Veille et articles-digiwork_2013

  • Published on
    01-Sep-2014

  • View
    2.772

  • Download
    2

DESCRIPTION

La Fing a engag le programme Digiwork pour rflchir sur ce que le numrique changeait au travail, en partant du point de vue des individus, dans leur relation aux collectifs de travail, aux organisations, dans la gestion de leur parcours professionnel, Tout au long de lanne, nous avons effectu un travail de veille rgulier et rdig des articles pour nourrir nos rflexions, ce document regroupe ces diffrentes ressources.

Transcript

Page 1 Repenser la place des individus au travail dans une socit numrique Veille et articles - 2013 En 2013, la Fing a engag le programme Digiwork pour rflchir sur ce que le numrique changeait au travail, en partant du point de vue des individus, dans leur relation aux collectifs de travail, aux organisations, dans la gestion de leur parcours professionnel, Un premier travail collaboratif de cartographie a mis en lumire quatre grands axes de transformation : lindividu au travail, nouveaux collectifs, nouveaux managements, nouveaux espaces, nouvelles temporalits et valeur du travail, mesure de lactivit et rtribution. Un travail de veille rgulier et la rdaction darticles ont nourri ces thmatiques tout au long de lanne 2013. Cest lensemble de ces ressources que vous retrouverez dans ce document. Page 2 SOmmaire Page 3 05/19 Articles Veille 21/35 Articles Veille 37/55 Articles Veille 57/67 Articles Veille 69/83 Articles Veille 85/86 Etat des lieux 1. Ce que le numrique fait au travail et rciproquement 2. La dynamique dinternet. Prospective 2030 3. Interview fictive - Prospective sur le travail en 2053 4. Scnarios - Questions Numriques Veille dcouvrir en page 18. Lindividu au travail 1. Numrique : la gnration Y, nouvelle chienlit ? 2.Lauto-entrepreneur, un travailleur de notre temps 3. Le travailleur de demain sera un mouton dix pattes 4. Et vous, vous faites quoi... ? Veille dcouvrir en page 32. Nouveaux collectifs, nouveaux managements 1. Le futur du travail dans lentreprise : lagilit... ou le nant 2. Le numrique, vecteur dinnovations sociales au travail ? 3. Productivit ou innovation, faut-il choisir 4.Les donnes : quels effets sur le monde du travail ? 5. Attention, une entreprise virtuelle peut en cacher une autre Veille dcouvrir en page 52. Nouveaux espaces, nouvelles temporalits 1. Les espaces de coworking, une tendance qui se confirme 2. Le temps, marqueur intemporel de la lutte des classes et des genres ? 3. Evolution du corps, volution du travail Veille dcouvrir en page 66. Valeur du travail, mesure de lactivit, rtribution 1. Quest-ce que le numrique change la cration de valeur par le travail ? 2.Le futur du travail dans lentreprise : ...sans lentreprise ? 3. Numrique 1 Emploi zro ! Veille dcouvrir en page 82. Index par mots-cls Page 4 Page 5 1. Etat des lieux ARTICLES 06/17 VEILLE 18/19 Au lancement de Digiwork se trouvent quelques travaux prparatoires : une participation au rapport Futur de lInternet, un article dans Internet Actu, quelques scnarios de rupture issus de Questions Numriques. Cela a nourri, entre autres, linterview fictive, ralise pour le numro spcial de la revue Travail & Changement de lANACT. Articles Page 6 Page 7 ArticleS loppement intgrs...) a souvent t synonyme de gains de productivit, mais aussi de nouvelles formes de bureaucratie, de taylorisme, et de surveillance. 1. Ce que le numrique fait au travail et rciproquement Amandine brugire / Aurialie jublin Paru le 10 Mars 2013 sur internetactu.net le mdia de la fing Cest essentiellement sous langle de lemploi et de la crise conomique que la question du travail se pose aujourdhui dans les mdias. Or depuis les annes 90, les conomies des pays de lOCDE se caractrisent par une croissance faible (ponctue de crises conomiques rgulires) et un taux de chmage lev. Le temps de travail a diminu de manire constante, lemploi temps partiel a augment ainsi que le chmage longue dure. La part du travail dans le Produit intrieur brut a elle aussi diminu. De l croire que le travail rapporte moins, il ny a quun pas... Une crise du march de lemploi qui cache des volutions plus profondes des pratiques de travail Vis--is de ces tendances de fond v observes sur deux dcennies dans presque tous les pays de lOCDE, limpact des technologies numriques est habituellement point deux titres : >> Elles constituent le principal support de la globalisation, de la mise en rseau de lconomie et de sa financiarisation, produisant en particulier une trs forte interdpendance et une mise en concurrence mondiale des conomies comme lexpliquait dj Manuel Castells dans La socit en rseau ; >> Elle acclre la croissance de la productivit du travail ; productivit qui transforme les tches, les fonctions ncessaires lactivit, et en particulier en diminue le nombre. Ds 1995, Jrmy Rifkin dans La fin du travail prvoyait que les TIC, ayant gagn tous les pans de lconomie (suite linformatisation massive des entreprises et des marchs financiers durant les annes 80) conduiraient une productivit trs forte des entreprises, et une croissance sans emploi. Aujourdhui mme, lconomie numrique, secteur de grande productivit et porteur de croissance, se rvle peu cratrice demplois, limage de la Silicon Valley en perte nette demplois depuis 15 ans. Les auteurs de lAge de la Multitude y voient l les signes dun affaiblissement du travail au profit de lactivit : Depuis dix ans, on croit que le numrique va crer des emplois. Or il cre peu demplois directs, et contribue plutt supprimer des bureaucraties ou des rentes. Loptimisation sans prcdent quil permet (dans le domaine de la consommation, des services) devrait contribuer faire baisser le travail, au sens ancien du terme. Mais pas lactivit : car en amont du travail proprement dit (produire un service, un bien, un contenu), on voit se dvelopper toute une activit de veille, dautoformation, de putation, de connexion, dchanges, r dexprimentations.... Derrire les problmatiques demploi pourraient bien se cacher des volutions profondes de ce qui pourrait/ devrait tre reconnu comme du travail productif. Le numrique, lorigine dun malentendu croissant entre les individus et les organisations ? Des dbuts de linformatisation des entreprises (annes 80/90) la dmocratisation des outils ( partir des annes 2000), le numrique a outill des volutions successives dans les manires dorganiser le travail et de le contrler, dans les manires de produire et de commercialiser, gnrant beaucoup de changements, et donc de tensions. Le dveloppement des systmes dinformations (les progiciels de gestion intgrs, les environnements de dve- Le dcoupage (unbundling) possible de toute la chane de valeur a permis de nouvelles souplesses dans la production (le mode projet, la production juste temps) mais a aussi facilit les externalisations, les dlocalisations... Lindividualisation des quipements, leur portabilit et linformatique dans les nuages sont en train de modifier les conditions de travail comme le soulignait la rcente note danalyse du Centre danalyse stratgique sur limpact des TIC sur les conditions de travail, et den faire clater lunit de temps et de lieu. On travaille plus facilement distance, en mobilit, des heures dcales. Un des effets les plus communment ressentis est celui dun brouillage des frontires entre vie professionnelle et vie prive : on travaille de chez soi, on gre des communications personnelles tlphone, sms, tweet pendant les heures de travail. On amne au travail son quipement personnel (le phnomne Bring your own device, Byod), plus performant, moins brid. On utilise lquipement professionnel des fins personnelles (films, jeux pour enfants...). Cela engendre en particulier deux tensions : >> Celle lie linjonction paradoxale dune autonomie sous contrle faite au travailleur connect : dun ct on attend de lui autonomie, prise dinitiative, responsabilit, et de lautre on contrle en temps rel ses rsultats, ses dplacements, ses communications... >> Celle lie la coexistence dans le temps et dans lespace des activits contraintes, choisies, personnelles, de loisirs, etc. Si le travail gagne pain ne russit pas sa mue en sources dpanouissement ou ralisation de soi, il court le risque dun investissement moindre de la part des individus. Le rapport au travail se construit aujourdhui, et peuttre plus fortement encore chez les jeunes gnrations, autour dattentes expressives et relationnelles trs fortes. 1. Ce que le numrique fait au travail et rciproquement Cette dernire tension pourrait en outre tre renforce par une monte des revendications autour du travail gratuit (quon appelle le digital labor). Lconomie sousacente aux rseaux est j en train de mettre jour de nouvelles formes de production de valeur, bases sur la captation des traces dusages. Par l, cest la notion mme de travail qui est bouscule puisque toutes activits dveloppes sur les rseaux (la production ou le partage de contenu, les rseaux sociaux, la navigation, les recherches...) constituent une forme de travail gratuit alimentant lInternet Factory. Cette tension montante entre travail et activit est forte de consquences, car lactivit nest pas encore source de revenus, alors mme quelle est sousendue par des dpenses put bliques importantes dducation, de protection sociale, daccs aux rseaux... Si de nouvelles fiscalits se cherchent autour de la captation des donnes, cela ne constitue dun dbut de rponse. En attendant, le malentendu entre les organisations et les individus va croissant. Les entreprises avouent leurs difficults obtenir de leurs collaborateurs lengagement et laudace quelles en esprent. Les individus disent ne pas trouver dans les organisations, le contexte pour se raliser. Ils se sentent souvent peu couts, mal reconnus dans leurs efforts. Ils sinvestissent moins dans des entreprises qui, sentent investissent ils, moins en eux. La flexibilit na pas t cet oprateur magique attendu, entre les attentes des entreprises en matire dadaptation aux fluctuations des marchs, et les aspirations des individus, en matire dautonomisation et de construction ditinraire professionnel diversifi et scuris. Pour viter le divorce, il devient urgent de re uestionner ce quest le travail q lre du numrique, au regard de ses diffrentes caractristiques : production de richesse, obtention de revenu, libert de cration, panouissement personnel, obtention de droits et de protection... Explorer de nouveaux modles Si le numrique est lune des causes de la crise du travail (mais pas la seule !), il fait aussi partie des solutions. Cest 1. Ce que le numrique fait au travail et rciproquement grce au numrique que des millions de travailleurs organisent plus souplement leur travail, inventent de nouvelles formes de collaboration, largissent leurs rseaux et leurs horizons professionnels. Cest grce aux rseaux quont pu merger des projets collectifs auparavant inimaginables : Wikipedia, le logiciel libre, les communauts de pratiques, lecrowdsourcing... Et ce qui donnait lieu hier la production collaborative de biens informationnels stend aujourdhui la production de biens tangibles : les voitures crowdsources de Local Motors, de Fiat... Des espaces de travail mergent (FabLab, Biolab), o les outils de production, bass sur des technologies de pointe sont mutualiss. La jeune entreprise innovante se dveloppe aussi hors les murs, travers les espaces de co orking ou mme, compltement en w rseau. Certes, ces initiatives sont encore trs mergentes, pas toujours stabilises. Mais elles dessinent des formes nouvelles dorganisation du travail dont on peut extrapoler des modles, extraire des questionnements, voire tirer de premiers enseignements. En particulier trois phnomnes nous apparaissent comme source dinnovation et/ou de nouvelles conflictualits : >> Laffirmation, au travail, dindividus autonomes, connects, outills, en rseau : tel des compagnons modernes, ces nomades coopratifs quvoque P. Vandramin dans son livre Le travail au singulier, affinent leurs outils, leurs mthodes, leur savoir faire, leur communaut, leur engagement au fil des expriences professionnelles. La dmocratisation des outils numriques et le dveloppement de pratiques de Byod pourraient laisser croire un phnomne dindividualisation et dindpendance vis is des organiv sations. Or il pourrait sagir aussi et surtout dun rapport au travail mu par la recherche dpanouissement personnel et dun apprentissage permanent par les pairs comme le montrent les pratiques de multi tasking, ou des slashers, ceux qui cumulent plusieurs emplois. >> Notons que ces postures, dune Articles Page 8 grande proximit avec la philosophie des Hackers (Changer sa vie plutt que de changer la vie ; Get paid, get fit, make something cool) sont le fait de populations instruites, cultives. Ce qui rejoint les thses du capitalisme cognitif sur le travail vivant, et le travail comme production de soi quvoquait Andr Gorz dans Limmatriel. >> Les organisations, les entreprises sont parfois dstabilises par ces nouvelles tendances, tentant dy rsister, plutt que den tirer parti. Pour les individus en revanche, lenjeu est de russir construire la cohrence de leur itinraire professionnel et le scuriser. >> Lmergence de pratiques collaboratives spontanes la base de nouveaux collectifs de travail : les individus se forgent au fil des expriences des rseaux personnels, partir des communauts dintrts auxquelles ils appartiennent, de relations personnelles et professionnelles. Mlangeant liens forts et liens faibles activables tout moment, ces rseaux smancipent des frontires des organisations. Les interactions dans lentreprise ne se limitent plus aux collgues de bureau. >> Sur les rseaux, de nouvelles collaborations productives mergent autour dabord de biens informationnels ou dans le cadre dvnements collaboratifs (hackathon, barcamp, startup weekend...), mais aussi pour la production de biens tangibles, comme le montre le projet Wikspeed (lingnieur amricain Joe Justice ayant russi monter des quipes instantanes partout dans le monde pour une production collaborative de vhicule moins cher, plus durable, en open source). >> Ces dynamiques se caractrisent par une forte dimension identitaire, par laffirmation de lappartenance une communaut, par le primat de la finalit du projet, et des valeurs quil sousend. De nouveaux modes t de management y sont expriments. Mais ces dynamiques ont aussi du mal dpasser la dure de vie Page 9 ArticleS des projets. Cela interroge le format que devraient prendre les organisations : leur niveau de souplesse comme de durabilit et de stabilit. >> Les nouvelles formes de mesure de lactivit et ses rtributions : la production de valeur ne se limite plus la production des entreprises (mesure du PIB), et les activits productives ne se limitent pas au travail. Aux capacits des salaris, des fournisseurs, ou de loutil de production, viennent sajouter celles des clients utilisateurs pouvant devenir des contributeurs actifs, comme le montre, lextrme, lexemple de cette entreprise canadienne Sensorica (cite par Lionel Maurel). Grce une traabilit des contributions et une valuation par les pairs, cette entreprise a fait de la collaboration le cur de son activit. >> Le numrique change la donne en ce quil permet de mesurer, compter, tracer un trs grand nombre dactivits, et donc aussi, de donner de la visibilit aux externalits positives, au mode de contributions multiples. Cela devrait sans doute modifier lavenir les formes de mesure et rtribution de lactivit productive. On le voit dj travers les revendications autour du travail gratuit, autour de nouvelles fiscalits sur la rutilisation des donnes personnelles, les monnaies complmentaires, comme moyen de rtribution des individus (valoriser les comptences ou inciter aux pratiques durables, lexemple du projet Tinkuy), ou de transactions entre les entreprises comme commencent le proposer certaines monnaies complmentaires (vido). Cela questionne aussi lentreprise comme cadre organisant et rmunrant lactivit inventive. La Fing ouvre, avec une diversit de partenaires, une rflexion collective sur les volutions du travail et de lentreprise lre du numrique. Stendant sur toute lanne 2013, cette rflexion sattachera explorer les ruptures possibles. Les partenaires se laissent le droit dimaginer, de concevoir des modles nouveaux, libres, hors normes, afin de stimuler lintelligence collective, et donner envie aux acteurs de faire bouger les 1. Ce que le numrique fait au travail et rciproquement lignes. Suivez la rflexion au fil de leau et participez lalimenter sur le rseau social de la Fing. 2. La dynamique dinternet. Prospective 2030 2. La dynamique dinternet. Prospective 2030 Telecom Paris & FING Chapitre Travail & Entreprises, Etude prospective, Commissariat gnral la stratgie et la prospective, paru en Mai 2013 sur www. strategie.gouv.fr Internet forme sans aucun doute linnovation la plus importante de la fin du XXe sicle. Aujourdhui, plus de 2,5 milliards dtres humains y sont connects. Demain, internet nous reliera galement des dizaines de milliards dobjets, de capteurs, de robots, qui dialogueront entre eux et prendront progressivement en charge des pans entiers de la gestion de notre vie quotidienne. La dynamique dinternet influence lensemble de notre conomie, offrant de relles opportunits de croissance mais obligeant des secteurs entiers sadapter. Plus largement, internet bouleverse les organisations, les modes de production, le travail, le rapport au savoir et la connaissance, lexpression dmocratique, les liens sociaux et le rle de la puissance publique.Nous ne sommes qu laube des transformations numriques de nos socits. partir dune analyse rtrospective dinternet, cette tude a cherch dgager les tendances que cre une histoire forte dsormais de plus de vingt ans, sans ngliger les ruptures que suscite une croissance jusqu prsent quasi exponentielle. Extrait du chapitre 1.4. Travail et activit : vers un brouillage des frontires Les transformations de la vie numrique se combinent avec celles, nombreuses, de la vie au travail. Il serait abusif de surestimer la causalit numrique, qui nest pas toujours dterminante parmi de nombreux autres facteurs. Les modalits actuelles et futures du travail, comme les transformations des organisations, influeront sur les usages de linternet par les bouleversements des tches, de la localisation, des liens aux organisations, que choisissent ou subissent les individus au travail. Rciproquement, les possibilits numriques amplifient un ensemble de tensions entre les normes quelles imposent et les capacits quelles distribuent. Les dispositifs numriques et leurs usages mettent en visibilit le brouillage des frontires entre vie prive, vie sociale et vie professionnelle. Lexercice dun Articles Page 10 travail aujourdhui est la condition majeure dappartenance sociale : cest un facteur essentiel didentit, de lien social, daccs aux droits et la protection. La dmocratisation des technologies numriques a permis lindividualisation des quipements, des usages, et ce de manire concomitante un processus dindividualisation des objectifs professionnels, des trajectoires. Cette individualisation est notamment caractrise par linjonction croissante lautonomie au travail, faite aux individus. Celle-ci saccompagne de pressions accrues : abstraction et complexit, productivit, et contrle, dpendance informatique... 1. Un travail de plus en plus abstrait, complexe et individualis. Lusage des TIC contribue changer la nature du travail et des comptences mises en uvre pour lexercer : la part dabstraction (ne serait-ce que lecture, criture) devient de plus en plus grande. Le commercial ne voit plus le client, le vendeur ne voit plus le stock, loprateur ne touche plus la vanne... Il ne sagit plus dagir directement mais de recueillir, traiter et transformer des volumes dinformation toujours plus importants (BenedettoMeyer M., Klein T., in CAS 2012). La surcharge informationnelle, due au traitement dun nombre croissant dinformations morceles, dsordonnes, cre un stress qui se cumule des problmes de dispersion de lattention au travail (Datchary, 2004). Produire un travail de qualit ncessite de savoir/ pouvoir se dconnecter. Les TIC joueraient aussi sur la complexification et lindividualisation des tches, les individus tant invits organiser leur propre travail, travailler en mode projet et sur plusieurs projets simultans, collaborer et tre disponibles pour leurs clients et partenaires extrieurs. En dfinitive, de lindividualisation des tches lindividualisation des trajectoires, le pas est franchi. La part croissante dimmatriel dans le travail, et la dmatrialisation dun nombre croissant dactivits font coexister au quotidien le travail et les centres dintrts personnels des individus, voire crer des ponts entre eux. Pour autant tout le monde accde un travail choisi Page 11 ArticleS et panouissant, runissant les deux polarits. Mais cette proximit engendre un niveau dexigence plus lev ou des frustrations plus grandes, participant au divorce entre les entreprises et leurs salaris. Enfin rappelons que les systmes informatiques gnrent aussi un certain nombre demplois aux activits prescrites, basiques, peu abstraites. Les nouveaux ouvriers de linformatique. 2. Intensification du travail et accroissement de la productivit individuelle. Le travail est sous pression : de la recherche de productivit, de lintensification du rythme, de la complexification des tches, dun univers marchand hyperconcurrentiel et interdpendant, dune exigence dhyperractivit aux clients. Dans ce contexte, les TIC jouent un rle dquipement des normes de productivit, des vises managriales, de la mise en concurrence et du volume de lactivit et denrichissement de la panoplie des outils de contrle (Chevallet et al., 2012). Nanmoins, lintensification du travail (les indicateurs dintensification sont la ncessit de travailler dans des dlais serrs, des rythmes rapides, sous des pressions externes ou en respectant des normes rigides) , observe durant les annes 1990, semble stre ralentie dans la deuxime moiti des annes 2000 (Eurofound, 2011). Pour 67 % des travailleurs europens, le rythme du travail dpend en premier lieu des demandes des clients, des usagers, des patients. Or la communication par les TIC participe crer une culture de limmdiatet (se sentir oblig de rpondre un email ds rception). Lubiquit permise par la portabilit des quipements participe cette intensification et laccroissement de la productivit individuelle grce la rduction des exigences spatiales et temporelles dans la ralisation du travail, laccroissement de la flexibilit, la diminution des cots de coordination, lamlioration de la communication et de lchange de connaissances, (...) limmdiatet de laccs linformation, la hausse de la performance dans la prise de dcision, laccroissement de la ractivit face aux clients (Besseyre des Horts, 2006). 2. La dynamique dinternet. Prospective 2030 3. Un contrle accru mais ingalement rparti. Les TIC renforcent les mesures de contrle du travail, et ce de plusieurs manires (Chevallet et al., 2012) : la prescription visant encadrer par des normes et des procdures de qualit le travail, le contrle direct via la surveillance, la traabilit, ou la remonte en temps rel des rsultats, ou enfin le contrle exerc par les pairs ou les clients. Les TIC offrent ainsi des modalits de contrle indites et performantes qui sajoutent ou se substituent celles qui existent dj. La frquence du contrle dans les entreprises utilisant les TIC semble sintensifier (Greenan et al., 2012), sauf pour les utilisateurs de TIC avancs, qui apparaissent comme un salariat de confiance. Le travail nomade quip en TIC apparat aussi moins contrl et plus autonome que les autres (Coutrot, 2004). Tandis que dautres catgories de mtiers ou dentreprises (voice-picking, tloprateurs) versent dans lexcs inverse, engendrant baisse de lengagement au travail et risques psycho-sociaux. Par la traabilit et la mesure de soi quelles rendent possibles, les TIC participent aussi des mcanismes de contrle de lindividu sur lui-mme : elles amplifient un phnomne de rtroaction: auto-valuation, autorgulation, sentiment de responsabilit accru. 