisans, policiers, pompiers, enseignants, etc.). En outre, le fichier de demande de logements sociaux gr par la Rgion le-de-France depuis 2011 sera repris en main par la Ville de Paris. d) Mettre fin aux effets pervers de la loi SRU en limitant 20 % loffre de logements sociaux : laugmentation du quota des logements sociaux 25 % ou plus selon les vux dHidalgo dans les programmes de construction contraint les promoteurs reporter le manque gagner sur le logement libre dont le prix grimpe en consquence. e) rivilgier le savoir-vivre au vivre-ensemble : expulser sans faiblesse les fauteurs de troubles P et les dlinquants rcidivistes des logements sociaux. f) aliser 25 000 logements sociaux rels avec le produit des ventes, par lutilisation du droit de R premption sur du logement ancien et par des constructions neuves. g) Poursuivre la lutte contre lhabitat insalubre (aide aux propritaires). h) Crer 20 % de logements en accessibilit pour handicaps. i) avoriser le logement inter-gnrationnel entre tudiants et personnes ges, notamment dans F les logements sociaux Dans un deuxime temps : Utiliser tous les moyens lgaux pour favoriser lattribution des logements aux nationaux franais quelle que soient leurs origines. Lorsque le principe de la priorit nationale sera devenu lgal, il sera exerc en matire dattribution de logement. 11 13. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 2014 URBANISME et GRANDS TRAVAUX : CONSTAT : La politique mgalomaniaque et dispendieuse de grands travaux mene durant 12 ans par lquipe Delano a fait exploser le budget et la dette parisienne et par voie de consquence les impts ! OBJECTIF : Limiter pendant la mandature venir les grands travaux au strict ncessaire. Privilgier les quipements de proximit et offrir du foncier pour faire baisser les prix du m. PROPOSITIONS : 1 Mettre un coup darrt aux grands travaux pharaoniques type : - le Forum des Halles : plus de 900 millions (rmunration des Matres duvre : plus 30 %) ; - la Canope : 150 millions, soit + 30 % ; - la Place de la Rpublique : + 50 millions ; - le stade Jean Bouin : + 200 millions ; - la Philharmonie : + 400 millions ; - les Berges de Seine : 60 millions, sans compter les frais de fonctionnement annuel (7 millions) ; - la chenille de la Cit de la Mode : + 60 millions ; - e tramway : 900 millions, soit 40 millions le km et une vitesse de circulation infrieure celle des bus. l 2 - Poursuivre mais amender les grandes oprations telles que : - aris Nord-Est (200 ha), Entrepts Macdonald (Clichy-Batignolles : une des dernires grandes emprises) ; P - les Batignolles (50 ha) ; - la Porte Pouchet ; - les Portes de Paris avec les Grands Projets Urbains de rnovation (GPRU) touchant 200 000 habitants ; - les Olympiades ; - e tramway jusqu la Porte Maillot : rentabiliser au mieux les travaux dj engags, augmenter la l frquence de rotation des tramways (aujourdhui vritables btaillres) ; - revoir les enclaves Beaujon, Secteur Python-Duvernois (Porte de Bagnolet), etc. ; - stopper le dpart des Grandes coles telles que les Mines, lAgro, Telecom, etc. 3 - Des projets contests revoir (exemples) : - extension du stade Roland-Garros : 350 millions (soutenir ventuellement le projet alternatif l moins coteux !) ; - la Tour Triangle dans le 15e ; - ldification de grandes tours ; - la gare dAuteuil ; - la Porte des Lilas ; - les Berges de Seine (cot de fonctionnement trop lev : 7 millions deuros par an) ; - les biens de lAP-HP (av. Victoria 4e, Hpital Ferrand-Widal 10e) ; - les terrains de la police le long du canal Saint-Denis, 102 106 bd Macdonald, Porte de la Villette ; - les centres de tri des 12e et 17e (opration ne pas renouveler) ; - les aires daccueil pour les gens du voyage (bois de Boulogne et Vincennes). 12 14. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 3 - CIRCULATION STATIONNEMENT VOIRIE Il sagit de rompre avec douze ans de dictature anti-voiture dont les rsultats ont t contreproductifs sur notre environnement, dramatiques pour nos entreprises, pnalisants pour les Parisiens, notamment pour les plus exposs qui se heurtent pour cette raison la frilosit des corps de sant pour faire des interventions domicile et qui subissent lenvole des cots des services qui incluent dsormais le prix du stationnement dans les livraisons Charte daction municipale FN : Favoriser lattractivit conomique de la commune par une amlioration de la fluidit de la circulation. Dfendre les commerces de proximit et les services publics. CONSTAT : aris compte 530 000 vhicules, chiffre identique celui de 1970, avec une augmentation des P difficults de circuler et de stationner. Avec autant de vhicules, Paris demeure la 6e ville au palmars des embouteillages 1,6 millions de Franciliens viennent travailler Paris. e boulevard priphrique (1 million de vhicules par jour) est utilis pour les dplacements L banlieue/banlieue et 5 % pour Paris intra-muros. Plus de 45 % pour les 2RM. En dplacement dans Paris : 200 000, en le-de-France : 500 000. 95 000 places de stationnements supprimes durant les deux mandatures de Delano. ne pollution en hausse malgr des moteurs moins polluants et dimportantes amliorations U technologiques. Ainsi la politique anti-automobile mene durant 12 ans Paris est-elle encore un chec ! OBJECTIFS : fluidifier le trafic, faciliter les stationnements, soulager les transports en commun. SLOGAN : La mobilit cest la vie, cest lemploi ! PROPOSITIONS : I - Fluidifier le trafic : - emettre en circulation les voies sur berges Rive gauche, face au Muse dOrsay et pont de lAlma ; r - ration de vagues vertes sur les grands axes principaux aux heures de pointe (synchronisation des c feux pour permettre de circuler 40 km/h sans sarrter , par ex. boulevards des Marchaux) ; - duire le nombre de zone 30, de zones de rencontres (20 km/h) soit 40 % des voies et revenir la r limitation de vitesse sur le boulevard priphrique 80 km/h ; - naliser lautomatisation des feux et faire une tude de chaque carrefour nud de blocage fi quotidien , rorganiser les carrefours en consquence (grce lutilisation judicieuse des feux alternants) ; 13 2014 15. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 2014 - nraliser la diffusion dinformations en temps rel concernant ltat de la circulation routire g dans Paris grce aux Solutions de Transport Intelligents (STI), par ex. panneaux dinformation infotrafic sur tlphone, systme innovant daide au dplacement urbain, etc. ; - ugmenter ds le lendemain de llection le nombre de places de stationnement (35 000 places a minimum) pour diminuer les temps de recherche de place ; - r-optimiser le ramassage des ordures mnagres pour limiter les encombrements ; - favoriser les rapprochements domicile / travail pour limiter les dplacements ; - pcialiser un corps de fonctionnaires dans la gestion de la circulation et en dcharger la police s nationale redirige exclusivement vers la lutte contre la dlinquance. II - Amliorer la voirie : - mliorer la signaltique : le marquage au sol de sparation des voies ou directionnel, effac a progressivement depuis 2001 ; - emettre en tat les chausses trop souvent dfonces et devenues dangereuses (chausses paves) ; r - ovoiturage : cration de stations scurises et bien identifies aux portes de Paris (signaltique c spcifique) pour mettre en relation des usagers en covoiturage ; - oderniser et dvelopper le systme dinformation et de guidage sonore aux feux tricolores pour m les personnes malvoyantes ou dficientes visuelles (loi du 11 fvrier 2005) ; - mieux protger les pistes cyclables (sites propres) ; - interdire les circulations des vlos contre sens dans les voies troites. III - Rorganiser le stationnement Paris et ses rgles : La rglementation parisienne du stationnement payant date de la fin des annes 1970. En 10 ans on est pass de 240 000 places 145 000 sur la voie publique, soit prs de 40 % en moins La municipalit PS actuelle a seulement lanc quelques rformes cosmtiques en faveur des artisanscommerants et des professionnels de sant (kinsithrapeutes et infirmiers). court terme : Organiser des tats-gnraux du stationnement et de la circulation (5 % des Parisiens visiteurs paient leur stationnement : ds lors il est possible de sinterroger sur la pertinence du stationnement payant Paris). Organiser le retour des stations-service dans Paris (50 seulement actuellement) et favoriser limplantation de pompes GPL dont les nuisances seront terme moins lourdes que celles des bornes lectriques. Les mesures urgentes (6 premiers mois) : Lancer la restauration de 35 000 places de stationnement pour les automobiles en surface. 