Dispositif d'enchantement et crativit par Vronique SERVAIS, Arnaud HALLOY et Julien BRUNEAU | LIEGE CREATIVE, 03.10.14

  • Published on
    05-Dec-2014

  • View
    663

  • Download
    3

DESCRIPTION

Que sait-on de l'enchantement ? Cette disposition est-elle favorable la crativit ? Une fois n'est pas coutume, c'est du ct de l'anthropologie que nous irons trouver des lments de rponses ces interrogations. Deux anthropologues, Vronique Servais (ULg) et Arnaud Halloy (Universit de Nice) prsentent leur approche respective des "dispositifs denchantement", notion labore partir d'analyses de rituels brsiliens et d'expriences mystiques de rencontre avec des dauphins. Ils partagent avec nous ces expriences enchantes qui entrainent le passage une ralit non ordinaire et laissent merger des significations tout fait nouvelles. Le chorgraphe et plasticien Julien Bruneau, avec qui les deux anthropologues ont collabor, prsente quant lui le travail collectif ralis avec un groupe de danseurs afin de "faire surgir" chez eux des expriences qui sapparentent aux expriences denchantement. La pratique chorgraphique qu'ils ont dveloppe offre-t-elle des points de comparaison avec les observations des anthropologues ?

Transcript

  • 1. Vendredi 3 octobre Dispositifs denchantement et crativit. Entre regards anthropologiques et exprience artistique. Vronique SERVAIS, ULg - Anthropologie de la communication, ISHS Arnaud HALLOY, Universit de Nice - LAPCOS Julien BRUNEAU, Chorgraphe
  • 2. Avec le soutien de :
  • 3. Dispositifs denchantement et crativit Entre regards anthropologiques et expriences artistiques Vronique Servais (ULg) Julien Bruneau (artiste indpendant) Arnaud Halloy (U. de Nice Sophia Antipolis)
  • 4. Approche anthropologique Vronique Servais, psychologue et anthropologue, spcialiste des relations hommes-animaux Arnaud Halloy, anthropologue et spcialiste des religions dorigine africaine au Brsil
  • 5. Premier constat (intuition, insight) Nombreux points communs entre lexprience de la possession dans les cultes afro-brsiliens et celle vcue au cours de rencontres (en mer) avec des dauphins Points communs non seulement dans lexprience, mais galement dans les situations qui facilitent ou rendent possible ce type dexprience Do lenvie de travailler ensemble pour approfondir cette premire impression
  • 6. Approche artistique o 3 caractristiques du travail de Julien Bruneau : Systme de contraintes Mettre distance les prfrences individuelles, donner la prsance au dispositif. Oscillation entre passivit et activit. Etre poreux, se laisser porter, tre agi et rpondre des exigences de composition. Etude de la dynamique entre intriorit et collectivit. Comment chacun compose son exprience? Comment du sens partag merge? Rituels de possession collaboration avec Arnaud
  • 7. Plan En bref : ce que nous entendons par enchantement et par dispositif denchantement (quest-ce que cest ? Quest-ce que a fait?) Lexprience denchantement Les dispositifs denchantement vus de plus prs Une approche artistique contemporaine et exprimentale Discussion: o Les implications de notre approche de lenchantement pour (re)penser la crativit o ()
  • 8. Regards anthropologiques Cultes de possession et rencontres dauphins Au del de la premire impression o Comparaison systmatique des donnes ethnographiques, nombreuses discussions, essais de comprhension o Constat: Nombreux points communs entre les deux types dexprience et les deux situations o elles ont lieu Expriences et dispositifs denchantement
  • 9. Lenchantement Suspension de lexprience ordinaire du monde Sensations/motions tranges, inhabituelles De lordre de la rvlation Incertitude Induit une transformation de la perception/ comprhension du monde*, mais galement de lindividu lui-mme Comment de telles expriences sont-elles culturellement produites ?
  • 10. Les trois tapes du dispositif denchantement Trois tapes , ou moments : 1. Dverrouillage de limaginaire; ducation de lattention 2. Exprience en situation 3. Validation sociale
  • 11. Le dispositif denchantement Ce que fait un dispositif denchantement: o Il opre dans ce E. Belin, (2002), sinspirant du travail de D. Winnicot, appelle un espace intermdiaire de pratiques : un espace qui nest ni totalement subjectif, ni totalement matriel o Il relie des attentes, des dispositions et un imaginaire culturellement prpars une situation extrieure en sappuyant sur des ressentis particuliers Les dispositifs denchantement sont des outils culturels qui relient la vie intrieure (quils contribuent en partie laborer) la ralit extrieure dune manire spcifique o Enjeu de notre recherche: dcrire et comprendre comment fonctionnent ces dispositifs et dfinir cette manire particulire de se brancher au monde quils organisent
  • 12. Caractristiques des expriences denchantement Six caractristiques partages 1. Exprience sociale : Vcue au sein dune communaut et susceptible dtre vcue par dautres Ouvre sur une nouvelle forme de relation sociale (avec un esprit, une divinit, un animal ) 2. Exprience sensorielle/motionnelle non-ordinaire Pur amour, euphorie, paix intrieure, saturation motionnelle, tremblement incontrlable, long et intenses frissons, emballement de la respiration, des pulsations cardiaques, etc. 3. Opacit cognitive Impossibilit de rendre compte de la nature des tres impliqus ni de la nature de lexprience elle-mme, dans les catgories ordinaires; blocage interprtatif 4. Changement du registre attentionnel (absorption/qualit de prsence soi et au dauphin)