4. Panne, incident, dysfonctionnement informatiques. Les individus sont de plus en plus dpendants du bon fonctionnement des quipements informatiques et du systme dinformation des entreprises. Selon lenqute COI 2006, la moiti des salaris dclare un rythme de travail perturb par des pannes et incidents informatiques. Ce qui est de lordre de la perturbation pour les salaris dentreprises peut se rvler une vritable paralysie pour les travailleurs domicile, indpendants ou tltravailleurs, ne pouvant compter que sur eux. Si la tendance lindividualisation se confirme, cest parce que les cadres tablis du travail sont, pour beaucoup, en voie dclatement : le lieu, le temps, la hirarchie, jusquaux frontires mme de lactivit travail. >> Lire la suite en consultant ltude 3. Interview fictive - Prospective sur le travail en 2053 3. Interview fictive Prospective sur le travail en 2053 anact Publie dans la revue Travail & Changement, n32, de lANACT, paru en Mai 2013 sur www.anact.fr Comment linformatisation a-telle modifi lorganisation des entreprises ? Linformatisation et surtout la portabilit des quipements ont pulvris lentreprise physique. Ces vingt dernires annes, on a assist une disparition presque totale de limmobilier dentreprise dans le secteur des services. Le mouvement gagne aujourdhui de manire significative les structures industrielles, qui dmultiplient les espaces locaux de fabrication, afin de diminuer les cots de transport et revivifier lconomie locale durable. Les entreprises nont quasiment plus de sige social. Les actifs immatriels sont dans le cloud. Les rseaux sociaux dentreprise sont devenus le socle de rfrence et dappartenance une entreprise : lespace o se droule tous les changes, o circulent toutes les informations. Mais dans les annes 10, ctait rare : les pionniers de linternet ont expriment et montr le chemin. Cest une transformation complte des RH que lon vit aujourdhui. Il faut apprendre manier les donnes, les traces dusages laisss sur les rseaux sociaux dentreprises avec justesse, car elles ne disent pas tout de lindividu au travail et du travail rel . Google, avec son People Analytics en a fait les frais en son temps. Lentreprise ne sen est jamais remise. Cette immatrialisation des RH sest installe sans provoquer de choc social, tonnement Cest vrai ! Sans doute le doit-on la gnralisation progressive des processus de dcisions collectifs au sein des entreprises, qui est lun des effets collatraux majeurs de la rvolution numrique. Puisque lentreprise na plus de lieux et que le travail est devenu en grande partie immatriel, les employeurs ont du redoubler dingniosit pour fidliser leurs salaris. Lemploy choisit la structure o il souhaite travailler selon la palette des services proposs (infrastructures, loisirs, services sant, services famille) ainsi que les valeurs promues. De son ct, lentreprise choisit ses employs dont elle connat au travers des rseaux tous les aspects de la vie. Le travail devient en quelque sorte un lieu Articles Page 12 de rencontre entre des intrts et des convictions partages. Rien ne peut ds lors fonctionner qui ne soit conu, dcid, valid, valu de manire commune. Do le grand dbat public ouvert en Europe sur les problmatiques de rmunration ? Oui, mais sur ce sujet, la pression est aussi venue de lextrieur, ou disons dune fusion des rles entre les employsclients-consommateurs-usagers, devenus chacun des contributeurs majeurs des cosystmes de production. Il aura fallu moins de trente ans lconomie collaborative pour faire clater la chane de valeur, avec un cur de lentreprise qui sest atrophi et un maillage de soustraitance formelle ou informelle qui sest linverse considrablement tendu. La grande vague de revendications sociales autour de nouveaux modles de rmunration qui a travers lEurope en 2050 tmoigne dune prise de conscience aigue des enjeux de la part des citoyens : la masse de donnes, de contenus, dinformations, dvaluations, de co-production, de services quils injectent dans les rseaux constitue une formidable matire premire pour des entreprises qui les exploitent massivement sans contrepartie financire. La rcente instauration dun revenu minimum dexistence, aliment par la taxe sur les droits de rutilisation des donnes individuelles, constitue la premire pierre dune refonte radicale de la rtribution du travail. Page 13 ArticleS 3. Interview fictive - Prospective sur le travail en 2053 4. Scnarios - Questions Numriques 4. Scnarios - Questions Numriques La fing Scnarios de rupture tirs des cahiers denjeux Questions Numriques 2011 - 2012 www. fing.org 1. DES PLACES TAHRIR DANS LES ENTREPRISES >> 2013 > SudLeaks hacke les conseils dadministrations. >> 2014 > Le management de la multinationale Axum tombe suite une rvolte des salaris. Ses concurrents en profitent, avant de subir la mme chose. >> 2015 > Grenelle mondial des entreprises. Un fragile accord est trouv pour rduire le pouvoir des actionnaires. >> 2020 > Le multi-entreprenariat sest largement rpandu, et devient un moteur essentiel de la croissance. A peine sorties de la tourmente conomique des annes 2008-2012, les entreprises font face une nouvelle crise interne, cette fois. Les salaris ont pay un lourd tribut la crise : dgraissages, salaires bloqus, retour dun management autoritaire, tyrannie de lurgence et focalisation sur le court terme. Le sens de leur mtier leur chappe. Ils ont souvent le sentiment de mal servir leurs clients. quips de tous les outils lectroniques possibles, ils se sentent invits simpliquer toujours plus, avec toujours moins dautonomie pour le faire. Et ils sen parlent. Ils font fuiter linformation interne quand elle les choque. Dans les forums de discussion, ils publient, ils dnoncent. Leurs cibles : le management qui ne prend pas sa part des sacrifices, et le pouvoir anonyme des actionnaires, qui absorbent en dividendes lessentiel de leurs efforts tout en paraissant se moquer de leur culture dentreprise. Les secrets deviennent publics, le management perd son emprise. Par lintermdiaire des rseaux sociaux, la rvolte devient rvolution. Au terme dune srie doprations coup de poing , les salaris dune premire entreprise renversent leur quipe de direction. Ceux dune autre obtiennent des actionnaires majoritaires un pacte dans lequel ils sengagent contribuer au dveloppement de long terme de lentreprise. Chaque succs tend la contagion. A partir de 2014, malgr un chmage Articles Page 14 lev, de nombreux salaris quittent leur entreprise, forts des rseaux informels quils ont tisss auprs de clients et de partenaires. Ils organisent leur activit en rseaux, auprs de plusieurs clients et employeurs. Plusieurs dispositifs les y aident comme le wiki des comptences ou des plates-formes de collaboration. Un nouveau contrat de travail se rpand rapidement : le multi-entreprenariat. Il devient de plus en plus difficile pour les entreprises dattirer et de fidliser des salaris plein temps. 2. GNRATIONS CHACUN POUR SOI >> 2012 > Les 18-25 ans quittent massivement Facebook et reconstruisent leurs liens ailleurs, sur des espaces fragments mais ddis. >> 2014 > Le mouvement Design for me , qui appelait diffrencier les interfaces pour rendre possible les mmes usages entre gnrations, produit leffet inverse. Loutil a induit des usages spcifiques qui deviennent de vritables marqueurs identitaires gnrationnels. >> 2017 > Les entreprises rorganisent leurs espaces et leur management, leurs critres dvaluation sont pondrs en fonction de lge et de la gnration. Dbut 2014, la tour que livre Jean Nouvel la multinationale Babel, La Dfense, propose une organisation indite : chaque bloc de 4 tages est allou une gnration, selon sa date de naissance : 1949-1959 en haut, puis 1969-1979 , puis 1989 et plus , et ainsi de suite. Chaque bloc est organis et quip dune manire spcifique. Entre chaque bloc, un tage intergnrationnel , celui o lon trouve les salles de runion, les espaces de dtente, la caftria Babel et Jean Nouvel ont pris ce parti contrecur, mais instruits par lexprience. Il faut se rendre lvidence : chaque gnration a dsormais ses propres cultures, technologies, mthodes, esthtique, services, communauts De la consommation aux sociabilits quotidiennes, mme en famille, en pas- Page 15 ArticleS 4. Scnarios - Questions Numriques sant par les manires dapprendre et de travailler, il nexiste presque plus aucune rfrence commune. Sur le march du travail, le CV PDF des vieux ctoie la qualit des recommandations en ligne par des pairs et lobfuscation de certaines informations plus gnantes. la maison, si certains moments communs tels que les repas demeurent, la plupart volent en clat devant les pratiques individuelles, les outils de synchronisation se trouvant pris dorganiser la continuit. Dans lentreprise, on rpartit aussi les responsabilits par gnration : celles qui ncessitent dtre multitches, celles qui ont besoin dune nergie concentre autour dun projet, celles qui ncessitent de penser long terme Cest la socit toute entire qui fonctionne plusieurs vitesses. Mme les grands rseaux sociaux en ligne se fragmentent, la portabilit des donnes facilitant toutefois linteraction entre les uns et les autres. En revanche, cest dans lchange entre les gnrations que lon va chercher les ides neuves, ou encore, les valeurs les plus essentielles. En admettant la scission des gnrations, aurait-on finalement enrichi leur interaction ? 3. LA TENTE TRAVAILLEUR QUECHUA DU >> 2012 > cause de la pression foncire, la distance moyenne domicile-travail autour des agglomrations franaises franchit le seuil des 50 km. >> 2014 > Les transports impossibles, le litre dessence 3 euros, la pnurie dargent public loignent toute perspective de dsengorgement du RER et des TER , dont les tarifs augmentent. >> 2015 > Prenant acte de lexplosion des situations de travail nomade, le droit du travail europen supprime la rfrence au lieu de travail . Avril 2012 : lesplanade de la Dfense se rveille avec, au pied des principales tours de bureaux, une dizaine de tentes, dont les habitants ne sont autres que des employs de ces bureaux. En quelques semaines, cette pratique fait boule de neige. Les pouvoirs publics, qui ont dabord choisi dignorer le phnomne pour ne pas lui donner trop dimportance, convoquent les principaux employeurs concerns pour leur demander dintervenir auprs de leurs salaris. Embarras. Confronts lengorgement durable du RER, au renchrissement du carburant, la rigueur salariale et la pression foncire qui les a inexorablement loigns, les employs expliquent navoir pas dautre choix que de se rapprocher radicalement de leur lieu de travail. Moins coteuse, cette solution est aussi beaucoup moins fatigante pour eux (plus de 2h30 gagnes par jour) et bien pratique pour le management. Dautant que, malgr les grands discours, le tltravail continue de se heurter la rsistance de la majorit des employeurs comme des employs. Deux profils de travailleurs mergent. Les travailhabitants des villes choisissent, au moins quelques jours par semaine, des solutions prcaires de logement proximit immdiate de leur travail, poussant Quechua augmenter sa gamme avec des yourtes du plus bel effet, et ouvrant un nouveau march au camping car. Les solutions trouves, sauvages dans un premier temps, sont peu peu ngocies avec les employeurs qui consentent lamlioration des douches et vestiaires de leurs bureaux. Les amnageurs installent prises lectriques, Wi-Fi et vidosurveillance dans les espaces occups par les tentes. Les travailhabitants utilisent galement les rseaux tlcoms des entreprises pour leurs usages privs, contraignant les responsables informatiques une violente rgulation des accs. De leur ct, les habitravailleurs des champs parviennent, la plupart du temps, ne pas se dplacer pour travailler, se dtachant peu peu du corps social de lentreprise. Sur leur CV, ils indiquent dsormais quils disposent dun quipement professionnel connect domicile (ils en prcisent le dbit, la qualit, la scurit). Loin de se limiter aux cols blancs, cette situation concerne de 4. Scnarios - Questions Numriques plus en plus demploys et mme douvriers. Les uns et les autres ont essay toutes sortes de transports intelligents, collectifs, mutualiss. Ils y ont renonc, les jugeant trop contraignantes. 4. Cdi cest fini ? Le contrat de travail dure indtermine et plein temps na plus la cote. Face aux variations de plus en plus rapides des marchs, les entreprises en rduisent la proportion de toutes les manires possibles : CDD, intrim, externalisation, automatisation Mais beaucoup de salaris, en particulier les plus jeunes et les plus qualifis, prfrent galement dautres formules. Les uns multiplient les emplois temps partiel, voire les petits boulots, pour augmenter leurs revenus et rduire leur risque en cas de licenciement. Les autres choisissent dorganiser leur temps de manire saisir toutes les opportunits, concilier leurs diffrents centres dintrt. La pluriactivit se dveloppe dans toutes les catgories sociales, depuis les travailleurs pauvres contraints de cumuler plusieurs jobs, jusquaux cadres qui dveloppent des activits complmentaires en auto-entrepreneurs. Un nombre croissant de salaris bascule vers un statut libral ou recourt au portage salarial, tout en travaillant au sein de petits collectifs dindpendants. Ils cumulent contrats de travail, missions dintrim, commandes, projets entrepreneuriaux, formation, activits bnvoles Leur temps de travail rmunr varie en fonction des missions, mais aussi de leurs autres engagements, de leur forme physique, des diffrents moments de leur vie. De leur ct, les entreprises se rorganisent autour de noyaux restreints de salaris stables, aux cts desquels des collaborateurs viennent prendre place pour des missions spcifiques. Leurs bureaux se vident, sauf lors de priodes de surchauffe. Certaines entreprises rduisent leurs surfaces, dautres les partagent et les rendent accessible aux travailleurs flexibles, mme si ceux-ci nont aucun lien avec lentreprise. Chaque individu devient responsable de dvelopper et de valoriser son em- Articles Page 16 ployabilit. Les rseaux sociaux jouent un rle central. Cest par eux que lon se fait connatre et que lon trouve de quoi semployer ; que lon travaille au sein dquipes projets, que lon se forme rciproquement, que lon schange des accrditations qui certifient nos comptences ; que lon articule ses diffrentes activits et les cercles de relations qui vont avec Si cette tendance convient bien aux travailleurs du savoir et certains travailleurs manuels trs qualifis, son extension aux jeunes qui nont pas encore de rseaux, ainsi quaux travailleurs plus gs et moins qualifis, pose en revanche des problmes majeurs. Il faut inventer un nouveau filet de scurit. Lallocation universelle, verse chacun sans condition, devient dactualit en Europe. En attendant, la tension monte entre travailleurs stables, qui rvent de la libert des autres et payent leur scurit dhoraires contraignants et de salaires peu attractifs, et les flexibles qui sinquitent du lendemain et, plus encore, de leur retraite. Page 17 ArticleS 4. Scnarios - Questions Numriques VEille The Future of Work MIT Technoloy Review des emplois devenus obsoltes ou non comptitifs ? #Futur #Robot #Travail Il y a un an, la revue du MIT sortait un numro spcial sur le futur du travail. Au sommaire : La crativit peut-elle tre automatise?, La nouvelle vague des robots dusine, Automatiser ou prir, Les travailleurs humains, manags par un algorithme, ... A lire ou relire. Mtamorphose numrique (La) - Vers une socit de la connaissance et de la coopration www.editionsalternatives.com #Futur #Technologie Le monde connat aujourdhui un dveloppement sans prcdent du fait des technologies de linformation et de la communication. Le numrique (Internet, rseaux, informatique, etc.) se dploie grande vitesse et certains de nos usages ne peuvent plus se concevoir sans lui. Ce livre nest pas un livre sur la technologie mais sur lhomme. Il rompt en cela avec les approches centres sur les techniques et propose une vision inspirante du futur numrique que nous sommes en train dinventer. 12 technologies qui vont changer le monde (et tuer des emplois) Rue89 #Futur #Technologie Un rapport de McKinsey liste des innovations qui auraient un impact conomique colossal. Mais que faire Numrique et emploi : la cration cratrice ? Manpowergroup #emploi #Futur #Robot La robotique crerait 3,5 millions demplois dans le monde dici 2025... Plus loin que limage des fermetures dusines, symboles de la premire phase du processus de destruction cratrice, peut-on regarder lhorizon dune innovation technologique portant un nouvel lan de lemploi ? Page 18 Page 19 Veille Etat des lieux Page 20 Page 21 2. Lindividu au travail ARTICLES 22/31 VEILLE 32/35 Fini le temps o lindividu tait rattach une organisation pour le restant de sa vie. Lexigence de flexibilit impose par le march dun ct, le dveloppement de la robotisation et lautomatisation de lautre, enfin la recherche de sens et du dveloppement personnel ont conduit les individus, bon an mal an, se forger leur propre cosystme dactivits : ils affinent eux-mmes leurs outils de travail, leurs savoirs et leurs expertises, leurs rseaux. Ils articulent sans cesse des activits rmunres et non-rmunres, et se constituent par-l une diaspora dorganisations (publiques / prives / formelles / informelles) essentielle leur trajectoire professionnelle, et constitutive de leur identit. Articles Page 22 Page 23 ArticleS Et normalement, leur prtendue agilit dusages, leurs usages natifs devraient tre un atout, devraient faire deux une ressource rare, une valeur recherche, ce qui nest pas le cas. Cette appellation de Digital Natives est pleine dambigit 1. Numrique : la gnration Y, nouvelle chienlit ? Amandine brugire Paru le 11Juin 2013 sur www. metiseurope.eu Do vient la dfiance des chefs dentreprise, des managers vis--vis des jeunes gnrations ? Cette fantasmatique gnration Y, - et ce sera pire avec la gnration Z dit-on, marquerait-elle une nouvelle chienlit pour les entreprises? Le constat semble, en tout cas, celui dune incomprhension, dune difficult intgrer les jeunes gnrations, les impliquer, les faire adhrer la culture de lentreprise, comprendre leur mode de fonctionnement. Rappelons, en introduction, que la dfiance vis--vis de la jeunesse est une figure politique classique, le jeune tant porteur des bouillonnements et des transformations de demain, et donc dune remise en cause de lordre tabli. Rappelons aussi quaujourdhui dans un march de lemploi atrophi, avec un nombre dactivits rmunres qui ne couvre pas la population active, les jeunes dun ct mais les moins jeunes aussi de lautre, sont laisss de ct. Cest quand mme une des explications de ce parcours extrmement long dintgration et de scurisation des trajectoires (7 ans en moyenne). Mais dans le champ du travail, ce clivage gnrationnel vient se greffer en plus sur la nouvelle donne technologique. Il est vrai que le monde du travail est en pleine transformation sous linfluence des technologies (ce qui est encore relativement peu pris en compte). Les technologies numriques sont dsormais partout, elles ont intgr toute la chane de valeur des organisations : loutil de production, ladministration, communication, le commerce, la finance, le marketing. >> Linformatisation a modifi le contenu mme du travail : toujours plus dmatrialis ou mdi par des interfaces, et donc ncessitant plus de rflexivit. >> Elles font clater le cadre spatiotemporel de lentreprise : on peut travailler en dehors, en mobilit. Quand on compare les statistiques du taux dquipement des 20/30 ans et des plus de 70 ans (qui nont pas connu linformatisation au travail), le dcalage est important en effet. Mais si on prend en compte la gnration des baby-boomers, les carts se resserrent en termes dquipement >> Elles transforment considrablement les marchs financiers (algorithmes prvisionnels, les donnes prdictives, High-Frequency Trading). >> tlphonie mobile 98% des 18-39 ans, contre 85% des plus de 60 ans >> Elles modifient les modes de recrutement et mme la gestion des ressources humaines qui sappuient de plus en plus sur lanalyse des donnes et des traces dusages laisses par les individus sur les ordinateurs et les rseaux internes (People Analytics de Google) comme en termes dusages : >> Lubiquit des outils et des rseaux brouillent les frontires entre vie professionnelle et vie prive : le travail dborde sur la sphre prive, mais la vie personnelle se gre aussi du bureau. >> La figure des salaris - clients contributeurs - consommateurs se confondent : cest lconomie collaborative. >> Limpact des technologies sur le travail cest aussi lautomatisation, la robotisation, laugmentation de la productivit dun ct, la diminution dun certain nombre demplois de lautre. Lconomie numrique cre de la croissance mais avec peu demploi. >> Enfin le numrique est la fois moyen de production, moyen de mesure de la valeur et supports de nouvelles formes de rtribution. Bref, tout se transforme. Mais aussi nombreuses et profondes soient-elles, ces transformations touchent toutes les gnrations, pas seulement les jeunes. >> Ordinateurs au domicile : 94% des 18-39, contre 70% des plus de 60 ans >> les jeunes et les baby-boomers ont un panel dusages identiques : mail, chat, navigation, e-administration, e-commerce, rseaux sociaux, etc. Certains usages sont plus teints gnrationnellement (le chat, le SMS, le tlchargement dun ct / le-administration de lautre), >> envoi de SMS : 98% pour les 18-24 ans, 87% pour les 25-39, 37% pour les plus de 60 ans ce qui correspond - grosso modo - aux situations de vie des personnes, et leurs centres dintrts. Cette appellation digital natives met surtout en vidence le fait que les jeunes nont pas dautres rfrents dusages. Mais cette position leur confre justement un peu moins de rflexivit sur leurs pratiques, que ceux qui ont du sadapter, ce qui devrait constituer un avantage. Quest-ce qui clive alors les gnrations au travail? Si ce nest pas tout fait ou de manire pas si vidente - lusage technique des outils, cest peut-tre tout simplement un certain rapport au travail, qui diffre, par les idologies sousjacentes sur lesquelles il prend appui. Car la technologie nest pas neutre, elle nest pas dpourvue didologie. Dans son passionnant ouvrage Aux 1. Numrique : la gnration Y, nouvelle chienlit ? sources de lutopie numrique, lessayiste amricain Fred Turner dcrypte linfluence de la contre-culture amricaine des annes 70 sur la cyberculture, la culture des rseaux. Cest sur la Cte Ouest des Etats-Unis, que la greffe du numrique a prise, sous linfluence des communauts hippies. Celles-ci ont plac lindividu au cur de leur projet dmancipation : plutt que de prendre appui sur le pouvoir, il sagissait de se rinventer soi-mme - pour changer le monde. Cette philosophie libertaire lorigine des rseaux internet sest conjugue ensuite des courants plus libraux. Une hypothse que je vous propose aujourdhui, est de considrer que cette philosophie Hackers , pour le dire de manire un peu rapide, porte des valeurs aujourdhui dominantes chez les jeunes. On pourrait la caractriser par les lments suivants : >> sinscrire dans un projet qui ait du sens, >> se faire plaisir, >> se sentir appartenir communaut, une >> affirmer son individualit, >> continuer apprendre et se former. Rcemment une revue en ligne sur lemploi rsumait cette philosophie Hackers de la manire suivante Get Paid, Get Fit and make something cool ! : qui est une version un peu plus librale. La recherche du sens et du plaisir, du dveloppement personnel a pris le dessus. Aujourdhui les outils numriques participent mettre lensemble des activits que lon mne sur un mme plan : on gre partir dun mme support, dans un mme espace temps lensemble de ses activits. On ne gre plus un emploi, mais toute sa vie active : car chaque lment - loisirs, familles, engagement associatif, militant - comptent : constituant des expriences, des rseaux, des passerelles, des apprentissages nouveaux - potentiellement des comptences, une employabilit. Cela participe mettre en tension ce qui a du sens, et de ce qui nen a pas, dans notre quotidien, et cela, dans un contexte dinstabilit de lemploi, de 1. Numrique : la gnration Y, nouvelle chienlit ? prcarit financire, etc. On peut pousser certaines de ces tendances leur paroxysme pour voir ce quelle donnerait (ce quon fait la FING, dans le cadre de nos travaux Digiwork) >> Turn over subi des entreprises >> Tous intermittents : un travail si je veux, quand je veux ! >> Les rseaux interpersonnels dactivits : comme le vritable point dappartenance >> La place Tahrir dans les entreprises : ou la force des mobilisations virales >> Des congs illimits : la matrise de son temps >> Lentreprise comme utopie sociale : le choix des valeurs Reconsidrer le rapport au travail, cest prendre en compte le rapport lactivit. Ces aspirations agencer/grer diffremment sa vie active que lon identifie chez les jeunes - o lactivit prend le dessus sur le travail - ne sont pourtant pas tout fait nouvelles : elles ressemblent beaucoup celles des retraits actifs / ces baby-boomers - qui conjuguent aisment poursuite dune vie professionnelle - un rythme choisi -, solidarits familiales, engagements associatifs, parfois politiques, dveloppement personnel, formation, apprentissage - certes, avec le revenu dexistence en plus. Finalement, il y a peut-tre beaucoup prendre ou apprendre de nos ans. Articles Page 24 Page 25 ArticleS 1. Numrique : la gnration Y, nouvelle chienlit ? 