14 16. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 2014 Doubler les aires de livraison (passer de 7 000 14 000 places) par une place rserve aux professionnels mobiles (artisans, commerants, etc.) contige la place de livraison existante avec possibilit de sanctuariser ces places contre un abonnement payant. Assurer aux titulaires de vhicules de fonction la carte de stationnement rsidentiel ds lt 2014. moyen terme : Supprimer le paiement lhorodateur pour le Parisien domicili Paris. Proposer un abonnement par carte mensuel (25 / mois ou annuel 250 ) assurant le stationnement dans tout Paris (processus plus conomique que le paiement lhorodateur ; sur 65 millions deuros de recette de stationnement, 30 millions sont consacrs aux frais de maintenance, personnel et recherches, etc.). Simplifier les conditions de dlivrance de cet abonnement aux professionnels par la cration et la dlivrance dune carte ddie aux professionnels mobiles cest--dire les artisans commerants, les professions librales, les professions de sant, Pour cela, il faut prendre en compte 3 situations : - les inscrits sur Paris, - les Franciliens, - les touristes. Et deux hypothses : 1- soit un page urbain modulable selon les heures, les jours lentre du priphrique, 2- oit la cration de 3 zones : centrale, pri-centrale, et priphrique, avec un forfait journalier s (respectivement de 10 , 6 , 3 ) ou un abonnement (journalier, hebdomadaire, mensuel, annuel) avec tarif modul selon le type dentreprise (TPE, ETI, PME, grandes socits, professions librales) et limportance de la flotte. Crer des parcs de stationnement souterrains (gardienns) aux Portes de Paris, en particulier sous les stades et terrains de sports implants autour du priphrique. Revoir les contrats des parcs souterrains concds pour rduire les cots de stationnement en fonction des horaires, jours, mois, et proposer aux riverains des parcs des tarifs prfrentiels. Gnraliser la mise en place dun tarif de stationnement, la minute, ds la premire heure (parcs concds). Crer 10 000 places 2RM (dont une partie sur les trottoirs larges) pour favoriser les dplacements en 2 roues et ainsi, fluidifier le trafic. Rserver en priorit des places de stationnement dans les parkings souterrains sous-occups (ex. Paris Habitat) aux professionnels (ex. auto-cole, socits location, etc.) des tarifs privilgis, pour librer des places en surface. Lutter prioritairement et systmatiquement contre le stationnement nuisible, gnant, dangereux ou abusif (a contrario de la priorit actuelle qui porte uniquement sur les parcmtres et le stationnement non pay). 15 17. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 2014 Redfinir et contrler laction des socits denlvement de vhicules et des fourrires intervenant dans la Capitale. IV - Verbalisation : pas de politique anti automobile ! Chaque anne, 3 500 000 amendes sont dlivres, essentiellement pour stationnement non pay. Verbaliser systmatiquement les vhicules gars sur les bandes cyclables matrialises. Mise en place dune verbalisation plus cible des contrevenants, dcide par les lus locaux et volutive selon les comportements dviants constats (concertation avec la DPP). Dans le cadre de la verbalisation du stationnement (loi vote en dcembre 2013) la priorit sera de faire verbaliser exclusivement le stationnement gnant et dangereux (les nuisances relles) et non pour le stationnement payant pour dfaut de paiement lhorodateur qui sera supprim terme. V - Les transports en commun : Faire des transports en commun parisiens une des grandes causes de la prochaine mandature. Consacrer les fonds utiliss perscuter les automobilistes au financement des transports en commun. Sattacher amliorer lexistant des transports en commun, aujourdhui trs dgrads. Accrotre loffre de transport Est / Ouest (ligne 1 et ligne A surcharges). Exemples : - prolongement de la ligne de mtro n14 ; - prolonger la ligne de mtro n10 vers la 8 ; - prolongement de la ligne du RER E vers La Dfense. tudier le doublement du tunnel Chtelet / Gare du Nord (RER B / D). Crer un moyen de liaison innovant entre les gares de Lyon et dAusterlitz, spares par la Seine. 16 18. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 4 - SCURIT / TRANQUILLIT Mettre fin aux incivilits, violences et agressions qui maillent la vie quotidienne des Parisiennes et Parisiens au nom du vivre ensemble pour privilgier le savoir-vivre Charte daction municipale FN : Agir pour assurer la tranquillit et la scurit, premire des liberts. Engager fermement et rapidement toutes les actions possibles visant mettre fin aux installations sauvages et nomades. CONSTAT : La scurit des personnes et des biens est intimement lie la politique pnale mise en place par un gouvernement. La scurit Paris est une prrogative du Prfet de Police. Paris les cambriolages ont explos en 2012 et 2013 (16 000 contre 8 000 en 2011) notamment du fait de larrive de nombreuses populations en provenance dEurope de lEst. Le vol la tire a explos (cf. les agressions contre les touristes chinois) toujours du fait de larrive de nombreuses populations en provenance dEurope de lEst. La violence des mineurs est de plus en plus alarmante : prs de 70 bandes svissent Paris. La fraude dans les transports en commun cote 100 millions deuros. Prs de 60 000 faits de dlinquance constats en 2012 dans les bus, mtros et RER, soit plus de 150 par jour. OBJECTIF : Ramener la paix publique, aboutir la tolrance zro. PROPOSITIONS Le Maire de Paris lu FN-RBM sera un interlocuteur privilgi et persvrant du Prfet de Police en raison de la forte dgradation de la scurit dans Paris. 1 - Doubler ds 2014 le budget allou la Scurit des Parisiens : Renforcer le rle et la place des Contrats locaux de Scurit des Conseils de Prvention de la Dlinquance Lapplication de la loi du 5 mars 2007 qui place le Maire au cur du dispositif de prvention dans les villes suprieure 50 000 habitants, est laisse lettre morte par lquipe actuelle. Les Maires darrondissement devront simpliquer totalement dans la convocation des Conseils pour les droits et devoirs des familles qui est une instance daide aux parents. Il sagit de montrer lintrt de montrer lattention que portent les autorits politiques et sociales la situation et aux agissements de leurs enfants et dengager un dialogue ferme avec eux et denvisager des mesures destines stopper la drive de ces derniers. Cration dun SOS Parents : cration dun numro vert municipal. Systmatiser les plaintes des Mairies darrondissement pour les dgradations des btiments publics et du mobilier urbain. Prioriser laction des Inspecteurs de Scurit de la Voie Publique (ISVP) pour assurer la scurit des personnes et des biens et lutter contre les incivilits. Assurer la polyvalence de leurs missions (ISVP). Donner une plus grande visibilit au Centre de veille oprationnelle (ligne tlphonique directe mieux faire connare des Parisiens). 