  • 13. 5. Etats dissociatifs non pathologiques Amnsie totale ou partielle des pisodes de possession, perte ou altration de la perception du temps et/ou de lespace, rve veill, 6. Basculement de lintentionnalit Les penses et/ou le corps sont penss comme contrls par la situation plutt que par lindividu lui-mme Les individus ne se peroivent plus comme des tres conscients mais comme un lment dun tout qui les dpasse Ils se sentent agis plutt que agissant
  • 14. Les possds du Xang
  • 15. Caractristiques des dispositifs denchantement 1. Ils sont bass sur lincertitude o Lexprience denchantement nest ni automatique, ni purement contingente (ce quEmmanuel Belin a joliment appel une promesse de surprise (2002: 226) 2. Ils sont bienveillants o Et reposent sur la confiance. La bienveillance vhicule un sentiment de grce () elle autorise une suspension de la frontire entre le dedans et le dehors (2002: 181), alors que la confiance est la possibilit de ne pas savoir, de renoncer au contrle(ibid.: 247) 3. Ils offrent un paysage sensoriel droutant o Ils relient et agencent des saillances perceptuelle (matrielles et sociales) disparates et htrognes o Cet agencement singulier guide lattention et rorganise le sensorium o Les saillances perceptuelles relient limaginaire et les ressentis o Cration de nouvelles significations incarnes (le dauphin parle ; connaissances tacites, implicites, intuitives, sensorimotrices, motionnelles)
  • 16. Un dispositif denchantement: lamasi
  • 17. La rencontre dauphins
  • 18. Ouvertures Les dispositifs denchantement ne peuvent tre rduits la possession religieuse ou aux rencontres dauphin o Ils existent sous bien dautres formes et dautres contenus (rituels New- Age, rencontres Mariales, certaines formes de mditation ou de pratique sportive, pratiques artistiques, ) Notre but, en parlant denchantement plutt que de sacr ou religieux , tait de runir des expriences religieuses et profanes sous un mme terme o Inversement, toutes les expriences religieuses ne sont pas enchantes. Enchantement et crativit o Dans le cas de la possession o Dans le cas des rencontres dauphins
  • 19. Du dispositif denchantement la danse contemporaine Le travail de Julien nous a inspirs pour mettre au point des situations semi-exprimentales pour tester notre modle o En nous basant sur les scores dvelopps par Julien, nous avons labor des expriences pour tester le rle de lopacit cognitive et celui de lincertitude ontologique dans la probabilit de survenue de lenchantement. Etude en cours.
  • 20. some crosscuts of some of our improbable bodies Recherche dveloppe pendant 2 ans de master en chorgraphie Amsterdam (Theaterschool). Travail impliquant danse, dessin et parole se succdant dans une chane de transformation potentiellement infinie. une pratique un spectacle On va sintresser aux premires tapes de la chane de transformations (version courte de la chane), en restant dans la pratique et en adoptant le point de vue des praticiens (les artistes)
  • 21. 1. Pratique plusieurs o on cre une srie de dessins collectifs partir dexplorations en aveugle, de mouvement et de collages/ dcoupages dnoncs crits.
  • 22. 2. Choix dun dessin et exgse collective: on cre des liens entre plusieurs modes dexprience (rflexif, pictural, sensoriel) et entre plusieurs point de vue (les diffrents participants). htrognit, foss (opacit) qui alimente limaginaire. Associations prolifrantes. On dveloppe un paysage et on trace sa carte . Collecte dimages et dobjets qui activent le paysage dvelopp. On a dvelopp une mythologie . Ensemble de ressources partages, qui fait sens pour chacun, mais pour chacun diffremment
  • 23. 3. Pratique individuelle. Yeux ferms, redessiner le dessin initial, en en refaisant lexgse. Ce nest pas la justesse mimtique qui importe. Il sagit de rendre le paysage prsent soi. Cest la fois nourrir le paysage et lappeler. Invocation .
  • 24. 4. Charg de limaginaire et des motions surgies lors de lexgse, on va danser. Explorer le paysage par le mouvement et la composition chorgraphique. Etape de l incarnation , de la manifestation .
  • 25. 3 caractristiques faisant cho aux rituels de transe Systme de contraintes : o logique de la chane de transformation par laquelle, tape par tape merge un "paysage". Le danseur est l pour faire advenir ce paysage, le chorgraphe pour guider ce processus, en prendre soin. Tension entre passivit et activit : o Donner l'initiative au dispositif et au "paysage", le danseur se fait poreux, il drive sous son influence. Mais en mme temps, il a de nombreuses prescriptions , de nombreuses exigences de composition. Dynamique entre intriorit et collectivit. o L'intriorit de chacun contribue une "mythologie collective mergente". Chacun vit intimement le paysage cr avec d'autres (d'autres imaginaires, d'autres corps...) Lien entre expriences infimes, informes et thmes, images signifiantes pour le groupe (le groupe de participant, mais aussi la socit .)
  • 26. crativit crativit rceptivit artiste dmiurge individu complet, auto-suffisant, en contrle il produit; il ajoute au monde invention artiste mdium individu poreux, en rseau, sous influences il vhicule; il manifeste ce qui est latent rvlation
  • 27. Rvlation : cest le mme monde, cest le mme soi, pourtant lun est lautre apparaissent renouvels grce une reconfiguration de leur rapport, vcu de manire intense et intime. En dfinitive, ce qui mintresse : mettre en place un dispositif qui me permet de faire lexprience de ce par quoi je suis cr, de reconfigurer mon rapport ce jeux de forces, et de voir quel monde, quel soi et quelle communaut sont crs partir de ce nouveau rapport. Quest-ce que je fais de ce qui me fait tre ce que je suis ?

Recommended

View more >