2. Lauto-entrepreneur, un travailleur de notre temps 2. Lautoentrepreneur, un travailleur de notre temps Aurialie jublin Paru le 17Juin 2013 sur www. fing.tumblr.com le blog de la Fing La mobilisation des auto-entrepreneurs pour la dfense de leur statut a fait un peu parler delle du fait de lutilisation amusante du terme poussin (en rfrence la rcente rvolte des Pigeons) et du hastag #pioupiou. Elle fait en tout cas cho de nombreux concepts identifis au cours des premiers mois de lexpdition Digiwork : individualisation du travail, nouveaux collectifs de travail, nouvelles formes de rmunration, ect. Le statut dauto-entrepreneur (dcri principalement par les artisans du btiment qui y voit une concurrence dloyale), les compagnons du devoir ou lindpendant sont des figures que nous explorons particulirement dans lexpdition Digiwork pour toutes les reprsentations qui les entourent : lautonomie (lindividu est son seul responsable, il ny a, a priori, pas de lien de subordination), la gestion libre de son temps (il choisit quand il travaille, que ce soit dans la journe, la semaine ou lanne), lapprentissage continue (doutils rcents, de nouvelles comptences), la gestion de son employabilit, tout en essayant de renverser les rgles. La fin du travail, annonce par Jrmy Rifkin dans les annes 90, devient de jour en jour une ralit : aprs les emplois des ouvriers, ce sont maintenant les emplois du secteur tertiaire qui sont menacs par lautomatisation et la robotisation. Lindividu doit donc dvelopper de nouvelles activits rmunratrices pour pouvoir continuer vivre. A partir dune comptence, dun savoir-faire, il imagine son emploi, propose une activit, il capitalise des expriences, construit son environnement de travail, il se cre son rseau et va parfois dans des espaces de coworking pour le dvelopper et rencontrer physiquement dautres personnes. Les auto-entrepreneurs partagent un mme statut, mais pas une mme activit (commerce ou services, dveloppeur web ou coach en dveloppement personnel, en passant par fabriquant de bijoux), et cest en a que le collectif des Poussins, leader de la contestation, est un cas intressant de formation dun collectif en ligne dindividualits disparates, qui se sont fdres autour dune cause, coup de ptition et de tweets. Nous Articles Page 26 observons ainsi la cration de nouveaux collectifs, mergeant spontanment, issus dune communaut dintrt installs ou non (il y a quelques annes sortait par exemple le blog lafusionpourlesnuls. compour la mobilisation des employs de la fusion de lANPE et de lAssedic dans Ple Emploi). Enfin, les auto-entrepreneurs encourent les mmes risques : isolement, prcarit, droits sociaux peu nombreux. La limitation des charges sociales octroye aux auto-entrepreneurs pouvait ainsi tre vue comme une compensation la prcarit : Vous ntes pas salari, vous avez une activit rmunratrice limite, des droits sociaux encore plus limits, donc vous payez peu de charges. Or labaissement du plafond de lactivit, quivalent un smic par mois (pour les activits de services), revient une lgalisation de la prcarit : Vous ntes pas salari, vous avez une activit rmunratrice encore plus rduite, des droits sociaux toujours trs limits, mais dbrouillez-vous avec a. Notre propos dans lexpdition Digiwork nest pas de faire lapologie de lautonomie et du libralisme, en prnant que tout le monde doit tre responsable de son employabilit. En imaginant le scnario Tous intermittents, dans lequel lindividu devenait le gestionnaire autonome de son portefeuille dactivits et o les entreprises taient des botes projet dans lesquelles les individus, porteurs de leur savoir-faire, se retrouvent pour collaborer sur une mission, nous mettions en avant la ncessit dinventer de nouveaux modles de solidarit pour pallier les risques de prcarisation des itinraires personnels. La question de la redistribution de la valeur et de la rmunration est centrale : car si le numrique change la manire dont on produit, il change aussi la manire dont on mesure la valeur. Il est mme le support de nouvelles formes de rtribution. Il faut prendre acte du fait que le travail, lactivit slaborent diffremment, et ncessitent de nouvelles redfinitions des solidarits. Pour le moment, nous en sommes encore au dbut de notre rflexion, mais nous esprons pouvoir apporter des pistes daction innovantes sur le sujet dici quelques semaines. Page 27 ArticleS 2. Lauto-entrepreneur, un travailleur de notre temps 3. Le travailleur de demain sera un mouton dix pattes 3. Le travailleur de demain sera un mouton dix pattes Aurialie jublin Paru le 11 Mars 2013 sur www.fing.tumblr.com le blog de la Fing Le numrique a chang lactivit productive et va continuer la faire voluer. Dans un monde de plus en plus informatis, connect, automatis, robotis, lhumain va devoir dvelopper de nouvelles comptences, principalement dans les activits de services. Les 2 tudes reprises ci-aprs (une franaise et une amricaine) ont cherch les dcrire, sans sattacher des activits particulires ou aux possibles mtiers du futur. Dans ltude du CAS et de la DGT sur Limpact des technologies de linformation et de la communication sur les conditions de travail, Yves Lasfargue dcrit les 10 volutions qui modifient les conditions de travail dans la socit numrique (p. 87). Ainsi, le travailleur devra savoir grer : >> les changements permanents (du matriel, des logiciels) >> la numrisation et labstraction (ainsi que la dmatrialisation, les trois provoquant un sentiment de dshumanisation des relations) >> les informations de plus en plus crites (impliquant lexclusion des illettrs) >> linteractivit et linstantanit >> la surabondance des informations >> la logique contractuelle (obligation de suivre des procdures, datteindre des objectifs) >> le temps et lurgence >> lespace et le travail distance >> la vulnrabilit (des systmes complexes fragiliss par les pannes, les attaques, ) >> la traabilit et la transparence Institute for the future a t un peu plus loin en dcrivant les 10 comptences ncessaires en 2020 (jai gard les notions en anglais, car leur traduction nest pas toujours aise en franais). Ces comptences sont les suivantes : >> Sense-making : capacit dterminer le sens profond de ce qui est exprim (diffrencier les homonymes, par ex) >> Social intelligence : capacit se connecter aux autres dune faon profonde et directe, comprendre Articles Page 28 les ractions des autres et stimuler des interactions >> Novel & adaptative thinking : capacit penser et arriver des solutions et des rponses au-del de ce qui est appris par cur ou bas sur des rgles >> Cross-cultural competency : capacit travailler dans diffrents milieux culturels >> Computational thinking : capacit traduire une importante somme de donnes et dinformations dans des concepts abstraits et comprendre un raisonnement bas sur des donnes >> New-media literacy : capacit valuer et dvelopper du contenu qui utilise les nouvelles formes de mdia, et sappuyer sur ces mdias pour une communication convaincante >> Transdisciplinarity : capacit comprendre des concepts venant de diverses disciplines >> Design mindset : capacit reprsenter et dvelopper des taches et des processus de travail pour les rsultats voulus >> Cognitive load management : capacit filtrer linformation par importance, et comprendre comment maximiser le fonctionnement cognitif en utilisant une varit doutils et de techniques >> Virtual collaboration : capacit travailler de faon productive, mener une mission et montrer sa prsence comme un membre dune quipe virtuelle. Une grande partie de ces comptences sont des actions que les robots ne savent pas encore faire. Dans cet article de The Economist, intitul Robocolleague, lauteur conclue en crivant : les entreprises peuvent trouver plus intressant dinvestir dans des technologies qui amliorent la productivit des travailleurs nationaux moins qualifis, en augmentant leurs salaires. Un jour, les robots intelligents pourront changer cette situation. Mais tant que les humains conserveront lavantage de la flexibilit cognitive, les entreprises continueront de tirer parti de travailleurs pleins de bonne volont. Page 29 ArticleS 3. Le travailleur de demain sera un mouton dix pattes 4. Et vous, vous faites quoi ? 4. Et vous, vous faites quoi ? Aurialie jublin Paru le 26 Fvrier 2013 sur www.fing.tumblr.com le blog de la Fing Dans une soire ou sur Twitter, on se prsente souvent en disant o lon travaille et ce que lon fait. : Bonjour, je suis Machin, je suis responsable Bidule chez Truc et compagnie. Lors du 1e atelier de lexpdition Digiwork, une personne avait fait la remarque suivante : Comment on se prsente si on nest plus un mtier ? Les personnes sans emploi peuvent en effet ressentir une gne. Et pourtant sans emploi ne veut pas dire sans activit, cela veut seulement dire sans activit salari. Allez dire aux contributeurs de Wikipedia , aux hommes et femmes au foyer qui soccupent de leurs enfants, ou aux cuisiniers-amateurs-blogueurs-leurs-heures, quils sont sans activit ou quils ne contribuent pas lconomie. Et puis, un mtier, une fonction ne disent pas grand-chose de ce que lon fait au quotidien. Dans un article intitul La fin du travail tel quon le connat, Josh Bersin, un spcialiste des questions RH, propose de remplacer le mot travail (job) par rle et fonction par srie de tches et de spcialits. Le mot rle ma fait spontanment penser lhistoire de JeanPaul Sartre sur le garon de caf, utilise pour expliquer ses concepts dessence, existence et de mauvaise foi. Selon Sartre, le garon de caf en fait des tonnes (Il a le geste vif et appuy, un peu trop prcis, un peu trop rapide, il vient vers les consommateurs dun pas un peu trop vif, il sincline avec un peu trop dempressement, sa voix, ses yeux expriment un intrt un peu trop plein de sollicitude pour la commande du client), car il joue tre un garon de caf, pour se persuader lui-mme quil se confond avec sa fonction, quil est sa fonction. Sartre a pris lexemple du garon de caf, mais il aurait trs bien pu prendre un boucher, un publicitaire ou un manager, chacun jouerait sa fonction. Mais les slashers lont bien compris, ils cumulent les activits et multiplient les opportunits pour vivre plusieurs expriences en une mme journe, appartenir diffrents univers, spanouir dans un domaine qui les passionnent, dvelopper des comptences, nourrir un profil original Freddy Krueger, vendeur de glaces la journe et tueur psycho- Articles Page 30 pathe denfants la nuit, ne dira srement pas le contraire ! Par contre, sur le problme smantique autour des mots travail, activit, emploi, mtier, fonction, rle, je ne suis pas sre quil soit dune grande aide. Page 31 ArticleS 4. Et vous, vous faites quoi ? VEille Page 32 The new artisans network era of the Harold Jarche #Artisan (philosophie) #Ecosystme dactivit #Individu Petit extrait dun article dHarold Jarche qui a fait la mme analyse que Digiwork sur lindividu quip, autonome et connect, lmergence de pratique collaboratives et de collectifs et les nouvelles formes de cration de valeur : Knowledge artisans are amplified versions of their preindustrial counterparts. Augmented by technology, they rely on their networks and skills to solve complex problems and test new ideas. Small groups of highly productive knowledge artisans are capable of producing goods and services that used to take much larger teams and resources. In addition to redefining how work is done, knowledge artisans are creating new organizational structures and business models, such as virtual companies, crowd-sourced product development, and alternative currencies. Chez les intellos prcaires , un travail qui prend tout le temps Lhumanit #Discontinuit du parcours #Temps Confronts la discontinuit des emplois et des activits, subissant pour lcrasante majorit dentre eux linconfort de rmunrations la fois faibles et alatoires, des dizaines de milliers de travailleurs dans les industries dites cratives sont contraints de rester disponibles en permanence. Une ide, un boulot : le garagiste qui apprend ses clients rparer rpartition des richesses produites, devront voluer pour offrir un avenir la troisime rvolution industrielle. franceinfo #Artisan #Individu #Comptence Yann Raguenes, un jeune mcanicien automobile de 27 ans, a ouvert Un garage et vous, Les Sorinires, prs de Nantes, o il met la disposition de ses clients, ses conseils et son matriel. Comment tre heureux au travail en vivant dans un esprit de pauvret? Lexpress #Sens #Valeur La pauvret est combattue comme une source de malheur, mais aussi prsente comme une voie de bonheur lorsquelle touche lesprit et non lexistence matrielle. Philippe Laurent sinterroge sur son sens au travail. Outils sociaux sur lespace de travail Microsoft #Espace de travail #Outils sociaux #Service Microsoft a men une enqute dans 32 pays sur lutilisation des outils sociaux dans lentreprise. Malgr les restrictions de lentreprise et les hsitations du management, les travailleurs veulent utiliser les outils sociaux sur leur lieu de travail, mme si cela signifie dpenser leur propre argent. Aprs Bring Your Own Device (Apportez Votre quipement personnel, en francais), voil le Bring Your Own Service. Le travail disparat, intervention de Paul Jorion Ce soir ou Jamais Quand les robots remplaceront les hommes Economie Matin #Automatisation #Disparition de lemploi #Robot Un court article de Jean-Michel Billaut, gourou de linternet franais, qui a le mrite dextraire les principaux sujets de controverses du scnario de la robotisation massive de nos socits. Lesclave tait le prototype du robot 0.0, le proltaire sa version 1.0, et les robots biologistes constitueront la prochaine tape du robot 2.0. Les modles dinnovation qui supportent la croissance, ainsi que la #Automatisation #Compensation Face laugmentation continue du chmage, il rappelle notamment la proposition du Suisse Jean de Sismondi (1773-1842) selon laquelle tout ouvrier remplac par une machine bnficie dune rente, indexe sur la richesse cre dsormais par celle-ci. After your job is gone TechCrunch Page 33 Veille breux liens, lauteur Jon Evans fait un historique de la disparition du travail, touchant tout dabord les ouvriers du secteur secondaire puis les employs du secteur tertiaire, dans lequel les avocats, financiers et chirurgiens ne sont pas labri. Il imagine ensuite un monde se divisant en deux catgories : une minorit dcroissante de trs riches - les travailleurs des technologies, les barons de la finance, et ceux qui ont hrit leur fortune, pour la plupart - vivant dans une poigne de villes idylliques dgoulinant de richesse, et/ou leur maison dt est proximit des plages, des lacs et des montagnes ... et la majorit qui gagne peu, avec des contrats de travail occasionnels et des petits boulots, trop pauvre pour mme visiter les lieux o les riches vivent, travaillent et jouent. Matthieu ou chronique de la disparition du travail Metis #Contrainte #Disparition du travail #Individu Extrait : Matthieu exprimente lemploi en mme temps que linvisibilit de son travail. Le travail a disparu. Comme dans la publicit, les tches qui lui sont demandes en ont la forme, la couleur mais nen sont pas. Il en a les obligations, les allers retours quotidiens, les horaires, la subordination, lambiance morose, mais il nen a pas les opportunits. Il nen rencontre pas les dimensions expressives que revendiquent mme des salaris plus modestes des caisses de grande distribution. Il narrive pas se sentir utile, il ne participe pas un collectif, il nest pas autonome et il ne voit rien dintressant dans ce quil a faire. Identit professionnelle : un mtier et beaucoup plus Cursus #Disparition du travail #Activit #Emploi #Identit #Individu Illustrant son propos par de nom- Que faites-vous dans la vie ? Lindividu au travail cette question banale, on rpond le plus souvent en donnant le nom de son mtier, ou de sa fonction dans lentreprise qui nous emploie. Mais que rpond-on lorsquon est sans emploi ? Sans emploi et trs investi dans une ou plusieurs activits ? Que rpond t-on lorsquon occupe plusieurs emplois ? Lors que son emploi ne correspond aucun nom habituel ? Que lon occupe un emploi alimentaire mais que lon construit ct une expertise passionnante ? Quest-ce que le nouveau CDII ou CDI intermittent ? Andre Gorz YouTube #Artisan #Individu #Travail (concept) Le travail est une invention du capitalisme industriel. Durant lantiquit, le travail ne se droulait pas dans la sphre publique. Les femmes travaillaient (ou sinon les esclaves), les hommes faisaient de la politique. Le travail tait mal vu. Pour Max Weber, au Moyen-ge il ny avait pas de travail mais des besognes, des peines, des labeurs (paysans), et des uvres (des artisans). Democratie & Socialisme #Contrat #Temps Le CDII ou contrat dure indtermine intermittent est, de fait, une sorte de contrat temps partiel annualis : le salari va alterner des priodes travailles et non travailles, et sa rmunration sera lisse sur lanne : comment payer quatre mois de travail en douze fois ? Il sera ouvert aux entreprises de moins de 50 salaris (dans un premier temps dit exprimental ). Apprendre entreprendre dans un monde en rseau Email : Not Dead, Evolving Harvard Business Review #Email #Infographie #Outil Le HBR a men une enqute en 2012 auprs de 2.600 travailleurs aux tats-Unis, Royaume-Uni et en Afrique du Sud qui utilisent lemail quotidiennement. Les rsultats indiquent que lemail nest pas mort (les gens passent la moiti de leur journe de travail les traiter), mais quil a volu. Il est devenu une archive consultable, la source de la responsabilit dun manager, loutil de collaboration le plus efficace des travailleurs, un moyen davoir de linformation, ... Cursus #Automatisation #Robot Les applications numriques ont beau nous rendre la vie plus simple et plus excitante au quotidien, force est de constater aussi quelles ont dtruit un nombre considrable demplois. Grosso modo, toutes les tches routinires qui pouvaient tre programmes et automatises lont t ou sont en passe de ltre. Des robots et des logiciels remplacent les travailleurs dans de multiples domaines; le mouvement, qui a touch en premier lieu les processus industriels, sest rapidement tendu au procs des services. Il touche dsormais les professions intellectuelles dites suprieures. Pour un Google Now du poste de travail Bloc-notes de Bertrand Duperrin #Espace de travail numrique #Outil Alors que les outils grand public envahissent le bureau et que lon croule sous les informations, lauteur pense que lapplication Google Now, service prdictif qui pousse lutilisateur, sans quil nait rien demand, les informations dont il a besoin quand il en a besoin, va devenir indispensable sur le poste de travail. Par exemple, un commercial pourrait recevoir linformation selon laquelle il devrait tout de suite se mettre en route, vu les em- VEille Page 34 Lindividu au travail bouteillages, ou des donnes du CRM quand il est chez un client. Une vision de la formation tout au long de la vie en Europe pour 2030 Missing Out/Peur de rater quelque chose) est le nouveau mal des employs hyper connects, mais qui ne se limite pas pour autant la sphre professionnelle. Il est souvent li au FONK (Fear Of Not Knowing/Peur de ne pas savoir). Email : combien de temps encore ? formation-professionnelle.fr #Comptence #Espace de travail numrique Au-del de la question de la formation, larticle aborde une thmatique traite dans Digiwork, celle de lenvironnement de travail, dans lequel la dmonstration des comptences et des aptitudes sera prfre aux diplmes ; la performance des employs sera mesure et quantifie en continu au travers de systmes de mesures numriques ; les limites du public/priv, professionnel/ personnel, bureau/domicile, rel/virtuel, formel/informel seront confuses, ... LinkedIn wants to be your personal assistant with new Contacts app Los Angeles Times #Application #Rseaux sociaux Comme un assistant personnel virtuel, la nouvelle application, baptise LinkedIn Contacts, runit dans un seul endroit les informations de contacts des divers e-mails, le calendrier de lutilisateur et ladresse des services dannuaire. Il met galement automatiquement jour les informations des contact chaque fois quil y a un changement, que ce soit dans le Google de lutilisateur ou dun compte Outlook. Sont inclus dans ces informations les dtails de conversations et de runions passes que vous avez eues avec le contact. Rialland, matre de confrence Sciences-Po Paris, consultante en gestion de linformation dans lentreprise, pour Comprendre et matriser la dferlante dinformations. Les agences demploi : 16 millions de missions dintrim ... en autres France Culture manpowergroup Peut-on se passer de lemail ? 