17 2014 19. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 2014 Doubler la vido-protection (+ 1 000 camras en 5 ans) y compris dans les tablissements scolaires et leurs abords. Arrt des versements des aides municipales aux parents de mineurs trangers dlinquants. 2 Accrotre et dployer les moyens complmentaires de scurit : Augmenter les quipes dintervention mobiles type GPIS (Groupement Parisien Inter-bailleurs de Surveillance) sur les sites sensibles, pour accrotre la couverture de surveillance nocturne des immeubles du parc immobilier social de la Ville de Paris. On pourra crer des brigades canines et cheval. Accrotre la contribution au dispositif de scurit actuellement en place dans les transports de la Ville (RATP / STIF). Renforcer la surveillance et la scurit des sites touristiques, des zones conomiques et des quartiers populaires et dans les deux bois (Vincennes et Boulogne). Amliorer la surveillance dans les jardins et les squares par la mise en place de binmes dagents de surveillance. Adopter des arrts municipaux anti-bivouac et anti-mendicit sur la voie publique. Lutter contre les vendeurs la sauvette, les vols dans les cimetires, lencombrement des trottoirs, lenvahissement abusif des terrasses. Demander la cration de nouvelles ZSP au Ministre de lIntrieur pour lensemble des gares parisiennes, en sus des 18e, 19e et 20e. Revoir limplantation des zones daccueil de gens du voyage dans les bois de Vincennes et Boulogne. 3 Favoriser laction des associations et des citoyens : Encourager le dveloppement du dispositif Voisins vigilants par la ractivation de la circulaire Guant, en sappuyant sur les associations de locataires. Dvelopper des instances de concertation avec la population linitiative des Maires darrondissement, et la participation des pouvoirs publics, des Services de la Ville et des associations de locataires (HLM) sur les thmatiques de la scurit, du cadre de vie et de lenvironnement social (force de propositions et co-productif de scurit) ; ce dispositif nest pas confondre avec le travail des Conseils de quartier. 4 - Remettre les familles au cur de la politique de prvention et de scurit de la Ville : Valoriser le rle du Conseil des droits et devoirs des familles (CDDF), instance de dialogue pilote par le Maire, obligatoire dans les villes suprieures 50 000 habitants et cr par la loi de 2007. Dans un deuxime temps : Cration dune Police municipale Paris en rponse au vu, mtin dautosatisfaction, exprim Marseille le 30 mai 2011 par Manuel Valls lors dune visite au Commissariat de la Cit Pyat : vry, nous avons une police municipale arme qui travaille 24h/24 et a se passe trs bien parce quil y a une rpartition des tches entre la police nationale, qui assure les tches rgaliennes et la police municipale qui est dans un rapport de proximit avec les habitants. 18 20. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 5 - FAMILLES CONSTAT : Les questions familiales constituent un sujet essentiel de la vie politique franaise, mais la famille est particulirement maltraite : - les abaissements successifs du quotient familial, - la baisse des prestations daccueil du jeune enfant (PAJE), - la diminution de la prime de naissance ds le 2e enfant, - la suppression de la rduction dimpts pour les frais de scolarit dans lenseignement secondaire, - ladoption de la loi Taubira sur le Mariage pour Tous - le projet de loi sur la famille qui devrait tre prsent dbut 2014. Force est de constater que lexcutif sen prend avec constance la famille ! travers les foules de la Manif pour Tous , dune ampleur rare, la socit franaise a exprim, entre novembre 2012 et mai 2013, une trs vive inquitude lgard dune proposition qui touchait au cur des personnes, des familles, de la socit et de la culture. Il est rarement des sujets politiques dont lenjeu va aussi loin et peut si fortement transformer la vie des hommes en socit et la vie dun pays. Les lections municipales des 23 et 30 mars 2014 doivent tre loccasion de prendre nouveau en considration la famille dans le dbat public. En fait, la classe moyenne est exclue de tout ce que peut proposer la Ville ! OBJECTIF : Paris ville dexcellence pour les familles. PROPOSITIONS : 1 - Crer le chque culture et sport dans la commune Dlivrance dun chquier aux parents pour chaque enfant en ge de participer des activits de loisirs sportifs et culturels proposes dans la commune. 2 - Remettre les familles au cur de la politique de prvention et de scurit de la Ville Le Conseil des droits et devoirs des familles (CDDF), instance de dialogue pilote par le Maire, obligatoire dans les villes suprieures 50.000 habitants et cr par la loi de 2007, devra tenir toute sa place. 3 - Lutter contre lisolement grce au lien intergnrationnel, dont le logement La commune doit favoriser les dmarches de parrainage intergnrationnel : mise en place du Grand Conseil Parisien des Familles Parisiennes (GCPFP). 4 - Favoriser la libert des parents dans le mode de garde de leurs enfants Par la cration dassociations de quartiers Mamies solidaires , subventionnes par la Ville, lattention de jeunes mres en difficults, en change, ces mamans sengageront rendre de menus services aux mamies solidaires . Cette mesure permet de dvelopper et denrichir le lien social et la solidarit entre les gnrations. 19 2014 21. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 2014 5 Favoriser le pouvoir dachat des familles par la baisse de la fiscalit 6 Rduire drastiquement les subventions et soutiens clientlistes anti-famille La Ville de Paris reviendra sur lallocation inconsquente de ressources financires destination de divers groupes de pressions qui, sous couvert de contribuer des programmes de prvention sanitaire et de soutien psychologique des personnes en difficult du fait de leur orientation sexuelle, se sont rigs en militants hostiles la famille. 7 Contribuer lpanouissement des familles par une offre de crche toffe Laugmentation des places de crches fait lobjet de dveloppements au chapitre 9, page 31. 8 Mettre la famille lhonneur Contribuer la russite dune journe des fierts familiales. 9 Veiller aux conditions de droulement de certaines manifestations festives Paris doit rester une ville de fte ouverte tous. Toutefois, son Maire devra veiller ce que certaines manifestations se droulent dans des conditions garantissant le respect de la sensibilit de chacun, en particulier des familles. 20 22. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 6 - CULTURE - ANIMATION Paris, de par sa richesse naturelle et prestigieuse en matire culturelle, doit souvrir tous les Parisiens et notamment aux jeunes dans le cadre dun rel partenariat avec le Rectorat. Paris se doit de favoriser davantage la cration par la cration de prix dont les laurats bnficieraient de la mise disposition de locaux dexposition dans le cadre de semaines thme. CONSTAT : Avec un budget de 370 millions deuros en 2012, la culture concentre 38 % des subventions alloues, alors que le poste crches associatives na t subventionn qu hauteur de 17 %. Le centre culturel, le 104 , est un fiasco avec seulement 82 000 visiteurs par an (500 abonns uniquement) pour un investissement de 120 millions deuros de travaux et 8 millions deuros de subvention annuelle (4 millions deuros de dficit cumul en 4 ans). Il en est de mme pour la Maison des Mtallos dont la programmation artistique est trs faible en raison des charges de personnels qui engouffrent la majorit du budget annuel. PROPOSITIONS 1 - La culture Renforcer la gestion autonome des muses parisiens. Favoriser la cration dassociations du public (des usagers des muses) et leur donner une place dans les conseils dadministration culturels. Stopper le clientlisme culturel. Supprimer les subventions alloues des associations but multiculturel. Intgrer dans le cahier des charges des dlgations de service public des centres danimation de la Ville de Paris un certain nombre dobligations relatives la promotion de la culture et de la langue franaises. Mener un audit de gestion des deux centres le 104 et la maison des Mtallos . Construire, selon la dmographie et la demande des familles, un 2e conservatoire de musique dans chaque arrondissement. Dfenfre spcialement la langue franaise. Paris Capitale de la France sexprime en franais et refuse, par exemple, les textes en langue trangre, non traduits, sur les enseignes. 2 Lanimation Concernant lexistant : - aris-Plage : prenniser lanimation, mais relocaliser en dehors des espaces de circulation et largir P les plages horaires des activits proposes (en matine et plus tard le soir). - a Nuit Blanche : prenniser lanimation autour de lart moderne phmre, mais revoir les L conditions de financement des artistes et des uvres du in (pas de financement pour le off ) ou ddier de prfrence une semaine dt aux thtres, concerts et spectacles dans les parcs, jardins et sur les bords de Seine (sur le modle des pratiques mises en uvre avec succs SaintPtersbourg). Cration originale et innovante : - ne Semaine des provinces Paris, conclue par un grand dfil musical et/ou des concerts publics u (par ex. la Saint-Jean) ; - un week-end de la Seine (activits et spectacles nautiques). 21 2014 23. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 2014 3 Le patrimoine historique et culturel de la Ville : Baptiser le nom des rues, des places et autres lieux publics en privilgiant les personnalits lies lhistoire de France ou la Ville de Paris. Mettre en place une politique de restauration des monuments et plus particulirement les glises appartenant la Ville de Paris. 22 24. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 7 - COMMERCES ARTISANAT PME TAXIS Charte daction municipale FN : Favoriser lattractivit conomique de la Ville, dfendre les commerces de proximit (quartiers) et les services publics. Concernant louverture le dimanche : autoriser louverture des petits commerces de proximit ( lexclusion des grandes surfaces, sauf dans les secteurs trs touristiques de la Capitale). CONSTAT : Paris, capitale conomique de la France, doit imprativement redevenir attractive aux yeux de tous ceux qui contribuent, tous les chelons de la chaine conomique, sa prosprit et son dynamisme. Pour cela, il convient dassurer la prservation de tout un cosystme constitu notamment par le commerce de proximit et les petites entreprises de services qui sont des lments essentiels de cet environnement. Or, ce sont ces acteurs et ces filires, notamment artisanales, qui subissent le plus durement les consquences de la crise conomique, des lourdeurs administratives et de la pression fiscale croissante. CHIFFRES : 85 000 locaux en pied dimmeubles dont 9 000 bureaux et ateliers, 10 000 locaux vides. 13 000 commerces de restauration dont 2 000 cafs, 2 500 commerces de gros, 1 600 htels, 180 magasins dalimentation gnrale (suprettes, etc.), 1 200 boulangeries ptisserie, 600 boucheries, 100 poissonneries, 1 500 cabinets mdicaux, 1 000 pharmacies, 250 cabinets de kinsithrapies, 100 cabinets dinfirmires, 800 librairies, 300 kiosques journaux, 70 marchs et 12 marchs couverts. 700 buralistes Les problmes des commerants et artisans : - prix exorbitants des baux commerciaux, - difficults de circulation et de stationnement, - parts en retraite programms des baby-boomers , ce qui engendre une diminution rapide du d nombre de commerants, dartisans et de PME dans Paris, - multiplication des agressions, - dveloppement dune conomie parallle parfaitement tolre. OBJECTIF : Paris ville dexcellence pour les entrepreneurs. SLOGAN : La vie Paris, cest avec les commerants ! 23 2014 25. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 2014 PROPOSITIONS 1 Rserver aux entrepreneurs un environnement fiscal attractif ! (voir premier chapitre). 2 Reconnaissance aux commerants et artisans Redonner un rle prioritaire aux commerces de proximit dans lanimation et lattractivit de Paris. Organiser des tats-gnraux avec les chambres consulaires, le rectorat, et les ordres professionnels sur la transmission des fonds de commerce et des cabinets mdicaux Paris Accorder aux jeunes laurats des coles professionnelles une subvention pour leur installation dans les arrondissements dficitaires ; mesures identiques pour les professions de sant. 3 La dfense conomique des commerants et artisans Rduire la taxe CVA (ancienne taxe professionnelle) pour les commerces et artisans. Favoriser les PME de Paris lors des appels doffres. Apporter un soutien aux activits de tradition (libraires, photos.) ; Lutter contre la mono activit (ex. Montgallet, le Sentier, etc.) ; Soutenir le retour des stations-service dans Paris (50 seulement) et favoriser limplantation de pompe GPL Paris ; Prioriser lattribution des logements aux salaris des commerces, des artisans et PME ; Permettre louverture le dimanche aux petits commerces exclusivement. Cration de conseils de commerants : runion trimestrielle systmatique, dans chaque mairie, des associations de commerants de larrondissement. 4 - Des mesures en faveur du stationnement : Convocation des tats-gnraux de la circulation et du stationnement avec les chambres consulaires, les ordres professionnels, les reprsentants des Parisiens. Simplifier les conditions de dlivrance de labonnement prvu aux professionnels par la cration et la dlivrance par abonnement au regard de leur flotte dune carte ddie aux professionnels mobiles cest--dire les artisans commerants, les professions librales, les professions de sant, Pour cela, il faut prendre en compte 3 situations : - les inscrits sur Paris, - les Franciliens, - les touristes. Et deux propositions : un abonnement hebdomadaire, mensuel ou annuel ; avantage : la rapidit dexcution ; n page urbain modulable selon les heures, les jours, u - soit lentre du priphrique, - oit par la cration de trois zones centrale, pri centrale, et priphrique dont le forfait journalier s pourrait tre au maximum respectivement de 10, 6, 3. Augmenter et scuriser les espaces de livraisons par la cration d espaces ddis aux professionnels mobiles (artisans, mdecins, etc,). Le travail dominical : il est souhaitable que la Ville connaisse un moment de respiration, tout le moins le travail le dimanche ne doit pas concurrencer le petit commerce. 24 26. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 8 - SPORTS CONSTAT : 600 associations sportives (affilies lune des 82 fdrations agres par le ministre J&S) recenses Paris et subventionnes et/ou bnficiant dinfrastructures municipales. Statistiques : Paris on compte 77 licencis pour 1 000 habitants (cf. Credoc), soit 180 000 licencis (ce chiffre ninclut pas les pratiquants libres, en dehors de toute structure dencadrement). Cela montre que peu de Parisiens pratiquent un sport au sein dune association. Un gros effort reste donc faire ! 400 quipements sportifs municipaux, dont : - 32 stades (foot, rugby, etc.), - 37 piscines (6 millions dentres par an), - 180 courts de tennis : 1 million de pratiquants (2e ville europenne aprs Barcelone), - 150 gymnases et/ou salles spcialises, - 2 patinoires, - 1 grande salle descrime (Montparnasse), - 2 bases nautiques (la Villette), - 2 centres questres (Bois de Vincennes et Boulogne), - un vlodrome, - tc, dont les infrastructures sportives prives (ex. Cit universitaire internationale de Paris, US e Mtro, Racing Club de France, PUC, etc.). OBJECTIFS : Valoriser la pratique sportive tout ge et donner le got de leffort aux jeunes par le sport, au sein de structures associatives encadres. PROPOSITIONS - ettre en place un chquier sport pour les familles, M valoir dans une association. - Essentiel lquilibre des citadins, nous privilgierons le sport de masse. - Renforcer les moyens des Offices Municipaux des Sports. - ssentiel la formation des caractres, nous favoriserons la pratique sportive E en sus de laccs la culture pendant les temps priscolaires. - ccrotre laide aux associations participant lintgration et lassimilation des migrants A par la pratique sportive et en particulier pour la pratique sportive fminine. - ration de plateaux multisports dans les arrondissements sensibles C dans des lieux choisis en collaboration avec les associations de quartiers, de locataires. - avoriser la mutualisation des moyens et le regroupement des disciplines sportives. F - mliorer les infrastructures existantes et largir les amplitudes horaires notamment A durant les priodes de vacances. - Rhabiliter la piste cyclable (anneau de vitesse) dans le Bois de Vincennes. - edfinir les subventions octroyes aux socits prives organisatrices R de spectacles sportifs et les conventions doccupation du domaine public (le Parc des Princes). 25 2014 27. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 2014 9 - CRCHES & PETITE ENFANCE CONSTAT : - 30 crches subventionnes et contrles par la DASES Paris (soit 33 000 places), rparties en 4 4 catgories : - 280 crches municipales collectives (18 000 places), - 38 crches familiales (1 800 enfants), - 80 crches parentales et associatives, - 80 haltes-garderies (pour 2 000 enfants), - 3 000 assistantes maternelles dclares exerant domicile (avec un agrment de la PMI), - de nombreuses nounous non dclares et sans agrment exerant au noir . En 11 ans (de 2001 2013) il y a eu 11 000 places (berceaux) construites Paris pour 350 000 naissances (cf. chiffres de lINSEE). OBJECTIF : crer au minimum 10 000 berceaux supplmentaires en 6 ans Paris. PROPOSITIONS 1 Laccueil des 0 3 ans Jusqu larrive du couple Delano-Hidalgo, lattribution des places dans les crches tait dcide par la directrice selon la rgle des trois tiers : hauts revenus, revenus moyens, bas revenus. Depuis 12 ans, la place en crche est rserve aux bas revenus et accorde par une commission dont le principal critre est la socialisation par lapprentissage du franais Nous mettrons fin la dictature du quotient familial et de la priorit la socialisation. Nous donnerons la priorit aux couples qui travaillent ! Sous rserve de lvolution de la dmographie, prvoir en 6 ans 10 000 places supplmentaires. Favoriser la mutualisation des crches dentreprises. 2 - Renforcer les initiatives des PMI Favoriser le dveloppement des crches dentreprises (pour les artisans et commerants), la Ville mettant disposition des locaux. 3 - Le bio dans les crches Renforcer rsolument le bio dans la composition des repas des crches (viandes danimaux levs et abattus dans le strict respect de lhygine, pas de hallal), mais aussi dans la composition des quipements, pour favoriser les producteurs agricoles vertueux, dvelopper prcocement le got des aliments vrais notamment en faveur des enfants de mnages modestes et prvenir des pathologies. Si des parents exigent un menu religieux , ils paieront une taxe supplmentaire destine la cration dun emploi de cuisinier ddi. 4 - Agir pour que le port de luniforme dans le primaire et au collge soit adopt 26 28. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 10 - LACIT / IMMIGRATION Charte daction municipale FN : Dfendre rigoureusement la lacit rpublicaine dans tous les secteurs de la vie municipale (personnel de mairie, cantine scolaire, piscine municipale, centre danimation, etc. ...). CONSTAT : Le respect de la lacit est rgulirement bafou dans lespace public. Les prires de rues, le port du voile nont fait lobjet daucune rsistance de la part de lquipe Delano. OBJECTIF : Faire respecter rigoureusement la lacit dans tous les domaines de la vie publique. PROPOSITIONS : - especter strictement la loi du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation R du visage dans lespace public. - Utiliser les moyens de communication pour valoriser le concept de lacit. - efuser toute entrave religieuse dans la confection des repas distribus dans R les cantines scolaires (rappel : la cantine est un service facultatif). - efuser toute entrave religieuse et tout sparatisme fond sur le sexe R des personnes dans les piscines municipales et les lieux sportifs. - efuser toute entrave religieuse dans tous les lieux publics grs par la Mairie R de Paris et les mairies darrondissement. - Pratiquer une totale neutralit religieuse dans le cadre des mandats lectifs. - rganiser des crmonies solennelles pour les remises des cartes didentit O aux personnes naturalises. - e Front national et le Rassemblement Bleu Marine sont opposs au vote L des trangers non communautaires toutes les lections. 27 2014 29. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 2014 11 - RYTHMES SCOLAIRES Charte daction municipale FN : Rtablir 2 heures de franais supplmentaires hebdomadaires pour pallier les graves lacunes existantes. CONSTAT : Une rforme mal prpare : Volont de soutenir le ministre sans se proccuper des consquences. e nombreux couacs dorganisation sont apparus ds la rentre cause de cette prcipitation : D animateurs mal forms, ateliers annuls au dernier moment, enfants rveills de la sieste pour tre emmens en atelier relaxation , manque de matriel, etc. e cot budgtaire slve a minima 40 millions deuros, sans compter la cration de 1 500 postes L par la titularisation de vacataires, le recrutement de 400 agents des services des coles maternelles (ASEM), soit en, masse salariale, 13 millions deuros supplmentaires minimum. Concernant les enfants : stabilisation des plus petits avec une semaine en dents de scie et trop dintervenants diffrents D dans la classe (enseignants, agents spcialiss des coles maternelles, animateurs). ncohrence des exigences des adultes : le comportement demand par enseignants et animateurs I nest pas le mme alors que les enfants restent dans le mme lieu (les enseignants font souvent beaucoup defforts pour obtenir calme et silence). thodes pdagogiques diffrentes entre enseignants et animateurs (grave pour lapprentissage M des lettres par exemple). bligation de suivre des activits qui ne les intressent pas toujours. O enfants sont perturbs, incertains des rgles suivre, totalement dboussols Les et encore plus fatigus ! Concernant les enseignants : a salle de classe devient une salle de jeu, lorganisation de lespace par lenseignant nest pas L respecte. ondage (Louis-Harris pour le SNUIPP-FSU) : 6 % seulement des enseignants du primaire sont S favorables cette rforme. a gestion des entres des intervenants extrieurs et des sorties des enfants est considrablement L complique, donc les risques derreur augmentent. Concernant les parents : ifficile de savoir qui ils confient leurs enfants (risque dinfiltration par des sectes, des partisans D didologies diverses ou simplement des gens peu comptents pour encadrer des enfants). es enfants sont nervs et fatigus, ce qui est mauvais pour la vie de famille, dj stressante Paris. L Concernant les animateurs : as de relle formation pour la plupart (du personnel de cantine a parfois t charg de remplir le P rle danimateur alors quil tait interdit ces employs dtre seuls avec les enfants il y a quelques annes). 28 30. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 2014 PROPOSITIONS : 1 Mieux organiser le temps : asser de la semaine en dents de scie un rythme plus rgulier et plus efficace pour les apprentissages : P jours de classe plus longs en dbut de semaine (lundi et mardi), activits priscolaires en fin de semaine (jeudi et vendredi). ieux veiller au respect des rythmes spcifiques des lves de maternelle (temps de sieste). M e pas saupoudrer toutes sortes dactivits, mais approfondir le sujet (atelier trimestriel en N maternelle ; atelier annuel avec un projet de fin danne en primaire). 2 - Rendre la rforme efficace pour amliorer lapprentissage des savoirs et activits fondamentaux : evoir les emplois du temps des stades et des piscines municipaux pour que les lves de primaire R y soient envoys en priorit laprs-midi (la rforme est cense amliorer les apprentissages fondamentaux en les plaant en matine). utoriser systmatiquement comme alternative lactivit propose un temps de lecture ou un A temps dtude / aide aux devoirs. ieux articuler les activits dj prvues dans le cadre de lenseignement normal et les activits M priscolaires (sport, musique, expression corporelle, langues vivantes, etc.) pour viter trop de recoupements. upprimer certaines thmatiques sapparentant au bourrage de crne ou une rcration prolonge S pour se concentrer sur des activits vraiment ducatives en primaire (exemples de thmatiques retenues officiellement par la Ville et qui seront supprimes : pour les CP-CE1-CE2 : jeux de socit , cration de blogs , Pour sinterroger sur les prjugs, les clichs filles/garons : ils pourront participer des activits autour du vivre ensemble et de la citoyennet ; pour les CM1-CM2 : des activits autour du vivre ensemble, de la mmoire, ... , projection de films ). 3 - Mieux organiser les interventions : imiter le plus possible le nombre dintervenants dans les petites classes. L ormer le personnel danimation et avoir des critres rigoureux pour donner lagrment aux F associations devant intervenir en cadre scolaire (viter toute propagande, notamment en faveur de la thorie dite du genre et tout communautarisme). mliorer la concertation et la circulation dinformations entre enseignants, parents et animateurs A pour donner de la cohrence lensemble de ce qui est propos. utant que possible, fournir des locaux municipaux diffrents des salles de classe. A avoriser les projets long terme permettant aux enfants de simpliquer ensemble et chacun sa F faon (par exemple : spectacle de fin danne avec un atelier costumes et dcor, un atelier thtre, un atelier musique, un atelier danse, etc.). 29 31. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 2014 12 - DEMOCRATIE LOCALE Charte daction municipale FN : Consulter la population, ventuellement par lorganisation de rfrendums locaux, sur tous les sujets importants. CONSTAT : Une dmocratie locale existante, mais limite et insuffisante ! OBJECTIF : Mettre en place une relle dmocratie participative locale. PROPOSITIONS : Mettre en place un rel rfrendum dinitiative populaire Paris. Mettre en place un rel droit dinterpellation des lus par les Parisiens. Consultation de la population darrondissement par tirage au sort dun chantillon (sur le mode des jurs populaires) sur des questions de la vie quotidienne Paris. Paris laboratoire dessai pour la mise en place dun systme de vote lectronique pour des rfrendums locaux. Augmenter le nombre des panneaux daffichage libres. Maintien des instances de concertation actuelles : - le conseil darrondissement, - le CICA (comit dinitiative de consultation darrondissement), - les Conseils de Quartier (121 au total), - la Charte des Parisiens, - le droit dinterpellation (2009). - la commission du dbat public (urbanisme). - le Conseil de la Vie tudiante. - le Conseil de la Jeunesse. - le Conseil des Parisiens non communautaires. NOS PROPOSITIONS : - le Grand Conseil Parisien des Familles Parisiennes ; - les tats-gnraux du stationnement et de la circulation ; - les tats-gnraux de lartisanat et du commerce. 30 32. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 13 - COLOGIE Charte daction municipale FN : Lcologie au cur du dveloppement et des dcisions conomiques et nergtiques. CONSTAT : Les niveaux de pollution dans Paris sont trs levs au point quil est ncessaire davertir les populations de ne pas faire de sport lair libre certains jours. Les Vlib et 2 roues ne servent rien ces jours-l. Alors que les moteurs des vhicules thermiques modernes polluent de moins en moins, que le nombre des vhicules reste constant Paris, que lon ne se chauffe plus au charbon Paris, la pollution a nanmoins augment ces dix dernires annes Paris ! Un paradoxe et un chec retentissant pour la coalition VertsSocialistes-Communistes Paris ! OBJECTIF : mettre en place des mesures efficaces, pratiques et ralistes. PROPOSITIONS : des mesures pratiques ! 1 Amliorer la circulation (voir partie relative la circulation). 2 Diminuer les temps de recherche dune place de stationnement en augmentant le nombre de ces dernires. 3 Abandonner progressivement les vhicules communaux moteurs polluants. 4 Inciter la RATP transformer son parc polluant en un parc non polluant. 5 Poursuivre le stationnement gratuit pour les vhicules lectriques et linstaurer pour le GPL ... 6 Instaurer une politique forte dinstallation de stations GPL, Elec. 7 Nettoyer et amnager les Bois de Boulogne et Vincennes pour permettre au plus grand nombre de profiter de la verdure. 8 Amliorer le transport du fret sur la Seine. 9 Cration de stations de rencontre pour le covoiturage aux portes de Paris. 31 2014 33. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 2014 14 - HANDICAP Charte daction municipale FN : Les effets pervers de la dcentralisation ont accentu les ingalits entre les territoires. Il faut lutter contre les fraudes et la maltraitance des personnes ges / handicapes et miser sur les nouvelles technologies pour les aider. CONSTAT : Le texte de rfrence est la loi du 11 fvrier 2005 pour lgalit des droits et des chances, la participation et la citoyennet des personnes handicapes . Son objectif est de rendre accessibles toutes les infrastructures ouvertes au public en toute autonomie aux personnes handicapes, lchance du 1er janvier 2015 (chance dj repousse). La Ville de Paris a adopt son schma directeur daccessibilit dans le cadre du Plan Handicap (PAVE et PDU *) ; son budget est pass de 108,4 millions deuros en 2001 276 millions deuros en 2012. n France : estimation de la population handicape 3,3 millions de personnes ; Paris environ E 100 000 personnes (statistiques difficilement accessibles). Plus de la moiti des handicaps sont mal voyants. a population dficiente visuelle va doubler dans les 25 prochaines annes (selon lOMS : conditions L de vie et de travail, alimentation -> diabte -> DMLA), do une absolue ncessit danticiper et dorganiser la ville en consquence. 