500 milliards de mail sont envoys chaque jour dans le monde. Cr il y a 30 ans, ce moyen de communication a conquis le monde, individus et entreprises. Plus que jamais utilis, lemail est aussi plus que jamais remis en cause. Une mission produite par Telecom EM, et couter sur le MOOC de France culture. #Intrim #Parcours professionnel En 2012, aprs deux annes de redressement, lemploi intrimaire a chut de 11,6%. Mais le travail temporaire demeure un vecteur daccs lemploi, souligne le Prisme (Professionnels de lintrim, services et mtiers de lemploi) dans son bilan annuel. Surtout, les agences demploi saffirment comme un acteur de rfrence de la scurisation des parcours professionnels et de la ractivit RH. 8 atouts des candidats ayant men une reconversion professionnelle Itaquecoaching.com #Employabilit #Parcours professionnel #Reconversion Les itinraires bis de la vie professionnelle ont beau tre en passe de devenir la norme, les recruteurs frileux continueraient camper dans les ides reues sur lemployabilit des personnes au parcours atypique. Et entre autres celle des candidats ayant chang de mtier. Pourtant, ils ont dautant plus datouts quils on suivi ce parcours difficile. #Email #Outil #Radio Jobs in the Future Wagepoint.org #Comptence #Mtier De nombreuses fonctions nexistaient pas dans lentreprise il y a 10 ans, (dveloppeur dapplication, social media manager, expert en dveloppement durable, designer orient usage, ...), cette infographie propose 10 nouveaux mtiers en 2030 (manager davatars, architecte digital, nano mdecin, ...) et les 5 comptences dvelopper (esprit critique, rsolution de problme, crativit, esprit dentreprenariat, culture numrique). Infobsit, le mal du sicle Viuz.com FranceTVInfo #Souffrance #souffrance #Vido Le syndrome de FOMO (Fear Of Les conseils de Caroline Sauvajol- Veille Lindividu au travail pas que les seniors ou les personnes peu qualifies. Quels seront les mtiers de demain ? Mode(s) demploi #Comptence #Info pratiques #Mtier Liste de quelques guides pratiques consulter en ligne gratuitement sur les nouvelles comptences, les mtiers cadres en mergence, les mtiers des jeux vidos, ... Fidbacks, le profil de confiance Le blog de collaborative la consommation #Ecosystme dactivit #Rputation #Service Lanc en janvier 2013, le site Fidbacks permet ses membres de crer et partager un profil agrgeant lensemble des commentaires quils ont reus sur les diffrentes plateformes dchanges entre particuliers quils utilisent (Airbnb, Buzzcar, Couchsurfing, Blablacar, Deways, eBay, Etsy, Priceminister, VadrouilleCovoiturage, Zilok ...). Ainsi, grce Fidbacks, un nouveau membre sur un site pourra attester de sa rputation complte agrge et certifie par Fidbacks directement sur son profil et ce ds le premier jour. In a hyper-connected world it is healthy to disconnect Lobsolescence (programme) de nos comptences : la course contre la montre pinterest ManpowerGroup Une infographie sur la dconnexion volontaire pour bien profiter de ses vacances... pour celles et ceux qui en auront. #Comptence Fomo, nouveau mal du sicle Page 35 Rsultats de lenqute du Centre europen pour le dveloppement de la formation professionnelle (CEDEFOP) sur la perte, le vieillissement ou linadaptation des comptences, phnomne qui ne concerne #Dconnexion #Souffrance Le travail peut-il nouveau nous faire vivre ? RH Info #engagement Les contextes qui permettaient une personne de trouver une raison stable pour simpliquer dans son travail sont en grande partie rvolus. Les comportements cyniques en matire sociale ont fait tomber les illusions. Dossier Real Humans Slate #Robot #pop culture Arte diffusait le mois dernier la srie Real Humans, racontant la cohabitation, plus ou moins facile, entre les humains et les hubots (robots visage humain qui aident au quotidien les humains). Relations humain-hubot, activistes anti-hubot, discrimination envers les hubots, hubots se battant pour leur libert, ... les thmes abords par la srie sont nombreux et Real Humans apportent donc un clairage intressant sur la thmatique Robot/ Humain. Erik Brynjolfsson : La solution pour la croissance ? Faire la course avec les machines.... Ted #video Alors que les machines sapproprient davantage de travail, beaucoup se retrouvent sans emploi ou voient leurs augmentations de salaire sans cesse repousses. Est-ce la fin de la croissance ? Non, selon Erik Brynjolfsson - ce sont simplement les difficults grandissantes dune conomie radicalement rorganise. Un cas fascinant qui expose pourquoi les grandes innovations sont devant nous... si nous considrons les ordinateurs comme faisant partie de notre quipe. Page 36 Page 37 3. Nouveaux collectifs, nouveaux managements ARTICLES 38/51 VEILLE 52/55 Lhyperconnexion des individus au travail et leur mise en rseaux modifient la manire dont les collectifs productifs - inventifs se forment. Les frontires inter-services, ou internes-externes lorganisation se diluent. Les collectifs se structurent autour de valeurs, denjeux et de finalits partags. Ils articulent rseaux physiques et rseaux numriques. Cela en appelle de nouvelles formes de management des quipes et des projets, de nouvelles reprsentativits des collectifs ; et ouvre aussi sur de nouvelles formes de mobilisation-revendication. Articles Page 38 Page 39 ArticleS Les entreprises se transforment pour survivre >> Ce qui ressort des tmoignages des chefs dentreprises et chercheurs runis par la Fing, cest que les rponses sont trouver dans la souplesse et louverture : 1. Le futur du travail dans lentreprise (1/2) : lagilit ou le nant ? Equipe des ateliers de lemploi, Manpower Paru le 10 Juillet 2013 sur Le numrique dstabilise les entreprises parce quil acclre un double-mouvement qui brouille ses frontires : >> les usages privs ont volu de manire fulgurante et simmiscent dans lentreprise au point de remettre en cause ses codes hirarchiques en particulier ; >> dans le mme temps, le modle tayloriste dprit, les relations de travail vie nexistent plus et les collaborations ponctuelles se multiplient : les collectifs dhier ont mut, et le concept mme de salariat au cur de tout ldifice du travail, en France en particulier devient flou. internetactu.net le mdia de la fing A ces deux questions dterminantes de lavenir du vivre ensemble dans le collectif quest lentreprise, lexpdition Digiwork de la Fing a tent dapporter des lments de rponses lors de Futur en Seine 2013. Quel modle dorganisation les entreprises peuvent-elles adopter alors que le numrique permet chaque salari de transformer son rapport de pouvoir lentreprise ? Lindividu au pouvoir signe-t-il la mort de lentreprise ? Aprs lre industrielle qui faisait du salari un subordonn stricto sensu, simple excutant, on assiste au retour de lindividu dans lentreprise, et avec lui dune certaine confusion entre vies prive et professionnelle et/ou publique. Ce phnomne ne se cantonne pas au travail, ce sont tous les citoyens qui subissent une injonction sociale lindividualisation, estime Anne-France Kogan, enseignant-chercheur lEcole des Mines de Nantes. Aujourdhui, lautonomie devient une valeur cardinale et lindividu doit tre responsable de ses choix, en substance. Le numrique incarne autant quil acc- lre radicalement le processus : les salaris font entrer leur tlphone mobile, tablette ou ordinateur portable dans lentreprise, leurs rseaux de connaissances professionnelles et daffinits personnelles sentremlent, leurs passions se conjuguent au travail collectif, leurs talents et crativits doivent fonctionner ensemble lre de linnovation In fine, lentreprise aujourdhui doit grer autant de qutes du bonheur quil y a dindividus en son sein. Car dans une conomie dont la crativit est le moteur, le gnie de chacun tout comme sa relation au collectif sont dterminants : la prise en compte de lindividu dans toute sa complexit, intime comme sociale, est une donne tout fait nouvelle dans les entreprises ! Plus prosaque, lexemple de lutilisation professionnelle de son tlphone ou ordinateur portable personnel (phnomne connu sous lacronyme Byod, pour Bring your own device), qui pose dimportants problmes de scurit des donnes et de compatibilit logicielle, est typique des transformations actuelles : o se situe la frontire entre travail et activit personnelle, activit associative, temps libre ? Comment dcompter le temps de travail quand on peut traiter la demande dun client dans les transports en commun et pendant les vacances ? Comment faire vivre un collectif quand le lieu de travail perd de sa signification (cest la question qui a conduit Marissa Mayer dcider linterdiction du tltravail chez Yahoo) ? Ces questions sont plus quessentielles, elles sont existentielles : Comment les entreprises pourront-elles survivre dans leur forme actuelle, alors que tous les fondements de leur existence moderne sont saps ? Sauront-elles se montrer suffisamment agiles pour se rinventer ? >> un management qui cherche plus stimuler et accompagner qu imposer, ce qui se concrtise par exemple par un accompagnement plutt quune interdiction du Byod ; >> un fonctionnement en entreprise tendue qui se diffuse : au cur de la russite de Poult, ce modle partenarial destin favoriser la ralisation de projets est aujourdhui revendiqu par des grandes entreprises dans leur relation avec leur cosystme de PME sous-traitantes ; >> une organisation qui brise les silos, cherche favoriser le travail en mode start-up et stimule l intrapreneuriat (concept qui veut que le salari soit un entrepreneur lintrieur de lentreprise); >> des entits qui deviennent apprenantes, en crant notamment leurs propres universits. Face aux mutations numriques, Nathalie Andrieu, directrice gnrale en charge du numrique au Groupe La Poste na eu dautre choix que de revoir son modle conomique, son organisation et son fonctionnement. Elle explique ainsi que son entreprise cherche aujourdhui valoriser, parmi ses salaris, quatre traits de caractre propres aux entrepreneurs : >> 1. got du risque ; >> 2. non conformisme ; >> 3. capacit dorganisation et efficacit personnelle ; >> 4. capacit se remettre en cause. Lentreprise tendue prend corps grce au numrique Elle prconise dadopter le modle de lentreprise tendue, qui fonctionne en cosystme en intgrant ses sous-trai- 1. Le futur du travail dans lentreprise (1/2) : lagilit ou le nant ? tants et tous les acteurs dun projet : On doit travailler ensemble, faire cooprer start-ups et grandes entreprises, au lieu de les opposer. Une entreprise comme La Poste a besoin dtre bouscule par des startups qui remettent en cause les habitudes, les rythmes, reconnat-elle. Ce nest que comme a que la France pourra reprendre un temps davance. Ceci tant dit, larrive de lextrieur dans lentreprise et la prise de pouvoir dindividus qui y font entrer leur vie prive via les appareils numriques (le fameux Byod), pose un dfi de taille aux responsables informatiques : comment viter lanarchie ? Comment viter de perdre le contrle, avec tout ce que cela implique en termes de scurit des informations confidentielles notamment ? Pousss par la dmocratisation des usages privs (la consumrisation de lIT, cest--dire des technologies de linformation, le fait que des produits initialement conus pour un usage domestique soient adapts au march professionnel), les employs construisent peu peu un Shadow IT une informatique parallle o chacun amne et utilise loutil quil prfre, en contournant la norme. Une telle fronde douce, sans revendication, est une nouveaut pour les entreprises ! Pour Philippe Bletterie, responsable du management chez Alcatel-Lucent, lalternative est claire : soit la patrouille sadapte, soit non, et on travaille moins bien, dans de moins bonnes conditions. Sans accompagnement des usages, le mal-tre guette ; plus fondamentalement, au-del des risques psycho-sociaux, il sagit selon lui de savoir intgrer le nouveau capital apport par lindividu au lieu de verrouiller les accs. Ladaptation dAlcatel-Lucent cette nouvelle ralit du travail sest traduite par llaboration dun nouveau cadre favorisant la fois lautonomie et le partage, avec notamment une bibliothque dapplications professionnelles que chaque collaborateur choisit selon ses propres besoins et, surtout, la cration dun Youtube dentreprise accessible distance. Baptis OpenTouch Video Store, cette plateforme concrtise la notion dentreprise tendue en permettant aux collaborateurs, fournisseurs, 1. Le futur du travail dans lentreprise (1/2) : lagilit ou le nant ? clients et partenaires dAlcatel-Lucent de partager des documents vido en lien avec leur activit sans aucun matriel ni logiciel spcifique requis. Une solution collaborative qui fluidifie la communication de lentreprise avec toutes ses parties prenantes, valorise lapport de chacun et stimule lchange, tout en faisant confiance lauto-rgulation sans pour autant sacrifier la matrise des donnes. Quand les usages et linnovation font la loi, le management se rinvente Corollaire de ce changement, llaboration dun outil numrique en entreprise ne se fait plus en top-down aujourdhui : ce nest plus la Direction qui dcide et les salaris qui appliquent, notamment parce que les usages individuels ont pris une telle place dans la vie de chacun que lentreprise perdrait normment de temps, dnergie et dargent en cherchant les contrer. Le DSI (Directeur des systmes dinformation) voit son rle stratgique voluer, il sancre dans le business en offrant des solutions mme daugmenter la productivit et devient force de proposition pour assurer une politique numrique en phase avec les usages. Pour satisfaire au mieux aux prfrences de chacun, les exprimentations et dveloppements par itration se multiplient, qui facilitent les ractions rapides et flexibles au changement, autorisant les tests et les retours en arrire. Le but : amliorer le bien-tre au travail tout en stimulant linnovation. Autre exemple encore avec Poult, leader de la biscuiterie (1/5e des biscuits vendus en France), qui connat une croissance annuelle deux chiffres souvent suprieure 20%. La recette de Laurent Nol, son responsable R&D et Innovation : librer les initiatives, notamment en instaurant un leadership tournant pour viter que ne se cristallisent des lieux de pouvoirs, et ainsi challenger sans cesse la crativit de ses quipes le tout accompagn dune communication intensive et transparente (transmission de tous les comptes de rsultats) ainsi que dune politique de formation toffe. Chez Poult, le postulat de lempowerment des salaris consiste en la dhi- Articles Page 40 rarchisation, la suppression des strates et des postes de contrle deux chelons hirarchiques ont dj disparu. Plutt que dinterdire, le rle des managers et des responsables des ressources humaines de Poult est donc de dfinir le sens et les objectifs du travail, en aidant lindividu se responsabiliser, en librant leurs capacits dinnovation. Au sein de cette biscuiterie, les employs sont des intrapreneurs et sinscrivent dans un vritable cosystme : participation aux ples de comptitivit, cration dincubateurs internes (structures dappui au dveloppement de projets innovants), etc. Vers lentreprise-artiste, royaume des dviants ? Poult est-elle pionnire ? Quel sera le modle de demain ? Quelle mythologie remplacera celle, moribonde, des merveilles de lindustrie ? Cest la question essentielle, selon Armand Hatchuel, professeur titulaire de la chaire thories de la conception de lEcole des Mines, coauteur de Refonder lEntreprise (qui lui a valu plusieurs prix littraires, dont celui de la Fondation ManpowerGroup pour lemploi) et pilote du projet de recherche Lentreprise, formes de la proprit et responsabilits sociales au Collge des Bernardins. Le processus dinnovation est aujourdhui le mme que celui de la cration artistique, assne-t-il. Pour lui, la mutation de La Poste relve de cette dmarche : Je ne suis plus ce que vous pensez que je suis !, proclamerait lentreprise auprs de ses parties prenantes. Henri Seydoux, PDG de lentreprise de systmes et kits mains libres Parrot, abonde dans son sens : lentreprise daujourdhui est un monde de saltimbanques, sur le modle de la Sillicon Valley. Elle sappuie sur des cratifs, dont la valeur ajoute repose avant tout sur la capacit dtonnement et penser contre la norme. Pour lui comme pour Armand Hatchuel, la rticence des Franais au changement viendrait du fait que les fondations du travail sont ancres dans nos imaginaires collectifs comme si elles taient par nature immuables. Pour Armand Hatchuel : Les termes inno- Page 41 ArticleS vation et entreprise sont historiquement ancrs, idologiss ! Le modle dinnovation qui sest impos est celui issu de la science. Connu de tous, il est aujourdhui satur. Henri Seydoux estime pour sa part que la planification qui a fait la gloire de lindustrie est dpasse. Pourtant, on ferait comme si elle pouvait encore avoir cours aujourdhui, et ce mensonge serait destructeur pour laventure humaine quest lentreprise : il est difficile de faire fonctionner des collectifs fonds sur des leurres !. Dans un monde dincertitude, un business plan doit tenir en une demie-page et les spcifications logicielles (cest--dire lensemble explicite dexigences satisfaire par un produit) seraient bannir parce quelles font croire en la possibilit de totalement matriser le futur : elles transmettent une croyance dans un monde idalis ; au final, elles induisent en erreur. En somme, lentreprise doit retrouver sa raison dtre : crer !, rappelle Henri Seydoux. Devoir dgager des bnfices, cest sa contrainte, pas sa gloire. Pour Armand Hatchuel aussi, le seul salut de lentreprise, aujourdhui, rsiderait dans son basculement ontologique : Lentreprise du futur doit protger le dviant, car cest le dviant qui innove et qui est capable de crer de la rationalit dans linconnu. Pour pousser ce changement, le chercheur propose deux options : >> Refondre les cadres lgaux, car notre code du travail (1891) serait obsolte et alimenterait des archasmes structurels. Et de proposer un modle : la Flexible purpose Corporation cre en Californie (Etats-Unis). Alors que la loi amricaine impose aux dirigeants dentreprises de poursuivre un objectif unique (maximiser la performance de lentreprise dans lintrt des actionnaires), ce nouveau statut permet dlargir la mission principale de lentreprise et dviter que la maximisation du profit des seuls actionnaires en soit lunique horizon. >> Redfinir le gouvernement de lentreprise, le management, pour le rendre authentiquement horizon- 1. Le futur du travail dans lentreprise (1/2) : lagilit ou le nant ? tal et transformer les managers en accompagnateurs du changement. Peut-tre mme jusquau point de virer tous les chefs, comme le prconise le gourou du management Gary Hamel. Hors de lagilit, point de salut ? La confrence Entreprise du futur lors du Futur en Seine 2013 par lAtelier de lemploiSi les entreprises cherchent anticiper et accompagner les bouleversements de leurs fondations, cest parce quils remettent en cause leur existence mme. Comme lexplique Daniel Kaplan, dlgu gnral de la Fing, elles doivent toutes prendre conscience, aujourdhui, de la ncessit dvoluer en profondeur si elles veulent viter que ne surgissent des places Tahrir dans les entreprises. Reste, quau bout de ce tunnel de linconnu que lagilit reprsente, il pourrait y avoir la lumire. Pour clore une confrence passionne sur lentreprise du futur, qui a donn lieu de nombreux questionnements sur lavenir de la croissance, Philippe Lemoine, prsident de la Fing, a rappel que, en 1870, tous les acteurs dune socit genoux et bout de souffle se sont mis dpasser leur rle pour trouver une voie de renchantement et accder la modernit. Rsultat : en 1889, la tour Eiffel symbolisait le renouveau franais lors de lExposition universelle de Paris. En quinze ans, on reprend la main sur le futur !, senthousiasme Philippe Lemoine. Un mot dordre, donc, pour que les entreprises et tous leurs collaborateurs participent activement la rcriture dun destin commun : agilisez-vous ! LAtelier de lemploi Latelier de lemploi est un blog de tendances, dcryptages, analyses et solutions pour lemploi dit par Manpower Group. Ce double compte rendu des ateliers et confrences portant sur lavenir du travail organiss dans le cadre de Futur en Seine 2013 est publi en partenariat avec lexpdition Digiwork de la Fing. 2. Les outils numriques vecteurs dinnovations sociales ? 2. Les outils numriques vecteurs dinnovations sociales ? Julien camacho Paru le 02 Avril 2013 sur fing. tumblr.com le blog de la Fng Le colloque co-organis par la DIRECCTE IDF, la DGT et la FING le 12 mars dernier proposait un tour dhorizon des transformations du travail lies au numrique, constitu dinterventions de professionnels et dexperts ponctus de tables rondes. Le dbat souvrait sur les risques et les opportunits que ces volutions impliques pour les conditions de travail de demain. Vous trouverez le compte-rendu de ces changes sous la forme de 4 articles libres - analysant les propos des intervenants et les ractions-questions du public. Voici prsent ici le premier de cette srie darticles portant sur la premire table ronde et runissant les participants suivants : >> Philippe Vogin, Groupe Renault >> Jrme Introvigne, Groupe Poult >> Olivier Jouan, Scop Port-Parallle >> Michel Lallement, CNAM Le thme de la table ronde inaugurale portant sur le renouvellement du cadre de travail tait loccasion de questionner lintgration des outils numriques dans la sphre professionnelle. Les expriences relates par les organisations prsentes (de grande ou de petite taille, ancienne ou mergente) mettaient jour des approches trs diffrentes o le numrique tait tantt le vecteur, tantt le porteur de nouvelles aspirations au travail. Les reconfigurations luvre dans le travail et son organisation ouvraient sur un questionnement plus large se rapportant aux enjeux socio-conomiques quimpliquent la diffusion et la dmocratisation des TIC. Les entreprises intgrent et sapproprient de manire diffrencie, selon leur typologie, les outils numriques. Un groupe industriel de la taille de RENAULT nvalue pas les opportunits et les risques que reprsentent les TIC comme peut le faire une Cooprative dActivit et dEmploi - SCOP de 150 collaborateurs, ou la biscuiterie POULT qui emploie 1300 personnes. Les trois premires interventions se prsentaient donc comme des Articles Page 42 exemples saisissants de la manire dont des collectifs de tailles et de formes diffrentes sapproprient les TIC dans leur environnement de travail. Philippe Vogin, responsable des conditions de travail du groupe Renault a dress le bilan de la rflexion interne que la diffusion progressive du tltravail avait gnre chez RENAULT. Lapproche se focalisait en priorit sur les consquences de lutilisation croissante des TIC sur la sant au travail, et voquait la ncessit den cadrer les enjeux juridiques et managriaux, de stabiliser un rapport vie prive/vie professionnelle en tension, et daccompagner au plus prs les situations de tltravail. Olivier Jouan, grant de la Cooprative dactivit et demploi Port Parallle, mettait en avant les possibilits de gestion souple et dmocratique quautorisent les TIC pour le modle entrepreneurial coopratif. La mutualisation des services mtiers aux cooprateurs (i.e. membres de la scop), et la collaboration distance savrent indispensables pour rendre oprantes les valeurs du collectif et le partage des responsabilits. Pour O. Jouan, la perspective dune conomie de la contribution, laquelle les principes coopratifs correspondent, est rendue envisageable par la diffusion des TIC. Le groupe POULT apparaissait comme la synthse dune entreprise industrielle et dune forme dorganisation souple et horizontale. Les cadres traditionnels sont largement remis en question ici : lentreprise est vue comme une plateforme dinnovation et les outils numriques comme solutions pour parvenir instaurer un systme participatif damlioration continue et dintelligence conomique. Les rflexions menes sur les capacits dadaptation du groupe dans un contexte conomique concurrentiel fort ont t loccasion de remettre plat lorganisation du travail. Les choix du dcloisonnement des silos fonctionnels, de la dhirarchisation et de la dmocratisation des processus dcisionnels, de lautonomisation des oprateurs, refltent la logique dune dmarche dhyper-innovation dorganisation et de Page 43 ArticleS 2. Les outils numriques vecteurs dinnovations sociales ? production. Enfin, loccasion dune prsentation sur les fonctionnements des Hackerspaces ou FabLab[1] vritables espaces dinnovations sociales et technologiques -, le sociologue du travail Michel Lallement est revenu sur les origines de ces lieux, la source de lutopie numrique[2]. On peut considrer en effet que les premires expriences de bricolage informatique au fond des garages - la faon de Steve Jobs - qui se sont dveloppes en Californie partir des annes 70 sont fondatrices de lidologie de ces nouveaux lieux de production. Or ce sont des espaces physiquement situs (on sort de la mythologie de la dmatrialisation) exprimentant des formes de partage des savoirs, dauto-fabrication numrique, et de production flexible personnalise, rendues envisageables par les TIC. Le sociologue met en exergue les enjeux du travail du point de vue des valeurs hackers, que sont le plaisir au travail, lefficacit (hack en anglais signifie la fois un geste simple et efficace), et la vision de lacte de travail comme uvre ou ouvrage dart (la distinction entre lartiste et lartisan sestompe). Il nous rappelle notamment que lapparition de ces initiatives aura t le lieu des premires tensions entre lexploitation marchande des TIC et le dveloppement dune communaut du libre. On voit que le sujet linclusion des TIC dans les modes de travail, tout en nourrissant les rflexions sur les conditions pratiques de leur diffusion et de leur utilisation, ne laisse pas de questionner, un niveau plus gnral, les tendances productivistes de nos socits et lorganisation du travail quelles engendrent. Loutil numrique apparat comme le catalyseur de nouvelles aspirations individuelles et collectives dans le rapport au travail. Retrouvez les articles relatant la suite des dbats cette semaine sur le rseau social de la fing. >> [1] Voir louvrage de Fabien Eychenne, aux ditions FYP la fabrique des possibles : Fab Lab : Lavant-garde de la nouvelle rvolution industrielle >> [2] Voir louvrage de Fred Turner, aux ditions C&F Aux sources de lutopie numrique : De la contre-culture la cyberculture, Stewart Brand, un homme dinfluence - http://cfeditions.com/Turner 3. Productivit ou innovation, faut-il choisir ? 