5 % de la population ont plus de 60 ans (ge o surviennent les problmes de sant ). 75 % des 2 personnes ges de plus de 85 ans sont atteintes dun handicap srieux (dpendance). Objectif : Amliorer nettement laccessibilit de la ville et des btiments municipaux recevant du public. PROPOSITIONS : I Handicap : Amliorer laccessibilit handicaps de tous les btiments municipaux recevant du public (ERP) ou des travailleurs (ERT), selon un plan de hirarchisation des priorits (par ex. frquentation) : ournitures et quipements pour handicaps : favoriser les entreprises franaises labellises par la F Ville dans le cadre de linnovation technologique. aintenir et promouvoir lopration dinformation et de sensibilisation le mois de laccessibilit M (au lieu de la semaine), ainsi que la semaine de la Vision (au lieu de la journe). enforcer la Mission handicap de la Ville de Paris (au sein de la Direction du patrimoine) pour R acclrer les mises aux normes. Amliorer la coordination des actions des services sous une seule et unique autorit administrative en charge du dossier. tablir un plan dquipement (mise aux normes) par arrondissement. mliorer le fonctionnement de la commission communale daccessibilit (CCAPH). A ur les trottoirs, privilgier les Bandes dveil la Vigilance (BEV) en granit contrast pour viter S lusure qui rend le dispositif obsolte (ex. caoutchouc) et oblige multiplier les oprations de remplacement (cot lev). ngager la mise aux normes dun nombre plus grand dappartements dans le parc dhabitation E sociale de la Ville et des abords des btiments (anticiper le vieillissement de la population et la dpendance). * PAVE (plan de mise en accessibilit de la voirie et des amnagements des espaces publics). * PDU (plan de dplacement urbain). 32 34. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 2014 mliorer la formation du personnel municipal charg de laccueil des personnes handicapes A (ex. guidage des mal voyants / non-voyants). Terminer le plan de mise en accessibilit (PMR) des bus parisiens (STIF). Renforcer leffort financier de la Ville 500 millions deuros par an (durant 5 ans). nraliser les boucles magntiques (malentendants) et les balises sonores (malvoyants) dans tous G les lieux daccueil du public des btiments municipaux. Lutter contre la fraude (fausse carte dhandicap). Comme pour les crches, privilgier la nourriture bio dorigine locale. 33 35. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 2014 15 - PERSONNES GES / DPENDANCE CONSTAT : Le vieillissement de la population est incontestablement un des dfis majeurs des annes venir et il affectera plus particulirement les grandes agglomrations o la population des personnes ges se maintiendra. Il convient danticiper au niveau local ces volutions et daccompagner la prise en charge de ces situations et le dveloppement des activits lis lconomie du vieillissement dans un souci de solidarit intergnrationnel. Les sniors Paris : En 2010, ils reprsentent 19 % de la population soit prs de 420 000 personnes. Quatre grandes catgories de sniors : 1. Les classes favorises : 200 000 personnes essentiellement dans louest (5e, 6e, 7e, 8e, 16e). 2. es classes aises dites de propritaires : 120 000 personnes (arrondissements centraux, 2e, 3e, L 9e, 10e, 15e, 12e). 3. Les classes modestes : 60 000 personnes loges essentiellement dans le parc HLM ou locataires. 4. es classes prcaires : 35 000 personnes loges au nord et lest dans des biens en tat de surL occupation. Paris compte aujourdhui prs de 7 000 places dhbergement en tablissements : 90 maisons de retraites, dont 9 EHPAD Paris grs par le CASVP (2 projets en cours). ensemble des EHPAD est habilit laide sociale (donc paiement par le dpartement de Paris L dune partie de la dpense lorsque les ressources des rsidents sont faibles). es normes en effectifs sont en gnral de 0,6 agent par rsident dans les tablissements de L mme type (publics) au niveau national (le CASVP est au-dessus de cette norme standard). e budget est ternaire : hbergement (financ par le rsident et/ou laide sociale), la dpendance L (APA financ par le dpartement) et les soins (la Scu, via lARS et la CNSA). Lge moyen dentre en EHPAD est de 83 ans et 10 mois. Lge moyen des rsidents est de 84 ans et 10 mois. La moyenne de dure de sjour est de 2 ans et demi. 42 % des rsidents des EHPAD, au niveau national, sont atteints dune dmence. PROPOSITIONS : I - Personnes ges : Favoriser le maintien domicile des personnes ges dpendantes. Encourager la formation des auxiliaires de vie Paris (diplme). avoriser le recrutement des jeunes du Service civique pour accrotre laide et F laccompagnement des personnes ges Paris, au sein dassociations. II Dpendance : Crer 1 500 places dEHPAD supplmentaires Paris en 6 ans pour rpondre une demande sans cesse croissante et dont les places sont aujourdhui occupes par les personnes aux revenus trs faibles. Construire des immeubles vocation inter-gnrationnelle qui offriraient des loyers trs bas cot pour les jeunes couples qui sengageraient soccuper des rsidents plus gs pour une priode donne Favoriser le logement inter-gnrationnel entre tudiants et personnes ges notamment dans les logements sociaux 34 36. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 2014 Rappel du programme du FN (confrence de presse de Marine Le Pen de novembre 2013) : La dpendance : cration dune cinquime branche ddie de la scurit sociale qui ferait progresser la prise en charge de la perte dautonomie et des frais dhbergement. Cette cinquime branche dpendance se verrait confier lensemble des moyens de lassurance-maladie et des dpartements. Le financement des dpenses supplmentaires ne reposerait ni sur les systmes assuranciels privs ni sur les salaris missionnaires, mais sur plusieurs sources et notamment une taxe sur la spculation. 35 37. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 2014 16 - PROPRETE / HYGIENE / SANTE CONSTAT : Paris est considr comme la ville la plus sale dEurope ! Des quartiers populaires sont littralement abandonns. Alors que les mairies darrondissement sont au quotidien confrontes la salet des rues et au mcontentement croissant des administrs, comment expliquer que ce secteur dactivit soit encore centralis, et que le personnel de la Direction de la propret reste sous lautorit hirarchique du maire de Paris et de son adjoint ? Une situation ubuesque l o le pragmatisme et lefficacit devraient conduire la mairie de Paris transfrer cette comptence au plus prs du terrain. PROPOSITIONS : Un ple de recherche et de dveloppement sur la propret Paris sera cr et adoss lcole des ingnieurs de la Ville de Paris. 1 mliorer le ramassage des ordures mnagres, les encombrants et les corbeilles A de rue : - ransfrer lautorit du Maire de Paris vers les Maires darrondissement plus au fait des problmes T du terrain. La privatisation de la collecte des ordures mnagres pourra tre envisage par les maires darrondissement. - Mettre en place des bennes slectives (dchetteries bennes). - aliser une tude de faisabilit pour rorganiser la collecte des ordures mnagres et optimiser R les moyens. - Poursuivre la campagne de gnralisation du tri slectif dans tous les immeubles. 