3. Productivit ou innovation, faut-il choisir ? aurialie jublin Paru le 27 Fvrier 2013 sur fing.tumblr.com le blog de la Fng On sait bien que linnovation et les progrs techniques ont permis daugmenter la productivit des salaris au cours de sicles passs. En posant la question Productivit ou innovation, faut-il choisir ? , je fais rfrence la publication sur All Things D dun mmo interne du responsable RH de Yahoo, qui a jet un froid chez les adeptes du tltravail. En effet, partir de juin, il est demand tous les travailleurs distance de rintgrer les bureaux de Yahoo pour permettre aux salaris dtre physiquement tous ensemble, mais aussi parce que la rapidit et la qualit sont souvent sacrifies quand nous travaillons de la maison (certains voient dans cette annonce, un moyen de provoquer un certain nombre de dparts, qui ne seront pas appels licenciements). Comme le rappelle un article du New York Times, Google et Facebook ne gnralisent pas le tltravail mais le permettent au cas par cas. Ils prfrent en effet garder captifs leurs salaris sur leurs lieux de travail, en leur fournissant plusieurs services utiles et/ou ludiques (nourriture gratuite, salle de sport, ), permettant ainsi les interactions et les expriences entre les salaris, souhaites par la direction de Yahoo : Certaines des meilleures dcisions et ides viennent des discussions dans les couloirs et la caftria, des nouvelles rencontres et des runions improvises. Mais le New York Times pose bien la question induite par cette dcision (whether the ability to work from home, and other flexible arrangements, leads to greater productivity or inhibits innovation and collaboration) : la possibilit de travailler la maison, et les autres arrangements flexibles, mnent-ils une plus grande productivit (du fait dune meilleure concentration, de la non perte de temps dans les transports, dune meilleure gestion de ses temps professionnels et personnels) ou bien freinent-ils linnovation et la collaboration ? Cest vrai que seul chez lui, le salari pourra difficilement participer au tournage de la version Harlem Shake de Articles Page 44 son organisation, ce grand moment de crativit et de partage qui a remplac le ringard Lip dub. Mais finalement, la principale crainte de nombreux employeurs envers leurs salaris tltravailleurs est souvent que ces derniers se la coulent douce, regarder tous les Harlem Shake du monde. Or, un salari qui a dcid de ne pas travailler saura parfaitement le faire en tant dans les locaux de son organisation (Absolument d-bor-de de Zo Shpard en est un exemple). Tout nest quune question de confiance entre le salari et son employeur. Mais cest plus facile dire qu mettre en place Bon, moi, maintenant, je vais finir de lire ce trs instructif Dilbert ;-) Page 45 ArticleS 3. Productivit ou innovation, faut-il choisir ? 4. Les donnes : quels effets sur le monde du travail ? 4. Les donnes : quels effets sur le monde du travail ? rafael millan Paru le 03 Avril 2013 sur fing. tumblr.com le blog de la Fng Le colloque co-organis par la DIRECCTE IDF, la DGT et la FING le 12 mars dernier proposait un tour dhorizon des transformations du travail lies au numrique, constitu dinterventions de professionnels et dexperts ponctus de tables rondes. Le dbat souvrait sur les risques et les opportunits que ces volutions impliques pour les conditions de travail de demain. Vous trouverez le compterendu de ces changes sous la forme de 4 articles libres - analysant les propos des intervenants et les ractions-questions du public. Voici le troisime sur la thmatique Lentreprise et ses salaris face au dferlement des donnes : un modus vivendi est-il possible ?, dont les intervenants taient : >> Daniel Ratier, DGT >> Franois Bancilhon, Data Publica >> Sophie Vullier-Tavernier, Cnil >> Georges Epinette, CIGREF, Groupe Les Mousquetaires Une consquence directe de linformatisation des entreprises est que nimporte quelle organisation produit, stocke, rcolte un trs grand nombre de donnes pouvant potentiellement aider mieux comprendre son activit. Cette deuxime partie du colloque avait pour objectif danalyser limpact de ce dferlement de donnes sur le monde professionnel. Au cours des changes est apparue trs vite une tension entre le potentiel des donnes en termes danalyse et performance, et des inquitudes concernant la vie prive, la gouvernance des donnes et lidentit des individus. Comme la expliqu Franois Bacilhon, fondateur de la Start-up Data Publica, la donne a de plus en plus de volume, de vitesse et de varit. Cela gnre de nouveaux besoins en termes de traitement de ces donnes, et donc de nouveaux mtiers. En effet, les datas ont un norme potentiel. Plusieurs cas ont t exposs pendant la table ronde. Par exemple, les donnes des moteurs de recherche peuvent aider prdire le taux de chmage avant mme que les chiffres officiels ne soient publis. Ou bien, les grandes surfaces peuvent utiliser les donnes afin de prdire des Articles Page 46 comportements trs prcis sur leurs consommateurs. Mais cela nest pas sans soulever aussi un certain nombre de problmes. Pour Georges Epinette directeur des systmes dinformations du groupe Des Mousquetaires et membre du CIGREF, lutilisation des donnes doit tre quilibre, cest--dire que la performance pouvant tre apporte par les donnes ne doit pas tre un prtexte pour justifier tous les usages. En effet, la donne est soumise des enjeux juridiques, de gouvernance, de responsabilit et de protection des donnes personnelles. Sophie Vuiller-Travernier directrice de la prospective la CNIL sest questionne quant la prservation de lhumain dans lutilisation des algorithmes prdictifs ou de prise de dcision. Il est possible, par exemple, de se faire refuser un prt daprs une analyse algorithmique (crdit scoring). A cela, Franois Bacilhon a prcis quil tait possible de documenter, auditer ou corriger des algorithmes, diffrence de certains critres humains de prise de dcision, impossibles analyser cause de leur subjectivit. La question de lusage des donnes dans et par lentreprise recouvre des problmatiques larges et complexes, qui ne doivent pas tre prises seulement sous langle de la rgulation, des restrictions. Le ple dinnovation et prospective de la CNIL a justement pour but danticiper et de comprendre les transformations numriques dans leur dimension actives et pro-actives. En ce qui concerne la donne, la Cnil na pas encore pris de position tranche. Elle remarque, cependant, une augmentation des plaintes dans le monde professionnel : 6 000 par an, soit une croissance de 10 15 %. En premier rang se situent les plaintes sur la vido-surveillance (donc pas ncessairement lies la data telle quon la entend dans ce colloque). Cependant, en 2e et 3e place on retrouve les plaintes concernant la golocalisation et le droit daccs aux dossiers des entreprises ; on voit donc que les donnes font partie des inquitudes des salaris. Page 47 ArticleS Grce aux tmoignages apports pendant cette table ronde, on identifie un enjeu essentiel dencadrement et de protection de certains principes de vie prive et didentit humaine, tout en valorisant la capacit des donnes dassister les entreprises dans la comprhension des comportements lis son activit conomique. Ces enjeux pourraient redoubler aussi face au dveloppement des interfaces sensorielles et la sophistication des interfaces hommemachine ou cerveau-machine. Si la plupart de ces outils sont encore en phase de recherche et dveloppement, prcise Daniel Ratier de la Direction gnrale du Travail, certains sont dj intgrs aux entreprises, avec des effets parfois assez ngatifs observs (voice picking), o lhumain devient le maillon dune chane robotise. 4. Les donnes : quels effets sur le monde du travail ? 5. Attention, une entreprise virtuelle peut en cacher une autre... 5. Attention, une entreprise virtuelle peut en cacher une autre Amandine Brugire/ Aurialie Jublin/ Jacques-Franois Marchandise Paru en Novembre 2013 dans la revue Personnel n544 de lANDRH Lentreprise nest plus un univers clos, ferm sur lui-mme. Voil qui ne fait plus de doutes pour personne, tant la presse sempare rgulirement de ces sujets. La conception moderne du travail et de lentreprise, hrite de la rvolution industrielle, ne reflte plus la ralit des pratiques actuelles, ni le vrai visage des organisations. Mais quest-ce que lentreprise aujourdhui ? Qui peut dessiner le contour rel de lactivit productive dune organisation, incluant les interactions qui se tissent entre les collaborateurs et lextrieur - partenaires, sous-traitants, consultants, clientscontributeurs ? Comment reprsentet-on aujourdhui les frontires dune entreprise et ses actifs - pas seulement financiers ? A lheure des rseaux sociaux et R.S. dentreprise, de lexplosion de lquipement numrique individuel, de la traabilit des usages et des donnes, il devient paradoxalement de plus en plus difficile de dfinir le primtre des entreprises. Celui-ci serait-il devenu essentiellement virtuel ? Ou est-ce le terme mme dentreprise qui serait dpass ? Cest une question que nous nous sommes poss dans le cadre de lExpdition DigiWork de la FING Lentreprise virtuelle lentreprise tendue Depuis le dbut de linformatisation des entreprises aujourdhui, de grandes volutions technologiques se sont succdes. Dabord le rseau local puis lEDI (changes de donnes informatises), la gestion de donnes, puis lapparition des progiciels de gestion intgre, des workflow, des groupware, des CRM - gestion de la relation client, de lInternet, des sites web. Aujourdhui lentreprise fraye avec le cloud computing, les systmes embarqus, les puces RFID et les objets communicants, les rseaux sociaux dentreprises Linformatisation/ numrisation sest tendue toute la chane de valeur. Le numrique a outill les manires dorganiser le travail et de le contrler, les manires de produire et de commercialiser, de communiquer, gnrant beaucoup de changements. En 40/50 ans, lentreprise se serait-elle donc compltement virtualise ? Articles Page 48 Page 49 ArticleS Lentreprise au-del delle-mme Par le terme de virtualisation , on se figure un double numrique, fidle, par sa taille, aux frontires de lentreprise. Or, si une part grandissante des actifs sest dmatrialise, et est stocke sur des serveurs distants (le cloud), -- les rendant disponibles en tout lieu, en toute heure --, cela a eu surtout pour effet un clatement des process. Le coeur de lactivit sest moins enfui dans les nuages quil ne sest saucissonn , compartiment ( unbundling ), facilitant alors lexternalisation, la sous ou co-traitance. Lentreprise constituait un ensemble, qui sest petit petit dissoci, au profit dun co-systme dorganisations, pour plus de ractivit et de productivit. Dans son ouvrage Benetton ou lentreprise virtuelle, Frdric Frry dcrit lentreprise virtuelle comme lentreprise capable dintgrer de faon horizontale (co-traitance) dautres entreprises pour raliser - en temps rel si besoin - une chane de production. Le terme de virtuel, repris de lexpression mmoire virtuelle dsigne dailleurs la possibilit de solliciter des capacits supplmentaires. Cela conduit des rseaux souples dentreprises, interdpendantes, mais juridiquement et financirement spares. Ainsi, Benetton, exemple loquent, est constitu de prs de 10.000 socits. 90 % de la production sont confis 450 sous-traitants de la rgion de Trvise (Vntie), la distribution est assure par 7.000 boutiques indpendantes, rassembles par zones gographiques sous la responsabilit dun peu moins de cent agents autonomes, et les modles sont conus par des designers free-lance . (http:// www.lesechos.fr/formations/ manag_info/articles/article_4_9.htm) Cela nest possible bien sr, que grce des capacits de mise en rseau, de communication en temps rel, de partage scuris dinformations et des donnes, et dun rseau logistique. Plutt que virtuelle, lentreprise contemporaine apparat donc surtout considrablement tendue et poreuse Lactivit productive tendue un rseau dentreprises est une ralit prouve dans les industries textile, aronautique, automobile, la grande distribution Le champ de lconomie numrique nest pas pargn, avec son lot dentreprises dissociant lactivit de conception dun ct (concentre aux Etats-Unis ou en Europe) et de production de lautre (dploye en Asie). Mais il recle aussi dexemples encore plus surprenants dactivit de production dpassant largement les frontires de lentreprise et questionnant mme cette appellation. Ainsi en va-t-il des plateformes , et pour les plus connus dentre elles : lApp Store dApple et Google Play. La puissance de ces plateformes, et leur modle conomique, reposent sur la production par dautres dapplications: quils soient contributeurs, usagers, entreprises extrieures, entrepreneurs, etc. En juillet 2013 lApp Store comptabilisait plus de 900 000 applications, payantes ou gratuites, qui auraient ncessit des milliards dinvestissement si Apple avait voulu les produire par lui-mme. Dans un genre assez proche, on voit apparatre des socits nayant officiellement plus (ou trs peu) demploys, linstar de lentreprise canadienne Sensorica. Celle-ci fonctionne grce lapport de contributeurs extrieurs, rmunrs partir du moment o les contributions, dabord values par les pairs, sont commercialises. On voit aussi apparatre des productions de biens et de services seffectuant hors de tout cadre dentreprise ou mme dorganisation. Ainsi en est-il du projet Wikispeed, port par une quarantaine de bnvoles, runis suite lappel de lingnieur amricain Joe Justice sur les rseaux sociaux. Ce groupe a rcemment russi lexploit de produire une voiture en open source moins cher, moins polluante, moins consommatrice dessence. Inspir des modes de productions agiles informatiques, cette initiative na pas encore trouv son statut juridique le statut dONG lui ayant t refus sous prtexte que la production automobile impliquait un but lucratif A sa manire, le logiciel libre montre depuis plus de 20 ans la capacit dindi- 5. Attention, une entreprise virtuelle peut en cacher une autre... vidus qui ne se connaissent pas, et ne sont pas situs dans un mme lieu gographique - produire collectivement des biens informationnels. Le caractre de bien commun concd ces productions par les licences GNU-GPL nempche pas leur utilisation dans un cadre de prestations de services. Ces productions collaboratives peuvent donc aussi tre source de revenus pour des tiers. Derrire ces exemples, que lon pourrait multiplier, se cache un fait nouveau que les auteurs de lge de la Multitude, Nicolas Colin et Henri Verdier, analyse de la faon suivante : la principale dimension de la rvolution numrique est la puissance dsormais luvre lextrieur des organisations, la puissance des individus duqus, outills, connects, la puissance de ce que nous appelons la multitude. Parce quelle leur est extrieure, cette puissance chappe aux organisations. Parce quelles doivent apprendre capter cette puissance, les organisations vont devoir apprendre concevoir de nouvelles stratgies et en assumer les consquences radicales. () Toutes ces transformations, ces acclrations et ces redistributions du pouvoir cratif nous ont fait changer dre industrielle . Redonner un cadre juridique lactivit collaborative productive inventive A lre du numrique, les manires de travailler et de produire collectivement changent, (voir ce sujet la cartographie ralise dans le cadre de lexpdition DigiWork). Lactivit collaborative productive inventive ne se dcrte plus seulement au sein dorganigramme rigide : elle se favorise , elle se capte au cur dinteractions de travail, qui peuvent largement dpasser les frontires de lentreprise. Ce qui nest pas sans soulever de tensions : >> sur le management et la gouvernance dentits tendues, composes dlments internes et externes ; >> sur la proprit intellectuelle et le droit dexploitation des productions collaboratives; >> sur la confiance, la scurit des 5. Attention, une entreprise virtuelle peut en cacher une autre... donnes ; >> sur le partage de la valeur et la rmunration des contributeurs . Il ne fait plus doute que lentit entreprise est amene changer, dans ses objectifs pas seulement lucratifs dans sa gouvernance et ses modes de dialogue social, pour inclure lensemble des contributeurs internes / externes / mobiles / sdentaires ; dans ses modes de partage et de redistribution de la valeur. Dans leur ouvrage Refonder lentreprise, Blanche Sgrestin et Armand Hatchuel rappellent que lentreprise se dfinissait la fin du 19e sicle comme lentit capable dorganiser lactivit inventive au sein despaces de coopration et de transformation des individus (linnovation impliquant des apprentissages collectifs sur le long terme). Pour revenir cette dfinition originelle, depuis dvoye, les auteurs en appellent un nouveau droit pour lentreprise, de nouveaux statuts ( la socit objet social tendu ) ou ( lentreprise progrs collectif ). Voil des propositions qui font bouger les lignes ! Reste savoir ce qui jouera le rle de levier de transformations Articles Page 50 Page 51 ArticleS 5. Attention, une entreprise virtuelle peut en cacher une autre... VEille Page 52 Page 53 Veille Nouveaux collectifs, nouveaux managements 5 conseils cls pour faciliter la mise en uvre de projets collaboratifs Les Echos des ses internautes de recommander le meilleur candidat avec la clef la possibilit de gagner de largent. Lanalyse des grandes quantits de donnes le Big Data est appele rvolutionner bien des domaines. Lemploi et les ressources humaines pourraient mme devenir lun de ses premiers terrains dapplication, comme lindique les nombreux exemples cits : Google et son laboratoire des RH People Analysis ; LinkedIn et son service Recruiter qui permet de proposer aux employeurs les utilisateurs quils devraient embaucher ; la Bank of America qui utilise des capteurs pour tudier les mouvements et les interactions de ses employs et comprendre ainsi la faon dont ils travaillent et interagissent ; Rflexions sur lentreprise et lenvironnement de travail de demain La Tribune Entreprise 2.0 Tout le monde veut innover. La plupart des entreprises sont convaincues de le faire. Et pourtant, le doute est permis : savons-nous ce qui distingue les innovateurs (individus et entreprises) des autres ? Internetactu.net #Algorithmes #Donnes #RH RH, pourquoi (et comment) Big Data va rvolutionner votre faon de recruter ! que les outils collaboratifs lui seront vraiment utiles. Innover, cest dsobir #Ecosystme #Espace de collaboration #Rseau Frdric Cavazza a fait une synthse du rapport de PSFK Future of Work sur les changements organisationnels et culturels dans les environnements de travail. Les grandes thmatiques sont les suivantes : cosystme de prestataires ou indpendants pour dvelopper son activit ; flexibilit des espaces physiques, imbrication des espaces de collaboration physique, mobile et virtuel ; mise en place de rseau dapprentissage, de formation et de capitalisation des connaissances ... Des pistes de rflexion et des liens accompagnent cette synthse. #Innovation Exemple pratique de lutilisation et lexploitation des donnes dans une entreprise pour amliorer le recrutement et diminuer le turnover. Recrutement: coopter et gagner de largent FranceInfo #Recrutement #Rseaux sociaux Cest une des nouvelles techniques de recrutement qui arrivent en France: la cooptation sur les rseaux sociaux. Le site My Job Compagny propose Les 9 types de collaborateurs selon CentralDesktop CentralDesktop #Collaboratif #Infographie Vous tes peu prs srs de vous reconnatre dans un des personnages dcrits dans cette infographie : que ce soit dans lexpert (qui connat toutes les bonnes pratiques collaboratives de la structure), le meneur (qui aide les membres de son quipe finaliser leur trouvaille), dans lhomme (ou femme) des silos (qui aime travailler seul) ou encore dans le sceptique qui lon doit prouver Harvard Business Review La DRH en 2020: 6 prdictions audacieuses Dokker.com #RH La DRH est condamne. Il nexiste pas de futur viable pour la fonction RH et les professionnels de la RH seront invitablement remplacs par des logiciels. Du moins cest ce que certains affirment. Facebook fait beaucoup parler, et est abonn la une des magazines et des quotidiens pour ses frasques boursires ou la faon dont le rseau social rinvente les liens sociaux. Mais peut-tre passons nous ct de ce qui fait le succs de la compagnie, sa culture interne dinnovation. Le gouvernement autorise le portage salarial mais lui rogne les ailes Zevillage Management RH de Google : Top 10 des pratiques innovantes Journal du net #Management #RH Contrairement aux leaders de leurs marchs qui doivent leur russite une longue existence, la rputation de leurs produits/services, ou des acquisitions stratgiques, le succs de Google est d la gestion de son capital humain. #Ecosystme #Intermdiaire #Portage salarial Laccord paritaire de 2010 sur le portage salarial, pratique qui consiste pour des entreprises, jouant un rle dintermdiaire, salarier un individu effectuant une mission pour une autre socit, est devenu applicable samedi, avec la publication au Journal Officiel dun