2 - mliorer la propret et lentretien des rues et des trottoirs des arrondissements, A en particulier dans les zones sensibles et les quartiers populaires dlaisss : - ccrotre et amliorer le systme de ramassage des objets encombrants dposs sur la voie A publique et sanctionner les indlicats. - mliorer la tranquillit et la propret dans les squares et jardins publics de Paris et les bois de A Vincennes et de Boulogne. - utter contre la prolifration des rats. Prvoir des dates communes de dratisation pour tous les L arrondissements et les communes priphriques. - Lutter contre les djections des pigeons. 3 Salubrit de la voie publique : - Accrotre le nombre de sanisettes publiques (Decaux) fixes et mobiles. 4 Verbaliser trs fermement les comportements dviants facteurs de malpropret : - Amliorer le contrle sur la voie publique et accrotre la verbalisation des contrevenants (DPP). - Lutter contre les djections canines (trottoirs et espaces verts). - glementer le dpt de journaux gratuits et des prospectus publicitaires sur la voie publique R (ex. aux sorties de mtro). 36 38. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 17 LE GRAND PARIS Le Grand Paris est une vision de Paris trs ancienne : Sous Napolon III les limites taient louest : Saint-Germain en Laye et lest : Marne-la-Valle. ous la IIIe Rpublique des historiens comme Michelet envisageaient que Paris-Rouen-Le Havre S devait tre une seule et grande ville dont la Seine devait tre la rue principale. humoriste Ferdinand Lop, sous forme de boutade envisageait de prolonger le bd Saint-Michel L jusqu la mer. lus srieusement le sociologue franais Jean Franois Gravier posait en 1950 dans son livre Paris et P le dsert franais la question du Grand Paris. Les tapes rcentes : Nicolas Sarkozy relance ds son lection lide du Grand Paris par le biais de lAtelier International du Grand Paris lanc en septembre 2007 lors de linauguration de la Cit et du Patrimoine avec lide de pouvoir rivaliser avec les grandes mtropoles telles que New-York, Londres, Tokyo, Shanghai. Il est ainsi cr par la loi du 3 juin 2010 la Socit du Grand Paris avec pour mission la ralisation dun rseau de transport de 200 km et la cration de plus de 70 gares reliant les 3 aroports (CDG, Orly et Le Bourget) en passant par La Dfense et le plateau Saclay. Paralllement, Bertrand Delano lance en juin 2009 Paris Mtropole sous forme dun syndicat mixte avec pour objectif de renforcer de la coopration entre les collectivits dle-de-France. lorigine, cette structure regroupe exclusivement des communes de gauche (60). Elle saffirmera en 2010 aprs accord entre le gouvernement, la rgion et Bertrand Delano. Elle regroupe dsormais prs de 200 communes et sa cohrence semble reconnue. Elle est prside actuellement par le maire de Sceaux (Philippe Laurent). Il sagit essentiellement dune structure de concertation disposant dun avis consultatif sur le schma densemble du rseau de transport public du Grand Paris ainsi que sur que sur les contrats de dveloppements territorial. Il est vot le 19 dcembre 2013 la cration de la mtropole du Grand Paris avec cration au 1er janvier 2016. La mtropole du Grand Paris Sa forme juridique : EPCI (tablissement public de coopration intercommunale fiscalit propre et statut particulier). Ses comptences : amnagement de lespace mtropolitain (approbation du PLU), politique locale de lhabitat, politique de la Ville (dispositifs locaux de prvention de la dlinquance), dveloppement et amnagement conomique, social et culturel, rotection et mise en valeur de lenvironnement et politique du cadre de vie (lutte contre la p pollution de lair, les nuisances sonores, la maitrise de lnergie). Son primtre : Paris, les 3 dpartements de la Petite Couronne, soit 123 communes, communes de la Grande Couronne appartenant en 2014 un EPCI fiscalit propre de la Petite 4 Couronne. 37 2014 39. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 2014 Sa reprsentativit : 1 Conseil mtropolitain de 350 405 conseillers, la rgle 1 conseiller pour 25 000 habitants, une lection prvue au suffrage universel direct en 2020. Les Territoires : Cration de territoires au nombre de 15 consistant en des groupements de communes dau moins 300 000 habitants. Paris constituera 1 territoire. Cration dun conseil de territoire. Attributions du Territoire : avis sur les dlibrations du conseil de la mtropole, laboration du PLU, amnagement du territoire. Les Ressources financires : Transferts de la fiscalit professionnelle des EPCI existants : environ 2 milliards deuros. Dotation de ltat : 1,6 milliards deuros. Dotations territoriales constitues de 3 attributions : ne garantie de ressources correspondant aux dotations de solidarit communautaire que les u communes percevaient de leur EPCI, attribution dune prquation, tenant compte du revenu par habitant, du potentiel fiscal et ne l pouvant pas dpasser 10 % de la croissance du produit fiscal par rapport la 1re anne, ne attribution de coopration prenant en compte le cout des comptences restitues aux u communes. 38 40. PROJET MUNICIPAL POUR PARIS ELECTIONS MUNICIPALES 2014 Notre Position sur le Grand Paris : Le Grand Paris sest peu peu impos comme une ncessit pour rpondre aux grandes mtropoles telles que Londres, New- York et Shanghai. Non sans une certaine prcipitation, Nicolas Sarkozy (UMP) en a jet les bases et le projet a trs vite fait lobjet de critiques en raison de son manque dambition se limitant pour lessentiel la ralisation dun grand rseau de transports. La gauche, au pouvoir, sest empare nouveau du projet et fait voter la Mtropole du Grand Paris qui senrichit des comptences suivantes : lamnagement urbain, la politique locale de lhabitat, la politique de la Ville, la protection et la mise en valeur de lenvironnement et du cadre de vie. Ce projet, vot au forceps, sans la moindre consultation auprs des lus, savre dangereux au nom des finances publiques et de la dmocratie : bsence dambition en limitant le Grand Paris Paris et aux 3 dpartements de la Petite Couronne a en excluant doffice les dpartements de la Grande Couronne dont les activits sont trs interdpendantes ; absence de relle concertation dans ltude du projet avec les lus locaux ; place de la Rgion le-de-France face la Mtropole ; suppression de nombreuses intercommunalits ; possession des maires de leurs pouvoirs traditionnels au profit dune norme structure technicod administrative ; ultiplication dlus et des indemnits (plus de 500 entre les conseils de territoire et le Conseil de m mtropolitain) ; ration dune administration ad hoc sans oublier la qute lgitime des fonctionnaires vers le c statut le plus favorable. lheure o le gouvernement PS manifeste la volont de rduire la dpense publique, damincir le mille-feuilles administratif, de renforcer la dmocratie, nous nous interrogeons sur le bien fond de cette rforme qui va rduire la reprsentativit de Paris au profit dautres dpartements tel que la Seine-Saint-Denis : les lecteurs parisiens seront clairement mis contribution pour redresser sa gestion et rembourser ses emprunts toxiques. En outre, un tel projet doit sincarner dans un homme, un grand commis de ltat. Ce projet, en ralit, doit tre pilot et dirig par ladministration, par un prfet. Il est trop important pour tre laiss entre les mains dlus trop souvent voraces, incomptents ou corrompus. 39

Recommended

View more >