arrt du ministre du Travail. Un dispositif malheureusement rserv aux cadres, avec un plancher de salaire lev. managrial en levier de croissance. Havard Business Review Voil dix ans que nous sommes entrs dans lre des rseaux sociaux, vritable phnomne de socit, lengouement du public pour ces plateformes virtuelles dinteractions a progressivement suscit lintrt des entreprises. Elles y ont vu un levier de communication personnalisable peu onreux, mais ladoption de stratgies de communication cohrentes reste tributaire des outils informatiques, et de lorganisation interne des entreprises. Internal #Culture interne #Innovation #Rseau social MyRHLine.com #Donnes #Recrutement Une collaboration russie entre le monde acadmique et les entreprises doit favoriser le transfert de technologie et ainsi crer un cosystme de linnovation performant. David Simplot-Ryl, directeur du centre de recherche Inria Lille - Nord Europe (un acteur membre du rseau JInnove en Nord-Pas-de-Calais) dlivre ses 5 conseils cls pour faciliter la mise en uvre de projets collaboratifs. Inside Facebooks Innovation Culture Media #Communication #Rseaux sociaux #Collaboratif Lemploi lpreuve algorithmes Five Reasons Social Wont Consolidate Ple emploi ouvre une passerelle vers Viadeo Le Monde Informatique #Recrutement #Rseaux sociaux Viadeo et Ple emploi ont conclu un partenariat pour dvelopper lusage des rseaux sociaux professionnels chez les demandeurs demploi et fluidifier la diffusion des offres demploi et des CV. Un partenariat avec lApec et Viadeo existe depuis janvier 2010. Chez Expectra, les candidats peuvent postuler en 1 clic avec Viadeo, LinkedIn et Doyoubuzz ! Distinguer la socit des mythes par lanalyse des rseaux sociaux Recrutement mobile et sociale Internetactu.net Expectra permettait aux candidats de rpondre leurs offres via leur profil Viadeo depuis 1 an et vient donc dlargir les possibilits de postuler un poste. Mais la rponse classique avec envoi de CV gagne largement le match face aux rseaux sociaux pour le moment, puisque sur un an et prs de 400.000 candidatures, moins de 7% ont postul via leur profil Viadeo. #Rseaux sociaux Les rseaux sociaux sont la mode, mais ils ont toujours exist, et les mathmatiques sy intressent depuis quelques annes dj Mais peut-on utiliser la thorie des rseaux pour examiner des rapports sociaux trs anciens, et, en allant plus loin encore, concernant des univers au moins partiellement imaginaires ? Et que peuton en tirer ? #Recrutement #Rseaux sociaux Ladoption des RSE et plateformes collaboratives progresse lentement Isaac Getz : Lorganisation o les salaris sont libres vaincra toujours les concurrents traditionnels Entreprise 2.0 Collaboratif-info.fr Frdric Cavazza fait une synthse de 4 tudes sur le sujet, qui sont peu rjouissantes au final. Sa conclusion : si les entreprises se targuent dun dploiement de solutions modernes (RSE, accs mobile), elles sont beaucoup moins volontaires pour initier une mutation en profondeur des habitudes de travail. Ce qui manque le plus est la mise en place dune relle dynamique de changement o la direction et le middle management ex- #Autonomie #Management Professeur lESCP et co-auteur de Libert & Cie, Quand la libert des salaris fait le bonheur des entreprises , Isaac Getz est spcialiste de linnovation et du leadership librateur. Il propose aux entreprises et leurs dirigeants une mthode pour repenser et transformer leur modle #Collaboration #Management #Rseau VEille Page 54 Nouveaux collectifs, nouveaux managements pliquent, stimulent et participent de faon active la transformation des outils et processus mtiers. Two People Doing The Same Job? Its Not Crazy For Engineers Fastcompany Co.Labs Infographie de lenqute dExpectra sur les tendances RH 2012 Lnorme potentiel de LinkedIn, le Facebook srieux des pros Le Nouvel Observateur #Liens #Rseaux sociaux Embaucher deux personnes pour faire le mme travail semble absurde et cest pourtant ce que font de nombreuses entreprises dveloppant des logiciels, afin daccrotre la productivit et rduire les cots. Cette pratique, appele pair programming, augmente linnovation en forant les dveloppeurs discuter leurs ides, verbaliser leurs solutions, dcouvrir des aspects dun problme quils navaient pas vu au 1e abord, avant de taper la 1e ligne de code. Retour sur lenqute mene par FaberNovel sur LinkedIn, le rseau social qui gnre le plus de revenus par heure passe sur le rseau, dont les membres ont la plus grande valeur (thorique), qui est aussi une vrai plateforme business, et dont lambition est de crer la carte numrique de lconomie globale, en identifiant les connections entre les gens, les mtiers, les comptences, les entreprises et le savoir professionnel - et montrer en temps rel les tendances lies aux opportunits conomiques. Your New Algorithm Les rseaux sociaux en Europe: amis ou ennemis de lconomie? #Collaboration #Productivit Secretary: An The Wall Street Journal MyEurop #Algorithme #Productivit #Relations de travail #Collaboration #Productivit #Recrutement #Rseaux sociaux Des start-ups crent des logiciels qui cherchent amliorer la vie des employs. Ainsi le logiciel RelateIQ recueille constamment des signaux de donnes pour dterminer si les relations de travail avec des partenaires internes ou externes se refroidissent ; Sociometric Solutions utilise une mthode proche pour amliorer les conversations. tenXer gre les modifications de code et les heures passes en runion pour aider mieux matriser sa productivit. Yesware tente damliorer la productivit par e-mail. Daprs certaines tudes, les rseaux sociaux distrairaient les salaris de leur travail et seraient ainsi responsables de pertes faramineuses pour les conomies des tats. Dautres affirment quils permettraient daugmenter la productivit des employs en amliorant la communication et la collaboration entre eux. Quant aux employeurs, ils sen servent de plus en plus pour leur recrutement. Les rseaux sociaux, pas vraiment un ennemi de lconomie. Vers la fin des hackathons ? Infographie : Les tendances RH 2012 Expectra #Infographie #RH 01net #Coproduction #Innovation #Interne/Externe Conclusion de larticle : Le hackathon brouille les repres traditionnels de linnovation ferme qui imprgne encore la culture organisationnelle de nombreuses entreprises. Mais pass le week-end, le hackathon va permettre de faire la preuve de faisabilit de linnovation ouverte, il va rvler tout le potentiel dune dmarche de collaboration avec des partenaires externes. Le hackathon devient alors un levier puissant dvanglisation interne dans lentreprise. Unilever systmatise co-cration la LUsine digitale #Coproduction #Crativit #Rseau Les clients nont pas quun avis, ils ont aussi des ides. Unilever est bien dcid en systmatiser la collecte pour laider innover. Pour ce faire, il a sign un accord-cadre avec la plate-forme en ligne dEyeka, une start-up franaise qui fdre, dans 150 pays, quelque 250 000 membres prts participer des concours de crativit. Ludification : technique de management ou simple outil de communication Les Echos #Ludification #Management Depuis une dcennie, accentus par le dveloppement des entreprises du net, de nouveaux modes de management ont merg transformant profondment les relations interindividuelles et hirarchiques au sein de nombreuses organisations. Un exemple est lapparition de la ludification qui tend transformer les espaces communs de lentreprise en un espace de dtente et de divertissement. Comment comprendre et optimiser lentreprise agile Gpomag Page 55 Veille #Connaissances #Partage Alors que les applications mobiles professionnelles ne cessent de se dvelopper, il est primordial doptimiser linformation des connaissances, sa gestion, son partage, son accs ou sa diffusion tous les collaborateurs de lentreprise. 100% web, 100% mobile : lentreprise sans frontires Manpowergroup #Frontires #Management #Organisation Les mutations de lIT pour lentreprise digitale : le titre de la convention CRIP de cette anne souligne ltroite imbrication des transformations technologiques et du changement managrial au sein de lorganisation 2.0 - un concept hier encore un peu nbuleux, auquel la ralit quotidienne de lentreprise donne aujourdhui un contenu complexe mais trs concret. Le recrutement non-cadre est lavenir du recrutement RmsNews #Recrutement #Rseaux sociaux Est ce que le recrutement non-cadre sur internet existe aujourdhui ? Le recrutement cadre a lui atteint une certaine maturit avec les sites emploi ou sur les rseaux sociaux (prs de 60% 70% des cadres ont un profil sur 1 rseau social professionnel). Mais quen est-il pour les non-cadres ? Manque de moyens, faible connexion, pas dadresses mailautant de raisons qui ont vu ce march dcoller si tardivement malgr de nombreuses tentatives. RH et rseaux sociaux : retour la ralit ! Les Talents dAlex #Comptence #Rseaux sociaux Nouveaux collectifs, nouveaux managements Comment les entreprises et leur DRH se saisissent ou pas des rseaux sociaux comme un outil potentiellement efficace pour la dcouverte de talents. Trois profils-type ressortent de la table ronde organise par lIGS FC Lyon laquelle se sont succds une quarantaine de RH. Page 56 Page 57 4. Nouveaux espaces, nouvelles temporalits ARTICLES 58/65 VEILLE 66/67 Les collaborations professionnelles sont constamment hybrides dinteractions physiques et numriques, de prsentiel, de mobilit. Lubiquit des rseaux participe linterpntration des diffrents temps de vie (professionnel, personnel, de loisirs, familial). Il en rsulte un clatement des frontires spatio-temporelles des organisations, une recomposition de limmobilier de bureau, et de la gographie des entreprises. Le temps de travail est plus difficile mesurer. Dsormais, le temps et lespace ne sont plus les principaux critres dencadrement et de contrle du travail. Articles Page 58 Page 59 ArticleS des clients ou partenaires. 1. Les espaces de coworking, une tendance qui se confirme julien camacho Paru le 02 Juillet 2013 sur fing.tumblr.com le blog de la Fng Le phnomne du coworking connat un essor rapide, au point dtre voqu dans chaque discussion sur les volutions rcentes du travail. Les espaces de travail partags composent, avec les tlcentres mais aussi les ples de mobilit, les cafs et tous les espaces proposant une connexion WIFI, la nbuleuse des tiers-lieux qui forme le chemin connect entre nos domiciles et les entreprises. Le nombre de ces espaces partags a connu une progression exponentielle dans le monde depuis 2006, passant ainsi de 1130 2150 lieux entre 2011 et 20121. Lhexagone se classe au 6me rang mondial avec 121 lieux en activit, derrire lAllemagne (230), lEspagne (199), et lAngleterre (154). Les Etats-Unis, pays pionnier, compte pas moins de 750 espaces de ce type sur son territoire, mais, comparer au plan continental, on en dnombre 25 % de plus en Europe quen Amrique du nord. Mme si lon voit se dvelopper des initiatives similaires en milieu rural, qui revtent plutt la forme de tlcentres et sadressent essentiellement aux tltravailleurs, la quasi totalit des espaces de coworking se situent dans les grands centres urbains qui polarisent lactivit conomique. Les villes franaises commencent suivre le mouvement, avec les rgions Ile-de-france, Rhne-Alpes,et Aquitaine en tte, mais de faon trs htrogne. Leur meilleure rpartition sur le territoire constitue un des enjeux majeurs damnagement pour la rgion Ile-de-France dont 27 des 31 espaces actuellement actifs se concentrent sur Paris. Une typologie primaire de lusager moyen nous apprend quil sagit deux fois sur trois dun homme, g de 34 ans, et ayant suivi des tudes suprieures. Les coworkers sont majoritairement des personnes qui tltravaillaient auparavant de leur domicile, mais la prsence croissante de salaris habituellement confins aux bureaux traditionnels apparat comme une tendance durable. De laveu des personnes interroges, leur frquentation rgulire de ces tiers-lieux a un impact positif sur lextension de la sphre sociale et du rseau professionnel, et sur la productivit. Voil pour la Big Picture, mais quen est-il du terrain, des formes que prennent les espaces partags de travail, des pratiques et des usages qui sy cultivent et en mergent. Grce au coworktour organis rcemment par La Fonderie (agence numrique IdF), loccasion nous a t donn dtre accueillis dans quelques despaces de coworking franciliens et de rencontrer leurs fondateurs et fondatrices. Tentons une synthse des particularits et des traits communs qui constituent les caractristiques et lidentit de ces lieux. Le premier constat concerne la diversit damnagement de lespace physique. En dehors du fait que tous les lieux de coworking se dfinissent par leur capacit accueillir des usagers aux pratiques diverses, et de faon plus ou moins temporaires, sur la base dune mutualisation de lespace et de lnergie, on garde surtout lesprit que chaque lieu est fond sur une architecture particulire. On peut privilgier lespace ouvert dcloisonn, constitu du mobilier bureautique minimaliste et modulaire, comme le fait Ici Montreuil. On peut souhaiter lquilibre entre espaces ouverts et espaces plus intimistes destins aux discussions comme cest le cas au Tank ou au Labo de ldition, ou, limage de Soleilles ou de BGE, opter pour des cloisonnements matrialiss qui autorisent les runions plus formelles, ou les rencontres avec La disposition de lespace intrieur constitue un choix inflchie par le type de public professionnel auquel il sadresse. En effet, il est souvent de mise que lactivit dun espace de coworking corresponde un secteur conomique particulier, voire une catgorie de mtiers connexes. Lap Top ou Studio Singuliers, par exemple, rassemblent des travailleurs de la cration et de la conception numrique, designers, graphistes. Le Labo de ldition, comme son nom lindique, runit les acteurs du livre, papier et numrique. On touche ici la dimension socio-professionnelle des lieux de coworking, et leur fonction de connecteur. Ils sont souvent le point de convergence ou de mise en relation des diffrents acteurs dun cosystme, qui y voient lopportunit de saffranchir des cloisons du march ou de lentreprise pour penser de nouvelles manires de collaborer, de concevoir ou de mener des projets. Le Tank est adoss la socit Spintank, qui en a fait une sorte dincubateur, o se rencontrent ses salaris et des indpendants extrieurs, et au sein duquel une approche ouverte de linnovation prend forme. Ce sont encore des ressourceries pour les indpendants en qute de supports stratgique, comptable, financier, juridique, etc Dans le mme sens, certains des lieux se prsentent comme des incubateurs de start-up, leur offrant ainsi des loyers relativement modrs, laccs un rseau dintrt, et la possibilit de trouver des financements. Soleilles et Le labo de ldition intgrent des espaces entirement ddis au dmarrage de projets entrepreneuriaux innovants. Leur modle conomique est galement diffrent dun projet lautre, mme si les responsables sont unanimes sur le constat que la simple mise disposition dun espace de coworking ne produit pas de bnfices suffisants pour dgager des salaires, avec des abonnements qui se situent dans une fourchette de 290 450 par mois. Cela pousse les structures diversifier leur activit, en louant une partie des locaux des entreprises, en proposant des accompagnements 1. Les espaces de coworking, une tendance qui se confirme la cration de projets ou des prestations de coaching. Certains sont ports par la force publique, comme Le labo de ldition, mais la plupart sont le fruit de linvestissement priv de ses fondateurs, qui investissent en Europe en moyenne 46500 dans louverture de lespace. Ici Montreuil constitue une exception plus dun titre, puisquil runit un financement crois public/priv (un budget total de 500k), quil sest structur en SCIC (Cooprative dintrt Collectif) en intgrant les collectivits locales ds le portage de projet, et quil regroupe une impressionnante diversit de parties-prenantes. Lespace des coworkeurs y cohabite avec des artisans (bois, mtal, couture, bijouterie..) qui mutualisent leurs outils, des artistes, des designers, un restaurant, et un espace dexposition. Le concept du lieu tient en une ide, tre capable, sur une semaine, davoir une ide et de la vendre. Les acteurs publics se saisissent progressivement de lenjeu que reprsentent lessaimage de ces espaces pour les territoires et les bassins demplois. Ils prennent notamment conscience de la relative prcarit des modles conomiques qui les supportent, et qui ne permettent que rarement de prenniser un poste danimation, pourtant indispensable leur fonctionnement et leur dveloppement. Ainsi, le premier appel projet la cration de tiers-lieux port par la rgion Ile-de-France a permis 14 lieux de bnficier daides ( hauteur de 800k), et a t reconduit cette anne avec une enveloppe proche du million deuros. Limplication de la force publique savre galement utile lorsquil sagit de dfinir un projet lchelle dun territoire, elle apparat alors comme un entremetteur capable dinitier des synergies conomiques cohrentes. Cependant, mme si lacteur public se fait plus prsent, de nombreux porteurs de projet considrent quil est primordial que ce mouvement reste de nature prive, associative ou entrepreneuriale, et continue de promouvoir linnovation ascendante (bottom-up). La multiplication des tiers-lieux se confirme comme une tendance durable, et laquelle sont lies certaines volu- 1. Les espaces de coworking, une tendance qui se confirme tions et transformations du travail que pointe lexpdition Digiwork mene par la FING depuis fvrier 2013. Le travailleur se fait la fois, plus mobile, reconfigurant ainsi les frontires et lorganisation de lentreprise, et mobilisable, condition que les modes de management lintgrent comme partie-prenante et pas seulement comme un excutant. Les modes de management se reconfigurent pour laisser davantage dautonomie et renforcer la participation aux prises de dcisions. La progression des statuts indpendants dans la population active nest pas quune consquence mcanique de la crise conomique, elle indique probablement un changement plus profond dans le rapport au salariat. Si ce dernier a progress ces cinquante dernires annes, et constitue plus que jamais la norme (2), on constate galement une progression des statuts indpendants voulue, et pas seulement subie. La chimre du plein emploi sloigne encore un peu plus mesure que le taux de chmage atteint de nouveaux sommets, et la prcarisation des parcours professionnels donnent aussi lieu de nouvelles postures face au travail. La notion dactivit se substitue progressivement celle de travail, et les volutions des dernires dcennies ayant consacr le basculement vers des carrires composes de plusieurs expriences successives, voient aujourdhui merger une tendance la pluri-activit. Les rflexions et les initiatives sur des rapports renouvels la cration de valeur et la rmunration des activits (monnaies complmentaires ou sociales, revenu dexistence), restes jusque-l marginales, se diffusent plus largement et apparaissent comme des lments de solutions non ngligeables. Le travail est au centre de lorganisation sociale et de nos modles de solidarit, et, ce titre, ncessite quon le pense dans une approche pluri-dimensionnelle susceptible de rendre compte de la complexit des rapports qui sy articulent. Cest lobjectif que sest donn la FING en lanant lexpdition Digiwork qui se poursuivra jusqu la fin de lanne, et qui sera, dici l, jalonne de nouvelles rencontres et ateliers. Articles Page 60 La Fonderie vient de lancer, lors de ldition 2013 de Futur en Seine, son projet de cartographie collaborative des acteurs franciliens du numrique. Vous retrouverez tous les lieux cits dans cet article sur cette carte, dont un aperu est consultable ci-dessous. Reprez lespace de coworking qui retient votre attention et faites vous votre propre ide. >> 1. Tous les chiffres et les statistiques utiliss dans cet article sont tirs de lenqute mene annuellement par le magazine en ligne deskmag et du site de lagence berlinoise deskwanted (Copyrights Creative Commons) >> 2. Lemploi, nouveaux enjeux INSEE - dition 2008 Page 61 ArticleS 1. Les espaces de coworking, une tendance qui se confirme 2. Le temps, marqueur intemporel de la lutte des classes et des genres ? 2. Le temps, marqueur intemporel de la lutte des classes et des genres ? aurialie jublin Paru le 03 Avril 2013 sur fing. tumblr.com le blog de la Fng Le colloque co-organis par la DIRECCTE IDF, la DGT et la FING le 12 mars dernier proposait un tour dhorizon des transformations du travail lies au numrique, constitu dinterventions de professionnels et dexperts ponctus de tables rondes. Le dbat souvrait sur les risques et les opportunits que ces volutions impliques pour les conditions de travail de demain. Vous trouverez le compterendu de ces changes sous la forme de 4 articles libres - analysant les propos des intervenants et les ractions-questions du public. Le premier compte-rendu a t publi hier, voici le deuxime sur la thmatique La stabilisation des frontires du temps et des lieux de travail est elle envisageable ?, dont les intervenants taient : >> Anca Boboc, Orange Labs >> Monique Boutrand, Secrtaire nationale CFDT cadres >> Patricia Maladry, chef du service de linspection mdicale du travail >> Patrick Storhaye, Flexity SAS Prsident de La stabilisation des frontires du temps et des lieux de travail est-elle envisageable ? , telle tait la question pose la 2e table ronde de la matine. Lusage observ chez les individus au travail de plusieurs comptes mails (perso/pro), de plusieurs tlphones portables, de rpertoire diffrenci entre contacts pro et contacts perso, semble traduire la volont explicite de sparer les sphres prives et professionnelles. Pourtant les interventions ont montr une grande disparit des profils dans la faon de grer les temps de la journe. Ce clivage nest pas sans rappeler celui qui existe entre les travailleurs et le patronat depuis linstauration du travail moderne, caractris notamment par la mise en place de lhorloge sur le lieu de travail (le temps tant indiqu par le soleil ou les mares avant le XVIIIe sicle), labandon du travail domicile, la spcialisation des taches, Anca Boboc, sociologue du travail chez Orange Labs explique en effet que la manire dont les travailleurs apprhendent la gestion de leurs temps professionnel et personnel sexplique par Articles Page 62 Page 63 ArticleS diffrents facteurs : ge, profession, sexe, organisation du travail, temps de transport, structure familiale, niveau dquipement Ainsi, selon les enqutes quelle a menes, le portrait type du tltravailleur, est le suivant : homme entre 30 et 49 ans, cadre dans une grande entreprise (+ de 1.000 salaris) du secteur des tlcoms, vivant dans une grande agglomration. Mais paradoxalement, le dbordement de la vie professionnelle dans la sphre prive (comme par exemple, regarder ses mails professionnels le dimanche soir) est plus important chez les femmes managers encadrant, prcise Monique Boutrand, secrtaire nationale de la CFDT Cadres. Les femmes passeraient une grande partie de la journe grer les autres et termineraient alors leur vrai travail le soir. Cette situation nest pas nouvelle, comme nous la rappel Anca Boboc : depuis des sicles, les femmes sont en effet des amortisseurs temporels dans la socit, selon une expression de Dominique Mda, dans le sens o ce sont elles qui grent la logistique du quotidien et font face aux urgences. vasculaires, cardiaques, Sans compter que le sommeil est souvent lui-mme troubl. Selon Patricia Maladry, sur 1000 personnes, 30% gardent leur tlphone allum sur leur table de nuit, 60% de ces 30% reoivent des mails ou des SMS et 40% y rpondent (ce qui fait 72 personnes au final). Toutefois, il est important de rappeler que pour certains, la porosit des temps professionnel et personnel est vraiment trs satisfaisante car elle permet de grer leur journe et leur semaine comme bon leur semble. Le cadre voit ainsi cette autonomie comme un marqueur de reconnaissance li son statut. Par ailleurs, Monique Boutrand souligne quil faut bien voir que la notion de temps de travail dans le contrat dun cadre na plus vraiment de sens puisquil ne fait pas 35h/semaine, que de nombreuses heures de travail ont lieu hors du cadre de lentreprise. Par contre, il serait important de penser et de mettre en avant la notion de repos. Ce que confirme Patricia Maladry, chef du service de linspection mdicale du travail, en prcisant que toutes les enqutes menes par ses services confirment la dictature de lurgence, linstantanit, le contrle, le suivi, permis par les TIC et ressentis par les travailleurs depuis quelques annes. Ainsi, sil est ncessaire davoir 11h de repos quotidien selon la lgislation europenne, dormir moins de 6h par nuit provoque des troubles Finalement comme le dit Patrick Strohaye tout est une question de limites : les limites que lon doit simposer, les limites que notre corps nous impose. Il souligne que la notion de plaisir est galement prendre en compte : on rappelle souvent que le mot travail vient du latin tripalium (torture), ne devrait-on pas voir le travail comme lopus (uvre) ? Sil ny a pas de projet derrire ce que lon fait, sil ny a pas de sens, alors le travail est souffrance. Lquilibre entre vie prive et vie professionnelle est en fait une question dquilibre et dharmonie entre ce que lon fait et ce que lon est. Mens sana in opere sano (un esprit sain dans un travail sain). Deux autres constats sur les limites neurobiologiques ont galement t faits par Patricia Maladry et Patrick Storhaye, ancien DRH et prsident de Flexity : les personnes qui feraient plusieurs choses en mme temps seraient finalement mauvais en tout car ils mlangeraient les flots dinformations. Quant aux tltravailleurs, certains ont tendance surinvestir, faire plus dheures que leurs collgues en entreprises, par peur du jugement de ces derniers, do du surmenage et des troubles cognitifs. Les technologies ne sont donc pas les dterminants de ces drives, mais des rvlateurs, notamment des dysfonctionnements communicationnels et relationnels de lentreprise. 2. Le temps, marqueur intemporel de la lutte des classes et des genres ? 3. Evolution du corps, volution du travail 3. Evolution du corps, volution du travail aurialie jublin Paru le 20 Mars 2013 sur Suite une enqute auprs de 2000 personnes travaillant dans un bureau et utilisant des outils informatiques mobiles (tablettes, ordinateurs et tlphones portables), Steelcase a formalis 9 nouvelles positions au travail dans un bureau, menant la conception dune nouvelle chaise de bureau, leur cur de mtier. Nous sommes, bien sr, bien loin des prconisations de la mdecine du travail et plus proche des positions observes chez des jeunes, qui ma mamie aurait envie de dire Allez redresse-toi un peu, ce nest pas bon pour ton dos. fing.tumblr.com le blog de la Fng En voyant cette image, jai pens la faon dont les humains se dplacent dans le film danimation WALL-E. Comme le montre cette vido ( partir de 105), les humains sont en position assise, confortablement calls dans un fauteuil allant prestement dun point un autre. Ils sont obses, ne pensent qu consommer, ne travaillent plus, ce sont les robots qui font tous. Il nest plus question de travail dans le monde dcrit dans WALL-E, mais ce scnario extrme et plutt lointain (fin du XXIIe sicle), remis dans notre contexte soulve des interrogations : Comment sont rmunrs les humains si les robots font tous ? Comment peuvent-ils consommer longueur de journe produits et services sans argent ? Ont-ils mis en place une sorte de cotisation Rose, une taxe sur les robots, ordinateurs et systmes experts, pour contrebalancer la destruction des emplois ? Comment lentreprise Buy n Large gagne de largent ? Comment est cre et distribue la valeur dans cette socit ? Bref, comment fonctionne cette socit ? Il ny a pas de rponse ces questions bien sr, car ce nest quun film danimation, mais il est intressant de se pencher sur les consquences dune socit o avant la fin de ce sicle, 70% des emplois daujourdhui seront remplacs par lautomatisation. Ce sujet sera certainement trait lors de la prochaine session datelier Digiwork, fin avril. Et nallez pas croire que je fais une fixation sur les robots Articles Page 64 Page 65 ArticleS 3. Evolution du corps, volution du travail VEille Page 66 Augmenter la ralit sociale sur le lieu de travail voit que le travail flexible et la mobilit sont bons pour la productivit. MIT Technology Review #Donnes #Espace de travail Ben Waber, auteur de People Analytics: How Social Sensing Technology Will Transform Business, revient pour Technology Review sur la faon daugmenter la ralit sociale sur les lieux de travail. Que se passet-il quand lespace de travail, les murs qui sparent les gens, voire mme la machine caf, sont dtermins par les donnes ? Lembouteillage, reaux du futur ? comme bu- Rvolution numrique et coworking : Vers une ville vaporeuse? DNArchi.fr #Espace de travail #Coworking Francesco Cingolani sengage ici pour le coworking quil met en uvre dans son espace SuperBelleville. Il questionne lvolution de nos espaces physiques de travail lre de la dmatrialisation de nos supports de reprsentation, dinteractions sociales comme dinformation. Transit-city #Espace de travail #Mobilit En partant dune BD des annes 70, qui montre comment les embouteillages peuvent engendrer une vraie rvolution urbaine partir du moment o on les aborde dune faon radicalement diffrente, lauteur suggre que lon essaie dimaginer les embouteillages autrement que comme de simples temps de vacuit. Mobilit et tltravail sont bons pour la productivit selon une tude de Citrix Zevillage Un bureau au top, a rapporte ? Interview dAlain dIribarne Cadremploi.fr #Espace de travail #Productivit Performance au travail, et si tout commenait par les bureaux ? Cet argument de poids en faveur de votre espace de travail est aussi le titre du dernier ouvrage dAlain dIribarne, publi aux ditions Italiques. Le prsident du conseil scientifique de lobservatoire Actineo de la qualit de vie au travail nous explique pourquoi un bureau agrable est aussi rentable. #Mobilit #Tltravail Entretien avec Sophie Vandriessche, directrice commerciale EMEA chez Citrix, qui commente ltude 2013 Tltravail et mobilit que lentreprise a conduite auprs de 1262 entreprises sur 3 continents et o lon Un rapport rcent de la compagnie Gensler, spcialise dans lergonomie et larchitecture globale du lieu de travail, montre que les employs passent davantage de temps cibler le travail mais se trouvent moins efficaces quauparavant. Too much collaboration is hurting worker productivity QZ.com #Collaboration #Espace de travail #Productivit Bureaux et coworking en Ile de France: il reste beaucoup de places Bureaux Partager #Coworking #Espace de travail #Infographie Dans cette infographie propose par Bureaux Partager, plateforme de location de bureaux et de coworking, il est annonc dentre que 13% des espaces de travail sont libres en Ile de France, ce qui reprsente 100 000 appartements dune superficie de 60 m2, uniquement sur le territoire francilien. Une enqute mene par HEC Junior Conseil pour AOS Studley et Bureaux Partager. Page 67 Veille Nouveaux espaces, Nouvelles temporalits Page 68 Page 69 5. Valeur du travail, mesure de lactivit, rtribution ARTICLES VEILLE 70/81 82/83 Si les pratiques individuelles de travail, les interactions collectives, le cadre spatio-temporel de lactivit productive changent, ce nest pas sans consquence sur la dfinition de la valeur produite par le travail. Or le numrique est la fois un outil de production, un outil de mesure et de quantification, un support pour les interactions, un vecteur de rtribution (financier, symbolique). Les rles de travailleurs-contributeurs consommateurs sinterconnectent. Des externalits positives ou ngatives peuvent tre mesures, captes. Une conomie collaborative se met en place, ainsi quune conomie des communs, bousculant les frontires traditionnelles du marchand et non-marchand. Tout cela pourrait faire voluer la manire dont, demain, on mesure la valeur de lactivit productive et dont on la rtribue. Articles 1. Questce que le numrique change la cration de valeur par le travail ? Amandine brugire Paru le 04 Avril 2013 sur fing. tumblr.com le blog de la Fing Selon la thorie conomique, ce qui cre de la valeur, cest lactivit de travail , rappelait Romain Chevallet, chercheur lANACT. Donc pour trouver le travail, il suffit de chercher la valeur. Jusqu prsent le travail productif se trouvait clairement identifi dans lentreprise. Il y tait mme circonscrit. Les activits dveloppes dans la sphre prive taient considres comme nonproductives, relevant de lconomie informelle(1). Or, avec la numrisation de lensemble des activits - sphres professionnelle et prive -, et la gnration de donnes qui laccompagne, la production de valeur ne se limite plus la seule activit des entreprises Les frontires de ce qui peut/doit tre considr comme du travail devraient en tre irrmdiablement tendues Plus dagilit entreprises pour les Avec le dveloppement de linformatique et lindividualisation des outils, le contenu du travail est devenu de plus en plus abstrait, mdi par des systmes dinformations. La numrisation des tches, le dveloppement de services, le dcoupage en projets ont confr une nouvelle agilit lentreprise : permettant la rationalisation des process, lintensification des rythmes, laugmentation de la productivit. Pour Daniel Kaplan, dlgu gnral de la FING, cette efficacit a, jusque l, profit essentiellement aux entreprises. Tandis que les individus peinent sadapter laugmentation des flux, des rythmes, linfobsit, et ne voient pas de contrepartie lengagement et la souplesse qui leur sont demands. Lincitation la responsabilisation au travail et lautonomie se retrouve entirement sous contrle(2). Premier paradoxe soulev Plus dinvisibilit individus Page 70 pour les La possibilit de contrler et suivre en temps rel lensemble des actions des individus est alle de pair avec une survalorisation des dimensions objectives du travail, au dtriment des dimensions subjectives. Deuxime paradoxe soulev : ce ne sont pas les spcificits individuelles - qualitatives - qui ressortent, mais le rsultat global - quantitatif. Pour Romain Chevallet, le travail rel en est devenu invisible(3). Le don, le contre-don, la part de formation par les pairs, lentraide, les phases de calage, bref toutes les dimensions informelles gratuites - du travail, essentielles la ralisation des tches et au travail en quipe, ne sont plus prises en compte. Alors mme que le travail abstrait exige de lindividu une rflexivit plus grande, un temps de prparation dadaptation, dapprentissage, de prise en main des systmes. Do la difficult remettre la main sur son travail , le matriser soulignait R. Chevallet. Mais des activits connexes qui prennent de la valeur Enfin, troisime paradoxe soulev : la traabilit des usages et la gnration de donnes ont confr de la valeur aux actions des individus en dehors du cadre du travail. Toutes les activits menes sur les rseaux ou sur des terminaux numriques produisent continuellement de la donne, qui est porteuse de valeur pour les plateformes qui dlivrent les services , explique Antonio Casilli, sociologue Telecom Paris Tech. Les systmes algorithmiques sont sous-tendus par le travail de fourmis de millions dinternautes utilisateurs . Ici le travail nest plus cantonn aux bureaux, aux usines, il ne se dfinit plus par rapport des horaires de production. Il est omniprsent : Page 71 ArticleS 1. Quest-ce que le numrique change la cration de valeur par le travail ? partout et en tout temps : il comprend les donnes gnres lors des activits sur les rseaux par les foules et captes leur insu, mais aussi toutes les formes volontaires de contribution (commentaire, valuation, recherche, publication de textes, dimages-photos-vidos, : les pratiques de web2.0 en gnral). Il prend la forme dune exploitation extrme au sens o il nest pas rmunr, au mieux fait-il lobjet dun accroissement du capital symbolique des individus (notorit), alors quil est sous-tendu par des dpenses publiques importantes (ducation, protection sociale, accs aux rseaux, etc.). Mais il sagit dune exploitation heureuse sans alination, prcise Antonio Casilli : celle dun travail plaisir ( weisure en anglais, fusion de work/ travail et leisure/loisirs). Une partie du monde universitaire se demande comment faire reconnatre ce travail comme un travail . Des formes de revendication montent autour des rseaux sociaux, des groupes dutilisateurs(4) se fdrent pour mener des actions de partage ou de rappropriation des donnes. Avec le rcent rapport Colin&Collin, des rflexions autour de nouvelles fiscalits ont t dveloppes. viter les ruptures A lintrieur - comme lextrieur - de lentreprise, les individus donnent : de leur temps, de leur intelligence, du potentiel de leur rseau, de leur expertise outils et usage. Partout o elles se dveloppent, ces activits produisent de la valeur. Or les rtributions ou les contreparties sont maigres. Il faut rquilibrer les termes de lchange , alerte Daniel Kaplan. Une manire de dpasser les tensions actuelles qui psent sur le travail peut tre de considrer la question autrement. Et si on allait au bout de cette figure de lindividu autonome, connect ? Si on tirait toutes les consquences de lindividualisaton du travail ? Les outils, les mthodes, les rseaux, les comptences que les individus affinent au fil de leurs expriences devraient constituer un vrai capital . Quand ils rentreraient dans lentreprise, sassocieraient un projet, ils devraient pouvoir le faire valoir en tant que tel, et non plus tre contraints de tout oublier pour se fondre dans les process corporate . De mme, quand les individus quittent une entreprise/un projet, ce capital devrait tre enrichi de manire visible par de nouvelles preuves de comptences, par des rseaux largis. Les individus emporteraient alors avec eux ce capital, pour le faire valoir ailleurs. Sans doute faudrait-il pour cela : >> scuriser les liens avec les anciennes entreprises daccueil : pourquoi pas constituer des diasporas dentreprises autour de lindividu ouvrant des droits de formation, des liens commerciaux prolongs, une employabilit prioritaire ; >> scuriser les situations de pluriactivit (qui pourraient devenir la norme, ne serait-ce quau regard dun principe dtalement des risques) ; >> faciliter les translations : pouvoir se former pour changer de domaine, de secteur mtier, exploiter toutes ses comptences Le rquilibrage des termes de lchange peut se faire autour de rtributions montaires bien sr, mais aussi autour de nouvelles valeurs marchandes ou dusages, de nouvelles formes de valorisation, qui restent inventer. >> (1) : Voir larticle fondateur de 1981, crit par Annie Fouquet et Anne Chadeau http: Peut-on mesurer le travail domestique ? http:// www.persee.fr/web/revues/home/ prescrip t/ ar tic le/ estat_0 3361454_1981_num_136_1_4521 et des statistiques de lInsee sur le travail domestique http://www. i n s e e . fr / fr / t h em e s / d o c u m e nt . asp?ref_id=ip1423 >> (2) Voir les scnarios de rupture CDI, cest fini http://fing.org/?CDIc-est-fini, Des Places Tarhrir dans les entreprises http:// fing.org/?Les-autres-ruptures , Questions Numriques 2012/2013 FING >> (3) Voir sur ce thme du travail invisible louvrage de Pierre-Yves Gomez Le travail invisible, enqute sur une disparition, Ed. Franois Bourin http://www.zevillage. net/2013/03/07/le-travail-invisible- 1. Quest-ce que le numrique change la cration de valeur par le travail ? quel-role-pour-la-gratuitele-monde-du-travail/ dans- >> (4) Voici une forme de mobilisation des travailleurs, dans le cas, trs particulier, des activits de Mechanical Turk dveloppes par Amazon http://turkopticon.differenceengines.com/ Articles Page 72 Page 73 ArticleS 1. Quest-ce que le numrique change la cration de valeur par le travail ? 2. Le futur du travail dans lentreprise (2/2) : sans lentreprise ? 2. Le futur du travail dans lentreprise (2/2) : sans lentreprise ? Equipe des ateliers de lemploi, Manpower Paru le 18 Juillet 2013 sur internetactu.net le mdia de la fing Le numrique sape les fondements historiques de lentreprise. Hors de celle-ci, point de travail ? Lentreprise na pourtant pas toujours exist en tant que telle ni dans sa forme actuelle, cest une construction sociale dont le numrique dstabilise les fondations. Car, aujourdhui, les nouvelles technologies ne sont plus seulement des outils son service, elles constituent aussi de nouveaux moyens de production, de mesure de la valeur et de rtribution. Est-ce au point de dconnecter radicalement le travail de lentit entreprise ? Cette question tait au coeur des changes sur lavenir du travail, lors du dernier festival Futur en Seine. Avec le numrique, tout sautomatise progressivement, ou presque : les caissires de supermarch seffacent, les ouvriers se font rares, les voitures sans conducteurs et articles crits par des robots deviennent une ralit Cette rapidit du progrs technologique nous conduit repenser en profondeur les notions de travail et de salaire Les machines prennent-elles le travail ? Une rcente tude de McKinsey sur les technologies de rupture qui vont bouleverser nos conomies et nos vies laisse craindre que cette automatisation gnralise naugmente le chmage et ne creuse le foss entre les plus qualifis et ceux qui nauront pas bnfici de la formation suffisante pour bien vivre ce changement. Plusieurs auteurs contemporains comme Marc Andreesen (et son clbre le logiciel dvore le monde), ou John Evans (et son Une fois que votre travail aura disparu) partagent ce point de vue : les technologies dtruisent lemploi. Deux chiffres difiants appuient cette vision : >> Kodak embauche 140 000 salaris et croule sous les dettes, tout linverse dInstagram rachet prix dor par Facebook et de ses 13 salaris, rappelle Benjamin Tincq, de OuiShare, pour rsumer le paradoxe; >> les gants du numrique tels que Articles Page 74 Google, Microsoft, Apple, Facebook, ou encore Intel emploient aujourdhui quelque 150 200 000 personnes eux tous quand, hier, General Electric comptait elle seule 300 000 salaris Pour Henri Seydoux, PDG du concepteur de drones et de kits mains libres Parrot, cest la preuve que nous nen sommes quau dbut de la massification du chmage Bien sr, les activits et productions de Kodak et Instagram ne sont pas vraiment comparables, pas plus que General Eletric ne lest avec les gants de linternet. Reste que ces entreprises sont les symboles de leur poque et des formes dorganisation du march et du march du travail notamment. Nous naurions encore rien vu des tensions sociales qui pourraient se dessiner lavenir : le modle de la start-up pour tous et des individus entrepreneurs deux-mmes, ces radieux freelances plantaires ne serait quun rve de nantis, de bobos Cette vision pessimiste est mme revendique par Henri Seydoux, qui craint que nous nayons plus rien dutile crer utile au sens de rpondant des besoins primaires. Dans ce monde dartistes (voir notre prcdent billet), tout le monde naura pas une place. Travail et salariat : des notions obsoltes ? Cette destruction engendre par le numrique prfigure-t-elle une grande phase de cration demplois, comme le veut la thorie de la destruction cratrice de Schumpeter ? De nouvelles Trente, Quarante ou Cinquante glorieuses sont-elles devant nous, comme nous y invitait Philippe Lemoine ? De nouveaux emplois aujourdhui encore inconnus, ou presque se substituerontils ceux qui sont aujourdhui balays par les technologies et la mondialisation ? Les conomies industrialises nauraient-elles pas mut en basculant dans une re dabondance matrielle (ou plus prcisment immatrielle) qui, par nature, rendrait notre conception du travail archaque ? La crise financire, qui Page 75 ArticleS 2. Le futur du travail dans lentreprise (2/2) : sans lentreprise ? a mis tant de gens au chmage et dans la rue, est-elle le symptme de la fin dun monde, du dbut dun grand chaos qui dfie notre capacit btir un Nouveau Monde sur les ruines de lancien? Quand certains redoutent le nant, dautres tentent de se projeter dans ce monde qui ne se dvoile quen clair-obscur, entre lombre des usines qui ferment et le ple soleil de la Silicon Valley leur exemple. La marchandisation de soi >> la richesse du nombre : 1 milliard de personnes travaillent gratuitement pour Facebook, avance Benjamin Tincq de OuiShare ; et le crowdsourcing est de la captation gratuite de valeur Lge de la multitude, par externalisation sans rmunration de ce qui autrefois avait un cot et savrait moins efficace, car plus alinant, estime encore Antonio Casilli. Tous les emplois pourront-ils tre remplacs par des donnes ? Certains le pensent, qualifiant mme le Big Data de nouvel or noir. Le numrique porte en lui une marchandisation de soi indite, quelle soit explicite on vend ses services comme on vend sa voiture sur Le Bon Coin (aujourdhui deuxime site emploi de France), on tweete pour se faire remarquer des recruteurs (le personal branding, le marketing de soi, devient mme une capacit cultiver) ou implicite (toute information devient montisable, tous nos comportements sur le web sont susceptibles dtre tracks et dvoils des fins de vente). Dans ce Nouveau Monde o mme la vie prive devient marchande mergent les problmatiques du travail cach, invisible ou gratuit selon les appellations. Pour Antonio Casilli, spcialiste de la sociologie des rseaux Tlcom Paris Tech, ce sont de nouvelles formes dexploitation du travail qui prennent forme aujourdhui avec le Digital Labor. A lre du weasure (contraction de work et leasure, travail et loisir), le travail est partout : nous produisons constamment de la donne en nous amusant, sans tre rmunrs. Une nouvelle forme dexploitation tout simplement, mais dbarrasse de la conscience de la servitude : au XIXe sicle, lexploitation cest beaucoup dalination pour peu defficacit ; au XXe, cest peu dalination pour beaucoup defficacit. Pour autant, parce quil permet notamment de faire du loisir un travail, et viceversa, le numrique a rendu possible la construction collective de biens communs lchelle internationale, sans rmunration, dont Wikipedia est le meil- De nouvelles conceptions de la cration de valeur peuvent dsormais tre explores : >> la valeur du rseau : aujourdhui, la productivit est le problme des robots, la nouvelle richesse est celle du rseau, de la mise en relation des ides ; Les solutions des architectes du Nouveau Monde Ces nouvelles formes de contributions ont-elles vocation tre rmunres ? Si oui, comment ? Par un salaire ? Une rtribution symbolique ? Autre chose ? Plusieurs acteurs du numrique proposent de nouveaux modles de mesure de la valeur et de la rmunration, qui visent davantage une maximisation du bonheur et de la justice sociale, que la croissance pour la croissance : >> Les value driven networks (ou rseaux guids par la valeur) comme Sensorica ou CocconProjects : les contributions sont acceptes priori, puis la communaut juge de leur valeur, et les rmunre en consquence. Le contributeur peut ensuite devenir socitaire. >> La Peer production License (ou licence de production de pairs pairs, modle dfendu par Michael Bauwens, fondateur de la P2P Foundation) : toutes les personnes contribuant la production dun bien commun peuvent en bnficier gratuitement, les autres doivent payer une licence pour lexploiter (comme si Wikipedia ntait accessible gra- 2. Le futur du travail dans lentreprise (2/2) : sans lentreprise ? tuitement qu ses contributeurs). >> La redistribution de la taxe sur les donnes (proposition de Colin & Collin, auteurs du rapport sur la fiscalit de numrique) : une partie de la valeur de Facebook est cre par les utilisateurs, elle pourrait tre taxe pour les rtribuer. La valeur dusage devient ainsi une valeur marchande, celle du Prosommateur. >> Le micro-paiement universel (Universal micro-payment system) propos par Jaron Lanier. Ce qui provoque le chmage dans une conomie o les donnes sont si prcieuses, cest la gratuit de linformation : toute contribution devrait donc tre rmunre (plus aucune donne ne serait jamais cre gratuitement dans ce modle, comme si le moindre post sur Facebook nous rapportait de largent). >> Lconomie du partage, en plein boom, qui supprime des intermdiaires et permet de montiser des actifs qui, auparavant, ne ltaient pas : cest le modle dAirBnB, qui permet chacun dtre rmunr en qualit dhte mme si cela pose dautres questions de rgulation. >> Linvention dun nouveau systme montaire virtuel, comme celui des Bitcoins, qui viendrait se substituer celui qui existe actuellement. >> Ou encore, le revenu de base inconditionnel (proche du revenu minimum garanti). Mais qui dominera le futur ? A qui appartient le futur ?, interroge Jaron Lanier, quand Antonio Casilli dcrit une lutte pour se voir rattribuer la valeur cre. Ds lors, en rigeant de nouvelles normes de la valeur du travail et de la rmunration, les architectes du Nouveau Monde vont-ils crer les conditions du bonheur et de lgalit pour tous ? Rien nest moins sr, prvient Alain dIribarne, chercheur au CNRS, car le bien commun est commun pour le groupe social qui le considre comme tel. Selon lui, les nouveaux modles ns de la transformation numrique ne font pas exception : linstar du modle de lentre- Articles Page 76 prise, ils sont le produit dune construction sociale. Alors, le numrique va-t-il faire merger une indite organisation mondiale des cooprations individuelles ou, linverse, de nouveaux modles de domination une chelle tout aussi spectaculaire ? Quel film de science-fiction sera notre ralit demain, pouvonsnous encore crire son scnario ? LAtelier de lemploi Latelier de lemploi est un blog de tendances, dcryptages, analyses et solutions pour lemploi dit par Manpower Group. Ce double compte rendu des ateliers et confrences portant sur lavenir du travail organiss dans le cadre de Futur en Seine 2013 est publi en partenariat avec lexpdition Digiwork de la Fing. Page 77 ArticleS 2. Le futur du travail dans lentreprise (2/2) : sans lentreprise ? 3. Numrique 1 Emploi zro ! 3. Numrique 1 Emploi zro ! Nicolas Debock Paru le 19 Janvier 2014 sur le blog Wiseweb Jaime le web et jaime le monde numrique plus gnralement. Les nouvelles technologies ont permis de crer une valeur absolument gigantesque, elles ont cr de nouveaux marchs inimaginables il y a quelques annes, en somme elles ont largement augment la taille du gteau ! En revanche, il ne fait plus trop de doute que le numrique dtruit beaucoup plus demplois quil nen cre, il va mme peut-tre dtruire tous les emplois Pour viter tout de suite les remarques et commentaires : je ne me plains pas de ce fait, je laccepte, et je pense que nous devrions collectivement rflchir la socit dans un monde post-emploi. Cette ide du numrique qui dtruit lemploi est en train de monter fortement et elle est de plus en plus documente. Rien que cette semaine, la couverture de The Economist , un billet sur France culture ou encore une interview de Paul Jaurion dans le figaro. Sans parler des livres comme Who owns the future de Jaron Lanier, ou encore The second machine age. Certes, le numrique cre aussi de lemploi. Mon mtier est dinvestir dans des startups et de les accompagner pendant leurs premires annes. Quand elles trouvent leur march, elles passent de 4 salaris 10, 20, 100 salaris et plus au fil des annes. Cependant la plupart de ces startups crent des services, des solutions technologiques qui optimisent et automatisent des process faits auparavant en partie par des hommes. Ou alors elles dsintermdient des acteurs en place et globalement permettent de faire 5 ce qui ncessitait 30 personnes auparavant. Le numrique lui-mme est pris dans ce tourbillon. Daprs ce rapport (pdf), le nombre demploys par start-up se rduit au fil des annes. Et dans chaque confrence, on entend toujours les mmes histoires de socits qui dominent un march avec trs peu demploys (Instagram: 13 employs, Lending club 150 employs) Il ne fait aucun doute que le numrique cre et libre une norme valeur : les chiffres de progression de la producti- Articles Page 78 vit ne laissent aucune place au doute, comme lvoque ce billet rcent de Gilles Babinet . Mais croyez-vous vraiment que ces progrs de productivit crent des emplois. La destruction cratrice de Schumpeter fonctionne parfaitement au 21me sicle. Dnormes pans dindustries sont dtruits, clats, transforms par de nouveaux modles, uniquement possibles grce aux capacits numriques. Il y a bien destruction puis cration dune valeur plus grande. Mais une cration de valeur nimplique plus forcment une cration demploi. Nous sommes trop habitus raisonner en termes demplois, lier la valeur collective la cration demplois. Le chmage est lindicateur cl quil faut matriser, faire diminuer Nos politiques ne raisonnent que comme cela, rappelez vous travaillez plus pour gagnez plus de Sarkozy, ou linversion de la courbe du chmage chre Hollande. Il y a bien comme toujours destruction et cration demplois. Cependant ce nest pas un jeu somme nulle, et surtout les emplois dtruits sont trs diffrents des emplois crs, comme lexplique cet excellent article dHubert Guillaud dans Internet Actu : Aujourdhui, tout le monde sinterroge sur la dure, la nature, lampleur de la phase de destruction de lemploi. On estime 7,5 millions le nombre demplois perdus ces 5 dernires annes aux Etats-Unis, principalement des emplois intermdiaires (entre 38 et 68 000 dollars par an soit entre 27 et 50 000 euros). Sur les 3,5 millions demplois crs sur la mme priode, 29% concernent des salaires levs, 69% des salaires trs bas, et seulement 2% des salaires intermdiaires. Dans la zone euro, la disparition demplois de salaris intermdiaires slve 6,7 millions et la cration demplois 4,3 millions, essentiellement des emplois peu rmunrs l encore. Source InternetActu La classe moyenne est donc en train de senfoncer vers la pauvret. Ce genre de mouvement nest malheureusement jamais trop bon pour lconomie mais surtout pour la dmocratie. Mais ceci est un autre dbat. Page 79 ArticleS 3. Numrique 1 Emploi zro ! Voici quelques tendances fortes que jai pu dcouvrir sur limpact du numrique sur le travail et surtout lemploi. Lautomatisation robotisation et la Cest laxe le plus vident, le plus tarte la crme. Nous voyons apparatre des algorithmes et des robots qui remplacent simplement et directement des activits faites auparavant par les hommes. Les robots dans les usines, limpression 3D sont autant dexemples doptimisation de la production qui remplacent et dmultiplient la force humaine certes mais aussi pour des taches de plus en plus complexes. De la transformation des secteurs primaires et secondaires (agricultures et production) issue de la rvolution industrielle et la mcanisation, la puissance numrique va transformer le secteur tertiaire des services qui reprsente aujourdhui 80% des emplois. Le premier ge tait celui de la Rvolution Industrielle inaugure la fin du 18me par la machine vapeur. Le Premier Age, cest celui o la machine remplace la puissance musculaire de lhomme, o cette puissance augmente chaque volution, mais o lhomme est toujours ncessaire pour prendre les dcisions. Et mme, plus la machine volue, plus la prsence de lhomme est ncessaire pour la contrler. Le premier ge, cest donc celui dune complmentarit entre lhomme et la machine. Le Deuxime Age est trs diffrent : on automatise de plus en plus de tches cognitives et on dlgue la machine les systmes de contrle qui dcident quoi la puissance va servir. Et dans bien des cas, des machines intelligentes prennent de meilleures dcisions que les humains. Le Deuxime ge, ce nest donc plus celui de la complmentarit hommemachine, mais celui dune substitution. Et ce qui rend possible ce phnomne, ce sont trois caractristiques majeures des technologies contemporaines : elles sont numriques, combinatoires et exponentielles. Source: Xavier de la Porte sur france culture Prenons lexemple des google cars. On sait aujourdhui faire conduire une voiture sans conducteur dans les rues dune ville. Et quand demain cette ville sera remplie de capteurs, quand les voitures de devant et de derrire transmettront leur vitesse, il y aura comme des rails numriques et dynamiques permettant dassister la voiture dans sa conduite. Pensez-vous que lon parlera encore dans 20 ans de la querelle taxi vs VTC quand tous ceux-ci seront remplacs en grande partie par des robots et des algos ? Les rgies publicitaires sur internet sont aussi une illustration de cette tendance, dautant plus intressante car la cration et destruction sest faite sur un cycle trs court. Lors de la premire re du web, parmi les premires entreprises cres, il y a eu lecommerce et les rgies publicitaires. Ces dernires ont trait le web comme un mdia et ont donc permis la montisation de laudience. Cest aujourdhui encore le modle conomique dune grande partie du web grand public. De 95 2005, il sest cr un grand nombre de rgies publicitaire web et mobile. Il y a eu un mouvement de concentration assez naturel sur ce genre dactivit, mais surtout larrive du programatic advertising qui, tel un ouragan, est pass sur ces rgies dont lessentiel de la force de travail tait des commerciaux vendant de lespace daffichage. Avec le Ad exchanges, un humain seul peut acheter ou vendre des milliards dimpressions. Ces rgies, qui en 10 ans ont cr beaucoup demplois, sont en train dtre dsintermdies par des places de marchs et automatises par des algorithmes. Alors que, dans le mme temps, le nombre dimpressions potentielles, le nombres dcrans et le nombre dannonceurs explosent. Lconomie horizontale La vritable puissance du web est dans son organisation en rseau dcentralis (plus ou moins neutre) et donc sa capacit supporter les organisations et des modles conomiques en rseaux. Le succs actuel de la consommation collaborative avec des startups comme airbnb, blablacar, kisskissbank, La ruche 3. Numrique 1 Emploi zro ! qui dit oui (disclaimer langlosaxon : mon employeur est investisseur dans La ruche Qui dit Oui et KissKissBankBank) permettent dacheter, de partager, de louer les biens et services dautres consommateurs. Ces plateformes crent normment de valeur en rapprochant directement offre et demande et en supprimant les intermdiaires. Elles entranent une situation intressante : dun ct elles concurrencent fortement des modles anciens (htellerie, banque, transport) en les dsintermdiant, mais ces intermdiaires sont des emplois de services trs nombreux. Dans un premier temps ces startups augmentent la taille du gteau mais, en grossissant, elles finissent par cannibaliser les acteurs historiques (parlez de Blablacar la SNCF). Dun autre cot, avec leurs modles de particuliers particuliers, ces services crent de nouvelles sources de revenus pour ces participants. On ne peut pas appeler directement cela des emplois car ils ne sont pas rguliers, mais ce sont bien des revenus complmentaires pour les participants. Le crowdsourcing Au-del de la cration/destruction demploi, le numrique fait aussi merger de nouvelles sorte de travailleurs. On pourrait dire des humains qui travaillent pour des robots. Il y a certes des robots qui transforment de plus en plus la faon de travailler dans les usines et entrepts. Cette vido des robots utiliss dans les entrepts damazon est assez parlante. Beaucoup moins connu mais beaucoup plus impressionnant, Mechanical turk est un autre service damazon qui est une plateforme de crowdsourcing. Cest une vritable place de march du travail ou bien une bourse lemploi gante. Mechanical Turk est un service qui permet de crowdsourcer une srie de tches rptitives. Chaque tche est dcrite comme un HIT (Human Intelligence Task). Les utilisateurs sont, dun ct, des entreprises ayant une grande quantit Articles Page 80 de process assez rptitifs mais qui ne peuvent tre encore rsolus par des algorithmes, et de lautre, des individus qui sont pays la tche (taper un texte, tagger une image, rechercher une srie de donnes). Le mot crowdsourcer est assez ambigu : derrire la foule il y a bien une somme dindividus, et chacun de ces individus effectue une srie de taches rptitives avec un salaire horaire pour un utilisateur concentr entre 3 et 5$ de lheure, daprs ce rapport . Personnellement, je ne suis pas choqu par ces plateformes qui crent de nouvelles sources de revenus qui plus est partout dans le monde, dans des pays o de tels salaires sont largement audessus du niveau moyen. What started as a niche experiment has become a major global industry. Like some other activities, like work at call centers, digital piecework represents a form of virtual labor migration that denationalizes employment. Research by Panos Ipeirotis, a computer expert at the Stern School of Business at New York University, estimates that Mechanical Turk alone engages 500,000 active workers in more than 100 countries, with workers heavily concentrated in two countries: the United States (with 50 percent of the total) and India (with 40 percent). Source blog economix Mais il est vrai que cela fait rflchir sur une relation travailleur/employeur assez favorable lemployeur (pas de contrat de travail, pas de salaire minimum, pas de benefits ) .De plus il y a un ct un peu ironique quand on sait quen effectuant ces taches informatiques, lutilisateurs ( 70% des femmes) permet damliorer petit petit lalgorithme qui le remplacera. Je pense quil faut regarder ce type de plateformes (il en existe dautres) comme des sources de revenus complmentaires mais non pas comme unique source de revenu. On peut aussi esprer quil y aura des taches et des missions des plus en plus intressantes. Il existe dautres types demplois proches du crowdsourcing crs par lindus- Page 81 ArticleS trie numrique : Trebor Scholz a ralis une carte de cet cosystme mais aussi dexcellentes prsentations : The Internet as Playground and a factory Je recommande le visionnage de cette prsentation de Trebor Scholz qui couvre Mechanical Turk mais aussi le concept de travail gratuit. Le travail gratuit Dernire tendance forte, lorganisation en rseau quapporte le numrique permis lclosion du travail gratuit. Wikipedia, openstreetmap ou mme encore les personnes qui sous-titrent les films et sries que lon trouve sur les rseau de tlchargements. Ces personnes ne dtruisent pas spcialement beaucoup demplois, mais il est trs intressant de voir que des utilisateurs font des travaux gratuits sciemment ou inconsciemment comme lillustre lhistoire de recaptcha. Des personnes prennent de leur temps pour enrichir des bases de donnes ouvertes et partages par tous, construire des logiciels opensource. Il y a quelques annes, quand Facebook a voulu internationaliser sa plateforme, il a fait appel ses utilisateurs pour la traduction de lensemble des fonctionnalits du site. Cest un trs bon exemple de lutilisation de la foule (en loccurrence ici sa communaut) pour effectuer une tache de lentreprise. Certains vont jusqu dire que lutilisation des rseaux sociaux est une forme de travail gratuit car nous fournissons nos donnes gratuitement, en change dune plateforme qui les montise. Conclusion Les rflexions autour du travail et du numrique (destruction massive demploi, microtache, travail gratuit, production et consommation collaborative) mnent rapidement vers des questions politiques. Quelle organisation de la socit peut sadapter ses volutions. A titre personnel, je pense que le Basic Income (revenu de vie : verser un salaire tous les citoyens quels que soient leurs activits, leur richesse ou leur revenu dj existant) est une des bonnes pistes 3. Numrique 1 Emploi zro ! creuser. Je le rpte, je ne suis pas un dcliniste, je ne crois pas en la dcroissance, et je pense que tenter de ralentir ces innovations na aucun sens. Nous vivons il me semble une poque incroyable de changement acclr, de changement de paradigme. Cependant, certains modles de penses globaux de nos socits raisonnent encore dans le paradigme prcdent. Lemploi est un exemple : de nos jours, cest encore la source principale de revenu, un attribut social important, une des sources de financement de notre systme social, un indicateur macroconomique important. Jai le sentiment que dans lconomie de demain, il aura perdu beaucoup de ses attributs. Jaime le progrs, jaime le numrique et jestime que nous avons gagn : les machines travaillent pour nous. Maintenant tachons dinventer la socit qui va avec ce nouveau postulat. VEille Page 82 Page 83 Veille Mozillas Open Badges MozillaWiki #Certification #Comptence #Reconnaissance Bonus.ly Bonus.ly #Prime #Reconnaissance #Service Start-up amricaine qui a imagin un systme de pair--pair dattribution des primes. Une fois le budget prime tabli (financier ou non), les personnes valuent le travail de leurs collgues et les rcompensent sous forme de points, le dcompte final permet de dfinir le montant verser chacun. Lavantage du systme : une meilleure reconnaissance du travail par ses collgues, une rpartition plus transparente des primes et au final une communication plus positive. du temps sur Internet et travaillent gratuitement (rdaction de blog, contribution sur Wikipedia, participation des forums). Le manager doit trouver la juste part de gratuit dans lentreprise, retrouver le gratuit dans lentreprise Ex. du hackathon des cheminots de la SNCF (sur 3 jours dont un week-end) ou le Museomix qui ont montr lenvie de rencontre et de collaboration avec des gens diffrents et la libert de dvelopper des ides innovantes. Digital labor : portrait de linternaute en travailleur exploit Place de la Toile Youtube #Contrle #Gratuit #Informel #Reconnaissance #Vido Interventions de Pierre-Yves Gomez, auteur de louvrage Le travail invisible : enqute sur une disparition, et dEmile Hooge, consultant chez Nova7 Tout doit tre comptabilis dans lentreprise, car ce qui compte cest la performance. Mais dans tout travail, il y a une part gratuite : on donne son temps (en restant un peu plus longtemps), des conseils, on participe la vie commune, ... ce qui permet de vivre dignement son travail, dtre quelquun au travail, de sengager, ... Les normes et les contrles diminuent la part du don et dtruisent ainsi la gratuit du travail. Cest pourquoi beaucoup de personnes, contraintes dans leur travail, passent Digital labor ou digital volunteer ? Marx lheure du web 2.0 Communication Internet #Digital Labor #Exploitation #Temps Dans cette mission de Place de la Toile du 08/12/12, Antonio Casilli et Yann Moulier-Boutang parlent de la notion de digital labor et de lexploitation sans alination de linternaute, qui travaille sans sen rendre compte et sans tre rmunr, lorsquil blogue, publie de photos sur Flickr, like un article sur Facebook, fait une recherche sur Google, Le seul fait dtre en ligne produit de la valeur. En partant de lmission de Place de la Toile cite plus haut, lauteur de larticle repose la question de lexploitation et de lalination de linternaute, voque la rvolte des utilisateurs dInstagram ayant refus lexploitation lucrative de leurs photos et propose de changer lexpression digital labor par digital volunteer. Il finit par la citation suivante : Pour Marx, les proltaires sont ceux qui doivent vendre leur force de travail pour vivre. Les utilisateurs du web 2.0 sont peut-tre ceux qui doivent donner de leur temps pour exister. Digital labor landscape Pay with a tweet Mindmeister Rseau Fing.org #Cartographie #Digital Labor #Services #Rseaux sociaux #Service #Valeur Cartographie trs riche des diffrentes formes de digital labor (illustres par des exemples de services, sites et plateformes) : rmunre (support technique, tutorat en ligne, Mechanical Turk), non rmunre (Yahoo Answer, commentaires, son- Systme de paiement social o les gens ne donnent pas de largent pour accder un contenu, mais paient avec la valeur de leur rseau social. A chaque fois que quelquun paie avec un tweet, il informe tous ses amis de lexistence du produit. #Digital Labor #Exploitation Le travail invisible : le gratuit a-t-il une place dans le monde du travail ? dage), mise disposition de contenu (blog, Twitter, Youtube), oriente bien commun (wikipedia, Fix my street), oriente co-innovation (rparation de voitures, vlo, ), golocalise (Foursquare, internet des objets), lie au jeu (Second Life, World of Warcraft), motionnelle (Facebook), mobile, La numrisation progressive de lensemble des domaines dactivit se traduit par lapparition de nouveaux mtiers et de nouvelles comptences. Si les outils digitaux offrent un accs incomparable la connaissance et aux savoirs, encore faut-il que des dispositifs de reconnaissance et de certification des apprentissages voient le jour. Lexemple de mozilla... Un revenu de base pour tous et sans condition? Une ide au service de lesprit dentreprise La Tribune #Esprit dentreprendre #Revenu minimum dexistence On dit aussi que lallocation universelle pourrait favoriser lesprit dentreprise... On distribue un revenu ds le dbut et sans condition, on stabilise les perspectives davenir des citoyens, qui seront plus enclins prendre des risques car ils sauront que quoiquil arrive, sils ratent, ils trouveront un filet de scurit. Valeur du travail, Mesure de lactivit, Rtribution Page 84 Page 85 6. Index par mots-cls Index Page 86 Activit Algorithmes Application 33 52 54 Intrim 34 Intermdiaire 53 Interne/Externe 54 Artisan 32 33 Liens 54 Automatisation 32 33 Ludification 34 Autonomie 53 Management Cartographie 82 Mtier Certification 83 Mobilit Collaboratif/Collaboration Communication Compensation Comptence 52 53 54 66 Organisation 54 52 53 54 55 34 35 66 55 53 Outil 32 Outils sociaux 32 Parcours professionnel 34 32 34 35 55 83 33 34 Connaissance 55 Partage 55 Contrat 33 Pop culture 35 Contrainte 33 Portage salarial 53 Contrle 82 Prime 82 Coproduction 54 Productivit Coworking 66 Radio Crativit 54 Reconnaissance Culture interne 53 Reconversion Dconnexion 35 Recrutement Digital labor 82 Relations de travail 32 Rputation Discontinuit du parcours Disparition du travail Donne Ecosystme dactivit 35 83 52 Sens Employabilit 34 Service Engagement 35 Souffrance 52 32 33 34 66 Temps Travail Frontires 55 Valeur Futur 18 Vido 33 32 33 33 52 54 66 82 52 53 54 32 35 82 34 35 18 83 82 32 66 82 Identit 18 32 33 35 Technologie Exploitation Gratuit 34 52 53 54 55 82 Tltravail Esprit dentreprendre Innovation 54 RH Robot Informel 52 53 54 55 Revenu minimum dexistence 18 33 Infographie 34 52 66 32 35 52 53 33 34 Individu 82 83 Rseaux sociaux Emploi Espace de travail 34 32 33 Email Espace de collaboration 54 66 32 33 82 18 33 32 82 34 35 82 Page 87 Page 88 Repenser la place des individus au travail dans une socit numrique Partenaires de lexpdition Avec le soutien des grands partenaires de la Fing

Recommended

View more >